Version classiqueVersion mobile

Epitome

 | 
Isabelle Boehm
, 
Daniel Vallat

Deuxième partie. Résumés en contexte rhétorique et scolaire

Couper quoi, comment, pour qui ?

Justin, l’Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée et son lectorat

Alice Borgna

Résumé

La présente contribution propose une nouvelle interprétation de l’Abrégé de Justin, au-delà des mauvais jugements sur la qualité de son travail, et remet en question les hypothèses selon lesquelles la sélection du matériel de Trogue Pompée s’est effectuée au hasard et la série d’erreurs est la preuve de la pauvreté des moyens intellectuels de Justin. L’analyse de la manière dont Justin sélectionne le texte de Trogue montre que cette sélection n’était pas irrationnelle ; Justin a plutôt suivi un ensemble de critères identifiables. Bien que la connexion et la corrélation des anecdotes ne répondent pas à des critères strictement historiographiques, leur arrangement est néanmoins articulé de manière cohérente selon une structure début/développement/fin. Si Justin n’est pas intéressé par l’histoire, mais par la scène singulière, la conséquence évidente est qu’il pensait à un lectorat qui trouvait dans cette forme de compendium une réponse adéquate à ses propres exigences – une considération qui contribuera à l’établissement d’une chronologie pour l’Abrégé.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Syme 1988, p. 370. Je remercie très cordialement Mélanie Lucciano de son aide pour la traduction f (...)

1Partons d’une question : peut-on écrire un texte sans y laisser aucune trace de sa propre personnalité ? Dans certains cas, on a pu l’affirmer : ainsi, « a text rather than a personality » est la définition incisive par laquelle Ronald Syme1 a cristallisé la figure de Justin, qui, à une époque imprécise entre le iie et le ive siècle ap. J.‑C., durant un séjour à Rome, compila un abrégé de l’unique histoire universelle en latin que nous connaissions avant celle d’Orose, les Historiae Philippicae de Trogue Pompée.

2Pouvons-nous du moins nous intéresser à la personnalité de Trogue Pompée ? La réponse est de nouveau complexe, et, à bien y regarder, la définition de Syme ne serait pas non plus adaptée à l’auteur de l’œuvre originale. Non seulement nous savons peu de choses de Trogue Pompée, mais, en ce qui le concerne aussi, la critique a parlé d’un faible apport personnel : une théorie, née au xixe siècle, selon laquelle ce dernier ne serait que le simple traducteur latin d’une source grecque, nous conduit de nouveau à traiter avec un texte plutôt qu’avec une personnalité d’historien et d’homme de lettres. Donc, quand nous lisons l’Abrégé à qui avons-nous affaire ? À Justin, à Trogue Pompée, ou encore à cette source grecque supposée ? Et pour quelle raison est-il si compliqué d’obtenir des réponses de ce texte ?

  • 2 « Infuriatingly irresponsible Epitoma » (Edson 1961, p. 199) ; « hurried and slapdash exercise » ( (...)
  • 3 Seel 1982, p. 1381.
  • 4 Edson 1961, p. 199.
  • 5 Goodyear 1992, p. 236.
  • 6 Forni, Angeli Bertinelli 1982, p. 1311.

3La raison d’une telle difficulté réside, fondamentalement, dans l’estimation de l’entreprise littéraire de Justin, puisque, si l’on utilise pour cette évaluation de l’Abrégé le critère de l’historiographie, ce texte représente un produit particulièrement complexe, qui a toujours été un défi pour les critiques qui ont tenté de récupérer Trogue Pompée derrière l’intervention, considérée maladroite, de l’abréviateur. La nature et les intentions d’une entreprise aussi peu réussie2 semblent donc peu compréhensibles – à moins d’en appeler, comme cela en effet a été fait, à la pauvreté des moyens intellectuels de Justin. Et, de fait, « Blosser Übersetzer »3, « careless and hasty »4, « fumbling excerptor »5, ou encore « mediocre e pedissequo »6 ne sont que quelques exemples des jugements sévères que la critique a réservés à Justin, le tenant pour coupable de n’avoir extrait de l’œuvre de Trogue Pompée que ce qui retenait son attention papillonnante.

Justin : une figure mystérieuse

4Comme cela a déjà été dit, la figure de Justin est particulièrement évanescente : les seules informations que nous possédions sont tirées de la praefatio de son œuvre :

  • 7 « Alors que beaucoup de Romains, et même des hommes de dignité consulaire, avaient composé en réun (...)

Cum multi ex Romanis etiam consularis dignitatis viri res Romanas Graeco peregrinoque sermone in historiam contulissent, seu aemulatione gloriae sive varietate et novitate operis delectatus vir priscae eloquentiae, Trogus Pompeius, Graecas et totius orbis historias Latino sermone conposuit […] Et quae historici Graecorum, prout commodum cuique fuit iter, segregatim occupaverunt, omissis quae sine fructu erant, ea omnia Pompeius divisa temporibus et serie rerum digesta conposuit. Horum igitur quattuor et quadraginta voluminum (nam totidem edidit) per otium, quo in urbe versabamur, cognitione quaeque dignissima excerpsi et omissis his, quae nec cognoscendi voluptate iucunda nec exemplo erant necessaria, breve veluti florum corpusculum feci, ut haberent et qui Graece didicissent, quo admonerentur, et qui non didicissent, quo instruerentur [praef. 1‑4]7.

  • 8 « Die Sprache Iustins hat wenig Charakteristisches » relevait déjà Kroll in R.E. s.v. Iunianius, c (...)

5Si la mention d’un séjour romain laisse supposer une origine provinciale, il est difficile de définir celle de Justin de façon plus précise. En effet, l’analyse linguistique du texte n’est d’aucune aide pour fournir des indications chronologiques ou géographiques, du moment que la nature même de l’œuvre, le florilège, rend difficile la distinction entre les deux mains, et la langue de l’Abrégé ne présente pas de particularité remarquable8.

6Ajoutons que, après la praefatio, Justin disparaît derrière son texte pour ne réapparaître qu’en un seul point (38, 3, 11), où il se fait de nouveau entendre en introduisant l’unique passage qu’il reproduit directement, déclare-t-il, de Trogue Pompée, le long discours de Mithridate à ses troupes. Dans le reste de l’Abrégé, cependant, les deux mains restent difficiles à séparer.

Le problème de la date de composition

  • 9 Pour un résumé sur la question, voir Santi Amantini 1981, p. 9‑11 ; Syme 1988, p. 358‑361 ; Yardle (...)
  • 10 Jérôme, in Dan. Prol. 25, 494 (éd. Migne = p. 775, l. 85‑86 ed. Glorie).
  • 11 Steele 1917, p. 19‑41, puis repris par Yardley 2010, p. 471‑473.

7La question de la datation s’articule étroitement à celle de l’identité ; elle est depuis longtemps objet de débats enflammés9. Sur ce point, en effet, le seul terminus ante quem assuré est 407 ap. J.‑C., date à laquelle Jérôme compose ses Commentarii in Danielem, dont le prologue comporte la plus ancienne mention explicite de Justin10. Traditionnellement, la critique s’est orientée vers une datation entre le iie et le iiie siècle, en se fondant soit sur des arguments stylistico-linguistiques, soit sur des références internes de type historique. Parmi ces dernières, l’élément le plus significatif se situe en 41, 1, 1, passage dans lequel le règne des Parthes est jugé florissant, une affirmation qui a été comprise comme un autre terminus ante quem, étant donné que, à partir de 224 ap. J.‑C., aux Parthes succèdent les Perses Sassanides11.

  • 12 Norden 1898, p. 300, n. 3 ; Castiglioni 1925, p. 88.
  • 13 Galdi 1915, p. 33‑34 ; 1922, p. 108‑109. À une époque beaucoup plus récente, s’est prononcée aussi (...)

8Le choix d’une datation au iiie siècle semble aussi reposer sur des considérations formelles, comme cela a déjà été soutenu à la fin du xixe siècle par Edward Norden sur la base d’éléments lexicaux, une thèse par la suite confirmée et ultérieurement développée par Luigi Castiglioni dans son étude stylistique très détaillée de l’Abrégé12. Quelques dizaines d’années après, en revanche, Marco Galdi, notant que le texte non seulement respecte la norme de la prose rythmée, mais présente également certains clausulae par la suite disparues au cours du iiie siècle, préféra situer l’abréviateur à l’époque antonine13.

  • 14 Yardley, Heckel 1997, p. 13.
  • 15 Franga 1988, p. 872‑873 et Yardley 2010, p. 487‑489. Pour la chronologie de Florus, Facchini Tosi  (...)
  • 16 N.P. s.v. Iustinus, n. 45, col. 23 (P.L. Schmidt).
  • 17 Justin, 7, 2, 8‑10, Paneg., 4 (10), 20, 1 ; voir Edson 1961, p. 203. L’anecdote se retrouve aussi (...)

9Une partie de la critique plus récente partage aussi cette position ; même si elle considère les clausules avec une certaine prudence (du moment que ce phénomène pourrait être davantage un héritage de Trogue Pompée qu’une sensibilité de Justin)14, elle justifie une telle datation en s’appuyant sur les nombreux points de contact linguistiques et sur le parallélisme d’intention entre Justin et Florus15 ou Granius Licinianus16, alors qu’on note, en revanche, de réelles différences par rapport aux abrégés du ive siècle. L’autre date jugée pertinente est ensuite 321 ap. J.‑C., lorsque le panégyriste Nazarius, dans son éloge de Constantin, cite une anecdote qui se trouve seulement dans l’Epitoma, une convergence qui, pour certains, a été considérée comme une preuve que, à cette époque, le texte de Justin existait et circulait17.

  • 18 Klotz 1913, p. 548 ; Syme 1988 ; Barnes 1998, p. 589‑591 (réfuté par Yardley 2000, p. 633‑634, à q (...)
  • 19 Chauvot 1992, p. 115‑118 ; Traina 2016, p. 111.

10La proposition de repousser l’époque de Justin bien plus tard, à la fin du ive siècle, fut d’abord avancée par Alfred Klotz, mais soutenue seulement bien des années plus tard par Ronald Syme et, plus récemment, également par Giuseppe Zecchini, pour qui, surtout, les éléments linguistico-stylistiques n’auraient pas un caractère absolu18. En ce qui concerne les arguments historiques, Justin pourrait ne pas avoir senti l’exigence de corriger ce qui, pour le ive siècle, était un anachronisme évident (la dynastie arsacide sur le trône de la Parthie), soit parce ce qu’une telle intrusion dans le récit de Trogue Pompée serait allée contre son désir de rassembler une simple anthologie, soit du fait de l’emploi ambigu des termes Parthi et Persae chez les auteurs latins, en particulier les abréviateurs19.

  • 20 Syme 1988, p. 363.
  • 21 Voir Arnaud-Lindet 2003 (Introduction) ; Zecchini 2016, p. 227.

