Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Adémar de Chabannes, Chronique

Texte intégral

Adémar de Chabannes (Ademarus Cabannensis, 988‑1034) appartient à la noblesse limousine. Il entre très jeune au monastère de Saint-Cybard d’Angoulême où il deviendra moine. Il meurt lors d’un pélerinage à Jérusalem.

1La Chronique (Historiae ou Chronicon) d’Adémar de Chabannes retrace en trois livres l’histoire des Francs, depuis leur origine troyenne jusqu’à 1027. En fait, c’est une œuvre composite dont les 51 premiers chapitres du livre I reprennent presque mot pour mot une œuvre antérieure composée probablement par un moine neustrien, le Liber historiae Francorum, qui résume Grégoire de Tours, en ajoutant quelques anecdotes ; cette œuvre, composée vers 726‑727, fournit l’essentiel du récit d’Adémar jusqu’en 739 ; ensuite l’auteur puise à d’autres sources, dont la Chronique de Frédégaire et ses continuations. Le récit devient original dans sa partie finale (III, 16), à partir de 830.

131. Clovis et les Rogations

2L’auteur vient juste de s’attarder sur le baptême de Clovis et de ses troupes.

Post hec Clodoueus contra Gundebadum et Godegiselum fratrem eius perrexit cum multo exercitu Francorum. Illi haec audientes, populum multum Burgundionum mouentes, ad bellum preparant, uenientesque Diuione castro super Oscaram fluuium, ibique contra se fortiter compugnantes, a Clodoueo Gundebadus et Godegiselus atque Burgundiones ualde caesi, terga uerterunt ad fugam. Clodoueus, sicut solebat, uictor extitit, adflictoque exercitu Burgundionum, Gundebadus et Godegiselus in fugam uersi, uix euaserunt. Gundebadus in Auennionem ciuitatem super Hrodanum ingressus, ibi se reclusit. Clodoueus illic eum persecutus obsedit, ut eum de ciuitate extractum interimeret. […] Clodoueus uero, ablatis thesauris, cum preda maxima reuersus est uictor.
His temporibus, fuit in Vienna urbe terre motus maximus, ibi multe aecclesie et domus multorum concusse fuerunt et subuerse. Illic bestie multe oberrantes, lupi, ursi ac cerui ingressi per portam ciuitatis deuorantesque plurimos, per totum annum hoc faciebant. Nam ueniente dominica solempnitate sancti Pasche, sanctus Mamertus, qui in ea urbe erat episcopus, dum missarum sacrificium in ipsa uigilia celebraret, palatium regale quod in ea ciuitate erat diuino igne succensum est. Cumque hec agerentur, adpropinquante Ascensione Domini, indixit ieiunium uir sanctus Dei triduanum in populo cum gemitu et contricione spiritus. Tunc cessauit ipsa tribulatio et subuersio. Deinceps omnes ecclesie Dei, cum auctoritate apostolici romani, hoc exemplum agentes, usque ad presens ipsas letanias triduanas ubique celebrare recolunt ante Ascensionem Domini.

Clovis marcha, ensuite, à la tête d’une importante armée de Francs contre Gondebaud et Godégisile, son frère. À cette nouvelle, ceux-ci lèvent une grande troupe de Burgondes, se préparent à la guerre, gagnent la forteresse de Dijon sur l’Ouche où ils combattent courageusement Clovis : Gondebaud, Godégisile et les Burgondes, complètement taillés en pièces par Clovis, tournent le dos et s’enfuient. Clovis, à son habitude, fut victorieux : l’armée burgonde écrasée, Gondebaud et Godégisile prirent la fuite et s’échappèrent de justesse. Gondebaud se rendit dans la cité d’Avignon sur le Rhône où il s’enferma. Clovis l’y poursuivit, l’assiégea pour le faire sortir de la cité et le faire périr. [Le texte se poursuit par le récit de la négociation entre Gondebaud et Clovis par l’intermédiaire d’Aridius : Clovis lève le siège contre versement d’un tribut.] Clovis, ayant emporté les trésors, s’en retourna victorieux avec un important butin.
Il y eut en ces temps dans la ville de Vienne un très grand tremblement de terre, et nombre d’églises ainsi que de nombreuses demeures particulières furent ébranlées et renversées. Des bêtes sauvages erraient en grand nombre çà et là dans la ville, loups, ours et cerfs, entrés par la porte de la cité, qui dévoraient bien des gens : cela dura tout au long de l’année. Mais aux solennités du dimanche de la sainte Pâque, tandis que saint Mamert, évêque de la ville, célébrait le sacrifice de la messe, lors de la vigile même de Pâques, le palais royal, situé dans cette cité, fut consumé par le feu divin. En ces circonstances, à l’approche de l’Ascension du Seigneur, le saint homme prescrivit au peuple un jeûne de trois jours accompagné de manifestations d’affliction et de repentir dans les cœurs. Alors cessèrent adversité et destruction. Depuis lors, toutes les églises de Dieu, sous l’autorité de l’apôtre de Rome, imitant cet exemple, continuent à célébrer partout encore maintenant ces trois jours de litanies avant l’Ascension du Seigneur.
(Adémar de Chabannes, Chronique, I, 15)

