Version classiqueVersion mobile

Epitome

 | 
Isabelle Boehm
, 
Daniel Vallat

Deuxième partie. Résumés en contexte rhétorique et scolaire

Lactantius Placidus : résumer et commenter la Thébaïde de Stace

Françoise Morzadec

Résumé

Résumer un ouvrage, condenser sa matière, revient aussi à donner des clés de lecture et de compréhension du texte, des clés d’intelligence de ces « intentions du poète » que le grammaticus a à charge de faire émerger. Lactantius Placidus ouvre chaque livre du commentaire qu’il fait de la Thébaïde de Stace par un résumé du contenu du livre de Stace concerné. Ces argumenta prosaïques, à construction essentiellement nominale, ont une double vocation de synthèse de la matière épique et de guide de lecture à la fois du texte et de l’exégèse. Lactantius y propose une lecture orientée de la Thébaïde en mettant en relief dans ses choix l’articulation des discours et la circulation de la parole épique, non les combats héroïques et les faits guerriers qui sont intériorisés et transformés en motifs rhétoriques et psychologiques. Le scholiaste pointe ainsi la construction par Stace d’une épopée de la parole et du tragique, plus que d’une épopée héroïque et guerrière.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Berlincourt 2013 ; Magoun 1955, p. 409‑420 ; Clogan 1964, p. 599‑614, ou encore l (...)

1Les résumés de la Thébaïde ne manquent pas à travers le temps, accompagnant livre après livre, dans les manuscrits puis les éditions, le texte ou le commentaire de l’œuvre de Stace, en vers ou en prose1. Ceux que nous allons examiner ici, dans une perspective plus littéraire que philologique, nous ont été transmis par la tradition sous le nom de Lactantius Placidus. Ils ouvrent pour chaque livre l’ensemble des scholies que l’on peut lire dans l’édition de Sweeney publiée en 1997 aux éditions Teubner.

  • 2 Voir l’état de la question fait avec des conclusions divergentes par Wolff 2010 et Cardinali 2014.

2Ce commentaire n’a pas eu en France le succès universitaire qu’ont pu connaître l’érudition et la qualité de l’analyse de Servius. Le maquis de la tradition manuscrite, les incertitudes sur l’auteur lui-même, sur l’époque de composition des scholies (entre le ive – hypothèse de l’éditeur Sweeney – et le vie siècle, selon les analyses2), sur leur nature véritable, la qualité discutable de certaines notes, ont conduit à délaisser ce commentaire, qui pourtant témoigne d’une lecture précise de l’épopée de Stace et d’une capacité de lecture globale du poème. Attentif au texte, il ne cherche pas à accumuler les savoirs, mais à en lever les difficultés et ambiguïtés, pour en faciliter l’appropriation, sans avoir peur de le paraphraser, de le répéter et de prononcer ce qui parfois sonne comme des évidences. D’où, à l’occasion, une impression de naïveté. Y alternent des notes brèves élucidant des difficultés de construction et de sens, des scholies basées sur des figures de rhétorique, des éclaircissements d’allusions mythologiques, des commentaires sur l’art de Stace, le tout émaillé de très nombreuses citations d’autres auteurs de la littérature grecque et latine classique.

  • 3 Édition Endt 1909. Voir Esposito 2004.

3Alors que Servius n’a pas résumé la si connue Énéide en tête de chaque livre de son exégèse, Lactantius, au seuil de son commentaire, préparant et anticipant l’analyse précise du texte, condense en quelques lignes la matière épique, avec un soin tout particulier, d’autant plus net si l’on compare, à genre équivalent, avec les résumés de la Pharsale conservés avec les Adnotationes super Lucanum3 ; certes l’origine incertaine de ce regroupement de notes exégétiques ne permet pas de conclusions très nettes puisqu’il n’est pas sûr que l’ensemble soit de la même main, mais le caractère très succinct des résumés de la Pharsale contraste fortement avec l’attention détaillée de Lactantius pour son texte.

  • 4 Van de Woestijne 1950, p. 149‑163.

4Mais pourquoi faire précéder l’exégèse détaillée de la Thébaïde de résumés de la matière épique ? S’agit-il de reconnaître que l’épopée n’a pas la célébrité de l’Énéide et n’est pas familière au point de se passer d’un résumé ? Que les destinataires de l’ouvrage (sur la nature desquels les résumés ne donnent toutefois pas d’indice) n’ont pas la culture suffisante pour avoir une connaissance précise de l’intégralité de l’œuvre ? Ou que Stace n’est pas, comme certains le disent, au programme scolaire du grammaticus, liste de Jérôme à l’appui (même si l’argument n’est pas décisif comme l’a montré P. Van de Woestijne)4 ?

5Au-delà de ces raisons, dont il ne sera pas question ici, il faut sans doute bien plutôt chercher d’autres explications, à rattacher au projet exégétique lui-même et au souci de Lactantius de proposer une lecture de l’épopée de Stace orientée par une problématique claire. L’activité résumante de Lactantius cherche aussi, semble-t-il, à souligner cette « intention du poète » que l’on s’évertue à trouver au milieu de scholies dont la cohérence n’est pas toujours évidente.

  • 5 Barthes 1970, p. 20‑21.

6Résumer est aussi interpréter : Lactantius, en réélaborant de façon condensée le texte de Stace, sélectionne les faits et les paroles, met l’accent sur certains points, en passe d’autres sous silence, et c’est ce travail de clair-obscur et de délimitation de zones textuelles qui ouvrent à interprétation, comme autant de templa dans lesquels observer les signes et interpréter les intentions littéraires de Stace, qui est intéressant5.

7Nous allons, après une rapide présentation des résumés, tenter de mettre au jour quelques objectifs littéraires de ces résumés, véritables charnières entre le texte lui-même et le commentaire, qui soulignent la création par Stace d’une épopée singulière, fondée sur l’intériorisation des actions épiques.