11En général, cependant, ceux qui soutiennent une datation au ive siècle arrivent à cette conclusion en se fondant, plutôt que sur le texte, sur une recherche de ce que Syme définit comme une « appropriate season for Justin »20, alors située dans la deuxième moitié du ive siècle. Au cours de cette période, en effet, le genre littéraire du précis historiographique connaissait une bonne diffusion, l’intérêt pour l’histoire orientale avait été ravivé par les expéditions de Julien et de Valens, et une attention toute particulière pour la survie des chefs-d’œuvre de l’époque classique et de l’historiographie en particulier s’était aussi développée21.

  • 22 Syme 1988, p. 364.

12Une partie de la critique a donc jugé ce contexte culturel comme particulièrement adapté au précis de Justin, soit pour son caractère de résumé, soit pour son contenu d’histoire orientale, soit en tant que forme de conservation, au moins partielle, d’un des chefs-d’œuvre de l’historiographie latine : « This time was ripe for an abridgement of Pompeius Trogus »22.

13Loin de ne considérer Justin que comme à un inconvénient malheureux arrivé au texte, dans les pages qui suivent, nous allons reconsidérer les questions principales sur cette œuvre par le prisme de Justin, à partir des seuls éléments certains que nous ayons de lui, plus exactement le critère et les modalités de réduction de l’original de Trogue Pompée en une forme qui répondait à ses intentions ; cette étude apportera alors aussi de nouveaux indices en ce qui concerne la datation de l’œuvre.

Couper quoi et comment ?

  • 23 Justin, praef., 4 (voir supra, p. 136). Pour la technique de résumé de Justin, voir Forni 1958, p. (...)
  • 24 Galdi 1922, p. 105‑107 ; Seel 1972, p. 21 ; Lucidi 1975 ; Santi Amantini 1981, p. 15‑18 ; Arnaud-L (...)
  • 25 Par exemple disparaissent la campagne d’Illyrie contre Teuta (XXVIII), la campagne asiatique (XXXI (...)
  • 26 Forni 1958, p. 53 et suiv. ; Forni, Angeli Bertinelli 1982, p. 1301‑1307 ; Clarke 1999, p. 271‑276

14Justin illustre lui-même sa méthode de travail dans la praefatio, où, comme nous l’avons vu, il déclare avoir moins composé un résumé qu’un florilège des Historiae Philippicae, dont il aurait sélectionné le matériel plaisant à apprendre ou utile comme exemple23. L’instrument fondamental pour tenter de comprendre ce qui répondait, selon Justin, à ces critères, est la confrontation entre l’Abrégé et les Prologues, brefs sommaires de chacun des livres de Trogue Pompée, composés de manière indépendante du précis24. Deux principes de base sont immédiatement évidents : par rapport au contenu de l’original, Justin a systématiquement coupé aussi bien les épisodes qui concernent l’histoire romaine25 que les digressions de caractère géo-ethnographiques, une des richesses des Historiae Philippicae26.

  • 27 Interiecto deinde tempore : 1, 5, 8 ; 1, 7, 11 ; 1, 10, 15 ; 2, 15, 6 (dein interiecto tempore) ; (...)
  • 28 Voir Castiglioni 1925, p. 3 ; Forni 1958, p. 98‑102 ; Santi Amantini 2003, p. 99‑110.

15Ces coupes sont particulièrement évidentes. Pour les autres, partons d’une considération de portée générale : le lecteur qui aborderait l’Abrégé pour apprendre vraiment l’histoire universelle divisa temporibus resterait très déçu, vu que l’abrégé est presque privé d’informations relatives aux lieux et aux époques. Justin en effet relie constamment les épisodes avec des expressions qui ne sont presque que des liens indéterminés sur la simple antériorité, contemporanéité ou postériorité des événements. Parmi les plus fréquents, on trouve : interiectis quoque/deinde diebus, interiecto quoque tempore, interiecto tempore, nec multo post ou encore ad postremum27. S’agit-il ici d’une coupe neutre, c’est-à-dire due à la seule volonté d’abréger ? Absolument pas : non seulement, en effet, le solide cadre chronologique de Trogue Pompée finit par être complètement démantelé28, mais la donnée historique de l’original est aussi souvent compromise, du fait que, assez souvent, Justin crée aussi un rapport de cause à effet entre des événements qui n’ont pas de lien direct entre eux.

16Nous pouvons donner un premier exemple dans le quatrième livre, à propos de la guerre du Péloponnèse :

  • 29 « Puis, un certain temps s’étant écoulé, comme les Syracusains n’observaient pas loyalement la pai (...)

interiecto deinde tempore, cum fides pacis a Syracusanis non servaretur, denuo legatos Athenas mittunt [sujet : Catinienses], qui sordida veste, capillo barbaque promissis et omni squaloris habitu ad misericordiam commovendam adquisito contionem deformes adeunt ; adduntur precibus lacrimae et ita misericordem populum supplices movent, ut damnarentur duces, qui ab his auxilia deduxerant. Igitur classis ingens decernitur ; creantur duces Nicias et Alcibiades et Lamachos, tantisque viribus Sicilia repetitur, ut ipsis terrori essent, in quorum auxilia mittebantur [4, 4, 1‑3]29.

  • 30 Thucydide, 4, 65, 3 ; Philochore dans FrGrHist 328 F 127. Voir Cataldi 1996, p. 61‑63 ; Santi Aman (...)

17Même si, lorsque nous la lisons, la scène apparaît logique et cohérente, la construction est en réalité problématique d’un point de vue historique, puisqu’elle génère aussi un rapport de cause à effet entre des événements qui n’ont pas de liens entre eux, comme l’ambassade après laquelle Athènes décide d’envoyer en Sicile une importante expédition commandée par Nicias, Alcibiade et Lamachos (415 av. J.‑C.) et la punition des stratèges athéniens, qui s’était déroulée bien plus tôt, immédiatement après la paix de Gela et le retour de ces mêmes stratèges dans leur patrie (424 av. J.‑C.)30. Notons cependant que si la suite des faits instituée par la coupe de Justin est arbitraire d’un point de vue historique, son effet littéraire est en revanche notable, en ce qu’il donne immédiatement un résultat à la supplication : l’épisode vient ainsi se structurer de manière claire, avec un début, un développement détaillé et une fin.

18De la même manière, Justin associe de manière immédiate la mort de Cléopâtre III et l’envoi en exil de Ptolémée X Alexandre Ier Philométor :

  • 31 « Et cependant un meurtre si impie ne resta pas invengé sur Alexandre. En effet, dès qu’on apprit (...)

Sed nec Alexandro caedes tam nefanda inulta fuit. Nam ubi primum conpertum est scelere filii matrem interfectam, concursu populi in exilium agitur revocatoque Ptolomeo regnum redditur [39, 5, 1]31.

  • 32 Voir P. Adl. Gr., 11 et P. Adl. Gr., 12, sur lequel Samuel 1962, p. 151‑152. Eusèbe rapporte deux (...)

19Une fois de plus, la juxtaposition fausse les données historiques, en dramatisant deux événements dans ce qui apparaît comme un rapport immédiat de cause à effet, alors que, en réalité, les sources les situent à une douzaine d’années de distance32.

20Encore plus significatif, cependant, est le récit de la mort des fils d’Alexandre le Grand :

  • 33 « Cassandre […] de peur qu’Hercule, le fils d’Alexandre, qui avait quatorze ans accomplis, ne soit (...)

Cassander […] ne Hercules, Alexandri filius, qui annos XIV excesserat, favore paterni nominis in regum Macedoniae vocaretur, occidi eum tacite cum matre Barsine iubet corporaque eorum terra obrui, ne caedes sepultura proderetur, et quasi parum facinoris in ipso primum rege, mox in matre eius Olympiade ac filio admisisset, alterum quoque filium cum matre Roxane pari fraude interfecit, scilicet quasi regnum Macedoniae, quod adfectabat, aliter consequi quam scelere non posset [15, 2, 3‑5]33.

  • 34 Prol., XV. Sur l’épisode, voir Yardley, Wheatley, Heckel 2011, p. 234‑237.

21Si l’on s’en tient à Justin, le responsable de tous ces assassinats serait Cassandre, mais, une fois de plus, il s’agit d’une information incorrecte du point de vue historiographique : si Roxane et Alexandre IV furent effectivement éliminés par Cassandre en 310 av. J.‑C., Héraclès fut tué ensuite (en 308‑309 av. J.‑C.) par Polyperchon. Que le responsable de cette erreur soit dans ce cas sans discussion Justin, nous en avons une preuve explicite puisque le prologue qui correspond à l’événement nous démontre que, dans les Historiae Philippicae, le fait historique devait être exact : Cassander in Macedonia filium Alexandri regis interfecit, ac alterum Polyperchon34. La construction de Justin, donc, n’est absolument pas neutre, mais vise à dramatiser la narration, même au détriment de l’original.

  • 35 Voir les catalogues de Castiglioni 1925, p. 4‑6 et de Forni 1958, p. 93‑98. Par exemple, Justin ta (...)
  • 36 Dum haec aguntur dans Justin, 5, 5, 1 ; 5, 10, 6 ; 8, 4, 1 ; 11, 7, 1 ; 12, 1, 4 ; 12, 2, 16 ; 12, (...)
  • 37 Justin, 1, 7, 14 ; 3, 4, 11 ; 17, 2, 1 ; 18, 6, 10 ; 38, 9, 1 ; 41, 6, 6.
  • 38 Alia (gravia, pluria, multa, magna) bella dans Justin, 7, 4, 6 ; 7, 5, 10 ; 7, 7, 1 ; 11, 6, 15 ; (...)
  • 39 Ceteraeque civitates : Justin, 8, 4, 3 ; 12, 13, 1 ; 13, 5, 10 ; 34, 2, 6 ; 39, 1, 3 ; multae urbe (...)
  • 40 Insidiae et ses dérivés dans l’œuvre de Justin ont quarante-cinq attestations (le même nombre chez (...)

22Un traitement guère plus précis est réservé aux informations géographiques : non seulement Justin coupe systématiquement les digressions géo-ethnographiques, mais il élimine aussi, avec la même constance, les références topographiques et en particulier celles des batailles, même les les plus célèbres35. Tout aussi systématique est la suppression des événements militaires, assez fréquemment remplacés par les formules fixes dum haec aguntur/geruntur (présentes presque trente fois)36, ou encore rapidement définis comme vari casus37. On peut même aller plus loin : même dans les (quelques) cas où de telles données survivent, Justin les rend assez vagues avec des expressions comme alia (gravia, pluria, multa, magna) bella, multa (secunda, periculosa) proelia, multae clades, post magnas res38. Des indications peu précises comme ceteraeque civitates ou encore multae urbes (civitates) captae banalisent les liens détaillés de cités alliées, ennemies ou conquises39. La même terminologie générique est réservée à des intrigues complexes : on peut prendre par exemple le recours constant au mot insidiae ou à des formules comme per dolum ou fraude, qui signalent la coupure drastique dans les développements historico-politiques40.

  • 41 Forni 1958, p. 102‑109.
  • 42 Voir Justin, 29, 1, 5 où on rappelle que Ptolémée IV était appelé ironiquement Philopator, parce q (...)

