Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Marianus Scot, Chronique

Texte intégral

Marianus Scotus (ca 1028 - 1082‑1083) est un moine irlandais qui vient vivre sur le continent, en particulier à Cologne puis à Mayence où il meurt ; il est l’auteur d’une Chronique (Mariani Scoti chronica clara) qui va de la Création à 1082. Très soucieux de rétablir une chronologie parfois malmenée par ses prédécesseurs, il s’attache essentiellement à cette tâche de révision.

  • 466 Voir la présentation que Sigebert fait de son œuvre dans le Liber de scriptoribus ecclesiasticis au (...)

1La chronique de Marianus Scot, aux notices très concises, s’accompagne d’une double datation, celle de ses prédécesseurs et celle qu’il propose lui-même, à partir de la critique de l’établissement de la date de la nativité par Denys le Petit qui, selon lui, se serait trompé de 22 ans. Sa chronique fut particulièrement appréciée pour son exactitude par Sigebert de Gembloux466 et utilisée comme référence par d’autres auteurs de chroniques, en particulier en Angleterre.

132. Extraits du Chronicon : Archélaos, Valentinien II

16. 57 Plancus et Silius. Archilaus, non ferentibus Iudeis sed accusantibus apud Augustum ferocitatem eius, in Viennam urbem Galliae relegatus ; et ad minuendam Iudaici regni potentiam insolentiamque domitandam, quatuor fratres eius pro eo sunt tetrarchae creati, Herodes, qui et Antipas, Antipater, Lisias et Philippus.
412. 8 Arcadius 2 et Rufus. Valentianus ad uitae fastidium nimia Arbogastis magistri militum austeritate perductus, laqueo apud Vienne periit. Arbogastes magister exercitus, mortuo Valentiniano, cuius exitu grauabatur, Eugenium in Gallia facit imperatorem. (390).

16. 57 Plancus et Silius consuls. Accusé devant Auguste par les Juifs qui ne supportaient plus ses violences, Archélaos est banni dans la ville de Vienne en Gaule ; et afin d’amoindrir la puissance du royaume juif et d’abaisser son arrogance, ses quatre frères, Hérode, dit aussi Antipas, Antipater, Lisias et Philippe, furent institués tétrarques pour le remplacer.
412. 8 Arcadius consul pour la seconde fois et Rufus. Valentinien qui avait perdu le goût de vivre en raison de l’emprise excessive que son maître des milices, Arbogast, exerçait sur lui, trouva la mort à Vienne, pendu. Arbogast, le maître de l’armée, après la mort de Valentinien, mort dont il était accusé, proclame Eugène empereur, en Gaule. (390).
(Marianus Scot, Chronique, III)

2La première notice provient de Bède, la seconde de Prosper Tiro (70). Le premier chiffre indique la datation par rapport à la naissance du Christ ; le second renvoie à une année de règne (Auguste pour la première notice, Arcadius pour la seconde).

Références

Auteur et œuvre

Molinier 1902, no 2189 ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Marianus Scotus » [P. Verbist] ; P. Verbist, « Reconstructing the past : the chronicle of Marianus Scottus », Peritia 16, 2002, p. 284‑334 ; Verbist 2010 (chap. 3, p. 85‑146, consacré à Marianus Scot).

Éditions

MGH Script V, éd. D.G. Waitz, 1844, p. 501 et 530. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 147, 1853, col. 635C et 715C.

Notes

466 Voir la présentation que Sigebert fait de son œuvre dans le Liber de scriptoribus ecclesiasticis au chapitre CLIX, PL 160, 1854, col. 584B.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search