Version classiqueVersion mobile

Epitome

 | 
Isabelle Boehm
, 
Daniel Vallat

Deuxième partie. Résumés en contexte rhétorique et scolaire

Les résumés des romans grecs dans la Bibliothèque de Photios Ier de Constantinople : enjeux d’une transmission partielle et partiale

Jérôme Bastick

Résumé

La Bibliothèque du patriarche Photios de Constantinople est un recueil de trois cents notices bibliographiques motivé par une volonté encyclopédique de recension de la littérature antérieure connue de lui. Au sein de cette source essentielle pour appréhender l’héritage classique à Byzance au ixe siècle, cet article s’intéresse plus particulièrement aux notices consacrées aux romans d’Achille Tatius, de Jamblique et d’Héliodore. Dans le cas de ce dernier, le fait que nous possédions à la fois le roman lui-même et son résumé par Photios nous ouvre le champ d’une étude comparative fructueuse. À quelles modalités de lecture et d’approche des œuvres d’origine Photios se conforme-t-il pour établir son rapport ? Quels choix ou intentions président à sa composition ? Dans quelle mesure et selon quels critères certains épisodes ou aspects romanesques ont-ils été préférés à d’autres, pour leur part minorés, voire omis ? Telles sont les questions auxquelles cet article se propose de répondre. L’évidente subjectivité ainsi mise en valeur révèle alors, à rebours de toute servilité littérale, une authentique recherche d’innovation littéraire, propre à interroger la notion même d’épitomé.

Texte intégral

1La Bibliothèque de Photios, patriarche de Constantinople au ixe siècle, est un recueil composé de près de trois cents notices bibliographiques et motivé par une volonté encyclopédique de recension de l’ensemble de la littérature grecque connue de lui. Elle constitue l’une des principales sources qui nous permettent d’appréhender l’héritage classique à l’orée du premier humanisme byzantin et d’en dresser un état des lieux. Sur la centaine d’auteurs profanes de l’Antiquité grecque, cinq romanciers y sont traités dans des commentaires souvent assortis d’un résumé de l’œuvre. C’est à trois d’entre eux (Achille Tatius, Héliodore et Jamblique) que nous proposons de nous intéresser ici, en tentant d’examiner au plus près quelles sont les modalités de lecture et d’approche des œuvres d’origine par Photios, quels sont les procédés, les choix et les intentions qui ont présidé à la composition de ces trois codices, et surtout, dans le cas des Éthiopiques d’Héliodore, dans quelle mesure et selon quels critères certains épisodes ou aspects du roman ont été préférés à d’autres, minorés, voire omis.

La Bibliothèque de Photios : contexte, objectif et méthode

2Cette œuvre monumentale constitue un terrain particulièrement propice à l’étude des formes d’épitomisation des œuvres antiques, puisqu’elle est constituée de 280 notices consacrées à certaines d’entre elles, souvent présentées sous la forme d’un résumé critique. Leur collection s’inscrit dans un contexte particulier, poursuit un objectif précis et s’impose une méthode originale.

Contexte : l’œuvre d’une vie

  • 1 Lemerle 1971, p. 192 : « ces lectures ont pu s’étendre sur une douzaine ou une quinzaine d’années, (...)
  • 2 Voir Henry 1959‑1977, I, p. xix‑xx ; Schamp 2011, p. 68.
  • 3 Voir l’interprétation de la lettre à Taraise par Canfora, dans Bianchi, Schiano 2016, p. xxvi-xxx.
  • 4 Peut-être à Bagdad.
  • 5 Ahrweiler 1965, p. 860, remarquant que Taraise n’a pas encore le titre de patrice dans cette lettr (...)
  • 6 Markopoulos 2004, faisant la synthèse des travaux de ses prédécesseurs (notamment Treadgold qui pe (...)
  • 7 Halkin 1963, p. 417, pointant certaines invraisemblances dans cette lettre (temps de loisir import (...)

3L’expression ne signifie pas ici que la somme produite par Photios serait l’aboutissement de toute sa vie ou de l’ensemble de sa carrière littéraire, ni que sa composition aurait nécessité un temps aussi long1, mais que celle-ci est représentative de la vie de celui qui sera appelé à devenir patriarche de Constantinople. Il n’en demeure pas moins que les dates de la rédaction de la Bibliothèque ont été vivement discutées, si bien qu’il y a aujourd’hui trois thèses en présence2, chacune fondée sur une interprétation différente de la lettre liminaire de Photios à l’un de ses quatre frères, Taraise, destinataire de l’œuvre3, dans laquelle l’auteur fait mention d’une ambassade chez les Assyriens4 qui l’empêche d’être à ses côtés mais lui donne l’occasion de lui faire partager par écrit, contrairement à leur habitude, certaines de ses lectures : soit la Bibliothèque a été rédigée avant l’ambassade et formée de notices portant sur des livres lus par Photios auparavant5, soit elle est le fruit de lectures faites pendant l’ambassade à l’occasion de cercles de lecture comprenant des élèves ou amis qui l’accompagnaient6, soit elle serait stricto sensu « l’œuvre d’une vie » et la lettre à Taraise serait alors à lire comme une simple fiction littéraire destinée à donner une unité à un ensemble disparate de notices rédigées sur une ou plusieurs décennies7.

  • 8 Cela n’est paradoxal qu’en apparence, car la revendication de cet héritage était susceptible de co (...)

4Quoi qu’il en soit, Photios apparaît comme une figure complexe. Né entre 810 et 820 dans une grande famille constantinopolitaine, vraisemblablement professeur pendant sa jeunesse, il est surtout connu pour avoir été très rapidement promu du rang de simple laïc à celui de patriarche de Constantinople de 858 à 867, succédant ainsi à Ignace qui avait été exilé par le régent Bardas qu’il n’appréciait guère, puis déposé et condamné par l’Église latine alors qu’Ignace avait été rétabli dans ses fonctions jusqu’à sa mort en 877, puis réhabilité sur le siège patriarcal jusqu’en 886, date à laquelle il fut emprisonné pour haute trahison et remplacé par Étienne, le frère du nouvel empereur Léon VI le Sage, avant de terminer sa vie en exil en Arménie, où il mourut le 6 février 891 ou 897. Partisan de la vénération des icônes à l’issue de la querelle iconoclaste et artisan des premières ruptures significatives de l’Église byzantine avec la papauté romaine, il laisse l’image ambivalente du farouche défenseur de l’orthodoxie chrétienne et du fin lettré ouvert à la réception de l’héritage culturel de l’Antiquité grecque8.

  • 9 Les termes grecs Βιβλιοθήκη et Μυριόβιβλος expriment tous deux la forme de cette œuvre, recueillan (...)
  • 10 Vogt 1905, p. 5‑6 : « arrivé au plein épanouissement de sa jeunesse, Photius avait acquis une inst (...)
  • 11 Voir Canfora 2003.

5La Bibliothèque, également appelée Myriobiblos9, témoigne de cet aspect de sa vie. Bien qu’il n’ait fait l’objet d’aucune biographie de son vivant, Photios semble avoir été d’une vive intelligence dès sa jeunesse : autodidacte et polymathe par nature, il put transmettre très tôt ce qu’il avait appris10, et cette œuvre semble le confirmer. Son succès fut cependant longtemps circonscrit à une certaine élite byzantine et, malgré l’intérêt suscité par sa redécouverte en plein concile de Trente, lorsque cette somme émergea du trésor de Bessarion à Venise, elle fut censurée en France jusqu’au début du xviie siècle et publiée par des éditeurs protestants11. Les intellectuels catholiques la considéraient avec méfiance en raison du rôle de son auteur dans l’éloignement et in fine le schisme entre les Églises d’Orient et d’Occident.

Objectif : la transmission de la culture antique

  • 12 Voir Wilson 1992, p. 39.
  • 13 Schamp 2011, p. 64 : « même les chroniques les plus hostiles ont gardé des indices de l’activité d (...)
  • 14 Lemerle 1971.
  • 15 Voir Canfora, dans Bianchi, Schiano 2016, p. liv.
  • 16 Henry 2002, p. 12 : « les écrits des Anciens étaient devenus un catalogue formel de phrases et de (...)

6Que la lettre liminaire à Taraise ait un véritable ancrage historique ou soit une pure fiction littéraire, il s’agit avant tout d’un prétexte : au-delà de son frère, c’est à un public plus large que Photios semble vouloir s’adresser12. Son incontestable activité d’enseignant, son goût pour la transmission intellectuelle et son talent pédagogique transparaissent à la lecture de la Bibliothèque13. Sa démarche, au cœur de cette renaissance que l’on a appelée « premier humanisme byzantin »14, est donc essentiellement d’ordre culturel : transmettre un héritage littéraire, la qualité qui caractérise le mieux son œuvre étant sans doute une certaine curiosité15. L’encyclopédisme, typique de la manière que les érudits byzantins avaient de concevoir le savoir, se retrouve dans ce projet. Cependant, alors que l’habitude à Byzance était de collectionner des citations et des scholies, Photios fait figure d’exception en s’appuyant sur des lectures personnelles intégrales16.

  • 17 Treadgold 1980, p. 97 : « Photius was interested in nearly everything ». En témoignent ses indices(...)
  • 18 Lemerle 1971, p. 177 : « Il faut considérer avec prudence les lieux communs sur le rôle de Photius (...)
  • 19 Il est communément admis que les romans de Jamblique, Achille Tatius et Héliodore ont été écrits r (...)
  • 20 Bompaire 1981, p. 79 : « dans la Bibliothèque, le nombre de notices consacrées à des codices païen (...)