La présentation matérielle des résumés

8Les résumés pour chaque livre (le résumé du premier livre étant perdu) sont de longueur à peu près identique, entre 15 lignes pour le plus court (livre 6) et 27 lignes pour le plus long (livre 12) dans l’édition de Sweeney chez Teubner qui servira de référence. Les effets de uariatio sont limités et les récurrences de vocabulaire très importantes, soulignant une grande cohérence de ces résumés. Lactantius répète volontiers les mêmes formulations d’un résumé à l’autre. Certains résumés s’ouvrent par une formule spécifique, ceux des livres 4 (continet hic liber), 6 (sextus liber continet), 7 (hic liber habet), 8 (hic liber continet), 10 (idem), 11 (idem) et 12 (in hoc libro continetur). Suit une succession de noms à l’accusatif (nominatifs pour le dernier) juxtaposés dans une énumération sans coordination, des noms accompagnés d’expansions comme des compléments de nom, des propositions relatives ou des participes présents, accompagnés de tout un arsenal prépositionnel. Mais à la formule initiale se substituent, la plupart du temps rapidement, de simples phrases nominales juxtaposées faisant l’économie du verbe principal. Le résumé du livre 7 se veut syntaxiquement moins squelettique, puisqu’au hic liber habet initial et à sa succession de compléments sur 10 lignes viennent s’ajouter un sequitur suivi d’une liste de sujets sur 10 autres lignes, puis un describitur, avant de revenir in fine à la phrase nominale au nominatif, majoritaire dans ces résumés. Un résumé se différencie quelque peu des autres, celui du livre 5, livre qui dans sa presque totalité contient un récit, celui d’Hypsipyle aux chefs argiens. Des interrogatives indirectes multiples alternent avec des phrases nominales au nominatif pour résumer le récit de la Lemnienne, qui est encadré dans le résumé par le retour du terme descriptio ouvrant et fermant la parenthèse du récit.

  • 6 Voir par exemple dans le résumé du livre 6 la reprise anaphorique de in quo, à cinq reprises, desc (...)
  • 7 Constante du résumé du livre 5.
  • 8 Résumés des livres 4, 9 et 10.

9La juxtaposition de segments très brefs, correspondant à des épisodes de la Thébaïde isolés par Lactantius, laisse rarement place à des articulations logiques ; certains résumés se font sans coordination ni presque subordination (comme le résumé du livre 3, avec une seule complétive : Iouis imperium Marti ut Thebana bella suscipiat, « ordre donné par Jupiter à Mars de mettre en branle la guerre de Thèbes »). Quelques propositions subordonnées viennent toutefois se greffer avec plus ou moins de complexité (comme à la fin du résumé du livre 10) sur l’effet de liste nominale, relatives6, parfois au subjonctif, interrogatives indirectes7, complétives, causales et temporelles-causales8. Le développement du contenu des discours, et donc des motivations personnelles de l’action, privilégie cette logique syntaxique plus élaborée.

10On observe aussi quelques rares cas de passage au narratif, avec des phrases indépendantes. C’est le cas par exemple dans le résumé du livre 12 : allocutiones Argiae et Antigones et iunctus labor ad sepeliendum Polynicis cadauer. Qui cum impositus fuisset Eteoclis rogo per ignorantiam, subito flamma dissensit. Antigones lamentatio (« Propos d’Argie et d’Antigone et union de leurs efforts pour donner une sépulture au cadavre de Polynice. Comme celui-ci avait été placé sur le bûcher d’Étéocle par ignorance, soudain les flammes entrèrent en conflit. Lamentation d’Antigone »). Lactantius cependant ne cherche pas dans l’ensemble à observer un style narratif, et ses argumenta (mais le terme argumentum ou periocha n’est pas utilisé dans ces résumés comme dans les Adnotationes super Lucanum) pourraient presque être présentés sous la forme d’une table des matières, avec des titres de chapitres.

  • 9 La scholie au vers 407 parle de poetica descriptio et dans celle du vers 410 on lit : praeterea de (...)

11Cette construction grammaticale essentiellement nominale conduit à une grande densité informationnelle. Mais elle ne cherche pas à dégager clairement des structures, et même efface les articulations et corrélations logiques de l’épopée et l’importance relative des faits qui sont rapportés sur le même plan, de la même manière, alors que certains peuvent paraître essentiels dans la progression de la narration, d’autres tout à fait secondaires. Leur juxtaposition ne les inscrit pas dans une logique explicative autre que celle de la succession et modifie en profondeur la hiérarchisation des actions en n’explicitant pas leurs relations. Un relevé systématique livre par livre montre d’ailleurs une non-coïncidence entre une entrée du résumé et l’importance quantitative (nombre de vers) du contenu résumé (faits, paroles, descriptions). Ainsi le même nombre de mots dans un résumé peut condenser 100 vers ou 2 vers de Stace. Ce bouleversement de la hiérarchie pallie toutefois dans une certaine mesure l’absence de logique syntaxique, puisque donner de l’importance à quelques vers est parfois une façon de souligner sa valeur de cheville ou d’articulation dans l’enchaînement épique des faits. Ainsi de deux notations surprenantes dans les résumés des livres 2 et 3, celles du moment du jour. Dans le livre 2, après la mention des affaires divines autour du retour des enfers de l’ombre de Laïus venu exciter ses descendants à la guerre, le résumé mentionne ce qui pourrait apparaître comme un détail, le lever du soleil : descriptio orientis diei (« description du lever du jour »), ce qui correspond aux vers 134‑140 de Stace ; ces trois mots marquent le passage aux affaires humaines, avec le réveil de Tydée et de Polynice à Argos. L’entrée suivante du résumé est ainsi rédigée : pollicitatio Adrasti filiarum suarum in coniugio Polynicis et Tydei (« promesse d’Adraste de donner ses filles en mariage à Tydée et Polynice »). Et même chose dans le résumé du livre 3, mais inversé : descriptio solis occidentis et orientis noctis (« description du coucher du soleil et de la naissance de la nuit »), mention correspondant aux vers 407 à 414. Nous passons cette fois des affaires humaines – la guérison de Tydée blessé dans l’embuscade menée contre son ambassade par les cinquante Thébains (curatio Tydei) – aux affaires divines (descriptio Martis bellum mouentis et la consultation des augures par les devins d’Argos). Ces deux détails donnent une allure presque narrative à l’enchaînement temporel et symbolique des éléments. Surtout ils soulignent le fait que l’alternance des temps épiques se fait dans la Thébaïde aussi au rythme d’une double causalité, à la fois divine et humaine. Mais ces notations révèlent également des réussites poétiques de Stace : les scholies correspondant à ces vers dans le livre 3 mettent en avant la qualité esthétique du tableau9.

