Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Adon de Vienne, Vie de saint Theudère

p. 271-274


Texte intégral

123. L’enceinte de Vienne

1Adon est l’auteur de deux vies de saints, celle de l’évêque de Vienne Didier et la Vie de saint Theudère, Vita Sancti Theuderii (ВНL 8130). Saint Theudère est né aux alentours de 500 près de Saint-Chef (Isère). Vers l’âge de vingt ans, il part pour le monastère de Lérins, mais sa rencontre avec Césaire d’Arles change son destin ; ordonné prêtre par ce dernier, il reste à ses côtés dix ans avant de regagner son pays pour y fonder une abbaye consacrée à la Vierge. Après d’autres fondations, il est sollicité par l’évêque de Vienne, Philippe, pour être le « reclus » protecteur de la cité. C’est ainsi qu’il s’installe aux portes de la ville, à la recluserie de la colline Sainte-Blandine, pendant une douzaine d’années, jusqu’à la fin de sa vie en 575. Son corps est inhumé à Saint-Chef où son tombeau devient un lieu de pèlerinage. Il est fêté le 29 octobre (124).

2C’est vers 870 qu’Adon a écrit cette Vita ; c’est le seul document connu sur ce personnage et Adon ne livre pas ses sources. Le texte qui suit est au début de l’œuvre, lorsque Theudère revient d’Arles ; il est comme un doublet, plus précis cependant, de l’évocation de l’enceinte de Vienne dans la Chronique d’Adon (120, col. 44D-45A). Nous adoptons le texte de Br. Krusch qui utilise le ms. 0566 de l’Abbaye de Saint-Gall.

3Dans les pages qu’il consacre à l’étude du manuscrit envoyé par Adon aux moines de Saint-Gall, A. Grospellier donne quelques précisions sur cette Vie de Theudère ; le passage décrivant la muraille de Vienne est absent de l’édition de 1667 destinée à la collégiale de Saint-Chef ; en revanche, dans le texte publié en 1618 d’après le Passionnaire de Vienne, la description est augmentée « d’une assez longue addition sur l’Antiquité et les privilèges de la ville »440 ; cette addition, reproduite en note par l’auteur, est empruntée à la Chronique du même Adon (120) mais placée sous l’autorité d’Eusèbe de Césarée, et non plus de Livius… Le chanoine Grospellier relève en outre cette même interpolation dans un autre texte du Passionnaire de Vienne, à savoir la Passion des saints Séverin, Exupère et Félicien au 19 novembre.

Veniens itaque sanctus Teudarius non longe ab urbe Viennensium, perquirere instanter coepit, ubinam cellulam suae habitationis perficeret. Vt igitur paululum articulum scribentis ad Viennensem urbem deflectam, Vienna urbs Galliarum nobilissima ad occidentem et propter aquilonarem partem castris praeminentibus munitur, ut non facile accessus sit ad moenia ciuitatis : castrum primum ad meridiem uergens Crappo, cui uicinum est Eumenius ; proximo Quiriacus, cui, muro per uallem protenso, iungitur Propiciacus uel Pompeiacus, centum diis apud cultores daemonum quondam insignis ; non longe quintum castrum adnectitur, cui nomen uetustas Suspoli dedit. Ipsaque tota ciuitas cum omnibus suis castris a fluuio usque ad eundem fluuium Rhodanum protenso per colles usque in planum muro cingitur, metropolis inlustrissima, et inter Galliarum urbes insignissima.