7La curiosité de Photios touche des domaines d’intérêt très divers, si bien que fort peu d’œuvres n’ont pas retenu son attention17. Sans nullement se confiner aux écrits chrétiens, le patriarche s’est également préoccupé de la transmission d’auteurs païens, même s’il ne faut pas surestimer les motivations d’une telle préoccupation18. Sur les 280 codices de la Bibliothèque, 122 relèvent de la littérature profane, correspondant à une centaine d’auteurs différents, si bien qu’ils en constituent à eux seuls près de la moitié en quantité, et plus de la moitié en longueur. Quant à la Seconde Sophistique, mouvement auquel appartiennent les romans dont nous traitons ici19, elle est particulièrement mise à l’honneur, et il apparaît que Photios lui a accordé un vif intérêt20. Mais cette volonté de transmettre se retrouve également dans la méthode que Photios s’est assignée.

Méthode : une compilation de résumés

  • 21 Voir Schamp 2010.
  • 22 Voir Schreiner 2011, p. 8‑11.

8C’est dans ce vaste « projet pédagogique »21 que s’inscrit la pratique de l’épitomé. En effet, la plupart des notices de Photios, sous une forme anthologique qui répond à l’encyclopédisme caractéristique de l’érudition byzantine22, comprennent un résumé de l’œuvre, établi selon certains critères invariables.

  • 23 À l’exception de quelques rares variantes (ἀνεγνώσθησαν et ἀνέγνων) : voir Schamp 2010, p. 664, n. (...)
  • 24 À partir du codex 234, le style change et les notices se font plus concises, de sorte qu’on a pu p (...)
  • 25 Signes Codoñer 2015, p. 17‑18, distingue quatre types de reprise des textes anciens par les Byzant (...)
  • 26 Mülke 2010 pose le problème de la fidélité au texte original soulevé par la question des epitomai, (...)
  • 27 Hägg 1975, p. 9, reprend à J. Palm, en l’appliquant à la Bibliothèque de Photios, cette distinctio (...)

9Chaque codex est introduit par l’indication « lu » (ἀνεγνώσθη)23. Puis, pour la première partie de la Bibliothèque (codices 1 à 233)24, il suit un schéma caractéristique, avec quelques variantes : la mention du titre et du nom de l’auteur, la description de l’œuvre, sa dédicace, son analyse, sa critique littéraire, et enfin une brève notice bio-bibliographique. Dans ce cadre, l’épitomé apparaît comme un résumé (de l’action narrative, pour ce qui concerne le genre romanesque) susceptible de prendre différentes formes. C’est l’un des principaux vecteurs de réception de la littérature antique à Byzance25. S’il peut bien sûr présenter des différences, appauvrissements ou enrichissements26, par rapport au texte d’origine, son but est d’en offrir un compte rendu plus ou moins fidèle et plus ou moins complet. Il est ainsi possible de distinguer, à la suite de Thomas Hägg, trois types d’épitomé : le résumé bref, le résumé analytique et la reprise de citations27. La Bibliothèque de Photios comprend ces trois archétypes, en fonction de l’intérêt qu’il accorde à l’œuvre qu’il résume ou de l’utilisation qu’il suggère d’en faire. S’il relève de l’un des deux premiers, l’épitomé se caractérise par un style concis et direct, qui laisse peu de place aux interventions personnelles de son auteur, généralement réservées à son introduction. Traité avec le systématisme de Photios, il fait presque figure de sous-genre littéraire à part entière.

10Dans l’ensemble des œuvres recensées dans la Bibliothèque, les notices consacrées au genre romanesque, narratif par excellence, sont particulièrement intéressantes pour l’étude des procédés de l’épitomé.

La réception des romans grecs : une transmission partiale

  • 28 La notion de « genre littéraire » pour qualifier les « romans » de l’Antiquité est discutée : même (...)
  • 29 Schamp 2010, p. 677 : « on n’est pas peu surpris que Photios se soit passionné pour un genre décri (...)

11On peut s’étonner que le patriarche se soit intéressé aux romans grecs, un genre littéraire28 tombé dans l’oubli depuis près d’un demi-millénaire et condamné par les autorités ecclésiastiques, mais la lecture qu’il en donne justifie cet intérêt inattendu29.

La lecture des romans grecs à Byzance

  • 30 On en recense communément cinq que nous ayons conservés intégralement : Chairéas et Callirhoé de C (...)
  • 31 Jacques Amyot, avec ses traductions d’Héliodore (1547) et de Longus (1559), en est l’un des plus i (...)
  • 32 Cette dernière, probablement inspirée de l’Histoire ecclésiastique de Socrate le Scholastique qui (...)
  • 33 Grégoire Pardos, Commentaire sur Hermogène, 7, 1236, 10‑11.
  • 34 Intitulé « Quelle est la différence (διάκρισις) entre le roman de Chariclée et celui de Leucippé ? (...)

12Que les romans grecs de l’Antiquité, produits entre le ier et le ive siècles parallèlement au mouvement de la Seconde Sophistique et narrant généralement les aventures de deux jeunes gens que l’Amour unit mais que la Fortune sépare30, aient fait l’objet d’une réception attentive à Byzance alors qu’il a fallu attendre la Renaissance pour qu’ils connaissent un certain succès en Occident31, cela ne fait guère de doute. Cependant, les autres témoignages que nous possédons de cette réception byzantine sont ultérieurs à Photios : après lui, le lexique de la Souda comprend une entrée relative à Achille Tatius, Xénophon d’Éphèse et Héliodore32, Grégoire Pardos, métropolite de Corinthe au xiie siècle, évoque les formules amoureuses utilisées par ces trois mêmes romanciers33, Michel Psellos rédige un essai sur la comparaison des romans d’Héliodore et d’Achille Tatius34, Jean Phocas fait de l’incipit du roman de ce dernier, décrivant le port de Sidon, un modèle d’ekphrasis, Joseph le Philosophe en conseille la lecture et Eustathe de Thessalonique comme Thomas le Magistre y font allusion ; quant à Philippe de Cérami, il propose une lecture allégorique des Éthiopiques d’Héliodore. De cette chaîne qui s’étend jusqu’à la fin du Moyen Âge, Photios semble donc être l’initiateur, à une époque où la littérature grecque antique, et notamment celle de la Seconde Sophistique, était remise au goût du jour.

13Alors que tous ces auteurs font des remarques plus ou moins détaillées sur les romans, Photios, fidèle à sa démarche taxinomique, est le seul à en présenter un résumé. Parmi les trois romanciers dont il traite et que nous avons retenus, Achille Tatius, dont nous avons conservé l’œuvre, fait l’objet d’une exception puisqu’il est jugé tellement indécent que le patriarche n’en propose pas d’épitomé : si ce rapport de cause à effet n’est pas explicitement exprimé, il se déduit de la lecture de la brève notice qu’il lui consacre tout de même. Les Babyloniaques de Jamblique, perdues depuis, y sont en revanche résumées avec précision (la seule connaissance que nous en avons est donc due à Photios), ainsi que les Éthiopiques d’Héliodore, ce qui en fait un cas d’étude intéressant dans la mesure où nous pouvons comparer précisément l’original, que nous avons conservé, et son épitomé.

  • 35 Il est possible, si l’on en juge d’après la brièveté du roman, l’incohérence et la précipitation d (...)
  • 36 On a pu ainsi avancer l’hypothèse que l’Histoire d’Apollonius roi de Tyr serait à l’origine un rom (...)
  • 37 Wolff 1997, p. 13 : « Certains des romans contiennent, au milieu ou vers la fin, un récapitulatif (...)
  • 38 Whitmarsh 2010, p. 307 : « Heliodorus’ Aethiopica repeatedly plays, to sophisticated narrative eff (...)
  • 39 Bompaire 1981, p. 80 : « Photios n’a pas reculé devant un des genres les plus caractéristiques de (...)

14De manière générale, le genre romanesque, du fait de sa trame narrative, se prête particulièrement bien à cette entreprise. Il est d’ailleurs notable que les romans grecs, assez souples, ont dû faire régulièrement l’objet de résumés35 ou d’amplifications36, et qu’ils comportent parfois eux-mêmes une mise en abyme de leur propre intrigue, au moyen de résumés de l’action passée ou à venir au sein de la narration37, si bien que Tim Whitmarsh a théorisé cette capacité du texte à être résumé sous le terme « self-epitomisation »38. Photios était tout à fait conscient de ces enjeux et le montre dans ses propres résumés. Aussi est-ce la forme des romans, plutôt que leur sujet, qui semble avoir retenu son intérêt39. Dans sa notice sur Antoine Diogène, il souligne bien le double aspect d’édification et de divertissement du genre romanesque, non loin du traditionnel placere et mouere hérité de la tradition rhétorique aristotélicienne, mais fait plus grand cas des procédés stylistiques employés pour y parvenir que des objectifs eux-mêmes, incontestés.

Photios et les romans grecs : un jugement esthétique

  • 40 Lemerle 1971, p. 194.
  • 41 Voir Patillon 2010.

15« Aux profanes, [Photios] porte surtout un intérêt philologique et littéraire »40, écrivait Paul Lemerle : cela se vérifie assez bien à la lecture des notices qu’il consacre, dans sa Bibliothèque, aux romans d’Héliodore et de Jamblique. En effet, l’épitomé s’y accompagne d’un bref commentaire esthétique et moral qui se trouve parfois même imbriqué avec elle. Son jugement esthétique repose majoritairement sur les catégories rhétoriques établies par Hermogène de Tarse41.

  • 42 Roilos 2005, p. 43 : « In Byzantine literature, apheleia is sometimes invested with particular Chr (...)

