Version classiqueVersion mobile

Epitome

 | 
Isabelle Boehm
, 
Daniel Vallat

Première partie. Résumer les textes scientifiques et techniques

Galien au travail : commenter, expliquer, critiquer ou abréger ?

Isabelle Boehm

Résumé

Galien résume souvent les traités qu’il étudie. Il introduit des résumés même là où on ne les attend pas, dans les commentaires à des textes courts comme les Aphorismes hippocratiques ou dans des études de vocabulaire. Il peut même laisser à son lecteur le choix de consulter soit un résumé soit le traité intégral : il accorde la même considération à l’un qu’à l’autre.

Texte intégral

  • 1 Sur la composition de ces deux traités auto-bibliographiques, voir Boudon-Millot 2000.
  • 2 Sur la pratique du résumé dans l’Antiquité, ses méthodes et ses emplois dans le domaine médical, s (...)
  • 3 Sur ses propres livres, 4, 9‑33 (Boudon-Millot, p. 147‑153 : 19.25‑30 K). Après avoir précisé que (...)
  • 4 Sur le commentaire de Galien au Timée, voir Festugière, Tonneau 1958.
  • 5 Sur les rapports entre Galien et Quintus, voir Grmek-Gourevitch 1994, p. 1503‑1513. Quintus, préci (...)

1Si Galien est une figure de proue dans l’histoire de la médecine, il doit sa célébrité à la fois à la maîtrise des connaissances de son temps et aux impulsions nouvelles qu’il y apporte. Médecin et écrivain extrêmement prolixe, son œuvre est d’une ampleur telle qu’elle a donné lieu, du vivant de son auteur et par son auteur lui-même déjà, à des résumés et abrégés, pour tout ou partie, à commencer par les deux traités galéniques Sur l’ordre de ses propres livres et Sur ses propres livres1. C’est à lui aussi que nous devons la diffusion exceptionnelle des théories hippocratiques. Galien pratique lui-même l’art du résumé2, le plus souvent mêlé de commentaire, tout au long des développements qu’il propose dans les ouvrages qu’il consacre par exemple au processus de la respiration, aux mouvements du sang dans le corps, à l’anatomie nerveuse ou musculaire ou encore dans tel ou tel développement sur les perceptions sensorielles. Il rédige lui-même des abrégés d’ouvrages qu’il considère comme fondamentaux, par exemple un abégré en quatre livres d’un manuel de dissection en vingt livres de Marinos3, célèbre anatomiste qui a enseigné à Alexandrie dans le premier tiers du second siècle de notre ère. Par ailleurs, une partie de ses ouvrages est entièrement consacrée à des « commentaires » de traités hippocratiques et de traités philosophiques platoniciens4. Cette pratique du commentaire est celle que pratiquent les spécialistes de renom dont Galien a suivi les enseignements. Galien suit cette tradition mais avec des visées très claires : s’affranchir des enseignements érésistratéens et hérophiléens pour revenir aux ouvrages fondamentaux. Il s’agit, de surcroît, de mieux revenir aux textes hippocratiques, de mieux les lire et mieux les comprendre, ou plus précisément de mieux le faire, pour Galien, que certains de ses prédécesseurs, dont Quintus, qui a enseigné à Rome au milieu du iie siècle, d’autant plus aisément critiqué qu’il n’a laissé, semble-t-il, aucun écrit. Ce dernier, d’après le témoignage de Galien lui-même, aurait dans ses enseignements proposé, entre autres, des commentaires à des traités hippocratiques fondamentaux, Aphorismes, Épidémies, Prorrhétique I5. En rédigeant à son tour ses propres commentaires à ces traités hippocratiques, Galien veut corriger ce qu’il considère comme des erreurs de lecture, de transmission du texte, ou des erreurs d’interprétation. Dans ses critiques et dans les améliorations qu’il propose, il est tout particulièrement attentif au choix des termes qu’utilisent ses précédesseurs en faisant la chasse aux faux-sens et en visant lui-même la rigueur et la précision dans l’emploi des mots.