Donc, approchant de Vienne, saint Theudère se mit à rechercher avec soin un endroit où il pût établir la cellule où il demeurerait. Aussi vais-je faire une digression sur la ville de Vienne ; Vienne, cité très célèbre des Gaules, est protégée à l’ouest et du côté nord par des forts situés sur des hauteurs pour rendre difficile l’accès aux remparts de la cité : le premier fort, sur le Crappum, regarde vers le sud, il est voisin de l’Euménius ; très près, le Quiriacus, auquel est relié par un mur qui franchit un vallon le Propiciacus, ou Pompéiacus, célèbre autrefois chez les adorateurs des idoles par ses cent dieux ; non loin se rattache le cinquième bastion, auquel son ancienneté a valu le nom de Suspolis. La cité elle-même tout entière avec ses bastions est ceinte par un rempart qui part du fleuve et aboutit au même fleuve, le Rhône, et qui court par les collines jusqu’à la plaine ; elle est la métropole la plus illustre et la plus remarquable des cités des Gaules.
(Adon de Vienne, Vie de saint Theudère, 7)

4Établissement du texte : à la troisième ligne, le terme occidentem est surprenant ; on attendrait plutôt orientem, mais ni la PL, ni les AASS, ni Br. Krusch dans son édition ne signalent de variante ; en revanche, Th.‑Cl. Delorme dans son étude (voir infra) n’hésite pas à corriger. Le texte de la PL propose une glose dans la dernière phrase, a fluuio [deest forte Jaira], usque ad eundem fluuium Rhodanum, supposant ainsi que l’enceinte part de la Gère au nord pour aboutir au Rhône au sud ; ce qui s’oppose à l’emploi de eumdem qui implique qu’il s’agit d’un seul et même fleuve, le Rhône.

5La description est organisée du sud vers le nord. Th.‑Cl. Delorme commente longuement ce texte qu’il rapproche de celui de la Chronique ; il relève les différences toponymiques : « Selon la chronique d’Adon, des noms de cinq tribuns sous les ordres de Jules César, les cinq forteresses de Vienne reçurent ceux de Crappum, Eumedium, Sospolum, Quiriacum, Pompetiacum : Ex nominibus tribunorum Julii Cœsaris nomina castris imposuerunt : Crappum, Eumedium, Sospolum, Quiriacum, Pompetiacum. Ces dénominations, quoique l’origine que leur donne Adon soit douteuse, se trouvent confirmées par beaucoup d’autres documents. Ils désignèrent aussi les montagnes sur lesquelles les forts étaient situés. Crappum était Saint-Just ; Eumedium, Pipet ; Sospolum, Salomont ; Quiriacum, Sainte-Blandine ; Pompetiacum, Mont-Arnauld. On trouve différentes variantes à ces noms dans les diverses éditions de la Chronique d’Adon et dans d’autres documents anciens. Ainsi une de ces éditions offre Grappum, au lieu de Crappum ; Pompeciacum, au lieu de Pompetiacum. Dans la vie de saint Theudère, par le même auteur, la première des deux forteresses est désignée par le nom de Cappro ; la seconde, par celui de Propiciacus et de Pompejacus. On y lit aussi Eumenius au lieu d’Eumedium ; Quiriacus et Mons Quirinalis au lieu de Quiriacum ; Sospoli au lieu de Sospolum. Eumedium est écrit Heumedium, avec un h, dans un prœceptum de Charles-le-Chauve, de l’an 858. Un extrait de l’obituaire de Saint-Maurice nomme Suspulus au lieu de Sospolum la montagne de Salomont, qui reçoit le nom de Mons Salomonis dans un acte du XIVe siècle, rapporté par Valbonnais, et dont le nom moderne, selon Chorier, dérive de salutis mons441. On rencontre encore beaucoup d’autres variantes de ces noms, mais nous n’avons pas le dessein d’en épuiser ici la série442. » L’auteur propose ensuite une traduction.

