Version classiqueVersion mobile

Epitome

 | 
Isabelle Boehm
, 
Daniel Vallat

Deuxième partie. Résumés en contexte rhétorique et scolaire

Donat, Servius et la Vita Vergiliana : méthodes et enjeux d’un résumé scolaire

Daniel Vallat

Résumé

Parmi les rares textes introductifs issus des commentaires antiques, nous avons conservé deux biographies de Virgile, l’une de Donat, qui se trouve avant l’introduction de son commentaire aux Bucoliques (aujourd’hui perdu), l’autre de Servius, intégrée à son introduction à l’Énéide. Une comparaison détaillée entre ces deux textes montre comment ont évolué les méthodes d’introduction aux auteurs au ive siècle, et surtout comment la biographie de Donat (empruntée selon toute vraisemblance au De poetis perdu de Suétone) a été modifiée par Servius, à travers des suppressions, des restructurations et des déformations. Finalement, la biographie virgilienne de Servius apparaît clairement comme un cas de résumé dans un contexte scolaire, puisque tout a été fait pour simplifier ce texte et le rendre accessible et acceptable aux élèves du grammaticus.

Texte intégral

  • 1 En Grèce, la transformation systématique des commentaires en scolies marginales a entraîné la disp (...)

1Nous avons conservé très peu de textes liminaires (préfaces, introductions) issus des matériaux exégétiques antiques. C’est à Rome que de rares échantillons ont été préservés, en l’occurrence dans l’exégèse virgilienne, puisque nous possédons encore deux textes des ive-ve siècles : l’introduction de Donat à son commentaire (aujourd’hui perdu) et la préface de Servius et ses introductions aux trois œuvres de Virgile (dans l’ordre : Énéide, Bucoliques, Géorgiques)1. Plus particulièrement, Donat et Servius commençaient leurs commentaires par la biographie de Virgile (Vita), et ce sont ces textes que nous étudierons ici, car la version de Servius doit se lire comme un cas spécifique d’epitome en contexte scolaire.

  • 2 Vallat 2016.
  • 3 Voir les éditions de Brummer 1912 et Brugnoli, Stok 1997.
  • 4 Thilo 1881, p. lxxvii ; Norden 1906, p. 170 ; contre-arguments dans Bayer 1970, p. 691.
  • 5 En fait, le seul point d’achoppement demeure une expression de l’introduction de Servius aux Bucol (...)
  • 6 Brugnoli 1984.
  • 7 Reifferscheid 1860 et Brugnoli 1984.
  • 8 Point refusé au xixe s. (Ribbeck 1866), mais démontré depuis, voir Norden 1906, p. 169‑170 ; Bayer (...)

2Plus encore que les commentaires, les textes préfaciaux présentent, au sein des productions non littéraires, une fragilité essentielle : supprimés, réécrits, abrégés, ils n’ont pas de statut textuel à proprement parler, et constituent un ensemble d’informations librement utilisables et transformables2. C’est encore plus vrai dans le cas de l’exégèse virgilienne, puisque nous possédons de nombreuses réfections médiévales de la Vita du poète3. On s’est d’ailleurs demandé, depuis le xixe siècle, si les textes de Donat et de Servius étaient ou non authentiques. Ainsi, on a longtemps cru que la préface de Servius constituait l’abrégé d’un texte servien original4, mais il n’y a plus lieu de la considérer comme réellement incomplète5. Quant au texte de Donat, il est constitué de deux parties distinctes, la première (§ 1‑46) est la biographie, la seconde (§ 47‑72) l’introduction aux Bucoliques, traditionnellement la première des œuvres de Virgile expliquée en classe : l’ensemble forme donc le premier modèle d’accessus que nous ayons conservé6. Depuis le xixe siècle, on a établi, par déduction et par recoupement de fragments, que la partie biographique proprement dite était un emprunt quasi littéral à la vie écrite par Suétone dans le De poetis aujourd’hui perdu7 (d’où son nom dans la critique moderne de Vita Suetoniana-Donatiana, abrégée VSD) ; la critique s’est ensuite livrée à une analyse minutieuse et un peu vaine, parfois au mot près, pour débusquer les parts respectives de Suétone et de Donat : mais l’intérêt de ce travail lexical, quand on a perdu une grande partie de la production d’un auteur (ici, aussi bien Suétone que Donat), est nécessairement limité ; plus intéressante est la question de la méthode, qui montre, mutatis mutandis, un goût des détails et du pittoresque qu’on retrouve dans les Vies des douze Césars. Même si la plupart des manuscrits anciens de la Vie de Donat ne portent pas son nom (à l’exception notable du Parisinus Latinus 11308, le seul aussi à contenir la dédicace à L. Munatius), nous partons du principe que les deux textes que nous étudions ici sont authentiques et complets : au-delà des différences qui nous intéresseront ici, il est clair que ces deux préfaces sont issues de la même matrice, et surtout que Servius a travaillé directement sur le texte de Donat8, en l’abrégeant fortement – méthode qui peut logiquement s’appliquer au reste de son commentaire.

Biographie et méthodes

  • 9 Ael. Donatus L. Munatio suo salutem. Inspectis fere omnibus ante me qui in Virgilii opere callueru (...)
  • 10 Servius, Praef. 1 : In exponendis auctoribus haec consideranda sunt, « Quand on présente les auteu (...)

3Comme sans doute son commentaire, l’introduction de Servius se construit à la fois avec et contre celle de Donat : elle lui reprend l’essentiel de sa teneur, mais s’en démarque à différents niveaux. Elle est nécessairement plus brève (au moins cinq fois plus courte pour la seule Vita), et apparaît logiquement plus articulée. Mais la technique du résumé employée par Servius a eu des conséquences majeures sur la structure même et l’autoreprésentation de la biographie virgilienne. En premier lieu, l’embrayage du texte biographique diffère absolument entre les deux grammairiens : Donat commence par une dédicace – attestée certes par un seul manuscrit, mais dont l’authenticité n’a jamais été remise en question – qui permet à son auteur de se mettre en scène sur des modes à la fois plaisants et justificatifs, en personnalisant fortement le rôle du grammairien9, tandis que Servius s’efface doublement derrière la méthode pédagogique et un adjectif verbal d’obligation impersonnel10 qui consacre l’intention didactique – alors qu’il a par ailleurs dédicacé certaines de ses œuvres grammaticales mineures, comme le Centimeter : l’absence de dédicace pour le commentaire donc volontaire.

  • 11 Sur le retour de Juvénal et des poètes « d’argent » dans l’exégèse virgilienne au cours du ive siè (...)
  • 12 Comparer par exemple Servius, Praef., 4 : Augustus uictor Cremonensium agros, quia pro Antonio sen (...)
  • 13 Hypothèse depuis au moins Thomas 1880, p. 153‑155 ; Holtz 2011, p. 209.
  • 14 Vallat 2015, p. 14‑16.

4Par ailleurs, Servius dissocie les deux parties du texte donatien (Vita et introduction aux Bucoliques), et leur applique deux méthodes différentes : il abrège fortement la biographie, qu’il associe à la présentation de l’Énéide, et se contente de recopier, pour l’essentiel, l’introduction aux Bucoliques. Une rapide comparaison des deux introductions à cette œuvre montre que les interventions de Servius sont assez limitées, que finalement son texte n’est guère plus bref que celui de Donat, et que sa structure ne diffère que dans le détail (voir tableau infra) : tout montre qu’il n’a pas vraiment choisi, pour les Bucoliques, entre la méthode qu’il a développée pour l’Énéide et celle de Donat ; il se contente de redistribuer des paragraphes, peut-être pour rééquilibrer la catégorie défaillante de la causa chez son modèle (voir infra), mais pour l’essentiel il recopie Donat verbatim, contrairement à ce qu’il a fait pour la biographie, et ne cherche pas la concision si caractéristique de la préface à l’Énéide. L’ensemble a pu subir des réfections plus tardives, mais porte aussi la marque de Servius (comme l’intégration d’une citation de Juvénal absente de Donat11) ; d’ailleurs le commentateur, en recopiant Donat, ne supprime pas des éléments déjà abordés pour l’Énéide (les malheurs de Mantoue ou la tripartition des styles12). Aussi l’impression laissée par cette préface servienne aux Bucoliques est-elle plutôt celle d’un travail mal fini, auquel l’auteur n’a certainement pas apporté le même soin, la même concision ni la même rigueur qu’à sa préface de l’Énéide : sans doute est-ce le témoignage d’un intérêt moindre13 de Servius pour les commentaires des Bucoliques et des Géorgiques, conséquence logique de la promotion de l’Énéide en première place de son propre projet pédagogique14.

  • 15 Voir aussi les tableaux plus détaillés d’Osebold 1968, p. 163‑164.