12Mais ce bouleversement hiérarchique porte aussi, comme on le verra, une réflexion sur la nature du projet poétique de Stace.

13Ce n’est donc pas l’organisation syntaxique des parties du résumé qui va porter une interprétation, ni une mise en évidence des intentions du poète. Cependant la simplicité grammaticale et les récurrences du vocabulaire qui distribue et condense la matière épique facilitent la mémorisation de cette matière et la mise en évidence des informations essentielles à une première approche du texte avant son analyse approfondie.

Ouvrir le commentaire

  • 10 Sweeney 1997, p. ix de l’introduction.
  • 11 Zetzel 1975, p. 335‑354 : « Of Latin commentaries now extant dealing with a literary text, Servius (...)

14La reformulation synthétique de la matière épique a en effet, malgré tout, pour objectif de préparer le commentaire à venir et d’anticiper les questions d’interprétation. Cette reformulation est d’ailleurs indispensable dans les cas d’une présentation continue et autonome du travail du scholiaste. Selon Sweeney en effet, le dernier éditeur du commentaire de Lactantius Placidus10, le commentaire se serait présenté d’abord sous la forme d’un commentaire à lemmes suivi, indépendant du texte de Stace, puis il aurait été éclaté et reporté sous forme de notes marginales et intra-linéaires au texte de Stace, avant d’être finalement recomposé dans une présentation autonome et suivie – d’où les difficultés d’établissement du texte11.

15Les résumés épiques préparent alors la lecture des scholies à suivre, en compensant en quelque sorte leur caractère dispersé, la nature clairsemée de l’exégèse. L’image globale de l’œuvre ainsi donnée au seuil du commentaire pallie dans une certaine mesure le discours fragmenté des scholies, qui n’ont pas pour priorité de faire appréhender le texte dans son ensemble. Les résumés donnent une cohérence à une démarche exégétique sans ligne directrice énoncée. Nous reviendrons sur la nature de cette cohérence.

16La place du résumé avant le commentaire lui vaut le rôle de charnière dans le projet didactique de Lactantius, autorisant le passage à un travail d’interprétation. Il offre une première appropriation du texte, avant l’approfondissement de la compréhension. Il permet dans un premier temps de changer de niveau d’approche du texte et de passer du cadre diégétique à une analyse détaillée, notamment des personnages et des effets stylistiques et textuels, mais aussi des allusions mythologiques et des realia antiques. Il précède le travail de questionnement plus précis et plus ciblé sur les points incompris du texte de Stace. Pour cela, il pose des jalons pour une compréhension en profondeur des intentions du poète et une interprétation littéraire de cette épopée.

17Ces jalons peuvent être très ponctuels, afin de s’assurer de la compréhension globale du texte de Stace avant toute exégèse. Ils ont alors une dimension pré-explicative, comme on le voit avec quelques détails « hors texte », c’est-à-dire des ajouts à valeur de clarification pour bien appréhender le déroulement de la diégèse. Ainsi de personnages dont Lactantius précise déjà l’identité, soit anticipant sur la fonction explicative des scholies, soit reprenant un élément d’explication antérieur, ajoutant à la cohérence de l’ensemble. Dans le résumé du livre 9 par exemple, la mention de la mort d’Hypsée (correspondant aux vers 540 à 569 du texte de Stace) s’accompagne d’une précision hors texte : mors Hypsei, Asopi fluminis filii, ducis Thebani (« mort d’Hypsée, fils du fleuve Asopus, chef thébain »), précision qui n’est pas dans le texte de Stace, et alors qu’Hypsée est déjà apparu dans les livres 7 et 8. Les scholies correspondant à cette mort d’Hypsée ne reviendront pas sur cette définition du personnage. Même effet de glose interne dans le résumé du livre 10 où on lit ceci sur les vers 347 à 364 de Stace : Dymantis et Hoplei comitum Tydei et Parthenopaei allocutiones de liberandis cadaueribus ducum (« Propos de Dymas et Hoplée, compagnons de Tydée et Parthénopée, pour récupérer les corps de leurs chefs »). Là encore le résumé empiète sur le commentaire en précisant le lien des deux personnages avec les héros principaux.

18Ces jalons ont aussi valeur structurelle et sont, par anticipation ou reprise, des facteurs de cohérence de l’explication. Le découpage du texte de l’épopée en sections pourra permettre à Lactantius de regrouper des remarques et de juxtaposer des scholies explicatives sans pour autant avoir à revenir sur l’insertion de ces remarques dans une logique plus large ni dans un cadre rhétorique ou épique spécifique. C’est le cas par exemple pour les résumés des livres 4, 7 et 12 avec l’entrée catalogus (ou descriptio catalogi) qui fonctionne immédiatement comme signe littéraire pour un lecteur d’épopée. Les scholies ne reviendront pas sur leur insertion dans cette logique épique spécifique ; ce premier repérage du résumé conduit à rattacher les scholies, notamment de géographie mythique (livre 4), à un exercice épique type, sans avoir à revenir sur cette dénomination et sur la catégorisation du texte.

