Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Photius, Bibliothèque

Texte intégral

Photius (Φώτιος) ou Photius Ier de Constantinople (ca 810-ca 895) fut patriarche de Constantinople une première fois de 858 à 867 ; après avoir été exilé par Basile Ier (867‑886) et excommunié, il est rappelé de 877 à 886 ; Basile Ier en fait même le précepteur de ses enfants. Déposé par Léon VI (886‑912), Photius meurt quelques années après.

1Sa Bibliothèque est une analyse critique, avec citations parfois, de 280 ouvrages de la littérature grecque, dont certains auteurs (par exemple Ctésias) ne sont connus que par son intermédiaire. On pense que l’ensemble fut rédigé avant l’accession de Photius au patriarcat. Le texte qui suit est tiré de la notice 238, consacrée à l’analyse des Antiquités juives de Flavius Josèphe.

128. Archélaos et Auguste

Ὅτι τελευτῶν Ἡρώδης Ἀρχέλαον τὸν υἱὸν διατίθεται, Καίσαρος διδοῦντος, τῆς βασιλέας γενέσθαι διάδοχον. Καῖσαρ δέ (ὁ Αὔγουστος δ’ ἦν) τῆς ἡμισείας Ἀρχέλαον ἀποφήνας κύριον, καὶ βασιλείᾳ τιμήσειν εἶπεν εἰ ἐπιεικῶς καὶ δικαίως τὴν ἀρχὴν μάθοι χειρίζοντα· τὴν δ’ ἄλλην μοῖραν διελὼν τετράρχας Φίλιππον καὶ Ἀντίπατρον, καὶ αὐτοὺς Ἡρώδου παῖδας ὄντας, καθίστησιν. Ἀλλ’ Ἀρχέλαος ἐπεὶ ὠμῶς καὶ κατὰ τὸν πατέρα Ἰουδαίων ἦρχεν, Καίσαρος δεηθέντων τῶν τυραννουμένων δεκάτῳ ἔτει τῆς βασιλείας ἐκπέπτωκε, καὶ Βίενναν οἰκεῖν τῆς Γαλλίας καταδικάζεται, καὶ μεταπίπτει ἐντεῦθεν Ἰουδαία ἐκ βασιλείας εἰς ἐπαρχίαν.

Au moment de mourir, Hérode, avec l’accord de l’empereur, prit ses dispositions pour que son fils Archélaos lui succédât sur le trône. Et le césar – c’était Auguste – proclama Archélaos maître de la moitié du pays et dit qu’il lui conférerait la royauté s’il apprenait qu’il exerçait sa charge avec modération et justice ; il divisa l’autre moitié et y établit comme tétrarques Philippe et Antipater, fils d’Hérode eux aussi. Mais comme Archélaos commandait aux Juifs avec dureté et à la manière de son père, ses sujets tyrannisés recoururent à César et, la dixième année de son règne, il fut déposé et condamné à résider à Vienne, en Gaule ; dès lors, de royaume, la Judée devint province.
(Photius, Bibliothèque)

2Dans les paragraphes qui suivent, Photius rappelle l’exil perpétuel prononcé par Caligula à l’encontre d’Hérode Antipas et Hérodiade, en le situant à Lyon.

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 46B ; RE XX, 1941, s.v. « Photios », col. 667‑737 [K. Ziegler] ; EU en ligne, s.v. « Photius » [J. Gouillard] ; J, Schamp, Photios historien des lettres, la Bibliothèque et ses notices biographiques, Paris, 1987, p. 242‑248 et 497‑498.

Éditions

Photius, Bibliothèque, tome V, codices 230‑241, éd. R. Henry, CUF, Paris, 1967, codex 238, p. 148. Trad. G. Lucas.

Voir également, Photii Bibliotheca, éd. I. Bekker, vol. 1‑2, Berlin, 1824‑1825, p. 316 ; PG 103, 1860, col. 1188B.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search