23Le traitement imprécis que Justin réserve à l’onomastique a un relief tout particulier : il trouve son expression la plus caractéristique dans l’omission des épithètes des souverains hellénistiques. Les Prologues nous montrent que Trogue Pompée, naturellement, les insérait41, mais que Justin les élimine de façon assez mécanique, en dehors de quelques cas, où elles restent présentes, probablement parce qu’elles sont liées à une curiosité42. Il ne s’agit pas non plus d’une coupe neutre ; ses conséquences sur la compréhension des événements sont très importantes, surtout dans le cas de l’histoire hellénistique, qui se transforme ainsi en une série d’anecdotes dans lesquelles se succèdent des personnages homonymes.

24Néanmoins, une fois enlevées la chronologie, la géographie, les indications guerrières et politiques et l’onomastique précise, il ne reste pas, des Histoires de Trogue Pompée dans l’œuvre de Justin, un matériau sélectionné au hasard : au contraire, ce dernier appartient à des catégories bien précises : la curiositas, l’exemplum, le dialogue et les relations humaines. Se rattache au premier filon la longue série de mirabilia que l’abréviateur glane assez fréquemment dans le long texte de Trogue Pompée. Cependant, la page de l’Abrégé fondamentalement hominem sapit : les comptes rendus de guerre et de bataille sont réduits au minimum ; des aspects politico-militaires de l’histoire Justin préfère conserver les portraits (surtout s’ils sont grotesques), les intrigues, les expédients, les actes héroïques et les scènes pathétiques. Privées d’un solide cadre historico-chronologique, ces anecdotes ne parviennent cependant pas à composer un récit logique, et Justin ne se préoccupe pas vraiment de la cohérence globale de son œuvre. Ce qui, en revanche, l’intéresse est l’articulation correcte de l’anecdote, toujours clairement structurée en un début, un développement détaillé et une fin.

25Un exemple intéressant se retrouve dans le livre XXXII, où, de l’ample cadre historique sur la rébellion de Sparte et de Messène contre les Achéens (qu’évoque le prologue correspondant), l’histoire devient une simple toile de fond, alors que l’intérêt de Justin est circonscrit à l’épisode singulier :

  • 43 « Au milieu de ces événements, entre les Messéniens et les Achéens naquit d’abord un désaccord à p (...)

dum haec aguntur, medio tempore inter Messenios et Achaeos de principatu primo dissensio, mox bellum ortum est [32, 1, 4]43.

  • 44 « Au cours de celle-ci, le célèbre général en chef des Achéens, Philopoemen est fait prisonnier, n (...)

26À cette introduction (chronologiquement indéfinie) fait suite l’anecdote curieuse de la capture et de la mort du vir fortis Philopoemen, qui occupe un large espace (32, 1, 5‑9)44. Une fois l’épisode conclu, les événements liés aux guerres sont non seulement traités en quelques mots par Justin, mais, privés de toute épaisseur historique, ils ne représentent rien d’autre que la fin de l’anecdote :

  • 45 « Peu après, la guerre ayant été reprise, les Messéniens sont vaincus et ils subirent le châtiment (...)

nec multo post reparato bello Messenii vincuntur poenasque interfecti Philopoemenis pependerunt [32, 1, 10]45.

  • 46 Justin, 9, 8, 21 : orbis imperii fundamenta pater iecit, operis totius gloriam filius consummavit.
  • 47 Voir Prol., XXXII : res gestae Hannibalis post victum Antiochum et mors. Mortuo Seleuco filio magn (...)

27Ces interventions de Justin entraînent un bouleversement certain non seulement des contenus, mais aussi des équilibres de l’original : les figures et les épisodes que Trogue Pompée dilue dans un contexte plus ample sont au contraire situés au centre du récit et insérés dans une séquence narrative différente. Assez fréquemment, en effet, le livre de l’Abrégé se construit autour de personnages et de faits que le prologue correspondant ne mentionne même pas, ou bien présente une structure construite de manière autonome par rapport à l’original. Par exemple le livre IX se conclut de façon emphatique par la comparatio entre Philippe II et Alexandre, et par le caractère complémentaire de leurs actes46. En allait-il de même dans le livre IX de l’original ? Il semble que non, puisque, grâce au prologue, nous savons que le livre IX des Historiae Philippicae se poursuivait bien après Philippe et évoquait les événements de l’Empire perse, accueillant enfin une digression sur les origines de Chypre, tout un matériau qui disparaît chez Justin. De la même manière, le livre XXXII se conclut chez Justin par un paragraphe où sont racontées les dernières actions d’Hannibal, toujours de manière anecdotique, jusqu’à son noble suicide, que suit de nouveau une récapitulation du caractère du personnage. Cette fin emphatique, tout comme la position dominante qu’Hannibal vient occuper dans le livre, est pourtant, encore une fois, le résultat de la structuration de Justin, puisque, grâce au prologue, nous savons que le récit de Trogue Pompée se poursuivait au-delà47.

28Si donc, pour la plus grande partie des critiques, l’Abrégé représente une maladroite opération de réduction conduite par un auteur relativement peu doué, en réalité notre analyse nous porte à la conclusion opposée : l’Abrégé est une œuvre construite de manière consciente et cohérente autour de points d’intérêt bien identifiables. Justin n’a pas effectué de coupes sans discernement, mais en suivant un critère systématique qui l’a porté à éliminer des catégories précises de matériau. La structure globale de l’œuvre ne peut pas être tenue pour le fruit du hasard ; elle est clairement organisée en une série d’épisodes qui, tout en étant liés entre eux de façon imprécise, ont toujours une articulation interne évidente qui se déploie en un début, un développement détaillé et une fin.

Couper, pour qui ?

  • 48 Voir Justin, praef., 4 (passage cité en entier supra, p. 136). Pour flos dans un contexte rhétoriq (...)
  • 49 Voir Gasti 2015b, p. 361 qui note aussi l’affinité entre Justin et Marius Maximus.
  • 50 Sénèque, Contr., 7, 5, 12‑13. Voir L’Huillier 1992, p. 196‑210 ; Van der Poel 2009, p. 333‑336.
  • 51 Quintilien, inst., 2, 10, 4 et suiv.

29Si Justin n’est pas intéressé par l’histoire, mais par la scène singulière, la conséquence évidente est qu’il pensait à un lectorat qui trouvait une réponse adéquate à ses propres exigences dans cette forme de compendium. Si nous retournons alors à la praefatio de l’œuvre, nous notons comment Trogue Pompée est loué pour être un vir priscae eloquentiae, ce qui indique que cette eloquentia est un centre d’intérêt de l’abréviateur. L’Abrégé est défini comme florum corpusculum, avec une métaphore issue d’une longue tradition oratoire, et l’une des finalités de l’œuvre, ut haberent quo instruerentur, renvoie aussi dans une certaine mesure à l’école48. Cependant, la déclaration selon laquelle a été conduite une sélection vouée à conserver les passages qui étaient cognoscendi voluptate iucunda ou exemplo necessaria est encore plus intéressante, puisque, jusqu’ici, ressortait l’idée que de telles parties cognitione dignissima sont le plus souvent mirabilia et curiositates, alors qu’elles sont, substantiellement, des anecdotes vouées à répondre à la catégorie de l’exemplo necessaria49. Il en découle, comme nous l’avons noté, une œuvre dont la lecture continue est assez difficile pour apprendre l’histoire : les fragments singuliers, même s’ils ont une bonne cohérence interne, manquent souvent d’articulation entre eux. Une telle caractéristique, plutôt que d’être imputée à une incapacité ou à une négligence supposée de Justin, en révèle l’intention et le destinataire : l’Épitomé est une collection de matériaux pensée plus pour être consultée que lue de façon continue, et donc, selon toute probabilité, destinée au monde de la rhétorique qui non seulement faisait un large usage (voire un abus) d’exempla, si nous prêtons l’oreille aux lamentations de Sénèque le Rhéteur50, mais où abondait aussi l’insertion de ces curiosités qui se pressent dans les pages de Justin51.

  • 52 Sénèque, Contr., 7, 2, 8 (voir Nicolai 1992, p. 86).
  • 53 Voir Ferrill 1978, p. 4 ; Nicolai 1992, p. 56‑58 ; Bloomer 1997, p. 213 ; Casamento 2004, p. 364 ; (...)

30Ainsi, la maigre attention pour la précision qui caractérise l’Épitomé trouve aussi une explication : non seulement l’histoire reconstruite par les déclamateurs est assez souvent fausse, mais les déclamateurs eux-mêmes sont conscients de ce caractère fictif, comme en témoigne toujours Sénèque le Rhéteur52. À l’école de rhétorique, en effet, l’historiographie était utilisée comme un utile réservoir duquel extraire des accroches narratives et des exemples codifiés, un matériau qui était ensuite traité avec la même désinvolture qui caractérise l’approche de Justin pour le texte de Trogue Pompée53. De plus, le premier intérêt de la déclamation pour l’aspect éthico-paradigmatique des anecdotes conduit aussi à ce que le matériau tiré de l’histoire finit par recouvrir une dimension atemporelle, une décontextualisation qui donne aux situations traitées une forme d’exemplarité qui les rend valides à chaque époque. La technique avec laquelle Justin résume Trogue Pompée est de nouveau cohérente avec cette exigence : que l’on pense, par exemple, à l’indifférence pour les indications géo-chronologiques ou aux imprécisions dans l’onomastique, à toutes les interventions qui réduisent l’épaisseur historique des récits et la relèguent à une indétermination proche de certaines fictions. En somme : Justin prend les protagonistes de l’Historia universalis de Trogue Pompée et, par sa technique d’abréviateur, semble les transformer en personnages de déclamation.

  • 54 Yardley 2003, p. 181‑187 et Yardley 2010, p. 476‑479.
  • 55 Voir pour exemple Justin, 16, 4‑5 (Cléarque) ; 21, 1‑3 et 5 (Dionysos II de Syracuse) ; 22, 1‑3 (A (...)
  • 56 Par exemple dans Justin, 2, 9 : 5, 9 et 26, 1. Sur le vir fortis dans la déclamation, voir Lentano (...)
  • 57 Brescia, Lentano 2009, p. 69‑132.
  • 58 Justin, 17, 1, 4 ; 37, 1, 4 ; 37, 3, 7 ; 39, 2, 10. Voir Gray-Fow 1988 ; Watson 1995, p. 92‑102 et (...)
  • 59 Justin, 39, 2, 7‑8 et Decl. Maior., 17.
  • 60 Voir Thomas 1983, p. 120‑122, la classification de Sussman 1995, p. 182‑184 et Lentano 2015.
  • 61 Voir Justin, 2, 9, 2 ; 3, 4, 1 ; 9, 6, 5 ; 11, 4, 3 ; 21, 2, 10 ; 26, 1, 7 ; 38, 8, 5. Pour la vio (...)
  • 62 Par exemple Justin, 1, 4, 2‑14 ; 15, 4, 13‑20 ; 23, 4, 3‑11 ; 43, 2, 4‑10 ; 44, 4, 2‑11. Sur l’enf (...)
  • 63 Ps-Quintilien, Decl. min., 336 (argumentum) et 338, 18.