5D’un point de vue méthodologique, la Vita de Donat est simplement juxtaposée à l’introduction des Bucoliques qui suit, et n’en fait donc pas partie, alors que Servius intègre la Vita à son ensemble introductif à l’Énéide. Cette réorganisation a son importance, car elle crée un tout exégétique qui lui permet d’aborder de front la vie et l’œuvre – relation au cœur de sa conception de Virgile. Il propose ainsi pour l’Énéide une liste de sept catégories marquant des efforts de rationalisation de la série propre à Donat pour les Bucoliques, qui suivait une double structure15 :

Servius, Aen. Donat, Buc. Servius, Buc.
Vita [Vita]
Titulus Ante opus Titulus Titulus
Qualitas Causa <Origo ?>
Intentio Intentio Qualitas
Numerus In opere Numerus Intentio
Ordo Ordo Causa
Explanatio Explanatio Numerus
Ordo
Explanatio
  • 16 Voir, contra, l’analyse détaillée de Monno 2006, qui met en valeur le travail de Servius (en parti (...)

6En effet, Donat obéit à une dichotomie ante opus « avant l’œuvre »/in opere « dans l’œuvre », chaque catégorie étant tripartite, et la Vita restant exclue de l’ensemble. On voit que Servius, pour l’Énéide, conserve une structure très proche puisque les quatre dernières catégories sont identiques, ainsi que le titulus ; mais il intègre la Vita comme première catégorie, et surtout remplace, pour l’Énéide, la causa par la qualitas, tandis que, pour son introduction aux Bucoliques, il mélange les deux méthodes : il maintient à la fois sa catégorie de la qualitas, et la causa donatienne qu’il déplace, tout en l’explicitant aussi dans un paragraphe où il développe (sous la rubrique titulus), sans l’identifier, l’origo, qui fait également partie de la causa donatienne. Il est évident que Servius adapte partiellement et un peu confusément son modèle, sans le suivre aveuglément16.

  • 17 In exponendis auctoribus haec consideranda sunt : poetae Vita, titulus operis, qualitas carminis, (...)
  • 18 Donat, § 47 : Quoniam de auctore summatim diximus, de ipso carmine iam dicendum est, quod bifariam (...)
  • 19 Comparer avec le début de l’ars minor de Donat (585 H), très différent de son introduction aux Buc (...)

7Le discours même se fait l’écho des modifications : le texte servien est plus reserré et très articulé17, alors que Donat, s’il balise correctement son texte, ne le fait que dans un second temps, après la Vita, et sur une longueur considérable18 ; à cet égard, il est clair que Servius suit une méthode typiquement grammaticale, telle qu’on la trouve dans les artes, avec énonciation initiale du plan19.

  • 20 Voir note 17.
  • 21 C’est l’opinion de Van Berchem 1952 ; voir aussi Brugnoli 1984, p. 11‑12.

8Dans tous les cas, il est évident que la méthode suivie n’a pas été créée pour Virgile, puisque des catégories comme l’ordo, le numerus ou même la qualitas sont décrites par Servius comme ne posant pas de problème particulier dans le cas de l’Énéide20 ; elle provient logiquement des méthodes hellénistiques, comme le montre l’emploi d’une terminologie grecque par Donat, peut-être celle de l’école de Pergame21. Elle est ancienne et communément admise (Donat emploie deux fois l’expression tractari solet à son sujet, § 47 et 67), et comporte une part invariable (les trois dernières catégories), mais on voit avec Servius qu’elle est aussi susceptible d’évoluer rapidement, en quelques décennies.

  • 22 Donat § 50 : Causa dupliciter inspici solet, ab origine carminis et a uoluntate scribentis, « Quan (...)

9Par ailleurs, ces catégories ne sont pas aussi cohérentes qu’il y paraît : elles sont souvent doubles chez Donat, et la causa en particulier, on l’a dit, constitue un point faible, puisqu’elle comprend à la fois l’origo du genre littéraire et la uoluntas scribentis, qui fait, au moins en partie, double emploi avec la catégorie suivante de l’intentio, d’où des impressions de confusion, de redites et de retour en arrière22.

10Servius procède à deux réorganisations du schéma donatien, dans ses préfaces de l’Énéide et des Bucoliques, en supprimant dans les deux cas la dichotomie ante opus/in opere. Pour l’Énéide, on ne peut comparer que la structure et non le fond, perdu pour Donat ; la modification la plus visible est le remplacement de la causa donatienne par la qualitas, qui traite de la définition du genre et non de son origine. La technique du résumé a donc entraîné des resserrements et réorganisations nécessaires : dans un texte assez long, comme celui de Donat, les défauts et les éventuelles incohérences sont moins flagrants, alors que les risques seraient plus grands dans une version abrégée.

Le résumé servien de la Vita

11Au-delà des effets de structure méthodologique, la biographie proprement dite de Virgile subit chez Servius des coupes importantes et connaît quelques modifications de détail et des réorganisations.

Suppressions

12La réduction drastique de son modèle prouve que Servius quitte la biographie héritée de Suétone pour la notice grammaticale, qui retient l’essentiel. Mais elle ne s’est pas faite sans principes, et obéit à des schémas récurrents qui tiennent à son projet méthodologique et impliquent un processus de rationalisation. Des pans entiers de la Vita disparaissent. Si l’on synthétise les suppressions pures et simples d’informations, on constate qu’elles concernent deux aspects de la biographie : l’homme et son œuvre.

  • 23 On ne croit plus aujourd’hui qu’il manque un paragraphe sur la mort de Virgile : Servius n’en parl (...)

13L’homme Virgile est pour ainsi dire effacé de sa propre vie par Servius, qui ne livre que le nom – sous sa forme minimale – de ses géniteurs, et supprime tous les autres aspects familiaux cités par Donat : la condition de ses parents (VSD, § 1), les doutes sur les métiers de son père (§ 1) ; sa jeunesse (la prise de la toge virile, § 6) ; la perte de son père et de ses frères (§ 14). Sa naissance même n’est pas évoquée stricto sensu (voir l’absence du verbe nasci), pas plus que sa date ni son lieu précis (vs VSD, § 2) ; quant à sa mort, elle n’est évoquée en filigrane que par le participe moriens – et encore est-ce pour aborder le destin de l’Énéide : mais il ne dit rien sur les circonstances de sa maladie contractée en Grèce, de son décès au retour d’Italie, de son tombeau à Naples (VSD, § 35‑36) : naissance et mort sont des données sans intérêt pour Servius23. En dehors des aspects littéraires, Virgile n’a chez lui pas de vie propre. Le portrait physique – élément attendu de la biographie suétonienne (VSD, § 8) – est tout à fait absent, tandis que le portrait psychologique, juste esquissé, semble concédé à grand-peine (cf. infra). Servius ne donne aucun détail non plus sur les biens de Virgile ni sur son testament (VSD, § 37). En somme, les aspects personnels se trouvent estompés au maximum, dans une logique en fait cohérente : Servius ne retient de Virgile que ce qui concerne l’œuvre virgilienne ; le reste est exclu.

  • 24 Voir par exemple Suétone, Aug., 94.
  • 25 Par exemple dans la Vita Noricensis (ixe siècle, Brummer 1912, p. 54) ; Vita Monacensis (xe siècle (...)
  • 26 Voir Bastiaensen 1994.
  • 27 Voir Setaioli 1995.

14C’est d’autant plus vrai pour des détails très suétoniens24, comme les présages entourant la naissance du personnage ; on en compte trois chez Donat (§ 3‑5) : le rêve de sa mère, où elle se voit enfanter un rameau de laurier ; la douceur du nouveau-né ; le peuplier planté pour sa naissance et qui croît plus vite que les autres et finit par servir de lieu de pèlerinage pour femmes en mal d’enfant ; on peut y ajouter la coïncidence (§ 6) qui voit Virgile prendre la toge virile le jour même où meurt Lucrèce (lequel, dans les réfections médiévales de la Vie, deviendra l’oncle de Virgile25…). Le refus du merveilleux tient au caractère propre de Servius, qu’on retrouve régulièrement dans son commentaire à travers les interprétations physiques ou évhéméristes des mythes et des divinités, et peut-être aussi au contexte spirituel de son temps, qu’il ne faut pas négliger ; car si le public de Suétone croyait aux présages, c’est encore plus vrai pour celui de la fin du ive siècle, qui y greffait en outre une problématique religieuse : depuis longtemps, les présages et les miracles étaient le lot d’une littérature édifiante, comme la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate (iiie siècle), sans parler des Évangiles ; or, l’époque de Servius (fin ive siècle) est également celle de la floraison d’un genre nouveau, porté en particulier en latin par Jérôme26 : l’hagiographie chrétienne, qui recourt largement au miraculeux. On ne peut savoir si le grammairien avait connaissance de ce genre de textes, mais toujours est-il qu’il a soigneusement expurgé de la vie de Virgile les détails justement hagiographiques, qui devaient lui sembler peu sérieux, et en tout cas non cohérents avec les tendances néo-platoniciennes qu’on discerne dans son commentaire (en particulier Aen., 6)27. Au final, c’est une vraie cure de rationalisation qu’il impose à la biographie de Virgile, là où, au contraire, Donat se complaisait dans le fabuleux trouvé chez Suétone.

