Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Aimoin de Fleury, Histoire des Francs

Texte intégral

Aimoin de Fleury (Aimoinus Floriacensis, ca 965‑1010 ?) fut moine en l’abbaye bénédictine de Fleury (non loin d’Orléans), qui atteignit son apogée sous l’abbé saint Abbon (988‑1004), dont Aimon fut le disciple.

1C’est à l’instigation d’Abbon qu’il composa quatre livres d’une Historia Francorum (titre originel, Res gestae gentis siue regnum Francorum), peut-être destinée, à l’origine, à la formation de la jeunesse capétienne. L’ouvrage part des origines des Francs et s’arrête en 654 (16e année du règne de Clovis II) ; il n’atteint pas le terme qu’il s’était fixé, à savoir l’avènement de Pépin le Bref (751). Il puise à de nombreuses sources, antiques (César, Pline l’Ancien) et mérovingiennes, en particulier Grégoire de Tours et Frédégaire. À défaut de faire preuve de sens historique critique, Aimoin a le souci de la forme, du moins pour les sources mérovingiennes qu’il n’hésite pas à reformuler.

2Son ouvrage, qui est la plus ancienne compilation importante des sources de l’histoire de France, constituera le noyau initial des Chroniques de Saint-Denis (en latin), entreprises au XIIe s., sous l’impulsion de Suger, abbé de Saint-Denis, achevées vers 1250 ; la compilation reprise en français pour un public plus large deviendra les Grandes chroniques de France et sera poursuivie, devenant de facto l’ouvrage de référence pour l’historiographie de la monarchie.

129. La guerre contre Gondebaud

De bello contra Gundebaldum. Gessit uero bellum Clodoueus contra Gundebaldum regem Burgundionum, exercitumque eius ad internecionem deleuit. Causa autem huius pugnae fuit quia Gundebaldus fratrem suum Chilpericum, patrem uidelicet Clotildis reginae, gladio interemerat, uxoremque eius, matrem supra dictae reginae, lapide ad collum ligato fluvio inmergi fecerat. Ob id rogatus a coniuge rex Clodoueus Burgundiam cum exercitu Francorum ingressus deuastauit, regemque ipsum Gundebaldum, longa obsidione fatigatum, tributa dare coegit. Godegisilus autem frater Gundebaldi ad Francos defecerat, et cuniunctis cum Clodoueo uiribus fratrem expugnabat. Sed opere et industria Aredii uiri sapientis, qui ab Arelatensi urbe auxilium Gundebaldo laturus aduenerat, idem rex auro hostem repulit, quem ferro nequiuerat. Nam Clodoueus acceptis muneribus repedauit ad propria, relinquens Gundegisilo in auxilium quinque milia Francorum. Porro Gundebaldus, sui iam securus, fratrem Viennae obsidione circumdat, atque per aquaeductum urbem ingressus multorum caede patrata fratrem una interemit. Francos quoque in quadam turri congregatos ferro trucidauit.

La guerre contre Gondebaud. Clovis entra en guerre contre Gondebaud, roi des Burgondes, et anéantit complètement son armée. La raison de cette bataille était que Gondebaud avait fait périr par l’épée son frère Hilpéric, le père de la reine Clotilde, son épouse, et qu’il avait fait jeter dans le fleuve la mère de ladite reine après lui avoir attaché une pierre au cou. C’est pour cela que, sur la demande de son épouse, le roi Clovis était entré en Burgondie avec l’armée des Francs, l’avait dévastée et avait contraint le roi Gondebaud lui-même, épuisé par un long siège, à lui verser un tribut. Godégisile, le frère de Gondebaud, avait fait défection chez les Francs et joignant ses forces à celles de Clovis, combattait son frère. Mais, grâce à l’action et l’habileté du sage Arédius, qui était venu d’Arles porter secours à Gondebaud, le même roi put repousser par de l’or un ennemi qu’il n’avait pu repousser par le fer. Car, Clovis, acceptant le cadeau, regagna ses terres, laissant à Godégisile cinq mille Francs pour l’appuyer. Cependant, Gondebaud, désormais en sécurité pour lui-même, assiège son frère dans Vienne ; il pénètre dans la ville par un aqueduc, et dans le carnage où périssent bien des gens, il tue en même temps son frère ; il fait passer aussi par l’épée les Francs qui s’étaient massés dans une tour.
(Aimoin de Fleury, Histoire des Francs, I, 19)

3Dans ce passage qui a sa source dans Grégoire de Tours et Frédégaire revisités, Aimoin présente Clovis comme un juste et noble vengeur, agissant sur la demande bien fondée de Clotilde, désireuse de venger ses parents, et non par intérêt politique comme le suggère Grégoire de Tours ; Aimoin n’est pas très clair dans sa narration des événements ; il mêle en fait deux épisodes, celui de la vengeance de Clotilde contre Gondebaud et celui de la trahison de Godégisile, ce que ne fait pas Grégoire (102). On notera également que le sort réservé à la garnison franque est différent de ce qu’affirme Grégoire.