Résumer à partir des mots

  • 6 Sur le commentaire à Nature de l’homme et les outils de Galien, voir Jouanna 2012.

2Comment Galien commente-t-il les traités hippocratiques ? Peut-il procéder de la même manière selon qu’il commente des traités aussi distincts, tant sur le plan de l’écriture que du contenu, que celui des Aphorismes ou bien celui de Nature de l’homme6 ? Dans d’autres cas, comme dans le commentaire au traité des Articulations, peut-il commenter sans résumer ? A contrario, Galien est-il capable de résumer sans commenter ? À partir de quelques exemples précis tirés des commentaires aux traités hippocratiques de Galien, on observera la façon dont il travaille. Comment résiste-t-il, s’il y parvient, au commentaire dans un résumé ? Dans quelles conditions ? Cède-t-il, dans un commentaire, au résumé, et, si c’est le cas, comment résume-t-il ? Dans la mesure où il est particulièrement attentif au vocabulaire spécialisé des traités fondamentaux qu’il utilise, ce sont souvent les termes eux-mêmes qui lui servent de point d’accroche au commentaire, mais aussi au résumé. En effet, une façon d’informer sur le contenu d’un ouvrage est de le faire à partir d’un mot, qui peut correspondre à son titre. C’est ce que fait par exemple Galien dans Sur ses propres livres, soit à propos des traités dont il est l’auteur, soit à propos de ceux dont il propose un résumé. Ainsi présente-t-il les résumés des vingt livres du traité d’anatomie de Marinos :

3Sur ses propres livres, 3, 9‑12 (Boudon-Millot, 19.24 K).

τῶν Μαρίνου βιβλίων ἀνατομικῶν εἴκοσιν ὄντων ἐν τέτταρσιν ἡμετέροις ἐπιτομή, καθάπερ καὶ τῶν Λύκου πάντων ἐν δυοῖν· ὑπογράψω δ’ αὐτῶν ἑκάστου τὰ κεφάλαια. κατὰ τὴν πρώτην ἐπιτομὴν τῶν τοῦ Μαρίνου βιβλίων ἀνατομικῶν ἓξ [αὐτοῦ] τὰ πρῶτα περιέχεται· γράφει δ’ ἐν μὲν τῷ πρώτῳ τῶν ἓξ τὸ προοίμιον τῆς ὅλης θεωρίας, εἶτα περὶ δέρματος, εἶθ’ ἑξῆς περὶ τριχῶν, εἶτα περὶ ὀνύχων καὶ σαρκῶν καὶ πιμελῆς καὶ στέατος· ἐν δὲ τῷ δευτέρῳ περὶ ἀδένων καὶ ὑμένων καὶ ὑμενωδῶν χιτώνων περιτοναίου τε καὶ ὑπεζωκότος καὶ διαφράγματος.

Des livres anatomiques de Marinos nous avons fait un résumé en quatre livres, de même que nous en avons fait un de tous les ouvrages de Lykos en deux livres. Je recopierai ci‑dessous les principaux points de chacun. La première partie de mon abrégé des traités anatomiques de Marinos embrasse les six premiers : dans le premier des six il compose un prologue à tout l’ensemble de son développement, puis sur la peau, puis sur la pilosité, puis sur les ongles, puis sur les chairs, puis sur les graisses légères et les graisses compactes. Dans le second il s’agit des glandes, des membranes et des enveloppes membraneuses c’est-à-dire le péricarde, l’enveloppe de l’estomac, de la plèvre et du diaphragme.