  • 28 Vallat 2012, ainsi que Georgii 1891, même si sa méthode radicale est datée.

15La présentation de l’œuvre est également réduite : Servius supprime tout ce qui concernait chez Donat la réception de l’œuvre auprès de ses contemporains et dans le siècle qui suivit, comme les éloges de Properce (VSD, § 30) ou les paragraphes sur les détracteurs du poète (§ 43‑46) ; là encore, ces détails avaient leur importance pour Suétone, la source originelle du texte, environ cent cinquante ans après la mort de Virgile ; mais à l’époque de Servius, la figure du poète est devenue quasi intouchable, au point que le commentateur expurge la plupart des critiques adressées à Virgile (qu’on peut pourtant deviner en creux dans les remarques du Servius Danielis)28, et que même les premiers éloges doivent sembler désormais trop lointains pour être pertinents. Dans la même optique, il écarte également les informations concernant la méthode d’écriture de Virgile (VSD, § 22‑24) et les lectures qu’il a données en public, et même les compliments ambigus adressés à sa manière de lire (§ 29). En somme, l’œuvre virgilienne, chez Servius, n’a plus d’à-côté, et devient la donnée majeure, mais brute et quasi sans histoire, en grande partie décontextualisée.

Déductions

16Si l’on examine maintenant les autres interventions de Servius sur le texte de Donat (à savoir les éléments conservés, les ajouts, les modifications, les déplacements), on remarquera là encore une cohérence dans les tendances de fond.

  • 29 Notons que le nom de sa mère apparaît également dans la Vita Probiana (p. 323 Hagen) sous la forme (...)

17Il y a d’abord de faux ajouts, des éléments qui semblent absents de Donat, mais sont en fait issus d’autres passages de la biographie suétonienne, ou simplement extraits du contexte ; ainsi, Donat ne nommait pas la mère de Virgile, se contentant de donner le nom du grand-père (Magi, au génitif) ; Servius, bien qu’il exclue les détails familiaux, nomme Magia (ou Maia, selon les manuscrits) : cette différence est-elle ou non importante ? Il pourrait sembler contradictoire, après ce que nous avons dit sur la suppression des éléments merveilleux, de fournir ce nom qui évoque en creux la magie, mais il semble peu probable que Servius ait souhaité insister sur ce point : il s’agit plus probablement de l’adaptation de Magius en Magia, ce qui permet de faire l’économie du grand-père29.

18Autre faux ajout, celui de Naples dans la liste des villes où le poète a séjourné : Servius l’ajoute à Crémone et Milan (Praef., 2 : nam et Cremonae et Mediolani et Neapoli studuit, « car il étudia à Crémone, Milan et Naples »), alors que Donat évoquait Rome en troisième lieu (VSD, § 7 : Sed Vergilius a Cremona Mediolanum et inde paulo post transiit in Vrbem, « Mais Virgile passa de Crémone à Milan, et de là, peu après, à Rome ») : il est toutefois inutile de supposer l’utilisation par Servius d’une autre source, car plus loin Donat atteste bien la présence de Virgile à Naples (§ 11) ; il s’agit donc d’une réorganisation de détail, par déplacement d’informations et par sélection (en fait, Servius fait l’impasse sur Rome), mais aussi par regroupement : il vient de citer Mantoue, puis réunit les noms de villes qui lui semblent importants, et s’en tient là. On notera d’ailleurs, dans la phrase de Servius, l’emploi du verbe studuit, absent chez Donat aussi bien quand il évoque Naples que les autres villes ; en revanche, on trouve chez ce dernier le terme studia au § 15 (Inter cetera studia medicinae quoque ac maxime mathematicae operam dedit, « Au milieu d’autres études, il se consacra aussi à la médecine et surtout à l’astrologie », avec les matières étudiées, que Servius écarte) : là aussi, la sélection est à l’œuvre et finalement Servius écrit sa phrase en restructurant et en condensant des éléments épars sur trois segments donatiens (les cités § 6 ; Naples § 11 ; les études § 15).

Modifications

19Cette tendance à la réorganisation réapparaît dans le seul détail conservé sur la psychologie et la vie amoureuse de Virgile :

Donat, § 9 : Cibi uinique minimi libidinis in pueros pronioris, quorum maxime dilexit Cebetem et Alexandrum, quem secunda Bucolicorum egloga Alexim appellat, donatum sibi ab Asinio Pollione, utrumque non ineruditum, Cebetem uero et poetam. Vulgatum est consuesse eum et cum Plotia Hieria. 10. Sed Asconius Pedianus adfirmat ipsam postea maiorem natu narrare solitam inVitatum quidem a Vario ad communionem sui, uerum pertinacissime recusasse. 11. Cetera sane Vita et ore et animo tam probum constat ut Neapoli Parthenias uulgo appellatus sit ac, si quando Romae, quo rarissime commeabat, uiseretur in publico, sectantis demonstrantisque se suffugere in proximum tectum. « Il buvait et mangeait très peu ; il était assez porté sur les jeunes esclaves, parmi lesquels il chérit surtout Cébès et Alexandre – qu’il appelle Alexis dans la deuxième bucolique et qu’Asinius Pollion lui avait donné ; l’un et l’autre n’étaient pas sans culture, et Cébès écrivait même des vers. Le bruit courut qu’il avait aussi entretenu des relations avec Plotia Hieria. 10. Mais Asconius Pedianus affirme que, par la suite, quand elle fut plus âgée, elle racontait souvent que Varius l’avait effectivement invité à la partager avec lui, et qu’il avait obstinément refusé. 11. En tout cas, il est certain que dans le reste de sa vie il fut d’une si grande probité de paroles et d’esprit qu’à Naples on l’appelait communément Parthenias ; et que, si jamais on l’apercevait en public à Rome, où il ne sortait que très rarement, il échappait à ceux qui le suivaient et le montraient du doigt en entrant dans la première maison venue. »   Servius, Praef. 2 : Adeo autem uerecundissimus fuit, ut ex moribus cognomen acciperet ; nam dictus est Parthenias. Omni Vita probatus uno tantum morbo laborabat ; nam inpatiens libidinis fuit. « Il était extrêmement pudique, si bien que son genre de vie lui valait un surnom, car on l’appela Parthénias. Respecté pour l’ensemble de sa vie, il ne souffrait que d’un seul trouble, car il ne contrôlait pas son désir. »
  • 30 Donat, § 17 : in Balistam ludi magistrum ob infamiam latrociniorum coopertum lapidibus, « contre l (...)

20Non seulement Servius a éliminé les noms et tous les détails des personnes, mais il a inversé les données restantes en les réécrivant dans une visée à la fois généralisante, euphémistique et apologétique. Là où Donat suit un schéma progressif (en évoquant d’abord les goûts du poète, puis sa probitas), Servius adopte l’ordre inverse : d’abord la probitas sur le mode superlatif – en gommant au passage l’origine strictement napolitaine du surnom Parthenias – puis les tendances de Virgile, en remplaçant le syntagme libidinis in pueros pronioris par le terme de morbo, qui possède une portée morale et visiblement un peu honteuse, complètement absente chez Suétone-Donat, et trahit là encore un changement d’époque et de mentalité. L’euphémisme est flagrant dans cette adaptation lexicale, de même que dans le choix d’inpatiens (qui exprime une pulsion incontrôlable) plutôt que pronior (pulsion plus consciente) ; remarquons enfin que le sens de morbus est tellement moralisé que Servius n’a pas même songé à citer les vraies maladies de Virgile, évoquées par Donat au paragraphe précédent : ses douleurs au ventre, à la gorge et à la tête, ainsi que sa faiblesse aux poumons (§ 8 : nam plerumque a stomacho et a faucibus ac dolore capitis laborabat, sanguinem etiam saepe reiecit, « car bien souvent il souffrait de l’estomac, de la gorge et de maux de tête, et souvent même il lui arriva de cracher du sang ») : la seule maladie demeure, d’ailleurs implicitement, son goût pour les garçons, jugement moral qui n’avait pas le moindre sens dans l’univers mental de Suétone. Cette moralisation, trahie par ce renversement qui évolue d’un raisonnement progressif chez Donat à un raisonnement quasi concessif chez Servius, montre le souci de la première impression laissée au lecteur et exprime donc une maîtrise des enjeux de la forme courte du résumé, dont la densité rend sensible chaque détail. On en trouve un autre exemple, presque humoristique, à propos d’un certain Balista, dont l’épitaphe était considérée comme la première œuvre virgilienne : pour Servius, il s’agit simplement d’un voleur, alors que, selon Donat, c’était un maître d’école qui avait mal tourné30… Le grammairien Donat a-t-il recopié Suétone sans se soucier de l’ironie de la situation, ou y a-t-il inséré quelque malice ? Toujours est-il que Servius a exclu toute possibilité d’autodérision, optant pour la solution déformée et moralisée.

