Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Zonaras, Abrégé d’histoire

Texte intégral

Jean Zonaras (Ζωναρᾶς Ἰωάννης), est né vers la fin du XIe s., et mort après 1160. Il fit une brillante carrière de dignitaire sous le règne d’Alexis Ier Comnène (1081‑1118), puis, probablement disgracié, il se retira au monastère de Sainte-Glykéria. Zonaras a laissé des écrits de théologie, mais est surtout connu pour sa chronique universelle. Abrégé d’histoire (Ἐπιτομὴ ἱστοριῶν) ou Annales, qui débute à la création du monde et s’arrête en 1118, à la mort d’Alexis ; la répartition en 18 livres n’est pas due à l’auteur. Son ouvrage est réputé pour être un des meilleurs du genre. L’auteur y utilise souvent des œuvres qui sont aujourd’hui perdues ; il puise en particulier largement chez Dion Cassius dans les livres VII-IX. Pour la période byzantine postérieure à 811, il se sert de Jean Skylitzès et Psellos et son récit devient personnel pour le règne d’Alexis. Zonaras sera repris avec une traduction latine dans le premier corpus des historiens byzantins élaboré au XVIe s., en Suisse, en France et en Italie.

139. Valérius Asiaticus

1Décalquant Dion Cassius, Zonaras rappelle le rôle joué par Asiaticus après l’assassinat de Caligula.

Γαῖος μὲν δὴ ταῦτα ἔν τε τρισὶν ἔτεσὶ καὶ μησὶν ἐννέα καὶ ἡμέραις ὀκτὼ καὶ εἴκοσι πράξας ἔργοις αὐτοῖς ὡς οὐκ ἦν θεὸς ἔγνωκεν, ὡς δὲ θάνατος αὐτοῦ διηγγέλθη, πλὴν ὀλίγων τῶν συνησελγηκότων αὐτῷ, πάντες ἔχαιρον, μεμνημένοι καὶ τοῦ λεχθέντος ποτὲ ὑπ᾿ αὐτοῦ, ὅτε ὀργισθεὶς τῷ δήμῳ ἔφη « εἴθε ἕνα αὐχένα εἴχετε », καὶ ἐπιλέγοντες ὅτι « σὺ μὲν ἕνα ἔχεις αὐχένα, ἡμεῖς δὲ χεῖρας πολλάς. » Διαθεόντων δέ τινων ὀλίγων καὶ θορυβούντων βοώντων τε « τίς Γάιον ἀπέσφαξεν » ; Οὐαλλέριος Ἀσιατικὸς, ἀνὴρ ὑπατευκώς, ἀνῆλθεν εἰς ἄποπτόν τι χωρίον καὶ ἐκβοήσας ἔφη « εἴθε ἐγὼ αὐτὸν ἤμην ἀπεκτονώς ». Καὶ οὕτω καταπλαγέντες οἱ θορυβοῦντες ἡσύχασαν.

Caïus, après s’être comporté ainsi pendant trois ans, neuf mois et vingt-huit jours, apprit par les faits mêmes qu’il n’était pas un dieu. Et comme la nouvelle de sa mort se répandait, mis à part un petit nombre de gens qui compatissaient sur son sort, tous se réjouissaient, car on se souvenait de ce qu’il avait dit au peuple un jour qu’il était irrité contre lui : « Si seulement vous n’aviez qu’une seule tête ! » et ils ajoutaient « Toi tu n’as qu’une seule tête, mais nous, nous avons plusieurs bras. » Et comme quelques individus se répandaient partout en semant le trouble et demandaient en criant : « Qui a tué Caïus ? », Valérius Asiaticus, un ancien consul, monta sur un emplacement bien en vue, et s’écria : « Ah, si seulement c’était moi qui l’avais assassiné ! » Et les fauteurs de troubles, frappés de stupeur, se calmèrent.
(Zonaras, Abrégé d’histoire, XI, 7)

2Et comme Tacite, il met très directement en cause Messaline, dans le procès intenté à Valérius Asiaticus :

Ἄλλους δὲ πολλοὺς διαβληθέντας ὑπὸ τῆς Μεσσαλίνης καὶ τὸν Ἀσιατικὸν καὶ τὸν γαμβρὸν τὸν Μάγνον ἀπέκτεινε, τὸν μὲν Ἀσιατικὸν διὰ τὴν οὐσίαν, τὸν δὲ Μάγνον διὰ τὸ γένος καὶ τὸ κῆδος. Ἑάλωσαν μέντοι ὡς ἐπ᾿ ἄλλοις τισίν.