19Il s’agit donc dans tous les cas de donner une unité à l’ensemble constitué par le texte de Stace, le résumé et l’exégèse.

Une lecture orientée de la Thébaïde

20Cette unité est guidée par une lecture orientée de la Thébaïde. La reformulation à laquelle se livre Lactantius répond, à notre avis, à un objectif qui est aussi littéraire et interprétatif.

21Nous n’avons pas chez Lactantius de préface à son commentaire mettant en avant la démarche qui sera la sienne, ce qui renforce l’impression d’atomisation du commentaire en manque de fil directeur. Servius au début de son commentaire à l’Énéide écrit :

In exponendis auctoribus haec consideranda sunt : poetae uita, titulus operis, qualitas carminis, scribentis intentio, numerus librorum, ordo librorum, explanatio.

Lorsque l’on commente les auteurs, on doit prendre en considération : la vie du poète [poetae uita], le titre de l’ouvrage [titulus operis], le style de la composition [qualitas carminis], l’intention du scripteur [scribentis intentio], le nombre des livres [numerus librorum], leur ordre [ordo librorum], l’explication [explanatio].

22Il rappelle ainsi les règles du genre et la démarche, déjà préconisée par ses prédécesseurs. Donat, lui aussi commentateur de Virgile, écrivait dans sa préface au commentaire des Bucoliques :

Ante opus titulus causa intentio. Titulus, in quo quaeritur, cuius sit, quid sit ; causa, unde ortum sit et quare hoc potissimum sibi ad scribendum poeta praesumpserit ; intentio, in qua cognoscitur, quid efficere conetur poeta. In ipso opere sane tria spectantur : numerus ordo explanatio.

Avant l’ouvrage, le titre [titulus], la motivation [causa], l’intention [intentio]. Le titre à propos duquel on cherche à savoir de qui est l’ouvrage et quel il est. La motivation à l’occasion de laquelle on se demande ce qui a donné naissance au poème et pourquoi le poète a privilégié ce mode d’écriture. L’intention à propos de laquelle on reconnaît ce que le poète s’efforce de réaliser. Pour ce qui est de l’ouvrage lui-même, on considère trois rubriques, le nombre [numerus], l’ordre [ordo], l’explication [explanatio].

  • 12 Lactantius évoque en 1, 61 un argumentum où il exposait la succession des fables de la maison d’Œd (...)

23Les scholiastes se doivent donc, avant toute explication du texte, de fournir une présentation du poète et des préliminaires se fondant sur le titre, les circonstances ou les critères génériques de l’ouvrage, le dessein du poème ou du poète, le nombre de chants et leur agencement. Rien de tel ne subsiste chez Lactantius pour donner une cohérence à l’ensemble. Peut-être cette préface est-elle perdue, avec le résumé du livre 112, peut-être n’a-t-elle jamais été écrite sous la forme préconisée par Servius ou Donat.

24Les résumés cependant, par les récurrences verbales et la sélection des détails, nous livrent quelques pistes de cohérence et suggèrent des intentions poétiques. Ils permettent dans une certaine mesure de pallier la présentation décousue du commentaire lemmatisé, qui peut paraître arbitraire dans ses choix, laissant dans l’ombre et le silence une partie du texte d’origine. Les résumés semblent nous mettre sur la piste d’une conception particulière de l’action épique chez Stace. Les scholies elles-mêmes n’explicitent pas cette conception et ne théorisent pas de façon synthétique les partis pris esthétiques et génériques de Stace mis en évidence de façon anticipée dans les résumés.

25La lecture suivie des 11 résumés conservés laisse apparaître de façon saisissante la récurrence de deux termes dont l’alternance semble structurer les résumés eux-mêmes et du coup l’ensemble de l’épopée de Stace. Ces deux termes qui alternent sont allocutio et descriptio. Une épopée bavarde et descriptive ? Une épopée en tout cas qui reconsidère les canons épiques. La Thébaïde de Stace n’est en effet pas une épopée de l’action guerrière, héroïque et positive, l’action n’y est pas première, et Lactantius, de façon très claire, souligne l’une des principales originalités de Stace dans le traitement de la matière épique, même si l’on ne doit pas oublier dans ces résumés scolaires les échos avec les exercices de rhétorique laissant la part belle à ces deux dimensions.

26Le terme allocutio revient un nombre de fois remarquable dans les 11 résumés. Lactantius souligne les prises de parole des acteurs de cette épopée, humains et divins, et met en relief de façon privilégiée la circulation de la parole au sein de l’épopée de Stace, la valeur orale et oratoire de la construction même de l’épopée. Ce terme scande les différents moments du texte : c’est sur ces discours que s’appuie Lactantius pour diviser en moments et structurer les résumés et la matière épique. La polyphonie est essentielle et, au terme neutre allocutio, il faut ajouter la variété du champ lexical de la parole, interrogatio, responsio ou responsum, uerba, querela, hortatio, deprecatio, uaticinatio, gratulatio, nuntius, querela, lamentatio, conquestio, indignatio, insultatio, admonitio, pollicitatio, desperatio, confessio, interrogatio, preces, hymnus, consolatio, ou les verbes persuadeo, hortor, conqueror, narro – dans le désordre et sans assurance d’exhaustivité. La parole avec toutes ses nuances est bien au centre du résumé, plus que l’action elle-même.