21En ce qui concerne les œuvres de jeunesse de Virgile, conservées par Servius, elles laissent entrevoir d’autres formes d’intervention :

  • 31 Je retiens ici la graphie des manuscrits, plutôt que la correction Catalepton le plus souvent admi (...)
Donat, § 17 […] : Deinde Catalepton et Priapea et Epigrammata et Diras, item Cirim et Culicem, cum esset annorum XVI. 18. Cuius materia talis est : Pastor fatigatus aestu cum sub arbore condormisset et serpens ad eum proreperet, e palude culex prouolauit atque inter duo tempora aculeum fixit pastori. At ille continuo culicem attriuit et serpentem interemit, ac sepulcrum culici statuit et distichon fecit : « Parue culex, pecudum custos tibi tale merenti funeris officium Vitae pro munere reddit. » 19. Scripsit etiam, de qua ambigitur, Aetnam. « Ensuite, il écrivit le Catalepton, les Priapées, les Épigrammes, les Imprécations, et encore l’Aigrette et le Moustique, à l’âge de 16 ans. 18. Voici le sujet : tandis qu’un berger, fatigué par la chaleur, s’était endormi sous un arbre et qu’un serpent rampait vers lui, un moustique s’élança d’un étang et piqua le berger entre les deux tempes. Mais celui-ci écrasa aussitôt le moustique, tua le serpent et édifia un tombeau pour le moustique avec ce distique : “Petit moustique, tu mérites bien que le gardien du bétail te rende les honneurs funèbres, en échange de sa vie.” 19. Il écrivit aussi l’Etna, œuvre sur laquelle il y a un doute. »   Servius, Praef., 3 : Scripsit etiam septem siue octo libros hos : Cirin, Aetnam, Culicem, Priapeia, Catalecton31, Epigrammata, Copam, Diras. « Il écrivit également les sept ou huit livres suivants : l’Aigrette, l’Etna, le Moustique, les Priapées, les Morceaux choisis, les Épigrammes, la Cabaretière, les Imprécations. »
  • 32 Ce résumé était sans doute absent de Suétone, qui n’a pas l’habitude de détailler les œuvres dont (...)

22Servius supprime trois éléments de sa source : l’âge de Virgile quand il a écrit le Culex – dont l’attribution est attestée dès le milieu du ier siècle de notre ère – à savoir 16 ans (ou 26, selon les manuscrits) ; le résumé du même poème, dont on comprend facilement l’économie32 ; les doutes sur l’authenticité de l’Aetna.

23Si l’on ne croit plus guère aujourd’hui à l’authenticité des œuvres attribuées à Virgile, Servius y accorde moins d’importance que Donat, jusqu’à donner – s’il est authentique – un chiffre imprécis de « sept ou huit » œuvres, alors qu’il en cite effectivement huit, sans aucun détail ; Donat, de son côté, fournit six titres, plus un, explicitement douteux :

Donat Servius
Catalepton Ciris
Priapea Aetna
Epigrammata Culex
Dirae Priapea
Ciris Catalecton
Culex Epigrammata
Aetna ? Copa
Dirae
  • 33 Ce doute de Donat est parfois interprété comme une interpolation par rapport à Suétone (voir les r (...)

24Revenons sur l’expression « sept ou huit » : on ne comprend pas bien pourquoi Servius laisse cette imprécision, sans livrer d’explication pour indiquer sur quelle œuvre porte le doute ; théoriquement, ce devrait être sur la Copa, seule œuvre de sa liste ignorée de Donat ; mais que deviennent alors les doutes de ce dernier sur l’Aetna ? Le chiffre sept, considéré apparemment comme un minimum, ne se comprend que par rapport à Donat et à condition de ne pas tenir compte de ses doutes33. Je me suis demandé si l’imprécision « sept ou huit » ne constituait pas une très ancienne interpolation dans le texte de Servius, car on attendrait logiquement le seul chiffre huit ; et comme Donat, grande autorité pré-servienne, donnait le chiffre sept, ce dernier a pu être introduit dans le texte de Servius par un érudit qui avait Donat en tête, d’abord comme ajout interlinéaire, intégré ensuite dans le corps du texte, selon un procédé bien connu. Mais il ne s’agit que d’une hypothèse. Il est clair en tout cas, par la présence de la Copa chez Servius seul, que les deux commentateurs se rattachent à des traditions déjà divergentes sur une matière peu fiable, mais qui a été transmise au Moyen Âge, où elle s’est même enrichie pour constituer le corpus appelé aujourd’hui l’Appendix Vergiliana.

Déformations

25Le plus important, finalement, est qu’on voit Servius transformer un doute en certitude dans le cas de l’Aetna. Or, on retrouve la même technique chez lui à propos du pré-proème de l’Énéide :

Donat, § 42 : Nisus grammaticus audisse se a senioribus aiebat Varium duorum librorum ordinem commutasse et, qui nunc secundus sit, in tertium locum transtulisse, etiam primi libri correxisse principium his uersibus demptis : « Ille ego, qui quondam gracili modulatus auena carmina et egressus siluis uicina coegi ut quamuis auido parerent arua colono, gratum opus agricolis, at nunc horrentia Martisarma uirumque cano… », « Le grammairien Nisus disait qu’il avait entendu des anciens raconter que Varius avait modifié l’ordre de deux livres, que celui qui est maintenant le second, il l’avait mis en troisième ; qu’il avait aussi corrigé le début du premier livre, en enlevant ces vers : “C’est moi qui, jadis, modulai mes chants sur un frêle pipeau, et qui, sorti de mes bois, contraignis les campagnes voisines à obéir à toutes les exigences du paysan, œuvre chère aux travailleurs des champs ; mais voici que maintenant je chante les armes hérissées de Mars et l’homme qui…” »   Servius, Praef., 6 : […] et aliquos detractos, ut in principio ; nam ab « armis » non coepit, sed sic : « Ille ego, qui quondam gracili modulatus auena carmen, et egressus siluis uicina coegi ut quamuis auido parerent arua colono, gratum opus agricolis, at nunc horrentia Martis arma uirumque cano… », « … et d’autres vers supprimés, comme au début ; en effet, il ne commença pas par “les armes”, mais ainsi : “C’est moi qui, jadis, modulai mes chants sur un frêle pipeau, et qui, sorti de mes bois, contraignis les campagnes voisines à obéir à toutes les exigences du paysan, œuvre chère aux travailleurs des champs ; mais voici que maintenant je chante les armes hérissées de Mars et l’homme qui…” »
  • 34 Servius, Aen., 1, 1 : multi uarie disserunt cur ab armis Vergilius coeperit ; omnes tamen inania s (...)
  • 35 Servius, Praef., 11 : Ordo quoque manifestus est, licet quidam superflue dicant secundum primum es (...)

26Les vers sont les mêmes, mais leur présentation diffère tout à fait : Servius en fait également une certitude, rappelée dans son commentaire au vers Aen., 1, 134. Or, chez Donat, ce n’est rien moins qu’une succession d’ouï-dire : (1) un grammairien Nisus – un inconnu – rapporte avoir entendu des (2) « anciens » raconter que (3) Varius, l’un des éditeurs de l’Énéide, avait supprimé ce début. Servius, en résumant, supprime une seconde fois la part de doute qui existait chez Donat et peut-être déjà chez Suétone. Quant au problème de l’ordre des livres dans l’épopée, abordé ici par Donat, Servius l’a logiquement déplacé hors de la Vita, dans la subdivision de l’ordo, et sous une forme plus compréhensible35.

  • 36 Voir aussi la Vita Probiana et des poèmes sur ce sujet dans AL, 242 ; 653, Praef. ; 672 R. Il en e (...)

27La même simplification est à l’œuvre dans le destin de l’Énéide, que Virgile voulait détruire s’il mourait avant de l’achever ; l’épisode était connu depuis longtemps et diversement rapporté36 :