16De Jamblique, il retient surtout la diction (λέξις), qu’il qualifie de ῥέουσα καὶ μαλακή, ce que l’on peut comprendre positivement comme « fluide et douce » ou négativement comme « dégoulinante et molle ». Il loue d’un côté l’excellence (ἀρετή) de son style et de sa composition, tout en déplorant de l’autre son caractère trop chatouilleux et efféminé. Achille Tatius « paraît » (δοκεῖ) se distinguer par la précision et la clarté de ses périodes, mais ne le fait pas à bon escient. Il n’y a guère qu’à Héliodore que Photios daigne décerner un éloge dépourvu de toute réserve : les qualificatifs employés à son sujet sont notamment les idéaux de douceur (γλυκύτης) et de simplicité (ἀφέλεια) prônés par Hermogène pour leur capacité à plaire et à instruire, sans exclure la possibilité d’une double lecture à connotation spécifiquement chrétienne de ces termes42.

  • 43 Michel Psellos ira jusqu’à en déduire que le roman d’Achille Tatius était nécessairement une imita (...)

17À l’instar de Grégoire de Corinthe ou de Michel Psellos après lui, Photios établit donc une hiérarchie axiologique entre les romans d’Achille Tatius et d’Héliodore au profit de ce dernier43. Or, cette hiérarchie n’est pas uniquement d’ordre esthétique, mais également d’ordre moral.

Photios et les romans grecs : un jugement moral

  • 44 Voir Bianchi, Schiano 2016, p. 1020, n. 2 : malgré l’édulcoration de certaines traductions, ἔρωτες (...)
  • 45 Laplace 2007, p. 22 : « Pour Photios, les particularités d’Achille Tatios sont doubles : autant so (...)
  • 46 Même s’il s’agit d’un prétexte, le naturel avec lequel il est dit et reçu par le portier laisse en (...)
  • 47 La formulation « τὸν δι’ ἐμὲ φαινόμενον οὐδαμοῦ, τὸν μετὰ Λευκίππην ἐμὸν δεσπότην » est pour le mo (...)
  • 48 Dans de nombreuses éditions anciennes, par bienséance, le passage en question a été supprimé, trad (...)
  • 49 Xén., Eph., 2, 14 ; 3, 2 ; 5, 15 ; Longus, 4, 16‑20.
  • 50 Xén., Eph., 1, 9, 9 ; Longus, 3, 18, 4.
  • 51 C’est aussi pourquoi l’attribution à Photios d’une épigramme de l’Anthologie palatine (9, 203) lou (...)

18Pour Photios, le fond et la forme sont indissociablement liés : c’est la raison pour laquelle une excellente expression ne saurait convenir à des sujets indécents, et c’est précisément ce qu’il reproche à Achille Tatius. Alors qu’il insiste à trois reprises sur la chasteté (σωφροσύνη) de l’amour entre homme et femme (ἔρωτα ἀνδρὸς καὶ γυναικός) du couple formé par Théagène et Chariclée dans les Éthiopiques d’Héliodore, il reproche fermement à l’auteur de Leucippé et Clitophon de mettre en scène des amours inconvenantes (ἔρωτες ἄτοποι)44. En raison de « l’excessive ignominie et impureté de ses conceptions » (τό γε λίαν ὑπέραισχρον καὶ ἀκάθαρτον τῶν ἐννοιῶν), il dénonce le décalage entre le soin du style et la turpitude du sujet45 et déconseille vivement sa lecture, « à éviter » selon lui (τὴν ἀνάγνωσιν ποιεῖται καὶ φευκτήν). Il est fort probable que l’adultère du héros Clitophon avec Mélité (V, 27, 3‑4) ou sa fréquentation avec des maîtresses (II, 26, 1)46, des prostituées (II, 37, 5) et même peut-être son cousin Clinias (III, 23, 3)47 n’aient pas été du goût de l’homme d’Église, pas davantage que la tragique histoire d’amour entre Clinias et son éromène, Chariclès (I, 11‑4), ou la longue apologie des relations pédérastiques par Ménélas, assortie d’une description détaillée (II, 34‑38)48. On pourrait penser que c’est pour ce genre de raisons que Photios a exclu de sa Bibliothèque les romans de Xénophon d’Éphèse et de Longus, dont la pédérastie49 et les rapports sexuels50 ne sont pas absents, mais il semble plus logique de penser que, s’il les avait lus, il leur aurait réservé un sort semblable à celui de Leucippé et de Clitophon : une notice sans résumé accompagnée d’une recommandation à ne pas les lire (c’est le sens de φευκτός). Il n’est pas non plus étonnant, d’après le jugement qu’il en donne, que Photios refuse pour sa part de reconnaître toute dignité épiscopale ou même chrétienne à Achille Tatius51.

  • 52 Codex LXXIII (Héliodore) : 1171 mots ; codex LXXXVII (Achille Tatius) : 111 mots ; codex XCIV (Jam (...)
  • 53 Treadgold 1980, p. 101 : « Photius did read the book through with some pleasure, as he did some ot (...)

19Or, si l’on compare la longueur des trois notices correspondant à ces romans52, force est de constater une grande inégalité de traitement entre eux, puisque l’écart entre la longueur de la notice consacrée à Achille Tatius et celle consacrée à Héliodore va du simple au décuple, et qu’il est encore plus disproportionné si on le compare aux notices des deux autres romanciers. Pourquoi l’importance accordée au roman d’Achille Tatius est-elle faible à ce point ? Quantitativement, la réponse est simple : c’est parce que, contrairement à ce qu’il fait pour les autres, Photios ne donne pas de résumé de Leucippé et Clitophon, que la notice est si brève. Résumer ou ne pas résumer revient à donner la permission ou l’interdiction d’avoir accès à une œuvre : l’épitomé revêt donc le statut de caution tandis que son absence apparaît en l’espèce comme une forme de censure. Mais une ambiguïté surgit alors : pourquoi le cite-t-il quand même ? Cela peut se justifier par son souhait manifeste d’exhaustivité, mais peut-être pas seulement : sans doute reconnaît-il implicitement quelques qualités au roman d’Achille Tatius53.

  • 54 Voir Henry 1959‑1977, II, p. 11, n. 3.
  • 55 Photios, Bibliothèque, cod. 87 : Πολλὴν δὲ ὁμοιότητα ἐν τῇ διασκευῇ καὶ πλάσει τῶν διηγημάτων, πλὴ (...)
  • 56 Photios, Bibliothèque, cod. 94 : Ἔστι δὲ τῇ αἰσχρολογίᾳ τοῦ μὲν Ἀχιλλέως τοῦ Τατίου ἧττον ἐκπομπεύ (...)

20Dans cette comparaison entre les trois romans, il ne faut pas négliger la relative progression mise en place par Photios : selon une certaine logique, lorsqu’il traite d’un romancier et le compare aux autres, il le confronte toujours aux auteurs auxquels il a déjà consacré une notice, précédemment dans la Bibliothèque, mais jamais à ceux qui suivent54, ce qui tend à montrer que malgré l’apparence encyclopédique de son œuvre, il suggère un ordre de lecture, si ce n’est simplement l’ordre d’écriture ou même le hasard. Ainsi, Héliodore, qui est traité en premier, n’est comparé à personne, puis Achille Tatius n’est comparé qu’à Héliodore55, et enfin, Jamblique est comparé à l’un et à l’autre56.

Le traitement des Éthiopiques : une transmission partielle

  • 57 Pour la correspondance entre les fragments des Babyloniaques de Jamblique et leur résumé par Photi (...)
  • 58 Voir Treadgold 1980 : chap. 5 (p. 67‑80) sur les erreurs et omissions dans la Bibliothèque ; 6 (p. (...)
  • 59 À cet effet, nous avons établi une table de correspondance entre les éléments du texte de Photios (...)

21Nous nous proposons à présent d’étudier de plus près le résumé que Photios donne des Éthiopiques d’Héliodore, puisqu’il s’agit du seul cas de roman dont nous possédions à la fois le texte original et l’épitomé57, qui n’est pas exempt d’erreurs ou d’omissions58. Grâce à la confrontation précise de ces deux textes, il est possible de les mettre en perspective59.

Épisodes et aspects privilégiés dans l’épitomé

  • 60 Schamp 2010, p. 678 : « Après une caractérisation générale, où les indications de style sont impor (...)
  • 61 Henry 1959‑1977, II, p. 41, n. 4, interprète cela comme un « style parlé » et en déduit l’« idée q (...)
  • 62 Henry 1959‑1977, II, p. 46, n. 2 : « à partir de cet endroit, on sent dans le sommaire une certain (...)
  • 63 Voir Héliodore, 10, 35. Chariclès, apercevant Théagène, s’écrie : ὦ βασιλεῦ, οὗτός ἐστιν ὁ τὴν ἐμὴ (...)
  • 64 Voir Héliodore, 3, 5 (amour réciproque de Théagène et Chariclée dès leur premier regard) : ἀλλήλου (...)

22La plupart du temps, l’épitomé de Photios prend des allures de sommaire plutôt que de coupe ou de résumé à proprement parler : à l’opposé de celui d’Héliodore qu’il abrège, son style est lapidaire et paratactique60. Les phrases sont faites de tournures nominales généralement dépourvues de formes verbales, qui se succèdent de manière effrénée avec un nombre de connecteurs logiques réduit à une proportion minimale61. Seuls deux passages du résumé marquent le pas, sans pour autant échapper à cette caractéristique formelle. En effet, contrairement à l’épitomé des Babyloniaques de Jamblique, où le lecteur, qui ne connaît pas le texte original, ressent une très nette accélération de la cadence dans la progression narrative62, l’intrigue des Éthiopiques ralentit au fur et à mesure que le dénouement approche, jusqu’à épouser plusieurs détails de la scène finale. Alors que Photios passe très rapidement sur le début du roman et la restitution du récit de Calasiris, il se montre beaucoup plus précis sur le dixième et dernier livre : c’est d’ailleurs à celui-ci qu’il emprunte sa seule citation littérale63, relative à la reconnaissance (anagnorisis) de Théagène par Chariclès, dont il avait enlevé la fille. Ce faisant, il confère à l’épisode en question une intensité dramatique certes déjà présente dans le roman, mais particulièrement renforcée dans son résumé par cet « arrêt sur image ». De manière générale, la reprise fidèle d’un certain nombre d’expressions sémantiques ou lexicales64 laisse penser que Photios a rédigé son résumé avec le texte original sous les yeux plutôt que de mémoire, comme il a pu le faire pour d’autres œuvres.