31Les convergences formelles qui rapprochent Justin du monde de la rhétorique sont importantes, et, si le catalogue de John Yardley54 a déjà amplement répertorié les affinités linguistiques, les correspondances significatives sur le fond méritent un approfondissement équivalent. En premier lieu, l’emphase sur le tyran, un des tableaux les plus fréquents dans l’Abrégé55, assez fréquemment abattu par un vir fortis, ce qui constitue encore un motif qui occupe une place importante dans la tradition de la déclamation56. La correspondance thématique la plus significative est sans doute représentée par la centralité des conflits internes au noyau familial57. S’agissant d’histoire, la famille au centre de l’attention de Justin est naturellement une famille royale ; sur cette dernière, l’Abrégé conserve invariablement des anecdotes liées à des intrigues et à des discordes, souvent racontées avec une richesse de détails. Ici ressort la récurrence de la « tentative d’empoisonnement », souvent perpétrée par une autre catégorie de figures topiques des déclamations, les marâtres cruelles58, contexte dans lequel doit être signalée une autre coïncidence avec un thème oratoire, le poison qui finit par être administré à celui qui l’avait préparé, présent avec quelques variantes, soit dans l’Abrégé (où la scène est entre mère et fils), soit dans les Declamationes maiores, où le topos concerne alors pères et fils59. En général, le même thème du conflit générationnel, central dans la déclamation60, parcourt aussi tout l’Abrégé, comme le prouve un rapide décompte : en effet, le mot parricidium et ses dérivés comptent chez Justin plus de quarante occurrences, en comparaison des dix-neuf de Tite-Live, des six de Salluste et des neuf de Tacite ; il n’apparaît même jamais chez Ammien Marcellin. Renvoient aussi à l’exercice de l’école de rhétorique les récits de violence sexuelle61 ou d’exposition d’enfants, que Justin conserve assez souvent62 : dans ce contexte est particulièrement intéressant 43, 2, 10, où l’expression aetas expositionis temporibus congruens ne trouve pas de parallèle en dehors, significativement, de deux lieux des Déclamations Mineures pseudo-quintiliennes63.

Couper, quand ?

  • 64 Voir supra, p. 138.
  • 65 Zecchini 2016, p. 221.
  • 66 Voir Banchich 2007, p. 305‑311 ; Dubischar 2010, p. 40‑48 ; Mülke 2010 ; Gasti 2013, p. 131‑134.
  • 67 Norden 1898, p. 300, n. 3 ; Galdi 1922, p. 231.

32À ce moment de notre démonstration, nous ré-ouvrons la question de la datation de Justin. Nous avons vu précédemment comment aux indices linguistiques, littéraires et historiques de ceux qui soutiennent une datation aux iie-iiie siècle, les partisans de la fin du ive siècle opposent la renaissance culturelle qui se déroula dans les vingt dernières années du ive siècle, quand l’élite intellectuelle romaine s’engage dans la sauvegarde des grands chefs d’œuvre de l’historiographie latine ; c’est à cette époque qu’ils proposent de situer l’activité de Justin, qu’ils conçoivent comme animé de la même intention64. Notre analyse, néanmoins, a nettement éloigné Justin d’une telle préoccupation littéraire : en effet, son clair désintérêt pour le cadre historique global peut difficilement conduire à conclure que celui-ci, avec son Abrégé, se proposait de sauver le texte de Trogue Pompée. De fait, les Historiae Philippicae sortent totalement défigurées de la réduction effectuée par Justin, totalement changées dans leur structure et leur équilibre, et surtout profondément compromises en ce qui concerne leur valeur historique. En ce sens, le fait même que, entre la fin du iie siècle et les débuts du ive siècle, la production de prose historiographique latine soit assez maigre65 représente, à notre avis, davantage un élément en faveur de la datation du précis à cette époque que le contraire, étant donné l’évidente difficulté avec laquelle nous pouvons attribuer cet Abrégé au genre littéraire de l’historiographie. Elle est encore plus distante de cette « historiographie en synthèse », qui connaît une grande diffusion au cours du ive siècle, destinée à la nouvelle classe d’administrateurs impériaux, un public de lecteurs non spécialistes qui désirait acquérir rapidement une culture historique de base66. Ces réflexions vont ainsi confirmer la thèse déjà soutenue à la fin du xixe siècle par Eduard Norden, et confirmée par la suite par Marco Galdi, selon laquelle l’Abrégé était trop étendu pour les besoins du ive siècle67, et l’œuvre de Justin peut difficilement être conçue comme sciemment destinée à un lecteur à la recherche d’un rapide précis d’histoire hellénistique.

33Ces remarques sur le genre littéraire impliquent également cependant une considération utile en ce qui concerne la datation de l’œuvre, surtout si l’on se réfère à l’anecdote des Macédoniens qui déposèrent leur roi nouveau-né derrière les colonnes de l’armée, anecdote qui se lit dans l’Abrégé, dans le panégyrique que Nazarius prononce en 321 ap. J.‑C. (quinzième année du règne de Constantin et quinquennalia des Césars) et, dans une forme plus succincte, chez Ammien Marcellin :

  • 68 « Argée ayant administré le royaume avec mesure, entouré de l’affection populaire, laissa comme su (...)

[Justin, 7, 2, 5‑12 :] Argeus moderate et cum amore popularium administrato regno successorem filium Philippum reliquit, qui inmatura morte raptus Aeropum, parvulum admodum, instituit heredem. Sed Macedonibus adsidua certamina cum Thracibus et Illyriis fuere, quorum armis veluti cotidiano exercitio indurati gloria bellicae laudis finitimos terrebant. Igitur Illyrii infantiam regis pupilli contemnentes bello Macedonas adgrediuntur. Qui proelio pulsi rege suo in cunis prolato et pone aciem posito acrius certamen repetivere, tamquam ideo victi antea fuissent, quod bellantibus sibi regis sui auspicia defuissent, futuri vel propterea victores, quod ex superstitione animum vincendi ceperant ; simul et miseratio eos infantis tenebat, quem, si victi forent, captivum de rege facturi videbantur. Conserto itaque proelio, magna caede Illyrios fudere, ostenderuntque hostibus suis priore bello regem Macedonibus, non uirtutem defuisse68.

  • 69 « Il est une très vielle histoire que je vais vous raconter et qui mérite d’être rappelée. Les Ill (...)

[Paneg., 4 (10), 20, 1 :] Antiqua admodum res est quam proferam, sed non indigna memoratu.
Illyrii quondam despicientes Aeropi regis infantiam Macedonas bello lacessierunt. Et prima quidem congressio secundum illos fuit ; verum Macedones cum bellum reficerent, regem suum in cunis ad aciem detulerunt. Cum illos ira, hos miseratio, illos signorum cantus, hos pueri vagitus accenderet, mutata est ratio certaminis : vicerunt qui amore pugnabant69.

  • 70 « De même, jadis, les Macédoniens, au moment de livrer bataille aux Illyriens, placèrent leur roi, (...)

[Ammien Marcellin, 26, 9, 3 :] sicut aliquando dimicaturi Macedones cum Illyriis regem adhuc infantem in cunis locavere post aciem, cuius metu, ne traheretur captivus, adversos fortius oppresserunt70.

  • 71 Syme 1988, p. 361.
  • 72 Galletier 1952, p. 160.
  • 73 Voir Del Chicca 1985, p. 107 ; L’Huillier 1992, p. 196‑211 ; Nixon, Saylor Rodgers 1994, p. 336 ; (...)
  • 74 Nixon, Saylor Rodgers 1994, p. 337‑338 ; Laudani 2014, p. 36‑47.
  • 75 Granius Licinianus, 36, 30.

34Les affinités évidentes entre Nazarius et Justin sont expliquées par les partisans d’une datation à la fin du ive siècle par le fait que Nazarius aurait pu lire directement Trogue Pompée, une thèse qui se fonde avant tout (peut-être avec une confiance excessive) sur l’idée que, dans ce passage, Justin aurait reproduit l’original avec une fidélité toute particulière71. Dans ce sens, même la différence évidente du passage d’Ammien, si elle ne peut pas être prise directement comme une preuve que lui, en tant qu’historien, lisait directement son « collègue » Trogue Pompée, met au moins en avant les ressemblances entre les deux autres textes. Cependant, pour rapprocher Nazarius de Justin, il n’y a pas seulement l’indiscutable recours aux échos textuels et aux mots, mais aussi « un certain goût de l’orateur pour l’anecdote mythologique ou historique et pour les réflexions morales »72, qui, dans le panégyrique, se reflète dans une structure rendue assez fragile justement par l’abondance d’exempla tirés de l’histoire et du mythe, insérés sans lien entre eux et qui viennent interrompre les sections narratives73. De plus, la Quellenforschung de Nazarius a permis d’identifier en grande partie les textes liés à la rhétorique et à l’éloge, comme la production antérieure de panégyriques, ainsi que Cicéron, auxquels s’ajoutent les traditionnelles reprises poétiques, le plus souvent virgiliennes, nécessaires là où l’orateur ambitionne de créer un sommet du pathos74. Il s’agit donc d’une série de sources canoniques dans le domaine de la déclamation, dont l’histoire reste presque exclue, en dehors de quelques reprises de Salluste, que néanmoins les auteurs anciens qualifiaient déjà de non ut historicum, sed ut oratorem legendum75. Dans ce sens, le profond bouleversement auquel Justin soumet l’original de Trogue Pompée en termes d’équilibre semble justement se rapprocher des exigences d’un public dont Nazarius était un représentant. Le fait que l’affinité d’intentions entre Nazarius et Justin soit aussi évidente rend à notre avis assez improbable le fait que Nazarius soit allé à la recherche d’un élément de curiosité dans le mare magnum des quarante-quatre livres de Trogue Pompée. Il est bien plus vraisemblable que, étant donné les affinités lexicales évidentes entre les deux textes et la fréquence de l’élément anecdotique dans les discours, Nazarius ait traité cette res non indigna memoratu à partir d’une sélection de res cognitione dignissima comme l’Abrégé de Justin.

  • 76 Syme 1988, p. 361‑362.

35Pour ces raisons, il nous apparaît que la date de 321 ap. J.‑C. doit être considérée comme le terminus ante quem pour l’existence de l’Abrégé : si Ronald Syme soutenait que, dans la question de la datation de Justin, « a reading public is a requisite », au vu de l’indifférence manifeste de Justin pour l’historiographie, ce public semble être représenté bien plus par le panégyriste, que par une personne qui aurait été prise dans l’« emergence of historical writing »76 de la fin du ive siècle.

Conclusions

  • 77 Pour la réception de l’abrégé voir Borgna 2019a, p. xliv‑xlvii.

