Version classiqueVersion mobile

Epitome

 | 
Isabelle Boehm
, 
Daniel Vallat

Première partie. Résumer les textes scientifiques et techniques

Zonaras, l’auteur derrière l’épitomateur

Marion Bellissime

Résumé

L’Épitomé de Zonaras abrège principalement Plutarque et Cassius Dion pour la partie consacrée à l’histoire romaine. Malgré les principes proclamés dans sa préface, Zonaras ne néglige pas les discours au style direct : bien au contraire, ils sont le lieu d’une grande fidélité. Tout comme les bons mots, ils ont l’avantage pour le chercheur de constituer un matériau bien délimité et a priori extrêmement proche du texte original. Nous montrerons que dans le cadre de cette matière très contrainte, Zonaras exploite pourtant une marge de liberté et d’originalité. Nous analyserons à cet effet son résumé des prosopopées de l’Histoire romaine de Dion (à partir des livres transmis aussi en tradition directe), pour montrer qu’il n’intervient qu’après une hiérarchisation des différents discours et selon des critères réguliers et cohérents. Ces critères ainsi déterminés, il devient alors possible d’imaginer ce que Zonaras a laissé de côté dans les discours dont il ne nous reste plus que des fragments transmis par l’Épitomé. La marge auctoriale se fait plus nette encore sur les bons mots : nous montrerons que le travail de Zonaras sur ces citations touche plus à la réécriture qu’au résumé et que Zonaras l’abréviateur cohabite alors avec un Zonaras auteur.

Texte intégral

  • 1 Berbessou-Broustet 2010, p. 116‑121 ; Bellissime, Berbessou-Broustet 2016, p. 96.
  • 2 Zonar., Praef. 2 = 1, 6, 1‑6.
  • 3 Bellissime, Berbessou-Broustet 2016, p. 104.
  • 4 Bellissime 2020.

1Jean Zonaras est l’auteur, au xiie siècle, d’un Épitomé consacré d’une part à l’histoire du peuple juif (livres 1 à 7) et d’autre part à l’histoire du peuple romain (à partir du livre 7). Ses sources, quoique rarement citées, sont connues1. Pour les premiers livres romains (livres 7 à 10), de la fondation de Rome jusqu’au ier siècle de notre ère, on sait qu’il abrège majoritairement deux historiens grecs de Rome, Plutarque et Cassius Dion. Il est très fidèle au texte, sauf quand il réécrit certains passages : « sa particularité dans ce cas est alors de chercher à imiter l’historien abrégé : “Après avoir collecté les récits historiques dans un grand nombre de livres, j’utiliserai dans un grand nombre de cas la syntaxe et l’expression de ces ouvrages ; et dans les cas où j’imiterai et je paraphraserai, j’adapterai ma manière d’écrire à leur style, afin que mon œuvre ne soit pas discordante avec elle-même”2 »3. On pourrait donc en déduire que Zonaras n’a pas de style propre. Cette volonté de rester proche du texte source et de gommer ses particularités d’auteur est, pour les éditeurs des textes sources, à double tranchant. Quand on sait d’avance où se situent les passages originaux, on peut parier sur le fait que le texte sera extrêmement proche du texte de base. Mais, dans le cas contraire, quand on édite un texte perdu par ailleurs et seulement fragmentaire, le risque de confondre le texte source avec la paraphrase caméléon de Zonaras est particulièrement élevé. Par bonheur, cette tendance à se couler dans le moule des auteurs abrégés s’estompe, voire disparaît, dans les passages copiés au discours direct. La plupart du temps, quand il donne une citation, Zonaras en effet n’ajoute ni ne paraphrase – même s’il peut retrancher. La raison en est, selon nous, que ces passages sont soit des citations connues qu’il faut conserver en l’état sous peine de perdre leur effet, soit des extraits de prosopopées dans lesquelles l’auteur premier, en l’occurrence Cassius Dion dans nos recherches, a lui-même modifié son écriture pour l’adapter à l’éthos du locuteur, et que Zonaras a conservé cet effet de réel4. Dans ces cas-là, le texte transmis par Zonaras est parfois du Dion à l’état pur, ce qui est bien utile quand on veut éditer Dion.

2Cette contribution prend ici le problème à l’envers et veut non pas observer les signes de fidélité de Zonaras l’épitomateur au texte source, mais déterminer la marge de manœuvre de Zonaras l’auteur dans le cadre contraint d’un épitomé. En bref, trouver non plus le Dion dans le Zonaras mais trouver le Zonaras derrière le Dion. Pour ce faire, nous nous en sommes tenue aux citations au discours direct, où la part auctoriale de Zonaras a, pour les raisons dont on vient de parler, le plus de chances d’être facilement identifiable.

L’auteur compositeur

3Dans une des Lettres persanes, Rica critique vertement les compositeurs de recueils d’excerpta : « De tous les auteurs, dit-il, il n’y en a point que je méprise plus que les compilateurs, qui vont, de tous côtés, chercher des lambeaux des ouvrages des autres, qu’ils plaquent dans les leurs, comme des pièces de gazon dans un parterre. […] Quand un homme n’a rien à dire de nouveau, que ne se tait-il ? » (Montesquieu, Lettres persanes, lettre 76). Le travail de l’épitomateur n’en est pas bien éloigné, car lui non plus ne dit rien de bien nouveau. Mais à l’instar d’un auteur, il travaille sa matière, même si c’est dans des proportions bien moindres, afin d’en faire jaillir plus clairement le sens.

4Il y a dans l’Épitomé plusieurs passages où l’on entend la voix de Zonaras. Il s’agit de passages dans lesquels Zonaras se penche sur son travail (par exemple, à la fin du livre IX, quand il explique manquer de sources pour la fin de la République romaine). Mais il ne fait ici finalement que conforter son statut de simple épitomateur, tout comme il le fait quand il prétend s’effacer derrière le style des auteurs abrégés. Pourtant, le traitement de certains épisodes dans l’Épitomé semble indiquer que, dans de rares cas, Zonaras s’est laissé tenter par une pointe d’originalité, d’abord dans ses choix de composition. Au livre 10, Zonaras fait ainsi le récit de la fin de la bataille de Philippes (42 av. J.‑C.) et raconte la défaite de Brutus face à Antoine, et son suicide (Ep., 10, 20). Son récit se fonde majoritairement sur la Vie de Brutus de Plutarque. Si l’on regarde dans le détail la composition du récit abrégé, on constate cependant que le texte de Zonaras tient davantage du puzzle que du résumé. Une double barre sépare les différents extraits, et à droite du texte sont rappelées les références du texte source.