  • 65 Beaton 1996, p. 60 : « The minor but macabre scene of necromancy which so fascinated the Patriarch (...)
  • 66 Cette figure ambiguë de la γραῦς est un personnage topique du roman grec : voir Chariton, Chairéas (...)
  • 67 Héliodore, 6, 12‑15.
  • 68 Photios rapporte tout aussi consciemment la scène d’anthropophagie chez Jamblique (d’après un frag (...)
  • 69 Les tentatives de réhabilitation d’Héliodore comme figure épiscopale ou d’interprétation allégoriq (...)

23L’autre épisode, pourtant très secondaire dans le roman d’Héliodore, que Photios développe, est la scène de nécromancie qui occupe la fin du livre VI du roman65. Dans les Éthiopiques, il ne s’agit que de quelques paragraphes qui racontent comment Calasiris et Chariclée, partis à la recherche de Théagène, tombent nez à nez avec une vieille femme66 qui pleure sur le cadavre de son fils, tué au cours d’une attaque de pirates, puis la surprennent pendant la nuit en flagrant délit de magie noire, en train de réveiller son fils mort par des rites bizarres : celui-ci formule à la fois une prédiction concernant la fin des aventures de Théagène et Chariclée et une malédiction contre sa propre mère pour son acte de profanation (elle mourra aussitôt après en s’empalant sur une lance restée à terre sur le champ de bataille)67. On retrouve manifestement dans cet intérêt marqué de Photios son goût pour le thauma, ce caractère merveilleux et parfois glauque68 qu’il semble beaucoup apprécier dans le genre romanesque. Mais on peut également penser, d’après la grave accusation de sacrilège (le terme ἀθέμιτα est répété à deux reprises) qu’il lance, que c’est une manière détournée de condamner des pratiques occultes réprouvées par l’Église, par le biais du commentaire et de l’exemplum de cette femme morte sur-le-champ comme sous l’effet d’une justice immanente69.

Épisodes et aspects minorés ou omis dans l’épitomé

  • 70 Il est difficile de l’affirmer, car nous n’en possédons pas l’original. Cependant, pour la Souda, (...)
  • 71 Héliodore, Éthiopiques, 2, 34‑35.
  • 72 Par exemple, l’envoi d’Oroondatès, le mari d’Arsacé, est particulièrement obscur du fait de son im (...)

24À rebours de ces effets de loupe, il est intéressant de noter que Photios minimise certains passages qui lui déplaisent, quand il ne les passe pas tout simplement sous silence. Ce qu’il fait à l’échelle d’œuvres entières, par exemple en faisant le choix de ne rien résumer du tout dans sa notice sur le trop immoral Achille Tatius ou bien d’accélérer (et possiblement d’interrompre)70 le trop long épitomé du roman de Jamblique, il le fait également à un niveau plus détaillé. Ainsi, certains livres entiers des Éthiopiques, comme le quatrième ou le neuvième, ne sont presque pas restitués. Le livre IV est réduit au simple rapt de Chariclée par Théagène, certes capital mais pas isolé dans le roman : les exploits sportifs de Théagène contre l’Arcadien Orménos, le va-et-vient de Calasiris qui se fait l’intermédiaire entre les deux amants, la préparation de l’enlèvement et, surtout, la révélation de l’origine éthiopienne de Chariclée passent par pertes et profits dans le texte de Photios. Ce dernier point peut s’expliquer soit par la volonté de ménager un effet de suspense en retardant cette révélation au dénouement, soit par l’omission délibérée, de la part du patriarche ou futur patriarche chrétien, du déchiffrement d’un message éminemment païen, puisqu’il s’agit de l’oracle de la Pythie, central dans le roman71 mais totalement absent du récit de Photios. Quant au livre IX, il décrit longuement la bataille opposant les Perses et les Éthiopiens : Photios, estimant sans doute la retranscription de tous ces combats inutile à la bonne compréhension du roman, se limite à en mentionner le résultat, à savoir que Théagène et Chariclée passent des mains des uns à celles des autres, au prix de quelques incohérences ou imprécisions72.

  • 73 Bianchi, Schiano 2016, p. 1008‑1009, n. 4 : « Fozio omette pure di dar conto di vicende e divagazi (...)
  • 74 Voir par exemple Héliodore, Éthiopiques, 1, 6 (le « pays des pasteurs ») ; 1, 29 (la grotte où Cha (...)
  • 75 Héliodore, Éthiopiques, 1, 9‑17.
  • 76 Héliodore, Éthiopiques, 5, 4‑10.
  • 77 Héliodore, Éthiopiques, 5, 9.
  • 78 Bianchi, Schiano 2016, p. 1009, n. 5 à 12.
  • 79 Est-ce pour légitimer ou pour expliquer l’absence de l’oracle de la Pythie et « dépaganiser » ains (...)
  • 80 Héliodore, Éthiopiques, 5, 19.
  • 81 Ce nom qui renvoie à un serpent égyptien est pourtant plus adapté que celui d’Hermouthis, puisque (...)

25Photios omet également la plupart des éléments accessoires à la trame narrative elle-même, comme les passages digressifs ou descriptifs73 : c’est pourquoi les ekphraseis de paysages et de personnages74 ou les récits secondaires de Cnémon75 (qui n’est d’ailleurs pas présenté) et du narrateur lui-même (sous forme d’analepse)76 ne figurent pas du tout dans son résumé. Cela entraîne une possible incompréhension chez celui qui lirait la notice sans avoir lu les Éthiopiques auparavant : lorsque Calasiris et Chariclée partent à la recherche de Théagène, on ne saisit pas pourquoi celui-ci est recherché (c’est parce qu’il avait été fait prisonnier par les soldats qui avaient vendu Chariclée)77. Par ailleurs, la suppression ou la relativisation de certains détails sont susceptibles de relever d’une certaine pruderie, depuis l’omission du grotesque prétexte invoqué par Cnémon pour se séparer de Thermouthis (une diarrhée) jusqu’à la pudique requalification de la tentative de viol de Trachinos en simple « amour » ou du désir de Thyamis, qui ne veut pas épouser Chariclée seulement pour s’assurer une postérité, mais aussi par passion. On peut enfin repérer quelques écarts entre le texte d’Héliodore et le résumé de Photios78, même s’il n’est pas exclu que certaines légères divergences soient imputables à des disparités dans la riche tradition manuscrite des Éthiopiques : ainsi Photios place-t-il la scène de la rencontre de Théagène et de Chariclée à Athènes au lieu de Delphes79, fait-il du premier prétendant de la jeune fille un amiral (ναύαρχος) au lieu d’un simple marchand embarqué (ἔμπορος)80, et de Thyamis un fuyard au lieu d’un combattant, appelle-t-il Thermouthis (Θέρμουθις)81 Hermouthis (Ἕρμουθις) et Persinna (Περσίννα) Persiné (Περσίνη) ou ne présente-t-il pas explicitement Nausiclée comme la fille de Nausiclès et Chariclès comme le père adoptif de Chariclée, etc. Celui-ci est d’ailleurs immédiatement nommé par Photios lors de son arrivée d’Athènes (et non de Delphes) en Éthiopie, ce qui ruine l’effet d’attente mis en place par Héliodore : désigné comme un simple vieillard, le lecteur ne sait pas qu’il s’agit de Chariclès et ne comprend la raison de sa présence et de son comportement qu’après avoir appris son identité.

Le rétablissement chronologique des épisodes

  • 82 Ce n’est que dans les chants IX à XII de l’Odyssée qu’en une immense analepse, Ulysse narre son pé (...)
  • 83 Létoublon 1993, en décrivant ce phénomène, qualifie Héliodore de « maître de la spécularité romane (...)

26Il est communément admis que l’une des principales originalités du roman d’Héliodore réside dans une innovation formelle majeure : la mise en abyme du récit dans la polyphonie romanesque. Si l’existence de récits autodiégétiques rétrospectifs imbriqués dans un espace narratif plus large remonte au moins à l’Odyssée82, Héliodore a poussé le principe de ces « poupées russes » littéraires plus loin, en multipliant les niveaux de réflexivité83 : les deux premiers livres du roman ne s’éclairent (partiellement) qu’à la lecture du discours de Calasiris à Cnémon qui suit mais retrace ce qui s’était produit auparavant, sous son point de vue particulier qui n’est pas celui du narrateur extérieur. Ce discours lui-même comprend d’ailleurs plusieurs récits enchâssés. Et ce n’est qu’après lui que le récit peut reprendre son cours et s’acheminer vers son dénouement.

  • 84 Hägg 1975, p. 199 : « In cod. 73 wird die kunstvolle Komposition der Aithiopika des Heliodoros übe (...)