Donat, § 38 : […] L. Varium et Plotium Tuccam, qui eius Aeneidem post obitum iussu Caesaris emendauerunt. […] 39. Egerat cum Vario priusquam Italia decederet ut, si quid sibi accidisset, Aeneida combureret ; at is facturum se pernegarat. Igitur in extrema ualetudine assidue scrinia desiderauit, crematurus ipse ; uerum nemine offerente nihil quidem nominatim de ea cauit, 40. ceterum eidem Vario ac simul Tuccae scripta sua sub ea condicione legauit ne quid ederent quod non a se editum esset. 41. Edidit autem auctore Augusto Varius, sed summatim emendata, utqui uersus etiam inperfectos, si qui erant, reliquerit ; quos multi mox supplere conati non perinde ualuerunt ob difficultatem, quod omnia fere apud eum hemistichia absoluto perfectoque sunt sensu, praeter illud : « quem tibi iam Troia ». « Lucius Varius et Plotius Tucca, qui, après sa mort, corrigèrent son Énéide sur l’ordre d’Auguste […]. Avant de quitter l’Italie, il avait dit à Varius de brûler l’Énéide, s’il lui arrivait malheur, et ce dernier avait catégoriquement refusé de le faire. C’est pourquoi, étant à l’extrémité, il demanda ses brouillons avec insistance, pour les brûler lui-même, mais comme personne ne les lui apportait, il ne confia à nul autre le soin de le faire. Du reste, il légua ses écrits au même Varius, ainsi qu’à Tucca, à la condition de ne rien éditer qui ne l’aurait été par lui-même. Sous l’impulsion d’Auguste, Varius les édita, mais en les corrigeant sommairement, si bien qu’il laissa même des vers incomplets, quand il y en avait ; bien vite, de nombreuses personnes entreprirent de les compléter, mais sans réussir pour autant, à cause de la difficulté, parce que, chez lui, presque tous les hémistiches ont un sens plein et complet, sauf celui-ci : “qu’à toi déjà Troie”. »   Servius, Praef., 5‑6 : […] (Aeneidem) nec emendauit nec edidit : unde eam moriens praecepit incendi. Augustus uero, ne tantum opus periret, Tuccam et Varum hac lege iussit emendare ut superflua demerent, nihil adderent tamen : unde et semiplenos eius inuenimus uersiculos ut « hic cursus fuit ». « […] sans corriger ni éditer l’Énéide ; c’est pourquoi, en mourant, il donna l’ordre de la brûler. 6. Mais Auguste, pour ne pas laisser périr une si grande œuvre, ordonna à Tucca et à Varius de la corriger, avec pour consigne d’enlever le superflu, mais sans rien ajouter ; c’est pourquoi nous y trouvons aussi des moitiés de vers, comme “c’était notre direction”. »
  • 37 Aulu-Gelle, 17, 10, 7 : cum morbo obpr essus aduentare mortem uiderat, petiuit orauitque a suis am (...)

28Apparemment, Servius a condensé deux éléments distincts chez Donat : la décision du poète de brûler l’Énéide en cas de malheur, prise avant son départ, et sa volonté de le faire lors de son agonie ; tout cela est résumé en deux mots successifs : moriens praecepit. Mais il reste difficile de faire la part du résumé et de l’éventuelle exploitation d’autres sources majeures de Servius, comme Aulu-Gelle, qui donne à peu près la même version37.

29Quant à la correction et à l’édition de l’Énéide, Servius simplifie là encore les données de Donat, en particulier celle du testament, attesté par Pline l’Ancien (7, 114) : il impute à Auguste les deux règles qui ont guidé les éditeurs : enlever l’inutile et ne rien ajouter. Le second point est certes présent chez Donat, mais attribué à la volonté même de Virgile, tandis que le premier point, sans préjudice d’une source extérieure éventuelle, semble constituer une extrapolation à partir du texte donatien, et permet à Servius d’aborder le sujet des vers supprimés par les éditeurs, dont le pré-proème.

30Servius déforme aussi les propos de Donat concernant la généalogie des trois œuvres virgiliennes :

Donat, § 19 : […] Mox […] ad Bucolica transiit, maxime ut Asinium Pollionem, Alfenum Varum et Cornelium Gallum celebraret, […] ; 20. deinde Georgica in honore Maecenatis, qui […]. 21. Nouissime Aeneidem inchoauit, […] et in quo, quod maxime studebat, Romanae simul urbis et Augusti origo contineretur. […] 25. Bucolica triennio, Georgica VII, Aeneida XI perfecit annis. « Puis […] il se tourna vers les Bucoliques, surtout pour rendre hommage à Asinius Pollion, Alfénus Varus et Cornélius Gallus […] ; ensuite, il écrivit les Géorgiques en l’honneur de Mécène […]. En dernier lieu, il commença l’Énéide […] où étaient contenues – ce qui était son objectif principal – à la fois l’origine de la ville de Rome et celle d’Auguste. […] Il acheva les Bucoliques en trois ans, les Géorgiques en sept, l’Énéide en onze. »   Servius, Praef., 5 : Tunc ei proposuit Pollio ut carmen bucolicum scriberet, quod eum constat triennio scripsisse et emendasse. Item proposuit Maecenas Georgica, quae scripsit emendauitque septem annis. Postea ab Augusto Aeneidem propositam scripsit annis undecim. « Pollion lui proposa alors d’écrire un poème bucolique, qu’il rédigea et corrigea, c’est avéré, en trois ans. De même, Mécène lui proposa d’écrire des Géorgiques, rédigées et corrigées en sept ans. Puis il écrivit en onze ans l’Enéide, proposée par Auguste. »

31Chez Donat, Virgile est le sujet des verbes d’écriture ou de composition, et le commentateur ne précise que les raisons qui ont motivé le poète. Servius, en revanche, use trois fois du même verbe propono qui ôte à Virgile l’initiative de ses propres œuvres et fait de ces dernières des poèmes de commande (dans deux phrases sur trois, il n’est d’ailleurs pas le sujet) : la simplification des données induite par le résumé n’est donc pas gage de fidélité et provoque au contraire une vision déformée du mécénat.

32Même au niveau historique, l’épitomisation est cause d’approximations ; ainsi, à propos des confiscations de terres en Gaule Cisalpine, qui ont frappé la famille de Virgile, nous possédons trois versions légèrement différentes :

Donat, § 61 : […] cum Augustum Caesarem paene puerum sibi ueterani non abnuente senatu ducem constituissent, exorto ciuili bello Cremonenses cum ceteris eiusdem studii aduersarios Augusti Caesaris adiuuerunt. 62. Vnde factum est ut, cum uictor Augustus in eorum agros ueteranos deduci iussisset […]. « […] les vétérans s’étaient choisi pour chef César Auguste, presque un enfant, non sans l’accord du Sénat ; il s’ensuivit une guerre civile où les habitants de Crémone, avec tous les autres du même parti, soutinrent les adversaires de César Auguste. Pour cette raison, comme Auguste, une fois vainqueur, avait ordonné que ses vétérans s’installent sur leurs terres… »   Servius, Buc. Praef. : Augustus eius filius contra percussores patris et Antonium ciuilia bella mouisset, uictoria potitus Cremonensium agros, qui contra eum senserant, militibus suis dedit […]. « [comme] son fils Auguste avait suscité des guerres civiles contre les assassins de son père et contre Antoine, une fois victorieux, il donna à ses soldats le territoire de Crémone, qui avait pris parti contre lui… »   Servius, Praef., 4 : Postea ortis bellis ciuilibus inter Antonium et Augustum, Augustus uictor Cremonensium agros, quia pro Antonio senserant, dedit militibus suis. Qui cum non sufficerent […]. « Puis, une fois les guerres civiles déclenchées entre Antoine et Auguste, ce dernier, vainqueur, donna à ses soldats le territoire de Crémone, qui avait pris parti pour Antoine. Comme cela ne suffisait pas… »

33Le résumé historique de Donat est à la fois mieux renseigné et plus précis (ce qui est logique, si le fonds remonte à Suétone) que ceux de Servius, qui rapporte l’histoire par deux fois. Il y a deux éléments divergeants qui montrent que Servius n’a pas maîtrisé correctement le processus de compréhension qui doit accompagner un résumé fidèle : Servius emploie les deux fois le pluriel ciuilia bella, là où Donat se contente d’un singulier – à juste titre, car l’épisode en question est surtout celui de la « guerre de Pérouse » (41/40 av. J.-C.) contre le frère et la femme d’Antoine, mais en l’absence d’Antoine même, alors en Orient – épisode très compliqué que même nos sources ont du mal à démêler. Mais dire qu’Auguste est sorti vainqueur de cette guerre civile est très différent de dire qu’il est sorti vainqueur des guerres civiles, ce qui est peut-être juste, mais déforme la source, car Servius, en résumant à travers ce pluriel environ douze années (43/31 av. J.-C.), donne l’impression de parler de la victoire finale d’Auguste, alors que l’épisode concernant les expropriations se limite à l’année 41 av. J.-C., dix ans avant Actium ! D’ailleurs – second élément – Donat se garde bien de citer le nom d’Antoine, absent du conflit en cause, alors que Servius le donne deux fois, avec une simplification progressive : dans la préface des Bucoliques, Antoine est présenté comme adversaire d’Auguste, en plus des assassins de César – le pluriel bella peut alors se comprendre ; mais dans la préface de l’Énéide, il est question du seul Antoine, et le pluriel généralisant renvoie certes à des connaissances historiques, mais non pertinentes pour le seul épisode en question. Le résumé cause ainsi des déformations susceptibles de créer des ambiguïtés et des erreurs.

Restructuration/déplacement

  • 38 Le débat a porté sur trois points principaux : le problème de la tradition indirecte (absent des m (...)