Ἐπεὶ δ’ ἐγγὺς ἦσαν, ὁ μὲν Ἀντώνιος διηπόρει ὅπως χρὴ δέξασθαι τὸν Βροῦτον, ὁ δὲ Λουκίλλιος προσαχθεὶς « Μᾶρκον μὲν Βροῦτον » εἶπεν, « Ἀντώνιε, οὐδεὶς ᾕρηκεν οὐδ’ ἂν ἕλοι πολέμιος· μὴ τοσοῦτον κρατήσειεν ἡ τύχη τῆς ἀρετῆς. Εὑρεθήσεται δὲ ζῶν ἐκεῖνος ἤπου καὶ νεκρὸς ἀξίως κείμενος ἑαυτοῦ. » Θαυμάσας δὲ ὁ Ἀντώνιος τοῖς αὐτὸν ἄγουσι στρατιώταις ἔφη « χαλεπῶς, ὦ συστρατιῶται, φέρετε τὴν ἀπάτην ἴσως. Ἀλλ’ ἴστε κρείττονα τῆς ζητουμένης ἄγρας ᾑρηκότες. Πολέμιον γὰρ ζητοῦντες, φίλον ἡμῖν κομίζετε. » || Βροῦτος δὲ πρός τι χωρίον ὑλῶδες κατηντηκὼς ἤδη σκότους ὄντος, ὀλίγων περὶ αὐτὸν ἡγεμόνων ὄντων, εἰς τὸν οὐρανὸν ἀναβλέψας ἀνεφθέγξατο
          Ζεῦ, μὴ λάθῃ σε τῶνδ’ ὃς αἴτιος κακῶν. ||
Τοῦτον τὸν στίχον εἰπεῖν αὐτὸν ὁ Πλούταρχος ἀναγράφει· ὁ δέ γε Δίων ταύθ’ ἱστορεῖ τότε τὸν Βροῦτον εἰπεῖν || « ὦ τλᾶμον ἀρετά, ἄλλως ἄρ’ ἦσθα λόγος, ἐγὼ δέ σε ὡς ἔργον ἤσκουν, σὺ δ’ αὖ ἐδούλευες τύχῃ ». || Εἰπόντος δέ τινος ὡς δεῖ φεύγειν, « πάνυ μὲν οὖν » ἔφη « φευκτέον, ἀλλὰ διὰ τῶν χειρῶν, οὐ διὰ τῶν ποδῶν ». Καὶ τοῦτο εἰπὼν καὶ γυμνῷ τῷ ξίφει ἐπιπεσὼν ἐτελεύτησε. Τὸν δὲ τούτου νεκρὸν Ἀντώνιος ἀνευρὼν τῇ πολυτελεστάτῃ τῶν ἑαυτοῦ φοινικίδων περιέβαλε. Πορκία δὲ ἡ τοῦ Βρούτου γυνή, ἥ Κάτωνος ἦν θυγάτηρ, φυλαττομένη καὶ μὴ ἐωμένη ἑαυτὴν ἀνελεῖν, ἄνθρακας ἐκ τοῦ πυρὸς ἁρπάσασα καὶ καταπιοῦσα ἀπέθανε. || Περὶ ἧς ἱστόρησε Πλούταρχος ὡς πρὸ τῆς τοῦ Καίσαρος τοῦ προτέρου σφαγῆς ὁρῶσα τὸν ἄνδρα σύννουν καὶ || μεστὸν ταραχῆς ἀήθους, καὶ τι βούλευμα καταφοήσασα παρ’ ἑαυτῷ θάλποντα δυσεξέλικτον, οὐ πρότερον αὐτὸν περὶ τῶν ἀπορρήτων ἀνήρετο πρὶν ἢ λαβεῖν διάπειραν ἑαυτῆς. Λαβοῦσα γὰρ, φήσι, μαχαίριον, τομὴν βαθεῖαν λάθρα ἐπήνεγκε τῷ μηρῷ, ὡς μετὰ μικρὸν ὀδύνας ἐπιγενέσθαι νεανικὰς καὶ φρικώδεις ἀναφθῆναι πυρετοὺς ἐκ τοῦ τραύματος. Ἀγωνιῶντος δὲ τοῦ Βρούτου ἐν ἀκμῇ τῆς ᾀλγηδόνος οὖσα ἔφη αὐτῷ « ἐγὼ, Βροῦτε, οὐχ ὡς αἱ παλλακευόμεναι κοίτης μεθέξουσα καὶ τραπέζης μόνον ἐδόθην σοι, ἀλλὰ κοινωνὸς μὲν ἀγαθῶν καὶ ἀνιαρῶν. Τὰ μὲν οὖν σὰ πάντα περὶ τὸν γάμον ἄμεμπτα, τῶν δὲ παρ’ ἐμοῦ τίς ἀπόδειξις ἢ χάρις, εἰ μήτε σοι πάθος ἀπόρρητον συνδιοίσω σοι μήτε φροντίδα πίστεως δεομένην ; οἶδ’ ὅτι γυναικεία φύσις ἀσθενὴς δοκεῖ λόγον ἐνεγκεῖν ἀπόρρητον· ἀλλ’ ἔστι τις καὶ τροφῆς ἀγαθῆς καὶ ὁμιλίας χρηστῆς εἰς ἦθος ἰσχύς. Ἐμοὶ δὲ τὸ Κάτωνος εἶναι θυρατέρα καὶ τὸ Βρούτου γυναῖκα πρόσεστιν· οἷς πρότερον μὲν ἧττον ἐπεποίθειν, νῦν δ’ ἐμαυτὴν ἔγνωκα καὶ πρὸς πόνον ἀήττητον εἶναι. » Ταυτ’ εἰποῦσα δείκνυσιν αὐτῷ τὸ τραῦμα καὶ διηγεῖται τὴν πεῖραν. Ὁ δ’ ἐκπλαγεὶς ἐπηύξατο δοῦναι τοὺς θεοὺς κατορθοῦντα τὴν πρᾶξιν ἄνδρα Πορκίας ἄξιον φανῆναι. ||
    Plu., Brut., 50
 






Plu., Brut., 51
 
 
 
 
Zonar.
D.C., 47, 49

Plu., Brut.,
52‑53




Zonar.

Plu., Brut., 13
  • 5 « Après ces mots, il se laissa tomber sur son glaive nu et mourut. »

5Se conformant d’abord à sa pratique habituelle, Zonaras reprend le récit de Plutarque dans le même ordre que ce dernier, en laissant de côté certains passages, peu centraux (les rapports entre Lucilius et Antoine après Philippes, des considérations sur le rôle de Straton et la suite de sa vie). Il raccourcit aussi considérablement le récit du suicide et le résume en une phrase simple : « Καὶ τοῦτο εἰπὼν καὶ γυμνῷ τῷ ξίφει ἐπιπεσὼν ἐτελεύτησε »5. Mais entre deux passages extraits de Plutarque (Brut., 51 et 52), Zonaras insère une citation de Dion, extraite de la toute fin du livre 47 (47, 49, 2). L’ensemble de ces trois extraits constitue un enchaînement rapide de trois citations au style direct. De plus, Zonaras conclut sur l’épouse de Brutus, Porcie, comme le font Plutarque et Dion, mais il choisit alors, de façon tout à fait inattendue, d’insérer ici une autre citation, attribuée à Porcie, que Plutarque avait placée plus tôt (Brut. 13) et qui s’ajoute à toutes les autres dans ce passage. On découvre alors un auteur capable d’une réorganisation considérable, qui emprunte à deux auteurs en même temps et qui se permet de changer la trame narrative et chronologique de base. Cette modification profonde du texte source est extrêmement rare dans l’Épitomé. Elle n’intervient qu’une seule autre fois dans l’ensemble des livres 7 à 9 de l’Épitomé, dans le récit de l’attaque gauloise de 390 (7, 23). Là encore, Zonaras a totalement chamboulé l’ordre du texte de Plutarque (Cam., 14‑17). Chez Plutarque, Camille part en exil en couvrant Rome de malédictions. Ces malédictions sont à ce moment liées par Plutarque à l’invasion gauloise, annoncée par deux présages dans le texte des Vies. L’un d’eux est une annonce faite à Marcus Caedicius (Cam., 14) :

  • 6 « Un second signe avait précédé l’exil de Camille. Un homme qui n’était ni illustre ni sénateur, m (...)