  • 7 Galien dans le traité des Pratiques anatomiques, en donne une définition (Pratiques anatomiques VI (...)
  • 8 Attestation indirecte chez Oribase, Fr. 58.
  • 9 Attestation chez Soranos, 1, 58.
  • 10 Voir Skoda 1988 sur les acceptions métaphoriques du terme, en particulier p. 115‑116.
  • 11 Le syntagme ὁ τὰς πλευρὰς ὑπεζωκὼς ὑμήν chez Galien est bien attestés avec les deux acceptions, pa (...)

4Galien procède ici à une description de l’ensemble des œuvres de Marinos sous forme d’un inventaire de leur contenu. Le résumé de chaque livre est réduit à un seul mot, qui correspond à la partie du corps concernée, des parties externes, comme les ongles ou le système pileux, aux parties internes comme le diaphragme. Un terme anatomique représente à lui seul le livre qui traite du sujet. Les termes anatomiques employés par Galien ici sont en réalité plus riches d’informations qu’il n’y paraît. En effet certains d’entre eux sont très spécialisés et correspondent en cela à un aspect des connaissances et plus encore des théories médicales de l’auteur. Par exemple, ὁ ὑπεζωκώς que l’on trouve dans ce passage a des sens spécifiques selon les traités : employé absolument et au singulier, il peut désigner la « plèvre »7. Dans d’autres traités anatomiques, il désigne les parois des intestins8. Au pluriel, il peut désigner l’enveloppe du fœtus9. Dans d’autres cas, la forme adjectivale ὑπεζωκώς n’est pas substantivée car ὑμήν est sous-entendu. Le syntagme ὁ ὑπεζωκώς < ὑμήν/χιτών > désigne alors une membrane (ὑμήν) ou une « tunique »10 qui ceint (ὑπεζωκώς) plusieurs organes, soit dans la zone pulmonaire, soit dans la zone du ventre et du bas-ventre11.

  • 12 Par exemple dans Traitement par la saignée, 8, 1 (1.275 K).
  • 13 Par exemple dans Facultés des médicaments simples, 9, 4 (12.180 K).

5La présence du nom de la « glande », au pluriel dans le passage (ἀδένες), est elle aussi pleine de sens : le substantif en grec est avant tout réservé au domaine médical. Chez Galien, le terme est essentiellement au pluriel. Il est repris aux traités qu’il utilise, à commencer par ceux de la Collection hippocratique, qui en attestent les premiers emplois. Galien les distingue généralement ou bien des « chairs » (σάρκες)12 ou bien d’autres « glandes » comme les testicules (ὄρχεις)13. Dans la présentation du second livre de Marinos, les « glandes » (ἀδένες) sont traitées semble-t-il juste avant les « membranes » (ὑμένες). Il est clair que Galien, ici, reprend les termes qui sont ceux des traités dont il fait la présentation.

6Les termes anatomiques s’enchaînent dans la présentation de l’œuvre de Marinos en suivant de manière linéaire l’œuvre de l’anatomiste dont Galien a rédigé un résumé. Galien insiste d’ailleurs, pour le premier livre, sur la succession des parties du corps qui sont étudiées (εἶτα « ensuite », εἶθ’ ἑξῆς « à la suite de quoi »), ou au contraire passe plus vite (καὶ, τε καὶ). L’ensemble ainsi formé constitue en réalité en soi, au sein du traité Sur ses propres livres, un résumé du résumé de l’œuvre de Marinos.

Introduire un résumé

  • 14 Sur la méthode et un autre exemple du commentaire aux Aphorismes, en particulier dans le cadre de (...)

7Si les traités de référence les plus longs, comme ceux de Marinos, donnent tout naturellement lieu à des résumés, à l’inverse, les textes de référence les plus courts, comme les Aphorismes hippocratiques ou bien les livres des Épidémies, de par leur forme brève et leur constitution, ne sauraient donner lieu à des « résumés ». Au contraire, ils appellent des commentaires de la part des spécialistes de médecine comme de philosophie14. Comment procède Galien ? A priori il ne peut pas dans ses commentaires considérer qu’il a à y introduire de résumé. Pourtant, une relecture de certains de ses commentaires n’est pas superflue.

