Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Pierre le Vénérable

Texte intégral

Pierre de Montboissier, dit « le Vénérable » (Petrus Venerabilis, ca 1092 - Noël 1156), né en Auvergne, devenu abbé de Cluny en 1122, s’emploie activement à redresser l’abbaye alors en difficulté. C’est aussi un diplomate habile. Il est à l’origine de la première traduction latine du Coran. Outre son Livre des merveilles de Dieu (De miraculis), il écrit des ouvrages polémiques dirigés contre l’Islam, les Juifs et des hérésies.

141. Archélaos l’exilé

1Le titre du chapitre 3, d’où est extrait le passage, est Quod Christus non sicut Iudaei putant, temporalis rex, sed aeternus sit et coelestis, « Que le Christ n’est pas, ainsi que le pensent les Juifs, un roi temporel, mais éternel et céleste ». Il s’agit donc d’un texte polémique où l’auteur, s’adressant à son contradicteur présumé, réfute le point de vue des Juifs et élimine les objections qu’on peut lui faire.

Si uero Herodem proponas, nec de illo hoc dictum esse manifestum est. Propheta enim sic loquitur : Ecce rex tuus uenit tibi mansuetus. Sed Herodem non Iudeum, sed alienigenam fuisse, non mansuetum, sed immitem, ferocem, crudelem, uxoris, filiorum insuper occisorem extitisse, historico ipsorum Iudaeorum Iosepho scribente certum est. Si uero et alios eius filios, Archelaum, Herodem uel caeteros patrii regni tetrarchas obicias, notum est iam dicto historico referente Archelaum stultum regem regno pulsum ab Augusto apud Viennam consenuisse. Herodem uero cum Herodiade sua a Gaio Augusti tercio successore exilio dampnatum in Hyspaniae partibus infelicem uitam miserabili morte finisse.

Si on me proposait le nom d’Hérode, il est clair qu’il ne s’agit pas de lui non plus. En effet, ainsi parle le prophète : « Voici ton Seigneur qui vient plein de mansuétude à ton égard. » Or Hérode [le Grand] n’était pas Juif, mais d’une lignée étrangère, ni non plus plein de mansuétude, mais il s’est montré dur, hautain, cruel, a, en outre, assassiné son épouse, puis ses fils, c’est ce qu’assure Josèphe, l’historien des Juifs eux-mêmes. Et si on regarde aussi ses autres fils, Archélaos, Hérode [Antipas] et les autres tétrarques héritiers du royaume paternel, il est de notoriété publique que, comme le rapporte le susdit historien, Archélaos, roi insensé, fut déchu de son trône par Auguste et vint vieillir à Vienne. Quant à Hérode [Antipas], il fut condamné à l’exil avec son épouse Hérodiade par Gaïus, troisième successeur d’Auguste, et vint finir une vie dépravée par une mort misérable dans une contrée d’Hispanie.
(Pierre le Vénérable, Aduersus Iudeorum inueteratam duritiem, I, 3, 80‑91)

2Rappelons simplement que Flavius Josèphe rapporte au livre XVIII des Antiquités judaïques qu’Hérode Antipas fut exilé à Lugdunum, mais aussi, au livre II de la Guerre des Juifs, qu’il mourut en Espagne ; qu’Eusèbe dans son Histoire ecclésiastique lui assigne Vienne comme lieu d’exil ; pour plus de précisions, nous renvoyons au commentaire du texte 40.

Références

Auteur et œuvre

EU en ligne, s.v. « Pierre le Vénérable » [J. Dubois] ; DictMA, p. 1106 [D. Iogna-Prat] ; J.‑P. Torrell et D. Bouthillier, Pierre le vénérable et sa vision du monde, sa vie, son œuvre, l’homme et le démon, Spicilegium sacrum lovaniense. Études et documents 42, Louvain, 1986 ; J.‑P. Torrell et D. Bouthillier, Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, le courage de la mesure, coll. Veilleurs de la foi 5, Chambray-lès-Tours, 1988.

Éditions

Petri Venerabilis Adversus Judeorum inveteratam duritiem, éd. Y. Friedman, CCCM 58, Turnhout, 1985, p. 44. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 189, 1854, col. 540B-D.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search