Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Rupert de Deutz, L’office divin

Texte intégral

Rupert (ou Robert) de Deutz (ou de Tuy) – Rupertus Tuitiensis, ca 1070‑1075-1129‑1130 – est né dans la région de Liège ; il entre très jeune au monastère bénédictin de Saint-Laurent à Liège ; vers 1120, il est élu abbé de Tuy, en Rhénanie.

1L’office divin (De diuinis officiis) est un ouvrage de jeunesse, daté de 1111. Il est suivi d’une œuvre majeure, écrite entre 1112 et 1117, le De trinitate, un commentaire de la Bible, qui sera au cœur d’une vive controverse.

137. L’origine des Rogations

Cap. V. De rogationibus a sancto Mamerto institutis. Huius sponsionis memor et in ea spem ponens sanctus Mamertus Viennensis episcopus, cum christianus populus longa et graui afflictione urgeretur, ausis etiam diuino iudicio lupis turmatim cum confertis confligere hominibus rabidamque dentium caedem non solum uillis, sed et plenis inferre moenibus, rogationes fieri solemnes ante diem eiusdem dominicae ascensionis instituit, ut tamquam abeunti in caelum Domino ac dicenti : « Petite et accipietis (Joan. XVI) » humanae miseriae commemoratio triduanis supplicationibus ambitiosius ingereretur. Et ut rememorata sponsoris potentia fida petentium spes roboretur, in iisdem processionibus triumphatoris caelos ascendentis insignia scilicet cruces atque uexilla praeferuntur.
Horum usus in ecclesia coepit a Constantini temporibus, qui cum vidisset in somnis signum crucis in coelo splendide collocatum, dictumque sibi fuisset :
« O Constantine, in hoc vince », iussit uiros eruditos ex auro et lapidibus pretiosis in uexillum sanctae crucis transformare signum, quod Labarum uocabatur. Hoc enim signum bellicum inter alia pretiosius erat, eo quod imperatorem praecedere et adorari illud a militibus moris esset. Sciendum autem has rogationes triduanas litania maiore, quam beatus Gregorius instituit, esse antiquiores.
Siquidem a quintodecimo Zenonis anno imperii, quo Mamertus episcopus praedictas rogationes instituit, usque ad nonum Mauricii imperatoris annum, quo diluuium magnum in finibus Venetiae et Liguriae et Italiae factum est, quale post Noe tempus non creditur fuisse, et subsecuta est e uestigio pestis inguinaria, qua cum Romanus populus paene deleretur Gregorius adhuc leuita litaniam majorem indixit, Pelagio papa eadem peste exstincto paulo plus quam centum anni secundum chronographos inueniuntur.

Chapitre V. Sur les Rogations instituées par saint Mamert. Alors que le peuple chrétien était accablé par de dures épreuves qui perduraient, alors que, effet de la justice divine, des loups en meute osaient même s’attaquer à des groupes d’hommes et semer la mort de leurs dents meurtrières non seulement dans les maisons des campagnes, mais encore à l’intérieur même des remparts de la ville, saint Mamert, évêque de Vienne, fidèle à sa promesse et plaçant en elle son espérance, prescrit que des Rogations solennelles se déroulent avant le dimanche même de l’Ascension ; cela afin que, comme il est dit par Notre Seigneur lors de son départ aux cieux « demandez et vous recevrez », la misère de l’homme soit rappelée avec plus de force par trois jours de supplications. Et pour que l’espérance des pénitents soit raffermie par le rappel de la puissance indéfectible de leur protecteur, au cours des mêmes processions on porte en tête les insignes du Triomphateur qui monte au ciel, c’est-à-dire les croix et les étendards.
Leur usage dans l’Église remonte à Constantin, qui, parce qu’il avait vu en songe le signe de la croix resplendissant dans le ciel et qu’il lui avait été dit « Constantin, remporte la victoire sous ce signe » ordonna à des artisans experts à travailler l’or et les pierres précieuses de transformer le signe de la croix en un étendard, qu’on appelait Labarum. Car cette enseigne guerrière a, entre autres, d’autant plus de prix qu’il est d’usage qu’elle précède l’empereur et soit adorée par les soldats. Il faut savoir que ces trois jours des Rogations sont plus anciens que la Litanie Majeure instituée par le bienheureux Grégoire.
Car entre la quinzième année du règne de Zénon, où l’évêque Mamert institua lesdites Rogations et la neuvième année du règne de Maurice où se produisit en Vénétie, en Ligurie et en Italie un déluge tel qu’il n’y en n’avait pas eu, croit-on, depuis l’époque de Noé, déluge qui fut suivi immédiatement d’une peste bubonique que Grégoire apaisa, alors que le peuple romain était décimé, en prescrivant la Litanie Majeure, après que le pape Pélage eut péri de cette peste ; entre ces deux dates on compte donc d’après les chronographes un peu plus de cent ans.
(Rupert de Deutz, L’office divin, IX, 5)

2D’après notre calendrier, Zénon règne de 474 à 491, Maurice de 582 à 602 et le pontificat de Grégoire Ier (entre 590 et 604) succède à celui de Pélage II (579‑590). Il y a donc une impossibilité dans les dates de Rupert de Deutz ; les Rogations auraient vu le jour vers 490, à l’en croire. Ce qui est contradictoire avec le témoignage de Sidoine (80‑81). Manifestement, Rupert se trompe ou se fonde sur les chroniques qui situent l’institution des Rogations vers 500, à l’époque où Clovis règne (131).

Références

Auteur et œuvre

Outre les articles des dictionnaires suivants, s.v. « Rupert de Deutz » : DictThéo 14/1, 1939, col. 169‑205 [P. Séjourné] ; DictSpir 13, 1988, col. 1126‑1133 [J. Van Engen] ; Catholicisme 13, 1993, col. 211‑217 [H. Silvestre] ; DictMA, p. 1257‑1258 [J.‑P. Bouhot] ; EU en ligne, s.v. « Rupert de Deutz » [J.‑P. Bordier] ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Rupert of Deutz » [Ch. Dury], Sur la vie et l’œuvre de Rupert de Deutz, voir l’introduction de l’édition des Œuvres du Saint-Esprit par J. Gribomont et É. de Solms, SC 131, Paris, 1967, p. 1‑17.

Éditions

Rupertus Tuitiensis, Liber de divinis officiis, éd. H. Haacke, CCCM 7, Turnhout, 1967, p. 311‑313. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 170, 1854, col. 249A-B ; Rupert vun Deutz, Liber de divinis officiis. Der Gottesdienst der Kirche, éd. H. et I. Deutz, vol. 1‑2, Fontes Christiani 33, Fribourg-Bâle-Vienne, 1999 : cette édition reprend le texte latin de l’édition d’H. Haacke, avec traduction en allemand.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search