8À l’échelle des textes les plus courts, Galien a les mêmes points d’accroche : les mots, qu’il s’agisse des Aphorismes ou des Épidémies. C’est à partir d’eux qu’il propose des développements qui frisent, pour certains, la forme des résumés. Pour quelle raison et de quelle manière ? Un ou deux exemples particulièrement nets suffiront pour répondre à la question.

  • 15 Commentaire aux Aphorismes, aphorisme 2 (17b.356 K) : Ἐν τῇσι ταραχῇσι τῆς κοιλίης καὶ τοῖσιν ἐμέτ (...)

9Le commentaire au second aphorisme, qui concerne les effets bénéfiques – ou non – de la purge (καθαίρεσθαι) en cas de dérangements du ventre (ἐν τῇσι ταραχῇσι τῆς κοιλίης )15, est développé par Galien à partir d’une sélection de termes essentiels de l’aphorisme. Il commence par reprendre le verbe καθαίρεσθαι, à la fois parce qu’il est important et parce que dans l’aphorisme lui-même il est répété (ἢν μὲν οἷα δεῖ καθαίρεσθαι καθαίρωνται, « si ce qui doit être purgé est purgé »).

10Commentaire aux Aphorismes, aphorisme 2 (17b.357‑358 K).

δηλοῦται δὲ τοῦτο καὶ διὰ τοῦ καθαίρεσθαι ῥήματος. οὐ γὰρ ἁπλῶς εἶπεν ἢν μὲν οἷα δεῖ κενοῦσθαι, ἀλλὰ ἢν μὲν οἷα δεῖ καθαίρεσθαι ἔφη. καθάρσις δέ ἐστιν ἡ τῶν λυπούντων κατὰ ποιότητα κένωσις.

Il [le rédacteur de l’aphorisme] le montre, et le fait à travers le terme « purger ». Il n’a pas dit en effet simplement « si ce qu’il faut vider », mais il dit « si ce qu’il faut purger ». La purge est en effet l’action de vider ce qui a la capacité de faire du mal.

11Galien, à partir de cette précision sur le sens de καθαίρεσθαι, « purger », entre dans un développement sur ce qu’il y a lieu d’évacuer. En effet, précise-t-il, selon l’interprétation que le médecin fera de l’aphorisme, le traitement proposé sera bien différent. Vider, certes, mais quoi ? La plupart des commentateurs se trompent et ne comprennent ni les mots ni le sens de l’aphorisme (ἔν γε δὴ τούτοις ἁμαρτάνουσιν οἱ πλεῖστοι τῶν ἐξηγητῶν, οὐ συνιέντες οὔτε τῶν φωνῶν οὔτε τῆς γνώμης τἀνδρός), en considérant qu’il s’agit d’empêcher de boire ou de pratiquer la phlébotomie. C’est à partir de ce point que Galien peut en venir à ce qui lui semble fondamental : quelles sont les matières qui font du mal ? Il peut alors faire un développement sur les « humeurs », χυμοί. Ce développement occupe la seconde moitié du commentaire. La purge doit se pratiquer lorsqu’il y a excès d’une humeur et il est important d’évacuer ce qu’il faut, et non une humeur à la place d’une autre (κενοῦν χυμὸν καὶ μὴ ἄλλον τινὰ πρὸ αὐτοῦ). Galien envisage successivement le phelgme, la bile blonde, puis le sang :

12Commentaire aux Aphorismes, aphorisme 2 (17b.359 K).

φλέγματος μὲν οὖν πλεονάζοντος τοῦτο κενωτέον ἂν εἴη παντὶ τρόπῳ. χολῆς δὲ ξανθῆς εἴτε μελαίνης ἐνοχλούσης ἀφεκτέον μὲν τοῦ φλέγματος, τὴν λυποῦσαν δὲ χολὴν κενωτέον. οὕτω δὲ κᾂν αἱματικὸν ᾖ τὸ πλεονάζον, αἵματος τὸ ποιητέον τὴν κένωσιν.