6On remarque que la colline du Pipet est à part dans la description. Ce point fortifié n’est pas relié aux autres, mais est englobé dans la muraille qui relie les quatre autres points fortifiés. Fr. Descombes se demande s’il faut considérer que les termes moenia et murus font référence à une seule réalité ou s’il faut y voir d’une part l’enceinte du Haut-Empire et d’autre part une allusion à une enceinte réduite443, dont on peut penser qu’elle existait déjà du temps de Grégoire de Tours (102). On peut supposer en effet que le terme civitas désigne plutôt la cité dans une enceinte réduite, regroupée autour du Pipet, ce qui pourrait expliquer la remarque ut non facile accessus sit ad moenia ciuitatis, la première ceinture du Haut-Empire ayant pour fonction de retarder l’accès au mur de la ciuitas elle-même qui serait avec le Pipet comme le donjon de l’ensemble. À notre avis, l’auteur décrit ce qu’il a sous les yeux, des murs d’enceinte, peu importe le mode de construction, sans faire de distinction entre la fortification du Haut-Empire et ce qui est plus tardif ; peut-on supposer que le mont Pipet est au centre d’une seconde enceinte utilisant d’autres points d’appui existants comme les murs de soutènement le long de la Gère, qui ont pu être interprétés comme ceux du palais impérial ? Rappelons l’expression de Grégoire de Tours qui parle d’un palatium regale intramuraneum.

7Longtemps on a admis sur la foi d’une inscription que l’enceinte du Haut-Empire aurait été offerte par Auguste vers 16‑15 av. J.‑C.444, mais des fouilles et des observations géologiques font que cette datation est mise en cause, et on a tendance à repousser la construction au règne de Tibère, voire plus tard445. Longue de 6 200 ou 7 000 m, selon que l’on considère qu’il a existé ou non une courtine le long du Rhône, elle est dotée de 58 tours circulaires, d’après le plan de P. Schneyder, mais seules vingt sont encore repérables, qui sont irrégulièrement réparties en fonction du terrain ; l’enceinte était percée de cinq portes, toutes disparues aujourd’hui. L’épaisseur du mur d’enceinte varie entre 1,50 et 4 m, sa hauteur pouvant dépasser 8 m. C’est N. Chorier qui donne, en 1659, la première description de l’enceinte. A. Lebot-Helly souligne que « l’enceinte n’entoure pas la ville antique de Vienne. Non seulement elle délaisse les quartiers situés sur la rive droite du Rhône – Saint-Romain-en-Gal occupé vers 30 av. J.-С., Sainte-Colombe-les-Vienne où l’urbanisation est attestée au tout début de notre ère – mais elle délaisse aussi l’ensemble du quartier sud de la rive gauche […] Au total, si l’enceinte inclut effectivement le centre politique et administratif de la ville signalé par le temple d’Auguste et de Livie, elle est en réalité centrée autour du cours de la Gère. La surface de territoire délimitée au nord de la rivière est sensiblement égale à celle délimitée au sud. Or ce territoire est loin d’avoir été occupé dans sa totalité. Au nord comme au sud de la Gère, les plateaux (Mont Salomon, Mont Arnaud, Mont Saint-Just) ne semblent pas avoir été construits […] On peut véritablement se demander quel fut le rôle exact dans la ville de ces vastes plateaux aménagés voire sensiblement augmentés lors de la construction du rempart. Il est vrai que la nature ostentatoire de cette gigantesque enceinte trouvait sa meilleure expression en occupant la totalité des points culminants qui entouraient la ville. Cette observation est valable pour l’arrière-pays viennois d’où l’enceinte devait être visible à une vingtaine de kilomètres. Mais est-ce là la seule raison qui prévalut au choix de son tracé, dès l’origine en désaccord avec le tissu urbain naissant ? »446. Voir fig. 5, 19 et 20.

Image 1000000000000389000002CD1ADD29D5.jpg

Fig. 19 – Plan géométral de la ville de Vienne ancienne et moderne par P. Schneyder (1772) (Collections de la médiathèque de Vienne, Isère).

Image 10000000000002D2000001FE20505511.jpg

Fig. 20 – « Vue orientale des restes de la citadelle » (lithographie de C. Constans, d’après un dessin d’Étienne Rey, in Rey et Vietty 1831, 2e partie, pl. II).

Bibliographie

Références

Œuvre

Molinier 1901, no 359 et 806 ; Chevalier 1912, n° 426, p. 72 ; J. Mabillon, AASS ord. S. Ben., I, p. 678‑681 ; II, p. 217‑220 ; Grospellier 1900, p. 11‑13 ; Descombes 1981, plus particulièrement p. 363‑364 et 365‑369 ; brève présentation dans Nimmegeers 2014, p. 162‑163. Une étude critique et historique, avec traduction partielle, Saint Theudère et son abbaye de Saint-Chef, a été donnée par l’abbé Varnet, Grenoble, 1873.