27Les derniers résumés notamment sont remarquables par la réduction de la matière épique à une série d’échanges verbaux, pour une épopée dominée par la parole rhétorique. Prenons un exemple, dans le résumé du livre 11. Lactantius y multiplie la mention des discours, avec les termes allocutio et allocutiones, développés pour le détail de leur contenu par un complément de nom le plus souvent, puis par une complétive ou par un groupe prépositionnel (allocutio ut/allocutio de), ou par un participe (allocutio Adrasti bellum dissuadentis par exemple). Lamentatio et conquestio complètent le dispositif. En contraste, l’action proprement dite, abruptement synthétisée, interitus fratrum/mors Iocastae, ne fait pas l’objet de développements.

28Le choix de mise en relief de la parole conduit même à l’effacement corrélatif de certaines divisions narratives du texte de Stace. Ainsi pour les livres 8, 9 et 10, Lactantius choisit d’ouvrir son résumé par les paroles d’un personnage en laissant de côté dans le texte de Stace ce qui précède l’intervention de ce personnage. Au livre 8, les 20 premiers vers avec l’arrivée du devin Amphiaraüs aux Enfers ne sont pas évoqués par le résumé : celui-ci commence par un discours, celui de Pluton irrité du bouleversement des lois de l’univers. Au livre 9, c’est le discours d’Étéocle qui inaugure le résumé, laissant de côté l’évocation de la colère des Thébains devant la monstruosité de Tydée mordant à pleine dent la tête décapitée de l’ennemi qu’il a mis à mort. Au livre 10, Lactantius choisit de débuter par la parole du roi, hortatus Eteoclis, omettant la description du champ de bataille qui ouvre le chant de Stace et modifiant l’ordre des éléments et leur logique épique : la mise en place des sentinelles autour du camp argien est reportée ; elle apparaît alors comme la conséquence logique et unique des propos d’Étéocle : Inde per noctem officia uigiliarum et ducis (« Ensuite, pendant toute la nuit, missions des sentinelles et du chef »).

29La fin du résumé 7 mérite également d’être citée. Il y est question du combat d’Amphiaraüs et de la disparition de celui-ci, englouti avec son char par la terre qui s’ouvre devant lui. On lit : Amphiarai praecipue pugna describitur, circa quem Apollinis fauor et postea confessio cum dolore monstratur. Responsum Amphiarai commendantis filium et petentis per eum de uxore uindictam, hiatus terrae et Amphiarai cum armis et curru ad inferna descensio (« Le combat d’Amphiaraüs surtout est décrit, occasion de montrer la protection puis l’aveu douleureux d’Apollon. Réponse au dieu d’Amphiaraüs, lui confiant son fils et lui demandant la punition de son épouse, ouverture de la terre et descente dans les profondeurs des enfers d’Amphiaraüs avec ses armes et son char »). Le combat d’Amphiaraüs s’accompagne une nouvelle fois d’échanges de paroles entre Apollon et son devin, échanges détaillés par Lactantius bien au-delà de ce que l’on peut attendre d’un résumé. C’est ainsi que le contenu de la réponse d’Amphiaraüs (v. 779 à 788 de l’épopée) ici retenu par Lactantius ne correspond qu’à la dernière prière du devin, soit seulement les deux derniers vers de ses propos : « c’est à toi Phébus que je confie mon foyer trahi, la punition de mon épouse criminelle et la noble fureur de mon fils », deceptum tibi, Phoebe, larem poenasque nefandae / coniugis et pulchrum nati commendo furoris (v. 787‑788). Le scholiaste fait porter l’attention sur les relations privées et les sentiments, sur les ressorts psychologiques plus qu’épiques. La mention de l’épouse d’Amphiaraüs, conservée du discours initial, est cependant aussi une nouvelle façon pour Stace et Lactantius d’accentuer l’idée de fatalité tragique à l’œuvre dans l’épopée par le rappel de l’histoire du collier d’Harmonie, donné par Polynice à Ériphyle pour persuader son devin de mari de participer à l’expédition. Le cum dolore du résumé anticipe sur les larmes d’Apollon provoquées par les mots d’Amphiaraüs et ne correspond pas seulement à la révélation d’Apollon, la confessio d’Apollon à son devin.

30Les combats épiques ne sont pas privilégiés, au contraire. Lactantius les passe volontiers sous silence, comme les exploits de Capanée au livre 10, qui cèdent la place à l’échange entre Vertu et Ménécée, ou il les réduit à la confusion comme dans le résumé du livre 7, combats épars et anonymes dont l’issue importe finalement peu : hinc atque illinc singularia uel confusa certamina diuerso casu uariaque uictoria cum descriptione et allocutionibus exsultantium ducum (« de part et d’autre, combats singuliers ou collectifs, où le hasard et la victoire ont souvent changé de camp, accompagnés de la description et des propos des chefs pleins de fierté »). Sans oublier l’alternance structurante entre descriptions et échanges de paroles, le résumé « expédie » les combats qu’il ne détaille pas. Il est remarquable de signaler à propos de ce livre la cohérence entre résumé et exégèse : la première scholie reprend le principe des divisions du résumé : describitur Iouis iracundia. Allocutio apud Mercurium ut (« Est décrite la colère de Jupiter. Ses propos adressés à Mercure pour… ») et il s’ensuit un résumé des griefs de Jupiter qui permettent également de raccorder les livres entre eux et de faire le lien avec le livre 6 dont il résume l’objet et l’insertion dans l’épopée comme digression. Dans le résumé du livre 8, là encore les combats héroïques, spécificité épique, sont évoqués par Lactantius de façon presque désinvolte, et cruelle à la fois dans la simplicité de la formulation : hinc atque hinc diuersae mortes (« morts dans chacun des deux camps »). L’héroïsme épique se réduit à une suite de morts, et l’on ne peut que penser à la noirceur et au pessimisme profond de l’épopée de Stace, ainsi mis en exergue. Dans le résumé du livre 10 une autre formule synthétise les combats fratricides, à nouveau par une sorte de commentaire « hors texte » et ultra humanum modum dimicatio. Plus que les faits guerriers, c’est la tonalité particulière de ce récit de bataille, la violence et l’horreur de ces affrontements que souligne la condensation de Lactantius. Cet élément fonctionne donc aussi comme un commentaire littéraire sur la dimension épique proprement statienne qui est celle de l’excès et de la fureur.