En cas d’excès de phlegme, il faut l’évacuer de toutes les manières possibles. Si c’est la bile jaune ou la bile noire qui cause du dérangement, s’il faut éviter d’évacuer le phlegme, il faut en revanche évacuer la bile qui fait du mal. De même si c’est un excès de sang, c’est du sang qu’il faut évacuer.

13La question qui vient logiquement à l’esprit du médecin ensuite est celle du signe clinique : comment faire pour ne pas commettre d’erreur et bien identifier quelle humeur il s’agit d’évacuer ? La réponse vient d’emblée : c’est la couleur qui signale l’excès d’une humeur, répond Galien (τεκμαίρεσθαι δὲ δεῖ τὸν πλεονάζοντα χυμὸν τῇ χρόᾳ). À chaque excès d’humeur correspondent des signes propres bien identifiables (ἔχει μὲν γὰρ καὶ αὐτὸς ἕκαστος τῶν πλεοναζόντων ἐν τῷ σώματι χυμῶν ἴδια γνωρίσματα). Galien ne manque pas de proposer dans son commentaire un dernier développement de la fin de l’aphorisme, à propos de chaque humeur, sur ses rapports avec les saisons et les lieux, dans l’ordre suivant : la bile blonde est associée à l’été et aux pays chauds, le phlegme à l’hiver et aux pays froids, puis à l’hiver, aux pays froids et à la vieillesse. Ainsi le commentaire à cet aphorisme propose-t-il, sans le dire clairement, en réalité un résumé à la fois de traités spécifiques, comme Airs, Eaux, Lieux, et plus largement de la théorie humorale.

Renvoyer à un résumé

  • 16 Commentaire aux Aphorismes, aphorisme 12 (17b.383 K) : ἐπὶ πλέον μὲν οὖν αὐτὰ διά τε τοῦ προγνωστι (...)

14Dans d’autres cas, Galien fait, dans son commentaire, une allusion explicite à un résumé de traité médical, dont il est l’auteur ou qu’il utilise. Certains aphorismes se prêtent en effet tout particulièrement au résumé plutôt qu’au commentaire. C’est le cas pour un aphorisme au commentaire particulièrement long, l’aphorisme 12. Il est consacré aux accès paroxystiques dans les maladies, leurs signes, leurs intervalles ainsi que leurs correspondances avec les saisons de l’année. Galien y fait allusion à des traités hippocratiques dont il ne présente pas de résumé mais auquels il se contente de renvoyer : Pronostic et Épidémies16. Il n’hésite pas non plus à mentionner ses propres oeuvres, en se contentant d’en donner le titre :

15Commentaire aux Aphorismes, aphorisme 12 (17b.383 K).

ἐπὶ πλέον μὲν οὖν αὐτὰ διά τε τοῦ προγνωστικοῦ καὶ διὰ τῶν ἐπιδημιῶν ἐκδιδάσκει καὶ ἡμεῖς κατὰ τὴν γνώμην τοῦ παλαιοῦ μετὰ τῆς προσηκούσης ἐξηγήσεως τὰς ῥήσεις αὐτοῦ παρεθέμεθα κατὰ τὸ πρῶτον περὶ κρίσεων.

Il développe les explications de ces éléments dans le Pronostic et dans les Epidémies et pour notre part nous avons repris ses phrases avec le développement qui suit, selon la pensée de l’Ancien, dans le premier livre du traité de Crises.

16Il ajoute dans le fil de ses références des allusions plus précises à d’autres de ses propres commentaires à l’œuvre hippocratique, auxquels il renvoie explicitement son lecteur :

17Commentaire aux Aphorismes, aphorisme 12 (17b.383 K).