Il [Claude] fit exécuter beaucoup de gens, qui avaient été calomniés par Messaline, en particulier Asiaticus, ainsi que Magnus, son gendre ; Asiaticus à cause de sa richesse, Magnus en raison de sa famille et de sa parenté avec l’empereur. Mais ils furent condamnés sous d’autres prétextes.
(Zonaras, Abrégé d’histoire, XI, 9)

  • 474 Suétone, Claude, 29, 2 ; Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 5.

3Le Magnus en question est Gnaeus Pompéius Magnus, le premier mari de la fille aînée de Claude (de 43 à 47), Claudia Antonia474 ; la même année, en 47, Messaline lui fit épouser en secondes noces son demi-frère, Faustus Cornélius Sylla Félix.

Références

Éditions

Ioannis Zonarae Annales, tome II, éd. M. Pinder, Bonn, 1844, p. 459 et 466. Trad. G. Lucas.

Voir également, PG 134, 1864, col. 944C-D (559) et 952B (563).

140. Valentinien et Théodose

Τοῦ δὲ Γρατιανοῦ τελευτήσαντος κατελείφθη βασιλεὺς αὐτοκράτωρ τῶν ἑσπερίων ὁ νέος Οὐαλεντινιανός, μήπω δὲ πρόσηβος γεγονώς. Ὃς ὑποφθαρεὶς παρὰ τῆς μητρὸς Ἰουστίνης ἀρειανιζούσης τῷ τῶν Ἀρειανῶν συνέθετο δόγματι καὶ τοῖς ὀρθοδόξοις ἀντέκειτο. Ἐπαναστάντος οὖν αὐτῷ τοῦ Μαξίμου καὶ τυραννίδι ἐπιχειρήσαντος καὶ ἐν μάχαις ὑπερτερήσαντος ἔγραψε πρὸς τὸν βασιλέα Θεοδόσιον τὰ συμβάντα, συμμαχίαν αἰτούμενος. Κἀκεῖνος μὴ δεῖν θαυμάζειν ἀντέγραψεν εἰ ὁ δοῦλος ὑπερτερεῖ δεσπότου κατεξαναστὰς τοῦ τὸν οἰκεῖον ἀθετοῦντος δεσπότην καὶ κτίσμα καὶ δοῦλον καλοῦντος τὸν κτίστην καὶ τῷ πατρὶ ὁμοούσιον καὶ ὁμότιμον. Ἀπελθὼν δὲ εἰς συμμαχίαν αὐτοῦ τόν τε Μάξιμον συλλαβὼν ἀνεῖλε καὶ τὸν στρατηγὸν Ἀνδραγάθιον, ὃς ἐδολοφόνησε τὸν Γρατιανόν. Εἶτ᾿ αὖθις Εὐγένιος ἐπανέστη κατὰ τοῦ νέου Οὐαλεντινιανοῦ καὶ τυραννίδι ἐπέθετο. Φοβηθεὶς οὖν Οὐαλεντινιανὸς ἀγχόνῃ τοῦ βίου ἑαυτὸν ὑπεξήγαγε. Καὶ μαθὼν τὴν Εὐγενίου τυραννίδα Θεοδόσιος ἐξεστράτευσε κατ᾿ αὐτοῦ. Καὶ εἰς Θεσσαλονίκην ἐλθὼν μετὰ τοῦ στρατεύματος ἐκεῖνος μὲν ὑβρίσθη ὑπὸ τῶν Θεσσαλονικέων, ὁ δὲ ἔπαρχος ἐφονεύθη, στασιάσαντος τοῦ δήμου δι᾿ αἰτίας τινάς. Τότε μὲν οὖν ἐπὶ τῇ τοῦ λαοῦ κινήσει ἔδοξεν ἀνεξικακῆσαι ὁ βασιλεύς· Μετὰ δὲ ταῦτα ἱππικὸν ἀγῶνα ἐκήρυξε καὶ τοῦ λαοῦ ἀθροισθέντος ἐπὶ τὸ θέατρον περιέστησεν αὐτοῖς τὰ στρατεύματα καὶ κατετόξευσαν τὸν δῆμον καὶ κατηκόντισαν, ὥστε θανεῖν ἐξ αὐτῶν ἄχρι τῶν πεντεκαίδεκα χιλιάδων. Καὶ οὕτως ἐκπλήσας ὁ Θεοδόσιος τὸν θυμόν, ἐκεῖθεν ἀπάρας εἰς τὴν πόλιν τῶν Μεδιολάνων ἀφίκετο. Ὅπου καὶ ἠλέγχθη παρὰ τοῦ μεγάλου Ἀμβροσίου καὶ εἰσελθεῖν εἰς τὴν ἐκκλησίαν οὐ συγκεχώρητο. Καὶ οὐ πρότερον ἐφῆκεν αὐτῷ τὴν εἰς τὸ θεῖον τέμενος εἴσοδον, εἰ μὴ νόμον ἔθετο τὰς ψήφους τὰς φονικὰς μὴ πρότερον ἐκβιβάζεσθαι, πρὶν ἂν παρέλθοιεν μετὰ τὴν ψῆφον ἡμέραι τριάκοντα. Τοῦτο δ᾿ ἐποίησε διὰ τὸ τοῦ βασιλέως ὀξύρροπον εἰς θυμόν, ἵνα διὰ τῶν τριάκοντα ἡμερῶν τοῦ θυμοῦ καταστορεννυμένου ἀπαθῶς ἐπισκέπτηται τὰς ψήφους καὶ τὰς μὲν ἐννόμους κυροῖ, τῶν δὲ δι᾿ ὀργὴν ἴσως ἐψηφισμένων ἀργίαν καταψηφίζηται. Τῷ δὲ τυράννῳ Εὐγενίῳ συμμίξας ἐν ταῖς Γαλλίαις ὁ Θεοδόσιος νικᾷ τε αὐτὸν καὶ συλλαμβάνει καὶ ἀναιρεῖ.