  • 13 Voir Ripoll 1998.

31De véritables dialogues s’instaurent dans les résumés, entre protagonistes humains et divins, allocutio, responsio (ou responsum). Par allocutio, les personnages se répondent dans le résumé et transforment l’épopée de Stace en une sorte de tragédie où chacun dit son rôle. Les moteurs de l’action sont plus tragiques qu’épiques13, et cette métamorphose générique prend chez Lactantius tout son sens dans la construction de dialogues.

  • 14 Il faut noter toutefois que dans le résumé du livre 10, contrairement à ce que les habitudes des a (...)

32Ces échanges de paroles s’accompagnent d’une très forte affectivité, accentuée par Lactantius. Le scholiaste ne détaille pas les combats des héros de la Thébaïde, parfois ne les mentionne même pas, pour focaliser le résumé sur la perception de ces combats, sur les sentiments et discours qui résultent de ces combats. Lamentations, plaintes, consolation, indignation, les sentiments et émotions (lamentatio, desiderium, querela, indignatio, deploratio, conquestio, pour ne conserver que les substantifs les plus récurrents) l’emportent sur l’action elle-même. Le résumé du livre 9 accentue cette recherche émotionnelle : lamentatio, conquestio, querela, deploratio, indignatio, lamentante et conquerente sont des termes qui viennent s’ajouter aux 4 occurrences d’allocutio et donner d’emblée la tonalité du livre. Les résumés condensent donc moins les faits eux-mêmes que la façon dont ils sont vécus et ressentis par les personnages, comment ils sont également transmis par leurs discours. Émotions exacerbées et paroles excessives construisent le modèle épique de Stace, Lactantius le met ainsi en évidence14. On pense parfois un peu à la pratique ovidienne de l’épopée dans les Métamorphoses, qui retient des combats les effets collatéraux sur les sentiments des inermes.

  • 15 Je remercie Daniel Vallat d’avoir rappelé cette dimension lors des discussions du colloque.

33Certes, on voit également, dans cette déclinaison du vocabulaire et ce recours à toute la palette de l’expression des sentiments, l’influence de la rhétorique scolaire15 et de ses exercices destinés à préparer le futur orateur à forger des arguments de l’ordre du pathos, mais cette volonté de Lactantius de souligner chez Stace l’intériorisation de la matière épique propose aussi, à notre sens, une lecture cohérente de l’originalité de cette épopée de paroles et d’émotions souvent violentes, pas non plus dénuée elle-même, il est vrai, d’influences oratoires.

34Dans le résumé du livre 3, cette intériorisation et transformation en discours et en sentiments de l’action épique est notable (allocutio, conquestio à deux reprises, indignatio, querela, permulcentis). Lactantius choisit de détailler les scènes sentimentales de la fin du livre, et de passer sous silence des faits héroïques et religieux plus importants d’un point de vue générique, pourrait-on penser. De la longue scène de consultation des auspices et des réflexions du poète sur la passion des hommes pour la connaissance de l’avenir (soit des v. 440 à 677), Lactantius retiendra captatio auguriorum ab Amphiarao et Melampode in monte Aphesante et omnium signorum descriptio (« prise des augures par Amphiaraüs et Mélampus sur le mont Aphésas et description de tous les signes ») avant de se concentrer sur un seul détail : l’excessive colère de Capanée et son discours plein de furor (v. 598‑619), allocutio Capanei iniuriosa contra Amphiaraum et religionem (« propos insultants de Capanée à l’égard d’Amphiaraüs et de la religion »), sans que le résultat de cette consultation, pourtant élément moteur du déclenchement épique, ne soit mentionné. La réponse des dieux rapportée par le devin se place chez Stace entre les propos violents de Capanée et les larmes d’Argie. Lactantius, lui, juxtapose les affects et passe directement des propos funestes de Capanée aux échanges affectueux entre Argie et son père (v. 678‑721) : Argiae allocutio et belli postulatio. Patris responsio permulcentis (« Propos d’Argie et plaidoyer pour la guerre. Réponse apaisante de son père »). Une fois cette lecture soulignée dans le résumé, le commentaire des scholies, dans le cadre épique reconnu de la captatio auguriorum et de la descriptio signorum ainsi délimité, va s’attarder sur les questions religieuses dans la mesure où elles sont sources d’obscurités pour le lecteur ; mais le résumé, pour sa part, modifie l’éclairage et la hiérarchie des faits.

35Les résumés apportent donc une connaissance du cadre narratif de l’épopée, mais aussi émotionnel, avec une intériorisation des moments épiques et la transformation des motifs épiques en motifs psychologiques. Une transformation qui parfois introduit une part de lyrisme : consolations, déplorations et lamentations, hymnes, prennent autant, voire plus d’importance que les faits et se succèdent pour raconter l’histoire non du combat de deux villes, mais de l’opposition d’individualités affectives.