36Si, pour Syme, Justin est un texte, plus qu’une personnalité, étant donné que, après la praefatio, il semble se dissimuler derrière son texte, l’analyse de sa technique d’abréviateur révèle qu’en réalité Justin ne se dissimule pas réellement : il disparaît simplement de notre vue parce qu’il va s’enfermer dans la cabine de régie, ou mieux, de montage. Du moment qu’il se propose de composer un florilège, et non pas un résumé destiné à reconstruire l’ossature de l’œuvre originale, c’est la sélection du matériau digne d’être conservé et les modalités d’insertion de ce dernier qui révèlent ses intérêts, ses finalités et son public. Donc, si l’on juge l’Abrégé comme un manuel d’histoire, alors non seulement il n’a, à ce titre, que peu de valeur, mais la nature et les intentions d’une opération aussi mal réussie sont alors difficilement compréhensibles, à moins d’en appeler (comme en effet nous l’avons vu faire) à la pauvreté des moyens intellectuels de Justin ; ce dernier, alors qu’il voulait composer un précis d’histoire, aurait déployé si peu d’intelligence qu’il n’aurait pas compris que les éléments qu’il éliminait systématiquement – comme l’onomastique, le relevé des lieux, les liens de cause à effet et la chronologie – sont en réalité les piliers de l’historiographie. Si, en revanche, on change de point de vue et de critère de jugement, alors les fragments de Trogue Pompée qui apparaissent côte à côte de manière incohérente se révèlent être les tessons constitutifs d’une composition qui ne doit rien au hasard. Pourtant, la difficulté reste précisément dans l’affirmation, en quelque sorte paradoxale, que Justin soustrait justement l’historia des Historiae de Trogue Pompée, et il ne le fait pas par manque d’acuité, mais simplement parce que, pour ce qu’il cherche à construire, il n’a pas besoin d’une succession logique des événements, mais plutôt d’une série d’esquisses et de petits récits curieux par leur caractère exceptionnel, sanglant ou grivois. De cette intervention structurelle, l’histoire de Trogue Pompée ne peut que sortir complètement défigurée, souvent compromise. Par conséquent, il est assez difficile de considérer l’Abrégé comme le résultat d’un projet visant à fournir à la culture latine de l’Occident un manuel rapide pour l’apprentissage de l’histoire non romaine, ou encore comme la réponse à une inquiétude devant la disparition de l’œuvre de Trogue Pompée. L’école de rhétorique est en revanche le destinataire d’un projet littéraire qui, de ce point de vue, devient parfaitement sensé et cohérent : Justin n’a pas réalisé, avec maladresse, un précis d’histoire dans lequel apprendre (avec tout autant de difficulté) les événements historiques orientaux, mais un répertoire de matériau à l’usage des futurs rhéteurs, une anthologie où les déclamateurs pourraient trouver un précis de curiosités et d’exempla77. Donc, de Justin, avons-nous seulement un texte et non une personnalité ? En réalité, l’Abrégé, plus qu’un texte cohérent, nous offre au contraire, à défaut d’une personnalité, au moins les définitions claires d’un milieu culturel et d’une typologie de son lectorat.

Bibliographie

Alonso-Núñez 1992 : J.M. Alonso-Núñez, La historia universal de Pompeyo Trogo. Coordenadas espaciales y temporales, Madrid, Clásicas, 1992.

Arnaud-Lindet 2003 : M.‑P. Arnaud-Lindet, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée, 2003, http://www.forumromanum.org/literature/justin/index.html.

Banchich 2007 : T. Banchich, The epitomizing tradition in Late Antiquity, dans J. Marincola (dir.), A companion to Greek and Roman Historiography, Oxford, Blackwell Publishing, 2007, p. 305‑311.

Barnes 1998 : T.D. Barnes, « Two passages of Justin », CQ 48, 1998, p. 589‑593.

Barnes 2004‑2005 : T.D. Barnes, « Review of J.C. Yardley, Justin and Pompeius Trogus : A Study of the Language of Justin’s “Epitome” of Trogus », University of Toronto Quarterly 74, 2004‑2005, p. 383‑384.

Bernstein 2009 : N.W. Bernstein, « Adoptees and Exposed Children in Roman Declamation : Commodification, Luxury, and the Threat of Violence », CPh 104, 2009, p. 331‑353.

Berti 2007 : E. Berti, Scholasticorum studia. Seneca il Vecchio e la cultura retorica e letteraria della prima età imperiale, Pise, Giardini, 2007.

Bessone 1993 : L. Bessone, « Floro : un retore storico e poeta », ANRW 34/1, 1993, p. 80‑117.

Bloomer 1997 : W.M. Bloomer, « A Preface to the History of Declamation : whose Speech ? Whose history ? », dans T. Habinek, A. Schiesaro (dir.), The Roman cultural revolution, Cambridge, CUP, 1997, p. 199‑215.

Borgna 2014 : A. Borgna, « Uno sguardo originale intorno a Roma : Pompeo Trogo e Giustino », Biblioteca di Classico Contemporaneo 1, 2014, p. 52‑77.

Borgna 2018 : A. Borgna, Ripensare la storia universale. Giustino e l’Epitome delle Storie Filippiche di Pompeo Trogo, Hildesheim, Olms, 2018.

Borgna 2019a : A. Borgna, Giustino. Storie Filippiche. Florilegio da Pompeo Trogo, Santarcangelo di Romagna, Rusconi, 2019.

Borgna 2019b : A. Borgna, compte rendu de « Dagmar Hofmann, Griechische Weltgeschichte auf Latein. Iustins “Epitoma historiarum Pompei Trogi” und die Geschichtskonzeption des Pompeius Trogus, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2018 », Plekos 21, 2019, p. 583‑590.

Brescia, Lentano 2009 : G. Brescia, M. Lentano, Le ragioni del sangue. Storie di incesto e fratricidio nella declamazione latina, Naples, Loffredo, 2009.

Brodersen 1989 : K. Brodersen, Appians Abriss der Seleukidengeschichte (Syriake 45, 232‑70, 369). Text und Kommentar, Munich, Maris, 1989.

Casamento 2004 : A. Casamento, « Clienti, “patroni”, parricidi e declamatori : Popillio e Cicerone (Sen. contr., 7, 2) », PP 59, 2004, p. 361‑377.

Casamento 2015 : A. Casamento, « Declamazione e letteratura », dans M. Lentano (dir.), La declamazione latina. Prospettive a confronto sulla retorica di scuola a Roma antica, Naples, Liguori, 2015, p. 89‑113.

Casamento 2016 : A. Casamento, « Come un figlio. Variazioni tematiche e modalità narrative. A proposito di Sen. contr. 10, 2 e decl. min. 258 », dans A. Casamento, D. Van Mal-Maeder, L. Pasetti (dir.), Le declamazioni minori dello Pseudo Quintiliano. Discorsi immaginari tra letteratura e diritto, Berlin, De Gruyter, 2016, p. 191‑212.

Castiglioni 1925 : L. Castiglioni, Studi intorno alle Storie Filippiche di Giustino, Naples, Loffredo, 1925.

Cataldi 1996 : S. Cataldi, « I processi agli strateghi ateniesi della prima spedizione in Sicilia e la politica cleoniana », dans M. Sordi (dir.), Processi e politica nel mondo antico, Milan, Vita e Pensiero, 1996, p. 37‑63.

Chauvot 1992 : A. Chauvot, « Parthes et Perses dans les sources du ivᵉ siècle », dans M. Christol, S. Demougin, Y. Duval (dir.), Institutions, société et vie politique dans l’empire romain au iv siècle ap. J.‑C. Actes de la table ronde autour de l’œuvre d’André Chastagnol, Paris, 20‑21 janvier 1989, Rome, École française de Rome, 1992, p. 115‑125.

Clarke 1999 : K. Clarke, « Universal Perspectives in Historiography », dans C. Shuttleworth Kraus (dir.), The Limits of Historiography : Genre and Narrative in Ancient Historical Texts, Mnemosyne supplementum 191, Leyde/Boston, Brill, 1999, p. 249‑279.

Del Chicca 1985 : F. Del Chicca, « La struttura retorica del panegirico latino tardoimperiale in prosa. Teoria e prassi », AFLC 6, 1985, p. 79‑113.

Dubischar 2010 : M. Dubischar, « Survival of the Most Condensed ? Auxiliary Texts, Communications Theory, and Condensation of Knowledge », dans M Horster, C. Reitz (dir.), Condensing texts – condensed texts, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 39‑67.

Edson 1961 : C.F. Edson, « Review of O. Seel, Pompei Trogi Fragmenta », CPh 56, 1961, p. 198‑203.

Facchini Tosi 1990 : C. Facchini Tosi, Il proemio di Floro. La struttura concettuale e formale, Bologne, Pàtron, 1990.

Fantasia 2014 : U. Fantasia, « La guerra del Peloponneso nell’Epitome di Giustino », dans C. Bearzot, F. Landucci (dir.), Studi sull’epitome di Giustino, I. Dagli Assiri a Filippo II di Macedonia, Milan, Vita e Pensiero, 2014, p. 125‑166.

Ferrero 1957 : L. Ferrero, Struttura e metodo dell’Epitome di Giustino, Turin, Università di Torino, 1957.

Ferrill 1978 : A. Ferrill, « History in Roman Schools », AncW 1, 1978, p. 1‑5.

Forni, Angeli Bertinelli 1982 : G. Forni, M.G. Angeli Bertinelli, « Pompeo Trogo come fonte di storia », ANRW 30/2, 1982, p. 1298‑1362.

Forni 1958 : G. Forni, Valore storico e fonti di Pompeo Trogo. Per le guerre greco-persiane, Urbin, STEU, 1958.

Franga 1988 : L. Franga, « À propos de l’épitomé de Justin », Latomus 47, 1988, p. 868‑874.

Galdi 1915 : M. Galdi, De clausulis apud Iustinum, Naples, Pierro, 1915.

Galdi 1922 : M. Galdi, L’epitome nella letteratura latina, Naples, Federico e Ardia, 1922.

Galletier 1952 : E. Galletier, Panégyriques latins. II : 6‑10, Paris, Les Belles Lettres, 1952.

Gasti 2013 : F. Gasti, Profilo storico della letteratura tardolatina, Pavie, PUP, 2013.

Gasti 2015a : F. Gasti, « Dialogo con… », dans A. Busetto, S.C. Loukas (dir.), Ricerche a confronto. Dialoghi di Antichità Classiche e del Vicino Oriente, Bologna, Roma, Torino, 2012, Vicence, Saecula, 2015, p. 295‑298.

Gasti 2015b : F. Gasti, « La forma breve della prosa nella storiografia latina d’età imperiale e tarda », Koinonia 39, 2015, p. 345‑365.

Gibson 2004 : C.A. Gibson, « Learning Greek History in the Ancient Classroom : The Evidence of the Treatises on Progymnasmata », CPh 99, 2004, p. 103‑129.

Goodyear 1992 : F.R.D. Goodyear, Papers on Latin Literature, Londres, Duckworth, 1992.

Gray-Fow 1988 : M.J.G. Gray-Fow, « The wicked stepmother in Roman literature and history. An evaluation », Latomus 47, 1988, p. 741‑757.

Hofmann 2018 : D. Hofmann, Griechische Weltgeschichte auf Latein. Iustins Epitoma historiarum Pompei Trogi und die Geschichtskonzeption des Pompeius Trogus, Stuttgart, Steiner, 2018.

Jal 1987 : P. Jal, « À propos des Histoires philippiques. Quelques remarques », REL 65, 1987, p. 194‑209.