34On remarque enfin des modifications par ajouts, réels ou apparents. Ainsi, par esprit de regroupement, Servius insère à la suite du pré-proème d’autres vers supprimés, selon lui, par Varius et Tucca : il s’agit du fameux « épisode d’Hélène », qui ne figure pas dans les manuscrits antiques de Virgile : son authenticité demeure très controversée, mais ce n’est pas le sujet ici38 ; ce qu’il faut retenir, c’est la volonté de méthode qui pousse Servius à réunir les éléments similaires, au risque de déséquilibrer l’ensemble : car l’épisode d’Hélène qui clôt la Vita non seulement occupe presque le tiers de l’ensemble, mais n’a plus rien à voir avec la vie du poète… Preuve supplémentaire que la Vita est un passage obligé pour Servius, mais pas l’essentiel : elle passe au second plan, derrière l’œuvre.

  • 39 Servius, Praef., 4 (voir note 12).
  • 40 Donat, § 62 : Vnde factum est ut, cum uictor Augustus in eorum agros ueteranos deduci iussisset, n (...)

35L’épisode du partage des terres de Crémone et de leur distribution aux vétérans39 semble également constituer un ajout, car Servius le détaille un peu plus que Donat, mais il s’agit probablement d’un faux-semblant : non seulement Donat est aussi précis que Servius dans l’introduction proprement dite aux Bucoliques40 (il s’agirait alors d’un déplacement plutôt que d’un ajout), mais il n’est même pas sûr que Servius ait eu besoin de recourir à son texte pour rapporter un épisode connu de tout lecteur de Virgile à l’époque. Il s’agit donc plutôt d’une réécriture, sans visée abréviatrice cette fois.

36Enfin, c’est au niveau même de l’expression que le résumé se manifeste, à travers une systématisation du style ; on a vu plus haut quel usage Servius, en déformant sa source, fait du verbe propono dans trois phrases successives où il expose l’origine des trois œuvres virgiliennes. On entrevoit là comment la volonté de réduire les données s’accompagne d’une cristalisation du style dont on trouve d’autres traces ailleurs ; par exemple, au § 2 de la préface servienne, on constate l’apparition d’une structuration binaire :

Diuersis in locis operam litteris dedit ; nam et Cremonae et Mediolani et Neapoli studuit. « Il se cultiva en divers lieux, car il étudia à Crémone, Milan et Naples. »

Adeo autem uerecundissimus fuit ut ex moribus cognomen acciperet ; nam dictus est Parthenias. « Il était extrêmement pudique, si bien que son genre de vie lui valait un surnom, car on l’appela Parthénias. »

Omni Vita probatus uno tantum morbo laborabat ; nam inpatiens libidinis fuit. « Respecté pour l’ensemble de sa vie, il ne souffrait que d’un seul trouble, car il ne contrôlait pas son désir. »

37Les trois phrases successives sont interrompues de la même façon par nam qui, plus qu’une volonté d’explication (qui peut s’exprimer autrement), trahit une intention de simplicité syntaxique adaptée à son public.

Pourquoi résumer une biographie ?

38Servius a donc, clairement, voulu intégrer la Vita à l’accessus ; à cette fin, il a dû la raccourcir pour donner à l’ensemble une brièveté et une unité qu’on ne trouve justement pas dans son introduction aux Bucoliques, œuvre pourtant secondaire par apport à l’Énéide. Pour cela, il a recouru à différentes méthodes qui illustrent à la fois des techniques de l’épitomé antique et sa propre conception de l’explication des auteurs.

  • 41 Donat, § 1‑2 : Mantuanus […] in pago qui Andes dicitur et abest a Mantua non procul, « de Mantoue (...)

39Il a d’abord effectué un tri sévère, où de nombreux détails ont été supprimés, en particulier tout ce qui rendait Virgile trop humain (famille, portraits, goûts) et son existence trop contextualisée dans un milieu ou une époque – paradoxalement, ce qui fait une vie. Il s’agit donc avant tout d’une simplification drastique, mais non sans principes ; au contraire, on discerne des schémas récurrents : le regroupement d’éléments épars chez Donat, quand ils présentaient une unité thématique ; la généralisation, parfois abusive, de données fournies par Donat avec prudence (comme le pré-proème) ou de manière très contextualisée (le surnom de Virgile à Naples) ; une focalisation qu’on pourrait qualifier d’inverse (par exemple sur le lieu de naissance de Virgile : Donat part de Mantoue puis précise le lieu exact avec le village d’Andes ; au contraire, Servius évoque Mantoue pour indiquer ensuite la région de Vénétie41 : le mouvement est exactement inverse et renvoie à l’intention pédagogique et à la question du public) ; une rationalisation à divers niveaux, que ce soit sur les éléments merveilleux de la biographie suétonienne ou dans la structure même de l’introduction ; une moralisation d’éléments gênants de cette biographie, encore en fonction du public.

  • 42 Sur le caractère « trinitaire » de ces données, voir Bayer 1970, p. 717‑718.

40Toutes ces caractéristiques pointent vers une évidence : il s’agit d’une épitomé scolaire. Servius adapte un genre bien précis, la biographie antique, en un compendium destiné à ses élèves, où il ne retient que l’essentiel. Mais qu’est-ce que l’essentiel à ses yeux ? Presque toutes les données qu’il propose ont un rapport étroit, sinon essentiel, avec l’œuvre virgilienne, tout en portant la marque d’une concision tendue : non seulement la vie intègre l’œuvre et revient sans cesse sur elle, mais elle se laisse englober – subsumer – par cette dernière ; toutes les informations ont un lien avec l’une des trois œuvres commentées, et c’est vers l’Énéide qu’elles convergent. Ainsi les détails sur les guerres civiles apparaissent-ils comme le vecteur initial qui conduit Virgile vers ses protecteurs, engrenage qui conduit à l’écriture à travers une gradation qui mène des Bucoliques aux Géorgiques pour s’achever en majesté sur l’Énéide, avec une progression parallèle des patronages (Pollion, Mécène, Auguste) et des durées de composition (3, 7, 11 années), sans oublier la tripartition du style un peu plus loin42. Le commentateur, en recherchant l’essentiel, met en scène la dynamique qui vise à l’épopée et justifie en même temps son choix de commencer l’étude de Virgile par la grande œuvre. Il faut donc insister sur la cohérence du projet, qui parfois certes déforme l’œuvre source par sa concision même, mais qui demeure un travail réfléchi, adapté à un public précis, et qui finalement trahit une conception quasi proustienne des rapports entre l’écrivain et le monde : la vraie uita, c’est la littérature.

Bibliographie

Bastiaensen 1994 : A. Bastiaensen, « Jérôme hagiographe », dans G. Philippart (dir.), Hagiographies. Histoire internationale de la littérature hagiographique latine et vernaculaire en Occident des origines à 1550, Turnhout, Brepols, 1994, p. 97‑123.

Bayer 1970 : K. Bayer, « Vitae Vergilianae/Vergilviten », dans J. Götte, M. Götte (dir.), Vergil. Landleben : Bucolica. Georgica. Catalepton, Munich, Heimeran-Verlag, 1970, p. 211‑780.

Berres 1992 : T. Berres, Vergil und die Helenaszene : mit einem Exkurs zu den Halbversen, Heidelberg, Winter, 1992.

Brugnoli 1984 : G. Brugnoli, « Accessus », Enciclopedia Virgiliana 1, Rome, 1984, p. 11‑13.

Brugnoli, Stok 1997 : G. Brugnoli, F. Stok, Vitae Vergilianae antiquae, Rome, Typis Officinae Polygraphicae, 1997.

Brummer 1912 : J. Brummer, Vitae Vergilianae, Leipzig, Teubner, 1912.

Cameron 2011 : A. Cameron, The Last Pagans of Rome, Oxford, OUP, 2011.

Fränkel 1948‑1949 : E. Fränkel, compte rendu de « Servianorum in Vergilii Carmina Commentariorum Editionis Harvardianae Volumen II, quod in Aeneidos Libros I et II Explanationes continet by E.K. Rand ; J.J. Savage ; H.T. Smith ; G.B. Waldrop ; J.P. Elder ; B.M. Peebles ; A.F. Stocker », JRS 38, 1948, p. 131‑143 ; 39, 1949, p. 145‑154.

Georgii 1891 : H. Georgii, Die antike Aeneiskritik, Stuttgart, Hohlkammer, 1891.

Hardie 1966 : C. Hardie, Vitae Vergilianae antiquae, Oxford, Clarendon Press, 1966.

Holtz 2011 : L. Holtz, « Servius et Donat », dans M. Bouquet, B. Méniel (dir.), Servius et sa réception de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes, PUR, 2011, p. 205‑217.

Kaster 1978 : R.A. Kaster, « Servius and idonei auctores », AJPh 99, 1978, p. 181‑209.

Monno 2006 : O. Monno, « Prefazioni a commenti tardoantichi : confronto tra Elio Donato e Servio », InvLuc 28, 2006, p. 161‑179.

Norden 1906 : E. Norden, « De vitis Vergilianis », RhM 61, 1906, p. 166‑177.

Osebold 1968 : R.A. Osebold, Aelius Donatus Introduction to Virgil’s Eclogues and its Relationship to the Introduction by Servius, Diss. John Hopkins Univ., 1968.

