Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Sigebert de Gembloux

Texte intégral

On connaît peu de chose de la vie de Sigebert de Gembloux (Sigebertus Gemblacensis, ca 1030‑1112), qui fut moine à Gembloux et enseigna quelque temps à Saint-Vincent de Metz. Il fut un ardent partisan de la cause impériale dans la querelle des Investitures où il déploya ses talents de pamphlétaire.

  • 468 BHL 5754, p. 843.

1Sigebert de Gembloux est considéré comme l’un des plus importants intellectuels de son temps, mais est connu surtout pour sa Chronique universelle (Chronographia sive Chronica) de 381 à 1111. L’ouvrage s’inspire de la chronique de Marianus Scot, mais en diffère par une présentation plus développée des événements. Elle a été publiée en 1105 pour la première fois, prolongée jusqu’en 1111 ensuite ; elle a eu de nombreuses continuations au XIIe s. Il est également l’auteur de biographies (Catalogus de viris illustribus) et de vies de saints, d’une Passion en vers, la Passio ss. Thebeorum, Mauricii Exuperii sociorumque eorum468, où il fait un éloge de Vienne (II, 184‑192) qu’il qualifie de praeclara Vienna ; et il souligne (III, 942‑944) le fait que Vienne se place sous le patronage de ces saints.

  • 469 PL 160, 1856, col. 39A. Trad. G. Lucas.

2Juste avant de rédiger la première année de sa chronique, Sigebert présente au lecteur en un paragraphe la série de points de repère qu’il va utiliser pour bâtir son comput : Ordiamur ergo telam narrationis nostrae ab anno Domini 381, quo anno post mortem Valentis Valentinianus minor et Gratianus, filii maioris Valentiniani, incipientes simul regnare regnauerunt annis 6 […] Anno ab Adam 4331. Secundum Dionisium, anno uero Domini 381. Secundum Dionisium Olympiadis 289, anno 4, « Nous ordonnons donc la trame de notre récit en partant de l’année 381, année où, après la mort de Valens, Valentinien le Jeune et Gratien, les fils de Valentinien Ier, commencèrent à régner ensemble, ce qu’ils firent durant 6 ans » ; puis il propose un cadre de synchronismes entre les dates de règne des empereurs de Rome (R), des rois des Perses (P), des Francs (F), des Brittons (B), des Vandales (V), des Wisigoths (W), des Ostrogoths (O), des Huns (H), qui se conclut par le recours au comput élaboré par Denys le Petit : « Année 4331 à partir d’Adam. Selon Denys, an 381 du Seigneur, quatrième année de la 289e olympiade469. »

3Ainsi, périodiquement, le comput est-il partiellement réinitialisé en fonction d’un nouveau règne qui fournit un nouveau point de départ pour tel ou tel peuple. Dans les extraits qui suivent, pour l’année 396, le point de départ est 387 pour Rome ; en 386, selon Sigebert, Théodose règne seul, légitimement, et va régner onze ans ; Gratien est assassiné et Maxime, qui s’est soulevé en 383 (selon le comput de Sigebert), s’empare de la Gaule ; pour 468 et 469, l’année de référence est 458, année de la mort d’Avitus et de l’accession de Majorien à l’Empire ; pour 490, Sigebert choisit 474 comme année de référence, année où est notée la déposition de Romulus Augustule par Odoacre, et en 473 Sigebert mentionne l’accession au pouvoir de Zénon qui succède, en Orient, à Léon ; enfin pour 501, c’est l’année 493 qui sert de point de départ de comput, première année du règne d’Anastase qui succède à Zénon à la tête de l’Empire romain d’Orient.

4Si on compare cette chronologie avec celle de notre comput usuel, on relève une différence qui est grosso modo de 2 ou 3 ans (assassinat de Gratien en 383, avènement de Majorien en 457, de Zénon en 474, déposition de Romulus Augustule en 476, avènement d’Anastase en 491) ; ainsi, la date de la création des Rogations peut-elle être située entre 468 et 471 avec vraisemblance. Seule la date de 396 fait problème et échappe à cet écart de 2‑3 ans.