Klotz 1913 : A. Klotz, « Die Epitoma des Livius », Hermes 48, 1913, p. 542‑557.

Lancel 1985 : S. Lancel, « Y a-t-il une Africitas ? », REL 63, 1985, p. 161‑182.

Laudani 2014 : C. Laudani, Nazario, panegirico in onore di Costantino, Bari, Cacucci, 2014.

Lentano 1998 : M. Lentano, L’eroe va a scuola. La figura del vir fortis nella declamazione latina, Naples, Loffredo, 1998.

Lentano 2009 : M. Lentano, Signa culturae : saggi di antropologia e letteratura latina, Bologne, Pàtron, 2009.

Lentano 2015 : M. Lentano, « Parricidii sit actio : killing the father in Roman declamation », dans E. Amato, F. Citti, B. Huelsenbeck (dir.), Law and Ethics in Greek and Roman Declamation, Berlin, De Gruyter, 2015, p. 133‑154.

L’Huillier 1992 : M.‑C. L’Huillier, L’empire des mots. Orateurs gaulois et empereurs romains, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

Lucidi 1975 : F. Lucidi, « Nota ai prologi delle Historiae Philippicae di Pompeo Trogo », RCCM 17, 1975, p. 173‑180.

Migliario 2007 : E. Migliario, Retorica e storia. Una lettura delle Suasoriae di Seneca Padre, Bari, Edipuglia, 2007.

Mineo 2016 : B. Mineo, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée. Tome I, livres I‑X, texte établi, traduit et commenté par Bernard Mineo ; notes historiques par Giuseppe Zecchini, Paris, Les Belles Lettres, 2016.

Mineo 2018 : B. Mineo, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée. Tome II, livres XI‑XXIII, texte établi, traduit et commenté par Bernard Mineo ; notes historiques par Giuseppe Zecchini, Paris, Les Belles Lettres, 2018.

Muccioli 2013 : F. Muccioli, Gli epiteti ufficiali dei re ellenistici, Stuttgart, Steiner, 2013.

Mülke 2010 : M. Mülke, « Die Epitome – das bessere Original ? », dans M. Horster, C. Reitz (dir.), Condensing texts – condensed texts, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 69‑89.

Nicolai 1992 : R. Nicolai, La storiografia nell’educazione antica, Pise, Giardini, 1992.

Nixon, Saylor Rodgers 1994 : C.E.V. Nixon, B. Saylor Rodgers, In Praise of later Roman Emperors. The Panegyrici Latini. Introduction, translation, and historical commentary, Berkeley, UCP, 1994.

Norden 1898 : E. Norden, Die antike Kunstprosa : vom VI. Jahrhundert v. Chr. bis in die Zeit der Renaissance, Leipzig, Teubner, 1898.

Packman 1999 : Z.M. Packman, « Rape and Consequences in the Latin Declamations », Scholia 8, 1999, p. 17‑36.

Pingoud, Rolle 2016 : J. Pingoud, A. Rolle, « Noverca et mater crudelis. La perversion féminine dans les Grandes Déclamations à travers l’intertextualité », dans M.T. Dinter, C. Guérin, M. Martinho (dir.), Reading Roman Declamation : The Declamations Ascribed to Quintilian, Beiträge zur Altertumskunde 342, Berlin/Boston, De Gruyter, 2016, p. 147‑166.

Salomone 1973 : E. Salomone, Fonti e valore storico di Pompeo Trogo (Iustin. XXXVIII, 8,2XL), Gênes, Pubblicazioni dell’Istituto di storia antica e scienze ausiliarie, 1973.

Samuel 1962 : A.E. Samuel, Ptolemaic Chronology, Munich, Beck, 1962.

Santi Amantini 1981 : L. Santi Amantini, Storie Filippiche. Epitome da Pompeo Trogo, Milan, Rusconi, 1981.

Santi Amantini 2003 : L. Santi Amantini, « Il tempo e i tempi nelle Storie Filippiche di Pompeo Trogo », RSA 33, 2003, p. 99‑110.

Santi Amantini 2017 : L. Santi Amantini, Storie Filippiche. Epitome da Pompeo Trogo, Rome, Tored, 2017.

Schettino 2015 : M.T. Schettino, « Pirro in Giustino », dans C. Bearzot, F. Landucci (dir.), Studi sull’epitome di Giustino, II, Da Alessandro Magno a Filippo V di Macedonia, Milan, Vita e Pensiero, 2015, p. 69‑98.

Seel 1972 : O. Seel, Eine Römische Weltgeschichte. Studien zum Text der Epitome des Justinus und zur Historik des Pompejus Trogus, Nuremberg, Carl, 1972.

Seel 1982 : O. Seel, « Pompeius Trogus und das Problem der Universalgeschichte », ANRW 30/2, 1982, p. 1363‑1423.

Sorn 1894 : J. Sorn, Über den Gebrauch der Präpositionen bei M. Junianus Justinus, Laibach, 1894.

Steele 1917 : R.B. Steele, « Pompeius Trogus and Justinus », AJP 38, 1917, p. 19‑41.

Sussman 1995 : L.A. Sussman, « Sons and Fathers in the Major Declamations Ascribed to Quintilian », Rhetorica 13, 1995, p. 179‑192.

Syme 1988 : R. Syme, « The date of Justin and the discovery of Trogus », Historia 37, 1988, p. 358‑371.

Tabacco 1985 : R. Tabacco, Il tiranno nelle declamazioni di scuola in lingua latina, Turin, Accademia delle Scienze di Torino, 1985.

Thomas 1983 : Y. Thomas, « Paura dei padri e violenza dei figli : immagini retoriche e norme di diritto », dans E. Pellizer, N. Zorzetti (dir.), La paura dei padri nella società antica e medievale, Rome, Laterza, 1983, p. 115‑140.

Thornton 2016 : J. Thornton, « Giustino e le guerre macedoniche (con osservazioni sulla tendenza di Trogo) », dans A. Galimberti, G. Zecchini (dir.), Studi sull’Epitome di Giustino III. Il tardo ellenismo. I Parti e i Romani, Milan, Vita e Pensiero, 2016, p. 3‑34.

Traina 2016 : G. Traina, « L’impero di Tigran d’Armenia nella versione di Trogo-Giustino », dans A. Galimberti, G. Zecchini (dir.), Studi sull’Epitome di Giustino III. Il tardo ellenismo. I Parti e i Romani, Milan, Vita e Pensiero, 2016, p. 99‑116.

Valenzano 2016 : C. Valenzano, « Matrigne, avvelenatrici, donne incestuose : il paradigma di Medea nelle Declamationes Minores », dans A. Casamento, D. Van Mal-Maeder, L. Pasetti (dir.), Le declamazioni minori dello Pseudo-Quintiliano. Discorsi immaginari tra letteratura e diritto, Berlin, De Gruyter, 2016, p. 117‑136.

Van der Poel 2009 : M. Van der Poel, « The Use of exempla in Roman Declamation », Rhetorica 27, 2009, p. 332‑353.

Vattuone 2014 : R. Vattuone, « Giustino e l’occidente greco I », dans C. Bearzot, F. Landucci (dir.), Studi sull’epitome di Giustino, I, Dagli Assiri a Filippo II di Macedonia, Milan, Vita e Pensiero, 2014, p. 261‑277.

Watson 1995 : P.A. Watson, Ancient Stepmothers. Myth, Misogyny and Reality, Leyde, Brill, 1995.

Yardley 2000 : J.C. Yardley, « Justin on tribunates and generalships, Caesares, and Augusti », CQ 50, 2000, p. 632‑634.

Yardley 2003 : J.C. Yardley, Justin and Pompeius Trogus : A Study of the Language of Justin’s Epitome of Trogus, Toronto, UTP, 2003.

Yardley 2010 : J.C. Yardley, « What is Justin doing with Trogus ? », dans M Horster, C. Reitz (dir.), Condensing texts – condensed texts, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 469‑490.

Yardley, Heckel 1997 : J.C. Yardley, W. Heckel, Justin, Epitome of the Philippic History of Pompeius Trogus : books 11‑12, Alexander the Great, Oxford, Clarendon Press, 1997.

Yardley, Wheatley, Heckel 2011 : J.C. Yardley, P. Wheatley, W. Heckel, Justin. Epitome of the Philippic History of Pompeius Trogus, vol. II, Books 13‑15, The Successors to Alexander the Great, Oxford, OUP, 2011.

Zecchini 2016 : G. Zecchini, « Per la datazione di Giustino », dans A. Galimberti, G. Zecchini (dir.), Studi sull’Epitome di Giustino, III, Il tardo ellenismo. I Parti e i Romani, Milan, Vita e Pensiero, 2016, p. 221‑232.

Notes

1 Syme 1988, p. 370. Je remercie très cordialement Mélanie Lucciano de son aide pour la traduction française de mon article.

2 « Infuriatingly irresponsible Epitoma » (Edson 1961, p. 199) ; « hurried and slapdash exercise » (Goodyear 1992, p. 236).

3 Seel 1982, p. 1381.

4 Edson 1961, p. 199.

5 Goodyear 1992, p. 236.

6 Forni, Angeli Bertinelli 1982, p. 1311.

7 « Alors que beaucoup de Romains, et même des hommes de dignité consulaire, avaient composé en réunissant les faits et gestes des Romains une histoire dans une langue étrangère, le grec, un homme d’une éloquence antique, Trogue Pompée, soit pour rivaliser de gloire avec eux, soit parce que la diversité et la nouveauté de la tâche lui plaisaient, composa en langue latine une histoire de la Grèce et du monde entier […] Et tout cela, dont les historiens grecs s’occupèrent en bonne intelligence les premiers, chacun selon sa convenance, en laissant de côté ce qui était sans profit, Pompée en fit une composition après l’avoir divisé selon les époques et ordonné selon l’enchaînement des faits. Donc, de ces quarante-quatre volumes – c’est en effet le nombre qu’il a publié – j’ai extrait, au cours des loisirs que nous passions à Rome, ce qui était le plus digne d’être connu, et, ayant omis ce qui n’était ni attrayant à apprendre, ni indispensable comme exemple, j’ai fait un bref recueil, un florilège pour ainsi dire, afin que ceux qui avaient fait des études en grec l’aient pour se rafraîchir la mémoire, et que ceux qui n’ont pas fait ces études l’aient pour s’instruire. » Dans l’attente de l’achèvement de l’édition CUF (= Mineo 2016 ; Mineo 2018), le texte latin de Justin est celui d’Otto Seel publié en 1972 par Teubner (disponible en ligne dans la bibliothèque numérique DigilibLT, Digital library of late-antique Latin texts, http://digiliblt.uniupo.it), tandis que toutes les traductions sont tirées de Arnaud-Lindet 2003.

8 « Die Sprache Iustins hat wenig Charakteristisches » relevait déjà Kroll in R.E. s.v. Iunianius, col. 956. Les deux études fondamentales sur la langue et le style de Justin sont Castiglioni 1925 et, plus récemment, Yardley 2003. Pour une supposée africitas voir Sorn 1894, p. 3‑4 et Steele 1917, p. 28‑35, contra cependant Galdi 1922, p. 111 et, plus récemment, Lancel 1985, p. 161‑182.