Δεύτερον δὲ πρὸ τῆς Καμίλλου φυγῆς ἀνὴρ οὐκ ἐπιφανὴς μὲν οὐδ’ ἐκ τῆς βουλῆς, ἐπιεικὴς δὲ καὶ χρηστὸς εἶναι δοκῶν, Μᾶρκος Καιδίκιος, ἀνήνεγκε πρὸς τοὺς χιλιάρχους πρᾶγμα φροντίδος ἄξιον. Ἔφη γὰρ ἐν τῇ παρῳχημένῃ νυκτὶ καθ’ ὁδὸν βαδίζων ἣν Καινὴν ὀνομάζουσι, κληθεὶς ὑπό τινος φθεγξαμένου μεταστραφῆναι, καὶ θεάσασθαι μὲν οὐδένα, φωνῆς δὲ μείζονος ἢ κατ’ ἀνθρωπίνην ἀκοῦσαι τάδε λεγούσης· « ἄγε Μᾶρκε Καιδίκιε, λέγε πρὸς τοὺς ἄρχοντας ἕωθεν ἐλθὼν ὀλίγου χρόνου Γαλάτας προσδέχεσθαι. » Ταῦτ’ ἀκούσαντες οἱ χιλίαρχοι γέλωτα καὶ παιδιὰν ἐποιοῦντο, καὶ μετ’ ὀλίγον συνέβη τὰ περὶ Κάμιλλον6.

6Vient ensuite le récit de l’invasion, jusqu’à l’arrivée de Brennus à Rome. Chez Zonaras, Camille quitte Rome. Puis intervient le récit de l’invasion. On pourrait croire que Zonaras a laissé de côté la partie « présages », mais ce n’est pas le cas : ce n’est qu’après avoir parlé de Brennus que Zonaras rappelle que l’invasion avait été annoncée à Marcus Caedicius :

  • 7 « En effet, Marcus Caedicus, alors qu’il marchait dans la nuit, avait entendu une voix qui lui dis (...)

Μάρκος γὰρ Καίδικος νυκτός ποι βαδίζων φωνῆς ἤκουσε λεγούσης « Γαλάται ἔρχονται ». Εἰρηκότος δὲ τοῦτο Μάρκου τῷ δήμῳ καὶ τῇ βουλῇ, ἐν παιδιᾷ τὸν λόγον ἐποιοῦντο καὶ γέλωτι, ἕως αὐτάγγελοι οἱ Γαλάται σφῶν πλησίον ἐγένοντο7.

  • 8 Bellissime, Berbessou 2016, p. 103‑104.
  • 9 Plu., Brut. 51 : ἀνεφθέγξατο δύο στίχους, ὧν τὸν ἕτερον Βολούμνιος ἀνέγραψε, « Il prononça deux ve (...)
  • 10 C.D., 47, 49, 1‑2 : Καὶ ἀναβοήσας τοῦτο δὴ τὸ Ἡράκλειον : ὦ τλῆμον ἀρετή, λόγος ἄρ’ ἦσθ’ [ἄλλως], (...)

7Nous nous étions demandé, dans une précédente contribution8, si la version suivie par Zonaras ne pouvait pas être le témoin de la version plutôt suivie par Dion, d’autant que le texte aussi n’était qu’en partie fidèle au texte de Plutarque. Mais il pourrait y avoir une autre explication car là encore, tout comme dans le récit du suicide de Brutus, c’est le module « citation » qui a été déplacé par Zonaras, comme si la citation était un lieu prisé par Zonaras pour réorganiser le récit, comme si le caractère universel des citations le libérait des contraintes de respect du texte historique. Dans le cas du suicide de Brutus, Zonaras est doublement intervenu. Il a d’abord complété le précédent travail de recherche effectué par Plutarque. Plutarque notait dans son récit que Volumnius, qui prenait des notes auprès de Brutus pendant la bataille, n’avait pu se souvenir que d’un des deux vers cités par Brutus avant son suicide9. Zonaras a trouvé la citation manquante dans l’Histoire romaine de Dion10 et reconstitue ici le récit complet de la mort de Brutus. D’autre part, ce qu’il ajoute à la conclusion du passage est à nouveau une citation, empruntée certes à Plutarque, mais cherchée bien en amont dans le récit. Ce que Zonaras déplace donc volontiers, ce sont des citations, un module bien particulier, comme si ces phrases, devenues sentencieuses, pouvaient plus facilement être manipulées et réappropriées. Il en profite ici pour conforter le portrait héroïque de Brutus, en présentant son pendant féminin héroïque, son épouse Porcie, là où Plutarque se contentait de rappeler les différentes variantes de la mort de Porcie (Nicolas de Damas, Valère-Maxime, lettre autographe de Brutus). C’est entre ces lignes qu’on découvre un Zonaras à son tour historiographe, au sens premier du terme. Ce travail sur les citations se double, qui plus est, d’une recherche esthétique subtile mais, nous semble-t-il, réelle.

Une esthétique à la marge

  • 11 Zonar., Praef. 1 : Μάταιον ἐκείνοις ἀποβαίνει τὸ περὶ ταύτας πονεῖν, τῶν μακρῶν διηγημάτων τῶν περ (...)

8Une certaine esthétique se dégage en effet de ses choix, en particulier son traitement des discours et des citations. Zonaras se défend d’écrire une histoire alourdie par les discours et les dialogues et prétend dans sa préface éliminer le discours direct11. Pourtant, tout comme il conserve des citations et s’en amuse, il copie également des passages de discours plus long et semble en faire un usage réfléchi.

9Si l’on regarde par exemple la période pour laquelle Zonaras a abrégé l’Histoire romaine de Cassius Dion et pour laquelle nous avons aussi ces livres de Dion en tradition directe (livres 44 à 60), la comparaison nous apprend que, sur les douze discours originaux, Zonaras n’a choisi de conserver le discours direct que pour trois discours.

Tabl. 1 – Traitement global par Zonaras des discours au style direct de Cassius Dion (Histoire romaine, livres 44‑60).