27Or, dès la première comparaison des deux textes, il est possible de constater que le déroulement de l’épitomé de Photios ne correspond pas à celui du roman d’Héliodore : alors que ce dernier suit une logique propre destinée à créer un effet de style certain et à maintenir l’intensité dramatique par le dévoilement progressif des divers éléments de l’intrigue, le compilateur byzantin en suit une autre, pédagogique et chronologique, destinée à ne pas égarer son lecteur en proposant d’énumérer les événements non dans l’ordre où ils sont exposés, mais dans l’ordre où ils se sont produits, une fois que l’on explique le texte, au sens étymologique de « déplier », c’est-à-dire que l’on remet à plat toute l’histoire depuis son commencement jusqu’à son dénouement. Le résultat sera que beaucoup de spécificités de l’agencement du récit héliodorien (dont Photios ne dit rien par ailleurs) disparaissent, à commencer par son célèbre incipit in medias res, et que la lecture en est facilitée84. Ainsi, l’épitomé s’ouvre sur le début du discours de Calasiris, au livre III du roman, sans préciser qu’il s’agit d’un récit imbriqué ni quel en est le narrateur, et se poursuit en recréant artificiellement la coupure intentionnellement introduite par Héliodore et en revenant au début du roman, puis se prolonge après l’intervention de Calasiris, au livre VI, comme si elle n’avait tout simplement pas existé. Les autres analepses sont d’ailleurs elles aussi annihilées. Voici schématiquement les changements ainsi opérés dans l’ordre des livres :

28Texte original           I II III IV V VI VII VIII IX X

Texte résumé           III IV V I II VI VII VIII IX X

  • 85 Nilsson 2014, p. 54 : « Photios a été critiqué pour n’avoir pas commenté en détail les différences (...)

29En effectuant ces changements d’organisation, Photios brise un certain nombre de mystères laissés en suspens dans les premiers livres : à titre d’exemple, l’intérêt de la scène où Thisbé et Chariclée sont confondues au livre II, et de sa résolution au début du livre V, se trouve totalement anéanti. En revanche, il rend compréhensible l’ensemble de la trame narrative en la présentant d’un seul trait et l’objectif en est sans doute pédagogique. Au-delà de cette inévitable tension, dans l’épitomé, entre la fidélité à la lettre et la fidélité à l’esprit, il conviendrait sans doute de se demander si nous n’y projetons pas nos propres paradigmes aux dépens de ce que pourrait être une authentique relecture byzantine85.

  • 86 Lemerle 1971, p. 178.
  • 87 Voir Whitmarsh 2010, p. 308, au sujet de cet épitomé : « an ingenuous text of miracle-mongering ha (...)
  • 88 Treadgold 1980, p. vii : « The Bibliotheca belongs to no recognized category of writing. In certai (...)
  • 89 Schamp 2011, p. 67.

30Si l’on ne peut plus affirmer aujourd’hui que « presque tout est encore à dire sur Photius »86, force est néanmoins de constater qu’à côté de sa personne historique, nombre de ses écrits restent assez peu exploités. Dans cette colossale encyclopédie qu’est la Bibliothèque, les notices nous présentent des commentaires et des résumés plus ou moins développés sur la majeure partie de ce qui faisait la culture de son temps. Ces résumés, fruits et vecteurs d’une transmission à la fois partielle et partiale, sont par nature subjectifs et dépendent de la compréhension de l’abréviateur, mais aussi de son univers culturel, déjà assez éloigné de celui des auteurs des œuvres concernées. Or, cette subjectivité se révèle aussi comme une médiation nécessaire dans les cas où les originaux ne sont pas parvenus jusqu’à nous et s’inscrit ainsi dans un cycle : elle est le produit de la rencontre d’un texte et d’une culture, et nourrit à son tour une culture par la transmission des idées véhiculées par ces textes. L’épitomé du roman de Jamblique nous renseigne sur cette œuvre que nous ne connaîtrions presque pas sans elle ; l’absence d’épitomé de celui d’Achille Tatius nous dit aussi quelque chose de cette rencontre de deux univers culturels à la fois très proches et fort éloignés ; quant à celle des Éthiopiques d’Héliodore, elle constitue pour nous un exemple unique de palimpseste, grâce à l’étude comparative que nous pouvons mener entre l’hypotexte et l’hypertexte. C’est exactement la même histoire, mais elle n’est pas reproduite servilement à l’identique : on la relit sous un jour nouveau, avec les yeux d’un autre, et une inévitable réorientation des objectifs littéraires initiaux87. Derrière le procédé d’abréviation, il s’agit d’une réelle innovation littéraire, au carrefour de plusieurs genres88 et au cœur de ce qui a pu être qualifié de « plus vaste monument de critique littéraire du Moyen Âge »89.

Bibliographie

Ahrweiler 1965 : H. Ahrweiler, « Sur la carrière de Photius avant son patriarcat », BZ 58, 1965, p. 348‑363.

Beaton 1996 : R. Beaton, The Medieval Greek Romance, Londres/New York, Routledge, 1996.

Bianchi, Schiano 2016 : N. Bianchi, C. Schiano (dir.), Fozio, Biblioteca, Pise, Edizioni della Normale, 2016.

Bompaire 1981 : J. Bompaire, « Photius et la Seconde Sophistique, d’après la Bibliothèque », Travaux et Mémoires 8, 1981, p. 79‑86.

Borgogno 1975 : A. Borgogno, « Sui Babyloniaca di Giamblico », Hermes 103, 1975, p. 101‑126.

Brethes, Guez 2016 : R. Brethes, J.-P. Guez (dir.), Romans grecs et latins, Paris, Les Belles Lettres, 2016.

Canfora 2003 : L. Canfora, La Bibliothèque du Patriarche, Paris, Les Belles Lettres, 2003 (trad. L.A. Sanchi).

Freese 1920 : J.H. Freese, The Library of Photius, Londres/New York, Macmillan, 1920.

Grumel 1960 : V. Grumel, « Une nouvelle édition de la Bibliothèque de Photius », REB 18, 1960, p. 214‑224.

Hägg 1975 : T. Hägg, Photios als Vermittler Antiker Literatur, Uppsala, Almquist och Wiksell, 1975.

Hägg 2004 : T. Hägg, « The Ephesiaca of Xenophon Ephesius : Original or Epitome ? », Parthenope : selected studies in ancient Greek fiction, Copenhague, Musuem tusculanum press, 2004, p. 159‑198.

Halkin 1963 : F. Halkin, « La date de composition de la Bibliothèque de Photius remise en question », AB 81, 1963, p. 414‑417.

Henry 1959‑1977 : Photius, Bibliothèque, éd. R. Henry, t. I à VIII, Paris, Les Belles Lettres, 1959‑1977.

Henry 2002 : Michel Photios, Les Codices du merveilleux, éd. R. Henry, Toulouse, Anacharsis, 2002.

Laplace 2007 : M. Laplace, Le roman d’Achille Tatios. « Discours panégyrique » et imaginaire romanesque, Berne, Lang, 2007.

Lemerle 1971 : P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin, Paris, PUF, 1971.

Létoublon 1993 : F. Létoublon, Les lieux communs du roman. Stéréotypes grecs d’aventure et d’amour, Leyde, Brill, 1993.

Markopoulos 2004 : A. Markopoulos, « New Evidence on the Date of Photios’ Bibliotheca », History and Literature of Byzantium in the 9th-10th Centuries, Aldershot, Ashgate, 2004, p. 1‑18.

Meunier 2007 : F. Meunier, Le roman byzantin du xiie siècle, Paris, Champion, 2007.

Mülke 2010 : M. Mülke, « Die Epitome : das bessere Original ? », dans M. Horster, C. Reitz (dir.), Condensing texts – condensed texts, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 68‑89.

Nilsson 2014 : I. Nilsson, Raconter Byzance. La littérature au xiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

Nilsson, Zagklas 2017 : I. Nilsson, N. Zagklas, « “Hurry up, reap every flower of the logoi !” : the use of Greek novels in Byzantium », GRBS 57, 2017, p. 1120‑1148.

Patillon 2010 : M. Patillon, La théorie du discours chez Hermogène le rhéteur, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

Roilos 2005 : P. Roilos, Amphoteroglossia : A Poetics of the Twelfth-Century Medieval Greek Novel, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2005.

Ronconi 2013 : F. Ronconi, « The Patriarch and the Assyrians : New Evidence for the Date of Photios’ Library », Segno e Testo 11, 2013, p. 387‑395.

Ronconi 2015 : F. Ronconi, « L’automne du Patriarche », dans J. Signes Codoñer, I. Perez Martin (dir.), Textual transmission in Byzantium : between textual criticism and Quellenforschung, Turnhout, Brepols, 2015, p. 93‑130.

Schamp 2010 : J. Schamp, « Photios abréviateur », dans M. Horster, C. Reitz (dir.), Condensing texts – condensed texts, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 649‑734.

Schamp 2011 : J. Schamp, « Le projet pédagogique de Photios », dans P. Van Deun, C. Macé (dir.), Encyclopedic trends in Byzantium ?, Louvain, Peeters, 2011, p. 57‑76.

Schreiner 2011 : P. Schreiner, « Die enzyklopädische Idee in Byzanz », dans P. Van Deun, C. Macé (dir.), Encyclopedic trends in Byzantium ?, Louvain, Peeters , 2011, p. 3‑25.

Signes Codoñer 2015 : J. Signes Codoñer, « Introduction », Textual transmission in Byzantium : between textual criticism and Quellenforschung, Turnhout, Brepols, 2015, p. 11‑30.

Stephens, Winkler 1995 : S.A. Stephens, J.J. Winkler, Ancient Greek novels : the fragments, Princeton, PUP, 1995.

Tissoni 2002 : F. Tissoni, « Anthologia Palatina IX, 203 : Fozio, Leone il Filosofo e Achille Tazio moralizzato », Medioevo Greco 2, 2002, p. 49‑65.

Treadgold 1980 : W.T. Treadgold, The Nature of the Bibliotheca of Photius, Washington, Dumbarton Oaks center, 1980.

Vogt 1905 : A. Vogt, « La jeunesse de Photius », Revue de Fribourg, 1905, p. 747‑755.

Wilson 1992 : N. Wilson, Fozio, Biblioteca, Milan, Adelphi, 1992.

Whitmarsh 2010 : T. Whitmarsh, « Epitomes of Greek Novels », dans M. Horster, C. Reitz (dir.), Condensing texts – condensed texts, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 307‑320.