9 Pour un résumé sur la question, voir Santi Amantini 1981, p. 9‑11 ; Syme 1988, p. 358‑361 ; Yardley, Heckel 1997, p. 10, n. 32 ; Zecchini 2016, p. 221‑223 ; Mineo 2016, p. li‑lv ; Santi Amantini 2017, p. 3‑4 ; Borgna 2018, p. 39‑44 ; Hofmann 2018, p. 23‑29.

10 Jérôme, in Dan. Prol. 25, 494 (éd. Migne = p. 775, l. 85‑86 ed. Glorie).

11 Steele 1917, p. 19‑41, puis repris par Yardley 2010, p. 471‑473.

12 Norden 1898, p. 300, n. 3 ; Castiglioni 1925, p. 88.

13 Galdi 1915, p. 33‑34 ; 1922, p. 108‑109. À une époque beaucoup plus récente, s’est prononcée aussi en faveur d’une datation à l’époque antonine Schettino 2015, p. 69‑79.

14 Yardley, Heckel 1997, p. 13.

15 Franga 1988, p. 872‑873 et Yardley 2010, p. 487‑489. Pour la chronologie de Florus, Facchini Tosi 1990, p. 31‑32 ; Bessone 1993, p. 91‑102.

16 N.P. s.v. Iustinus, n. 45, col. 23 (P.L. Schmidt).

17 Justin, 7, 2, 8‑10, Paneg., 4 (10), 20, 1 ; voir Edson 1961, p. 203. L’anecdote se retrouve aussi chez Ammien Marcellin, 26, 9, 3, même si c’est sous une forme moins semblable à celle du couple Justin-Nazarius. Les tentatives de retrouver des indices clairs d’une connaissance de l’Abrégé chez Ammien Marcellin n’emportent pas totalement l’adhésion, une proposition avancée par Arnaud-Lindet 2003 (Introduction), puisque les affinités supposées sont peu claires, voir aussi infra, p. 146.

18 Klotz 1913, p. 548 ; Syme 1988 ; Barnes 1998, p. 589‑591 (réfuté par Yardley 2000, p. 633‑634, à qui répond par la suite Barnes 2004‑2005, p. 383‑384) ; Zecchini 2016, p. 221‑222 ; Hofmann 2018, p. 84‑98 (malgré les réserves que j’ai exprimées dans Borgna 2019b).

19 Chauvot 1992, p. 115‑118 ; Traina 2016, p. 111.

20 Syme 1988, p. 363.

21 Voir Arnaud-Lindet 2003 (Introduction) ; Zecchini 2016, p. 227.

22 Syme 1988, p. 364.

23 Justin, praef., 4 (voir supra, p. 136). Pour la technique de résumé de Justin, voir Forni 1958, p. 50‑140 ; Forni, Angeli Bertinelli 1982, p. 1301‑1307 ; Yardley 2010, p. 473‑479 ; Borgna 2014, p. 61‑63 ; Borgna 2018, p. 47‑73 ; Borgna 2019b, p. xxxix‑xliv. La définition de Epitoma est plus tardive, Justin ne parle jamais en ces termes, voir Galdi 1922, p. 2‑22. Sur breve veluti florum corpusculum voir Gasti 2015a, p. 295‑296.

24 Galdi 1922, p. 105‑107 ; Seel 1972, p. 21 ; Lucidi 1975 ; Santi Amantini 1981, p. 15‑18 ; Arnaud-Lindet 2003 (Introduction) ; Mineo 2016, p. lx‑lxi. La mise en regard la plus complète de l’Abrégé et des Prologues reste encore celle de Ferrero 1957, p. 17‑153 ; sont utiles, bien que limités à la mesure des coupes de Justin, Forni 1958, p. 17‑153 et Arnaud-Lindet 2003 (Annexe 1a et 1b). Des inventaires schématiques se trouvent aussi dans Alonso-Núñez 1992, p. 27‑46, Mineo 2016, p. xlvii-xlix, Hofmann 2018, p. 235‑251.

25 Par exemple disparaissent la campagne d’Illyrie contre Teuta (XXVIII), la campagne asiatique (XXXII), la révolte du Pseudo-Philippe (XXXIII), la guerre contre les pirates (XXXIX) et, de manière plus générale, les événements plus directement liés aux conquêtes romaines en Orient et en Afrique. La guerre contre Pyrrhus est assez réduite (XVIII), tout comme celle contre Persée (XXXIII). Le déroulement même de la guerre contre Mithridate est complètement coupé : Justin cite certes verbatim le discours de Mithridate, mais quand il reprend le récit, il élimine brusquement le développement et la conclusion du conflit (voir 38, 8, 1‑2).

26 Forni 1958, p. 53 et suiv. ; Forni, Angeli Bertinelli 1982, p. 1301‑1307 ; Clarke 1999, p. 271‑276.

27 Interiecto deinde tempore : 1, 5, 8 ; 1, 7, 11 ; 1, 10, 15 ; 2, 15, 6 (dein interiecto tempore) ; 3, 6, 7 ; 4, 4, 1 ; 13, 7, 4 ; 23, 3, 5 ; 28, 3, 11. Interiectis quoque/deinde diebus : 3, 7, 5 ; 3, 7, 11 ; 5, 4, 3 ; 5, 10, 8 ; 7, 6, 16 ; 18, 1, 11; 18, 2, 9 ; 18, 7, 4 ; 18, 7, 9 ; 22, 8, 7 ; 23, 2, 3 ; 24, 5, 5 ; 27, 3, 8 ; 39, 2, 6. Interiecto quoque tempore : 7, 5, 2; interiecto tempore : 3, 6, 1 ; 11, 12, 3 ; 18, 3, 18 ; 22, 1, 6 ; 31, 1, 3. Nec multo post : 2, 15, 16 ; 7, 5, 4 ; 18, 7, 18; 20, 5, 14 ; 22, 6, 12 ; 28, 4, 16 ; 30, 3, 7 ; 31, 8, 5 ; 32, 1, 2 ; 32, 1, 10 ; 38, 2, 2 ; 39, 3, 12 ; 41, 4, 9 ; 41, 5, 9 ; 44, 4, 8. Ad postremum : 1, 2, 10 ; 1, 7, 17 ; 2, 9, 18 ; 2, 9, 19 ; 2, 11, 18 ; 3, 5, 15 ; 3, 6, 9 ; 4, 2, 7 ; 6, 2, 6 ; 6, 2, 12 ; 12, 1, 11 ; 12, 11, 8 ; 12, 15, 7 ; 12, 16, 12 ; 13, 8, 10 ; 14, 3, 1 ; 18, 4, 9 ; 18, 6, 5 ; 20, 5, 14 ; 23, 1, 17 ; 24, 3, 9 ; 25, 2, 5 ; 28, 3, 7 ; 30, 3, 10 ; 32, 2, 9 ; 35, 1, 11 ; 36, 1, 5 ; 37, 1, 9 ; 38, 10, 10 ; 39, 1, 7 ; 41, 5, 7 ; 41, 6, 3; 42, 2, 6 ; 42, 4, 8 ; 42, 5, 5 ; 43, 2, 1 ; 43, 4, 4 ; 44, 4, 2 ; 44, 4, 9.

28 Voir Castiglioni 1925, p. 3 ; Forni 1958, p. 98‑102 ; Santi Amantini 2003, p. 99‑110.

29 « Puis, un certain temps s’étant écoulé, comme les Syracusains n’observaient pas loyalement la paix, ils envoient à nouveau à Athènes des ambassadeurs qui se présentent honteux devant l’assemblée, en haillons, les cheveux et la barbe en désordre et ayant assumé la tenue complète du deuil propre à émouvoir la compassion; les larmes s’ajoutent aux prières et, à genoux, ils émeuvent le peuple compatissant à tel point que les Athéniens condamnent les généraux qui avaient ramené les renforts de chez les Cataniates. La formation d’une flotte immense est donc décrétée ; le commandement en est donné à Nicias, Alcibiade et Lamachos et on se dirige vers la Sicile avec des forces si grandes qu’elles étaient un objet de terreur pour ceux mêmes auxquels les renforts étaient envoyés. »

30 Thucydide, 4, 65, 3 ; Philochore dans FrGrHist 328 F 127. Voir Cataldi 1996, p. 61‑63 ; Santi Amantini 1981, p. 160 ; Fantasia 2014, p. 137‑139 (qui définit cette section du récit de Justin « selvaggiamente compressa e in parte sfigurata dal punto di vista cronologico e motivazionale ») ; Vattuone 2014, p. 265‑271 ; Zecchini dans Mineo 2016, p. 195‑196.

31 « Et cependant un meurtre si impie ne resta pas invengé sur Alexandre. En effet, dès qu’on apprit que la mère avait été tuée criminellement par son fils, il est envoyé en exil par une émeute populaire et le trône est rendu à Ptolémée. »

32 Voir P. Adl. Gr., 11 et P. Adl. Gr., 12, sur lequel Samuel 1962, p. 151‑152. Eusèbe rapporte deux chronologies diverses, mais toutes deux indiquent un règne de Ptolémée X Alexandre I plutôt long, dix ans selon Chron., 2, 133 Sch. (98/7- 89/8), dix-neuf ans selon Chron., 1, 164‑166 Sch. (107/6‑89/8), date tirée de Porphyre. Voir aussi Salomone 1973, p. 102.

33 « Cassandre […] de peur qu’Hercule, le fils d’Alexandre, qui avait quatorze ans accomplis, ne soit appelé au trône de Macédoine à la faveur du nom paternel, il ordonne de le tuer en secret avec sa mère Barsine et de recouvrir leurs corps de terre de façon qu’une sépulture ne trahisse pas les meurtres, et comme s’il avait commis trop peu de forfaits, en premier lieu contre le roi lui-même, puis contre Olympias, la mère de celui-ci, et contre son fils, il assassina avec la même fourberie le second fils du roi avec sa mère Rhoxane, c’est-à-dire exactement comme s’il ne pouvait atteindre autrement le trône de Macédoine qu’il convoitait. »

34 Prol., XV. Sur l’épisode, voir Yardley, Wheatley, Heckel 2011, p. 234‑237.

35 Voir les catalogues de Castiglioni 1925, p. 4‑6 et de Forni 1958, p. 93‑98. Par exemple, Justin tait le nom de Platées (2, 14, 4), di Mantinée (6, 7, 10‑12) ou de Chéronée (9, 5, 9), alors qu’en 5, 6 les batailles des Arginuses et de d’Aigos Potamos sont comprises en un seul événement, jusqu’à en devenir méconnaissables, voir Jal 1987, p. 198 ; Fantasia 2014, p. 129, 149, 152 ; Thornton 2016, p. 20.