Éditions

MGH SRM III, éd. Br. Krusch, 1896, p. 527‑528. Trad. G. Lucas.

Outre l’édition de la PL 123, 1852, col. 443‑450, le texte est disponible dans AASS Octobre XII, 1867, p. 840‑843, à la date du 29 octobre.

Texte

Les études sur l’enceinte de Vienne reposent en grande partie sur P. Schneyder, Plan géométral de la ville de Vienne ancienne et moderne, 1760, conservé au musée des Beaux-Arts de Vienne. Sur Sospolus et les camps, voir Chorier 1658, 1, p. 3, 26, 336, 354, 423 et 435 ; Schneyder et Savigné 1880, p. 43‑46 ; Pelletier 1971, p. 62 ; discussion sur le texte d’Adon dans Biarne et al. 1986, p. 23‑24 ; Pelletier 1982, p. 103‑110 ; Pelletier 2001, p. 80‑82. Pour une présentation archéologique plus détaillée de l’ensemble de l’enceinte, voir Delorme 1842 ; A. de Rochas, « Note sur les remparts romains de Vienne », in Congrès archéologique de France. 46e session. Séances générales tenues à Vienne, Paris-Tours, 1880, p. 436‑448 ; Grenier 1931, p. 323‑329 ; J. Cottaz, « Notes relatives au Castrum de Pipet” à Vienne (Isère) », Rhodania, 1935, p. 72‑88 ; P. Cavard, Les anciens remparts de Vienne, Vienne, 1938 (étude préalablement publiée en neuf livraisons dans le Moniteur Viennois, entre le 25‑12‑1937 et le 19‑02‑1938) ; Chapotat 1963 et Chapotat 1976 ; deux articles de R. Bony, « Pour un nouveau tracé de l’enceinte du Bas Empire », BSAV 77/1, 1982, p. 79‑83, et « La double protection de Vienne au Moyen Âge », BSAV 81/3‑4, 1986, p. 67‑70. L’article d’A. Le Bot-Helly 1987 est essentiel et fait le point sur toutes les questions que pose cette enceinte ; en outre il reproduit les plans dressés depuis P. Schneyder par É. Rey et J.‑B. Vietty, A. de Rochas et G. Chapotat et propose une mise à jour. Pour l’iconographie, voir A. Audin, « Vienna Felix », BSAV 57‑58, 1961-1962, p. 63‑66 ; Desbat, Jouanaud et Blanchard 1983, p. 395 ; A. Desbat et H. Savay-Guerraz (dir.), Images d’argile : les vases gallo-romains à médaillons d’applique de la vallée du Rhône [exposition, Saint-Romain-en-Gal, Vienne, 2004] ; Gollion, 2011, p. 11, fig. 4 et p. 23, fig. 31‑32. Sur l’existence ou non d’une enceinte au Bas-Empire, voir désormais la synthèse proposée par J.‑Fr. Reynaud, « L’enceinte réduite », CAG 38/3, p. 188‑192, et dans Prévot, Gaillard et Gauthier 2014, p. 316‑317. Voir aussi CAG 38/3, p. 276‑278, sur la modification de la topographie urbaine dans le secteur du Palais des Canaux.

Notes de bas de page

440 Grospellier 1900, p. 11‑13.

441 Chorier 1658, p. 26.

442 Delorme 1842, p. 7‑9.

443 Biarne et al. 1986, p. 24.

444 Allmer et Terrebasse 1875, p. 11‑112 ; ILN V.I, no 47, p. 116‑117.

445 A. Lebot-Helly, Gallia Informations. L’archéologie et ses régions. Rhône-Alpes, 1996, p. 133‑134 ; Lebot-Helly 1987, p. 55‑56.

446 Lebot-Helly 1987, p. 57‑59.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.