  • 12 C.D., 44, 34, 1 : Κικέρων μὲν τοιαῦτα εἰπὼν ἔπεισε τὴν γερουσίαν…
  • 13 C.D., 44, 50, 1 : Τοιαῦτα τοῦ Ἀντωνίου λέγοντος ὁ δῆμος τὰ μὲν πρῶτα ἠρεθίζετο…
  • 14 C.D., 46, 1, 1 : Τοιαῦτα τοῦ Κικέρωνος εἰπόντος ὁ Καλῆνος.
  • 15 C.D. 46, 29, 1 : Τοιαῦτα τοῦ Καλήνου εἰπόντος ὁ Κικέρων οὐκ ἤνεγκεν.
  • 16 C.D., 55, 22, 1 : Ταῦτα τῆς Λιουίας εἰπούσης ὁ Αὔγουστος ἐπείσθη τε αὐτῇ.
Cassius Dion, H. R. Thème Effet produit Zonaras, Épit. Traitement de Zonaras
44, 23‑33 Discours de Cicéron au Sénat suite à l’assassinat de César en -44 (sur l’amnistie des conjurés) « Cicéron, par ce discours, obtint un décret »12 10, 12 Résumé avec un passage au discours indirect
44, 36‑49 Oraison funèbre de César par Antoine « à ce discours, le peuple s’emporta »13 10, 12 Citation au discours direct
45, 18‑47 Discours de Cicéron au Sénat contre Antoine en -44 « Après le discours de Cicéron, Calenus prit la parole »14 10, 14 Résumé avec quelques phrases au discours indirect
46, 1‑28 Réponse de Calenus « Après ce discours, Cicéron ne put se retenir »15 10, 14 Résumé avec quelques phrases au discours indirect
50, 16‑22 50, 24‑30 Harangue d’Antoine (veille d’Actium, -31) Harangue d’Octavien « Après s’être exprimé, Antoine fit embarquer » « Voici ce que dit Octave » 10, 29 Mentionné au discours narrativisé
52, 2‑13 Discours d’Agrippa au retour d’Octave à Rome (29) Lacune 10, 32 Résumé en une phrase
52, 14‑40 Discours de Mécène « Auguste félicita les deux hommes mais préféra Mécène » 10, 32 Citation au discours direct
53, 3‑10 Discours d’Octave au Sénat (ps.)renoncement au pouvoir, -27 « C’est ainsi qu’Auguste montra son désir de monarchie » 10, 32 Résumé en une phrase
55, 14‑21 Dialogue Auguste-Livie à propos de la conjuration de Cinna, racontée par Dion au moment du consulat de Cinna (en 5) « Auguste se conforma aux conseils de Livie […] Par cette conduite, il se concilia tout le monde »16 10, 3 6 Citation au discours direct
56, 2‑9 Discours d’Auguste au Sénat au moment de la loi Pappia-Poppaea, en 9 « Tel fut son discours » 10, 38 Non mentionné
56, 35‑41 Oraison funèbre d’Auguste par Tibère, en 14 « Voilà ce que lut Tibère » puis suite de la cérémonie 10, 38 À peine mentionné
  • 17 Pour une vue synthétique de l’ensemble des discours au discours direct présents dans les livres co (...)

10Le tableau synoptique présenté ci‑dessus montre que les discours pour lesquels le discours direct est conservé sont particulièrement importants : ce sont ceux qui, dans l’Histoire romaine, ont été immédiatement suivis d’effet. Il s’agit de l’oraison funèbre de César par Antoine, qui relance la guerre civile en – 44 (C.D., 44, 49 = Épit., 10, 12), du discours de Mécène à Octave, qui achève de le convaincre d’infléchir le régime vers la monarchie et fait donc naître l’Empire (C.D., 52, 39, 2 = Épit., 10, 32), et du dialogue entre Auguste et Livie après la découverte de la conjuration de Cinna, qui marque une inflexion de la politique augustéenne, salvatrice pour le nouveau régime, dont Livie venait encore de rappeler les débuts sanglants (C.D., 55, 15‑21 = Épit., 10, 36). Les autres discours sont soit ignorés soit résumés, sans que l’intervention du discours direct ne marque la lecture17. Ce sont donc les moments clés qui sont rendus identifiables par l’apparition du discours direct dans l’Épitomé. Si l’on classe les discours en fonction de leur importance effective sur le cours des événements dans l’Histoire romaine de Dion, on peut esquisser un rapprochement entre degré d’importance et type de discours choisi par Zonaras. Zonaras semble réserver le discours direct aux épisodes qui ont eu selon lui un impact fort et immédiat sur le cours de l’histoire. Viennent ensuite les discours qui ont influencé les événements : pour ceux-là, Zonaras préfère le discours indirect, comme le discours d’amnistie de Cicéron, dont l’effet n’a été que temporaire. Il mentionne ou résume en une phrase certains discours que Dion avait développés mais qui lui semblent marquer une césure beaucoup moins nette, comme les harangues, qui n’ont pas changé le cours de la guerre civile. Enfin, il lui arrive d’ignorer totalement les discours les moins mémorables, comme un discours d’Auguste sur la législation. Ce travail sur la forme accompagne donc une réflexion sur l’histoire. Qui plus est, Zonaras choisit à chaque fois de ne citer que quelques phrases, les plus marquantes, qu’il sélectionne dans les péroraisons. Il fait donc le choix de la citation percutante, pour des discours qui ont constitué des tournants. Il procède d’une esthétique de la brièveté, appuyée sur le sens de la formule. Ainsi, la citation du discours d’Antoine, l’une des plus amples, constitue l’intégralité du dernier chapitre de l’oraison funèbre, et donc de la péroraison. Voulue comme un passage extrêmement pathétique par Dion, elle déclenche immédiatement l’ire du peuple romain, qui revient sur la clémence accordée aux meurtriers de César. Zonaras n’a quasiment pas touché à ce morceau de bravoure, conscient de sa qualité performative. Voici le texte de Dion, conservé par Zonaras, en dehors des syntagmes signalés barrés :

  • 18 « Ce père, ce grand pontife, ce personnage inviolable, ce héros, ce dieu, il est mort, hélas, il e (...)

Ἀλλ’ οὗτος ὁ πατήρ, οὗτος ὁ ἀρχιερεὺς ὁ ἄσυλος ὁ ἥρως ὁ θεὸς τέθνηκεν, οἴμοι, τέθνηκεν οὐ νόσῳ βιασθείς, οὐδὲ γήρᾳ μαρανθείς, οὐδὲ ἔξω που ἐν πολέμῳ τρωθείς, οὐδὲ ἐκ δαιμονίου τινὸς αὐτομάτως ἁρπαχθείς, ἀλλὰ ἐνταῦθα ἐντὸς τοῦ τείχους ἐπιβουλευθεὶς ὁ καὶ ἐς Βρεττανίαν ἀσφαλῶς στρατεύσας, ἐν τῇ πόλει ἐνεδρευθεὶς ὁ τὸ πωμήριον αὐτῆς ἐπαυξήσας, ἐν τῷ βουλευτηρίῳ κατασφαγεὶς ὁ καὶ ἴδιον ἄλλο κατασκευάσας, ἄοπλος ὁ εὐπόλεμος, γυμνὸς ὁ εἰρηνοποιός, πρὸς τοῖς δικαστηρίοις ὁ δικαστής, πρὸς ταῖς ἀρχαῖς ὁ ἄρχων, ὑπὸ τῶν πολιτῶν ὃν μηδεὶς τῶν πολεμίων μηδ’ ἐς τὴν θάλασσαν ἐκπεσόντα ἀποκτεῖναι δεδύνητο, ὑπὸ τῶν ἑταίρων ὁ πολλάκις αὐτοὺς ἐλεήσας. Ποῦ δῆτά σοι, Καῖσαρ, ἡ φιλανθρωπία, ποῦ δὲ ἡ ἀσυλία, ποῦ δὲ οἱ νόμοι; ἀλλὰ σὺ μέν, ὅπως μηδ’ ὑπὸ τῶν ἐχθρῶν τις φονεύηται, πολλὰ ἐνομοθέτησας, σὲ δὲ οὕτως οἰκτρῶς ἀπέκτειναν οἱ φίλοι, καὶ νῦν ἔν τε τῇ ἀγορᾷ πρόκεισαι ἐσφαγμένος, δι’ ἧς πολλάκις ἐπόμπευσας ἐστεφανωμένος, καὶ ἐπὶ τοῦ βήματος ἔρριψαι κατατετρωμένος, ἀφ’ οὗ πολλάκις ἐδημηγόρησας. Οἴμοι πολιῶν ᾑματωμένων, ὢ στολῆς ἐσπαραγμένης, ἣν ἐπὶ τούτῳ μόνον, ὡς ἔοικεν, ἔλαβες, ἵν’ ἐν ταύτῃ σφαγῇς18.

