Version classiqueVersion mobile

Epitome

 | 
Isabelle Boehm
, 
Daniel Vallat

Deuxième partie. Résumés en contexte rhétorique et scolaire

Le lectorat des arguments narratifs euripidéens

Maria N. Kazanskaya

Résumé

Les arguments narratifs aux tragédies d’Euripide, principalement conservés sur papyrus, ont constitué un recueil en soi qui a connu une large diffusion et a circulé de manière indépendante. Si leur utilisation dans le milieu scolaire ne fait aucun doute, en particulier grâce à leur contenu mythographique, d’autres indices mettent en évidence que ces arguments ont bénéficié d’un lectorat plus large et qu’ils étaient lus en soi comme une œuvre à part entière, plus facile et moins intimidante que la grande littérature tragique.

Texte intégral

1Nous essayerons de déterminer dans cet article le lectorat des « arguments narratifs » des tragédies d’Euripide, épitomés qui nous sont parvenues sur un nombre important de papyrus, ce qui suggère un certain degré de popularité à l’époque antique. Nous examinerons les fins auxquelles les arguments pouvaient servir et donc le type de lecteurs auxquels ils étaient destinés, mais nous chercherons aussi les traces de leur réception dans les textes littéraires. Avant de passer à la question du lectorat, cependant, il convient d’évoquer brièvement les caractéristiques principales de ces textes.

  • 1 Pour une liste et une description des papyrus contenant des arguments narratifs à Euripide, voir V (...)
  • 2 Par exemple, dans le cas de P.Oxy., 27, 2455 le premier argument est tellement fragmentaire que l’ (...)
  • 3 Par exemple, l’argument aux Bacchantes préservé sur P.Oxy., 60, 4017, ou celui à Andromaque (P.Oxy (...)
  • 4 Zuntz 1955, p. 135 : « These arguments are not designed to introduce the reader to the plays. They (...)
  • 5 Seul P.IFAO inv. P.S.P., 248 (où l’argument de Médée suit l’argument des Péliades) semble organisé (...)
  • 6 Par exemple, Σκύριοι, ὧν ἀρχή· ‘Ὦ Τυνδαρεία παῖ Λάκαινα[’. ἡ δ’ ὑπόθεσις·… (PSI, 12, 1286) ; Ἱππόλ (...)

2Les arguments narratifs sont principalement préservés sur une série de papyrus sublittéraires datant des ier-iiie siècles de notre ère et provenant principalement d’Oxyrhynchos1. La transmission du texte de ces arguments est souvent très imparfaite, au point que parfois il est difficile de déterminer de quelle tragédie il est question2 ; mais certains passages peuvent être reconstruits à partir des arguments de l’époque byzantine, caractérisés par une structure et un contenu similaires, bien que de taille réduite par rapport aux arguments narratifs3. Malgré les lacunes, les papyrus montrent qu’il s’agit d’un recueil d’arguments des tragédies et des drames satyriques d’Euripide qui circulait indépendamment de l’édition des pièces et ne présupposait pas nécessairement une consultation du texte des drames eux-mêmes4. Les arguments sont classés par ordre alphabétique5 et construits selon le même modèle : le titre du drame est suivi du premier vers (ce qui est particulièrement pratique dans le cas des tragédies qui existaient en deux versions), puis l’expression ἡ δ’ ὑπόθεσις marque le début du résumé6. Les épitomés étaient détaillées, pouvant atteindre 200 mots : bien qu’aucun argument ne soit préservé en entier, la taille se laisse déduire approximativement à partir des parties existantes.

  • 7 Pour la discussion des trois types d’arguments (alexandrins, narratifs, byzantins), voir Zuntz 195 (...)
  • 8 Van Rossum-Steenbeek 1998, p. 5 : « The structure of the play with its prologue, parodos, episodes (...)
  • 9 Par exemple, l’argument à Hippolyte dans P.Mil.Vogl., 2, 44 commence par une description assez dét (...)
  • 10 Cf. l’argument à Rhadamanthe préservé sur PSI, 12, 1286 ; ou encore l’argument à Oreste préservé s (...)

3En ce qui concerne les principes de composition, le compilateur, contrairement aux arguments alexandrins7, ne donne pas de renseignement sur la mise en scène, les circonstances dans lesquelles la pièce a été produite, la liste des personnages, etc., se focalisant en revanche sur la trame de la pièce. Qui plus est, le résumé ne cherche pas à reproduire la structure de la tragédie : les arguments ne mentionnent pas le chœur et peuvent omettre toute mention des personnages qui ne sont pas essentiels pour la pièce8. En revanche, le compilateur pouvait inclure les événements antérieurs à ceux montrés immédiatement sur scène9. La division en scènes est également ignorée, à l’exception de la scène finale qui recevait en général un traitement fidèle, surtout les scènes d’épiphanie par lesquelles Euripide concluait souvent ses tragédies (notamment les cas où la divinité annonce l’établissement d’un culte) : la conclusion de l’argument comporte donc une dimension morale, présentant la solution, sous l’autorité divine, du conflit complexe qui parfois avait duré plusieurs générations10.

  • 11 Cf. ὁ ταῦτα μηχανησάμενος, « celui qui a tramé cela », à propos du fils d’Éole (P.Oxy., 27, 2457)  (...)
  • 12 Cf. Ἑκάϐη δὲ τὴν ἡμέραν ἐκείνην πενθοῦσα ἅμα καὶ τιμῆς ἀξιοῦσα κατωδύρατο μὲν τὸν ἐκτεθέντα, Πρίαμ (...)
  • 13 Par exemple, μητρυιᾶς πικρὸν [βίον dans l’argument à Phrixos I (P.Oxy., 2455 et P.Oxy., 3652, col. (...)

4Au niveau du style, le caractère dramatique et paradoxal des événements tragiques et l’ironie de certaines péripéties sont mis en relief par des traits simples, mais efficaces. Ainsi, le remplacement du nom propre par une périphrase peut souligner les tensions entre les personnages, leur motivation, l’ironie tragique11. Les antithèses exprimées par μέν… δέ… soulignent les multiples facettes du conflit, tout en permettant au lecteur d’imaginer les différences entre les sentiments des personnages, leur vision de la situation ou leur prise de position12. La langue des arguments présente un bel exemple de grec hellénistique, et le style général se distingue par sa simplicité et son élégance naturelle ; l’usage occasionnel d’expressions poétiques peut remonter au texte même des tragédies13.

  • 14 Mus. Ruf., Diss., 14 ; voir Meccariello 2012, p. 96. Le passage sera examiné ci‑dessous.
  • 15 Wilamowitz 1882, p. 355 l’a identifié avec un autre Dicéarque, un grammairien lacédémonien, discip (...)
  • 16 Ainsi, Rusten 1982, p. 357‑367 ; Huys 1997, p. 325, etc. L’idée est approuvée par Meccariello dans (...)
  • 17 Ainsi, Haslam 1975, p. 152‑155 (avec une excellente discussion de la question) ; Luppe 2001, p. 32 (...)
  • 18 Pour la première idée, voir les références ci‑dessus ; pour la deuxième, voir Liapis 2001, p. 325‑ (...)
  • 19 Ainsi, Van Rossum-Steenbeeck 1998, p. 3‑4.

5La date de la composition de ces arguments est débattue. Le terminus ante quem est le ier siècle de notre ère – date de l’apparition des papyrus les plus anciens comportant les textes du recueil (P.Oxy., 4640 et P. Lugd. Bat., 25, 2), et aussi d’une référence indubitable à l’argument à Alceste chez Musonius Rufus14. La tradition antique a relié les arguments narratifs au nom de Dicéarque, disciple d’Aristote, mais cette attribution a été très tôt mise en doute15. Il est clair que la composition ne peut être antérieure à l’époque hellénistique, mais il n’y a aucun indice entre les deux termini qui pourrait préciser la date de composition du recueil. Une grande partie des chercheurs placent l’émergence du recueil près du terminus ante quem16 ; d’autres acceptent l’attribution à Dicéarque17 ; certains ont essayé d’argumenter pour une date intermédiaire, en suggérant qu’il s’agissait d’un autre Dicéarque ou bien que les épitomés d’Euripide qu’il avait rédigées ont été retravaillées vers la fin de l’époque hellénistique18. À notre avis, les arguments contre l’attribution à Dicéarque ne sont pas décisifs et il serait possible de faire confiance à la tradition antique, mais la question de datation reste ouverte19.

6En ce qui concerne le lectorat de ce recueil d’arguments narratifs, il n’a pas été difficile de repérer les contextes où les arguments pouvaient être utilisés, et par conséquent, on a de bonne heure distingué deux usages principaux, en présentant les arguments comme matériel d’enseignement et comme source mythographique.