Conclusion

36Il ne s’agit pas pour Lactantius simplement de raconter l’histoire et le déroulement de l’action, pas simplement de composer des résumés qui tiennent lieu de lecture du texte de Stace, mais de préparer cette lecture et le commentaire qui s’y rattache. Les résumés proposent une image globale des enjeux de cette épopée, malgré l’effet « table des matières » qui peut sembler s’opposer à une saisie d’ensemble de la logique épique. Ils orientent la lecture des scholies à suivre et l’interprétation du texte en suggérant déjà des pistes de commentaire sur les intentions littéraires de Stace. Les zones de texte découpées par les résumés, la sélection des éléments saillants de l’épopée, font le choix de mettre en avant l’articulation des discours et la circulation de la parole des héros et des dieux, réduisant l’importance des faits militaires bruts. Elles construisent une épopée de la parole et du tragique, plus qu’une épopée héroïque et guerrière.

  • 16 Hunc librum poeta extra ordinem carminis fecit, excessit enim oeconomiam suam.

37Les scholies elles-mêmes proposeront à leur tour d’autres formes de résumés de la Thébaïde, dans des échos et des effets de miroir constants. Les premières scholies, notamment, ont ce rôle ; elles récapitulent souvent la matière du livre précédent pour assurer la transition et rappeler le contexte d’entrée dans le nouveau livre, facilitant là encore une appréhension globale de l’épopée. Parmi les plus remarquables, celles des livres 2 et 3, qui ont aussi l’avantage d’introduire la figure du poète au seuil du livre et de son commentaire qui aura pour tâche de révéler les intentions de ce poète, ou celle du livre 5 qui s’interroge sur l’architecture même de l’ouvrage, son « économie »16, celle du livre 7 encore qui, entre descriptio et allocutio, fait un lien cohérent entre texte, résumé et commentaire. Il faudrait analyser encore précisément comment le dialogue avec l’Énéide de Virgile, par des citations constantes, parvient à condenser la matière de la Thébaïde, comme dans le premier livre du commentaire de la Thébaide, qui multiplie les citations de l’Énéide en ciblant chez Virgile les chants et les épisodes clés dans la construction de la matière épique, et en faisant ressortir l’architecture et les enjeux majeurs de l’épopée de Stace. Cela reste à faire, de même que la comparaison des résumés introductifs de Lactantius avec les argumenta antiqua versifiés des manuscrits de la Thébaïde du Moyen Âge et de la Renaissance.

Bibliographie

Barthes 1970 : R. Barthes, S/Z. Essais, Paris, Seuil, 1970.

Berlincourt 2013 : V. Berlincourt, Commenter la Thébaïde (16e-19e s). Caspar von Barth et la tradition exégétique de Stace, Leyde/Boston, Brill, 2013.

Brugnoli 1988 : G. Brugnoli, Identikit di Lattanzio Placido. Studi sulla scoliastica staziana, Pise, ETS, 1988.

Cardinali 2014 : L. Cardinali, « A proposito della cronologia e dell’origine di Lattanzio Placido : Osservazioni sulla questione », dans C. Longobardi, C. Nicolas, M. Squillante (dir.), Scholae discimus. Pratiques scolaires dans l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge, Lyon, CEROR, 2014, p. 287‑304.

Clogan 1964 : P.M. Clogan, « Chaucer and the Thebaid Scholia », Studies in Philology 61, 1964, p. 599‑614.

Endt 1909 : Adnotationes super Lucanum, éd. J. Endt, Leipzig, Teubner, 1909 (réimp. Stuttgart, 1969).

Esposito 2004 : P. Esposito, Gli scolii a Lucano ed altra scoliastica latina, Pise, ETS, 2004.

Klotz 1908 : P. Papini Stati Thebais, éd. A. Klotz, Leipzig, Teubner, 1908.

Magoun 1955 : F.P. Magoun, « Chaucer’s summary of Statius Thebaid II‑XII », Traditio 11, 1955, p. 409‑420.

Ripoll 1998 : F. Ripoll, « La Thébaïde de Stace entre épopée et tragédie », Pallas 49, 1998, p. 323‑340.

Sweeney 1997 : Lactantius Placidus. In Statii Thebaida commentum, vol. 1, éd. R.D. Sweeney, Stuttgart, Teubner, 1997.

Van de Woestijne 1950 : P. Van de Woestijne, « Les scholies à la Thébaïde de Stace : remarques et suggestions », L’Antiquité classique 19, 1950, p. 149‑163.

Wolff 2010 : E. Wolff, « Retour sur la datation et l’origine de Lactantius Placidus, commentateur de Stace », Phoenix 64, 2010, p. 423‑429.

Zetzel 1975 : J.E.G. Zetzel, « On the history of Latin scholia », HSCP 79, 1975, p. 335‑354.

Annexes

Résumés des livres 3 et 7

LIBER III

Conquestio Eteoclis de tarditate quinquaginta missorum. Maeonis aduentus et caedis indicium. indignatio regis. mors Maeonis et eius a rege interdicta sepultura. profectio lugentium matrum ad locum caedis et cadauerum funeratio. de Thebanis malis conquestio et regis iniustitia. Iouis imperium Marti ut Thebana bella suscipiat. Veneris querela apud Martem de Thebanis. Martis responsio pro Thebanis. regressio Tydei uulnerati et eius hortatio ad bellum. Polynicis allocutio pro iniuria Tydei et affectiones obliquae. curatio Tydei. descriptio solis occidentis et orientis noctis. descriptio Martis bellum mouentis. captatio auguriorum ab Amphiarao et Melampode in monte Aphesante et omnium signorum descriptio. allocutio Capanei iniuriosa contra Amphiaraum et religionem. Argiae apud patrem allocutio et belli postulatio. patris responsio permulcentis.