Wolff 1997 : É. Wolff, Le roman grec et latin, Paris, Ellipses, 1997.

Notes

1 Lemerle 1971, p. 192 : « ces lectures ont pu s’étendre sur une douzaine ou une quinzaine d’années, et il se peut que le recueil conserve, dans l’ensemble, l’ordre chronologique dans lequel elles ont été faites ».

2 Voir Henry 1959‑1977, I, p. xix‑xx ; Schamp 2011, p. 68.

3 Voir l’interprétation de la lettre à Taraise par Canfora, dans Bianchi, Schiano 2016, p. xxvi-xxx.

4 Peut-être à Bagdad.

5 Ahrweiler 1965, p. 860, remarquant que Taraise n’a pas encore le titre de patrice dans cette lettre, propose une datation bien plus haute (838) que la datation traditionnelle (855‑856). À peine adolescent quand il aurait commencé à rédiger son Lexique, Photios, secrétaire impérial (835‑840) au moment de la campagne de Théophile contre les Arabes (837), aurait profité de l’ambassade pour mettre en ordre ses notes précédentes, avec un attelage réservé au transport des documents officiels et comme seule difficulté, celle de trouver un secrétaire.

6 Markopoulos 2004, faisant la synthèse des travaux de ses prédécesseurs (notamment Treadgold qui pense que seule la première partie de la Bibliothèque est attribuable à Photios), semble rejeter la datation d’Arhweiler en raison de la persécution iconoclaste de Théophile (jamais il n’aurait laissé un iconophile participer à son ambassade : il s’agirait donc d’une ambassade, qui aurait eu lieu quand Photios était déjà patriarche), et opter pour cette solution médiane (entre 845 et 856), prenant pour terminus post quem les sources les plus tardives de son œuvre et pour terminus ante quem la fameuse ambassade. Schamp 2011, p. 67, adopte une datation proche (851), considérant qu’il ne faut pas comprendre πρεσβεία comme « ambassade » mais comme « intercession » pour la conversion des « Assyriens » à la foi chrétienne.

7 Halkin 1963, p. 417, pointant certaines invraisemblances dans cette lettre (temps de loisir important en pleine mission diplomatique, intérêt marqué pour des disciplines ecclésiastiques abstruses avant d’entrer dans les ordres, etc.), préfère la lire comme une « fiction littéraire » et lui attribuer une datation tardive, après le codex 252 qu’il estime ultérieur à la publication intégrale de la Vie de Grégoire le Grand (874‑875), soit sous son second patriarcat (877‑886) voire au-delà : « la Bibliothèque de Photios ne doit plus être considérée comme une œuvre de jeunesse ». La fausse lettre à Taraise aurait donc été un moyen d’antidater son œuvre avant le début de sa carrière patriarcale (858) : « s’il n’avait pas eu recours à cet artifice, on n’eût pas manqué de lui reprocher son excessive largeur d’esprit, vu qu’il continuait, lui, le chef de l’Église byzantine, à s’intéresser aux œuvres d’écrivains profanes ou hérétiques ».

8 Cela n’est paradoxal qu’en apparence, car la revendication de cet héritage était susceptible de conforter le sentiment antilatin.

9 Les termes grecs Βιβλιοθήκη et Μυριόβιβλος expriment tous deux la forme de cette œuvre, recueillant une grande quantité de livres différents. Précisons toutefois que ces titres sont posthumes, puisqu’ils apparaissent respectivement au xvie et au xive siècle dans les manuscrits : voir Schamp 2010, p. 650.

10 Vogt 1905, p. 5‑6 : « arrivé au plein épanouissement de sa jeunesse, Photius avait acquis une instruction des plus complètes et des plus étendues » (PG, 101, col. 153 : οἷα δὴ καὶ ἡμῖν ἐπράχθη τὴν τῶν μειρακίων ἡλικίαν).

11 Voir Canfora 2003.

12 Voir Wilson 1992, p. 39.

13 Schamp 2011, p. 64 : « même les chroniques les plus hostiles ont gardé des indices de l’activité de Photios comme enseignant » ; p. 66 sur la Bibliothèque : « l’œuvre reflète pour une bonne part les enseignements dispensés ou organisés par Photios lui-même ».

14 Lemerle 1971.

15 Voir Canfora, dans Bianchi, Schiano 2016, p. liv.

16 Henry 2002, p. 12 : « les écrits des Anciens étaient devenus un catalogue formel de phrases et de tournures collectionnées comme autant de fossiles dont on admirait la plastique sans plus se soucier du sens » ; Meunier 2007, p. 27 : les lecteurs byzantins « ne se plongent pas dans les œuvres elles-mêmes, mais en ont une connaissance indirecte, par l’intermédiaire d’abrégés, d’anthologies, de simples compilations ou de commentaires. Un lettré comme Photius, au ixe siècle, qui se constitue un ensemble personnel de lectures de textes anciens, profanes et chrétiens, si possible dans leur intégralité, représente une exception notoire, n’est absolument pas représentatif de la démarche habituelle chez les Byzantins. Si surprenante soit-elle pour nous, cette démarche correspond strictement à l’idée qu’ils se font de la culture : plus encyclopédique que fondée sur la réflexion personnelle amenée par la fréquentation directe des auteurs ».

17 Treadgold 1980, p. 97 : « Photius was interested in nearly everything ». En témoignent ses indices des notices, classées en fonction de l’auteur, du sujet traité, du siècle de composition ou de leur « type » (épitomé rédigé de mémoire, ou bien avec le texte original en main, ou encore à partir de notes prises précédemment).

18 Lemerle 1971, p. 177 : « Il faut considérer avec prudence les lieux communs sur le rôle de Photius dans une renaissance de l’antique. […] C’est le défenseur de l’orthodoxie, c’est l’adversaire de tous ceux qui peu ou prou ont dévié de la foi droite, c’est l’inspirateur de la grande œuvre missionnaire de Byzance, c’est le patriarche enfin, qui tout compte fait l’emporte » ; Henry 2002, p. 12 : « c’est avec un œil suspicieux qu’il a dû aborder ces écrits de païens, de gens aveugles donc à la Révélation apportée par le Christ ».

19 Il est communément admis que les romans de Jamblique, Achille Tatius et Héliodore ont été écrits respectivement aux iie, iiie et ive siècles.

20 Bompaire 1981, p. 79 : « dans la Bibliothèque, le nombre de notices consacrées à des codices païens équilibre le nombre de celles qui traitent des ouvrages chrétiens […] Quant à la place des œuvres des trois premiers siècles, correspondant à la Seconde Sophistique au sens large, elle est loin d’être négligeable : 37 auteurs, en 46 notices, dont quatre partielles ».

21 Voir Schamp 2010.

22 Voir Schreiner 2011, p. 8‑11.

23 À l’exception de quelques rares variantes (ἀνεγνώσθησαν et ἀνέγνων) : voir Schamp 2010, p. 664, n. 19.

24 À partir du codex 234, le style change et les notices se font plus concises, de sorte qu’on a pu penser que les conditions de composition, voire l’identité de l’auteur, n’étaient pas les mêmes.

25 Signes Codoñer 2015, p. 17‑18, distingue quatre types de reprise des textes anciens par les Byzantins : la paraphrase, la métaphrase, l’épitomé et l’amplification : « Paraphrasis describes the re-writing of a text according to new stylistic or rhetorical patterns. Metaphrasis is the transposition of a given text into a different linguistic level. […] The apparently contradictory techniques of epitome and amplification [may] coexist in the same works ».

26 Mülke 2010 pose le problème de la fidélité au texte original soulevé par la question des epitomai, opposant celles qui l’altèrent (p. 71, « die Kürzung als Verfälschung des Originals ») et celles qui l’améliorent (p. 74, « die Kurzfassung als besseres Werk »).

27 Hägg 1975, p. 9, reprend à J. Palm, en l’appliquant à la Bibliothèque de Photios, cette distinction entre résumés brefs (« Kurzreferat », p. ex. codices 44 et 209), résumés analytiques (« analytisches Referat », p. ex. codices 63 et 238) et citations du texte d’origine (« Exzerpte », p. ex. codices 236, 237, 241, 243, 245, 246) ; p. 197‑198 : « Das Kurzreferat gibt den Inhalt in allgemeinem, kondensiertem Wortlaut wieder. […] Das analytische Referat folgt dem im Original geschilderten Geschehen fortlaufend und auf konkretere Weise. […] Die reinen Exzerpte dürften sich meistens schon dadurch ermöglichen lassen, dass sich die sprachlich-stilische Eigenart des betreffenden Autors vom Referatstil des Photios abhebt. » ; p. 198‑201 : « Das Kurzreferat gibt normalerweise fast nichts von Sprache und Stil des Autors wieder. […] Das analytische Referat ist Photios’ eigenständige, komprimierte Darlegung des Stoffes. […] Die Exzerpte bieten in der Hauptsache den Wortlaut des Originals »).

28 La notion de « genre littéraire » pour qualifier les « romans » de l’Antiquité est discutée : même si la conscience générique était pour le moins flottante au moment de leur composition, un certain nombre de caractéristiques formelles et thématiques communes entre eux et partagées avec les romans modernes ont conduit les critiques à les réunir sous ce terme quelque peu anachronique.

29 Schamp 2010, p. 677 : « on n’est pas peu surpris que Photios se soit passionné pour un genre décrié depuis au moins l’époque de l’empereur Julien ».

30 On en recense communément cinq que nous ayons conservés intégralement : Chairéas et Callirhoé de Chariton, Habrocomès et Anthia (ou Éphésiaques) de Xénophon d’Éphèse, Leucippé et Clitophon d’Achille Tatius, Daphnis et Chloé de Longus et Théagène et Chariclée (ou Éthiopiques) d’Héliodore.