  • 20 Voir Marrou 1948, p. 229 : « l’enfant n’abordait pas immédiatement le texte des poètes, on lui pro (...)
  • 21 Voir Cribiore 1996, p. 218 ; Hock, O’Neil 2002, p. 38 ; voir Van Rossum-Steenbeeck 1998, p. 14.
  • 22 Pour une analyse détaillée, voir Meccariello 2012, p. 576‑580 ; voir Zuntz 1955, p. 136‑137 ; Van (...)
  • 23 Mossman 2010, p. 254‑255.
  • 24 La position de Mossman 2010, p. 252, n. 22 qui critique Van Rossum-Steenbeeck pour son acceptation (...)

7L’hypothèse que les arguments étaient principalement utilisés dans la sphère scolaire a été la première à être avancée, et est régulièrement évoquée dans les ouvrages sur l’éducation antique, mais aussi dans ceux consacrés aux pratiques de rédaction des arguments narratifs20. En effet, nous avons des traces directes de l’utilisation des arguments en tant qu’exercices d’écriture et de lecture : notamment, le P.Vindob.G., 19766 contenant l’argument à Autolycos I est transcrit par une main qui avait très peu d’expérience21 ; il est également remarquable que, dans ce papyrus, l’argument à Autolycos suit un bon mot du philosophe cynique Diogène, et l’on peut imaginer un professeur qui avait donné à un élève ces deux brefs textes à caractère moral à recopier. Un usage plus intéressant est réservé aux élèves plus avancés dans leurs études. Les arguments narratifs pouvaient servir de point de départ pour l’entraînement rhétorique (les διηγήματα, mais aussi d’autres types d’exercices) : l’élève pouvait exercer son style sur le sujet fourni par le résumé de la tragédie. Cet usage est, lui aussi, directement attesté : ainsi, les arguments à Mélanippe la Sage et Sthénébée sont inclus dans les commentaires de Jean Logothète et Grégoire de Corinthe au traité d’Hermogène, et les épitomés en latin correspondant aux arguments narratifs à Augé et aux Péliades sont transmises dans les Progymnasmata de Moïse de Khorène22 ; la formulation d’un exercice rhétorique chez Libanios (Progymn., 11, 16) fait aussi penser à l’argument à Hécube23. Les arguments étaient donc utilisés aux différents stades de l’enseignement, ce qui a très certainement contribué à la diffusion du recueil, même s’il est impossible de réduire leur utilisation à ce contexte unique24.

  • 25 L’utilisation des arguments en tant que source par les mythographes a été étudiée par Huys dans un (...)
  • 26 Zuntz 1955, p. 138.
  • 27 Rusten 1982, p. 366‑367 : « We may conclude then that the papyrus fragments of the Ὑποθέσεις τῶν Ε (...)
  • 28 Par exemple, l’utilisation du recueil d’arguments en tant que source a été relevée dans les Parall (...)

8L’autre contexte où les arguments narratifs étaient régulièrement utilisés est la mythographie. On a remarqué de bonne heure que les arguments narratifs euripidéens ressemblaient à l’exposé des mythes dans la Bibliothèque d’Apollodore et les Fables d’Hygin25. Ces parallèles sont nombreux : les références explicites à Euripide, ainsi que le style, permettent d’identifier les cas où le mythographe s’appuie sur les arguments. Ainsi, Zuntz a soutenu que la collection a d’abord été composée dans un but mythographique26. Et Rusten, en argumentant en faveur d’une datation tardive, reliait l’origine de ce recueil à la propagation du christianisme, ainsi qu’au fait que même les gens les mieux éduqués à l’époque en avaient besoin pour se remémorer les mythes païens27. Or, Huys et van Rossum-Steenbeeck ont démontré que les parallèles au niveau de l’expression (notamment chez Apollodore) ne sont pas suffisamment nombreux pour suggérer une dépendance directe et unique de la présentation des mythes dans les arguments. Pour résumer, il n’est pas étonnant de trouver des traces de l’influence des arguments, d’usage pratique grâce au classement alphabétique et à l’exposition détaillée du mythe utilisé par Euripide, dans les ouvrages demandant un travail de compilation et de recherche – et pas seulement dans le domaine de la mythographie au sens strict28. Mais il est peut-être risqué de soutenir que c’était le but principal pour lequel les arguments ont été rédigés.

  • 29 Voir la conclusion de Van Rossum-Steenbeek 1998, p. 32 : « To conclude, the narrative hypp. seem t (...)

9Il est donc possible de conclure que le recueil des arguments narratifs se prêtait, par le caractère et le contenu de ses textes, à de multiples usages29. Je voudrais cependant suggérer qu’il pouvait être lu non seulement dans un but purement utilitaire, mais aussi pour le simple plaisir de ces courts récits rédigés avec soin et une certaine élégance. Bien entendu, la plupart des auteurs ayant besoin d’évoquer un mythe utilisé par Euripide auraient tendance à mentionner le texte original, et à masquer le recours à une épitomé, et il est par conséquent difficile de repérer les cas où un auteur s’appuie sur l’argument. Mais je crois que dans certains cas nous avons la chance de pouvoir reconnaître de tels emplois.

10Ainsi, l’un des cas les plus manifestes apparaît dans la diatribe de Musonius Rufus sur la compatibilité de la philosophie avec le mariage. Soulignant l’importance du mariage, Musonius démontre qu’aucun autre type d’amour ni de sympathie ne peut égaler l’amour conjugal et l’illustre par une référence à l’Alceste d’Euripide :

καὶ ὁ λόγος δὲ ἐκεῖνος φαίνεται δηλοῦν, ὅσον προτερεῖ τῆς γονέων πρὸς τέκνα φιλίας ἡ γυναικὸς πρὸς ἄνδρα, ὅτι Ἄδμητος δόσιν ταύτην λαϐὼν παρὰ θεῶν, εἰ παράσχοι τὸν ἀνθ’ ἑαυτοῦ τεθνηξόμενον, ζῆσαι διπλασίω χρόνον τοῦ τεταγμένου αὐτῷ, τῶν μὲν γονέων οὐκ ἔτυχεν ἐθελόντων προαποθανεῖν αὐτοῦ καίτοι γεγηρακότων· ἡ γυνὴ δὲ ἡ γαμετὴ Ἄλκηστις, κομιδῇ νέα οὖσα, ἐδέξατο ἑτοίμως τὸν θάνατον πρὸ τοῦ ἀνδρός (Mus. Ruf. Diss. 14 Lutz).

Et le récit suivant semble bien illustrer à quel point l’amour d’une femme pour son mari dépasse l’amour des parents pour leurs enfants : Admète, après avoir reçu le privilège de la part des dieux de vivre, s’il présentait quelqu’un prêt à mourir à sa place, le double de la durée de vie qui lui a été impartie, n’a trouvé ni l’un ni l’autre de ses parents prêt à mourir pour lui, alors qu’ils étaient vieux ; or, sa femme Alceste, tout en étant très jeune, a accepté sans hésitation de mourir à la place de son mari.

  • 30 Pour les références topiques au sacrifice d’Alceste dans les inscriptions funéraires en l’honneur (...)
  • 31 Pace Lutz 1947, p. 94 qui soutient que le résumé de Musonius reprend Eur., Alc., 282‑298.
  • 32 Voir Luppe 1991 pour une discussion de cet argument byzantin avec une tentative de reconstruction (...)
  • 33 Ainsi, ζῆσαι διπλασίω χρόνον τοῦ τεταγμένου αὐτῷ (Mus. Ruf., Diss., 14 Lutz) ; cf. ἵνα ἴσον τῷ προ (...)

11Ce résumé est adroit : Musonius réussit à formuler de façon succincte le conflit principal de la pièce, tout en mettant en relief les points importants pour son propre raisonnement. À l’époque de Musonius Rufus, Alceste est déjà devenue l’exemple typique de l’amour conjugal, au point d’entrer en tant que topos dans la culture populaire30. Nous savons que le mythe d’Alceste faisait également partie des exempla philosophiques, son évocation dans la discussion sur la force de l’amour dans le Banquet de Platon (Symp., 179b-d) constituant un précédent important. Or, il y a quelques indices clairs que Musonius Rufus, lorsqu’il évoquait le mythe, ne s’appuyait pas directement sur Euripide31, mais sur l’argument narratif à la tragédie. Bien que l’argument à Alceste transmis par le papyrus P.Oxy., 2457 soit très fragmentaire et difficile à utiliser, nous connaissons une version byzantine (attribuée explicitement à Dicéarque par les manuscrits), certes un peu remaniée, mais qui donne une idée du texte ancien32. Nous trouvons dans cette version plusieurs points de ressemblance avec l’évocation d’Alceste chez Musonius Rufus. Au niveau lexical, on observe la ressemblance entre εἰ παράσχοι τὸν ἀνθ’ ἑαυτοῦ τεθνηξόμενον chez Musonius et ὅπως […] παράσχῃ τὸν ὑπὲρ ἑαυτοῦ ἑκόντα τεθνηξόμενον dans l’argument. Au niveau du contenu, tant l’argument que Musonius notent que, si Admète trouve quelqu’un prêt à mourir à sa place, sa propre vie durera deux fois plus que le temps qui lui a initialement été accordé33 : or, étant donné qu’Euripide ne précise pas ce détail, il s’agit visiblement d’une information ajoutée lors de la rédaction de l’argument à Alceste.

