Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Adon de Vienne, Chronique

Texte intégral

Adon de Vienne, Ado Viennensis (799‑875), fut moine, d’abord à l’abbaye de Ferrières-en-Gâtinais, ensuite à Prüm en Allemagne (ca 840 ?), qu’il quitta pour venir à Lyon vers 850 ; ce fut lors de son séjour à Lyon qu’il composa son Martyrologe. À la mort de l’évêque de Vienne, Aguilmar, le 7 juillet 859, le siège resta vacant un certain temps ; Adon, dont l’accession à l’épiscopat fut sans doute difficile, est attesté comme évêque en novembre 860 au concile de Tusey. Il meurt le 16 décembre 875 et est enseveli dans l’église des Apôtres, c’est-à-dire Saint-Pierre-de-Vienne. Il est inscrit par Baronius au Martyrologe romain à la date du 16 décembre : Viennae, in Gallia, beati Adonis, Episcopi et Confessoris. Parmi ses œuvres, son Martyrologe, sa Chronique et sa Vie de saint Theudère fournissent quelques passages sur l’histoire de Vienne. Ses ouvrages, largement diffusés, sont très sévèrement jugés par les commentateurs, qui dénoncent son manque de fiabilité et des opérations de falsification.

  • 370 Dubois et Renaud 1984, p. xix.

1La Chronique va de la Genèse jusqu’en 869, et sera complétée jusqu’en 879 après la mort d’Adon. L’œuvre est divisée en six âges (aetates), Adon suivant en cela le modèle divin, qui, d’après la Genèse, créa le monde en six jours : I. Aetas prima, Ab origine mundi usque ad diluuium ; II. Aetas secunda, A diluuio ad Abrahammi natiuitatem ; III. Aetas tertia, Ab Abraham ad Dauid usque ; IV. A Dauidis regno ad transmigrationem Hebraeorum in Babyloniam ; V. Ab eadem transmigratione ad Christum Seruatorem nostrum ; VI. A Christo ad mundi finem. Dans son introduction au Martyrologe, J. Dubois rapporte le jugement sans appel de M. Duchesne : « Faite à coups de ciseaux, elle n’est, d’un bout à l’autre, qu’un assemblage de morceaux rapportés, cousus, interpolés, sans aucun art de composition. » Dubois poursuit : « Adon a utilisé la chronique de Bède, à laquelle il a ajouté divers éléments suivant une chronologie douteuse quand elle n’est pas absolument inexacte, et volontairement truquée. Le plus bel exemple est fourni par la liste des évêques de Vienne. […] La Chronique d’Adon mériterait une étude précise pour apprécier la valeur exacte de ses rares données originales. Cette recherche longue et difficile apporterait sans doute peu de renseignements positifs, mais elle écarterait définitivement les erreurs tenaces qui en proviennent370. »

2Ladite Chronique fut imprimée dès 1512 (à la suite de l’Historia Francorum de Grégoire de Tours), puis plusieurs fois par la suite, et c’est dans cette chronique qu’on trouve pour la première fois des assertions concernant l’histoire de Vienne qui ont alimenté l’imaginaire collectif viennois.

3Le texte que nous reproduisons est celui de la PL de J.‑P. Migne (tome 123) ; nous ne connaissons pas d’éditions plus récentes de ce texte. La PL est très avare d’apparat critique alors même qu’une note en bas des colonnes 23 et 24 avertit le lecteur du mauvais état du manuscrit : Dolendum est autem quod istud Chronicon multis mendis scateat, quae defectu ms. codicum corrigi non potuerunt.

120. Chronicon, Aetas quarta : la fondation de Vienne

120. col. 44D-45A

[4047] […] Vienna urbs condita a Venerio Africae exsule, inde nominata, ut Liuius in Annalibus scribit, quod bienno perfecta fuerit, primum Bienna, postmodum b subtracta, addita u, Vienna nuncupata. Quam postea Romani, Senatu composito qui Gallias disponeret, Senatoriam appellare uoluerunt. Inde post aliquot tempora, quinque legionibus in ea compositis, quinque castris in circuitu eam insignem fecere ; ac publica horrea et cellaria totius militiae ibi constituerunt. Ex nominibus autem tribunorum Iuli Caesaris, nomina castris imposuerunt Crappum, Eumedium, Sospolum, Quiriacum, Pompetiacum.

[Année du Monde, 4047.] La ville de Vienne fut fondée par Vénérius, un banni d’Afrique, et fut ainsi nommée, comme l’écrit Livius dans ses Annales, parce qu’elle fut achevée en deux ans et s’appela d’abord Bienna, puis, après retrait du b et rajout d’un v, Vienna. Après une réunion du Sénat pour organiser les Gaules, les Romains décidèrent de donner à cette cité l’appellation de sénatoriale. Puis, quelque temps après, cinq légions y étant rassemblées, ils la distinguèrent, en l’entourant d’une enceinte fortifiée avec cinq bastions ; et ils y installèrent des greniers publics et des entrepôts de vivres pour toute l’armée. C’est à partir des noms des tribuns de Jules César qu’on nomma les points fortifiés, Crappus, Eumedius, Sospolus, Quiriacus, Pompeiacus.
(Adon de Vienne, Chronique, IV)

  • 371 Chorier 1658, p. viii.
  • 372 Adon de Vienne, Vie de saint Theudère (123).

4Ce premier texte à mentionner Vienne dans la Chronique est une sorte de résumé de l’histoire de Vienne, de sa fondation à l’Empire. N. Chorier notait que la référence à « un certain Livius ou Libius […] étant inconnu ne doit pas avoir plus d’autorité qu’il n’a de réputation »371 et il ne s’agit évidemment pas de Tite-Live ; erreur ou volonté délibérée d’Adon de se placer sous une autorité indiscutable ? Signalons que ce passage est à l’origine d’interpolations372 placées sous l’autorité, tout aussi fantaisiste, d’Eusèbe de Césarée. D’après ce passage, la fondation de la ville remonterait à 4047 après la création du monde, précédant la fondation de Rome, qui est située en 4103 dans la chronologie d’Adon ; il est à noter que Vénérius est contemporain du roi albain Aventinus, le bisaïeul de Rémus et Romulus. Ce supposé fondateur, Vénérius, est inconnu par ailleurs, mais son nom est repris dans une inscription latine postérieure composée en 1518 par un certain Lavinius (alias frère Lubin chez Rabelais ?) de l’ordre des frères prêcheurs : N. Chorier rapporte le texte latin qui mentionne comme véritable fondateur le seizième roi des Allobroges, qui, à l’époque d’Ascatade (roi assyrien mythique, qui aurait régné dans le dernier quart du XVIe s. av. J.‑C.), installe la cité sur les bords du Rhône dans un emplacement fertile ; voici les dix premières lignes :

Vrbs antiqua potens armis clarissima gentis/Allobrogum Astacadis tempore structa fuit/a decimo sexto qui celtas regit ad amnem/condidit hanc Rhodanum fertiliore solo/et quia frondosa tentoria fixit in ulmo/ posteritas vulmi signa decora tulit/punica nave fugit cvm tecta Venerius urbem/hanc tandem uouvit nomen habere suum/aedibus insignis peregrino marmore templum/erexit centum ludificata diis.

  • 373 Chorier 1658, p. 380‑382.

Cette antique et puissante cité, fameuse par les hauts faits de la nation des Allobroges, fut bâtie au temps d’Ascatade par le seizième roi qui gouverna les Celtes. Il la fonda sur les bords du Rhône, dans un sol plantureux, et, parce qu’il dressa sa tente sous un orme touffu, ses descendants ont conservé Forme pour armoiries. Vénérius fuyant Carthage sur son navire vint aborder en cette ville et lui donna son nom. Déjà remarquable par ses édifices, elle alla chercher au loin les marbres les plus précieux pour ériger un temple aux cent dieux qui l’abusaient. Du vivant de César, les tribuns romains ajoutèrent à ses fortifications cinq citadelles, qui prirent le nom de chacun d’eux373.

5Comme on le voit, le texte de l’inscription s’inspire de la notice d’Adon ci-dessus, et probablement des deux suivantes ; la suite de l’inscription célèbre Crescens, Zacharie et Maurice. Mais surtout cette inscription s’apparente étroitement à un courant plus général qui tend à faire remonter les Gaulois aux Troyens, et, par-delà, aux fils de Noé ; la thèse provient de la publication d’une fausse œuvre antique attribuée à Bérose, prêtre chaldéen du IIIe s. av. J.‑C., par Annius de Viterbe en 1497 ; puis Jean Lemaire de Belges l’a répandue avec grand succès dès 1511 dans son ouvrage Illustrations de Gaule et singularités de Troie, où on apprend aussi que Lyon fut fondée par le 13e roi des Celtes, Lugdus… d’où son nom, Lugdunum ; le fondateur de Vienne, Allobrox, aurait régné à la fin du XVIe s. av. J.‑C. On peut lire à la page 2 du Journal de Vienne du 13 juillet 1856 (numérisé et accessible en ligne), un article d’Alfred de Terrebasse consacré à cette inscription, avec traduction et commentaire.

  • 374 Chorier 1658, p. 345.
  • 375 Cavard 1975, p. 156‑159.
  • 376 Histoire Auguste, Vie dAlexandre Sévère, éd. A. Chastagnol, coll. Bouquins, Paris, 1994, p. 632‑633

6Selon N. Chorier, le marbre sur lequel est gravée l’inscription a été transporté de son emplacement d’origine « au nouvel hôtel de ville et placé au-dessus du premier repos du grand escalier » en 1583 ; depuis lors elle a été de nouveau déplacée en 1771 à l’hôtel de ville, où on peut encore la voir, complétée par une traduction, comme le signale Le Moniteur Viennois du 18 avril 1936 à la page 2 dans sa rubrique « Chronique locale ». Le même N. Chorier rapporte une tradition qui voulait que les cendres de Vénérius eussent été placées dans une urne d’or à la pointe de la Pyramide374 ; il est vrai qu’on en a fait aussi le tombeau de Pilate, voire sa maison, le mausolée ou plutôt un cénotaphe en l’honneur d’Auguste375 ; et P. Schneyder s’appuie sur un passage de la Vie d’Alexandre Sévère dans l’Histoire Auguste (LXIII, 3) pour en faire le cénotaphe de cet empereur : cenotaphum in Gallia, Romae sepulchrum amplissimum meruit, « on lui bâtit un cénotaphe en Gaule et un tombeau grandiose à Rome »376.

  • 377 Nimmegeers 2014, p. 159.

7Pour en revenir à la notice d’Adon, il est évident que l’auteur a voulu célébrer la très haute antiquité de Vienne, plus ancienne même que Rome, et il s’est inspiré étroitement de l’Énéide en faisant de Vénérius (jeu de sonorités sur Venus/Æneas ?), banni de Carthage comme le fut Énée, le fondateur éponyme de la cité. Ainsi, Vienne n’a rien à envier à Rome, elle a même ses cinq collines « qui font écho aux sept collines romaines »377. Le fait de continuer la notice en mentionnant le statut de la cité, son enceinte et César n’est pas anodin ; c’est la dernière étape qui fait passer la ville des temps mythiques aux temps historiques ; les temps forts de l’histoire de la ville sont ainsi esquissés dans cette première notice où il est question de Vienne. Reste à savoir si ce passage n’est pas une interpolation.

Références

Auteur et œuvre

Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Ado of Vienne » [S. Kaschke]. Sur la vie d’Adon, voir J. Mabillon, AASS ord. S. Ben., IV, 2, p. 262‑271 ; Chronicon, fragments dans le Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome VII, Dom M. Bouquet, sous la dir. de L. Delisle. Paris, 1870 ; Brunhölzl 1996, p. 105‑109. On trouvera en outre de nombreux renseignements dans Nimmegeers 2014, p. 157‑166 ; les pages 159‑162 présentent une rapide analyse de la Chronique d’Adon.

Édition

PL 123, 1852, col. 44D-45A. Trad. G. Lucas.

Texte

Sur les légendes de fondation, voir Le Lièvre 1623, p. 4‑6 ; Chorier 1658, « Dissertation I », p. iij-xj. Pour le commentaire sur les fortifications de Vienne, nous renvoyons au texte 123 extrait de la Vie de saint Theudère.

121. Chronicon, Aetas quinta : Vienne avant la naissance du Christ

121. col. 52C

[4350-4428] Quo tempore Galli Senones et Viennenses, Martis et Victoriae templum ad orientem urbis Viennae constituunt.

[Années du Monde 4350‑4428.] À cette époque, les Gaulois, Sénons et Viennois, érigent à l’est de la cité de Vienne un temple à Mars et à la Victoire.
(Adon de Vienne, Chronique, V)

8Adon, dans les lignes qui précèdent, évoque les éphémères souverains perses qui se succèdent dans le dernier quart du Ve s. av. J.‑C. (Xerxès II et Sogdianus pour les années 424‑423), Hippocrate et Démocrite ; le paragraphe suivant mentionne le règne de Darius II (423‑405). La présence de Sénons à Vienne est peu probable ; en revanche, on peut se rappeler que ce sont des Sénons conduits par un certain Brennus qui ont envahi l’Italie vers 390 av. J.‑C., écrasé les Romains sur l’Allia et pris Rome. Le séjour présumé des Sénons à Vienne est une manière détournée d’associer Vienne à ce haut fait d’armes que fut la prise de Rome par les Gaulois. D’autant que le temple est consacré à Mars et à la Victoire.