31 Jacques Amyot, avec ses traductions d’Héliodore (1547) et de Longus (1559), en est l’un des plus illustres représentants. Un siècle plus tard, Pierre-Daniel Huet fut le premier à en proposer une théorie littéraire dans son Traité de l’origine des romans (1670).

32 Cette dernière, probablement inspirée de l’Histoire ecclésiastique de Socrate le Scholastique qui fait d’Héliodore un évêque chrétien, sera d’ailleurs fidèlement reprise au xive siècle par le moine et historiographe byzantin Nicéphore Calliste Xanthopoulos.

33 Grégoire Pardos, Commentaire sur Hermogène, 7, 1236, 10‑11.

34 Intitulé « Quelle est la différence (διάκρισις) entre le roman de Chariclée et celui de Leucippé ? », il fait un éloge des deux au net privilège du premier.

35 Il est possible, si l’on en juge d’après la brièveté du roman, l’incohérence et la précipitation de certains de ses épisodes (comme la fin du livre III), l’introduction de nouveaux personnages majeurs nommés sans aucune autre forme de présentation (notamment le brigand Hippothoos au livre II) ou encore le fait qu’il comprenne cinq livres au lieu des dix évoqués par la Souda, que la version que nous possédons des Éphésiaques soit en réalité un épitomé : voir Hägg, 2004.

36 On a pu ainsi avancer l’hypothèse que l’Histoire d’Apollonius roi de Tyr serait à l’origine un roman grec très largement remanié en latin puis en différentes langues vernaculaires, tout au long du Moyen Âge occidental.

37 Wolff 1997, p. 13 : « Certains des romans contiennent, au milieu ou vers la fin, un récapitulatif qui peut servir de résumé ». Ces récapitulations (ou kephalaia) se présentent en général sous la forme d’un discours à la première personne du héros (Chairéas, Théagène) ou de l’héroïne (Anthia, Leucippé). On peut aussi trouver en début de roman des prolepses qui restent nécessairement mystérieuses pour aiguiser l’appétit du lecteur (oracles).

38 Whitmarsh 2010, p. 307 : « Heliodorus’ Aethiopica repeatedly plays, to sophisticated narrative effect, with the idea that stories can be compressed or prematurely terminated. » L’étude des occurrences du verbe ἐπιτομέω-ῶ ou de ses dérivés et synonymes, ainsi que celle des dénominations du roman (syntagma, par exemple) est instructive à cet égard.

39 Bompaire 1981, p. 80 : « Photios n’a pas reculé devant un des genres les plus caractéristiques de l’époque [de la Seconde Sophistique], les romans. Il les apprécie pour leur style, s’il se croit obligé de les condamner pour leur immoralité ». C’est « une littérature qu’il paraît réellement connaître de première main » (p. 86).

40 Lemerle 1971, p. 194.

41 Voir Patillon 2010.

42 Roilos 2005, p. 43 : « In Byzantine literature, apheleia is sometimes invested with particular Christian connotations as well and, therefore, promoted to a stylistic virtue pertinent to the simplicity of the Christian teaching ».

43 Michel Psellos ira jusqu’à en déduire que le roman d’Achille Tatius était nécessairement une imitation de celui d’Héliodore, opinion commune qui s’est perpétuée jusqu’à ce que de récentes découvertes papyrologiques prouvent qu’il lui était antérieur.

44 Voir Bianchi, Schiano 2016, p. 1020, n. 2 : malgré l’édulcoration de certaines traductions, ἔρωτες ἄτοποι a ici une signification morale (« amours inconvenantes ») : « il termine rinvia all’atopia erotica, una condotta sessuale incompatibile con i canoni morali vigenti a Bisanzio » ; voir aussi Tissoni 2002 sur la possibilité et même la nécessité d’un Achille Tatius moralisé à Byzance.

45 Laplace 2007, p. 22 : « Pour Photios, les particularités d’Achille Tatios sont doubles : autant son style est remarquable, distingué, plaisant et harmonieux, autant l’indécence et l’impureté des pensées avilissent le dessein et le travail de l’écrivain. » Déjà dans la notice consacrée à Jamblique, il déplore le fait qu’un si bon écrivain gâche son talent à commettre des fictions puériles (παιγνίοις καὶ πλάσμασιν).

46 Même s’il s’agit d’un prétexte, le naturel avec lequel il est dit et reçu par le portier laisse entendre que ce n’est pas une chose impensable, ni même sans doute inhabituelle.

47 La formulation « τὸν δι’ ἐμὲ φαινόμενον οὐδαμοῦ, τὸν μετὰ Λευκίππην ἐμὸν δεσπότην » est pour le moins ambiguë.

48 Dans de nombreuses éditions anciennes, par bienséance, le passage en question a été supprimé, traduit en latin ou non traduit (par exemple dans la traduction qu’a proposée Du Perron de Castera en 1930).

49 Xén., Eph., 2, 14 ; 3, 2 ; 5, 15 ; Longus, 4, 16‑20.

50 Xén., Eph., 1, 9, 9 ; Longus, 3, 18, 4.

51 C’est aussi pourquoi l’attribution à Photios d’une épigramme de l’Anthologie palatine (9, 203) louant les vertus de Leucippé et de Clitophon (Ἔρωτα πικρόν, ἀλλὰ σώφρονα βίον / ὁ Κλειτοφῶντος ὥσπερ ἐμφαίνει λόγος· / ὁ Λευκίππης δὲ σωφρονέστατος βίος / ἅπαντας ἐξίστησι) et recommandant la lecture intégrale et attentive de leurs aventures et l’imitation de leur tempérance (εἴπερ δὲ καὶ σὺ σωφρονεῖν θέλῃς) paraît douteuse. La version de Maxime Planude lui donne une double paternité possible : Photios de Constantinople ou Léon le Sage, autre grande figure du premier humanisme byzantin et empereur de Constantinople sous le nom de Léon VI (886‑911). Les propos de Photios concernant le roman d’Achille Tatius tendent plutôt à invalider la première hypothèse. Quoi qu’il en soit, l’auteur de l’épigramme avait manifestement lu le roman ou était du moins instruit du contenu de son intrigue, puisqu’il mentionne les épreuves et surtout les trois fausses morts de Leucippé (τρὶς θανοῦσα : allusions à Achille Tatius, 3, 14, 4‑5 [éviscération] ; 5, 7, 4 [décapitation] et 7, 3, 7‑8 [assassinat]).

52 Codex LXXIII (Héliodore) : 1171 mots ; codex LXXXVII (Achille Tatius) : 111 mots ; codex XCIV (Jamblique) : 3 058 mots.

53 Treadgold 1980, p. 101 : « Photius did read the book through with some pleasure, as he did some other novels which he criticizes for indecency » ; Nilsson, Zagklas 2017, p. 1122 : « Charicleia was considered more chaste as far as content was concerned, because of the behaviour of the heroine, but in spite of the indecency of Leucippe and Clitophon, Photios appreciated its stylistic qualities ».

54 Voir Henry 1959‑1977, II, p. 11, n. 3.

55 Photios, Bibliothèque, cod. 87 : Πολλὴν δὲ ὁμοιότητα ἐν τῇ διασκευῇ καὶ πλάσει τῶν διηγημάτων, πλὴν σχεδόν τι τῶν προσώπων τῆς ὀνομασίας καὶ τῆς μυσαρᾶς αἰσχρότητος, πρὸς τὰ τοῦ Ἡλιοδώρου δράματα φυλάττει, « Il conserve une très grande ressemblance avec le roman d’Héliodore pour la disposition et la forme des récits, à ceci près qu’il en diffère un peu par la désignation des personnages et par son abominable obscénité ».

56 Photios, Bibliothèque, cod. 94 : Ἔστι δὲ τῇ αἰσχρολογίᾳ τοῦ μὲν Ἀχιλλέως τοῦ Τατίου ἧττον ἐκπομπεύων, ἀναιδέστερον δὲ μᾶλλον ἢ ὁ Φοῖνιξ Ἡλιόδωρος προσφερόμενος· οἱ γὰρ τρεῖς οὗτοι σχεδόν τι τὸν αὐτὸν σκοπὸν προθέμενοι ἐρωτικῶν δραμάτων ὑποθέσεις ὑπεκρίθησαν, ἀλλ´ ὁ μὲν Ἡλιόδωρος σεμνότερόν τε καὶ εὐφημότερον, ἧττον δὲ αὐτοῦ ὁ Ἰάμβλιχος, αἰσχρῶς δὲ καὶ ἀναιδῶς ὁ Ἀχιλλεὺς ἀποχρώμενος, « Il fait moins montre d’obscénité qu’Achille Tatius, mais il semble quand même plus indécent que le Phénicien Héliodore ; il est vrai que ces trois romanciers, s’étant assigné à peu près le même but, ont tous choisi de mettre en scène des intrigues d’amour, mais Héliodore est plus respectable et plus réservé, Jamblique l’est moins que lui, et Achille Tatius allie l’impudence à l’obscénité ».

57 Pour la correspondance entre les fragments des Babyloniaques de Jamblique et leur résumé par Photios, voir Stephens, Winkler 1995.

58 Voir Treadgold 1980 : chap. 5 (p. 67‑80) sur les erreurs et omissions dans la Bibliothèque ; 6 (p. 81‑96) sur les descriptions des textes ; 7 (p. 97‑110) sur les intérêts littéraires de Photios.

59 À cet effet, nous avons établi une table de correspondance entre les éléments du texte de Photios et des extraits du roman d’Héliodore.