νυνὶ δὲ διὰ κεφαλαίων αὐτοῦ τῷ Ἱπποκράτει λέλεκται τὸ πᾶν, ἡμεῖς τε καθόσον οἷόν τε διὰ συντόμων αὐτὰ σαφηνιοῦμεν. οἷς δὲ φροντὶς ἐπιμελῶς ἐκμαθεῖν ἅπασαν τὴν περὶ ταῦτα μάθησιν, ἐπὶ τὸ περὶ κρίσεων ὑφ’ ἡμῶν γεγραμμένον πορευέσθωσαν.

Tout est donc dit par Hippocrate dans ses propres titres, et pour notre part nous allons l’éclairer autant que possible dans les résumés. Pour ceux qui s’intéressent à ce qui concerne le domaine de connaissance de ces sujets-là, qu’ils se reportent à notre ouvrage de Crises.

18Galien ne manque pas non plus d’insister en n’hésitant pas à se répéter : dans ce commentaire à l’aphorisme 12, il renvoie au moins deux fois, et quasi à la suite, à son propre traité de Crises. Il semble donc dans ce passage de son commentaire nettement refuser de résumer le traité auquel il renvoie. Et pourtant il ne peut pas s’empêcher de poursuivre en envisageant successivement les différents types de maladies selon la fréquence des crises paroxystiques. S’il présente ce classement sans entrer dans le détail de chaque catégorie de maladies, sans faire réellement de résumé du traité des Crises, il en donne en quelque sorte le sommaire.

19Un peu plus loin dans le développement de son commentaire, Galien évoque les signes des différentes étapes de l’évolution de la maladie : à son apparition, au cœur de la maladie, et enfin les signes de sa disparition ou de son terme, qui peut être donné par la mort. Sur ces signes et leur interprétation, Galien laisse le choix à son lecteur : il le renvoie au résumé du traité hippocratique (καὶ νῦν ὡς ἐν ἐπιτομῇ λεχθήσεται καὶ περὶ αὐτῶν, 17b.391 K) et, « pour celui qui veut connaître l’intégralité de l’art d’Hippocrate, qu’il se reporte à la matière elle-même » (ὅστις δ’ ἂν ἐθέλῃ περὶ ταῦτα τὴν ὅλην τέχνην Ἱπποκράτους ἐκμαθεῖν, ἐπ’ ἐκείνην ἀφικνείσθω τὴν πραγματείαν, 17b.391 K).

Conclusion : une affaire de mots

20Galien a acquis ses connaissances dans l’art de la médecine auprès de grands maîtres eux-mêmes écrivains. Ces maîtres pratiquent leur enseignement à partir des textes des « Anciens » qu’ils commentent. Dans sa propre pratique du commentaire, Galien, s’il peut trancher avec eux du point de vue du contenu, n’innove pas du point de vue de la méthode. En revanche il prend le plus souvent pour point de départ les mots eux-mêmes. Certains en effet sont fondamentaux, tant du point de vue de l’acte médical que de la conception de la maladie, comme le verbe καθαίρεσθαι « purger ». D’autres correspondent à des notions caractéristiques et sont aussi les titres d’ouvrages de référence, comme Crises, περὶ κρίσεων. Galien y consacre naturellement un développement relativement fourni, qui correspond peu ou prou à une forme de résumé.

21Dans ses commentaires, Galien n’hésite pas non plus à renvoyer le lecteur, selon les circonstances, soit à un résumé, soit à un traité proprement dit. Il n’établit pas de jugement de valeur entre ces deux formes de texte : elles répondent aux attentes distinctes de lecteurs qui souhaitent ou non consulter le texte. Le résumé est en réalité présent partout dans le travail de commentateur de Galien, et a, en tant que tel, tout son intérêt.