9On connaît à Vienne un lieu qui dicitur Martis et des vestiges laissent supposer qu’il y avait un temple de Mars dans le quartier de Saint-André-le-Haut.

121. col. 62A

[4588-4614] Gracchus Tiberius Sempronius, apud Viennam urbem Galliae, in Hispaniam ulteriorem transiens, Platomam miro opere construxit, et pontem super Rhodanum ab utroque littore castris miro opere fundatis superduxit.

[Années du Monde 4588‑4614.] Gracchus Tibérius Sempronius, alors qu’il se rendait en Espagne ultérieure, fit construire un ouvrage de marbre d’un travail admirable, à Vienne, ville de Gaule, et fit jeter sur le Rhône un pont reliant chaque rive avec des tours admirablement bâties.
(Adon de Vienne, Chronique, V)

  • 378 Strabon, Géographie, C 163 = III, 4, 13.
  • 379 Le Lièvre 1623, p. 15.
  • 380 Bazin 1891, p. 45 ; Chorier 1658, p. 160.

10D’après le contexte, l’épisode serait à situer à la fin du premier quart du IIe s. av. J.‑C. ; apparemment entre 175 sous les consulats de Marcus Aemilius Lepidus et de Publius Mucius Scævola (Adon, Lepido et Mucio consulibus) et 171, année des consulats de Publius Licinius Crassus et de Caïus Cassius Longinus, (Adon, P. Licinio Crasso, C. Cassio Longino coss.) ; mais peut-on se fier à la chronologie d’Adon, si souvent défaillante ? À quel épisode Adon fait-il allusion ? Adon songe peut-être à l’intervention de Tibérius Sempronius Gracchus, qui fut consul en 177, après avoir parachevé en Espagne citérieure, en 179, des opérations de « pacification », à une époque où la péninsule Ibérique était encore en rébellion contre les exactions romaines, ce qui durait depuis presque vingt ans. On sait peu de chose du personnage si ce n’est une allusion de Strabon, qui cite Polybe à propos de trois cents villes qui auraient été soumises par T. Sempronius Gracchus378 ; mais il n’est nullement fait mention d’un passage de ce personnage à Vienne… Adon a manifestement commis une erreur, et cette assertion ne doit pas être retenue comme une information sur l’histoire de Vienne. Quant aux travaux d’urbanisme qui sont mentionnés, on ne peut y ajouter foi ; J. Le Lièvre, se fiant au texte d’Adon, suppose l’existence d’un palais de Tibérius Gracchus379 ; c’est le terme platoma (graphié plathoma dans l’édition de 1512), qui a suscité la curiosité et stimulé l’imagination, au point qu’H. Bazin et N. Chorier rapportent qu’on a mis ce mot en relation avec le Palais du Miroir380.

  • 381 Je remercie J.‑P. Reboul de m’avoir fait bénéficier de ses recherches sur ce terme.
  • 382 Fr. Favory et al., « Témoignages antiques sur le bornage dans le monde romain, III », RACF 35, 1996 (...)
  • 383 Schneyder et Savigné 1880, p. 97.
  • 384 L’ouvrage, qui fourmille d’erreurs, a été rédigé au début du XVIe s., et est resté manuscrit, jusqu (...)
  • 385 Le Lièvre 1623, p. 10.

11Mais que désigne le terme platoma, « une plaque de marbre », dans ce contexte381 ? C’est assez énigmatique. En fait, ce terme est un décalque du grec πλατύνιον ; peu employé en latin (variantes signalées par le dictionnaire Ducange, platonae, platoniae, platuniae), il est défini comme dicta marmora in tabulas dissecta, c’est-à-dire, « se dit du marbre taillé en plaques » ; le mot est souvent utilisé pour une dalle de marbre fixée à un mur et destinée à être gravée, ou pour désigner un édifice plaqué de marbre. Ce qui pourrait expliquer pourquoi on a mis le terme en rapport avec le Palais du Miroir, dont des placages de marbre durent être visibles longtemps. C’est d’ailleurs en ce sens qu’Adon emploie une autre fois le terme dans sa Chronique (col. 95A). Mais il existe une autre acception ; dans le vocabulaire des gromatici (arpenteurs), le terme peut désigner des bornes placées le long des cours d’eau382. Dans ce cas, il peut s’agir d’une borne ; sens proche, le mot désigne parfois une stèle gravée. Il n’est pas impossible que le terme platoma fasse en fait référence à la Pyramide ; certains érudits ont pu penser qu’elle était, selon les termes de P. Schneyder, « la pierre milliaire de la ville, servant de décoration au milieu de son ancienne enceinte »383 ; en tout cas pour Aymar du Rivail dans De Allobrogibus, nul doute que platoma et Pyramide ne font qu’un : Et dum in Hispaniam ulteriorem Tiberius Sempronius Gracchus pergeret, apud Viennam Allobrogum pyramidem miro opere construxit384 ; J. Le Lièvre rapporte l’opinion selon laquelle l’Aiguille, « plantée sur le chemin, tirant vers Avignon, était anciennement le milieu de la ville de Vienne »385, en somme une sorte de « kilomètre zéro » (fig. 8‑9).

121. col. 64D

[4655-4690] Verum Mathathias sacerdos leges patrias uindicat, aduersus Antiochi duces arma corripiens ; unde ortum martyrium sanctorum Machabaeorum septem fratrum nimis uenerabile, in quorum honore Viennensis Ecclesia fundata est.

[Années du Monde 4655‑4690.] Le grand prêtre Mattathias revendique les lois ancestrales en prenant les armes contre les généraux d’Antiochos ; d’où le martyre, digne d’une très grande vénération, des saints Macchabées, sept frères, en l’honneur desquels fut fondée une église de Vienne.
(Adon de Vienne, Chronique, V)

  • 386 Le Lièvre 1623, p. 56.

12La révolte des Macchabées est datée de la période 175‑140. On lit dans l’ouvrage de J. Le Lièvre : « St Paul consacra une Chapelle à l’honneur des saincts martyrs Machabées an lieu dit Paradis, qui est la première fondation de la Mère Église de Vienne ez cloistre d’icelle, où est à présent la Chapelle appellée Maguelonne : Et fut par ce moyen nostre premier fondateur386. » Légende tardive que cette intrusion de saint Paul dans la construction de l’église des Macchabées. Initialement dédiée aux Macchabées jusqu’au temps de l’évêque Coaldus, à la fin du VIIe ou au début du VIIIe s. elle passe sous le patronage conjoint de saint Maurice et du Sauveur.

121. col. 66D

[4690-4735] Mario quarto consule cum in prouincia Viennensi iuxta Isariae Rhodanique flumina, ubi in sese confluunt, castra posuisset, Teutones, Cimbrii, Teugurini cum tribus agminibus Italiam petere destinassent, periculosissimo pra(o)elio a Romanis uicti sunt.

[Années du Monde 4690‑4735.] Sous le quatrième consulat de Marius, alors qu’il avait établi son camp dans la province de Viennoise au confluent de l’Isère et du Rhône, les Teutons, les Cimbres et les Tigurins qui avaient décidé de gagner l’Italie avec leurs trois armées, furent vaincus par les Romains lors d’une bataille particulièrement acharnée.
(Adon de Vienne, Chronique, V)

  • 387 Goudineau 1993, p. 690 ; voir aussi Pelletier 1982, p. 19‑21.
  • 388 Nimmegeers 2014, p. 159‑160.

13Florus (III, 4) doit être la source de ce passage. Sur ces invasions, on sait peu de chose comme le rappelle Chr. Goudineau387. Mais comme d’habitude, Adon se soucie peu de la chronologie et utilise les faits à sa guise ; la bataille du confluent est en réalité la seconde bataille livrée contre les Allobroges en 121 av. J.‑C. par Fabius Maximus lors de la guerre contre la coalition Allobroges-Arvernes suscitée par les Salluviens (ou Salyens) ; quant aux Cimbres, Teutons et Tigurins, il faut attendre les années 113‑107 pour qu’ils constituent une menace ; la bataille remportée par Marius est probablement celle de 102 av. J.‑C., au pied de la Sainte-Victoire, à Pourrières, près d’Aix-en-Provence. N. Nimmegeers note avec justesse qu’Adon « fait à cette occasion l’amalgame entre deux batailles différentes dont il brouille volontairement les références chronologiques et géographiques. Manifestement, la relation objective des faits ne l’intéresse pas. Il cherche surtout à souligner la centralité historique du Viennois présenté comme le dernier rempart de la civilisation érigé contre les Barbares »388. De façon générale, le souci d’Adon est d’exalter le prestige de Vienne dans l’histoire, avant et après l’apparition du Christ. Il fera tout pour hausser l’Église de Vienne au plus haut point d’ancienneté et à la plus stricte orthodoxie, par exemple en mettant en avant certains évêques viennois dans la lutte contre l’arianisme.

Références

Édition

Tous les passages du texte 121 reproduisent l’édition de la PL 123, 1852. Les traductions sont de G. Lucas.

Textes

121. col. 52C

Sur le temple de Mars, Le Lièvre 1623, p. 7 ; Charvet 1761, p. 3 ; Charvet et Savigné 1869, p. 60‑61 ; Schneyder et Savigné 1880, p. 61‑62 ; Pelletier 1982, p. 414 ; Biarne et al. 1986, p. 27 ; Fr. Bertrandy, « Le culte de Mars dans la cité de Vienne », RAN 33, 2000, p. 223‑246 (en particulier p. 233) ; CAG 38/3, notice 130, p. 333‑334.

121. col. 52C

Sur la Pyramide, outre les ouvrages cités dans le commentaire, voir aussi É. Rey, Le guide des étrangers à Vienne (Isère) ou Aperçu sur ses monumens anciens et modernes, ses établissemens publics et manufacturiers, Lyon, 1819, p. 149‑156. Sur les ponts de Vienne, Charvet et Savigné 1869, p. 73‑74 ; A. Pelletier, « Le pont romain de Vienne. Iconographie et archéologie », CH 27/1, 1982, p. 35‑44 ; L. Brissaud, « Le sens du lieu : la rue du portique, mémoire d’un lien entre deux rives », in P. Ballet, N. Dieudonné-Glad et C. Saliou (dir.), La rue dans l’Antiquité. Définition aménagement, devenir. Actes du colloque de Poitiers, 7‑9 septembre 2006, coll. Archéologie et Culture, Rennes, 2008, p. 247‑257 ; L. Brissaud, « L’évolution spatiale et temporelle des ponts de Vienne. Permanence et mutations : le sens du lieu », BSAV 106, 2011, p. 2‑26 ; L. Brissaud et J.‑L. Prisset, « Vienne, Isère, Saint-Romain-en-Gal et Sainte-Colombe, Rhône. Ponts sur le Rhône et pont sur la Gère », in G. Barruol, J.‑L. Fiches et P. Garmy (dir.), Les ponts routiers en Gaule romaine. Actes du Colloque tenu au Pont du Gard du 8 au 11 octobre 2008, RAN suppl. 41, Montpellier, 2011, p. 267‑282.

121. col. 64D

Sur cette église, voir Adon, Chronique, col. 120C dans PL 123 ; Charvet et Savigné 1869, p. 67 ; Pelletier 1974, p. 67‑71 ; Biarne et al. 1986, p. 25‑26, Jannet-Vallat, Lauxerois et Reynaud 1986, p. 38, CAG 38/3, p. 181‑182 et notice 18, p. 222, font la mise au point sur l’église des Macchabées et Saint-Maurice. Sur les Macchabées en Gaule, Fr. Prévot, « Le modèle des Macchabées dans la pastorale gauloise au Ve s. », Revue d’histoire de l’Église de France 229, 2006, p. 319‑342 ; Nimmegeers 2014, p. 263‑264 ; CAG 38/3, notice 18, p. 222‑224.

122. Chronicon, Aetas sexta : les événements postérieurs à la naissance du Christ et la liste épiscopale

  • 389 Duchesne 1894, p. 162.
  • 390 Duchesne 1894, p. 151.
  • 391 MGH Script VII, Chronicon novaliciense, éd. L.C. Bethmann, Hanovre, 1846, p. 127.
  • 392 Grospellier 1900, p. 183‑184.