Reifferscheid 1860 : A. Reifferscheid, C. Suetoni Tranquilli praeter Caesarum libros reliquiae, Leipzig, Teubner, 1860.

Ribbeck 1866 : O. Ribbeck, Prolegomena critica ad P. Vergilii Maronis opera maiora, Leipzig, Teubner, 1866.

Scafoglio 2010 : G. Scafoglio, Noctes Vergilianae. Ricerche di filologia e critica letteraria sull’Eneide, Hildesheim, Olms, 2010.

Setaioli 1995 : A. Setaioli, La vicenda dell’anima nel commento di Servio a Virgilio, Francfort, Lang, 1995.

Stocker 1941 : F.S. Stocker, « A New Source for the Text of Servius », HSCPh 52, 1941, p. 65‑97.

Stok 2012 : F. Stok, « Commenting on Virgil, from Aelius Donatus to Servius », Dead Sea Discoveries 19, 2012, p. 464‑484.

Thilo 1881‑1887 : Servii grammatici qui feruntur in Vergilii carmina commentarii, éd. G. Thilo, Leipzig, Teubner, 1881‑1887.

Thomas 1880 : É. Thomas, Scoliastes de Virgile. Essai sur Servius et son commentaire sur Virgile, Paris, Thorin, 1880.

Vallat 2012 : D. Vallat, « Servius Danielis et les obtrectatores : éléments de polémique antivirgilienne », Eruditio Antiqua 4, 2012, p. 247‑287.

Vallat 2015 : D. Vallat, « Conflits d’autorité : Virgile, Donat, Servius », Eruditio antiqua 7, 2015, p. 5‑30.

Vallat 2016 : D. Vallat, « Les métamorphoses d’un commentaire : “Servius” et Virgile », Rursus 9, 2016, https://rursus.revues.org/1190.

Van Berchem 1952 : D. Van Berchem, « Poètes et grammairiens. Recherche sur la tradition scolaire d’explication des auteurs », MH 9, 1952, p. 79‑87.

Wessner 1929 : P. Wessner, « Lucan, Statius und Iuvenal bei den romischen Grammatikern », PhW 47, 1929, p. 296‑303 et 328‑335.

Notes

1 En Grèce, la transformation systématique des commentaires en scolies marginales a entraîné la disparition des préfaces dont on suppose l’existence.

2 Vallat 2016.

3 Voir les éditions de Brummer 1912 et Brugnoli, Stok 1997.

4 Thilo 1881, p. lxxvii ; Norden 1906, p. 170 ; contre-arguments dans Bayer 1970, p. 691.

5 En fait, le seul point d’achoppement demeure une expression de l’introduction de Servius aux Bucoliques, où se trouve un renvoi à la Vita initiale qui ne correspond à rien dans nos textes conservés (Servius, Buc. Praef. : et dicit Donatus, quod etiam in poetae memorauimus Vita, in scribendis carminibus naturalem ordinem secutum esse Vergilium, « et Donat dit – ce que nous avons déjà rappelé dans la Vie du poète – que Virgile a suivi un ordre naturel en écrivant ses poèmes ») ; dans ce cas, soit la préface initiale est alors effectivement incomplète, soit il s’agit d’un lapsus memoriae, d’autant que la préface des Bucoliques, comme nous le verrons, porte les traces d’une rédaction à la fois remaniée et bâclée ; on peut voir dans ce renvoi problématique une interpolation médiévale (une note marginale ensuite intégrée au texte, ou même d’une référence à la Vie de Donat placée en tête d’un manuscrit de Servius, comme c’est parfois le cas, cf. Parisinus Latinus 16236 ; Vat. Reginensis 1495), mais plus sûrement encore une copie directe et mal adaptée depuis le texte de Donat, chez qui il y a justement un renvoi similaire (§ 58 : ordinem temporum secutus est circa uitam humanam, quod supra diximus, « il a suivi l’ordre des périodes dans la vie de l’humanité, comme nous l’avons dit plus haut » = renvoi au § 57).

6 Brugnoli 1984.

7 Reifferscheid 1860 et Brugnoli 1984.

8 Point refusé au xixe s. (Ribbeck 1866), mais démontré depuis, voir Norden 1906, p. 169‑170 ; Bayer 1970, p. 692‑693.

9 Ael. Donatus L. Munatio suo salutem. Inspectis fere omnibus ante me qui in Virgilii opere calluerunt, breuitati admodum studens quam te amare cognoueram, adeo de multis pauca decerpsi […]. Si enim haec grammatico, ut aiebas, rudi ac nuper exorto uiam monstrant ac manum porrigunt, satis fecimus iussis ; si minus, quod a nobis desideraueris, a te ipse deposces. Vale, « Aelius Donat à Lucius Munatius. Après avoir passé en revue presque tous ceux qui, avant moi, ont été des spécialistes de l’œuvre de Virgile, tout en recherchant précisément la brièveté pour laquelle je connaissais ton goût, j’ai recueilli, d’une abondante production, un petit nombre d’extraits […]. Car si cet ouvrage montre la voie et tend la main à un grammairien inexpérimenté et débutant, selon tes dires, nous avons satisfait à tes ordres ; si ce n’est pas le cas, ce que tu as désiré recevoir de nous, tu l’exigeras de toi-même ! Adieu ».

10 Servius, Praef. 1 : In exponendis auctoribus haec consideranda sunt, « Quand on présente les auteurs, il faut considérer les points suivants ». Pour la préface de Servius, nous utilisons ici la numérotation de notre édition en préparation pour la CUF.

11 Sur le retour de Juvénal et des poètes « d’argent » dans l’exégèse virgilienne au cours du ive siècle, voir Wessner 1929 ; Kaster 1978 ; Cameron 2011, p. 411‑412.

12 Comparer par exemple Servius, Praef., 4 : Augustus uictor Cremonensium agros, quia pro Antonio senserant, dedit militibus suis. Qui cum non sufficerent, his addidit agros Mantuanos, sublatos non propter ciuium culpam, sed propter uicinitatem Cremonensium, « Auguste, vainqueur, donna à ses soldats le territoire de Crémone, qui avait pris parti pour Antoine. Comme cela ne suffisait pas, Auguste y ajouta le territoire de Mantoue, confisqué non pour la culpabilité de ses citoyens, mais pour sa proximité avec Crémone » / Buc. praef. : uictoria potitus Cremonensium agros, qui contra eum senserant, militibus suis dedit. Qui cum non sufficerent, etiam Mantuanorum iussit distribui, non propter culpam, sed propter uicinitatem, « victorieux, il donna à ses soldats le territoire de Crémone, qui avait pris parti contre lui. Comme cela ne suffisait pas, il ordonna d’y ajouter le territoire de Mantoue, non pour sa culpabilité, mais pour sa proximité ».

13 Hypothèse depuis au moins Thomas 1880, p. 153‑155 ; Holtz 2011, p. 209.

14 Vallat 2015, p. 14‑16.

15 Voir aussi les tableaux plus détaillés d’Osebold 1968, p. 163‑164.

16 Voir, contra, l’analyse détaillée de Monno 2006, qui met en valeur le travail de Servius (en particulier p. 167 ; 176‑177), sur lequel nous sommes plus sévère.

17 In exponendis auctoribus haec consideranda sunt : poetae Vita, titulus operis, qualitas carminis, scribentis intentio, numerus librorum, ordo librorum, explanatio. Vergilii haec Vita est […]. Titulus est Aeneis […]. Qualitas carminis patet […]. Intentio Vergilii haec est […]. De numero librorum nulla hic quaestio est […]. Ordo quoque manifestus est […]. Sola superest explanatio […], « Quand on présente les auteurs, il faut considérer les points suivants : la vie du poète, le titre de l’œuvre, la nature du poème, l’intention de l’écrivain, le nombre de livres, leur ordre, l’explication. Voici la vie de Virgile […]. Le titre est l’Énéide […]. La nature du poème est évidente […]. Voici l’intention de Virgile […]. Sur le nombre de livres, il n’y a pas de problème […]. Quant à l’ordre, il est également évident […]. Il ne reste que l’explication […] ».