  • 19 C.D., 52, 39, 2 : Ἂν γὰρ ὅσα ἂν ἕτερόν τινα ἄρξαντά σου ποιεῖν ἐθελήσῃς, ταῦτα αὐτὸς αὐτεπάγγελτος (...)

11Plus courte phrase conservée au discours direct, l’extrait du plaidoyer de Mécène pour une pratique plus personnelle du pouvoir est extrêmement proche du texte original19. La modification la plus importante est le remplacement de deux verbes par des synonymes (mots soulignés dans le texte) :

εἰ ὅσα ἕτερόν τινα ἄρξαντά σου ποιεῖν ἐβούλου, ταῦτα αὐτὸς αὐτεπάγγελτος πράττεις οὔτε τι ἁμαρτήσεις καὶ πάντα κατορθώσεις ἥδιστα τε καὶ ἀκινδυνότατα ζήσεις.

  • 20 C.D., 55, 14, 2 : καὶ τίς ἄν, εἶπεν, ὦ γύναι, κἂν ἐλάχιστον ἀπομερμηρίσειε τοσούτους τε ἀεὶ ἐχθροὺ (...)
  • 21 C.D., 52, 41, 4 : τὴν ἑτέραν τὴν τὸ κράτος διασημαίνουσαν > Épit., 10, 32 : τὴν τὸ κράτος σημαίνου (...)
  • 22 C.D., 55, 21, 2 : Οὐ πάντα τοι τὸ ξίφος διαπράττεται (μέγα γὰρ ἦν ἂν ἀγαθόν, εἰ σωφρονίζειν τέ τιν (...)

12Cette phrase sélectionnée par Zonaras est à la fois représentative du discours de Mécène, soucieux de ne pas pousser Octave vers la tyrannie, et de l’ensemble d’une réflexion philosophique sur le bon roi. Tournée comme une sentence, elle porte par essence en elle les caractéristiques d’un lieu commun et, à ce titre, résume bien la teneur de propos. Par ailleurs, ces propos vont bien avoir un impact immédiat dans le texte de Dion (C.D., 52, 41, 1 : « Mécène, après ce discours, se tut ; César loua avec force chacun des deux hommes pour leur grande intelligence, leur éloquence et leur franchise mais il marqua sa préférence pour les conseils de Mécène »). Enfin, dans le cas du troisième extrait, la discussion entre Auguste et Livie après la découverte de la conjuration de Cinna, Zonaras a considérablement raccourci le texte de Dion, qui courait sur sept chapitres. Mais il a conservé au discours direct deux phrases qui résument les positions de chacun : la phrase d’ouverture d’Auguste, épuisé par les complots (C.D., 55, 14, 2) et surtout la phrase de conclusion de Livie (C.D., 55, 21, 2). La première phrase, qui permet de poser les termes de la réflexion poursuivie majoritairement par Livie, sert seulement d’introduction et n’est que peu modifiée par Zonaras20. Il s’en tient aux modifications qui lui sont habituelles : suppression d’un ou deux termes redondants et remplacement d’un verbe rare par un verbe peut-être plus connu de ses lecteurs. Cette prise en compte du lectorat est d’ailleurs aussi indice de sa position d’historiographe – et on la retrouve à d’autres moments, notamment quand Zonaras simplifie (au prix parfois d’anachronisme) ou ajoute quelques précisions définitoires pour éclairer des lecteurs pas nécessairement au fait des institutions romaines21. En revanche, la phrase de Livie22 a subi plus de changements (ce qui arrive très rarement dans la transcription des discours directs). Zonaras écrit : « si [le glaive] tue celui qui est puni, il détourne de celui qui punit l’esprit des autres », là où Dion avait écrit « en détruisant le corps d’une personne, il pourrait s’aliéner l’esprit des autres ». Déplaçant l’antithèse première, qui portait sur corps et esprit des gouvernés, sur le seul verbe κολάζω, la réécriture de Zonaras rend plus claire et plus lisible l’antithèse développée par Livie, de manière à ce que l’obscurité et la complexité du texte original laissent place à une formulation plus évidente, plus centrée sur la répression et moins sur ses effets. La phrase modifiée est signalée en gras.

  • 23 « “Comment, ma femme, ne jamais trembler, avec tant d’ennemis, et continuellement pris pour cible (...)

ὁ δὲ « τίς ἄν, εἴπεν, ὦ γύναι, κἂν ἐλάχιστον ἀτρεμήσειε τοσούτους ἔχων ἐχθροὺς καὶ οὕτω συνεχῶς ἐπιβουλευόμενος; » Ἡ δὲ πολλὰ μὲν περὶ τούτου διειλέχθη αὐτῷ, τελευταῖον δὲ γνώμην ἔδωκε θανάτῳ μὲν μηδένα τῶν τοιούτων τιμωρεῖσθαι, ἑτέρως δέ πως αὐτοὺς σωφρονίζειν, ὥστε μηκέτι τοιοῦτόν τι ἐξαμαρτεῖν, καὶ μάλιστα συγγνώμῃ καὶ εὐποιίαις. « Οὐ γὰρ πείθειν ἀναγκάζειν, ἔφη, φιλεῖν τινα τὸ ξίφος δεδύνηται, ἀλλὰ τὸν μὲν κολαζόμενον ἀπόλλυσι, τὰς δὲ δὴ τῶν ἄλλων ψυχὰς ἀλλοτριοῖ τοῦ κολάζοντος, ἐπεὶ μηδὲ φιλοῦσιν ὅτι ἐδικαιώθησαν ἕτεροι, ἀλλἀπεχθάνονται μᾶλλον ὅτι φόβος καὶ αὐτοῖς ἐντεῦθεν ἐπήρτηται »23.

  • 24 Un point intéressant a été soulevé lors du colloque : le soin littéraire apporté à la rédaction po (...)

13Ces trois exemples indiquent trois traitements différents de conservation du discours direct : la pratique de Zonaras semble même suffisamment mûrie pour produire un effet de variatio. Cette esthétique de la citation devenue formule frappée n’est pas, selon nous, la simple conséquence du genre de l’épitomé, qui va à l’essentiel, comme on pourrait l’imaginer. Elle nous semble propre à Zonaras, ou du moins, il nous semble que Zonaras a su se l’approprier pour se faire historiographe24.