14Selon L. Duchesne, « jusqu’à Eoldus [évêque viennois du premier quart du VIIIe s.] et au temps de Charles Martel, la chronique d’Adon n’a guère de valeur, pour l’histoire de l’Église de Vienne, que par le catalogue épiscopal qu’elle contient. Ce que Fauteur a ajouté à ce catalogue est ou faux, ou connu d’ailleurs »389. Le grand intérêt de cette section de la Chronique est donc de permettre de reconstituer une première mouture du catalogue des évêques de l’Église de Vienne, qui fait l’objet de controverses. On trouvera une synthèse de la question dans l’article du DACL (col. 3051‑3065). L’abbé Duchesne, dans son étude, pense qu’Adon a livré dans son ouvrage un catalogue qui « peut donc être considéré comme un document sérieux, tenu à jour depuis plusieurs siècles, sinon depuis l’origine, et représentant la tradition authentique de l’Église de Vienne sur la succession de ses anciens évêques »390. En revanche, en faisant du disciple de Paul, Crescens, le premier évêque de Vienne, alors que rien ne l’y autorisait, il est amené à fausser complètement la chronologie des épiscopats et à étirer sur cinq siècles, de Néron à Clovis, une liste qui n’en doit couvrir que trois au maximum ; c’est à l’époque d’Avit, dix-septième évêque de la liste, que la chronologie d’Adon et la chronologie réelle se rejoignent. La liste épiscopale de Vienne est transmise par d’autres documents parmi lesquels des faux (essentiellement des lettres pontificales adressées aux évêques viennois depuis Pie Ier, vers 150, jusqu’à Calixte II en 1120) dont les premiers remontent au Xe s. ; enfin, parmi les autres sources majeures, l’Hagiologe de Vienne et le Livre épiscopal de l’archevêque Léger (1030‑1070) ; ce dernier, ainsi que nous l’apprend le chroniqueur de Novalaise, reprend la liste traditionnelle qu’il poursuit jusqu’à son temps391. Pour plus de détails, nous renvoyons à l’étude qu’a donnée L. Duchesne (qui n’avait pas connaissance de l’Hagiologe), et aux études postérieures d’A. Grospellier, lequel, moins rude que Duchesne, renvoie la responsabilité des falsifications sur le successeur d’Adon, l’évêque Ottramne392, et dénie toute réalité à l’existence des deux premiers évêques de la liste, Crescens et Zacharie.

  • 393 Le Nain de Tillemont 1701, p. 620‑626.
  • 394 Le Nain de Tillemont 1701, p. 621.
  • 395 Le Nain de Tillemont 1701, p. 625‑626.

15Il faut rendre justice à S. Le Nain de Tillemont qui, dans une longue note, se livre à un examen critique particulièrement pertinent de la liste épiscopale de Vienne des origines à Mamert, afin d’établir s’il existait ou non un évêque à Vienne du temps de saint Irénée393. Sa présentation est ferme : « Cependant cette chronique [d’Adon] n’est que du IXe siècle et même ce qu’elle dit de ces Évêques est embarrassé de bien des difficultés394. » De même sa conclusion : « Nous avons voulu marquer toute cette histoire qu’Adon nous fait des Évêques de Vienne, et la conduire jusqu’à S. Mamert, dont la date est fixe et constante, pour faire voir qu’on ne s’y peut pas arrêter, et parce qu’elle n’est fondée sur aucun monument ancien, et à cause des absurdités qu’elle enferme […] Tout ce qu’on peut tirer de lui, c’est le nom et l’ordre des Évêques de Vienne […]. Pour en revenir au sujet qui nous a fait entrer dans cette discussion, Saint Vére que nous mettons en 314, n’étant compté par Adon que pour le quatrième Évêque de Vienne, nous n’avons point de preuve que cette église eût un Évêque dès le temps de Saint Irénée, c’est-à-dire dans la fin du deuxième siècle. Mais je ne crois pas aussi qu’on en puisse conclure qu’elle n’en eût point, puisqu’elle en peut avoir eu plusieurs qui n’auront pas été connus par Adon395. »

122. col. 75B-C

[4832-17] Anno imperii Augusti quadragesimo octauo, Herodes patrator scelerum, et interfector pro Christo innocentium paruulorum, morbo intercutis aquae et scatentibus toto corpore uermibus, miserabiliter digne moritur. Pro quo substitutus ab Augusto filius eius Archelaus, regnauit annos nouem, id est usque ad ipsius Augusti finem ; tunc enim non ferentibus ultra, sed accusantibus ferocitatem eius apud Augustum Iudaeis, in Viennam urbem Galliae nobilissimam relegatur, et ad minuendam Iudaici regni potentiam insolentiamque domandam, quatuor fratres eius pro eo sunt tetrarchae creati, Herodes, Antipater, Lysias et Philippus.

[Années du Monde 4832‑4817.] La 48e année du règne d’Auguste, Hérode auteur d’assassinats et du massacre des innocents nouveaux-nés, en place du Christ qu’il recherchait, meurt d’hydropisie, le corps tout entier grouillant de vermine. Auguste le remplaça par son fils Archélaos qui régna neuf ans, c’est-à-dire jusqu’à la fin du règne d’Auguste lui-même ; car, comme les Juifs ne le supportaient plus et l’accusaient de cruauté devant Auguste, il est relégué en exil à Vienne, très illustre cité de Gaule, et afin d’amoindrir la puissance du royaume de Judée et rabattre son orgueil, ses quatre frères, Hérode, Antipater, Lysias et Philippe, sont institués tétrarques pour le remplacer.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 396 Voir aussi 113 et Le Lièvre 1623, p. 30.

16Le livre VI de la Chronique débute par une mise au point chronologique pour fixer la date de la naissance du Christ, Adon se fondant sur les Canons d’Eusèbe. Le nom Lysias est une erreur pour Lysanias, qui n’appartenait pas à la famille royale des Hérodiens396.

122. col. 77C

[40-45 ap. J.-C.] Herodes tetrarcha et ipse Caiii amicitiam petens, cogente Herodiade, Romam uenit, sed accusatus ab Agrippa, etiam tetrarchiam perdidit ; relegatusque exsilio, apud Viennam Galliarum urbem post mortem Caii, inde in Hispaniam cum Herodiade fugiens, moerore periit. Pilatus, qui sententiam damnationis in Christum dixerat, et ipse perpetuo exsilio Viennae recluditur ; tantisque ibi irrogante Caio langoribus coarctatus est, ut sua se transuerberans manu malorum compendium mortis celeritate quaesierit.

[À la fin du règne de Caligula et au début de celui de Claude.] Le tétrarque Hérode, cherchant à gagner lui aussi l’amitié de Caïus [Caligula], sous la pression d’Hérodiade, vint à Rome, mais, accusé par Agrippa, il perdit jusqu’à sa tétrarchie ; il fut relégué en exil à Vienne, ville des Gaules, après la mort de Caïus, et, de là, il s’enfuit en Espagne avec Hérodiade où il mourut de douleur. Quant à Pilate, qui avait prononcé la sentence de mort contre le Christ, lui aussi il est reclus à Vienne dans un exil perpétuel ; et là, pressé par Caïus, il fut saisi d’un tel abattement que, pour chercher à abréger ses maux par une mort rapide, il se poignarda de sa propre main.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 397 Histoire ancienne des Juifs, XVIII, 250‑255 ; voir Decourt et Lucas 1993, p. 45‑48.
  • 398 Le Lièvre 1623, p. 39‑44.
  • 399 Mermet 1856, p. 9.
  • 400 Nimmegeers 2014, p. 160‑161.

17La condamnation d’Hérode Antipas se situe en 39 si l’on suit Flavius Josèphe397. Mais surtout, ce texte est le premier à préciser que Vienne a été le théâtre du suicide de Pilate. Orose à qui Adon emprunte ce passage mot pour mot (Contre les païens, VII, 5, 8) ne mentionne pas Vienne ; sur quoi s’appuie Adon, il est impossible de le dire, car même les écrits apocryphes ne situent pas la mort de Pilate à Vienne (138 et 149). J. Le Lièvre rapporte longuement, mais avec beaucoup de recul, les légendes qui entourent la mort de Pilate à Vienne398 ; selon certains, c’est au pied de la Tour Ronde ou Tour de Pilate, dans le lit du fleuve que son corps aurait été retrouvé, à l’époque de Mamert… Th. Mermet situe dans cette tour le suicide de Pilate399. Nous aurons l’occasion de revenir sur l’histoire de Pilate à Vienne (149). N. Nimmegeers propose une interprétation séduisante : « […] le binôme Hérode-Pilate renvoie à celui que forment Jean Baptiste et Jésus. Hérode arrive le premier à Vienne où il préfigure l’arrivée de Pilate, comme le Baptiste annonce la venue du Christ. Vienne et le Viennois deviennent une prolongation de Jérusalem et de la Terre sainte. Leur histoire complète désormais celle du Christ400. »

122. col. 79A

[59-82] Quo tempore creditur Paulus ad Hispanias peruenisse, et Arelatae Trophymum, Viennae Crescentem discipulos suos praedicandum reliquisse.

[Sous Néron, Vespasien et Titus.] C’est à cette époque, pense-t-on, que Paul est allé jusqu’en Espagne et qu’il a laissé ses disciples pour prêcher, Trophime à Arles, Crescens à Vienne.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 401 Sur Crescens, supposé premier évêque de Vienne, à l’époque de Néron, voir Duchesne 1894, p. 151‑154 (...)
  • 402 Chevalier 1912, no 548, lettre du pape Étienne II, vers 752‑757.
  • 403 Duchesne 1894, p. 179.
  • 404 Duchesne 1894, p. 154‑155.
  • 405 Griffe 1964, p. 91‑94. Voir les notices du Martyrologe d’Adon au 27 juin et 29 décembre (124).

18La notice se situe après que le procurateur de Judée Festus, successeur de Félix, a envoyé Paul à Rome. Adon détourne abusivement un passage de Paul (II, Tim., IV, 10) en prétendant que saint Crescens401, après avoir évangélisé un temps les Gaulois, était retourné finir sa vie chez les Galates ; mais il n’est nullement question de Vienne dans ce passage. Dans le Martyrologe d’Adon, il est mentionné à la date du 27 juin et dans la troisième recension de ce martyrologe, il figure deux fois, au 27 juin et au 29 décembre, le même jour que Trophime d’Arles. La BHL ne répertorie pas de Passio pour Crescens. Enfin, Crescens est cité comme apostolorum collega fondateur de l’Église de Vienne dans les faux privilèges402 et dans le Livre épiscopal de Léger : Commemorat hoc beatus Stephanus in epistola quadam ad principem Francorum403. Duchesne relève que « les prétentions d’Adon sur le Crescens, disciple de saint Paul, sont, en somme, assez modérées ; il ne réclame qu’un séjour passager de cet homme apostolique »404. La vieille rivalité avec Arles, même si elle n’est plus de mise à l’époque d’Adon, a pu jouer dans l’esprit de l’archevêque de Vienne, et il n’était guère possible historiquement parlant de laisser planer un doute sur l’ancienneté de l’Église viennoise, qui se devait d’être aussi ancienne que celle d’Arles, dont par ailleurs la prétention à une ancienneté apostolique est aussi contestable que celle de Vienne ; Trophime, premier évêque d’Arles, ne peut remonter au-delà du deuxième quart du IIIe s.405.

122. col. 8ID

[101-120] Sub quo imperatore gloriosissimus senex Zacharias, Viennensis Ecclesiae episcopus, martyrio coronatur. Nam primus Crescens discipulus apostolum. Viennae aliquot annos resedit ; quo ad Galatiam reuerso, tertius Martinus episcopus et discipulus apostolorum Viennae resedit []

Sous le règne de cet empereur, le très glorieux vieillard Zacharias, évêque de l’Église de Vienne, est couronné du martyre. Rappelons en effet que Crescens fut le premier disciple des apôtres à séjourner à Vienne quelques années, et qu’après son retour en Galatie, ce fut Martin, évêque et aussi disciple des apôtres, qui fut le troisième à siéger à Vienne […]
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 406 Duchesne 1894, p. 151‑154 et 179‑180.

19Ces lignes mentionnent en bloc les trois premiers évêques supposés de Vienne406. Martin est inscrit au Martyrologe d’Adon au 1er juillet. L’archevêque Léger regroupe en une seule notice Crescens et Zacharie, sans indiquer une concordance avec un règne ; sa seconde notice est consacrée à Martin qui floruit sub temporibus Neronis, Vespasiani et Titi ; or d’après le récapitulatif chronologique donné dans la Chronique d’Adon (voir infra col. 106B-C), Martin serait mort en 107, donc sous Trajan. Mais nous sommes assurés que l’évêque qui lui succède, Vérus, est signataire du concile d’Arles en 314 ; le décalage chronologique est énorme. En s’appuyant sur l’attestation de la présence de Vérus à Arles, on doit conclure qu’il n’est guère possible de remonter au-delà de la première moitié du IIIe s. pour le premier évêque de la liste, Crescens, à supposer qu’il ait existé.

  • 407 AASS Mai VI, 1688, p. 659‑660 ; Bréviaire, § 2‑4 (fol. cccxxiv et suivant).
  • 408 Charvet 1761, p. 13.