Bibliographie

Textes anciens

Galien

Claudii Galeni opera omnia, éd. D. Carolus Gottlob Kühn, Medicorum Graecorum opera quae exstant, Leipzig, C. Cnoblochii, 1821‑1833, 20 vol. (réimpr. Hildesheim, Olms, 1964‑1965 ; reprod. en fac-sim. Hildesheim, Olms, 1997).

Pratiques anatomiques

Galenus, Anatomicarum administrationum libri qui supersunt novem : earundem interpretatio Arabica Hunaino Isaaci filio ascripta, éd. Ivan Garofalo, Naples, Prostat apud Brill Lugduni Batavorum [poi] Istituto Universitario orientale, t. I, Libros I‑IV continens, 1986 ; t. II, Libros V‑IX continens, 2000.

Sur ses propres livres

Galien, [Œuvres complètes], t. I, Introduction générale ; Sur l’ordre de ses propres livres ; Sur ses propres livres ; Que l’excellent médecin est aussi philosophe, texte établi, trad. et annoté par Véronique Boudon-Millot, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 2007.

Études

Boudon-Millot 2000 : V. Boudon-Millot, « Galien par lui-même : les traités biobibliographiques (De ordine librorum suorum et De libriis propriis) », dans D. Manetti (dir.), Studi su Galeno. Scienza, filosofia, retorica e filologia. Atti del seminario, Firenze 13 novembre 1998, Florence, Università di Firenze, Dipatimento di scienze dell’Antichità Gioigi Pasquali, 2000, p. 119‑133.

Durling 1981 : R.J. Durling, « Lexicographical Notes on Galen’s Writings », Glotta 59, 1981, p. 108‑116.

Festugière, Tonneau 1958 : A.‑J. Festugière, R.‑M. Tonneau, « Le Compendium Timaei de Galien », REG 65, 1958, p. 97‑118.

Grmek, Gourevitch 1994 : M. Gremk, D. Gourevitch, « Aux sources de la doctrine médicale de Galien : l’enseignement de Marinus, Quintus et Numisianus », ANRW II, 37/2, 1994, p. 1491‑1528.

Horster, Reitz 2010 : M. Horster Marietta, C. Reitz (dir.), Condensing Texts – Condensed Texts, Palingenesia 98, Stuttgart, Steiner, 2010.

Jouanna 2012 : J. Jouanna, « Galen’s reading of the Hippocratic treatise The Natur of Man : the foundation of Hippocratism in Galen », dans P. van der Eijk (dir.), Greek Medicin from Hippocrates to Galen, Leyde, Brill, 2012.

Skoda 1988 : F. Skoda, Médecine ancienne et métaphore. Le vocabulaire de l’anatomie et de la pathologie en grec ancien, Paris, Peeters, 1988.

Skoda 2001 : F. Skoda, « Galien lexicologue », dans M. Woronoff, S. Follet, J. Jouanna (dir.), Dieux, héros et médecins grecs. Hommages à Fernand Robert, Besançon, ISTA, 2001, p. 177‑196.

van der Eijk 2010 : P. van der Eijk, « Principles and practices of compilation and abbreviation in the medical Encyclopaedias of late Antiquity », dans M. Horster, C. Reitz (dir.), Condensing Texts – Condensed Texts, Palingenesia 98, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 519‑554.

Wolska-Conus 1992 : W. Wolska-Conus, « Les commentaires de Stéphanos d’Athènes au Prognostikon et aux Aphorismes d’Hippocrate : de Galien à la pratique scolaire alexandrine », REB 50, 1992, p. 5‑86.

Notes

1 Sur la composition de ces deux traités auto-bibliographiques, voir Boudon-Millot 2000.

2 Sur la pratique du résumé dans l’Antiquité, ses méthodes et ses emplois dans le domaine médical, sur le vocabulaire spécialisé, voir van der Eijk 2010.