60 Schamp 2010, p. 678 : « Après une caractérisation générale, où les indications de style sont importantes, Photios propose une évocation détaillée de la trame, peu utilisable pour l’établissement du texte de l’œuvre : on n’y trouve pratiquement pas de phrases construites, mais une succession de locutions substantives défiant la traduction littérale. Mises à part les rationalisations et simplifications, l’intervention personnelle de Photios se réduit à l’identification des brigands qui ont causé tout le drame à des pâtres-brigands (βούκολοι λῃσταί) qui sévissaient en Égypte non loin de Pharos. Elle ne figure pas dans le roman, mais dans Strabon uniquement ».

61 Henry 1959‑1977, II, p. 41, n. 4, interprète cela comme un « style parlé » et en déduit l’« idée que les notices de la Bibliothèque ont été dictées à un secrétaire » ; I, p. xlii : « le texte […] a été dicté par Photios à son secrétaire ».

62 Henry 1959‑1977, II, p. 46, n. 2 : « à partir de cet endroit, on sent dans le sommaire une certaine hâte d’arriver à la fin ».

63 Voir Héliodore, 10, 35. Chariclès, apercevant Théagène, s’écrie : ὦ βασιλεῦ, οὗτός ἐστιν ὁ τὴν ἐμὴν θυγατέρα συλαγωγήσας (« ô roi, voici celui qui a emporté ma fille comme butin »), ce que Photios reprend au discours indirect libre par βοὴ ὡς οὗτός ἐστιν ὁ τὴν ἐμὴν ἁρπάσας ἐξ Ἀθηνῶν θυγατέρα (cri : « voici celui qui a enlevé ma fille depuis Athènes »), en conservant toutefois l'emploi de la première personne, en remplaçant le verbe rare συλαγωγέω-ῶ par un simple ἁρπάζω, en omettant le destinataire de cette phrase (le roi Hydaspe) et en ajoutant une provenance erronée (car c’est à Delphes, et non à Athènes, que le rapt a été commis).

64 Voir Héliodore, 3, 5 (amour réciproque de Théagène et Chariclée dès leur premier regard) : ἀλλήλους ἑώρων καὶ ἤρων (Photios : πρὸς ἀλλήλους ἔρως ἀπὸ τῆς ὄψεως) ; 3, 7 (maladie d’amour de Chariclée) : νόσον ἔρωτα (Photios : νόσος ἀπὸ τοῦ ἔρωτος) ; 4, 17 (consentement de Chariclée lors de son enlèvement) : ἑκοῦσαν (Photios : ἁρπαγὴ ταύτης ἑκούσης) ; 2, 3 (souffrance insupportable de Théagène qui croit que Chariclée est morte) : ὢ πάθους ἀτλήτου (Photios: πένθος ἀφόρητον) ; 2, 23 (bonne nouvelle de Chariclès qui apprend à Calasiris que Théagène et Chariclée sont vivants) : σῴζεσθαί σοι αὐτοὺς εὐαγγελίζομαι (Photios : Κνήμων εὐαγγελιζόμενος ὅτι σῴζοιτο Χαρίκλεια καὶ Θεαγένης) ; 7, 11 (mort de Calasiris) : τετελευτηκότα γνωσθῆναι (Photios : αὐτὸς δὲ τελευτᾷ) ; 10, 7 (offrande en sacrifice de Théagène au Soleil et de Chariclée à la Lune) : ἄρρενα μὲν τῷ Ἡλίῳ, θήλειαν δὲ τῇ Σεληναιᾳ (Photios : τὴν μὲν τῇ σελήνῃ, τὸν δὲ τῷ ἡλίῳ) ; 10, 30 (admiration du peuple de Méroé devant les exploits de Théagène) : ἀντήχει ἡ τοῦ δήμου βοή (Photios : τοῦ δήμου τέρψις), etc.

65 Beaton 1996, p. 60 : « The minor but macabre scene of necromancy which so fascinated the Patriarch Photios » ; Roilos 2005, p. 291, n. 230 : « The Patriarch Photios must have taken great pleasure in reading the scene of necromancy in Heliodoros’ novel since he offers a relatively detailed description of it in his Bibliotheke. Photios has preserved also the detail of the helpful old woman in Iamblichos’ novel ».

66 Cette figure ambiguë de la γραῦς est un personnage topique du roman grec : voir Chariton, Chairéas et Callirhoé, 3, 9, 9 ; Xénophon d’Éphèse, Habrocomès et Anthia, 5, 11, 2.

67 Héliodore, 6, 12‑15.

68 Photios rapporte tout aussi consciemment la scène d’anthropophagie chez Jamblique (d’après un fragment, le roman byzantin de Constantin Manassès semble également en avoir comporté une). C’est un autre topos du genre romanesque : on peut penser à l’enterrement de Callirhoé vivante chez Chariton, à la substitution d’un somnifère par un poison chez Xénophon d’Éphèse ou aux « fausses morts » de Leucippé, successivement éviscérée, décapitée et assassinée, chez Achille Tatius.

69 Les tentatives de réhabilitation d’Héliodore comme figure épiscopale ou d’interprétation allégorique des Éthiopiques par Philippe de Cérami montrent que ce ne serait pas là de la part de Photios un exemple isolé de relecture christianisante de ce roman.

70 Il est difficile de l’affirmer, car nous n’en possédons pas l’original. Cependant, pour la Souda, les Babyloniaques comptent trente-neuf livres, tandis que Photios s’arrête au seizième, sans préciser si le roman qu’il a lu se poursuit au-delà ou non : est-ce une raison pour penser que l’histoire continue ? Les spécialistes sont divisés sur la question. Voir Treadgold, 1980, p. 79 : « If Photius was merely tired of epitomizing these works, why did he simply end the codices, as he did many other partial summaries in the first part of the Bibliotheca ? » ; Henry 1959‑1977, II, p. 207, reprenant Erwin Rohde : « On ne voit pas ce qui aurait pu arriver de surcroît ; la divergence doit provenir de l’existence de plusieurs éditions à divisions différentes ».

71 Héliodore, Éthiopiques, 2, 34‑35.

72 Par exemple, l’envoi d’Oroondatès, le mari d’Arsacé, est particulièrement obscur du fait de son imprécision, quand on lit le résumé de Photios (ἀποστολὴ Ὀροονδάτου τοῦ τῆς Ἀρσάκης ἀνδρός) : en réalité, ce sont les eunuques Bagoas et Euphratès qui se chargent d’organiser l’exfiltration des deux jeunes gens.

73 Bianchi, Schiano 2016, p. 1008‑1009, n. 4 : « Fozio omette pure di dar conto di vicende e divagazioni secondarie, di digressioni ed ekphraseis che dilatono e ritardano lo svolgimento della storia (con qualche eccezione : la scena di necromanzia) ».

74 Voir par exemple Héliodore, Éthiopiques, 1, 6 (le « pays des pasteurs ») ; 1, 29 (la grotte où Chariclée est enfermée) ; 3, 1‑4 (la procession où Théagène et Chariclée se rencontrent) ; 9, 14‑16 (les armées et leur équipement).

75 Héliodore, Éthiopiques, 1, 9‑17.

76 Héliodore, Éthiopiques, 5, 4‑10.

77 Héliodore, Éthiopiques, 5, 9.

78 Bianchi, Schiano 2016, p. 1009, n. 5 à 12.

79 Est-ce pour légitimer ou pour expliquer l’absence de l’oracle de la Pythie et « dépaganiser » ainsi le roman ? Quoi qu’il en soit, seul Cnémon est Athénien chez Héliodore.

80 Héliodore, Éthiopiques, 5, 19.

81 Ce nom qui renvoie à un serpent égyptien est pourtant plus adapté que celui d’Hermouthis, puisque le personnage en question meurt de la morsure d’un aspic.

82 Ce n’est que dans les chants IX à XII de l’Odyssée qu’en une immense analepse, Ulysse narre son périple aux Phéaciens.

83 Létoublon 1993, en décrivant ce phénomène, qualifie Héliodore de « maître de la spécularité romanesque » (p. 159‑160).

84 Hägg 1975, p. 199 : « In cod. 73 wird die kunstvolle Komposition der Aithiopika des Heliodoros überhaupt nicht erwähnt (das Referat ist chronologisch angelegt) » ; Bianchi, Schiano 2016, p. 1008‑1009, n. 4 : « Nel suo riassunto, Fozio annulla completamente la complessità dell’intreccio narrativo delle Etiopiche, e senza darne conto : tace completamente della particolare struttura diegetica di questo romanzo e nulla dice a proposito dell’ inizio in medias res (espediente di ascendenza odissiaca) e del tardivo e progressivo chiarimento delle vicende (il racconto dell’antefatto è infatti affidato alle parole del sacerdote Calasiris, il quale procede nel riferire le vicende ininterrotamente dalla fine del libro II a tutto il libro V) […] e si attiene esclusivamente alla fabula con un riassunto lineare della storia secondo lo svolgimento cronologico e non narrativo ».

85 Nilsson 2014, p. 54 : « Photios a été critiqué pour n’avoir pas commenté en détail les différences entre Héliodore et Achille Tatius : il ne remarque pas l’unité de la structure narrative complexe d’Héliodore et ne signale pas non plus la narration à la première personne utilisée par Tatius. Mais pourquoi Photios devrait-il souligner justement les caractères que nous trouvons les plus intéressants ? Il est évident que, pour lui, il y avait d’autres aspects à mettre en évidence dans ces livres : avant tout, le rapport entre forme et contenu ».

86 Lemerle 1971, p. 178.

87 Voir Whitmarsh 2010, p. 308, au sujet de cet épitomé : « an ingenuous text of miracle-mongering has been transformed into a work of sneering sophistication ».

88 Treadgold 1980, p. vii : « The Bibliotheca belongs to no recognized category of writing. In certain places and in certain respects it resembles a history of literature, a literary autobiography, a work of literary criticism, an anthology, an annotated bibliography, a library catalogue, or a research notebook ; but it is none of these consistently ».

89 Schamp 2011, p. 67.

Auteur

ENS, Lyon

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search