20Zacharias, le second évêque, figure dans le Martyrologe d’Adon à la date du 27 mai ; sa Passio (BHL 8997) est donnée dans les AASS, qui retiennent la version du Bréviaire de Vienne de 1522407 : le récit se déroule sub Traiano, imperatore crudelissimo, genere Hispano, « sous Trajan, empereur très cruel, espagnol d’origine » ; Zacharias, laissé à Vienne comme évêque par Crescens, est arrêté par le préfet de la ville, Pompéius, et conduit au temple de Mars où il fait disparaître la statue du dieu par sa prière (§ 3) ; en raison de son refus obstiné de sacrifier à Mars (§ 4), il est jeté en prison, puis emmené « par la porte triomphale qu’on appelle de nos jours Porte de Gratien, au sud de la ville » (per portam triumphalem, quae nunc Gratiana appellatur, ad Australem plagam) où il est lapidé « près des murailles de la ville » (prope urbis moenia) ; sur ordre de Pompéius, son corps est abandonné sans sépulture. Finalement, il est enseveli de nuit sur le lieu de son martyre ; schéma de littérature hagiographique bien banal. Cl. Charvet rapporte qu’« on voit encore un caillou, que l’on dit être un de ceux avec lesquels on le lapida. Il est enchâssé dans le mur d’une maison, près des RR.PP. Carmes, du côté qu’elle fait face à la rue. Le Chapitre de S. Pierre est dans l’usage, au temps des Rogations, de s’y arrêter l’un des trois jours, et d’y chanter une antienne en l’honneur du Saint »408.

  • 409 Grospellier 1900, p. 16‑17.
  • 410 Biarne et al. 1986, p. 24.
  • 411 PG 91, 1865, col. 276.
  • 412 Cavard 1975, p. 74‑88.

21L’abbé Duchesne pense qu’Adon s’est contenté de modifier la chronologie, mais qu’il a transmis une liste exacte de noms d’évêques ; mais on peut lire dans l’article du chanoine Grospellier une analyse du passage qui montre qu’il s’agit d’une interpolation et que ni Crescens ni Zacharias n’ont de réalité historique409. Fr. Descombes doute de l’existence même des trois premiers évêques de cette liste410. Ce dont nous sommes certains, c’est qu’un diacre du nom de Sanctus est attesté dans la lettre transmise par Eusèbe, à propos des martyrs de Lyon et de Vienne, et qu’Irénée mentionne un autre diacre de Vienne, Démétrius dans son Discours sur la foi411 ; ce qui incite à supposer que dans un premier temps l’Église de Vienne dépendait de celle de Lyon et par conséquent à douter de la réalité même d’un siège épiscopal avant Vérus. Sur Zacharie et la liste des évêques, on lira avec intérêt la synthèse que fait P. Cavard dans Vienne la Sainte, où on trouvera en outre une traduction du texte complet de la Passion de Zacharie412.

122. col. 82A-B

[101-120] Verus Viennensis episcopus, qui unus fuit de discipulis et auditoribus apostolorum, Traiani temporibus, doctrina et confessione fidei floruit. Illis temporibus apud Pontum Synopis ciuitatis episcopus Phocas gloriosissime martyrium duxit ; cuius sacratissimae reliquiae translatae sunt in Galliam, in ciuitatem Viennam, ibique in ecclesia sanctorum apostolorum repositae.

[Sous Trajan.] Vérus, évêque de Vienne, qui fut au nombre des disciples qui écoutèrent les apôtres, brilla à l’époque de Trajan, dans l’enseignement et la confession de la foi. En ces temps, l’évêque de la cité de Synope du Pont, Phocas, accomplit très glorieusement son martyre, et ses restes très saints furent transférés en Gaule, dans la cité de Vienne, où ils furent déposés dans l’église des Saints-Apôtres.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 413 Chevalier 1912, no 1.

22Le personnage de Phocas de Sinope (fusion entre trois saints), la date de son martyre (de Trajan jusqu’au IVe s.) restent l’objet de discussions ; outre Vienne, Antioche revendiquait la possession de ses reliques. Quant à Vérus, 4e évêque de Vienne, sous Trajan d’après Adon, il est mentionné comme contemporain du pape Pie Ier (ca 140‑150) dans le recueil des faux privilèges413 ; l’archevêque Léger place son floruit « sub imperatoribus Traiano et Nerua ». Rappelons qu’en réalité, il est attesté comme participant au concile d’Arles en 314, sous Constantin. Adon le fait figurer au 1er août dans son Martyrologe.

122. col. 82D

[120-141] Hoc itidem tempore et Iustus Viennensis Ecclesiae episcopus, illustrissimus in confessione exstitit.

[Sous Hadrien et Antonin.] De la même manière, à cette époque, Just aussi, évêque de l’Église viennoise, s’illustra au plus haut point par sa foi.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

122. col. 83A

[141-161] Viennensium episcopus Iustus adhuc clarus habetur ; Lugdunensium Photinus.

[Sous Hadrien et Antonin.] Just, renommé encore de nos jours, est l’évêque de Vienne ; Pothin, celui de Lyon.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

122. col. 83B-C

[161-181] In diebus Parthici belli persecutiones Christianorum quarta iam post Neronem uice, in Asia et in Gallia graues exstiterunt. Polycarpus et Pionius fecere martyrium in Asia ; in Gallis quoque plurimi gloriose pro Christo sanguinem fuderunt. Iustus Viennensis episcopus, longo tempore exsilio maceratus, martyr gloriosus efficitur. Tunc Photinus uenerabilis senex, tempore interposito cum quadraginta et octo ex Lugdunensi et Viennensi urbe martyrium suum impluit. Nec multo post, uindex scelerum lues multas late prouincias, Italiam maxime, Romamque uastauit ; Seuerinus et Felicianus paruo tempore ante apud Viennam martyrio coronati.

[Sous Marc Aurèle, Lucius Vérus et le début du règne de Commode.] Aux temps de la guerre contre les Parthes, pour la quatrième fois après celle de Néron, de violentes persécutions contre les chrétiens éclatèrent en Asie et en Gaule. Polycarpe et Pionius endurèrent le martyre en Asie ; dans les Gaules aussi, très nombreux furent ceux qui versèrent glorieusement leur sang pour le Christ. Just, évêque de Vienne, affaibli par un long exil, devient un glorieux martyr. C’est à cette époque que Pothin, vénérable vieillard, quelque temps après, accomplit pleinement son martyre, avec quarante-huit autres chrétiens des villes de Lyon et Vienne. Et c’est peu de temps après qu’une épidémie vengeresse de ces crimes s’étendit dans de nombreuses provinces qu’elle dévasta, et frappa surtout l’Italie et Rome ; Séverin et Félicien peu de temps auparavant furent couronnés du martyre à Vienne.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 414 Chevalier 1912, no 2.

23Adon étire l’épiscopat de Just sur les règnes d’Hadrien (117‑138), Antonin (138‑161) et Marc Aurèle (161‑177) ; le recueil des faux privilèges établit une concordance avec le pape Pie Ier (ca 140‑150)414 et l’archevêque Léger le temporibus Antonini cognomento Pii et Antonini minoris. En fait, il faut considérer, d’après l’ordre des noms, que l’épiscopat de Just de Vienne, postérieur à celui de Vérus, est à situer dans la première moitié du IVe s. Pothin est unanimement considéré comme le premier évêque de Lyon et de surcroît le seul évêque de Gaule, de même qu’Irénée, son successeur ; ainsi, selon la Chronique, l’Église de Vienne serait antérieure à celle de Lyon, plus vénérable donc, au moins autant qu’Arles, dont le premier évêque Trophime, disciple de Paul, serait contemporain du premier évêque de sa rivale Vienne, Crescens (qui paraît être un doublet apostolique et linguistique de Trophime).

  • 415 Voir le commentaire de la notice du Martyrologe, à la date du 19 novembre (124).
  • 416 Allmer et Terrebasse 1875, p. 1‑10.

24L’abbé Duchesne remarque qu’Adon est le seul à faire subir le martyre à Just, et encore ne le fait-il pas dans son propre martyrologe. Just n’apparaît même pas au Martyrologe romain. En revanche, curieuse incohérence, il en fait un contemporain de la persécution qui frappe les Églises de Lyon et de Vienne en 177 ; il faudrait admettre, si l’on suit la Chronique, que cette persécution a touché à Vienne même d’autres membres de l’Église viennoise, parmi lesquels l’évêque Just et les trois saints mentionnés. Séverin et Félicien sont inscrits au Martyrologe à la date du 19 novembre415, en compagnie d’Exupère que mentionne la liste épiscopale de l’archevêque Léger, qui situe chronologiquement leur martyre après la persécution bien connue de 177. A. Allmer et A. de Terrebasse ont publié l’épitaphe de ces trois martyrs, qui a disparu, mais qui nous est parvenue par l’entremise d’André du Chesne et de Mabillon ; elle date du transfert de leurs reliques à Romans, et les auteurs l’attribuent à Florus de Lyon416. La BHL mentionne trois Passions (7665, 7666, 7667).

25On relève l’absence du diacre Sanctus, le seul Viennois expressément nommé dans la lettre citée par Eusèbe (42). En revanche, il est inscrit au nombre des martyrs dans la liste du Martyrologe (124, à la date du 2 juin).

122. col. 84B

[181-194] Irenaeus episcopus Lugdunensis habetur, Dionysus quoque, discipulorum Christi auditor, Viennensem tunc ecclesiam regebat.

[Règne de Commode.] Irénée est tenu pour évêque de Lyon, et Denys, auditeur des disciples du Christ, guidait alors l’Église viennoise.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

122. col. 84D

[194-195] Huius Aelii atque Iuliani Severi quoque imperatorum temporibus, Dionysius, sicut diximus, Viennensis episcopus eruditissimus floruit.

[De Pertinax à Septime Sévère.] C’est aussi aux temps des empereurs Pertinax et Sévère que, comme on l’a dit, brilla Denys, le très savant évêque viennois.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 417 Sur Denys, sixième évêque viennois selon Adon, voir Duchesne 1894, p. 181‑182.

26Le moins qu’on puisse dire est que la notice est d’une rédaction peu claire en 84D ; on peut y voir une interpolation, soulignée par l’incise sicut diximus. Denys serait contemporain d’Irénée, le second évêque de Lyon, selon ces notices, sous Commode d’après la chronologie des règnes impériaux417 D’après les faux privilèges, il est contemporain du pape Victor (ca 189‑198) et la liste de Léger le situe Marci Antonini Veri imperatoris tempore et Commodi fratris. Le Martyrologe d’Adon le mentionne à la date du 9 mai. En fait, il faut le situer entre 314, année du concile d’Arles, où son prédécesseur Vérus a signé, et 374, année du concile de Valence auquel Florentius assistera, donc dans la première moitié du IVe s.

122. col. 85A

[195-212] Irenaeus Lugdunensis cum maxima multitudine martyrium suum perfecit. Et Paracodes Viennensis episcopus, clarus in fidei doctrina, clarus in confessione, persistens mansit in episcopatu usque ad Maximini tempora ; cuius tempore Zacharias Lugdunensis episcopus floruit.

[Sous Septime Sévère.] Irénée de Lyon accomplit jusqu’au bout son martyre, avec une très grande foule. Paracodes, évêque viennois, illustre dans l’enseignement de la foi, illustre dans la profession de la foi, exerça sans discontinuer la charge d’évêque jusqu’à l’époque de Maximin ; à son époque, brilla Zacharias, évêque de Lyon.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 418 Decourt et Lucas 1993, texte 91 ; J.‑Cl. Decourt, « Constitution d’une légende hagiographique : le (...)

27Adon situe le martyre d’Irénée sous la cinquième persécution depuis Néron. En fait il n’est pas vraiment prouvé qu’Irénée ait subi le martyre, contrairement à une opinion répandue : une lettre de Grégoire le Grand à l’évêque de Lyon Aethérius jette la suspicion sur la réalité de ce martyre418.

  • 419 Chevalier 1912, no 548.
  • 420 Sur Paracodes (parfois noté Paragode), 7e évêque de Vienne, voir Duchesne 1894, p. 182.

28Adon place l’épiscopat de Paracodes sous les règnes de Sévère (193‑211) et de ses successeurs jusqu’à Maximin (235‑238). Cet évêque apparaît dans les faux privilèges, ainsi que son prédécesseur Denys, comme le contemporain du pape Victor (ca 189‑198)419 ; l’archevêque Léger indique Fuit autem temporibus Antonini Caracalle, Aurelii Alexandri et Maximini imperatorum. En fait on peut supposer qu’il fut évêque au milieu du IVe s. Paracodes figure dans le Martyrologe d’Adon au 2 janvier420.

122. col. 86D

[241-248] Florentinus quoque, episcopus Viennensis, uita et doctrina emicuit ; mansit ad Galieni et Volusiani imperium, exiliatusque martyrium compleuit.

[Règne de Gordien Ier.] Florentinus aussi, évêque de Vienne, se signala par sa manière de vivre et son enseignement ; il resta en place jusqu’aux règnes de Gallien et Volusien et, exilé, accomplit son martyre.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 421 Sur Florent, Duchesne 1894, p. 182.