« Plaintes d’Étéocle devant le retard de l’expédition des cinquante. Arrivée de Méon et annonce du massacre. Indignation du roi. Mort de Méon et refus de sa sépulture par le roi. Départ des mères en deuil vers le lieu du massacre et funérailles des morts. Plaintes au sujet des malheurs de Thèbes et de l’injustice du roi. Ordre donné par Jupiter à Mars de mettre en branle la guerre de Thèbes. Lamentation de Vénus auprès de Mars au sujet des Thébains. Réponse de Mars favorable aux Thébains. Retour de Tydée blessé et son appel à la guerre. Propos et sentiments ambigus de Polynice en réponse à l’injure faite à Tydée. Guérison de Tydée. Description du coucher du soleil et de la naissance de la nuit. Description de Mars suscitant la guerre. Prise des augures par Amphiaraüs et Mélampus sur le mont Aphésas et description de tous les signes. Propos insultants de Capanée à l’égard d’Amphiaraüs et de la religion. Propos d’Argie et plaidoyer pour la guerre. Réponse apaisante de son père. »

LIBER VII

Hic liber habet indignationem Iouis contra Martem quod bella Thebana lentius gererentur, missionem Mercurii ab Ioue ad eum incitandum, descriptionem domus Martis in Thracia cum omnibus eius ministris, allocutionem Martis ad Mercurium, allocutionem Adrasti regis ad tumulum Archemori, immissionem Timoris et nimiam augurii formidinem pariterque cupiditatem ad bellum ocius properandi, conquestionem Liberi apud Iouem pro Thebanis Iouisque responsionem uindictam promittentis. sequitur descriptio catalogi exercitus Thebanorum, interrogatio Antigones, responsio Phorbantis, allocutio Eteoclis animantis exercitum, instantis belli prodigia, aduentus Argiuorum ad Thebas collocatioque castrorum, egressus cum filiabus Iocastae ad Argiuorum castra, admissio et conquestio de bello, Tydei relatio, occisio tigrium mansuetarum, deinde ingruentis belli timoris descriptio, et hinc atque illinc singularia uel confusa certamina diuerso casu uariaque uictoria cum descriptione et allocutionibus exsultantium ducum. Amphiarai praecipue pugna describitur, circa quem Apollinis fauor et postea confessio cum dolore monstratur. responsum Amphiarai commendantis filium et petentis per eum de uxore uindictam, hiatus terrae et Amphiarai cum armis et curru ad inferna descensio.

« Ce livre comporte l’indignation de Jupiter contre Mars au motif qu’il mène les combats à Thèbes avec trop de lenteur, l’envoi de Mercure par Jupiter pour l’aiguillonner, la description de la demeure de Mars en Thrace avec tous ses ministres, les propos de Mars adressés à Mercure, les propos du roi Adraste devant la sépulture d’Archémore, l’envoi de l’Effroi et la crainte extrême provoquée par un prodige, tout autant que le désir de se hâter plus encore vers la guerre, les plaintes de Liber auprès de Jupiter en faveur des Thébains et la réponse de Jupiter promettant la vengeance. Suivent le catalogue des troupes thébaines, les questions d’Antigone et les réponses de Phorbas, les propos d’Étéocle galvanisant l’armée, les prodiges annonçant une guerre imminente, l’arrivée des Argiens devant Thèbes, l’installation du camp, la sortie de Jocaste avec ses filles pour se rendre dans le camp des Argiens, son entrée et ses plaintes au sujet de la guerre, l’intervention de Tydée, le meurtre des tigresses apprivoisées, ensuite la description de l’effroi devant la guerre qui surgit, de part et d’autre les combats singuliers ou collectifs, où le hasard et la victoire ont souvent changé de camp, accompagnés de la description et des propos des chefs pleins de fierté. Le combat d’Amphiaraüs surtout est décrit, occasion de montrer la protection puis l’aveu douloureux d’Apollon. Réponse au dieu d’Amphiaraüs, lui confiant son fils et le chargeant de punir son épouse, ouverture de la terre et descente dans les profondeurs des enfers d’Amphiaraüs avec ses armes et son char ».

Notes

1 Voir par exemple Berlincourt 2013 ; Magoun 1955, p. 409‑420 ; Clogan 1964, p. 599‑614, ou encore l’édition Klotz de la Thébaïde (1908).

2 Voir l’état de la question fait avec des conclusions divergentes par Wolff 2010 et Cardinali 2014.

3 Édition Endt 1909. Voir Esposito 2004.

4 Van de Woestijne 1950, p. 149‑163.

5 Barthes 1970, p. 20‑21.

6 Voir par exemple dans le résumé du livre 6 la reprise anaphorique de in quo, à cinq reprises, descriptio, in quo avec rétrécissement et ellipse du terme descriptio.

7 Constante du résumé du livre 5.

8 Résumés des livres 4, 9 et 10.

9 La scholie au vers 407 parle de poetica descriptio et dans celle du vers 410 on lit : praeterea descriptionis istius consideranda pictura est <…>.

10 Sweeney 1997, p. ix de l’introduction.

11 Zetzel 1975, p. 335‑354 : « Of Latin commentaries now extant dealing with a literary text, Servius is the only one which is complete ; all of the others have been through various processes of expansion and contraction, of separate transmission and marginal excerpts ».

12 Lactantius évoque en 1, 61 un argumentum où il exposait la succession des fables de la maison d’Œdipe (harum omnium seriem fabularum in argumento digessimus), mais nous n’en avons pas de trace.

13 Voir Ripoll 1998.

14 Il faut noter toutefois que dans le résumé du livre 10, contrairement à ce que les habitudes des autres résumés pouvaient nous faire penser, les réactions du père et de la mère de Ménécée à la mort par sacrifice de celui-ci sont curieusement occultées. Pourtant les vers 791 à 826 leur sont entièrement consacrés dans l’épopée de Stace, avec une longue allocutio de la mère qui ne se trouve pas dans l’énumération de Lactantius.

15 Je remercie Daniel Vallat d’avoir rappelé cette dimension lors des discussions du colloque.

16 Hunc librum poeta extra ordinem carminis fecit, excessit enim oeconomiam suam.

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search