135. Vienne dans la Chronique de Sigebert

396. R10. P16. F11. B16. V16. W12. O6. H16. (Marian.) Valentinianus imperator nimia austeritate Armogastis magistri militum ad uitae taedium perductus, laqueo uitam finiuit. Eugenius auxilio Arbogastis tyrannizat.

396 […] L’empereur Valentinien qui avait perdu le goût de vivre en raison de l’emprise excessive que son maître des milices, Arbogast, exerçait sur lui, mit fin à sa vie en se pendant, à Vienne. Eugène devient tyran avec l’aide d’Arbogast.
(Sigebert de Gembloux, Chronique)

5En fait, Valentinien meurt en 392. Il meurt lors de la 13e année du règne de Théodose qui a débuté en 379 et se termine en 395. Selon Sigebert, Théodose meurt en 397, lors de sa 11e année de règne, soit avec une différence de 2 ans par rapport à notre datation (janvier 395). Sigebert a rapproché la mort de Valentinien de celle de Théodose et réduit de deux ans à un an la durée de la tyrannie d’Eugène (août 392 - septembre 394 selon notre comput).

397. R11. P17. F12. B17. V17. W13. O7. H17. (Prosp.) Theodosius Eugenium et Arbogastem in bello perimit, et ipse non multo post obiit. Post quem filii ejus Archadius et Honorius imperant annis 13. […]

397. Théodose anéantit dans une bataille Eugène et Arbogast, et lui-même meurt peu après. Après lui, ses fils Arcadius et Honorius règnent 13 ans. […]

468. R11. P26. F10. B22. V39. W12. O7. H7. Antemio et genero suo Ricimere patricio Romae contendibus de imperio, interim Olibrio ad imperandum a Leone augusto transmisso, Ricimer Antemium perimit.
(Greg. Tur.) Mamertus episcopus Viennensis claruit, qui letanias ante ascensionem instituit, hac de causa quod terraemotus in urbe Vienna ecclesias domosque euertebat, et feritas luporum aliarumque siluaticarum bestiarum toto anno per urbem uagantium homines deuorabat. Ad hoc palatium regis die sancto paschae caelesti igne consumptum ad cladem multum terroris addebat.
Qui letaniarum ritus a Viennensi ecclesia in omnes Galliarum aecclesias decucurrit.
469. R12. P27. F11. B23. V40. W13. O8. H8. Olibrio imperii sui mense 7. mortuo, Lucerius imperat.

468. Anthème et son gendre Ricimer, patrice de Rome, luttent pour l’Empire, lequel est transmis pendant ce temps à Olybrius par Léon l’auguste ; Ricimer fait périr Anthème.
Mamert, évêque de Vienne brilla, lui qui institua les litanies qui se déroulent avant l’Ascension pour la raison que voici : des tremblements de terre abattaient dans la ville de Vienne des églises et des maisons, et les habitants étaient victimes de la sauvagerie des loups et d’autres animaux sortis des forêts et errant dans la ville. De plus, surcroît de terreur à ces malheurs, le saint jour de Pâques, le palais royal fut détruit par le feu céleste. Ce rite des litanies s’étendit de l’Église de Vienne à toutes les Églises de Gaule.
469. Olybrius meurt au septième mois de son règne, Glycère devient empereur.
(Sigebert de Gembloux, Chronique)

6D’après le comput de Sigebert, Anthème arrive au pouvoir en 465 et règne 4 ans ; d’après notre comput, son dies imperii est fixé au 12 avril 467. Dans l’extrait ci-dessus, il est question de la lutte pour le pouvoir entre Anthème et Ricimer en l’an 468 ; d’après notre comput, la mésentente entre les deux hommes a commencé vers 470 et éclate au grand jour en avril 472, lorsque Ricimer fait appel à Olybrius pour remplacer Anthème. Olybrius, toujours d’après notre comput, meurt peu après Ricimer, en 469 selon Sigebert, le 2 novembre 472 selon notre calendrier. Son successeur, Glycère, dies imperii, 5 mars 473 (469 selon Sigebert), est mort à une date difficile à préciser, dans la première moitié de 474, période où il est renversé par Julius Népos.