29Nommé Florentius dans les martyrologes, il est le huitième évêque de Vienne selon Adon qui en fait le contemporain de Volusien (251‑253) et Gallien (254‑256) ; son floruit est situé par la liste de l’archevêque Léger Gordiani, Philippi, Decii, Galli et Volusiani temporibus. Sa participation au concile de Valence (374) est attestée, ce qui implique un décalage chronologique d’un siècle si l’on compare à Adon. Il est célébré le 3 janvier au Martyrologe romain, mais sans la mention du martyre421.

122. col. 88B

[257-272] Posthumus in Gallia inuasit tyrannidem, ac per decem annos ingenti uirtute ac moderatione usus, dominantes hostes expulit ; qui tamen seditione militum interfectus est. Victorinus a Gallis ultro creatus imperator, post paululum apud Viennam occisus est. […] Tunc temporis Lupicinus, Viennensis Ecclesiae episcopus clare fuit.

[Règnes de Valérien et Gallien.] Postumus s’empara de la tyrannie en Gaule ; durant dix ans il en usa avec une grande vertu et avec mesure, et chassa les ennemis qui se comportaient en maîtres ; cependant, il fut tué lors d’une sédition de l’armée. Victorinus, proclamé ensuite empereur par les Gaulois, fut assassiné à Vienne peu après. […] À cette époque, Lupicin s’illustra comme évêque de l’Église viennoise.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 422 Sur Postumus, Histoire Auguste, Les trente tyrans, III, et le texte 83 ; pour Victorin, Les trente (...)
  • 423 Sur Lupicin, voir Duchesne 1894, p. 182‑183.

30Postumus inaugura la série des empereurs-usurpateurs gaulois du IIIe s. de notre ère et régna de 259 à 268, Victorin, une seule année, en 269‑270 ; ce texte est la seule attestation de son assassinat à Vienne422. L’évêque Lupicin423, neuvième de la liste épiscopale viennoise, aurait été contemporain du pape Corneille (251‑253) d’après les faux privilèges ; la liste épiscopale de l’archevêque Léger, plus développée, le place Valeriani et Gallieni temporibus, quando sanctus Cyprianus passus est, et Claudii, sub quo Paulus heresiarches, et Aureliani temporibus, soit entre 253 et 275. En réalité, il est en fonction entre Florentius, qui est attesté en 374, et Simplides, signataire au concile de Turin en 398, donc dans le dernier quart du IVe s. Il est célébré au 14 décembre.

122. col. 89A

[274-279] Quo tempore Viennensis episcopus Simplides mirae sanctitatis floruit. Permansit autem usque ad imperatoris Cari tempora.

[Règnes d’Aurélien, Tacite, Florien.] À cette époque Simplides, évêque de Vienne, brilla par sa sainteté admirable. Et il resta dans sa charge jusqu’au règne de l’empereur Carus.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

31Dixième évêque de Vienne, Simplides était, d’après le texte de la Chronique, contemporain d’Aurélien (269‑275) et de Tacite (275), ce qui ne s’accorde pas avec les dates mentionnées entre crochets, lesquelles renvoient aux empereurs Florien (juin-septembre 276), Probus (276‑282) et Carus (282‑283). L’archevêque Léger situe Simplides sub tempore Taciti, Probi et Cari imperatorum, cuius tempore Manichaeorum haeresis exorta est, soit entre 275 et 283. En réalité, nous savons qu’il prend part au concile de Turin (398). Il est inscrit au Martyrologe d’Adon à la date du 11 février.

  • 424 Sur Simplides et Simplicius, voir Duchesne 1894, p. 145‑146, 162‑165 et 183 ; DACL 15, col. 3057.

32Cet évêque a fait l’objet d’une polémique : l’abbé Duchesne explique comment, postérieurement à Adon, l’auteur du recueil des faux privilèges a confondu Simplides avec un nommé Simplicius de l’Église d’Arles, qu’il fait contemporain du pape Zosime (417‑418), et qui aurait donc succédé à Nicétas et précédé Mamert (voir infra col. 96A-B). En fait, ce second Simplicius est aberrant dans la liste épiscopale d’Adon, qu’il accroît d’un nom424.

122. col. 91B

[288-306] Floruit et tunc temporis uir dissertissimus Paschasius, Viennensis Ecclesiae episcopus.

[Sous Dioclétien et Constantin le Grand.] C’est à cette époque que brilla Paschasius, orateur très habile, évêque de l’Église de Vienne.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 425 Sur Paschasius, Duchesne 1894, p. 146 et 183.

33L’épiscopat de Paschasius, onzième évêque dans la succession épiscopale de Vienne se situe, selon Adon à la fin du IIIe s. et au tout début du IVe ; la collection des privilèges de Vienne le met en rapport avec le pape Sylvestre (314‑335), l’archevêque Léger sub temporibus Diocletiani et Galerii floruit. En fait, il ne peut qu’être postérieur au concile de Turin et doit avoir exercé sa charge d’évêque dans la première moitié du Ve s. Il serait l’auteur de la première translation des saints Félicien, Exupère et Séverin, selon la tradition (voir supra col. 83B-C). Enfin, selon la Chronique (voir infra col. 96A-B), l’évêque Just de Lyon (au moins entre 374 et 381) aurait été formé sous Paschasius. Il est au nombre des saints du Martyrologe romain à la date du 22 février425.

122. col. 91D

[306-337] Vno eodemque tempore et illud sacratissimum Concilium apud Arelaten sexcentorum episcoporum colligitur, Martino tunc episcopo eiusdem ciuitatis existente ; apud Viennam Claudio in catholico dogmate clarissimo episcopo.

[Sous Constantin le Grand.] Exactement à la même époque, se réunit le très saint concile d’Arles composé de six cents évêques, à l’époque où Martin était évêque de la même cité ; à Vienne, Claudius, évêque très éclairé dans la connaissance du dogme catholique.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

34Constantin a ordonné la tenue d’un concile à Arles en 314, sous l’épiscopat de Marin (Marinus) et non de Martin. L’archevêque Léger rectifie Adon en évoquant le concile de Nicée (325) : Sancti Claudii Viennensis episcopi, cuius tempore uenerabilis illa sinodus Nicena sub Constantino caelebratur. Quant à la présence de l’évêque viennois Claudius, douzième de la liste épiscopale, elle est attestée non au concile d’Arles, mais à ceux d’Orange (441) et de Vaison (442), donc plus d’un siècle après Constantin.

  • 426 Gennadius, De uiris illustribus, LXV1I (PL 58, 1847, col. 1099A).
  • 427 Sur Claudius, voir Duchesne 1894, p. 146, 155‑156 et 183‑184.

35Claudius est fêté au 1er juin. Selon Gennadius, Salvien lui dédie son Commentaire sur l’Écclésiaste (voir infra, col. 104B-C)426 ; ce qui explique peut-être le choix de la formule utilisée par Adon pour qualifier Claudius427. La Chronique (voir infra col. 96A-B) lui attribue comme diacre le futur évêque de Lyon, Just.

122. col. 92D-93A

[337-361] Florebat et tunc temporis Nectarius Viennensis episcopus, in doctrina fidei eximius, qui in Vasensi illa synodo venerabili primus interfuit et Patris et Filii et Spiritus sancti unam esse naturam et potestatem et deitatem et virtutem in ecclesia publice praedicauit et docuit.

[Sous Constance II.] Brillait aussi à cette époque Nectarius, évêque de Vienne, remarquable dans l’enseignement de la foi, qui présida le vénérable synode de Vaison, prêcha et enseigna publiquement dans son église que la nature du Père, et du Fils et du Saint-Esprit était Une ainsi que leur puissance, leur essence divine et leur vertu.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

36Le concile de Vaison auquel Adon fait référence n’est pas retenu dans la liste des conciles établie par C.J. Hefele, dans son Histoire des conciles. Son point de vue est majoritairement partagé, malgré les avis de C. Baronius et J.D. Mansi, lequel fait état d’un Concilium Vasense sub Iulio I qui fut pape de 337 à 351 ; ce concile se serait tenu en 349 d’après J.D. Mansi. En fait on ne connaît avec certitude que deux conciles à Vaison, le premier en 442 (signatures perdues selon C.J. Hefele, mais l’abbé Duchesne indique que Claudius était le troisième signataire), le second en 529. Adon est probablement à l’origine de la confusion, conséquence de sa chronologie fausse. Par ailleurs, Adon a sans doute exploité ses sources de façon erronée car, selon L. Duchesne, l’évêque d’Avignon Nectarius assistait au concile de 442… d’où une méprise possible.

37Curieusement, la suite du texte fait référence au dogme de la sainte Trinité qui fut au centre des débats du concile de Nicée ; le fait que la mort de Nectarius soit associée (voir infra, col. 95B) à celle d’Hilaire de Poitiers, chantre de la lutte contre l’arianisme en Gaule, n’est peut-être pas simplement une coïncidence chronologique ; il fallait que Vienne comptât parmi ses évêques un champion de la lutte contre l’arianisme naissant (il y aura aussi Avit, plus tard, dans un autre contexte). La suite du texte mentionne la mort de saint Antoine qui a eu lieu en 356. En fait, Nectarius, treizième évêque de Vienne, a dû avoir un épiscopat très bref, entre 442 et 449 (dates où Claudius et Nicétas sont attestés) et non dans la période 337‑378, sous Constance et ses successeurs, Valens compris, comme le prétend Adon, suivi par Léger qui écrit : sub tempore Constantis Iouiani et Iuliani imperatorum. Il est célébré le 5 mai au Martyrologe d’Adon, mais n’est pas inscrit au Martyrologe romain.

122. col. 95B

[364-379] Nectarius Viennensis et Hilarius Pictauiensis episcopi moriuntur.

[Sous Valentinien et Valens.] Mort des évêques Nectarius de Vienne et Hilaire de Poitiers.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

38Dans ce qui précède, Adon mentionne l’accession d’Ambroise à l’épiscopat, soit l’année 374. Hilaire de Poitiers est mort en 367. Donc, bien avant que Nectarius ne soit réellement évêque… Le rapprochement voulu des deux personnages est chronologiquement sans fondement et a donc une signification autre : il s’agit probablement de mettre en exergue la participation de l’Église de Vienne dans la lutte contre l’hérésie arienne.

122. col. 96A-B

[379-385] Quo tempore Viennensem Ecclesiam regebat Niceta praeclarissimus in dogmate fidei episcopus. Sed et Lugdunensis episcopus Iustus, mirae sanctitatis uir, qui postmodum relicta sede sui episcopatus, inter sanctissimos patres anachoritas mira humilitate latens, moritur in Aegypto ; cuius ossa pio amore solliciti Lugdunenses ad urbem suam reportant, ossa quoque Viatoris sanctissimi comministri ipsius. Constat autem hunc uenerabilem episcopum Iustum sub Paschasio Viennensi episcopo nutritum, Claudii eiusdem urbis episcopi diaconum, postmodum ad sanctam Lugdunensem Ecclesiam regendam translatum.

  • 428 Sur la mention de Just, voir supra, col. 83B-C ; Decourt et Lucas 1993, textes 101 et 108.

[Sous Valentinien Ier, Gratien et Théodose.] À cette époque, Nicétas, évêque très éclairé dans la doctrine de la foi, dirigeait l’Église de Vienne. Et il y a aussi Just, évêque de Lyon, homme d’une sainteté remarquable, qui, peu après avoir laissé son siège d’évêque, se retire au milieu des très saints pères anachorètes avec une humilité admirable, et meurt en Égypte ; les Lyonnais, pleins d’un pieux amour, font rapporter ses ossements dans leur ville ainsi que ceux de Viator, son très saint serviteur. Il est établi que ce vénérable évêque Just fut formé sous l’évêque de Vienne, Paschasius, qu’il fut diacre de Claudius, évêque de la même ville, et envoyé ensuite pour diriger la sainte Église de Lyon428.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

39Quatorzième évêque de la liste, Nicétas aurait exercé sa charge à la fin du IVe s. selon Adon ; chronologie reprise par la liste de l’archevêque Léger floruit autem temporibus Graciani et Theodosii augustorum. Mais Nicétas, est connu par un document datable de 449 où il prend part à l’ordination de Ravennius, évêque d’Arles ; il précède Mamert qui est attesté avec certitude en 463. Le Martyrologe d’Adon le mentionne à la même date que Nectarius, c’est-à-dire au 5 mai et est mentionné dans le Martyrologe romain.

  • 429 Sur Nicétas, voir Duchesne 1894, p. 147 et 184‑185.

40À la fin de la notice consacrée à Nicétas, l’archevêque Léger ajoute, embarrassé : Post hunc fuit beatus Simplicius episcopus, ad quem beatus Zosimus papa scribit, qui tamen in cathalogo, nescimus qua de causa, non ponitur, c’est-à-dire, « lui succéda le bienheureux évêque Simplicius, à qui le pape Zosime adresse une lettre, et qui, nous ignorons pourquoi, ne figure pas au catalogue [épiscopal] », mettant ainsi le doigt sur la méprise du faussaire des privilèges de l’Église de Vienne que nous avons signalée à propos de Simplides (col. 89A)429.