36 Dum haec aguntur dans Justin, 5, 5, 1 ; 5, 10, 6 ; 8, 4, 1 ; 11, 7, 1 ; 12, 1, 4 ; 12, 2, 16 ; 12, 12, 11 ; 13, 5, 1 ; 14, 5, 8 ; 15, 2, 1 ; 16, 2, 4 ; 18, 2, 6 ; 18, 5, 6 ; 19, 1, 10 ; 23, 2, 13 ; 29, 4, 7 ; 30, 3, 5 ; 32, 1, 4 ; 33, 1, 6 ; 34, 2, 7 ; 36, 1, 7 ; 39, 5, 2. Dum haec geruntur dans 3, 2, 1 ; 6, 6, 1 ; 21, 4, 1 ; 24, 1, 1 ; 25, 3, 1 ; 41, 6, 6.

37 Justin, 1, 7, 14 ; 3, 4, 11 ; 17, 2, 1 ; 18, 6, 10 ; 38, 9, 1 ; 41, 6, 6.

38 Alia (gravia, pluria, multa, magna) bella dans Justin, 7, 4, 6 ; 7, 5, 10 ; 7, 7, 1 ; 11, 6, 15 ; 24, 4, 5 ; 41, 6, 3 ; 42, 2, 4 ; 43, 5, 1 ; 44, 5, 7 ; multa (secunda, periculosa) proelia : 11, 15, 4 ; 23, 3, 4 ; 36, 4, 7 ; multae clades : 2, 7, 8 ; post magnas res : 1, 2, 5 ; 6, 2, 10 ; 18, 7, 2 ; 43, 3, 4.

39 Ceteraeque civitates : Justin, 8, 4, 3 ; 12, 13, 1 ; 13, 5, 10 ; 34, 2, 6 ; 39, 1, 3 ; multae urbes (civitates) captae : 3, 5, 2 ; 19, 3, 3 ; 31, 8, 9 ; 42, 3, 1.

40 Insidiae et ses dérivés dans l’œuvre de Justin ont quarante-cinq attestations (le même nombre chez Ammien Marcellin, dans un texte bien plus long que l’Abrégé). En ce sens, un excellent exemple vient de 43, 4, 6, où, en quelques lignes, le terme insidiae est répété six fois, en comptant aussi le participe du verbe. Per dolum en 2, 8, 6 ; 8, 3, 6 ; fraude en 1, 8, 9 ; 1, 9, 13 ; 5, 5, 5 ; 7, 5, 6 ; 8, 6, 3 ; 15, 2, 5.

41 Forni 1958, p. 102‑109.

42 Voir Justin, 29, 1, 5 où on rappelle que Ptolémée IV était appelé ironiquement Philopator, parce qu’il s’était emparé du pouvoir après avoir tué ses parents. L’épithète Gryphos d’Antiochus VIII, liée aux dimensions de son nez, est aussi conservée 39, 1, 9 : cui propter nasi magnitudinem cognomen Grypos fuit (Grypos est une excellente correction de l’éditeur Bongars du xvie siècle par rapport au cypro/cipro donné dans les manuscrits, voir R.E. s.v. Antiochos, n. 31, col. 2480‑2483 ; Brodersen 1989, p. 225 et Muccioli 2013, p. 247).

43 « Au milieu de ces événements, entre les Messéniens et les Achéens naquit d’abord un désaccord à propos de la primauté, puis une guerre. »

44 « Au cours de celle-ci, le célèbre général en chef des Achéens, Philopoemen est fait prisonnier, non pas qu’il eût pris garde, en combattant, à se garder en vie, mais parce qu’au moment où il rappelait les siens au combat, il fut submergé par la multitude des ennemis, après avoir été jeté à bas de son cheval en franchissant le retranchement. Les Messéniens n’eurent pas l’audace de le tuer pendant qu’il gisait au sol, soit par peur de sa valeur, soit par respect pour sa haute fonction. Ainsi, joyeux comme si, en la personne du général, ils avaient achevé toute la guerre, ils promenèrent le prisonnier à travers toute la cité, à la manière d’un triomphe, le peuple ayant afflué à sa rencontre, comme si leur propre général, non pas celui des ennemis, faisait son entrée, et les Achéens n’auraient pas vu avec plus d’avidité le vainqueur que les ennemis ne voyaient le vaincu. Donc, ils ordonnèrent de le conduire au théâtre afin que tous contemplent celui qu’il paraissait à chacun incroyable qu’il ait pu avoir été pris. Ensuite, après l’avoir conduit en prison, ils lui donnèrent du poison par respect pour sa grandeur ; Philopoemen le prit, heureux comme s’il avait remporté la victoire ; auparavant, il avait demandé si Lycortas, préfet des Achéens, qu’il savait être le second après lui en art militaire, s’en était tiré sain et sauf. Quand il apprit qu’il s’était échappé, il expira en disant que tout n’avait pas mal tourné pour les Achéens. »

45 « Peu après, la guerre ayant été reprise, les Messéniens sont vaincus et ils subirent le châtiment du meurtre de Philopœmen. »

46 Justin, 9, 8, 21 : orbis imperii fundamenta pater iecit, operis totius gloriam filius consummavit.

47 Voir Prol., XXXII : res gestae Hannibalis post victum Antiochum et mors. Mortuo Seleuco filio magni Antiochi successit regno frater Antiochus.

48 Voir Justin, praef., 4 (passage cité en entier supra, p. 136). Pour flos dans un contexte rhétorique, voir ThlL s.v. « flos », col. 936, l. 45 et suiv. ; voir aussi Yardley, Heckel 1997, p. 18.

49 Voir Gasti 2015b, p. 361 qui note aussi l’affinité entre Justin et Marius Maximus.

50 Sénèque, Contr., 7, 5, 12‑13. Voir L’Huillier 1992, p. 196‑210 ; Van der Poel 2009, p. 333‑336.

51 Quintilien, inst., 2, 10, 4 et suiv.

52 Sénèque, Contr., 7, 2, 8 (voir Nicolai 1992, p. 86).

53 Voir Ferrill 1978, p. 4 ; Nicolai 1992, p. 56‑58 ; Bloomer 1997, p. 213 ; Casamento 2004, p. 364 ; Gibson 2004, p. 105‑110 ; Berti 2007, p. 109 ; Migliario 2007, p. 95 ; Lentano 2009, p. 192.

54 Yardley 2003, p. 181‑187 et Yardley 2010, p. 476‑479.

55 Voir pour exemple Justin, 16, 4‑5 (Cléarque) ; 21, 1‑3 et 5 (Dionysos II de Syracuse) ; 22, 1‑3 (Agathocle de Syracuse). Sur le tyran dans la déclamation, voir Tabacco 1985 ; Berti 2007, p. 99‑110.

56 Par exemple dans Justin, 2, 9 : 5, 9 et 26, 1. Sur le vir fortis dans la déclamation, voir Lentano 1998, p. 9‑32 et Casamento 2016.

57 Brescia, Lentano 2009, p. 69‑132.

58 Justin, 17, 1, 4 ; 37, 1, 4 ; 37, 3, 7 ; 39, 2, 10. Voir Gray-Fow 1988 ; Watson 1995, p. 92‑102 et 128‑134 ; maintenant Casamento 2015 ; Pingoud, Rolle 2016 et Valenzano 2016.

59 Justin, 39, 2, 7‑8 et Decl. Maior., 17.

60 Voir Thomas 1983, p. 120‑122, la classification de Sussman 1995, p. 182‑184 et Lentano 2015.

61 Voir Justin, 2, 9, 2 ; 3, 4, 1 ; 9, 6, 5 ; 11, 4, 3 ; 21, 2, 10 ; 26, 1, 7 ; 38, 8, 5. Pour la violence sexuelle dans les déclamations, voir Packman 1999, p. 36.

62 Par exemple Justin, 1, 4, 2‑14 ; 15, 4, 13‑20 ; 23, 4, 3‑11 ; 43, 2, 4‑10 ; 44, 4, 2‑11. Sur l’enfant exposé dans les déclamations, voir Bernstein 2009, p. 343‑350.

63 Ps-Quintilien, Decl. min., 336 (argumentum) et 338, 18.

64 Voir supra, p. 138.

65 Zecchini 2016, p. 221.

66 Voir Banchich 2007, p. 305‑311 ; Dubischar 2010, p. 40‑48 ; Mülke 2010 ; Gasti 2013, p. 131‑134.

67 Norden 1898, p. 300, n. 3 ; Galdi 1922, p. 231.

68 « Argée ayant administré le royaume avec mesure, entouré de l’affection populaire, laissa comme successeur son fils Philippe, qui, enlevé par une mort prématurée, institua comme héritier un tout jeune enfant, Aéropos. Or, les Macédoniens avaient des conflits incessants avec les Thraces et les Illyriens : endurcis aux armes, comme par un exercice quotidien, ils terrifiaient leurs voisins par la gloire de leurs exploits guerriers. Donc, les Illyriens, méprisant le bas âge d’un roi sous tutelle, attaquent les Macédoniens. Ces derniers, mis en déroute au combat, apportèrent le roi dans son berçeau, le placèrent derrière la ligne de bataille et reprirent la lutte avec plus d’ardeur, comme s’ils avaient été auparavant vaincus pour la raison que les auspices de leur roi avaient fait défaut aux combattants, et qu’ils seraient vainqueurs précisément pour la raison qu’ils avaient pris une mentalité de vainqueurs du fait de leur scrupule religieux ; en même temps, ils étaient tenus par la pitié pour l’enfant qui, s’ils étaient vaincus, passerait sans doute de l’état de roi à celui de captif. Le combat ayant été engagé de cette façon, ils mirent en déroute les Illyriens dans un grand carnage et montrèrent à leurs ennemis que, dans la bataille précédente, c’est le roi, non la valeur militaire, qui avait fait défaut aux Macédoniens. »

69 « Il est une très vielle histoire que je vais vous raconter et qui mérite d’être rappelée. Les Illyriens, jadis, dédaignant le jeune âge du roi Aeropus, attaquèrent la Macédoine. Et, de fait, la première rencontre fut à leur avantage ; mais le Macédoniens rouvrirent les hostilités et apportèrent dans leurs lignes leur roi couché dans son berceau. Comme un parti était animé par la colère et l’autre par la pitié, l’un par le son des trompettes et l’autre pare le vagissement de l’enfant, la lutte changea de face et les vainqueurs furent ceux qui combattaient par amour. »

70 « De même, jadis, les Macédoniens, au moment de livrer bataille aux Illyriens, placèrent leur roi, un enfant encore au berceau, derrière la ligne de combat, et la crainte qu’il ne fût emmené en captivité les fit écraser leur adversaires d’autant plus vaillamment. »

71 Syme 1988, p. 361.

72 Galletier 1952, p. 160.

73 Voir Del Chicca 1985, p. 107 ; L’Huillier 1992, p. 196‑211 ; Nixon, Saylor Rodgers 1994, p. 336 ; Laudani 2014, p. 26.

74 Nixon, Saylor Rodgers 1994, p. 337‑338 ; Laudani 2014, p. 36‑47.

75 Granius Licinianus, 36, 30.

76 Syme 1988, p. 361‑362.

77 Pour la réception de l’abrégé voir Borgna 2019a, p. xliv‑xlvii.

Auteur

Università degli Studi del Piemonte Orientale

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search