Version classiqueVersion mobile

Epitome

 | 
Isabelle Boehm
, 
Daniel Vallat

Introduction

Isabelle Boehm et Daniel Vallat

Texte intégral

1Les abrégés ont constitué une forme à part entière de transmission des littératures dans le monde gréco-latin et une pratique philologique suffisamment répandue pour que certains textes ne subsistent aujourd’hui que dans une version abrégée.

2La question se pose donc de savoir pourquoi cette pratique s’est développée, et les réponses sont complexes. Les contraintes matérielles, qui elles-mêmes ont varié selon les époques (fragilité du support en papyrus, coût élevé du parchemin), ont certainement joué un rôle primordial, mais d’autres facteurs sont également intervenus, en particulier le format de l’original ; on peut, pour illustration, prendre un cas d’école : les résumés de Tite-Live. L’œuvre immense de l’historien latin nous est parvenue très incomplète : à peine le quart de l’ensemble (35 livres sur 142, soit les livres 1 à 10, et 21 à 45) ; elle ne tenait donc pas, dans l’Antiquité tardive, en un seul manuscrit, et des pans entiers ont disparu lors des hasards de la transmission des textes. En revanche, nous avons conservé des résumés de chaque livre, qui portent le nom de periochae (du grec περιοχή « sommaire ») : nous connaissons ainsi, au moins brièvement, leur teneur. La réduction est souvent spectaculaire : pour le livre 1, le résumé est environ 36 fois plus court que l’original ; pour le livre 45, environ 69 fois plus court ; et le résumé du livre 142 (perdu) ne dépasse pas les sept lignes de texte (édition Jal, CUF). Les raisons qui ont conduit à la rédaction des periochae liviennes sont diverses et témoignent de toute une série de difficultés qui ont dû se poser dès l’origine et n’ont fait que s’accentuer. Il existait certainement une difficulté d’accès au texte complet, fractionné en une multiplicité de supports (peut-être un rouleau de papyrus par livre, puis au moins cinq livres par manuscrit). Par ailleurs, la longueur même du texte rendait ardue toute tentative pour se repérer dans un ensemble immense, et dont la disposition et le contenu mêmes pouvaient varier d’une copie à l’autre : on a un peu oublié, aujourd’hui, la révolution qu’a constituée l’introduction de l’imprimerie, qui a permis la diffusion de textes codifiés, qui a également imposé, pour une édition donnée, une pagination fixe et aisément référable, puis répandu l’usage de l’index et de la table des matières – et que dire de l’apparition, depuis seulement une vingtaine d’années, des logiciels et leurs outils de recherche automatique ? Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, en l’absence de tous ces outils, on ne pouvait guère se repérer qu’en ajoutant des signes ou des rubriques dans les marges. Enfin, il ne faut pas sous-estimer une difficulté que les étudiants d’aujourd’hui connaissent bien : celle de la langue de Tite-Live, un latin stylisé et complexe, bien éloigné du latin, rudimentaire et accessible à tout public, des periochae. Les periochae accomplissaient ainsi l’idéal d’une culture générale indolore : connaître l’original sans l’avoir lu ! Sans doute destinées, à l’origine, à figurer au début de chaque livre, elles ont par la suite été réunies en un livre indépendant, dont la brièveté, la maniabilité et la facilité lui ont permis de mieux traverser les siècles que son original. Mais ce phénomène s’observe au-delà des arguments : la tendance générale est à l’abrègement, surtout dans les littératures techniques : ainsi le De uerborum significatu du savant augustéen Verrius Flaccus, aujourd’hui perdu, a-t-il été d’abord abrégé par Festus vers le iiie siècle, dont il ne reste qu’un seul manuscrit mutilé ; mais Paul Diacre, au viiie siècle, a abrégé à son tour Festus à partir d’un exemplaire intact et nous permet d’avoir accès à une version certes brève, mais essentielle, de savoirs fragmentés remontant à la meilleure époque des antiquaires romains.