122. col. 96B-C

[379-385] Maximus, uir quidem strenuus et probus, atque Augusto dignus, si non contra sacramenta fidei tyrannidem emersisset, in Britannia inuitus propemodum ab exercitu imperator creatus, in Galliam transiit, ibique Gratianum Augustum dolis circumuentum apud Lugdunum occidit, fratremque eius Valentinianum Italia expulsum, Viennae primum latere coegit, iustissimam poenam cum matre sua Iustina persoluentem, quae illum Ariana haeresi polluit […]

Maxime, soldat courageux et intègre, et qui aurait été digne d’être auguste, s’il n’avait, violant les serments de la foi, fait se lever la tyrannie, proclamé empereur en Bretagne par l’armée, contre son gré, passa en Gaule ; là, il fit assassiner l’auguste Gratien, à Lyon, en l’abusant par un piège ; il contraignit son frère Valentinien qu’il chassa d’Italie à se cacher d’abord à Vienne, purgeant là un très juste châtiment avec sa mère Justine, qui l’avait contaminé de l’hérésie arienne […]
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

41Il faut remarquer que, dans ce passage, Adon n’accable pas totalement Maxime, qui se conduit en bon tenant de l’orthodoxie. Mais les lignes qui suivent insistent sur l’antagonisme qui oppose Maxime et Ambroise, lequel « découvre » à cette époque les reliques de Gervais et Protais. Maxime, usurpateur de l’Empire en Occident, règne de 383 à 388. De confession catholique, il lutte contre les hérésies manichéennes, priscilliennes et ariennes, s’opposant ainsi à Valentinien II et à son entourage, en particulier sa mère l’impératrice Justine ; cantonné dans la préfecture des Gaules jusqu’en 387, il étend son pouvoir sur l’Italie où une menace d’invasion barbare contraint Justine à faire appel à lui ; mais devant son ambition grandissante, Valentinien et Justine se réfugient en Orient auprès de Théodose. Ce dernier, qui a toléré jusqu’alors l’usurpateur car il doit assurer avant tout la défense des frontières en Orient, apporte son aide au jeune empereur (dont il épouse la sœur. Galla) et élimine Maxime définitivement en août 388. On constate ainsi qu’il n’est nullement question d’une mise sous tutelle de Valentinien à Vienne par Maxime. C’est seulement lorsque Théodose a confié Valentinien à la tutelle de son magister militum Arbogast que Valentinien viendra séjourner à Vienne, à une date difficile à préciser, et probablement par intermittence. Très curieusement, la Chronique d’Adon garde le silence sur la mort violente de Valentinien II à Vienne, alors qu’il est difficile d’imaginer qu’il ignorait cet événement considérable.

122. col. 97C

[396-410] Mamertus Viennensis episcopus insignissimus habetur, qui inter alia mirifica, ob imminentem cladem ante Ascensionem Domini solemnes instituit litanias.

Mamert est considéré comme l’évêque de Vienne le plus remarquable, lui qui, entre autres choses admirables, à la suite d’une catastrophe qui se produisit avant l’Ascension du Seigneur, institua des litanies solennelles.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

42Ces lignes concernant Mamert sont situées par Adon sous les quatorze années de règne communes entre les fils de Théodose, Arcadius et Honorius (396‑408) ; mais cet évêque est de nouveau mentionné plus avant dans la Chronique (voir infra col. 102C-103A), sous Valentinien III (425‑455) et Marcien (450‑457) ; la chronologie d’Adon se rapproche donc de la réalité puisque Mamert fut le quinzième évêque de Vienne, et que son épiscopat est assuré dans les années 460‑470 : son nom apparaît dans une lettre du pape Hilaire en 463, relative à l’affaire de Die, et sa participation au concile d’Arles en 474 est attestée. Mais Mamert et les Rogations sont associés également au règne de Gondebaud (voir infra col. 102C-103A). Cet exemple illustre bien toute l’amplitude du dérapage chronologique opéré par Adon.

43La liste de l’archevêque Léger regroupe les repères chronologiques donnés par Adon :

Hic fuit temporibus Archadii et Honorii, quando Turonensis episcopus sanctus Martinus defunctus est. Inter huius episcopatu et beati Martini obitum LXX cucurrerunt anni. Tempore huius episcopatus Clodoveus rex Francorum primus christianus factus est, quem Beatus Remigius Remorum episcopus cum exhercitu babtizauit […] Permansit hic in episcopatu usque ad tempora Valentiniani et Marciani augustorum, quando sacra illa sinodus Calcidonensis DCXXX episcoporum, agente Leone pontifice caelebrata est, quando Euticeus error confutatus est. Huius tempore et Ephesina prima CC episcoporum, quando Nestorius duas personas in domino Iesu Christo praedicans anathematizatus est.

II [Mamert] vécut sous Arcadius et Honorius, à l’époque où l’évêque de Tours saint Martin mourut. Entre son épiscopat et la mort du bienheureux Martin, 70 ans s’écoulèrent. Sous son épiscopat, Clovis fut le premier roi des Francs à devenir chrétien ; Rémi, évêque de Reims, le baptisa avec son armée. […] Il resta en charge jusque sous les Augustes Valentinien et Marcien, à l’époque où se tint, sous la conduite du pape Léon, le saint synode de Chalcédoine réunissant 630 évêques, où l’hérésie d’Eutychès fut condamnée. À son époque aussi eut lieu le « Brigandage d’Éphèse » des deux cents évêques, où Nestor, qui affirmait qu’il y avait deux personnes en Jésus-Christ, fut excommunié.

44Il est fêté à la date du 11 mai au Martyrologe romain.

122. col. 98A-B

[410-425] Honorius cum Theodosio minore(m) fratris sui filio, annis quindecim. Honorius imperator, uidens oppositis tyrannis nil aduersus barbaros agi posse, ipsos prius tyrannos deleri iubet. Constantio comiti huius belli summa commissa est, qui primum in Galliam profectus cum exercitu, Constantinum imperatorem apud Arelaten ciuitatem clausit, cepit, occidit. Constantem Constantini filium Hierontius comes suus, ut nequam magis quam probus apud Viennam interfecit, atque in eius locum Maximum quemdam substituit ; ipse uero Hierontius a suis militibus est occisus.

[Sous Honorius qui règne entre 393 et 423 et Théodose II de 408 à 450.] Honorius avec Théodose le Jeune, fils de son frère [Arcadius], quinze ans de règne. L’empereur Honorius, voyant qu’il était impossible de rien faire tant que des tyrans s’opposent [à lui], ordonne qu’on commence par exterminer les tyrans eux-mêmes. Le commandement suprême de cette guerre est confié au comte Constance, qui partit d’abord en Gaule avec son armée, enferma l’empereur Constantin dans la ville d’Arles, le fit prisonnier et le mit à mort. Gérance, son propre comte, agissant en vaurien plus qu’en homme loyal, fit périr Constant, le fils de Constantin, à Vienne, et le remplaça par un certain Maxime ; quant à Gérance lui-même, il fut assassiné par ses propres soldats.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

45Le passage est manifestement décalqué d’Orose VII, 42 (67), mais on note que le texte d’Orose est nequam magis quam improbus, là où la Chronique dit « en vaurien plus qu’en homme loyal ». Pour le commentaire sur les personnages et les événements, on se reportera à Orose et Sozomène (67 et 78).

122. col. 102C-103A

[425-475] Chlodoueus rex post uictoriam Alamanorum quindecimo anno regni sui, credens baptizatur. Inde Burgundiam sibi subegit, et Gundobaldum atque Gundesilum fratrem eius ad tributa coegit. Hoc tempore beatissimus Mamertus Viennensis episcopus, cladem imminentem lacrymis et precibus suis a Viennensium urbe remouit. Siquidem incendia crebra terraemotus assidui, nocturni sonitus quidam totius urbis funeri prodigiosum quiddam ac ferale minitantes, populosis hominum conuentibus, domestica siluestrium ferarum species obseruabatur : lupi, ursi, ac cerui naturaliter pauidi, per angusta portarum usque ad fori lata penetrabant. Quid multis ? imminente solemnitate uigiliarum qua celebrari festum dominicae Ressurectionis annua consuetudo poscebat, aedes publica quam praecelso ciuitatis Viennensium uertici sublimitas in immensum fastigiata sustulerat, flammis terribilibus conflagrare crepusculo coepit ; interpellatur nuntiis discriminis iucunditas sublimitatis, pleno timoribus populo Ecclesia uacuatur. Omnes namque similem facultatibus uel domibus propriis casum de quadam praeimminentis incendii arce metuebant. Perstitit tamen coram festiuis altaribus inuictus antistes, Sanctus Mamertus, et calorem fidei suae accendens, flumine lacrymarum permissam ignibus potestatem incendio abscedente compescuit. Desperatione deposita reditur ad Ecclesiam, in eaque uigiliarum nocte sancti Paschae, concepit animo Rogationes, atque ibi cum Deo tacitus definiuit quidquid hodie psalmis ac precibus mundus inclamat. […]

[Sous Marcien et Valentinien III.] Le roi Clovis, après sa victoire sur les Alamans la quinzième année de son règne, est baptisé dans la foi de l’Église. Puis il soumit la Burgondie à sa loi et contraignit Gondebaud et son frère Godégisile à verser un tribut. À cette époque, le bienheureux Mamert, évêque de Vienne, écarta de la ville de Vienne, par ses larmes et ses prières, un fléau qui la menaçait. Car des incendies fréquents, des tremblements de terre incessants, des grondements nocturnes funèbres menaçaient d’un événement prodigieux et funeste qui ruinerait toute la ville, et là où les hommes se réunissaient en nombre, on pouvait remarquer des bêtes sauvages se comporter comme si elles étaient une espèce domestique : des loups, des ours, et même des cerfs, naturellement craintifs, pénétraient par les portes étroites jusque sur la vaste étendue du forum. Qu’ajouter ? Dans l’attente imminente de la solennité prochaine des vigiles, au cours desquelles chaque année il était d’usage de célébrer la fête de la Résurrection de Notre Seigneur, un édifice public, qui dominait par la hauteur infinie de son toit la cité viennoise, commença, au crépuscule, à s’embraser de flammes effrayantes ; la liesse née de l’élévation spirituelle est interrompue par la nouvelle du danger ; comme le peuple était empli de craintes, l’église se vide. Car chacun craignait que semblable désastre ne s’abattît sur ses biens ou sa propre demeure, du haut de la citadelle de feu qui surplombait la ville. Cependant, saint Mamert, prêtre invincible, demeura inébranlable devant les autels de la sainte fête, et enflammant la chaleur de sa foi, par un flot de larmes réfréna la puissance laissée aux flammes, et l’incendie se retira. Passé le moment de désespoir, on revient à l’église, et c’est lors de cette veillée de la sainte Pâque qu’il conçut dans son esprit les Rogations ; et là, dans le silence, avec Dieu, il arrêta tout ce que l’univers clame aujourd’hui par ses psaumes et ses prières.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

46Seconde mention de Mamert, qui ne peut s’accorder chronologiquement avec le texte de la colonne 97C (voir supra). Les événements profanes mentionnés au début de cet extrait sont pour le moins simplifiés et donnent un aperçu de la méthode de travail d’Adon qui n’est guère respectueux des sources qu’il peut utiliser, et qu’il ne cite d’ailleurs pas. Le texte inverse la chronologie des événements puisque l’épisode de l’institution des Rogations est raconté après un bref exposé, partiellement erroné, des rapports entre Clovis et les Burgondes ; en fait Adon s’est probablement inspiré de la narration de Grégoire de Tours (102) où la naissance des Rogations est bien présentée après les démêlés entre Clovis et Gondebaud, mais où Grégoire prend bien la précaution d’avertir de ce retour en arrière de plus de vingt-cinq années ; on retrouve la même négligence chronologique dans les chroniques postérieures (129‑131). C’est l’homélie d’Avit sur les Rogations qui a manifestement servi de modèle pour la narration d’Adon, parfois mot pour mot (85).

122. col. 103B-C

[425-475] Eo tempore Seuerus presbyter, natione Indus, uir miraculis clarissimus, destructo idolorum templo, ubi error gentilis centum deos cultura insanissima adorabat, ecclesiam beatissimi Stephani protomartyris, ut consecraretur, pro foribus Viennae parabat. Sed cum diu reditum beatissimi Germani sustineret, quia idem pergens ad dedicationem domus se dixerat uenturum, contigit ut die eiusdem dedicationis, antequam officia inchoarentur, beatissimum corpus episcopi Germani per Viennam deportatum, in eamdem Ecclesiam ipsam nouam repausandi gratia perueheretur ; sicque uiri Dei promissum impletur. Isicius tunc temporis Viennensem regebat Ecclesiam, sextus a beato Paschasio, cuius diebus praefatus Seuerus gloriosus presbyter ab India Viennam uenit ; qui episcopus floruit usque ad tempora Zenonis imperatoris.