18 Donat, § 47 : Quoniam de auctore summatim diximus, de ipso carmine iam dicendum est, quod bifariam tractari solet, id est ante opus et in ipso opere. Ante opus : titulus, causa, intentio. Titulus, in quo quaeritur cuius sit, quid sit ; causa, unde ortum sit et quare hoc potissimum sibi ad scribendum poeta praesumpserit ; intentio, in qua cognoscitur quid efficere conetur poeta. In ipso opere sane tria spectantur : numerus, ordo, explanatio […]. 50. Causa dupliciter inspici solet, ab origine carminis et a uoluntate scribentis […]. 58. Restat ut quae causa uoluntatem attulerit […]. 64. Intentio libri, quam σκοπόν Graeci uocant […]. 67. Sequitur id quod in ipso carmine tractari solet, id est numerus, ordo, explanatio. 68. Numerus eglogarum manifestus est […]. 69. Quod ad ordinem spectat […]. 70. Superest explanatio […], « Puisque nous avons brièvement parlé de l’auteur, il faut maintenant parler du poème en soi – question qu’on traite habituellement en deux temps : avant l’œuvre et dans l’œuvre même. Avant l’œuvre, il y a le titre, la cause et l’intention. Pour le “titre”, on cherche de qui est le poème et quelle est sa nature ; pour la “cause”, quelle est son origine, et pourquoi le poète a jugé que ce genre était le plus approprié à son travail d’écriture ; pour “l’intention”, on cherche à savoir ce que le poète s’efforce de faire. Dans l’œuvre même, on examine bien sûr trois points : le nombre, l’ordre, l’explication […]. Quant à la cause, on l’examine d’ordinaire sous deux aspects : l’origine du poème et la volonté de l’écrivain […]. Il nous reste à examiner ce qui a suscité la volonté […]. Le but du livre, que les Grecs appellent skopos […]. Suit la question qu’on traite habituellement dans le poème même, c’est-à-dire le nombre, l’ordre et l’explication. Le nombre des églogues est évident […]. En ce qui concerne l’ordre […]. Reste l’explication […] ». Voir Brugnoli 1984, p. 11.

19 Comparer avec le début de l’ars minor de Donat (585 H), très différent de son introduction aux Bucoliques : Partes orationis quot sunt ? Octo. Quae ? Nomen, pronomen, uerbum, aduerbium, participium, coniunctio, praepositio, interiectio. Nomen quid est ? Pars orationis cum casu corpus aut rem proprie communiterue significans. Nomini quot accidunt ? Sex. Quae ? Qualitas, conparatio, genus, numerus, figura, casus. Qualitas nominum in quo est ? […], « Combien y a-t-il de parties du discours ? Huit. Lesquelles ? Le nom, le pronom, le verbe, l’adverbe, le participe, la conjonction, la préposition, l’interjection. Qu’est-ce que le nom ? C’est la partie du discours déclinée qui désigne un être ou un chose, avec un nom propre ou un nom commun. Combien le nom a-t-il d’accidents ? Six. Lesquels ? La nature, la comparaison, le genre, le nombre, la figure, le cas. En quoi réside la nature des noms ? […] ».

20 Voir note 17.

21 C’est l’opinion de Van Berchem 1952 ; voir aussi Brugnoli 1984, p. 11‑12.

22 Donat § 50 : Causa dupliciter inspici solet, ab origine carminis et a uoluntate scribentis, « Quant à la cause, on l’examine d’ordinaire sous deux aspects : l’origine du poème et la volonté de l’écrivain » ; 58 : Restat ut quae causa uoluntatem attulerit poetae Bucolica potissimum conscribendi considerare debeamus : aut enim dulcedine carminis Theocriti ad imitationem eius illectus est…, « Il nous reste à examiner ce qui a suscité chez le poète la volonté d’écrire des Bucoliques plutôt qu’un autre genre : soit il a été séduit par la douceur de la poésie de Théocrite jusqu’à l’imiter » ; 64 : Intentio libri, quam σκοπόν Graeci uocant, in imitatione Theocriti poetae constituitur, qui Siculus ac Syracusanus fuit. Est intentio etiam in laude Caesaris…, « Le but du livre, que les Grecs appellent skopos, réside dans l’imitation du poète Théocrite, qui était sicilien de Syracuse. Il réside également dans l’éloge de César ». On constate que l’imitation de Théocrite est alléguée à la fois comme uoluntas (et donc causa) et comme intentio. Voir aussi Bayer 1970, p. 685 ; Monno 2006, p. 165‑170.

23 On ne croit plus aujourd’hui qu’il manque un paragraphe sur la mort de Virgile : Servius n’en parle pas plus que de sa naissance ; voir Fränkel 1948, p. 136‑137 ; Hardie 1966, p. 23‑24 ; Bayer 1970, p. 696 ; les tentatives pour compléter ce point (depuis Brummer 1912 jusqu’à l’editio Harvardiana, voir Stocker 1941, p. 70 et 72) sont des erreurs.

24 Voir par exemple Suétone, Aug., 94.

25 Par exemple dans la Vita Noricensis (ixe siècle, Brummer 1912, p. 54) ; Vita Monacensis (xe siècle, Brummer 1912, p. 56).

26 Voir Bastiaensen 1994.

27 Voir Setaioli 1995.

28 Vallat 2012, ainsi que Georgii 1891, même si sa méthode radicale est datée.

29 Notons que le nom de sa mère apparaît également dans la Vita Probiana (p. 323 Hagen) sous la forme Magia Polla ; mais cette Vita, attestée très tardivement (les manuscrits sont contemporains de l’editio princeps, fin xve-début xvie siècle), est parfois suspecte.

30 Donat, § 17 : in Balistam ludi magistrum ob infamiam latrociniorum coopertum lapidibus, « contre le maître d’école Balista, qui s’était couvert d’infamie par ses brigandages, et avait été lapidé » ; Servius, Praef., 3 : in Balista latronem, « contre le voleur Balista ».

31 Je retiens ici la graphie des manuscrits, plutôt que la correction Catalepton le plus souvent admise.

32 Ce résumé était sans doute absent de Suétone, qui n’a pas l’habitude de détailler les œuvres dont il donne les titres, voir Caes., 56 ; Aug., 85 ; Cl., 41, etc.

33 Ce doute de Donat est parfois interprété comme une interpolation par rapport à Suétone (voir les références dans Bayer 1970, p. 664), mais il est clair que Servius connaissait le passage et le simplifie.

34 Servius, Aen., 1, 1 : multi uarie disserunt cur ab armis Vergilius coeperit ; omnes tamen inania sentire manifestum est, cum eum constet aliunde sumpsisse principium, sicut in praemissa eius Vita monstratum est, « beaucoup expliquent avec des arguments divers pourquoi Virgile a commencé par “les armes”, mais il est évident que tous portent des jugements sans fondement, puisqu’il est établi qu’il a choisi un autre début, comme nous l’avons indiqué dans la Vie qui précède ».

35 Servius, Praef., 11 : Ordo quoque manifestus est, licet quidam superflue dicant secundum primum esse, tertium secundum, et primum tertium, ideo quia primo Ilium concidit, post errauit Aeneas, inde ad Didonis regna peruenit, « Quant à l’ordre, il est également évident, encore que certains disent, sans nécessité, que le second livre est le premier, que le troisième est le second, et le premier le troisième, parce qu’il y eut d’abord la chute de Troie, puis les errances d’Enée, ensuite son arrivée dans le royaume de Didon ».

36 Voir aussi la Vita Probiana et des poèmes sur ce sujet dans AL, 242 ; 653, Praef. ; 672 R. Il en est déjà question chez Pline l’Ancien (7, 114) ou Aulu-Gelle (17, 10).

37 Aulu-Gelle, 17, 10, 7 : cum morbo obpr essus aduentare mortem uiderat, petiuit orauitque a suis amicissimis inpense ut Aeneida, quam nondum satis elimauisset, adolerent, « Comme, épuisé par la maladie, il avait constaté que la mort approchait, il demanda instamment à ses plus proches amis, et les en supplia, de brûler l’Énéide, qu’il n’avait pas encore assez corrigée ».

38 Le débat a porté sur trois points principaux : le problème de la tradition indirecte (absent des manuscrits antiques de Virgile, l’épisode a été intégré dans des manuscrits carolingiens du poète depuis l’introduction de Servius) ; celui de l’apparente lacune, sans cet épisode, aux vers 2, 566 et 589 ; celui d’une contradiction avec les vers 6, 511‑530, où Hélène se trouve chez Déiphobe et ne peut être en même temps dans la citadelle de Troie. Presque toutes les écoles de critiques ont été mises à contribution sur la question ; voir les bilans bibliographiques de Berres 1992 et Scafoglio 2010.

39 Servius, Praef., 4 (voir note 12).

40 Donat, § 62 : Vnde factum est ut, cum uictor Augustus in eorum agros ueteranos deduci iussisset, non sufficiente agro Cremonensium Mantuani quoque, in quibus erat etiam poeta Vergilius, maximam partem finium suorum perdidissent eo quod uicini Cremonensibus fuerant, « Pour cette raison, comme Auguste, une fois vainqueur, avait ordonné que ses vétérans s’installent sur leurs terres, mais que le territoire de Crémone ne suffisait pas, les Mantouans – dont aussi le poète Virgile – perdirent également la plus grande partie du leur, parce qu’ils étaient voisins de Crémone ».

41 Donat, § 1‑2 : Mantuanus […] in pago qui Andes dicitur et abest a Mantua non procul, « de Mantoue […] dans un village qui porte le nom d’Andes et se situe non loin de Mantoue » ; Servius, Praef., 2 : ciuis Mantuanus, quae ciuitas est Venetiae, « c’était un citoyen de Mantoue, cité de Vénétie ».

42 Sur le caractère « trinitaire » de ces données, voir Bayer 1970, p. 717‑718.

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search