Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Fréculphe de Lisieux, Chroniques

p. 245-247


Texte intégral

Fréculphe (Freculphus Lexouiensis), évêque de Lisieux (ca 825‑853), puis, peut-être, de Saintes jusqu’en 864, est un personnage mal connu : né en Allemagne du Sud à une date inconnue, ami de Raban Maur, il fut très impliqué dans les affaires ecclésiastiques et politiques de son temps, en particulier comme missus dominicus de Louis le Pieux.

1Il est l’auteur de la première chronique universelle de l’époque carolingienne (Chronicorum tomi II ab O.C. usque ad Francorum et Langobardorum regna). Si cette œuvre, publiée avant 830, apporte peu d’informations originales, elle est néanmoins remarquable par la diversité des sources utilisées. Ainsi que l’indique son titre, sa chronique est divisée en deux tomes : le premier couvre en sept livres l’histoire du monde, de la Création à la naissance du Christ, soit l’Année du Monde 5124 ; le second tome prend la suite en cinq livres qui s’arrêtent en l’an 607. L’influence d’Augustin et d’Orose y est très sensible. Tous les extraits qui suivent sont tirés du second volet des Chroniques. Ils sont une illustration parfaite de ce qu’on pouvait retenir, à l’époque carolingienne, de l’histoire événementielle de Vienne sous l’Empire romain ; les grands moments y sont tous présents, et Fréculphe nous livre ici comme un digest de l’histoire de Vienne. Il est intéressant de mettre en parallèle cette chronique, destinée à l’instruction d’un prince, et celle d’Adon, écrite une quarantaine d’années plus tard, où Vienne est mise en exergue : une chronique « pédagogique » et une chronique « militante ».

119. Vienne d’Archélaos à Gondebaud

119a

Qui circa finem uitae, Iudaeis non ferentibus ferocitatem Archelai filii Herodis, qui post eum annis nouem in Iudaea regnauerat, sed ultro accusantibus, Augustus apud Viennam urbem Galliae eumdem Archelaum relegauit, et ad minuendam Iudaici regni potentiam, insolentiamque domandam, quatuor fratres eius pro eo sunt tetrarchae creati, Herodes, Antipater, Lisias et Philippus.

Sur la fin de sa vie, comme les Juifs ne supportaient plus l’arrogance d’Archélaos, le fils d’Hérode, qui lui avait succédé sur le trône et régné neuf ans, et comme, bien plus, ils lui intentaient une accusation, Auguste bannit ledit Archélaos à Vienne, ville de Gaule, et afin d’amoindrir la puissance du royaume juif et de dompter son orgueil, il le remplaça par ses quatre frères, Hérode, Antipater, Lisias, Philippe, qu’il fit tétrarques.
(Fréculphe de Lisieux, Chroniques, II, livre I, 4)

119b

De Herode et Pilato qui iustas luerunt poenas, ac de nefariis actibus Gaii Caligulae. Herodes tetrarcha, et ipse Gaii amicitiam petens, cogente Herodiade Romam uenit. Sed accusatus ab Agrippa, etiam tetrarchiam perdidit ; fugiensque in Hispaniam cum Herodiade moerore periit. Sed et Pilatus, qui in Saluatorem iniqui iudicis functus officio est, iisdem temporibus Gaii, tantis ac talibus malorum cladibus excruciatus est, ut propria se manu transuerberasse et nefariam uitam ui abiecisse, referatur.

Sur Hérode et Pilate qui subirent de justes châtiments, et sur les abominations de Caligula. Le tétrarque Hérode [Antipas], cherchant lui aussi, sous la pression d’Hérodiade, à gagner l’amitié de Caligula, vint à Rome. Mais, accusé par [Hérode] Agrippa, il perdit jusqu’à sa tétrarchie ; et il s’enfuit en Espagne avec Hérodiade, où il mourut de douleur. Quant à Pilate lui aussi, qui avait agi en juge inique contre notre Sauveur, à la même époque, sous Gaïus, il fut tourmenté par de si nombreux et si grands malheurs, que, dit-on, il se poignarda de sa propre main et quitta dans la violence une vie impie.
(Fréculphe de Lisieux, Chroniques, II, livre I, 12)

2Vienne n’est pas citée dans le deuxième texte. Cependant, la succession de l’évocation des deux destinées d’Hérode et de Pilate, est intéressante car elle peut expliquer le développement que prendra la légende de la présence de Pilate à Vienne, associé plus ou moins consciemment à la présence d’un souverain juif exilé à Vienne, en l’occurrence Archélaos (plutôt qu’Hérode Antipas, dont le lieu d’exil varie selon les textes, à Vienne, à Lyon, ou en Espagne) ; mais on relèvera que les deux personnages ont été des acteurs de la Passion du Christ. On notera aussi la prudence avec laquelle Fréculphe rapporte la mort de Pilate.