  • 464 MGH SRM II, 1888, p. 264‑267 ; sur cette œuvre, voir Ganshof 1970, p. 642‑644.
  • 465 G. Kurth, Études franques I, Paris, 1919, p. 46‑47, relève les bévues du rédacteur de l’Historia Fr (...)

3Comme Aimoin de Fleury, Adémar de Chabannes a décalqué presque mot pour mot le texte d’un ouvrage anonyme qu’on date du début du VIIIe s., le Liber historiae Francorum (A), édité par Br. Krusch464 Dans cette version des faits, Vienne disparaît ; nulle allusion à la querelle entre Gondebaud et Godégisile, nulle mention du siège par Gondebaud, nulle évocation du sort de Godégisile ni de la garnison franque. C’est que tout est reconstruit avec Clovis pour centre, un Clovis qui combat des Burgondes apparemment unis (du fait de leur arianisme ?) d’après cette version contraire à la relation de Grégoire de Tours. Le lien qui semble être établi entre la victoire de Clovis et les Rogations est une conséquence de la technique de l’abrégé : Grégoire de Tours, sert de point de départ, mais après avoir décrit la victoire de Gondebaud à Vienne, il revient longuement sur les rapports qui s’étaient établis entre Gondebaud et Avit en particulier sur les problèmes politico-religieux ; le texte dévie ensuite sur un éloge de l’œuvre d’Avit et résume l’Homélie VI, Sur les Rogations. Aussi, l’abréviateur du Liber historiae Francorum, qui sert de modèle à Adémar, en gommant ce retour en arrière, d’une part rend les indications chronologiques du texte incohérentes, et d’autre part pervertit le sens du texte de Grégoire465 On peut méditer ainsi sur la manière d’écrire l’histoire et plus généralement sur les dangers des abrégés pratiquant le simple assemblage de citations. Ou alors c’est une volonté délibérée de faire apparaître Clovis comme le roi très chrétien en le liant à tout ce que la religion a de plus sacré.

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Molinier 1901, no 198 et Molinier 1902, no 958 ; J. de La Martinière, « Adémar de Chabannes », DHGE 1, col. 535‑540 ; DictMA, s.v. « Adémar de Chabannes », p. 9‑10 [P. Bourgain] ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Adémar of Chabannes » [M. Frasseto] ; DictMA, s.v. « Liber historiae Francorum », p. 830‑831 [M. Heinzelmann] ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Liber historiae Francorum » [R. Rech] ; Brunhölzl 1996, p. 239‑245 et 543‑545 (bibliographie). Sur l’écriture de l’histoire au Moyen Âge, Guénée 1980 ; R.A. Gerberding, The rise of the Carolingians and the Liber historiae Francorum, Oxford historical monographs, Oxford, 1987 ; voir la longue introduction de P. Bourgain à l’édition de la Chronique dans CCCM 129, p. i-cxvi.

Éditions

Ademari Cabannensis opera omnia. 1, Ademari Cabannensis chronicon, éd. P. Bourgain, R. Landes et G. Pon, CCCM 129, Turnhout, 1999, p. 31‑32. Trad. Y. Chauvin et G. Pon, Ademar de Chabannes. Chronique (introduction et traduction seule), Miroir du Moyen Âge, Turnhout, 2003, revue.

Voir également, PL 96, 1851, col. 1436C-1438A et PL 141, 1853, col. 19‑80 (Historiarum Libri Tres) ; Br. Krusch édite deux recensions du Liber historiae Francorum dans MGH SRM II, 1888, p. 215‑328 (p. 264 et 266‑267 pour nos extraits) ; G. Waitz, MGH Script IV, 1841, p. 106‑148 (édition dans laquelle les passages empruntés à des sources connus font juste l’objet d’un renvoi à la source).

Notes

464 MGH SRM II, 1888, p. 264‑267 ; sur cette œuvre, voir Ganshof 1970, p. 642‑644.

465 G. Kurth, Études franques I, Paris, 1919, p. 46‑47, relève les bévues du rédacteur de l’Historia Francorum dans son adaptation de Grégoire de Tours.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search