3Mais l’usage du résumé n’a jamais été unifié ni codifié : il ne repose sur aucune théorie, mais sur des pratiques variées. Il existe ainsi différents genres d’abrégés, qu’on peut classer, par exemple, selon le degré d’abréviation de l’original : en bas de l’échelle, dans la condensation minimale, se trouvent des formes d’épitomé par simple τομή, c’est-à-dire des résumés par sélection d’extraits ; cette technique, théoriquement, n’altère pas le contenu du texte conservé, mais, par ses coupures, provoque une rupture volontaire dans la suite logique de l’œuvre et des idées, pour ne garder que des passages qui ont semblé pertinents dans un contexte donné (on peut songer aux déclamations latines, chez Sénèque le Père ou Calpurnius Flaccus). En haut de l’échelle, les formes maximales d’abréviation comptent par exemple l’usage du sommaire ou de l’argument : le premier a pu être pratiqué par l’auteur même, comme dans le cas des Histoires naturelles de Pline l’Ancien, dont le premier livre constitue une table des matières, sous forme de listes, des livres 2 à 37, avec en plus, à la fin de chaque résumé, une liste des sources latines et grecques (séparées) exploitées par Pline ; il arrive que seul le sommaire subsiste (comme pour certains livres d’Aulu-Gelle). Quant à l’argument, surtout employé pour résumer les textes poétiques et théâtraux, il était lui aussi destiné à figurer en amont du texte, dans le « paratexte », et se trouvait parfois soumis à des contraintes précises (arguments métriques), par exemple résumer chaque livre de l’Énéide en 10, 6, 4 ou même un seul vers. Mais il existe parfois plusieurs arguments pour un seul texte, par exemple pour les pièces de Sophocle ou d’Aristophane ; cette variété implique que le résumé est par essence secondaire et ne possède ni la diffusion, ni la légitimité de l’original. Il y a d’ailleurs des textes plus facilement résumables que d’autres. Ainsi, le texte poétique n’est par nature pas destiné à être réduit, car sa spécificité réside dans la forme poétique même, absolument impossible à condenser, contrairement au texte technique, d’abord considéré comme source d’information.

4Il existe enfin des formes textuelles qui frayent avec le résumé sans nécessairement en être un : ainsi, les paraphrases sont tantôt plus courtes, tantôt plus longues que l’original, selon sa nature, surtout quand s’y greffe une visée de commentaire. La citation et l’allusion confinent aussi aux limites de l’abrégé : la première est une forme d’extrait, la seconde une reformulation plus ou moins explicite (mais parfois silencieuse) ; d’ailleurs, le conditionnement syntaxique brouille parfois la frontière entre les deux (ainsi pour les fragments d’œuvres perdues : un discours direct comme « Varron dit : […] » suggère une certaine authenticité ; un discours indirect comme « Varron dit que » est plus suspect d’altérations diverses.

5Ainsi, les relations entre original et résumé sont d’autant plus complexes que l’un et l’autre présentent des formes variées et que le résumé constitue une intervention intrusive de la part d’un tiers. En effet, l’abrégé idéal est le résumé d’auteur, mais il demeure très rare : on peut songer à Donat au ive siècle, qui a lui-même réduit son traité de grammaire en une version plus courte (ars maior vs ars minor). Mais, en dehors de ces cas exceptionnels, le résumé est l’œuvre d’un tiers qui n’est pas l’auteur, et en général n’est pas un auteur stricto sensu : on peut supposer qu’il est, dans le meilleur des cas, un philologue reconnu (comme Aristophane de Byzance, à qui l’on attribue des arguments à Sophocle, Aristophane ou Ménandre), plus souvent sans doute un grammairien anonyme, voire un amateur éclairé – mais, dans la majorité des cas, c’est l’œuvre d’un inconnu.

6Se pose alors le problème fondamental : dans quelle mesure le résumé est-il fidèle à l’original ? La fidélité suppose, avant tout, une compréhension juste de l’œuvre première et elle est systématiquement mise en danger par l’acte de déformation qu’est le résumé. En ce sens, un résumé constitue une forme particulière d’interprétation et de (mé)compréhension – en un mot, de réception – de l’œuvre originale.