119c

Igitur Valentinianus iunior restitutus exstincto Maximo eiusque filio Victore, quem imperatorem Gallis Maximus reliquerat, ipse in Galliam transiit ; ubi cum, tranquilla republica, in pace ageret, apud Viennam dolo Arbogastis comitis sui corruptis custodibus, ut fertur, strangulatus, atque ut uoluntariam sibi consciuisse mortem putaretur, laqueo suspensus est. Mortuo Valentiniano Augusto, Arbogastes Eugenium tyrannum mox creare ausus est, legitque hominem cui titulum imperatoris imponeret, ipse aucturus imperium.

Ainsi, après la mort de Maxime et de son fils Victor qu’il avait laissé comme empereur aux Gaulois, Valentinien le Jeune fut restauré dans son pouvoir et se rendit en personne en Gaule. Là, alors que les affaires étaient calmes et qu’il vivait dans la paix, suite à un complot de son comte Arbogast, il fut étranglé à Vienne, dit-on, par des gardes qui avaient été corrompus et, afin de faire croire qu’il s’était volontairement donné la mort, il fut pendu à un lacet. Une fois l’empereur Valentinien mort, Arbogast eut l’audace, peu de temps après, de susciter un tyran, Eugène ; il choisit l’homme pour porter le titre d’empereur, mais c’est lui-même qui cherchait à accroître son pouvoir.
(Fréculphe de Lisieux, Chroniques, II, livre IV, 28)

3Fréculphe s’inspire sans doute d’Orose (66), mais le reformule ; d’autant que suit un portrait d’Arbogast, qui reprend les termes mêmes d’Orose (uir barbarus animo, consilio, manu, audacia, potentiaque nimius) et s’inscrit dans la lignée des portraits de Socrate, Zosime et Jean d’Antioche, par les termes employés qui insistent sur le caractère excessif de ce barbare, son influence politique, son prestige militaire, son audace et sa puissance ; d’où peut-être le taedium uitae dont aurait été victime Valentinien II, selon la formule employée par Cassiodore (94) que reprendra Sigebert (135).

119d

Qua tempestate inter Francos et Burgundiones Diuione gestum est praelium. Gundeiflo hoc dolose machinante contra fratrem suum Gaudebaudum. Itaque Gundeiflus cum suis aduersus fratrem suum cum Francis dimicauit, fugatumque fratrem regnum ipsius paulisper obtinuit. Gaudebaudus autem Auenione se muniuit. Eodemque anno resumptis uiribus Viennam obsedit, et captum fratrem suum Gundeiflum interfecit pluresque Burgundionum morte damnauit, regnumque fratris suo copulauit et tenuit.

À cette époque, il se livra à Dijon une bataille qui opposa les Francs et les Burgondes. Mais Godégisile avait ourdi une trahison contre son frère Gondebaud. Aussi, Godégisile et les siens combattirent aux côtés des Francs contre son propre frère, et l’ayant mis en fuite, Godégisile s’empara de son royaume, pour une courte période. Quant à Gondebaud, il se réfugia dans Avignon. La même année, après avoir reconstitué ses forces, il assiégea Vienne, captura son frère Godégisile, le fit périr, condamna à mort un assez grand nombre de Burgondes, réunit au sien le royaume de son frère et le garda.
(Fréculphe de Lisieux, Chroniques, II, livre V, 17)

4Pour le commentaire, voir le texte 102.

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Molinier 1901, no 751 et 782 ; Catholicisme 4, 1956, col. 1576 [A. Dumas] ; DHGE 18, col. 1142‑1144 [J. Pycke] ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Frechulf of Lisieux » [R. Rech] ; Ganshof 1970, p. 663 ; J. Dummer, « Frechulf von Lisieux und die Historia ecclesiastica tripartita », Philologus 115, 1971, p. 58‑70 ; A. Knaepen, « L’histoire gréco-romaine dans les sources littéraires latines de la première moitié du IXe siècle : quelques conclusions provisoires », RBPh 79, 2001, p. 3421‑372.

Édition

PL 106, 1851, col. 1120‑1121 (119a), col. 1127‑1128 (119b), col. 1226 (119c) et col. 1248 (119d). Cette édition est considérée comme médiocre, mais c’est la seule actuellement disponible. Trad. G. Lucas.

Texte

Pour le passage 119a, voir le texte 16 et l’index, s.v. « Archélaos », « Pilate ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.