Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Anonyme, Liber Quare

Texte intégral

Œuvre de la fin du XIe s., d’un rédacteur inconnu, mais qu’on a parfois attribuée à Amalaire de Metz (ca 775‑850). Le Liber Quare est une sorte de catéchisme de liturgie, en 253 questions-réponses.

133. Origine des Rogations

Quod illi fecerunt pro repentina morte, nos faciamus pro importunitate bellorum quae eo tempore commouentur et pro frugibus conseruandis. Quaerendum est, quis constituit triduanum ieiunium ante Domini ascensionem ? Sanctus Mamertus episcopus Viennensis. Cuius tempore maximus terraemotus fuit in Vienna urbe, pro quo multae ecclesiae et domus subuersae sunt. Insuper lupi ursi ac cerui deuorantes plurimos portas urbis per totum annum sunt ingressi. Necnon in sabbato sancto, dum sanctus Mamertus missam celebraret regale palatium quod in ea urbe erat diuino igne succensum est.

Ce qu’ils [les Ninivites] ont fait face au risque de mort soudaine, faisons-le face à la cruauté des guerres suscitées en ce temps et pour la sauvegarde des récoltes. Question : qui a décidé d’un jeûne de trois jours avant l’Ascension du Seigneur ? C’est saint Mamert, évêque de Vienne. En son temps, il se produisit un très fort tremblement de terre dans la ville de Vienne, qui fit s’écrouler de nombreuses églises et maisons. En outre, pendant une année entière, des loups, des ours, des cerfs franchirent les portes de la ville, et bien des habitants furent dévorés. Et aussi, le Samedi saint, pendant que saint Mamert célébrait la messe, le palais royal qui se trouvait dans cette cité fut embrasé par le feu divin.
(Anonyme, Liber Quare quaestio, 105)

Références

Édition

Liber Quare, éd. G.P. Götz, CCCM 60, Turnhout, 1983, p. 168‑169. Trad. G. Lucas.

134. Historique et rituel des Rogations

a) Litania Graece, rogatio dicitur Latine. Tres dies rogationum, qui celebrantur ante ascensionem Domini iuxta morem Gallicanae ecclesiae, constituit sanctus Mamertus Viennensis episcopus ; Vienna enim urbs est Galliae. Quarum constitutionis haec causa fuit.
b) Quodam tempore episcopatus sui terraemotus accidit maximus, qui et multas ecclesias et multorum domos concussas subuertit. Et multae bestiae, oberrantes lupi uidelicet et aliae bestiae eiusdem feritatis, ingressae sunt ciuitatem deuorabantque homines. Et haec per totum annum fecerunt. Cum autem uenisset sanctum pascha et idem episcopus missarum sacrificia celebrasset in ipsa uigilia id est in prima mane dominicae resurrectionis, palatium regis quod in eadem urbe fuit igne accensum est. Et cum ii peruersi casus diuersorum malorum cotidie fierent, appropinquante ascensionis Domini die indixit uir sanctus triduanum ieiunium omni populo in gemitu et spiritu contritionis ; et paulo post cessauit tribulatio et subuersio. Deinde communicato totius cleri ac populi unanimi consilio et episcoporum consensu placuit, ut in singulis ecclesiis triduana ieiuniorum observatio digna ueneratione usque in praesens celebratur. Quae consuetudo etiam apud nos usque hodie pro diuersis calamitatibus deuotissime recolitur, tum pro pace tum pro pestilentia et conseruatione frugum, tum pro ceteris necessitatibus. Et quoniam dies abstinentiae sunt non laetitiae, nemo in his diebus pretiosa uestimenta induatur, sed in sacco et in cinere lugere debemus. Prohibeantur comessationes et ebrietates. Nemo ibi in processione currum equitare praesumat, sed discalceatis pedibus omnes incedant, nequaquam mulieres ducant.
c) Notandum est, quod ista litania minor uocatur, ad comparationem uel ad differentiam illius litaniae, quam Romana consuetudo septimo Kalendas Maii interponit, quae maior dicitur propter Romanam auctoritatem.

  • 467 Jonas, 3, 6.

a) On dit litanie en grec. Rogation en latin. Saint Mamert, évêque de Vienne, établit trois jours de Rogations, qui sont célébrées avant l’Ascension du Seigneur, suivant le rituel de l’Église des Gaules. Voici la raison de leur institution.
b) À un moment de son épiscopat, il se produisit un important tremblement de terre, qui ébranla et jeta à bas de nombreuses églises et les maisons de bien des gens. Et de nombreuses bêtes, des loups errants bien sûr, et d’autres animaux aussi sauvages, entrèrent dans la ville et s’attaquaient aux humains. Et cet état de choses dura une année entière. Mais comme était arrivée la sainte Pâque et que ledit évêque avait célébré la messe, au cours de la veille même, c’est-à-dire aux premières heures du matin du dimanche de la Résurrection, le palais du roi qui se trouvait dans cette ville fut embrasé par le feu. Face aux malheurs causés par ces fléaux divers qui s’abattaient quotidiennement, à l’approche du jour de l’Ascension du Seigneur, le saint homme prescrivit à toute la population un jeûne de trois jours, dans les pleurs et dans un esprit de repentir. Et peu de temps après, les calamités et les destructions prirent fin. Par la suite comme le clergé dans son ensemble et le peuple unanime communiaient dans cet état d’esprit, et que les évêques se mirent d’accord, on décida que serait pratiquée dans chaque église une observance de trois jours de jeûne, dans la dignité et la vénération, et cela se fait encore maintenant. Cet usage se pratique encore aujourd’hui chez nous avec très grande dévotion, pour écarter diverses calamités, tantôt pour obtenir la paix, tantôt pour éloigner une épidémie et sauvegarder la récolte, tantôt pour d’autres nécessités vitales. Et puisque jours d’abstinence ne sont pas jours de liesse, en ces jours, personne ne revêtira d’habits luxueux, mais nous devons manifester notre affliction en sac et avec de la cendre467 Interdits les banquets et l’ivresse. Et interdit à quiconque de suivre la procession à cheval ou en voiture, mais que tous la suivent en marchant pieds nus et les femmes ne la mèneront pas en tête. c) Il faut noter que cette litanie est appelée Mineure pour être différenciée de cette autre litanie que le rituel romain place au septième jour des calendes de mai et qui est nommée Litanie Majeure, parce quelle repose sur l’autorité de Rome.
(Anonyme, Liber Quare, Appendix II, additio 25, linea a, b, c)

1Ce texte est à rapprocher des autres textes sur les Rogations et en particulier celui de Jean Beleth, Summa de ecclesiasticis officiis (146).

Références

Œuvre

G.P. Götz, « Ankündigung über die beabsichtigte Veröffentlichung des “Liber Quare” », Scriptorium 25, 1971, p. 109‑111 ; G.P. Götz, Der « Liber Quare », ein Katechismus der Liturgie, Rome, 1971 ; on se reportera surtout à l’introduction (en allemand de l’édition du Liber Quare signalée ci-dessous).

Édition

Liber Quare, éd. G.P. Götz, CCCM 60, Turnhout, 1983, p. 168‑169. Trad. G. Lucas.

Texte

Sur le rapport avec les Litanies Majeures, J. Hill, « The Litaniae maiores and minores in Rome, Francia and Anglo-Saxon England : terminology, texts and traditions », ΕΜΕ 9, 2000, p. 211‑246.

Notes

467 Jonas, 3, 6.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search