3 Sur ses propres livres, 4, 9‑33 (Boudon-Millot, p. 147‑153 : 19.25‑30 K). Après avoir précisé que « Les vingt livres de l’œuvre anatomique de Marinos ont été résumés par nos soins en quatre, comme l’ensemble de ceux de Lykos en deux », τῶν Μαρίνου βιβλίων ἀνατομικῶν εἴκοσιν ὄντων ἐν τέτταρσιν ἡμετέροις ἐπιτομή, καθάπερ καὶ τῶν Λύκου πάντων ἐν δυοῖν, Galien en reproduit ensuite les titres.

4 Sur le commentaire de Galien au Timée, voir Festugière, Tonneau 1958.

5 Sur les rapports entre Galien et Quintus, voir Grmek-Gourevitch 1994, p. 1503‑1513. Quintus, précise Galien, n’a pas bien compris le texte hippocratique et en a donc proposé des commentaires erronés (Sur l’ordre de ses propres livres, 3, 7 ; Boudon : 19.57 K) : « Quintus et les disciples de Quintus n’ont pas compris avec justesse la pensée hippocratique, en conséquence de quoi aussi ils font des commentaires bien souvent incorrects », Κόϊντος δὲ καὶ οἱ Κοΐντου μαθηταὶ τὴν Ἱπποκράτους γνώμην οὐκ ἀκριβῶς ἐγνώκασι, διὸ καὶ πολλαχόθι τὰς ἐξηγήσεις οὐκ ὀρθῶς ποιοῦνται.

6 Sur le commentaire à Nature de l’homme et les outils de Galien, voir Jouanna 2012.

7 Galien dans le traité des Pratiques anatomiques, en donne une définition (Pratiques anatomiques VII, 2, 2.592 K) : ὁ ὑπεζωκὼς οὗτος ἐπιτείνεται πᾶσι τοῖς ἔνδον τοῦ θώρακος ὀργάνοις, « la plèvre [membrane qui ceint les parties] est tendue autour de toutes les parties internes de la cage thoracique ». Voir encore, entre autres, Mouvement des muscles, 9 (4.464 K).

8 Attestation indirecte chez Oribase, Fr. 58.

9 Attestation chez Soranos, 1, 58.

10 Voir Skoda 1988 sur les acceptions métaphoriques du terme, en particulier p. 115‑116.

11 Le syntagme ὁ τὰς πλευρὰς ὑπεζωκὼς ὑμήν chez Galien est bien attestés avec les deux acceptions, par exemple, Pratiques anatomiques, VII, 3 (2.664 K) ou Lieux affectés, V, 3 (8.322 K).

12 Par exemple dans Traitement par la saignée, 8, 1 (1.275 K).

13 Par exemple dans Facultés des médicaments simples, 9, 4 (12.180 K).

14 Sur la méthode et un autre exemple du commentaire aux Aphorismes, en particulier dans le cadre de l’enseignement, voir Wolska-Conus 1992.

15 Commentaire aux Aphorismes, aphorisme 2 (17b.356 K) : Ἐν τῇσι ταραχῇσι τῆς κοιλίης καὶ τοῖσιν ἐμέτοισι τοῖσιν αὐτομάτως γινομένοισιν ἢν μὲν οἷα δεῖ καθαίρεσθαι καθαίρωνται, ξυμφέρει τε καὶ εὐφόρως φέρουσιν, ἢν δὲ μὴ, τοὐναντίον, « Dans les dérangements du ventre et les vomissements qui se produisent spontanément, si ce qui doit être purgé est purgé, c’est bénéfique, et on le supporte facilement, mais sinon, c’est le contraire ».

16 Commentaire aux Aphorismes, aphorisme 12 (17b.383 K) : ἐπὶ πλέον μὲν οὖν αὐτὰ διά τε τοῦ προγνωστικοῦ καὶ διὰ τῶν ἐπιδημιῶν ἐκδιδάσκει, « il en développe les explications dans le traité du Pronostic et dans celui des Epidémies ».

Auteur

Université Lumière Lyon 2, HiSoMA (UMR 5189)

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search