  • 34 Pour une étude détaillée des activités éducatives de Musonius, voir Dillon 2004, en particulier p. (...)
  • 35 Voir Lutz 1947, p. 24‑26 ; Dillon 2004, p. 49‑50.
  • 36 Voir Dillon 2004, p. 6‑7 ; Lutz 1947, p. 14‑15.

12On voit donc que Musonius fondait son exemplum sur l’argument narratif à Alceste, et non immédiatement sur la tragédie. Vu que Musonius n’est pas seulement un professeur de philosophie34, son recours à l’argument ici ne peut pas être réduit à une simple pratique scolaire. Il est sans doute mieux d’y voir un reflet des conditions de vie et d’enseignement de Musonius : nous savons que ses diatribes, prononcées à l’oral, ont été mises à l’écrit par son disciple Lucius35, et qu’une partie importante de sa doctrine date de ses années d’exil (y compris sur l’île Gyara, connue comme l’un des endroits les plus difficiles, dépourvu des premières nécessités)36. Il est donc possible d’expliquer le fait que sa XIVe diatribe s’appuie sur l’argument plutôt que sur la pièce d’Euripide de deux façons : soit le disciple, en rédigeant l’exemplum évoqué par Musonius, a repris la formulation de l’argument au lieu de tenter de résumer de façon indépendante la trame d’Alceste ; soit, ce qui nous paraît plus probable, Musonius, dans sa vie austère d’exilé et conformément à sa pratique d’ascétisme, n’avait pas l’œuvre d’Euripide sous la main, et ne tenait pas à évoquer nécessairement le texte original. Quel que soit le cas, il semble que, pour Musonius et ses acolytes, il n’y avait aucune réticence à utiliser les arguments narratifs : le recueil était perçu non seulement comme une source facilement accessible, mais probablement aussi comme une lecture appréciable en elle-même.

  • 37 Lucien cite la Danaé d’Euripide directement dans Gall., 14 et Tim., 14.
  • 38 Ἀκρίσιος Ἄργους ὢν βασιλεὺς κατὰ χρησμὸν δή τινα τὴν παῖδα Δανάην κατάκλειστον ἐν τοῖς παρθενῶσιν (...)
  • 39 […] ἧς ἐρασθεῖς ὁ Ζεύς, ἐπεὶ οὐκ εἶχεν ὅπως μιχθείη αὐτῇ χρυσὸς γενόμενος καὶ ῥυεὶς διὰ τοῦ τέγους (...)
  • 40 […] εἰς κιϐωτὸν ἀμφοτέρους, τήν τε μητέρα καὶ τὸ βρέφος, ἐνέϐαλε καὶ κελεύει ῥίπτειν κατὰ τὴν θάλα (...)
  • 41 La question de Doris, Τί οὖν οὐχὶ σῴζομεν αὐτοὺς τοῖς ἁλιεῦσι τούτοις ἐμϐαλοῦσαι ἐς τὰ δίκτυα τοῖς (...)
  • 42 On a toutefois l’impression que l’explication ὁ Ζεύς, ἐπεὶ οὐκ εἶχεν ὅπως μιχθείη αὐτῇ […] pourrai (...)
  • 43 Voir Kannicht 1992, p. 33‑34 ; pour une discussion des différentes modalités possibles du rapport (...)

13Une utilisation comparable d’un argument pour des fins qui ne sont ni scolaires ni informatives dans la littérature apparaît dans un des Dialogues marins de Lucien, mettant en scène la conversation entre Thétis et Doris sur le sort de Danaé et de son enfant, mis dans un coffre et jetés à la mer par Acrisios. Bien que Lucien soit un bon connaisseur d’Euripide et ait certainement lu la Danaé37, il y a un nombre suffisant de parallèles lexicaux entre ce dialogue et l’argument byzantin à Danaé préservé dans le codex Vaticanus Palatinus (gr. 287, f° 147v) pour suggérer que ces deux textes sont liés. Tous les parallèles concernent le développement du sujet : la caractérisation d’Acrisios et de Danaé, dans les paroles de Thétis, correspond à l’ouverture de l’argument narratif38 ; l’apparence sous laquelle Zeus a accédé à sa chambre est décrite chez Lucien en des termes identiques à ceux que l’on trouve dans l’argument39 ; on observe la même ressemblance d’expression dans la description du châtiment infligé par Acrisios40 et de l’heureux salut de Danaé avec son fils41. La seule différence remarquable au niveau de l’expression est ὑπό τινος μεμοιχεῦσθαι οἰηθεὶς chez Lucien (Dial. mar., 12, 1), beaucoup plus forte que ce qu’on trouve dans l’argument42. Nous voyons donc que les correspondances dans les formulations sont trop proches pour être dues au hasard. Ce fait a même amené Kannicht à soutenir, à partir de la datation respective des deux textes, que l’argument byzantin a subi l’influence du dialogue de Lucien43. Il semble plus naturel, à notre avis, de supposer que tant le compilateur de l’argument que Lucien se sont appuyés indépendamment l’un de l’autre sur la même source – l’argument narratif à Danaé provenant du recueil des arguments à Euripide. D’abord, Lucien ne peut être la seule source de l’argument byzantin, puisque l’on y trouve un certain nombre de faits que Lucien ne mentionne pas : le fait qu’Acrisios était le roi d’Argos ; l’oracle sur le danger que représentent ses petits-enfants ; ni le nom de l’enfant ni son étiologie ne sont non plus mentionnés. Mais il convient de noter également qu’il est difficile d’imaginer que le compilateur ait rédigé le résumé de façon aussi adroite, en éliminant tous les éléments superflus et répétitions qui caractérisent la présentation de la trame dans le dialogue de Lucien.

14Il est beaucoup plus vraisemblable que le compilateur ait réduit et légèrement remanié au niveau de l’expression l’argument narratif qui lui servait de source, et que Lucien se soit fondé sur le même argument en composant le dialogue entre Doris et Thétis, tout en changeant sa perspective : l’histoire est présentée du point de vue des Néréides mentionnées dans l’argument, leurs répliques reflétant les émotions qui leur étaient attribuées (cf. ἰδοῦσαι δὲ ταῦθ’ αἱ Νηρηΐδης καὶ κατελεήσασαι τὸ γεγονός). Une reprise de cette sorte suggère que l’argument en tant que texte existait indépendamment de la tragédie.

15Mais il y a encore un parallèle au traitement du mythe de Danaé dans ces deux textes qu’il convient d’évoquer : la trame de Danaé est évoquée dans la Samienne de Ménandre, lorsque Déméas tente de convaincre Nicératos de ne pas se fâcher contre Plangon, suggérant que, si sa fille est tombée enceinte d’un amant inconnu, cela le rend égal à Acrisios :

Δ. οὐκ ἀκήκοας λεγόντων, εἰπέ μοι, Νικήρατε,
τῶν τραγῳδῶν ὡς γενόμενος χρυσὸς ὁ Ζεὺς ἐρρύη
διὰ τέγους καθειργμένην τε παῖδ’ ἐμοίχευσέν ποτε;
Ν. εἶτα δὴ τί τοῦτο ;
Δ.            ἴσως δεῖ πάντα προσδοκᾶν. σκόπει,
τοῦ τέγους εἴ σοι μέρος τι ῥεῖ.
Ν.             τὸ πλεῖστον. ἀλλὰ τί
τοῦτο πρὸς ἐκεῖν’ ἐστί ;
Δ.            τότε μὲν γίνεθ’ ὁ Ζεὺς χρυσίον,
τότε δ’ ὕδωρ. ὁρᾷς· ἐκείνου τοὖργον ἐστίν. ὡς ταχὺ
εὕρομεν.
Ν.     καὶ βουκολεῖς με.
Δ.            μὰ τὸν Ἀπόλλω, ‘γὼ μὲν οὔ.
ἀλλὰ χείρων οὐδὲ μικρὸν Ἀκρισίου δήπουθεν εἶ·
εἰ δ’ ἐκείνην ἠξίωσε, τήν γε σήν… [v. 589‑598].