Conclusion et hypothèse ouverte

14Cette nouvelle façon d’appréhender les passages au discours direct dans l’Épitomé et d’y voir un espace de semi-liberté pour l’auteur Zonaras peut faire penser à un passage du livre 7 qui suscite l’interrogation. Quand il raconte l’exploit de Mucius Scaevola face au roi Porsenna (7, 12), Zonaras utilise le texte de Plutarque (Publ., 17, 5‑6) :

  • 25 « J’ai triomphé de la crainte qu’inspire Porsenna, dit-il alors, mais je suis vaincu par ta généro (...)

Ἔφη δὲ τὸν φόβον τοῦ Πορσίννα νενικηκὼς ἡττᾶσθαι τῆς ἀρετῆς, καὶ χάριτι μηνύειν ἃ πρὸς ἀνάγκην οὐκ ἂν ἐξηγόρευσε. « Τριακόσιοι γὰρ Ῥωμαίων, ἔφη, τὴν αὐτὴν ἐμοὶ γνώμην ἔχοντες ἐν τῷ στρατοπέδῳ σου πλανῶνται, καιρὸν ἐπιτηροῦντες· ἐγὼ δὲ κλήρῳ λαχὼν καὶ προεπιχειρήσας, οὐκ ἄχθομαι τῇ τύχῃ, διαμαρτὼν ἀνδρὸς ἀγαθοῦ καὶ φίλου μᾶλλον ἢ πολεμίου Ῥωμαίοις εἶναι πρέποντος25.

15Toutefois, la première phrase de Scaevola à Porsenna passe au discours direct chez Zonaras :

Ὁ δὲ Σκαιόλας ἕτερον τρόπον ἐσοφίσατο τὸν ἐχθρόν, καὶ εἶπε « τὸν φόβον σου, Πορσίνα, νενικηκὼς ἥττημαί σου τῆς ἀρετῆς, καὶ χάριτι μηνύω ἃ πρὸς ἀνάγκην οὐκ ἂν ἐξηγόρευσα. Τριακόσιοι Ῥωμαίων τὴν αὐτὴν ἐμοὶ γνώμην ἔχοντες ἐν τῷ στρατοπέδῳ σου διατρίβουσιν, ὧν ἐγὼ προεπιχειρήσας κλήρῳ λαχὼν οὐκ ἄχθομαι τῇ τύχῃ, διαμαρτὼν ἀνδρὸς ἀγαθοῦ καὶ φίλου μᾶλλον ἢ πολεμίου Ῥωμαίοις εἶναι προσήκοντος.

  • 26 Ajoutons ici un cas particulier, qui nous a été signalé par Marielle de Franchis, à qui nous adres (...)

16Zonaras aurait-il transposé cette phrase au discours direct parce qu’il avait justement pleinement conscience de l’impact de ce type de discours sur le lecteur et qu’il s’agissait là d’un discours particulièrement puissant et efficace pour l’histoire romaine ? On pourrait ainsi réhabiliter la part de liberté de l’auteur Zonaras, sans pour autant remettre en question le travail de l’épitomateur et son précieux apport pour l’édition des textes de Plutarque et surtout des livres perdus de Cassius Dion26.

Bibliographie

Titres de la Collection des universités de France

Plutarque, Vies. Tome II : Solon – Publicola – Thémistocle – Camille, texte établi et traduit par E. Chambry, R. Flacelière et M. Juneaux, Paris, Les Belles Lettres, 1961.

Plutarque, Vies. Tome XIV : Dion – Brutus, texte établi et traduit par E. Chambry et R. Flacelière, avec la contribution de M. Juneaux, Paris, Les Belles Lettres, 1978.

Dion Cassius, Histoire romaine. Livres 45‑46, texte établi par V. Fromentin et traduit par E. Bertrand et V. Fromentin, Paris, Les Belles Lettres, 2008.

Dion Cassius, Histoire romaine. Livre 47, texte établi et traduit par E. Bertrand et V. Fromentin, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

Études

Bellissime 2016 : M. Bellissime, « Fiction et rhétorique dans les prosopopées de l’Histoire romaine : les marges de l’historien », dans V. Fromentin et al. (dir.), Cassius Dion. Nouvelles lectures, Scripta antiqua 94, Bordeaux, Ausonius éditions, 2016, p. 363‑377.

Bellissime 2020 : M. Bellissime, « Les discours au style direct dans les livres fragmentaires de Cassius Dion (Histoire romaine, livres 1‑14) abrégés par Zonaras (Épitomé, livres 7 et 8) », dans E. Amato et al. (dir.), Actes du Colloque sur les historiens fragmentaires de langue grecque, Rennes, PUR, 2020.

Bellissime, Berbessou-Broustet 2016 : M. Bellissime, B. Berbessou-Broustet, « L’Histoire romaine de Zonaras », dans V. Fromentin et al. (dir.), Cassius Dion. Nouvelles lectures, Scripta antiqua 94, Bordeaux, Ausonius, 2016, p. 95‑108.

Berbessou-Broustet 2010 : B. Berbessou-Broustet, Édition critique, traduction et commentaire historique des livres flaviens de l’Histoire romaine de Cassius Dion, thèse, université Bordeaux-Montaigne, 2010, (inédit).

Boissevain 1895 : U.‑Ph. Boissevain, Cassii Dionis Cocceiani Historiarum Romanarum quae supersunt, vol. 1, Berlin, Weidmann, 1895.

Fromentin 2013 : V. Fromentin, « Zonaras abréviateur de Cassius Dion », Erga-Logoi 1, 2013, p. 23‑39.

Fromentin 2020, « Les deux premières décades fragmentaires de Dion Cassius », dans E. Amato et al. (dir.), Actes du Colloque sur les historiens fragmentaires de langue grecque, Rennes, PUR, 2020.

Grigoriadis 1998 : I. Grigoriadis, Linguistic and Literary Studies in the Epitome Historion of John Zonaras, Vyzantina Keimena kai Meletai 26, Thessalonique, Kentron Vyzantinōn Ereunōn, 1998.

Kampianaki 2016 : T. Kampianaki, « John Zonaras’ Epitome of Histories : Intellectual Networks and Readers », Communication pour la conférence internationale Chronicles as Literature at the Crossroad of Past and Present, Munich, 2016.

Kampianaki 2017 : T. Kampianaki, John Zonaras’ Epitome of Histories (XIIth century). A compendium of Jewish-Roman History and its Readers, Ph.D., université d’Oxford, 2017 (inédit).