[Sous Valentinien III et Marcien.] À cette époque, le prêtre Sévère, originaire de l’Inde, très célèbre par ses miracles, après avoir détruit le temple consacré aux idoles où les païens, dans leur égarement, rendaient le culte le plus insensé à cent dieux, s’apprêtait à consacrer aux portes de Vienne une église en l’honneur du premier martyr, le bienheureux Étienne. Mais, comme il attendait depuis longtemps le retour du très heureux Germain, qui lui avait dit lors de son passage [à Vienne] qu’il reviendrait pour la dédicace de l’église, il advint que le jour de ladite dédicace, avant que ne débutent les offices, le très heureux corps de l’évêque Germain, dont le convoi passait par Vienne, fut transporté et exposé dans cette église toute neuve ; et ainsi s’accomplit la promesse de l’homme de Dieu. À cette époque, Isicius, sixième évêque depuis le bienheureux Paschasius, dirigeait l’Église de Vienne ; c’est à cette époque que le susdit et glorieux prêtre Sévère vint de l’Inde à Vienne ; quant à cet évêque, il brilla jusqu’aux temps de l’empereur Zénon.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 430 Grospellier 1900, p. 62‑68 ; Descombes 1981, p. 362‑363.

47Ce texte, qui fait suite à un développement sur Germain d’Auxerre, est un condensé de la Vita Seueri dont la première mouture ne semble pas remonter au-delà de la seconde moitié du VIIe s. ; elle a été probablement remaniée par Adon lorsque celui-ci en envoya à l’abbaye de Saint-Gall un exemplaire accompagné d’autres Vies430.

  • 431 Vies des Saints et des Bienheureux selon l’ordre du calendrier, tome VII, Paris, 1949, au 31 juille (...)
  • 432 Grospellier 1900, p. 68‑70.

48Sévère mourut vers 450. La notice d’Adon souligne ses talents de propagateur de la foi chrétienne et insiste sur ses liens avec saint Germain d’Auxerre. L’épisode de l’inauguration de l’église dédiée à saint Étienne pose des problèmes de chronologie : d’après la Vita Seueri, le corps de Germain serait à Vienne le 25 juin (in septimo mensis Iunii Kalendarum), ce qui semble bien tôt si l’on se fie au Martyrologe hiéronymien, lequel mentionne Germain à trois reprises : une première fois au 31 juillet pour sa depositio à Auxerre, ce qui est faux, car il est mort à Ravenne ; une deuxième fois au 22 septembre, où il rappelle l’arrivée du corps à Auxerre ; une troisième au 1er octobre, jour de sa mise au tombeau à Auxerre431. Par ailleurs, la mention de l’évêque Isicius lors de la dédicace de l’église ne peut convenir, l’épiscopat de ce dernier étant bien postérieur à la dédicace de l’église qui dut avoir lieu en 448, puisque c’est à cette date que traditionnellement on situe la mort de saint Germain d’Auxerre ; en fait il ne peut s’agir que de Nectarius ou de Nicétas, Paschasius étant peut-être l’évêque en fonction à l’arrivée de Sévère à Vienne432 (125). Enfin, on ignore le jour de la mort de Sévère ; « la date du 8 août est probablement une conjecture de Florus appuyée sur une mauvaise interprétation du Martyrologe hiéronymien. Sévère fut enterré dans l’église Saint-Étienne, qui prit son nom ». Au IXe s., Florus de Lyon s’inspire de cette Vie de Sévère pour la notice de son Martyrologe, qui est reprise par Adon.

49Isicius (parfois Hésychius), père d’Avit, est le seizième des évêques de Vienne, et il précède son fils Avit sur le siège épiscopal. Son épiscopat est à situer grosso modo entre 475 et 490, alors qu’Adon le place sous Valentinien III (425‑450) ; pour l’archevêque Léger, floruit sub Leone imperatore et Zenone, c’est-à-dire entre 473 et 491. Son nom figure au Martyrologe d’Adon à la date du 16 mars, mais il est absent du Martyrologe romain.

122. col. 104B-C

[425-475] Saluianus presbyter apud Messiliam humana et diuina litteratura instructus, inter alia quae scripsit, ad Claudianum presbyterum Viennensem, librum unum expositionis extremae partis in Ecclesiasten. […] Claudianus quoque Viennensis Ecclesiae presbyter, uir ad loquendum artifex, et ad disputandum subtilis, floruit.

Salvien, prêtre de Marseille, versé dans les humanités et les Écritures divines, écrivit, entre autres ouvrages, un commentaire sur la dernière partie de l’Écclésiaste dédié à Claudien, prêtre viennois […] Claudien, prêtre de l’Église de Vienne, habile orateur, fin dialecticien, brilla.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 433 Gennadius, De uiris illustribus, LXVII (PL 58, 1847, col. 1099A).

50Le commentaire sur l’Écclésiaste de Salvien est perdu, mais mentionné par Gennadius, qui le dit dédié non à Claudianus, mais à l’évêque de Vienne Claudius qui est un des signataires du concile d’Orange en 441 (voir supra, col. 91D)433. Claudien Mamert (mort dans les années 470) est réputé avoir grandement aidé son frère évêque dans la mise en place du rituel des Rogations.

122. col. 105D-106A

[492-519] Auitus quoque Viennensis episcopus eloquentia et sanctitate praecipuus, cuius frater Appollinaris Valentiae episcopus, miraculis insignis, Isicii senatoris primum uiri, postea Viennensis episcopi, duo lumina, clarissimi filii. Hic beatus Auitus aduersus haeresin Arianam, quae tunc non solum Africam, sed et Galliam Italiamque magna ex parte occupauerat, magno sudore decertauit quod clarissima eius opera testantur. Scribit enim dialogum, haeresin illam oppugnans fidelissimo et doctissimo immortalique ingenio ad Gundebaldum Burgundionum regem, filium Gundouei. Item alios libellos duos contra Nestorium et Eutichen auctores erroris, luculentissimo et castigato satis sermone. Fuerunt et alia illius plura eximia opera in Christi Ecclesia probatissima. Hic Sigismundum regem in fide pietatis erudiuit : qui agente illo postmodum monasterium sanctorum martyrum Agaunensium Mauritii sociorumque eius construxit. Quem postmodum captum, et a Francis occisum vehementissime doluit. Quantus autem in ecclesia Christi uixerit, quisquis scire ad plenum uult, post eius innumera in diuinis laboribus opera, epitaphium ipsius legat ; ibi quantus fuerit, uidere potuit : ubi inter alia sic metrice lusum est ueritate pura subnixum :
     Unus in arce fuit, quo quolibet ordine fandi ;
     Orator nullus similis, nullusque poeta,
     Clamant quod sparsi per crebra uolumina libri ;
     Quis uixit, uiuit, perque omnia saecula uiuet.

[Sous Anastase, empereur à Byzance.] Avit aussi, évêque de Vienne, le premier par son éloquence et sa sainteté, dont le frère Apollinaire fut évêque de Valence, s’illustra par ses miracles ; très illustres fils d’Isicius, qui fut d’abord sénateur puis évêque de Vienne, ils furent deux lumières. Le bienheureux Avit combattit à force de sueur, ainsi que l’attestent ses plus célèbres ouvrages, l’hérésie arienne, qui s’était emparée non seulement de l’Afrique, mais encore d’une grande partie de la Gaule et de l’Italie. En effet, il écrivit à l’intention de Gondebaud, roi des Burgondes, fils de Gondioc, un dialogue, où son saint esprit, empli de foi et de science, combattait cette hérésie. De même, il écrivit deux autres opuscules contre Nestor et Eutychus, auteurs d’hérésies, dans un style clair et châtié à souhait. Il y eut encore plusieurs autres ouvrages remarquables, très estimés au sein de l’Église du Christ. C’est lui qui instruisit dans la foi et la piété le roi Sigismond : sous son impulsion, ce dernier fit construire par la suite le monastère des saints martyrs d’Agaune, Maurice et ses compagnons. Et quand le roi fut pris et mis à mort par les Francs, Avit en fut violemment affligé. L’importance de sa vie au sein de l’Église du Christ, que quiconque veut la comprendre pleinement lise son épitaphe, après avoir lu ses innombrables ouvrages au service de Dieu : là il pourra voir quelle fut sa grandeur : voici par exemple comme on a joué avec la métrique, mais en s’appuyant sur la pure vérité :
     Lui seul atteignit les sommets de tous les genres d’éloquence ;
     Aucun orateur ne fut son égal, ni aucun poète,
   Comme le proclament ses œuvres diffusées dans de nombreux ouvrages ;
     Qui a vécu, vit, et à travers les siècles des siècles vivra.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

51Cette notice est, avec celle consacrée à Mamert, le plus long des textes de la liste épiscopale de Vienne jusqu’à la fin du Ve s. ; elle inspire aussi manifestement la notice du Livre épiscopal de l’archevêque Léger. Il s’agit d’un éloge d’Avit qui emprunte essentiellement à deux sources : la Vita Auiti et l’épitaphe d’Avit. Les rapports entre ces lignes et la Vita Auiti sont complexes, et il ne nous appartient pas d’entrer ici dans les détails.

  • 434 Descombes 1985, p. 341 ; on peut aussi consulter l’ouvrage plus ancien d’Allmer et Terrebasse 1875, (...)

52L’épitaphe d’Avit, qui a disparu, était dans l’église Saint-Pierre, mais elle a été souvent reproduite, l’édition la plus récente, avec commentaire vers à vers, étant due à Fr. Descombes, qui expose (p. 341) les deux familles de transcription de cette épitaphe d’après leurs variantes434. Le texte d’Adon dans la PL reproduit les vers 21‑25, avec une variante (v. 21cui quilibet) et une ponctuation que nous n’avons pas reprise, puisque nous avons adopté le texte et la traduction de Fr. Descombes.

  • 435 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, III, 6.
  • 436 Descombes 1985, p. 349‑351.

53Avit, dix-septième évêque de la liste épiscopale, a occupé sa charge de 490 environ jusqu’à sa mort, dont la date est discutée : un 5 février, en 518 selon l’abbé Duchesne et U. Chevalier, plutôt entre 522‑526 selon l’historiographie allemande. Cette date basse est tirée d’un passage du texte ci-dessus, où il est dit qu’Avit souffrit beaucoup de la défaite, puis de l’exécution de Sigismond par les Francs ; en fait, ce passage serait une mauvaise interprétation de Grégoire de Tours qui, racontant les derniers moments de Sigismond, fait intervenir un personnage homonyme, abbé de surcroît, beatus Auitus abbas435. Les partisans de la date haute s’appuient sur la phrase qui clôt la Vita Auiti et qui donne un point de repère, la mort de l’empereur Anastase, décédé le 8 juillet 518 ; Fr. Descombes expose les éléments du débat, tout en plaidant en faveur de la date haute dont les arguments semblent plus solides436.

122. col. 106B-C

[492-519] Fuerunt autem a transitu sancti Martini usque ad transitum Chlodouei regis annis centum duodecim. A transitu sancti Martini Viennensis tertii episcopi (nam primus Crescens, sequens Zacharias martyr) usque ad transitum Martini Turonorum episcopi ducenti nonaginta anni, et usque ad transitum sancti Mamerti Viennensis Ecclesiae episcopi, colliguntur anni trecenti viginti octo.

Il s’est écoulé depuis la mort de saint Martin jusqu’à celle de Clovis 112 ans. Depuis la mort de saint Martin, troisième évêque de Vienne (en effet, le premier est Crescens, Zacharias le martyr le second) jusqu’à la mort de Martin évêque de Tours, 290 ans ; et jusqu’à la mort de saint Mamert évêque de l’église de Vienne, 320 ans.
(Adon de Vienne, Chronique, VI)

  • 437 Grospellier 1900, p. 17‑18.

54Sachant que saint Martin est mort en 397 et Clovis en 511, le décompte d’Adon correspond assez bien à ces dates. Si on poursuit le raisonnement, la mort de Martin, troisième évêque de Vienne doit donc remonter à l’année 107, si l’on prend la mort de saint Martin de Tours comme point de repère, et donc Mamert serait mort en 427… CQFD ? Ce passage a attiré particulièrement l’attention du chanoine Grospellier, qui y voit une preuve d’interpolation de la Chronique, une raison pour laquelle on ne doit pas incriminer Adon437. L’archevêque Léger fait lui aussi un récapitulatif de ce genre dans la notice consacrée à Mamert (voir supra, col. 97C).