D. N’as-tu pas entendu, dis-moi Nicératos, les comédiens tragiques qui disent qu’une fois Zeus, s’étant transformé en or, tomba sous forme de pluie à travers le toit et a corrompu une fille qui y était enfermée ? – N. Et quoi ? – D. Il faut tout prévoir. Regarde, y a-t-il des trous dans ton toit ? – N. Oui, il y en a beaucoup. Mais quel est le rapport ? – D. Zeus devient tantôt l’or, tantôt l’eau. Tu vois, c’est lui le coupable dans cette affaire. On a trouvé la solution très vite ! – N. Tu me mènes par le bout du nez. – D. Non, je te jure par Apollon, pas moi. Tu ne cèdes en rien à Acrisios ; et si Zeus a bien voulu sa fille à lui, la tienne, il l’aurait certainement…

  • 44 Pour cette raison Karamanou 2006, p. 33 inclut Mén., Sam., 589‑598 parmi les testimonia portant su (...)
  • 45 Voir la discussion ci‑dessus.

16Le style du résumé est remarquablement proche de la formulation dans les textes déjà analysés : γενόμενος χρυσὸς ὁ Ζεὺς ἐρρύη / διὰ τέγους (v. 590‑591) rappelle le texte de Lucien et de l’argument byzantin ; ἐμοίχευσέν ποτε dans la réplique de Déméas correspond à ὑπό τινος μεμοιχεῦσθαι οἰηθεὶς chez Lucien. En outre, Déméas prend soin de préciser qu’il tire son exemple des tragiques, sans préciser lequel44. Mais compte tenu des parallèles avec les deux autres textes qui remontent, comme nous avons vu, à l’argument narratif, et du style, bref et factuel comme celui des arguments, il est tentant de voir ici une évocation de l’argument narratif plutôt que de la tragédie, formulée de façon à permettre au public de l’identifier comme tel. Bien entendu, du point de vue de la chronologie, ce rapprochement présuppose l’acceptation de l’attribution traditionnelle des premiers arguments du type narratif à Dicéarque45.

  • 46 La forme du nom est débattue : Daos s’adresse à lui par Συρίσκε (Ep., 270), mais, comme le note Bl (...)
  • 47 L’importance de la scène est également illustrée par la mosaïque qui représente l’arbitrage dans u (...)
  • 48 Blanchard 1983, p. 340 note la différence au niveau de l’argumentation des deux esclaves, notammen (...)

17Si donc on accepte l’existence du recueil dès le début de l’époque hellénistique, je crois que nous aurions le portrait du lecteur plus ou moins typique des arguments narratifs dans l’Arbitrage de Ménandre. Dans la scène de l’arbitrage où deux esclaves, Syros46 et Daos, se disputent au sujet des γνωρίσματα qui ont été laissés avec l’enfant exposé, d’abord retrouvé par Daos, l’esclave-berger, et ensuite remis à Syros, l’esclave-charbonnier. Daos soutient que les objets précieux appartiennent à celui qui a trouvé l’enfant, tandis que Syros insiste sur le fait qu’ils doivent rester avec l’enfant, dans l’espoir qu’ils pourront servir à l’identifier. Pour régler la dispute, les deux esclaves s’adressent à Smicrinès en tant qu’arbitre. Cet agôn constitue la scène centrale de la pièce qui lui doit son titre47, visiblement construite par Ménandre avec une précision méticuleuse et avec une attention particulière portée aux caractères propres de ses personnages. Daos et Syros prononcent chacun un long discours pour défendre leur position. Daos résume les faits et soutient qu’il doit garder les objets, évoquant en particulier le proverbe κοινὸς Ἑρμῆς « part à deux ! » pour souligner qu’il ne serait d’accord pour les partager avec Syros que s’ils avaient trouvé l’enfant ensemble48. Syros, à son tour, démontre que le proverbe ne vaut pas, puisque l’idée aboutit à une injustice contre l’enfant (οὐχ εὕρεσις τοῦτ’ ἐστὶν ἀλλ’ ἀφαίρεσις, v. 319) ; il évoque aussi la possibilité que l’enfant soit de naissance supérieure, et qu’il aurait besoin des γνωρίσματα pour être identifié. Pour illustrer son argument, il prend un exemple tragique :

[…] τεθέασαι τραγῳδούς, οἶδ’ ὅτι,
καὶ ταῦτα κατέχεις πάντα. Νηλέα τινὰ
Πελίαν τ’ ἐκείνους εὗρε πρεσϐύτης ἀνὴρ
αἰπόλος, ἔχων οἵαν ἐγὼ νῦν διφθέραν,
ὡς δ’ ᾔσθετ’ αὐτοὺς ὄντας αὑτοῦ κρείττονας,
λέγει τὸ πρᾶγμ’, ὡς εὗρεν, ὡς ἀνείλετο.
ἔδωκε δ’ αὐτοῖς πηρίδιον γνωρισμάτων,
ἐξ οὗ μαθόντες πάντα τὰ καθ’ αὑτοὺς σαφῶς
ἐγένοντο βασιλεῖς οἱ τότ’ ὄντες αἰπόλοι.
εἰ δ’ ἐκλαϐὼν ἐκεῖνα Δᾶος ἀπέδοτο,
αὐτὸς ἵνα κερδάνειε δραχμὰς δώδεκα,
ἀγνῶτες ἂν τὸν πάντα διετέλουν χρόνον
οἱ τηλικοῦτοι καὶ τοιοῦτοι τῷ γένει

Tu as vu les tragiques (je sais que tu les as vus !), ainsi, tu comprends tout cela. Un Nélée et un Pélias ont été retrouvés par un vieux chevrier – vêtu, comme moi, d’un vêtement de cuir ; ayant senti qu’ils étaient d’un rang supérieur au sien, il leur raconte l’affaire – la façon dont il les avait découverts, dont il les avait adoptés ; il leur donne le sachet avec les signes de reconnaissance, et apprenant de là avec parfaite clarté tout ce qui concerne leur destin, ils sont devenus rois, eux qui avaient été des chevriers. Mais si un autre Daos avait retiré ces objets et les avait vendus pour en tirer un profit d’une douzaine de drachmes, ces enfants aussi importants, d’une telle origine, auraient passé toute leur vie dans l’obscurité [Mén., Ep., 326‑337].

  • 49 Gomme, Sandbach 1973, p. 315 et Furley 2009, p. 156 préfèrent interpréter le résumé comme tiré de (...)
  • 50 Voir Scafuro 1997, p. 158 : « While these references are instances of Menander’s ‘metatheatricalit (...)
  • 51 Sur la carbonisation, ainsi que le travail et mode de vie extrêmement durs des charbonniers dans l (...)
  • 52 Sandbach, Gomme 1973, p. 315 : « Syriscos can, however, be supposed to have seen the play he descr (...)
  • 53 Hurst 1990, p. 112 : « Un point, cependant, fait dresser l’oreille et constitue une mise en parall (...)

18Syros établit un strict parallélisme entre la situation de l’enfant exposé et celle de Pélias et Nélée, ainsi qu’entre son état à lui et l’état de l’esclave-berger qui a jadis trouvé les jumeaux. Il n’y a pas d’accord sur la tragédie qu’il évoque : le résumé pourrait correspondre à Tyro de Sophocle, ou encore aux Péliades d’Euripide, mais malheureusement il n’y a pas de possibilité de le comparer avec des arguments à ces deux pièces49. On sait que les exemples tragiques pouvaient être évoqués dans les procès judiciaires athéniens50, et que donc ce type d’argumentation ne devait pas paraître étrange aux auditeurs de Ménandre. Il n’est pas rare, par ailleurs, qu’un esclave chez Ménandre donne la preuve d’une bonne connaissance de la tragédie, comme Onésimos, esclave de Charisios, qui cite l’Augé d’Euripide dans le même Arbitrage (Ep., 1123‑1126). Or, il est surprenant de voir qu’un esclave-charbonnier, qui passe sa vie à la campagne sauf dans les rares occasions où il a à faire en ville, soit présenté comme ayant une bonne connaissance de la tragédie51 : ce détail n’a paru étrange ni à Sandbach et Gomme, ni à Furley dans leurs commentaires52 ; Hurst, en revanche, cite ce passage en tant qu’exemple de la voix auctoriale qui transparaît dans les paroles des personnages53. De ces deux interprétations, aucune ne nous paraît complètement satisfaisante : la première reste dans le cadre scénique, mais implique que Ménandre a prêté à Syros, de façon inattendue, une connaissance approfondie du théâtre incohérente avec son métier et son mode de vie (cf. notamment les vers 341‑343 où trois autres trames dramatiques sont évoquées) ; la deuxième suggère que Ménandre, au milieu d’un des discours les plus importants de la pièce, s’est laissé emporter, de sorte que l’argumentation qui devait convaincre Smicrinès aboutit à un développement métapoétique adressé avant tout au public.