7En l’absence de cadre théorique et méthodologique dans l’Antiquité, le résumé est avant tout le fruit d’une initiative individuelle, dont la maîtrise est donc sujette à caution, et de toute manière un acte qui exprime nécessairement une subjectivité, toute-puissante dans le choix des informations retenues, et surtout écartées. Il existe encore, apparemment, des exemplaires personnels de résumés effectués directement sur l’original, qui n’étaient donc pas destinés a priori à une diffusion réelle ; en revanche, on peut estimer que les résumés qui se trouvent au début d’une œuvre – en particulier les arguments, surtout ceux en vers – ont été dès le départ conçus pour figurer avant le texte et être lus avec lui, et en aucun cas pour le remplacer ou circuler indépendamment.

8Il y a parfois loin, aussi, de l’intention au résultat. Le résumé est en ce sens paradoxal, d’abord dans son principe même, puisqu’il s’agit de produire un texte qui n’est pas pensé comme nouveau ni indépendant, mais simplement raccourci, et qui cependant devient un texte à part entière, et donc susceptible d’exister par lui-même. Cette tendance donne lieu à des cas extrêmes quand les résumés évoluent à leur tour en genre littéraire. C’est le cas des arguments poétiques : leur rôle est avant tout pédagogique et vise à donner un cadre minimal sur l’intrigue et le contenu du texte à venir ; mais les arguments métriques virgiliens, finalement, s’émancipent de cet objectif, et forment un genre spécifique d’épigrammes – un exercice de style à part entière–, et dont le but réel n’est précisément pas de fournir des informations sur un texte que tout le monde était censé connaître, mais d’illustrer l’ingenium des abréviateurs : l’objectif est devenu à la fois formel et littéraire, mais non informatif.

9Cette évolution illustre la diversité du résumé mais reste exceptionnelle. Le processus même du résumé exprime en fait des intentions premières de simplification et de praticité ; mais il trahit également des tendances plus profondes, typiquement « postmodernes » (quel que soit le référent de modernité) : il suppose l’existence d’un texte « classique » et d’une autorité suffisante pour justifier le travail d’abréviation (résumer un texte court ou sans intérêt n’aurait guère de sens) ; il implique par ailleurs une négation du caractère littéraire du texte (quand il en possède un) : toute dimension stylistique (congénitale à la poésie, mais aussi à la prose historique) disparaît nécessairement dans le résumé, et l’original se trouve ainsi assimilé aux textes techniques non littéraires, et donc considéré comme une simple source d’information, et non comme une œuvre ; enfin, le résumé est un produit de la culture écrite car il nécessite avant tout la lecture du texte à résumer, mais son but est paradoxalement d’éviter une lecture intégrale de l’original. À ce titre, il exprime également une évolution dans la culture pédagogique de l’Antiquité : parallèlement à l’entraînement mémoriel auquel les Anciens se livraient dans les écoles – et l’on connaît leur mémoire prodigieuse –, le résumé exprime une forme de défiance envers la seule mémoire et une volonté de permettre une connaissance indirecte, médiatisée et rapide, de l’œuvre originale : c’est alors un outil de culture générale et secondaire, reflet déformé d’une culture directe qui nécessite plus d’efforts et de patience.

10À la fois pratique individuelle et scolaire, pédagogique et formelle, fidèle et infidèle, longue ou brève, littéraire ou simplement technique, privée et publique, systématique et occasionnelle, preuve de maîtrise ou d’amateurisme, les résumés présentent des visages extrêmement divers, qui, in fine, sont fonction à la fois de la nature des originaux, des intentions des abréviateurs et des aléas de leur propre réception auprès de publics certes lettrés, mais eux aussi variés.

  • 1 On peut se reporter à l’introduction de M. Hoster et C. Reitz, « “Condensation” of Literature and (...)

11L’objectif de ce volume est de s’intéresser à des cas précis de résumés antiques en eux-mêmes, en dehors de cadres conceptuels modernes1 qui déformeraient davantage cette forme volontaire de difformité qu’est l’abrégé. Les études ici réunies permettent ainsi d’approfondir ces pratiques philologiques, en explorant les modalités et les interactions à l’œuvre lors de la constitution d’un résumé, ainsi que les modifications qui surviennent entre la production de l’original et sa reproduction abrégée.