Références

Auteur et œuvre

Molinier 1901, no 201 ; Molinier 1902, no 1373 ; DHGE 1, s.v. « Aimoin 2 », col. 1185‑1187, [P. Fournier] ; DictMA, p. 21 [P. Bourgain] ; Brunhölzl 1996, p. 155‑163 et 526‑527 (bibliographie) ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Aimon of Fleury » [R. Rech] ; Chr. Le Stum-Constant, L’Historia Francorum d’Aimoin de Fleury. Étude et édition critique, thèse de doctorat, Paris, École des Chartes, 1976, p. 89‑93. Sur l’écriture de l’histoire au Moyen Âge, Guénée 1980 ; G. Labory, « Essai d’une histoire nationale au XIIIe siècle : la chronique de l’Anonyme de Chantilly-Vatican », BECh 148, 1990, p. 301‑354.

Éditions

PL 139, 1853, col. 656B-C. Trad. G. Lucas.

Voir également, M. Bouquet, Recueil des historiens des Gaules et de la France, tome III, Paris, 1741, p. 21‑143 (réédition de L. Delisle, Paris, 1869).

Texte

Sur les relations entre Clovis, Clotilde et Gondebaud, voir P. Bourgain, « Clovis et Clotilde chez les historiens médiévaux, des temps mérovingiens au premier siècle capétien », BECh 154, 1996, p. 53‑85.

130. Mamert, livre 1, 25

De terraemotu et Clodovei transitu. His etiam diebus apud Viennam Galliae urbem multorum domus simul et ecclesiae terremotu concussae ceciderunt. In paschali uero festiuitate, beatissimo Mamerto eiusdem urbis episcopo missarum sollemnia celebrante, palatium regale quod in eadem erat ciuitate coelesti concrematum est igne. Lupi quoque uel ursi, siluis profugi, eidem ciuitati innumeri coeperunt esse infesti, adeo ut, multorum lacerantes corpora, propria eos cogerent deserere habitacula. Unde memoratus sacerdos, adueniente Dominicae Ascensionis die festo, conuocato populo, praemonuit agere triduanum ieiunium, ac omnipotentis Dei exposcere suffragium. Appro­pinquante ergo die statuto, conuenit omnis populus ad ecclesiam cum gaudio litanias peragens cum triduano ieiunio. Exinde pulcherrimus in sancta uniuersali Ecclesia mos inoleuit, ut, quoquo terrarum Christi fides diffunditur, a cunctis fidelibus hae litaniae cum exsultatione peragantur.

À propos d’un tremblement de terre et sur le trépas de Clovis. En ces jours, à Vienne, ville de Gaule, beaucoup de maisons ainsi que des églises s’écroulèrent, abattues par un tremblement de terre. Lors de la fête pascale, alors que le bienheureux Mamert, évêque de la même ville célébrait la messe solennelle, le palais royal, qui était dans la même cité, fut consumé par le feu céleste. Et aussi des loups ou même des ours, échappés des forêts, réfugiés en grand nombre dans la même cité, devinrent agressifs, au point de s’attaquer à beaucoup de gens et de les contraindre à abandonner leurs demeures. Aussi le ci-dessus évêque, à l’approche du jour de la fête de l’Ascension, réunit le peuple, lui prescrivit de jeûner trois jours, et d’implorer le secours de Dieu tout-puissant. Donc, à l’approche du jour fixé, tout le peuple se rassemble à l’église, célèbre les litanies dans la joie et jeûne trois jours. C’est de là que s’épanouit dans la sainte Église universelle la coutume pour tous les autres fidèles, partout où sur terre est répandue la foi dans le Christ, de célébrer ces litanies dans la joie.
(Aimoin de Fleury, Histoire des Francs, I, 25)

  • 463 Pelletier 1974, p. 189‑190 et Pelletier 2001, p. 167‑170.

4Cet épisode de la naissance des Rogations est situé très vaguement, et reporté des environs de 470, ce qui est assuré, à la fin du règne de Clovis : le chroniqueur a procédé à une inversion chronologique des événements qui laisse à penser que le prestige de cette cérémonie des Rogations devenue très rapidement une institution rejaillissait sur le règne de ce roi. Rappelons toutefois que s’il faut établir un lien entre les Rogations et l’état d’insécurité, il convient plutôt d’évoquer l’arrivée des Burgondes dans la région, comme l’a fait A. Pelletier, qui a avancé à titre d’hypothèse l’idée que l’institution des Rogations pouvait être mise en rapport avec leur installation à Vienne463 Néanmoins, on peut se demander si ce rapprochement entre le règne de Clovis et l’institution des Rogations n’est pas explicable par le fait que ces dernières ont été en quelque sorte normalisées lors du concile d’Orléans organisé sous l’égide de Clovis en 511 (85). Il faut rapprocher ces deux textes d’Aimoin de celui d’Adémar de Chabannes (131), qui reprend le même schéma narratif.

Références

Édition

PL 139, 1853, col. 661B-662A. Trad. G. Lucas.

Notes

463 Pelletier 1974, p. 189‑190 et Pelletier 2001, p. 167‑170.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search