  • 54 Mentionnons, parmi les détails qui font penser à un argument narratif, la mise en avant des noms d (...)
  • 55 Les avis des commentateurs concernant la valeur du pronom indéfini sont divisés : pour Sandbach et (...)

19Or, l’illusion scénique n’est pas brisée si l’on reconnaît que Syros se réfère non à une tragédie, mais à un argument narratif, et que cet esclave, tout en ayant conscience du prestige du théâtre, mais sans connaissance réelle des pièces, avait eu occasion de lire (ou peut-être d’entendre lire) un recueil des arguments. En effet, du point de vue stylistique, plusieurs traits dans ce passage ressemblent à un argument narratif54. Ménandre nous a, semble-t-il, laissé quelques indications subtiles que Syros ne connaissait la pièce qu’il évoque que sous une forme résumée. D’abord, au début du passage, il fait appel à la culture de Smicrinès, en utilisant la deuxième personne : τεθέασαι τραγῳδούς, οἶδ’ ὅτι, / καὶ ταῦτα κατέχεις πάντα (Men., Ep., 326‑327). La juxtaposition de τεθέασαι τραγῳδούς « tu as vu des tragédies » avec la parenthèse οἶδ’ ὅτι « j’en suis sûr » suggère un rapport différent au théâtre ; le vers 326 devient beaucoup plus éloquent si l’on comprend que, selon Syros, Smicrinès a une expérience du théâtre que lui-même n’a pas. L’utilisation du pronom indéfini à la première mention de Nélée et Pélias, Νηλέα τινὰ / Πελίαν τ’ (encore mis en relief par la juxtaposition avec le démonstratif ἐκείνους), bien qu’elle soit ouverte également à d’autres explications55, renforce l’impression que Syros n’a pas une idée très précise de ces deux personnages. Le seul élément qui pourrait impliquer que Syros avait vu sur scène la tragédie à laquelle il fait référence est la description du berger qui avait trouvé Pélias et Nélée, ἔχων οἵαν ἐγὼ νῦν διφθέραν « vêtu, tout comme moi, d’un vêtement de cuir » : or, une prise en compte de l’ensemble de la scène de l’arbitrage montre que, loin d’être une référence à la scénographie d’une tragédie, cette phrase représente en réalité une réponse à la remarque dédaigneuse de Smicrinès au début de l’agôn, lorsque Syros l’a approché en lui demandant d’entendre et de résoudre, en tant qu’arbitre, son litige avec Daos : […] ὦ κάκιστ’ ἀπολούμενοι, / δίκας λέγοντες περιπατεῖτε, διφθέρας / ἔχοντες; « alors, que vous soyez maudits, vous vous promenez en vêtements de cuir, tout en présentant vos litiges ? » (Mén., Ep., 228‑230). Enfin, lorsque Syros, quelques vers plus loin, évoquera les trames de plusieurs autres tragédies pour illustrer l’importance des γνωρίσματα, il devient clair qu’il s’appuie sur une série d’arguments :

γαμῶν ἀδελφήν τις διὰ γνωρίσματα
ἐπέσχε, μητέρ’ ἐντυχὼν ἐρρύσατο,
ἔσωσ’ ἀδελφόν… [Mén., Ep., 341‑343].

l’un, se préparant aux noces avec sa sœur, s’est retenu grâce aux objets de reconnaissance, l’autre, ayant reconnu sa mère, l’a tirée du danger, l’autre a sauvé son frère…

  • 56 Voir Furley 2009, p. 167. Le premier sujet, où les signes de reconnaissance ont prévenu le mariage (...)

20Des trois trames évoquées ici, deux correspondent aux tragédies d’Euripide : ἔσωσ’ ἀδελφόν correspond à l’Iphigénie en Tauride, et μητέρ’ ἐντυχὼν ἐρρύσατο peut être identifié avec l’Ion56. Tout en tenant compte du risque qu’il y a à tirer des conclusions à partir d’une formulation aussi succincte et peu précise, mentionnons que ce n’est peut-être pas un hasard si, dans un recueil alphabétique des arguments narratifs, les arguments de ces deux tragédies devraient se suivre.

21Si l’on accepte cette lecture de la scène, Ménandre met délibérément dans la bouche de Syros une formulation qui évoquerait à ses spectateurs éduqués les arguments narratifs à partir desquels ils étaient formés à la rhétorique : le détail s’accorde bien avec la coutume d’évoquer les sujets tragiques dans des discours judiciaires, et apporte une touche personnelle à la présentation de Syros comme un esclave campagnard doté d’une sensibilité pour la culture (et pour le théâtre, en particulier), mais sans occasion de se cultiver, contrairement aux esclaves de la ville qui, quant à eux, sont capables de citer Euripide (par exemple, Onésimos aux v. 1123‑1126).

*

22Les trois exemples que nous avons étudiés suggèrent que le recueil des arguments narratifs a joui d’un lectorat plus large que celui qui est déterminé par l’utilité première de ces textes (notamment, en tant que matériel éducatif ou source mythographique). Malgré les difficultés et les risques que présente ce type de recherche, il est possible de relever quelques cas où l’argument – et non la tragédie elle-même – est évoqué, ce qui nous permet d’entrevoir le type de lecteur auquel le recueil des arguments pouvait s’adresser. Leur style simple, mais élégant, combiné avec les intrigues d’Euripide, rendait cette lecture agréable ; parfois un recours au recueil des arguments pouvait être nécessaire, si l’accès au texte original d’Euripide était difficile. Qui plus est, au début de l’époque hellénistique, où de plus en plus de personnes, même d’origine modeste, apprenaient à lire, sans nécessairement être prêtes à se confronter avec la grande littérature, ces récits pouvaient être perçus comme des intermédiaires entre la littérature au sens propre et les contes (récits oraux qui, autant que nous pouvons en juger, tenaient une place importante dans le folklore, mais n’étaient admis, en règle générale, dans la littérature que sous une forme retravaillée). Dans ce cas, l’introduction des arguments par le titre suivi du premier vers (du type, Σκύριοι, ὧν ἀρχή· Ὦ Τυνδαρεία παῖ Λάκαινα[) pouvait jouer un rôle secondaire, en soulignant les origines élevées de ces brefs récits.

Bibliographie

Bastianini, Luppe 1989 : G. Bastianini, W. Luppe, « Una hypothesis euripidea in un esercizio scolastico (P.Vindob.G. 19766 verso, Pack2 1989) : l’Αὐτόλυκος πρῶτος », Analecta papyrologica 1, 1989, p. 31‑36.

Blanchard 1983 : A. Blanchard, Essai sur la composition des comédies de Ménandre, Paris, Les Belles Lettres, 1983.

Cameron 2004 : A. Cameron, Greek Mythography in the Roman World, Oxford, OUP, 2004.

Cannatà Fera 2002 : M. Cannatà Fera, « Gli studi letterari di Dicearco », dans B. Gentili, A. Pinzone (dir.), Messina e Reggio nell’antichità : storia, società, cultura, Messine, Di.Sc.A.M., 2002, p. 97‑110.

Collard, Cropp, Gibert 2004 : C. Collard, M.J. Cropp, J. Gibert (dir.), Euripides : Selected Fragmentary Plays, vol. II, Oxford, Aris & Phillips, 2004.

Cribiore 1996 : R. Cribiore, Writing, Teachers and Students in Graeco-Roman Egypt, Atlanta, Scholars Press, 1996.

Dickey 2007 : E. Dickey, Ancient Greek Scholarship, Oxford, OUP, 2007.

Diggle 2005 : J. Diggle, « Metrical Prose in the Euripidean Hypostheses », dans G. Bastianini, A. Casanova (dir.), Euripide e i papyri : Atti del Convegno Internazionale di Studi, Florence, Istituto papirologico G. Vitelli, 2005, p. 27‑67.

Dillon 2004 : J.T. Dillon, Musonius Rufus and Education in the Good Life : A Model of Teaching and Living Virtue, Dallas, UPA, 2004.

Furley 2009 : W.D. Furley (dir.), Menander : Epitrepontes, Londres, Institute of Classical Studies, 2009.

Gomme, Sandbach 1973 : A.W. Gomme, F.H. Sandbach (dir.), Menander : A Commentary, Oxford, OUP, 1973.

Gronewald 1995 : M. Gronewald, « Bemerkungen zu Menander », ZPE 106, 1995, p. 27‑29.