Tableau récapitulatif de la liste des évêques de Vienne jusqu’à Avit

Liste des évêques

Chronologie d’Adon « Faux privilèges » (FP)

Chronologie rectifiée

1. Crescens (col. 79A, 81D, 106B)

Néron (54‑68)
FP : apostolorum collega

Existence douteuse

2. Zacharias (col. 81D, 106B)

Trajan (98‑117)

Existence douteuse

3. Martinus (col. 81D, 106B)

Trajan

Existence douteuse

4. Verus (col. 82A)

Trajan
FP : sous Pie Ier (ca 140‑150)

Attesté en 314 (concile d’Arles)

5. Iustus (col. 82D, 83A et B)

D’Hadrien (118) à Marc Aurèle (180)
FP : sous Pie Ier (ca 140‑150)

6. Dionysius (col. 84B, 84D)

De Commode (177‑192) à Pertinax (193)
FP : sous Victor (ca 189‑198)

7. Paracodes (col. 85A)

De Septime Sévère (193) à Maximin (238)
FP : sous Victor (ca 189‑198)

8. Florentius (col. 86D)

De Gordien (238) à Gallien (268)

Attesté en 374 (concile de Valence)

9. Lupicinus (col. 88B)

De Valérien-Gallien (253‑268) à Postumus-Victorin (259‑270)
FP : sous Zosime (ca 417‑418)

10. Simplides/Simplicius (col. 89A)

D’Aurélien (269) à Carus (282)
FP : sous Corneille (ca 251‑253)

Attesté en 398 (concile de Turin)

11. Paschasius (col. 91B, 96A, 103C)

Dioclétien (284‑305)
FP : sous Sylvestre (ca 314‑335)

12. Claudius (col. 91D, 96A, 104B)

Constantin (306‑337)

Attesté en 441 et 442 (conciles d’Orange et de Vaison)

13. Nectarius (col. 92D, 95B)

De Constance II (337) à Valens (378)

14. Nicetas (col. 96B)

De Gratien (367) à Théodose Ier (395)

Attesté en 449

15. Mamertus (col. 97C, 102C, 106C)

Arcadius-Honorius (393‑423)

Attesté en 463 et 474 (concile d’Arles) ; mort en 475 ?

16. Isicius (col. 103C, 105D)

Valentinien III-Marcien (425‑457)
Léon-Zénon (457‑491)

Père et prédécesseur d’Avit

17. Avitus (col. 105D-106A)

Sous Anastase (491‑518)

Préside le concile d’Épaone (517) ; meurt en 518 ?

  • 438 Allmer et Terrebasse 1875, p. viii-xiii.

55Quelle que soit la raison pour laquelle Adon a voulu présenter l’Église de Vienne comme remontant aux temps apostoliques, ce qui est impossible, il est certain qu’elle était constituée dès la seconde moitié du IIe s. et est une des plus anciennes de Gaule avec celle de Lyon, à laquelle il est possible qu’elle ait été rattachée. Nous renvoyons, en guise de conclusion, aux quelques pages écrites par A. de Terrebasse reproduites dans l’introduction au volume des inscriptions de Vienne, pages qui datent, certes, mais ne manquent pas d’intérêt438.

56Pour conclure sur la Chronique d’Adon, l’impression laissée par ce florilège concernant la cité de Vienne est sans équivoque ; il s’agit de mettre en valeur l’ancienneté et la sainteté de la cité, l’équivalente de Rome en Gaule, et pour cela, Adon n’hésite pas à sacrifier les faits et dates à la bonne cause.

Références

Œuvre

Sur la liste épiscopale, Duchesne 1894, p. 145‑206, avec édition du Livre épiscopal de l’archevêque Léger, dont l’éditeur pense qu’il ne fait qu’un avec l’Hagiologe de Vienne, p. 179‑205 ; Grospellier 1900, p. 5‑36, 57‑83 et 169‑184 ; mise au point et bonne synthèse dans DACL 15, dans l’article d’H. Leclercq consacré à Vienne en Dauphiné, col. 3051‑3065 ; présentation abrégée et claire dans Pelletier 1971, p. 169‑175 ; Paillaret 1993, p. 168‑171 ; Cavard 1975, p. 83‑88 ; Pelletier 2001, p. 161‑164 ; sur les faux privilèges, W. Gundlach, Epistolae Viennenses spuriae, MGH Epist III, Berlin, 1892, p. 84‑109 ; Chevalier 1912, no 1, 2, 8, 9, 11, 23, 61 et 548.

Édition

Tous les passages du texte 122 reproduisent l’édition de la PL 123, 1852. Les traductions sont de G. Lucas.

Textes

122. col. 82A-B

Sur Phocas, voir S. Le Nain de Tillemont, Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique des six premiers siècles, tome V, Paris, 1698, p. 581‑584, où l’auteur note l’absence d’église célébrant son nom. Saint Phocas était célébré le 14 juillet (PL 123, col. 303 du Martyrologe) ; voir aussi Cavard 1975, p. 82‑83. Sur Vérus, voir Duchesne 1894, p. 155, 161‑164 et 180‑181.

122. col. 83B-C

Sur Just, voir Duchesne 1894, p. 155 et 181. Sur ce passage, voir les remarques de Nimmegeers 2014, p. 163‑164.

122. col. 92D-93A

Sur le supposé concile de 349, voir C. Baronius, Annales ecclesiastici, t. IV (années 318‑359), éd. A. Theiner, Paris, 1865, p. 154 et 177 (sous Silvestre, année 325) ; J.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio (2e éd.), t. III (années 347‑409), Florence, 1759, p. 175‑178. Sur celui de 442, Hefele 1908, livre X, chapitre 1, no 163, p. 454‑460. Dans le Dictionnaire universel et complet des conciles tant généraux que particuliers, des principaux synodes diocésains et autres assemblées ecclésiastiques les plus remarquables de l’abbé A.‑Ch. Peltier, publié par l’abbé Migne, t. II, Paris, 1847, col. 1211‑1215, seuls deux conciles sont mentionnés. Sur Nectarius, Duchesne 1894, p. 146 et 184.

122. col. 96B-C

Sur Maxime, voir Maraval 2009, p. 201‑213 ; voir index, s.v. « Arbogast », « Maxime », « Valentinien II ».

122. col. 97C

Sur Mamert, voir Duchesne 1894, p. 147 et 185‑186. Sur les hérésies nestorienne et monophysite (Eutychès), voir H.‑I. Marrou, L’Église de l’Antiquité tardive : 303‑604 (2e éd.), Points Histoire, Paris, 1985, p. 132‑142.

122. col. 103B-C

Sur l’épitaphe de Sévère, Allmer et Terrebasse 1875, p. 24‑31 ; CIFM 15, no 143, p. 149‑151. Sur Isicius, voir Duchesne 1894, p. 147 et 186.

122. col. 104B-C

Voir dans Allmer et Terrebasse 1875, p. 32‑35, l’épitaphe de Claudien Mamert qui développe son éloge, ainsi que dans DACL 15, col. 3073.

122. col. 105D-I06A

On se reportera à Duchesne 1894, p. 156‑158 et 186‑188 et surtout à Descombes 1985, p. 345‑346 qui fait un point sur la question. On peut consulter le texte de la Vita Auiti [BHL 885] dans AASS Février I, 1658, p. 667‑668, ou dans MGH AA VI, 2 (éd. R. Peiper, 1883, rééd., 1961), p. 177‑182 ; Descombes 1981, p. 362 consacre quelques lignes à l’élaboration de cette Vita. Sur le supposé Contra Arianos d’Avit, voir Shanzer et Wood 2002, p. 10‑11, 163‑166 et 187. Sur l’épitaphe d’Avit, Descombes 1985, inscription XV, 81, p. 341‑351.

Notes

370 Dubois et Renaud 1984, p. xix.

371 Chorier 1658, p. viii.

372 Adon de Vienne, Vie de saint Theudère (123).

373 Chorier 1658, p. 380‑382.

374 Chorier 1658, p. 345.

375 Cavard 1975, p. 156‑159.

376 Histoire Auguste, Vie dAlexandre Sévère, éd. A. Chastagnol, coll. Bouquins, Paris, 1994, p. 632‑633.

377 Nimmegeers 2014, p. 159.

378 Strabon, Géographie, C 163 = III, 4, 13.

379 Le Lièvre 1623, p. 15.

380 Bazin 1891, p. 45 ; Chorier 1658, p. 160.

381 Je remercie J.‑P. Reboul de m’avoir fait bénéficier de ses recherches sur ce terme.

382 Fr. Favory et al., « Témoignages antiques sur le bornage dans le monde romain, III », RACF 35, 1996, p. 203‑216.

383 Schneyder et Savigné 1880, p. 97.

384 L’ouvrage, qui fourmille d’erreurs, a été rédigé au début du XVIe s., et est resté manuscrit, jusqu’à son édition en 1844, à Vienne, par A. de Terrebasse, sous le titre De Allobrogibus. Libri novem ; le texte cité se trouve à la page 10.

385 Le Lièvre 1623, p. 10.

386 Le Lièvre 1623, p. 56.

387 Goudineau 1993, p. 690 ; voir aussi Pelletier 1982, p. 19‑21.

388 Nimmegeers 2014, p. 159‑160.

389 Duchesne 1894, p. 162.

390 Duchesne 1894, p. 151.

391 MGH Script VII, Chronicon novaliciense, éd. L.C. Bethmann, Hanovre, 1846, p. 127.

392 Grospellier 1900, p. 183‑184.

393 Le Nain de Tillemont 1701, p. 620‑626.

394 Le Nain de Tillemont 1701, p. 621.

395 Le Nain de Tillemont 1701, p. 625‑626.

396 Voir aussi 113 et Le Lièvre 1623, p. 30.

397 Histoire ancienne des Juifs, XVIII, 250‑255 ; voir Decourt et Lucas 1993, p. 45‑48.

398 Le Lièvre 1623, p. 39‑44.

399 Mermet 1856, p. 9.

400 Nimmegeers 2014, p. 160‑161.

401 Sur Crescens, supposé premier évêque de Vienne, à l’époque de Néron, voir Duchesne 1894, p. 151‑154 et 179‑180.

402 Chevalier 1912, no 548, lettre du pape Étienne II, vers 752‑757.

403 Duchesne 1894, p. 179.

404 Duchesne 1894, p. 154‑155.

405 Griffe 1964, p. 91‑94. Voir les notices du Martyrologe d’Adon au 27 juin et 29 décembre (124).

406 Duchesne 1894, p. 151‑154 et 179‑180.

407 AASS Mai VI, 1688, p. 659‑660 ; Bréviaire, § 2‑4 (fol. cccxxiv et suivant).

408 Charvet 1761, p. 13.

409 Grospellier 1900, p. 16‑17.

410 Biarne et al. 1986, p. 24.

411 PG 91, 1865, col. 276.

412 Cavard 1975, p. 74‑88.

413 Chevalier 1912, no 1.

414 Chevalier 1912, no 2.

415 Voir le commentaire de la notice du Martyrologe, à la date du 19 novembre (124).

416 Allmer et Terrebasse 1875, p. 1‑10.

417 Sur Denys, sixième évêque viennois selon Adon, voir Duchesne 1894, p. 181‑182.

418 Decourt et Lucas 1993, texte 91 ; J.‑Cl. Decourt, « Constitution d’une légende hagiographique : le “martyre” d’Irénée de Lyon », CH 44, 1999, p. 33‑57.

419 Chevalier 1912, no 548.

420 Sur Paracodes (parfois noté Paragode), 7e évêque de Vienne, voir Duchesne 1894, p. 182.

421 Sur Florent, Duchesne 1894, p. 182.

422 Sur Postumus, Histoire Auguste, Les trente tyrans, III, et le texte 83 ; pour Victorin, Les trente tyrans, VI ; RE VIII/A2, 1958, s.v. « Victorinus 2 », col. 2074‑2079 [R. Hanslik].

423 Sur Lupicin, voir Duchesne 1894, p. 182‑183.

424 Sur Simplides et Simplicius, voir Duchesne 1894, p. 145‑146, 162‑165 et 183 ; DACL 15, col. 3057.

425 Sur Paschasius, Duchesne 1894, p. 146 et 183.

426 Gennadius, De uiris illustribus, LXV1I (PL 58, 1847, col. 1099A).

427 Sur Claudius, voir Duchesne 1894, p. 146, 155‑156 et 183‑184.

428 Sur la mention de Just, voir supra, col. 83B-C ; Decourt et Lucas 1993, textes 101 et 108.

429 Sur Nicétas, voir Duchesne 1894, p. 147 et 184‑185.

430 Grospellier 1900, p. 62‑68 ; Descombes 1981, p. 362‑363.

431 Vies des Saints et des Bienheureux selon l’ordre du calendrier, tome VII, Paris, 1949, au 31 juillet, p. 737‑745.

432 Grospellier 1900, p. 68‑70.

433 Gennadius, De uiris illustribus, LXVII (PL 58, 1847, col. 1099A).

434 Descombes 1985, p. 341 ; on peut aussi consulter l’ouvrage plus ancien d’Allmer et Terrebasse 1875, p. 67‑74.

435 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, III, 6.

436 Descombes 1985, p. 349‑351.

437 Grospellier 1900, p. 17‑18.

438 Allmer et Terrebasse 1875, p. viii-xiii.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search