Annexes

Traduction de Zonaras, Épitomé, 10, 2027

« Quand [les cavaliers] furent auprès de lui, Antoine s’arrêta, se demandant comment il devait recevoir Brutus, mais Lucilius, amené devant lui, lui dit : “Aucun ennemi, Antoine, n’a pris Marcus Brutus ni ne pourrait le prendre. À Dieu ne plaise que la Fortune ait tant de pouvoir sur la Vertu ! Mais, qu’il soit vivant, ou peut-être mort, on le trouvera digne de lui-même.” Frappé de stupeur, Antoine, se tournant vers les soldats qui l’avaient amené : “Compagnons d’armes, dit-il, sans doute vous est-il pénible de vous sentir humiliés par cette supercherie, mais sachez bien que vous avez fait une capture meilleure que celle que vous cherchiez : en cherchant un ennemi, vous m’avez amené un ami.” || Il faisait déjà nuit lorsque Brutus s’installa dans un endroit boisé, en compagnie de quelques officiers ; là, levant les yeux vers le ciel, il prononça : “Qu’il ne t’échappe pas, Zeus, l’auteur de mes maux !” || Plutarque écrit qu’il prononça ce vers ; Dion, quant à lui, raconte que Brutus dit ceci : || “Ah ! Misérable vertu, tu n’étais donc qu’un mot, mais moi / je te cultivais comme une réalité ! Toi, tu n’étais donc que l’esclave de la Fortune !” || Quelqu’un ayant opiné qu’il fallait fuir, il dit : “Assurément il faut fuir, mais en se servant des mains, non des pieds.” Après avoir parlé, il se jeta sur la lame nue de son épée et mourut. Antoine, ayant trouvé Brutus mort, fit envelopper son corps dans la plus somptueuse de ses chlamydes de pourpre. Quant à Porcie, la femme de Brutus, la fille de Caton, surveillée et empêchée de se tuer, elle prit dans le feu des charbons ardents, qu’elle avala, ce qui la fit mourir. || Au sujet de Porcie, Plutarque a raconté que, avant le meurtre du premier César, voyant son mari soucieux, || en proie à un trouble inaccoutumé, qui roulait dans son esprit un projet lourd à porter et fort complexe, elle ne voulut pas questionner Brutus sur ses secrets avant d’avoir fait sur elle-même l’épreuve que voici. Elle prit, dit-il, un petit couteau et elle s’entailla en cachette si profondément la cuisse que peu après elle fut saisie de violentes douleurs et de frissons de fièvre causés par sa blessure. Brutus était dans une inquiétude insupportable lorsque, au plus fort de sa souffrance, elle lui parla ainsi : “Brutus, moi je suis entrée dans ta maison, non pas comme les concubines, pour partager seulement ton lit et ta table, mais pour être associée à tes chagrins comme à tes joies. Ta conduite envers moi a toujours été celle d’un mari irréprochable ; mais, en ce qui concerne mes propres sentiments, quelle preuve ou quelle marque de reconnaissance puis-je t’en donner, s’il ne me revient pas de supporter avec toi un malheur caché ou un souci qui exige de la confiance ? Je sais que la nature féminine paraît trop faible pour porter un secret, mais une bonne éducation et la fréquentation des gens vertueux influent beaucoup sur les moeurs. Moi, de plus, j’ai l’avantage d’être fille de Caton et femme de Brutus. Je m’y fiais assez peu jusqu’à ce jour, mais maintenant je me connais moi-même comme étant supérieure même à la douleur.” Cela dit, elle lui montre sa blessure et lui raconte l’épreuve qu’elle s’est infligée. Brutus, stupéfait, pria les dieux de lui accorder le succès de son entreprise pour se montrer digne époux de Porcia. »

Notes

1 Berbessou-Broustet 2010, p. 116‑121 ; Bellissime, Berbessou-Broustet 2016, p. 96.

2 Zonar., Praef. 2 = 1, 6, 1‑6.

3 Bellissime, Berbessou-Broustet 2016, p. 104.

4 Bellissime 2020.

5 « Après ces mots, il se laissa tomber sur son glaive nu et mourut. »

6 « Un second signe avait précédé l’exil de Camille. Un homme qui n’était ni illustre ni sénateur, mais qui avait la réputation d’être honnête et bon, Marcus Caedicius, avait rapporté aux tribuns militaires un fait digne de réflexion. Il leur avait dit que, la nuit précédente, marchant dans une rue qu’on nomme la rue Neuve, il avait été appelé à haute voix par quelqu’un, et que, s’étant retourné, il n’avait vu personne, mais qu’il avait entendu une voix plus forte que celle d’un homme qui lui disait : “Va, Marcus Caedicius, dès le point du jour, va dire aux magistrats qu’ils attendent sous peu les Gaulois.” Ayant entendu cet avis, les tribuns militaires ne firent qu’en rire et en plaisanter. Et peu de temps après arriva l’exil de Camille. » Toutes les traductions de Plutarque sont empruntées à la CUF.

7 « En effet, Marcus Caedicus, alors qu’il marchait dans la nuit, avait entendu une voix qui lui disait : “Les Gaulois arrivent.” Quand Marcus le raconta au peuple et au sénat, on se moqua et on rit de ses paroles, jusqu’au moment où les Gaulois s’annoncèrent eux-mêmes tout près d’eux » (trad. personnelle).

8 Bellissime, Berbessou 2016, p. 103‑104.

9 Plu., Brut. 51 : ἀνεφθέγξατο δύο στίχους, ὧν τὸν ἕτερον Βολούμνιος ἀνέγραψε, « Il prononça deux vers, dont le premier a été retranscrit par Volumnius ».

10 C.D., 47, 49, 1‑2 : Καὶ ἀναβοήσας τοῦτο δὴ τὸ Ἡράκλειον : ὦ τλῆμον ἀρετή, λόγος ἄρ’ ἦσθ’ [ἄλλως], ἐγὼ δέ σε / ὡς ἔργο ἤσκουν : σὺ δ’ ἄρ’ ἐδούλευες τύχῃ, « Il s’écria, citant ces vers de l’Héraclès : “Ah ! Misérable vertu, tu n’étais donc qu’un mot, mais moi / je te cultivais comme une réalité ! Toi, tu n’étais donc que l’esclave de la Fortune !” » (trad. V. Fromentin, CUF).

11 Zonar., Praef. 1 : Μάταιον ἐκείνοις ἀποβαίνει τὸ περὶ ταύτας πονεῖν, τῶν μακρῶν διηγημάτων τῶν περὶ παρατάξεων καὶ πολέμων καὶ τοῦ τῶν στρατιῶν διακόσμου καὶ τῶν λοιπῶν τῶν ὁμοίων διαφευγόντων τὴν μνήμην, τῶν δέ γε δημηγοριῶν καὶ τῶν διαλέξεων καὶ εἰς τὸ ἀνόνητον περιισταμένων τοῖς ἐπιοῦσι τὰ ἱστορούμενα.

12 C.D., 44, 34, 1 : Κικέρων μὲν τοιαῦτα εἰπὼν ἔπεισε τὴν γερουσίαν…

13 C.D., 44, 50, 1 : Τοιαῦτα τοῦ Ἀντωνίου λέγοντος ὁ δῆμος τὰ μὲν πρῶτα ἠρεθίζετο…

14 C.D., 46, 1, 1 : Τοιαῦτα τοῦ Κικέρωνος εἰπόντος ὁ Καλῆνος.

15 C.D. 46, 29, 1 : Τοιαῦτα τοῦ Καλήνου εἰπόντος ὁ Κικέρων οὐκ ἤνεγκεν.

16 C.D., 55, 22, 1 : Ταῦτα τῆς Λιουίας εἰπούσης ὁ Αὔγουστος ἐπείσθη τε αὐτῇ.

17 Pour une vue synthétique de l’ensemble des discours au discours direct présents dans les livres conservés de l’Histoire romaine, voir Bellissime 2016, p. 377.