Hamilton 1976 : R. Hamilton, « A New Oxyrhynchus Papyrus : The Hypothesis of Euripides’ Alexandros », AJPh 97, 1976, p. 65‑70.

Haslam 1975 : M.W. Haslam, « The Authenticity of Euripides, Phoenissae 1‑2 and Sophocles, Electra 1 », GRBS 16, 1975, p. 149‑174.

Hock, O’Neil 2002 : R.F. Hock, E.N. O’Neil, The Chreia and Ancient Rhetoric. Classroom Exercises, Leyde, Brill, 2002.

Hurst 1990 : A. Hurst, « Ménandre et la tragédie », dans E. Handley, A. Hurst (dir.), Relire Ménandre, Genève, Droz, 1990, p. 92‑122.

Huys 1996 : M. Huys, « Euripides and the “Tales from Euripides”: Sources of the Fabulae of Ps.-Hyginus ? », Archiv für Papyrusforschung und verwandte Gebiete 42, p. 168‑178 (1re partie) ; Archiv für Papyrusforschung und verwandte Gebiete 43, 1996, p. 11‑30 (2e partie).

Huys 1997 : M. Huys, « Euripides and the “Tales from Euripides”: Sources of Apollodoros’ Bibliotheca ? », RhM 140, 1997, p. 308‑327.

Kannicht 1992 : R. Kannicht, « Die Hypothesis zu Euripides’ Danae », ZPE 90, 1992, p. 33‑34.

Karamanou 2006 : I. Karamanou, Euripides, Danae and Dictys : Introduction, Text and Commentary, Munich, Saur, 2006.

Liapis 2001 : V. Liapis, « An Ancient Hypothesis to Rhesus, and Dicaearchus’ Hypotheseis », GRBS 42, 2001, p. 313‑328.

Luppe 1991 : W. Luppe, « Die Hypothesis zu Euripides’ Danae », ZPE 87, 1991, p. 1‑7.

Luppe 2001 : W. Luppe, « Neues aus Papyrus-Hypotheseis zu verlorenen Euripides-Dramen », dans W. Fortenbaugh, E. Schütrumpf (dir.), Dicaearchus of Messana : Text, Translation, Discussion, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, 2001, p. 329‑341.

Lutz 1947 : C.E. Lutz, « Musonius Rufus “The Roman Socrates” », YCS 10, 1947, p. 3‑147.

Marrou 1948 : H.‑I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, Seuil, 1948.

Meccariello 2012 : C. Meccariello, Le hypotheseis narrative dei drammi euripidei : testo, contesto, fortuna, PhD., Università degli Studi di Pisa, 2012.

Morgan 1998 : T. Morgan, Literate Education in the Hellenistic and Roman Worlds, Cambridge, CUP, 1998.

Mossman 2010 : J. Mossman, « Reading the Euripidean Hypothesis », dans M. Horster, C. Reitz (dir.), Condensing texts – condensed texts, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 247‑267.

Olson 1991 : S.D. Olson, « Firewood and Charcoal in Classical Athens », Hesperia 60, 1991, p. 411‑420.

Pfeiffer 1968 : R. Pfeiffer, History of Classical Scholarship, Oxford, Clarendon Press, 1968.

Rusten 1982 : J. Rusten, « Dicaearchus and the Tales from Euripides », GRBS 23, 1982, p. 357‑367.

Scafuro 1997 : A.C. Scafuro, The Forensic Stage : Settling Disputes in Graeco-Roman New Comedy, Cambridge, CUP, 1997.

Van Rossum-Steenbeek 1998 : M. Van Rossum-Steenbeek, Greek Readers’ Digests ? Studies on a Selection of Subliterary Papyri, Leyde, Brill, 1998.

Verhasselt 2015 : G. Verhasselt, « The Hypotheses of Euripides and Sophocles by “Dicaearchus” », GRBS 55, 2015, p. 608‑636.

Wilamowitz-Moellendorff 1875 : U. von Wilamowitz-Moellendorff, Analecta Euripidea, Berlin, Bornträger, 1875.

Wilamowitz-Moellendorff 1882 : U. von Wilamowitz-Moellendorff, « Exkurse zu Euripides Herakliden », Hermes 17, 1882, p. 337‑364.

Zuntz 1955 : G. Zuntz, The Political Plays of Euripides, Manchester, University Press, 1955.

Notes

1 Pour une liste et une description des papyrus contenant des arguments narratifs à Euripide, voir Van Rossum-Steenbeeck 1998, p. 12‑22 ; Meccariello 2012, p. 79‑88.

2 Par exemple, dans le cas de P.Oxy., 27, 2455 le premier argument est tellement fragmentaire que l’on n’arrive pas à choisir entre le sujet de Médée et celui de Mélanippe la Sage (voir Van Rossum-Steenbeek 1998, p. 206).

3 Par exemple, l’argument aux Bacchantes préservé sur P.Oxy., 60, 4017, ou celui à Andromaque (P.Oxy., 52, 3650).

4 Zuntz 1955, p. 135 : « These arguments are not designed to introduce the reader to the plays. They are meant as a substitute for plays ».

5 Seul P.IFAO inv. P.S.P., 248 (où l’argument de Médée suit l’argument des Péliades) semble organisé selon un principe différent : M. Van Rossum-Steenbeeck et C. Meccariello suggèrent que dans ce cas les arguments sont choisis en fonction de leur continuité thématique, et Van Rossum-Steenbeek 1998, p. 31 en souligne les conséquences sur leur lecture : « This suggests a different usage too : continuous reading of one hyp. after the other is now more likely than selective reading, though the latter is of course still possible ».

6 Par exemple, Σκύριοι, ὧν ἀρχή· ‘Ὦ Τυνδαρεία παῖ Λάκαινα[’. ἡ δ’ ὑπόθεσις·… (PSI, 12, 1286) ; Ἱππόλυτος β, οὗ ἀρχή· ‘πολλὴ μὲν] ἐν βροτοῖσι κοὐκ ἀνώνυμος’. ἡ δὲ ὑ]πόθεσις·… (P.Mil.Vogl., 2, 44).

7 Pour la discussion des trois types d’arguments (alexandrins, narratifs, byzantins), voir Zuntz 1955, p. 130‑136 ; Pfeiffer 1968, p. 192‑196 ; Dickey 2007, p. 32‑33.

8 Van Rossum-Steenbeek 1998, p. 5 : « The structure of the play with its prologue, parodos, episodes, choral odes, messenger speech, and so on is not at all reflected, nor is the order of events always strictly followed. […] This is usually a rapid summary of the play in which complete scenes are passed over in silence. As a consequence, some actors, such as Antigone in the Phoenician women and Teiresias in the Bacchae remain unrecorded ». De même, Hamilton 1976, p. 67‑70, en comparant les arguments aux pièces qui nous sont transmises, a souligné que le résumé ne permettrait pas de reconstruire les détails de l’action.

9 Par exemple, l’argument à Hippolyte dans P.Mil.Vogl., 2, 44 commence par une description assez détaillée du premier mariage de Thésée, puis des circonstances de son mariage avec Phèdre que la pièce n’évoque que brièvement.

10 Cf. l’argument à Rhadamanthe préservé sur PSI, 12, 1286 ; ou encore l’argument à Oreste préservé sur les P.Oxy., 27, 2455 et P.Stras. gr., 2676.

11 Cf. ὁ ταῦτα μηχανησάμενος, « celui qui a tramé cela », à propos du fils d’Éole (P.Oxy., 27, 2457) ; ἥτις παρὰ τὴν προαίρεσιν αὐτῆς λόγους προσήνεγκε τῷ νεανίσκῳ, « celle qui, contre sa propre volonté, s’est adressée au jeune homme », désignant Hippolyte (P.Mil.Vogl., 2, 44, col. 2). Voir Van Rossum-Steenbeeck 1998, p. 11‑12.

12 Cf. Ἑκάϐη δὲ τὴν ἡμέραν ἐκείνην πενθοῦσα ἅμα καὶ τιμῆς ἀξιοῦσα κατωδύρατο μὲν τὸν ἐκτεθέντα, Πρίαμον δ’ ἔπεισε […], « Hécube, déplorant ce jour-là et en même temps le trouvant digne d’être célébré, pleura vivement sur l’enfant exposé, et convainquit Priam […] » (P.Oxy., 52, 3650) ou encore Ῥαδαμάνθυος δ’ ἐπὶ μὲν τῇ νίκῃ χαίροντος, ἐπὶ δὲ ταῖς θυγατράσιν ἀλγοῦντος Ἄρτεμις ἐπιφανεῖσα προσέταξε, « Parce que Rhadamanthe se réjouissait de la victoire tout en se lamentant pour ses filles, Artémis lui apparut et lui ordonna… » (PSI, 12, 1286). Voir Van Rossum-Steenbeek 1998, p. 5.