12Les contributions du volume sont articulées autour de deux axes : les résumés de textes scientifiques et techniques en premier lieu, puis les résumés qui relèvent du contexte rhétorique et scolaire. Les textes scientifiques ou techniques au sens large n’ont pas, a priori et exception faite de quelques textes historiques, de prétentions littéraires : ils visent avant tout à la transmission du savoir ou de l’information.

13Philip van der Eijk et Christine Salazar, dans « Aetius of Amida’s abbreviations of his Galenic source texts », en montrent le fonctionnement et l’utilisation.

14Klaus-Dietrich Fischer, lui, dans « Die kleinen Blutsauger, und Anderes bei Oribasios und den spätantiken Exzerptoren Aetios und Paulos von Aigina », à partir d’une étude de quelques termes spécialisés, réussit à retrouver chez Oribase les témoignages des sources abrégées qu’il utilise.

15Isabelle Boehm, dans « Galien au travail : commenter, expliquer, critiquer ou abréger ? » observe comment Galien procède pour résumer sans le dire et quelquefois sans le vouloir soit dans des commentaires aux traités hippocratiques, soit dans la présentation de sa propre production littéraire. La référence explicite à des résumés auxquels le médecin renvoie le lecteur est mise sur le même plan que la référence aux traités in extenso. Les deux types de textes sont des ouvrages de travail et de réflexion aussi utiles et aussi utilisés l’un que l’autre.

16Anne-Marie Doyen-Higuet, spécialiste de médecine hippiatrique grecque, examine dans sa contribution « L’Épitomé de la Collection d’hippiatrie grecque. Un authentique manuel vétérinaire » ce traité, en réalité authentique en regard des textes de la Collection d’hippiatrie grecque, pour avancer des hypothèses de datation et préciser le rapport qu’entretient cet Épitomé avec les autres traités hippiatriques.

17Émilie-Jade Poliquin (« Les Catastérismes d’Ératosthène : l’histoire de leurs rédactions en regard des magnitudes stellaires ») étudie le cas d’un texte d’astronomie dont l’original a disparu, et qui ne subsiste que sous la forme de résumés grecs et latins. L’étude d’un point précis (la brillance des étoiles) permet de cerner les enjeux de la transmission et de l’histoire du texte scientifique.

18Markus Mülke, dans « Caede quicquid est noxium ! Die lateinische Übersetzung von Origenes, Περὶ ἀρχῶν, als dogmatische Epitome », met en évidence le travail de traduction et de résumé du traité d’Origène. Ce travail est de plus orienté : il a des visées didactiques très nettes, qui expliquent certains choix du rédacteur.

19Marion Bellissime, elle, s’interroge sur la plume de l’abréviateur lui-même, dans « Zonaras, l’auteur derrière l’épitomateur ». En résumant une histoire du peuple romain, essentiellement à partir de Cassius Dion et Plutarque, se défend-il d’avoir un style propre ? À partir d’une comparaison avec ses sources, et plus particulièrement des discours directs, Zonaras s’amuse à alléger ou à alourdir, au gré de sa fantaisie, selon des critères esthétiques qui lui sont propres.

20La seconde partie présente des résumés d’œuvres plus littéraires, résumés issus du milieu éducatif, primaire ou secondaire. Ainsi, Andrea Balbo et Loredana Boero (« Abbreviare per la scuola : gli excerpta di Seneca Retore ») étudient les méthodes suivies par l’abréviateur des Controverses de Sénèque le Père. L’analyse, dans les passages parallèles, des choix de l’excerptor dans ses suppressions et parfois ses ajouts, jusque dans sa syntaxe, illustre une intention de simplification, cohérente avec un public-cible issu des écoles de rhétorique.