18 « Ce père, ce grand pontife, ce personnage inviolable, ce héros, ce dieu, il est mort, hélas, il est mort, non pas de maladie, ni de vieillesse, ni même d’une blessure de guerre à l’étranger, ni en raison d’un coup du sort, non ! mais ici dans l’enceinte de nos murs, victime d’un complot, alors qu’il avait survécu à une expédition en Bretagne, victime d’une embuscade dans Rome même, alors qu’il en avait élargi le pomerium, égorgé dans la curie, alors qu’il en avait fondé une nouvelle à son nom, désarmé, lui qui était heureux à la guerre ! nu, lui l’homme de paix ! devant le tribunal, lui qui était un juge ! devant les magistrats, lui qui était un magistrat ! sous les coups de ses concitoyens, lui qu’aucun ennemi n’avait pu tuer, même tombé à la mer, sous les coups de ses camarades, envers qui il avait souvent fait preuve de clémence. À quoi bon, César, ta bienveillance, à quoi bon ton inviolabilité, à quoi bon tes lois ? Seulement à ce que toi, qui avais beaucoup légiféré pour que nul ne puisse être assassiné par ses ennemis, tu sois tué par tes amis, si pitoyablement, et à ce que maintenant tu gises, égorgé, sur le forum, que tu avais souvent traversé, couronné, pour tes triomphes, et à ce que tu sois jeté là, tout percé de coups, au pied de la tribune sur laquelle tu as si souvent prononcé des harangues ! Hélas, vénérable chevelure baignée de sang, ô toge en lambeaux, que tu n’as, semble-t-il, portée que pour y être égorgé ! » (trad. personnelle).

19 C.D., 52, 39, 2 : Ἂν γὰρ ὅσα ἂν ἕτερόν τινα ἄρξαντά σου ποιεῖν ἐθελήσῃς, ταῦτα αὐτὸς αὐτεπάγγελτος πράσσῃς οὔτε τι ἁμαρτήσῃ καὶ πάντα κατορθώσεις κἀκ τούτου καὶ ἥδιστα καὶ ἀκινδυνότατα βιώσῃ, « Si tu te comportes, de ton propre chef, comme tu voudrais qu’un autre le fasse s’il te gouvernait, tu ne feras jamais d’erreur, tu n’auras que des succès et tu mèneras par conséquent une vie aussi sûre qu’agréable » (trad. personnelle).

20 C.D., 55, 14, 2 : καὶ τίς ἄν, εἶπεν, ὦ γύναι, κἂν ἐλάχιστον ἀπομερμηρίσειε τοσούτους τε ἀεὶ ἐχθροὺς ἔχων καὶ συνεχῶς οὕτως ἄλλοτε ὑπ’ ἄλλων ἐπιβουλευόμενος.

21 C.D., 52, 41, 4 : τὴν ἑτέραν τὴν τὸ κράτος διασημαίνουσαν > Épit., 10, 32 : τὴν τὸ κράτος σημαίνουσαν τὸ βασίλειον, ou C.D., 53, 1, 2 : τήν τε ἀδελφιδῆν αὐτῷ συνῴκισε > Épit., 10, 32 : καὶ τὴν ἀδελφὴν αὐτῷ τὴν Ὀκταβίαν συνῴκισε.

22 C.D., 55, 21, 2 : Οὐ πάντα τοι τὸ ξίφος διαπράττεται (μέγα γὰρ ἦν ἂν ἀγαθόν, εἰ σωφρονίζειν τέ τινας καὶ πείθειν ἢ καὶ καταναγκάζειν φιλεῖν τινὰ ἀληθῶς ἐδύνατο), ἀλλὰ τὸ μὲν σῶμά τινος φθείρειεν ἄν, τὰς δὲ δὴ τῶν ἄλλων ψυχὰς ἀλλοτριώσειεν· οὐ γὰρ ἐξ ὧν ἂν ἕτεροι τιμωρηθῶσι, προσφιλέστεροί τινι, ἀλλ’ ἐξ ὧν ἂν αὐτοὶ φοβηθῶσιν, ἐχθίους γίγνονται, « On n’obtient pas tout par le glaive – ce serait un grand bien s’il pouvait vraiment à la fois raisonner les gens et les convaincre ou les forcer à aimer quelqu’un – bien au contraire : en détruisant le corps d’une personne, il pourrait aliéner les esprits des autres. En effet, ce n’est pas en punissant les autres qu’on est aimé, mais c’est en suscitant la peur qu’on se fait des ennemis » (trad. personnelle).

23 « “Comment, ma femme, ne jamais trembler, avec tant d’ennemis, et continuellement pris pour cible des complots ?” Elle lui répondit longuement sur ce sujet et, finalement, lui donna l’avis suivant : de ne condamner à mort aucun d’eux mais de les ramener autrement à la raison, en faisant en sorte qu’ils ne puissent plus nuire, en préférant le pardon et les bienfaits. “En effet, dit-elle, le glaive ne peut pas persuader ou obliger quelqu’un à aimer ; en revanche, s’il tue bien le châtié, il détourne du châtieur les esprits des autres hommes, puisqu’ils ne l’aiment même pas quand d’autres sont condamnés, au contraire ils le détestent davantage en raison de la crainte qu’ils ont dès lors pour leur propre sort” » (trad. personnelle).

24 Un point intéressant a été soulevé lors du colloque : le soin littéraire apporté à la rédaction pourrait s’expliquer par le fait que l’œuvre de Zonaras n’était pas particulièrement destinée à un public scolaire mais était lue dans un cercle lettré – ce que confirment les travaux de Theofili Kampianaki (Kampianaki 2016 ; Kampianaki 2017). Pour une étude plus générale du style de Zonaras, voir Grigoriadis 1998.

25 « J’ai triomphé de la crainte qu’inspire Porsenna, dit-il alors, mais je suis vaincu par ta générosité. Par reconnaissance, je vais te faire une révélation que ne m’aurait pas arrachée la force. Trois cents Romains, qui ont le même dessein que moi, sont répandus dans ton camp et guettent l’occasion. Pour moi, désigné par le sort pour tenter le premier l’entreprise, je ne me plains pas du hasard par lequel j’ai manqué un homme de bien, mieux fait pour être l’ami que l’ennemi des Romains. » Cette traduction (empruntée à la CUF) traduit la première phrase au style direct alors qu’il s’agit bien de style indirect dans le texte de Plutarque.

26 Ajoutons ici un cas particulier, qui nous a été signalé par Marielle de Franchis, à qui nous adressons nos remerciements. Le discours de Menenius Agrippa dans l’Histoire romaine, tel qu’il a été édité par Boissevain (fr. 17, 10‑11) sur la base des Excerpta de Sententiis (n° 27), ne comprend aucun passage au discours direct. Or, le passage commence de façon tout à fait identique dans l’Épitomé (7, 14, 8‑9) mais il comprend ensuite des passages non transmis par une autre tradition et qui contiennent du discours direct. Sur la base de ce que nous avons présenté dans cette contribution, nous pouvons peut-être dire que le texte de Zonaras, si peu enclin au discours direct, conserve ici la trace du discours original écrit par Dion, et qui aurait peut-être ressemblé à ce qu’on trouve dans les Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse (A.R., 6, 86) – tandis que le recueil De Sententiis va, lui, à l’essentiel.

27 Trad. CUF pour les extraits copiés chez Plutarque (Vies de Brutus, Publicola et Camille) et Cassius Dion (Histoire romaine) ; trad. personnelle pour les passages originaux de Zonaras.

Auteur

Université Lumière Lyon 2

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search