Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Anonyme, Cosmographie du Ravennate

Texte intégral

Nous ignorons qui est l’auteur de la compilation qu’est la Cosmographie du Ravennate (Ravennati Anonymi Cosmographia), ainsi nommée parce qu’elle a été rédigée à Ravenne, ville natale de l’auteur, de son propre aveu au livre IV, à l’époque carolingienne (IXe s.).

  • 368 Desjardins 1893, p. 194‑195.

1Elle fut éditée en 1688 pour la première fois par Dom Porcheron, sous le titre d’Anonymi Ravennatis de geographia libri V. Cette sorte d’inventaire du monde habité à l’époque de sa rédaction puise cependant à des sources beaucoup plus anciennes, qui remonteraient au VIIe s. voire au Ve s., et probablement à une version ancienne de la Tabula Peutingeriana (147), dont on a pu penser qu’elle a fait précisément l’objet de corrections à Ravenne ; E. Desjardins admet que l’auteur a pu travailler sur carte368. Quant à la quarantaine de sources que l’auteur cite dans son texte, un certain nombre relèvent de la fantaisie.

2Cette compilation couvre l’espace géographique qui s’étend de l’Inde en Orient à l’Irlande en Occident ; les listes de toponymes, en majeure partie des cités, sont regroupées par régions, chaque liste étant précédée d’un court paragraphe d’introduction. C’est ainsi que la Gaule est divisée en sept régions (Francia Rhenensis, Suauia ou Alemania, Burgundia, Septimania, Britannia in paludibus, Guasconia olim Aquitania, Spano-Guasconia) et que les toponymes utilisés sont ceux du Bas-Empire ; la compilation est à mettre en parallèle avec l’Itinéraire d’Antonin et la Tabula Peutingeriana, qu’elle complète parfois. On a conservé trois manuscrits de cette œuvre qui présentent des différences notables dans la transmission des toponymes ; on y relève de nombreuses erreurs d’orthographe ou de déformation des noms qui deviennent quelquefois méconnaissables, et parfois même ils sont mal identifiés (une cité pour rivière, par exemple).

118. Itinéraire rhônalpin

3Dans la description de la patria de Burgundia, iuxta praefatam Galliam Belgicam, « la Burgondie, qui jouxte la Gaule belgique ci-dessus nommée », l’auteur propose des énumérations de quelques villes ou stations, toutes nommées ciuitates et dites iuxta fluuium Rhodanum positae, « situées à côté, au bord du Rhône ». Une première série regroupe des localités de la Suisse actuelle, dont Lausanne et Genève, et deux autres (Seyssel et Yenne ?) ; une seconde liste est composée de localités situées sur la rive droite du Rhône et de la Saône, dont l’énumération va du nord au sud, de la région de Dijon (pas assuré) à Beaucaire, en passant par Mâcon (Matiscum) et Lyon (Lucdonon) ; puis on lit la liste suivante :

Item sunt civitates in ipsa Burgundia ad aliam partem, ex quibus aliquantas nominare volumus, id est,

Il y a aussi des cités dans l’autre partie de la Burgondie, dont nous voulons donner quelques noms, à savoir,

Catabolon [localité des Alpes grées ?]
Breniton [Bergintrum, Bourg-Saint-Maurice]
Amiman [Axima, Aime]
Daratatia [Darantasia, Moûtiers-en-Tarentaise]
Obelonon [Arbine]
Publicanos [Albertville-Conflans]
Mantala [Saint-Pierre-d’Albigny]
Leuinum [Lenicium, Lemincum, Le Lémenc]
Lauiscone [Labiscone, Les Échelles, ou Lépin-le Lac ?]
Auguston [Augustum, Aoste]
Birgusia [Bergusia, Bergusium, Bourgoin-Jallieu]
Benna [Beuna, Vienna, Vigenna, Vienne]
Ficlinis [Fidinis, Figlinis, Saint-Rambert d’Albon ?]
Genua [Tegna, Tain-l’Hermitage]
Valentia [Valencia, Valence]
Untiana [Unciana, Vatiana, Batiana, Vacianis, Étoile-sur-Rhône ?]
Acunon [Acunum, Acuno, Acusium, Montélimar]
Bonomago [Senomago, Saint-Paul-Trois-Châteaux]
Arasione [Arusione, Arausione, Orange]
Abicinione [Abinnione, Auennione, Auenione, Avignon]
Arascone [Tarascon].
(Anonyme, Cosmographie du Ravennate, IV, 26)

  • 369 Dillemann 1997, p. 104‑107, avec croquis de la Tabula.

4Ce texte est un exemple typique de la déformation des noms ; nous avons signalé entre crochets d’autres formes du toponyme telles qu’elles apparaissent dans d’autres manuscrits ou textes. On reconnaît dans cette énumération les localités données par l’Itinéraire d’Antonin (44, 45) auquel on pourra se reporter pour le commentaire toponymique ; Vienne y est une étape sur la route des Alpes et, à partir d’elle, l’itinéraire bifurque vers le sud en suivant la voie de la rive gauche du Rhône en direction d’Arles. Ainsi l’auteur procède bien par secteurs, et partant du noyau constitué par le haut cours du fleuve, suit un ordre qui va du nord au sud, sur chaque rive du Rhône. L’étude de la Burgundia par L. Dillemann dans La Cosmographie du Ravennate fait apparaître les convergences et différences avec la Table de Peutinger, mais néglige le commentaire de notre passage369. Voir fig. 11.

Bibliographie

Références

Œuvre

Molinier 1901, no 17 ; Duval 1971, no 30B ; Brill Online, s.v. « Geographus Ravennas » [K. Brodersen] ; Desjardins 1893, p. 193‑218 ; RE I/Al, 1914, s.v. « Ravennas Geographus », col. 305‑310 [G. Funaioli] ; M. D’Avezac, Le Ravennate et son exposé cosmographique, publié par J. Gravier, Rouen, 1888 ; Barruol 1969, p. 49‑80 ; L. Dillemann, « La carte routière de la Cosmographie de Ravenne », BJ, 1975, p. 165‑170 ; Dilke 1985, p. 2‑113 et 174‑176 ; Dillemann 1997.

Éditions

Itineraria Romana II. Ravennatis anonymi Cosmographia et Guidonis Geographica, éd. J. Schnetz et M. Zumschlinge, Stuttgart, 1990 (réimpr. de l’éd. de Leipzig, 1940), p. 63. Trad. G. Lucas.

Voir également, M. Pinder et G. Parthey, Ravennatis anonymi cosmographia et Guidonis geographica ex libris manu scriptis, Berlin, 1860 (réimpr., Aalen, 1962), p. 238‑239.

Notes

368 Desjardins 1893, p. 194‑195.

369 Dillemann 1997, p. 104‑107, avec croquis de la Tabula.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search