21Alice Borgna (« Couper quoi, comment, pour qui ? Justin, l’Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée et son lectorat ») aborde d’abord les questions soulevées par la datation de Justin et la réception, plutôt négative, par la critique moderne de son Abrégé de Trogue Pompée ; en comparant le texte de Justin et les sommaires qui restent de Trogue Pompée, ainsi que les déclarations préliminaires de l’abréviateur, elle pointe une méthode assumée, avec le choix d’épisodes construits, et des centres d’intérêt qui désignent comme destinataire l’école de rhétorique.

22Amedeo Alessandro Raschieri (« Epitomare nella scuola di retorica : Giulio Paride e Ianuario Nepoziano ») analyse deux résumés tardo-antiques de Valère-Maxime, ceux de Julius Paris et de Januarius Nepotianus. Les trois œuvres étant disponibles, une comparaison précise permet de sonder les objectifs des deux abréviateurs qui, dans leurs préfaces, affirment vouloir faire œuvre utile. Mais tous deux ont des intentions et des méthodes divergentes : Paris entend effectuer une synthèse de son modèle, afin de schématiser davantage le catalogue d’exempla, alors que Nepotianus se livre à une paraphrase où la réécriture tente de concurrencer l’original.

23Maria Kazanskaya (« Le lectorat des arguments narratifs euripidéens ») cherche à définir quels sont les lecteurs des arguments à Euripide conservés sur papyrus. Si leur utilisation en contexte rhétorique ou scolaire, par exemple comme source mythographique, semble bien attestée, on peut aussi postuler l’existence d’un lectorat plus large, qui n’ait pas nécessairement accès aux textes complets d’Euripide et pour qui les arguments forment la base d’une culture générale.

24Massimo Gioseffi (« Riassumere Virgilio alla scuola del grammatico ») envisage les différentes formes de résumés des textes virgiliens dans l’environnement scolaire et les commentaires à Virgile : titres, arguments métriques (dont le but informatif est suspect), ou encore aperçus qu’on trouve principalement au début du commentaire de Servius aux différents livres de chaque œuvre virgilienne.

25Daniel Vallat (« Donat, Servius et la Vita Vergiliana : méthodes et enjeux d’un résumé scolaire ») compare la biographie de Virgile par Donat (reprise à Suétone) et celle de Servius, quelques décennies plus tard. Après un aperçu des questions d’organisation d’un accessus à Virgile, il analyse le travail effectué par Servius sur le texte de Donat : les suppressions, modifications, réorganisations, parfois les déformations, témoignent de la conscience, chez Servius, des enjeux de représentation dans un résumé scolaire.

26Françoise Morzadec (« Lactantius Placidus : résumer et commenter la Thébaïde de Stace ») étudie les arguments à la Thébaïde, qui présentent et divisent chaque livre en une suite d’épisodes et de prises de parole et montre que l’écriture de ces textes ne vise pas tant à informer le lecteur d’une trame narrative précise et fidèle qu’à le préparer aux enjeux de l’épopée. L’argument constitue donc, en soi, une forme de réception du texte source.

27Chiara Formenti (« Riassunti delle odi nei commenti oraziani di Porfirione e Pseudo-Acrone ») détaille les élements de résumés des odes d’Horace : d’une part, les titres, indépendants dans nos sources des commentaires proprement dits, fournissent de brefs éléments clés pour contextualiser le poème ; de l’autre, les commentaires de Porpyrion et du Pseudo-Acron proposent des introductions plus complètes, qui semblent remonter à une origine commune.

28Jérôme Bastick (« Les résumés des romans grecs dans la Bibliothèque de Photios Ier de Constantinople : enjeux d’une transmission partielle et partiale ») s’intéresse au résumé à l’époque byzantine, avec les notices de Photios (ixe siècle) sur les romans grecs, en particulier les Éthiopiques d’Héliodore, et montre comment le résumé peut « réinventer » l’œuvre originale.

Notes

1 On peut se reporter à l’introduction de M. Hoster et C. Reitz, « “Condensation” of Literature and the Pragmatics of Literary Production », dans Condensing texts – Condensed texts, Palingenesia 98, Stuttgart, 2010.

Acheter

Volume papier

LCDPUleslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search