13 Par exemple, μητρυιᾶς πικρὸν [βίον dans l’argument à Phrixos I (P.Oxy., 2455 et P.Oxy., 3652, col. 2) ; Meccariello 2012, p. 427 indique que l’expression pourrait être l’écho d’une expression utilisée dans la pièce. L’approche du compilateur, ses méthodes et le choix du matériau ont suggéré le rapprochement avec les Tales from Shakespeare, résumés détaillés des pièces de Shakespeare en prose mais avec des expressions reprises du texte original, rédigés au xixe siècle par Charles et Mary Lamb à l’usage des enfants ; ce parallèle moderne a induit Zuntz à proposer la désignation Tales from Euripides pour le recueil des arguments narratifs. Voir Zuntz 1955, p. 135 ; le rapprochement, quant à lui, a déjà été suggéré par Wilamowitz (sur la question, voir Verhasselt 2015, p. 608‑609, n. 3).

14 Mus. Ruf., Diss., 14 ; voir Meccariello 2012, p. 96. Le passage sera examiné ci‑dessous.

15 Wilamowitz 1882, p. 355 l’a identifié avec un autre Dicéarque, un grammairien lacédémonien, disciple d’Aristarque, mentionné par la Suda (δ 1063) ; l’idée a récemment été reprise par Verhasselt 2015, p. 635‑636.

16 Ainsi, Rusten 1982, p. 357‑367 ; Huys 1997, p. 325, etc. L’idée est approuvée par Meccariello dans sa discussion de la question (2012, p. 517‑541). Zuntz 1955, p. 138‑139, en revanche, préfère rapporter la parution du recueil au ier siècle av. J.‑C.

17 Ainsi, Haslam 1975, p. 152‑155 (avec une excellente discussion de la question) ; Luppe 2001, p. 329‑331.

18 Pour la première idée, voir les références ci‑dessus ; pour la deuxième, voir Liapis 2001, p. 325‑326.

19 Ainsi, Van Rossum-Steenbeeck 1998, p. 3‑4.

20 Voir Marrou 1948, p. 229 : « l’enfant n’abordait pas immédiatement le texte des poètes, on lui proposait d’abord des résumés, ποιητικὰς ὑποθέσεις : arguments de l’épopée entière ou d’un tel chant, des pièces de théâtre ou des discours » ; voir Morgan 1998, p. 202‑203 ; Mossman 2010, p. 252‑257.

21 Voir Cribiore 1996, p. 218 ; Hock, O’Neil 2002, p. 38 ; voir Van Rossum-Steenbeeck 1998, p. 14.

22 Pour une analyse détaillée, voir Meccariello 2012, p. 576‑580 ; voir Zuntz 1955, p. 136‑137 ; Van Rossum-Steenbeeck 1998, p. 24‑25.

23 Mossman 2010, p. 254‑255.

24 La position de Mossman 2010, p. 252, n. 22 qui critique Van Rossum-Steenbeeck pour son acceptation des multiples contextes d’utilisation des arguments nous paraît trop radicale.

25 L’utilisation des arguments en tant que source par les mythographes a été étudiée par Huys dans une série de travaux : pour une liste utile de parallèles au texte des arguments chez les mythographes, voir Huys 1996, p. 173‑178 (pour Hygin) et Huys 1997, p. 318‑319 (pour la Bibliothèque d’Apollodore). Sur Hygin, voir aussi Cameron 2004, p. 45‑46.

26 Zuntz 1955, p. 138.

27 Rusten 1982, p. 366‑367 : « We may conclude then that the papyrus fragments of the Ὑποθέσεις τῶν Εὐριπίδου μύθων […] represent a work of mythography masquerading as scholarship, falsely ascribed to Dicaearchus, and probably composed in the first or second century after Christ. This at least is when several other mythographic works, among them the Bibliotheca, are thought to have been written, in the age which has also produced the earliest papyrus fragments of the Tales. These were after all the years, as we learn from Suetonius (Tib. 70), when even an emperor thought it important to keep up with his Greek mythology ».

28 Par exemple, l’utilisation du recueil d’arguments en tant que source a été relevée dans les Parallèles mineurs du Pseudo-Plutarque (Mossman 2010, p. 257‑249 ; Meccariello 2012, p. 113‑118).

29 Voir la conclusion de Van Rossum-Steenbeek 1998, p. 32 : « To conclude, the narrative hypp. seem to have enjoyed a fairly wide readership, who used them in various ways ».

30 Pour les références topiques au sacrifice d’Alceste dans les inscriptions funéraires en l’honneur des femmes, voir IGBulg I2222 (inscription provenant d’Odessos), IG XIV, 1368 (inscription non datée d’Italie), IG XIV, 607 p, l. 5‑10 (inscription de Cagliari en Sardaigne, ier siècle de notre ère), I.Kourion 68 (inscription du ier siècle av. J.‑C. provenant de Chypre).

31 Pace Lutz 1947, p. 94 qui soutient que le résumé de Musonius reprend Eur., Alc., 282‑298.

32 Voir Luppe 1991 pour une discussion de cet argument byzantin avec une tentative de reconstruction de l’argument narratif qui lui servait de base. L’expression πάλης ἄθλον apparaît tant dans l’argument narratif (P.Oxy., 27, 2457, l. 14) que dans l’argument byzantin et, vu qu’elle ne remonte pas à Euripide, c’est un indice certain du lien immédiat entre les deux épitomés. Parmi d’autres parallèles moins saillants, mentionnons ἔ]μ̣αθεν παρ[ὰ dans le papyrus (l. 6), cf. μαθὼν παρά τινος θεράποντος dans l’argument byzantin ; συ]μφορὰν (l. 3), cf. μετ’ οὐ πολὺ δὲ ταύτης τῆς συμφορᾶς γενομένης dans le résumé byzantin (l’accusatif συ]μφορὰν présuppose une construction différente de celle que l’on trouve dans l’argument byzantin, par exemple, ὀδυρομένου δὲ τοῦ Ἀδμήτου τὴν συμφοράν, voir Meccariello 2012, p. 93) ; σ]υγκαλυ[ (l. 12) et ἐκκαλυψ̣α̣ϲ (l. 16) correspondent à καλύπτει et ἀποκαλύψας dans l’argument byzantin.

33 Ainsi, ζῆσαι διπλασίω χρόνον τοῦ τεταγμένου αὐτῷ (Mus. Ruf., Diss., 14 Lutz) ; cf. ἵνα ἴσον τῷ προτέρῳ χρόνον ζήσῃ dans l’argument byzantin.

34 Pour une étude détaillée des activités éducatives de Musonius, voir Dillon 2004, en particulier p. 73‑90.

35 Voir Lutz 1947, p. 24‑26 ; Dillon 2004, p. 49‑50.

36 Voir Dillon 2004, p. 6‑7 ; Lutz 1947, p. 14‑15.

37 Lucien cite la Danaé d’Euripide directement dans Gall., 14 et Tim., 14.

38 Ἀκρίσιος Ἄργους ὢν βασιλεὺς κατὰ χρησμὸν δή τινα τὴν παῖδα Δανάην κατάκλειστον ἐν τοῖς παρθενῶσιν ἐφύλαττε καλλίστην οὖσαν (hyp. Eur. Dan. dans le codex Vat. Pal. gr., 287, f° 147v, l. 1‑4), « Acrisios, roi d’Argos, suite à un oracle, garda sa fille Danaé enfermée dans le gynécée, bien qu’elle fût très belle » ; cf. Ὁ γὰρ Ἀκρίσιος ὁ πατὴρ αὐτῆς καλλίστην οὖσαν ἐπαρθένευεν ἐς χαλκοῦν τινα θάλαμον ἐμϐαλών (Luc., Dial. mar., 12, 1), « Car son père Acrisios préserva sa virginité – bien qu’elle fût très belle – en la plaçant dans une chambre en bronze ».