7Rappelons qu’il existe une différence de 2‑3 ans entre notre comput et celui de Sigebert. L’éloge de Mamert, son floruit, est donc situé à la fin du règne d’Anthème, avant la mort d’Olybrius, en 472 selon notre comput ; cet éclat dont brille Mamert est expliqué par la création des Rogations, dont la date n’est pas donnée ; mais on peut supposer qu’elles expliquent ce prestige de Mamert. Ainsi, on peut admettre qu’elles précèdent de toute façon la mort d’Olybrius, en 472, et que leur création a pu se faire pendant la période de la lutte entre Anthème et Ricimer, qui débute en 470 au plus tôt.

490. R17. P10. F6. L11. A44. V5. W2. O18. H29. (Greg. Tur.) Auitus Viennensis episcopus claruit, qui Gallias ab Arriana heresi defendit. Hic metrice de conditione mundi libros composuit.

490. Avit, évêque de Vienne, brilla, lui qui défendit les Gaules contre l’hérésie arienne. Il composa des ouvrages en vers sur la création du monde.
(Sigebert de Gembloux, Chronique)

8À partir de 480, le synchronisme avec les Brittons (B) est remplacé par deux autres, avec les Langobards (ou Lombards, L) et avec les Angles (A).

501. R9. P21. F17. L22. A10. V7. W13. O10. H40. Ludowicus rex, Gundebaudo regi Burgundionum congressus, eo uicto, Burgundiam redigit sub tributo.

501. Le roi Clovis, ayant affronté le roi des Burgondes Gondebaud et l’ayant vaincu, soumet la Burgondie à un tribut.
(Sigebert de Gembloux, Chronique)

9Allusion à la bataille de Dijon qu’on s’accorde à dater de 500.

Références

Auteur et œuvre

Molinier 1902, no 2193 ; DictMA, p. 1334‑1335 [M. Chazan] ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Sigebert of Gembloux » [J. Deploige] ; EU en ligne, s.v. « Sigebert de Gembloux » [D. Coutagne] ; M. Paulmier-Foucart et M. Schmidt-Chazan, « La datation dans les chroniques universelles françaises, du 12e au 14e siècle », CRAI 126/4, 1982, p. 778‑819, 1982 (voir en particulier p. 781‑783) ; Verbist 2010 (chap. 5, p. 173‑237, consacré à Sigebert).

Éditions

MGH Script VI, éd. L.C. Bethmann, Hanovre, 1844 (réimpr., Leipzig, 1925), p. 304 (années 396‑397), p. 311 (années 468‑469), p. 313 (années 490 et 501). Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 160, 1854 (réimpr., 2004), col. 70B (années 396‑397), col. 89A-B (années 468‑469), col. 93A et 95 (années 490 et 501).

136. Éloge d’Avit

Auitus, Viennensis episcopus, scripsit Homiliarum librum unum ; de mundi principio, et aliis diuersis conditionibus libros sex, uersu compaginatos ; epistolarum libros nouem. Claruit tempore Zenonis imperatoris sub rege Burgundionum Gundebaldo.

Avit, évêque de Vienne, a écrit un livre d’homélies, six livres en vers sur l’origine du monde et divers autres aspects de la création, composé, neuf livres de lettres. Il a brillé sous le règne de l’empereur Zénon, sous celui de Gondebaud, roi des Burgondes.
(Sigebert de Gembloux, Liber De scriptoribus ecclesiasticis, XXII)

  • 470 PL 83, 1850, col. 1101A.

10Sigebert abrège une notice du chapitre 36 du De uiris illustribus d’Isidore de Séville470 mais y rajoute les indications chronologiques.

Références

Édition

PL 160, 1854, col. 552A. Trad. G. Lucas.

Notes

468 BHL 5754, p. 843.

469 PL 160, 1856, col. 39A. Trad. G. Lucas.

470 PL 83, 1850, col. 1101A.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search