[631] Après la mort de Gratien, l’Empire d’Occident échut à Valentinien le Jeune, alors qu’il n’était pas encore adolescent. Subissant l’influence de sa mère Justine qui était arianisante, il adhéra au dogme des ariens et se posa en ennemi de l’orthodoxie. Comme Maxime s’était soulevé contre lui, s’était emparé de la tyrannie et l’avait vaincu à plusieurs reprises, Valentinien écrivit à l’empereur Théodose pour le mettre au courant de la situation et réclamer son alliance. Lequel lui répondit qu’il ne fallait pas s’étonner si un esclave se soulevait et l’emportait sur son maître, qui se révoltait contre son propre Seigneur et qualifiait de créature et de subordonné le Créateur, alors qu’il est consubstantiel et égal à son Père. Cependant Théodose lui accorda son alliance et, s’étant saisi de Maxime, il le fit périr ainsi que son général Andragathe, qui avait assassiné Gratien dans un guet-apens. Par la suite Eugène se souleva contre Valentinien le Jeune et il aspirait à la tyrannie. Aussi, ce dernier effrayé mit fin à sa vie en se pendant. À la nouvelle de la tyrannie d’Eugène, Théodose prit les armes contre lui. S’étant rendu à Thessalonique avec son armée, il fut outragé par les habitants, son préfet fut tué lors d’une sédition du peuple pour diverses raisons. Cependant, sur le moment, l’empereur sembla se résigner face à l’agitation populaire ; mais plus tard, il fit annoncer publiquement une course de chevaux, et une fois le peuple assemblé à l’amphithéâtre, il les fit encercler par ses troupes qui massacrèrent le peuple sous des volées de flèches et de javelots au point de tuer jusqu’à quinze mille personnes. Ayant ainsi apaisé sa colère, de là il quitta la ville et gagna Milan. Là, il fut blâmé par le grand Ambroise, et l’entrée à l’église lui fut refusée. Et il ne lui permit pas d’entrer dans le sanctuaire divin avant qu’il n’ait institué une loi suspendant l’exécution des peines capitales pendant un délai de trente jours après la sentence. Il agit ainsi à cause du caractère de l’empereur enclin à la colère, afin que, une fois écoulés les trente jours et sa colère apaisée, il puisse examiner avec du recul les sentences, confirmer celles qui étaient justes et reporter celles qui avaient été prises peut-être sous l’emprise de la colère. Quant au tyran Eugène, Théodose le rencontre dans les Gaules, le vainc, le capture et le fait exécuter.
(Zonaras, Abrégé d’histoire, XIII, 18)