39 […] ἧς ἐρασθεῖς ὁ Ζεύς, ἐπεὶ οὐκ εἶχεν ὅπως μιχθείη αὐτῇ χρυσὸς γενόμενος καὶ ῥυεὶς διὰ τοῦ τέγους εἰς τὸν κόλπον τῆς παρθένου ἐγκύμον’ ἐποίησεν (hyp. Eur. Dan. dans le codex Vat. Pal. gr., 287, f° 147v, 4‑7), « Zeus, épris d’elle, parce qu’il ne trouvait pas le moyen de s’unir à elle, se transforma en or, tomba en pluie à travers le toit jusque dans le sein de la vierge et la mit enceinte » ; cf. φασὶ δ’ οὖν τὸν Δία χρυσὸν γενόμενον ῥυῆναι διὰ τοῦ ὀρόφου ἐπ’ αὐτήν, δεξαμένην δὲ ἐκείνην ἐς τὸν κόλπον καταρρέοντα τὸν θεὸν ἐγκύμονα γενέσθαι (Luc., Dial. mar., 12, 1), « on raconte que Zeus se transforma en or et tomba en pluie à travers la toiture jusqu’à elle, qu’elle reçut en son sein le dieu qui coulait d’en haut et qu’elle tomba enceinte ». La seule différence d’expression notable concerne le choix du mot pour désigner le toit (τέγος ou ὄροφος, respectivement).

40 […] εἰς κιϐωτὸν ἀμφοτέρους, τήν τε μητέρα καὶ τὸ βρέφος, ἐνέϐαλε καὶ κελεύει ῥίπτειν κατὰ τὴν θάλατταν (hyp. Eur. Dan. dans le codex Vat. Pal. gr., 287, f° 147v, 9‑11), « il les jeta tous les deux, la mère et son nourrisson, dans un coffre, et ordonna qu’on le balance à la mer » ; cf. ὑπό τινος μεμοιχεῦσθαι οἰηθεὶς αὐτὴν ἐμϐάλλει εἰς τὴν κιϐωτὸν ἄρτι τετοκυῖαν et ἐκέλευσεν δὲ ὁ πατὴρ τοὺς ναύτας ἀναλαϐόντας τὸ κιϐώτιον, ἐπειδὰν πολὺ τῆς γῆς ἀποσπάσωσιν, ἀφεῖναι εἰς τὴν θάλασσαν, ὡς ἀπόλοιτο ἡ ἀθλία, καὶ αὐτὴ καὶ τὸ βρέφος (Luc., Dial. mar., 12, 1), « pensant qu’elle s’était laissé séduire par quelqu’un, son père la jeta dans un coffre, alors qu’elle venait juste d’accoucher, et il ordonna à des marins qui avaient pris le coffre de l’abandonner en mer quand ils se seraient bien éloignés de la terre, afin que la misérable périsse, elle et son nourrisson ». Notons que le parallélisme se manifeste ici non seulement au niveau du vocabulaire, mais aussi de la construction (καὶ αὐτὴ καὶ τὸ βρέφος, cf. τήν τε μητέρα καὶ τὸ βρέφος).

41 La question de Doris, Τί οὖν οὐχὶ σῴζομεν αὐτοὺς τοῖς ἁλιεῦσι τούτοις ἐμϐαλοῦσαι ἐς τὰ δίκτυα τοῖς Σεριφίοις ; (Luc., Dial. mar., 12, 2 : « Pourquoi donc ne pas les sauver en les jetant dans les filets de ces pêcheurs de Sériphos ? »), trouve une correspondance exacte dans l’argument, les seules modifications étant dues à la différence de perspective de laquelle l’histoire est racontée : Ἰδοῦσαι δὲ ταῦθ’ αἱ Νηρηΐδης καὶ κατελεήσασαι τὸ γεγονός, ἐμϐάλλουσι τὴν κιϐωτὸν εἰς δίκτυα Σεριφίων ἁλιέων (hyp. Eur. Dan., ibid. l. 11‑13), « Les Néréides, après avoir vu cela et pris en pitié le nouveau-né, jettent le coffre dans des filets de pêcheurs de Sériphos ».

42 On a toutefois l’impression que l’explication ὁ Ζεύς, ἐπεὶ οὐκ εἶχεν ὅπως μιχθείη αὐτῇ […] pourrait reprendre le verbe μεμοιχεῦσθαι.

43 Voir Kannicht 1992, p. 33‑34 ; pour une discussion des différentes modalités possibles du rapport entre les deux textes, voir Karamanou 2006, p. 52‑54.

44 Pour cette raison Karamanou 2006, p. 33 inclut Mén., Sam., 589‑598 parmi les testimonia portant sur la Danaé d’Euripide (T6).

45 Voir la discussion ci‑dessus.

46 La forme du nom est débattue : Daos s’adresse à lui par Συρίσκε (Ep., 270), mais, comme le note Blanchard 1983, p. 339, n. 77, ceci peut très bien être un diminutif soulignant son mépris. Les éditeurs tendent à retenir la forme Συρίσκος (ainsi, Sandbach et Gomme, ainsi que Furley). Nous préférons suivre Arnott et Blanchard, en adoptant la forme sans diminutif.

47 L’importance de la scène est également illustrée par la mosaïque qui représente l’arbitrage dans une maison de Mytilène datant de iiie siècle de notre ère, dite « Maison du Ménandre ».

48 Blanchard 1983, p. 340 note la différence au niveau de l’argumentation des deux esclaves, notamment le fait que Daos ne peut évoquer qu’un proverbe pour soutenir son point de vue, alors que Syros cherche à rehausser son discours par une évocation du matériau tragique.

49 Gomme, Sandbach 1973, p. 315 et Furley 2009, p. 156 préfèrent interpréter le résumé comme tiré de Tyro de Sophocle, tout en admettant la possibilité que ce soient les Péliades.

50 Voir Scafuro 1997, p. 158 : « While these references are instances of Menander’s ‘metatheatricality’, they also mimic rhetorical devices of courtroom speeches ». Voir aussi Furley 2009, p. 155 ; Hurst 1990, p. 112.

51 Sur la carbonisation, ainsi que le travail et mode de vie extrêmement durs des charbonniers dans l’Antiquité, voir Olson 1991. Ajoutons que la caractérisation de Syros en tant que charbonnier était probablement significative pour les lecteurs antiques : en tout cas, la présentation d’un des esclaves sur la mosaïque dans la Maison de Ménandre est accompagnée de l’inscription ΑΝΘΡΑΚΕΥΣ.

52 Sandbach, Gomme 1973, p. 315 : « Syriscos can, however, be supposed to have seen the play he describes… ». Voir Furley 2009, p. 155 : « Syriskos backs up his case by reference to tragic themes. When he reminds Smikrines that the material is surely familiar to him, there are metatheatrical implications : (1) that he, Syriskos, a charcoal-burning slave, knows his tragedy (2) that the audience is equally conversant with his allusions. The remark reminds us of the speaker’s position : the plays referred to had been performed on the same stage as that on which Syriskos speaks ».

53 Hurst 1990, p. 112 : « Un point, cependant, fait dresser l’oreille et constitue une mise en parallèle de la tragédie et de la comédie. Les mots “vêtu d’une peau, tout comme moi” (328) amènent comédie et tragédie à se recouper exactement pour un bref instant : la figure du serviteur vêtu d’une peau oscille, sous les yeux du spectateur, entre l’univers tragique et l’univers comique. L’implication est claire : c’est ici le poète qui parle : il souligne le parallélisme des deux formes dramatiques et tire de la crédibilité de la tragédie une forme de soutien pour la crédibilité de la trame comique ».

54 Mentionnons, parmi les détails qui font penser à un argument narratif, la mise en avant des noms de Nélée et Pélias, et le recours aux périphrases pour souligner les péripéties de leur destin (ἐγένοντο βασιλεῖς οἱ τότ’ ὄντες αἰπόλοι). On retrouve la suggestion (v. 320‑325) que l’enfant finira par manifester ses origines nobles dans l’argument à Alexandre, encore une tragédie qui implique un enfant exposé (P.Oxy., 52, 3650, col. I, l. 12‑16 ; voir les remarques de Collard, Cropp, Gibert 2004, p. 70).

55 Les avis des commentateurs concernant la valeur du pronom indéfini sont divisés : pour Sandbach et Gomme (1973, p. 315), il implique que Nélée n’était pas si bien connu (« τινὰ suggests that not everyone has heard of Neleus, ἐκείνους that he and his brother are characters well known to Smicrines ; a flattering touch »), tandis que Gronewald 1995, p. 28 et Furley 2009, p. 155 suggèrent qu’il sert à introduire un des exemples possibles. Notons cependant qu’il est difficile d’imaginer l’utilisation de l’expression Νηλέα τινὰ/Πελίαν τ’, si Syros avait réellement vu les héros.

56 Voir Furley 2009, p. 167. Le premier sujet, où les signes de reconnaissance ont prévenu le mariage incestueux d’un frère avec sa sœur, ne correspond à aucune tragédie parmi celles dont le sujet nous est connu, mais on a suggéré que Ménandre faisait peut-être allusion à une de ses propres pièces (par exemple, à la Perikeiromenè).

Auteur

Institut de recherche linguistique de l’Académie des sciences de Russie, Université d’État de Saint-Pétersbourg

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search