  • 475 Ioannis Zonarae Annales, XI, 7, éd. M. Pinder, Bonn, 1844, tome II, p. 458 (= PG 134, 1864, col. 94 (...)

4Le nom de Vienne n’apparaît nulle part dans l’œuvre de Zonaras ; ni à propos d’Archélaos, ni à propos du suicide de Pilate, pour lequel l’auteur renvoie au témoignage d’Eusèbe en utilisant la formule stéréotypée, τοσαύταις περιέπεσε συμφοραῖς ὁ Πιλάτος, ὥστε ἀναγκασθῆναι ἑαυτοῦ γενέσθαι αὐτόχειρ, τῆς θείας δίκης μετελθούσης αὐτόν, « Pilate sombra dans de si grands maux qu’il fut contraint à se donner la mort de sa propre main : la justice divine le poursuivait »475. L’épisode « Valentinien » ne mentionne pas plus Vienne, mais trace un cadre général ; la mort de Valentinien II n’est rapportée que comme un épisode de la vie de Théodose, l’empereur très chrétien, que l’auteur met en valeur, au prix d’entorses à la chronologie des événements : le massacre de Thessalonique s’est déroulé en 390, bien avant l’assassinat de Valentinien II et la campagne contre Eugène et Arbogast. Par ailleurs, l’aspiration d’Eugène à la tyrannie n’est généralement pas présentée comme la cause de la mort de Valentinien, sauf par Théophane (117).

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 52; RE X/A, 1972, s.v. « Zonaras », col. 718‑732 [K. Ziegler] ; A. Kazhdan (dir.), The Oxford dictionary of Byzantium, Oxford, 1991, s.v. « Zonaras, John », vol. 3, p. 2229 ; Brill Online, s.v. « Zonaras » [A. Berger] ; Brills EncMedChron Online, s.v. « Zonaras. Ioannes » [Chr. Stavrakos].

Éditions

Ioannis Zonarae Epitomae Historiarum, éd. M. Pinder, Bonn, 1897, tome III, p. 84‑87. Trad. G. Lucas.

Voir également, PG 135, 1864, col. 1170D-1172C (35) ; L. Dindorf, Ioannis Zonarae epitome historiarum, Leipzig, 1868‑1875 ; traduction seule, en anglais, de larges passages des livres XII, XIII, XVIII par Th.M. Banchich et E.N. Lane, The History of Zonaras from Alexander Severus to the death of Theodosius the Great, Routledge classical translations, Londres-New York, 2009, avec bibliographie récente p. 277‑287.

Texte

Sur ce passage voir l’édition de Th.M. Banchich et E.N. Lane, p. 184‑185, et les notes 147‑150, p. 260‑265. Sur le règne de Théodose, Maraval 2009.

Notes

474 Suétone, Claude, 29, 2 ; Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 5.

475 Ioannis Zonarae Annales, XI, 7, éd. M. Pinder, Bonn, 1844, tome II, p. 458 (= PG 134, 1864, col. 944A [559]). Trad. G. Lucas.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search