Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Bède le Vénérable

Texte intégral

Considéré comme le premier historien de l’Angleterre, Bède, dit le Vénérable dès le haut Moyen Âge, Beda Venerabilis (ca 672‑735), fut aussi l’auteur d’ouvrages techniques destinés à la formation des moines, qui constituent un maillon fondamental dans la culture littéraire et scientifique du haut Moyen Âge et assurent la transmission du patrimoine antique. Bède le Vénérable figure au nombre des Bienheureux du Paradis que Thomas d’Aquin présente à Dante (X, 131) en compagnie d’Augustin (XIII, 130), Hugues de Saint-Victor (XIII, 133), Pierre le Mangeur (XIII, 134) et Raban Maur (XII, 139), pour ne citer que des auteurs présents dans notre anthologie.

1Né en 672‑673 d’une famille modeste de Northumbrie, dès l’âge de 7 ans il fut confié aux soins de l’abbé Benedict Biscop, fondateur des abbayes de Wearmouth (674) puis de Jarrow (681). Bède séjourne jusque vers 690 à Wearmouth, où il survit à la peste, puis passe le reste de sa vie à Jarrow, où, comme il l’écrit dans son Histoire ecclésiastique du peuple anglais (V, 24, 2), semper aut discere aut docere aut scribere dulce habui, « j’ai mis ma joie à étudier, enseigner, écrire ». C’est là qu’il meurt en 735. Ses œuvres, dont la chronologie est difficile à établir, peuvent se répartir sur trois centres d’intérêt mêlés : histoire, exégèse, propédeutique. Néanmoins l’influence de Beda Magister (dixit Alcuin) sera grande et ira croissant jusqu’au XIIe s.

109. Vent de Narbonnaise

2Le volet de l’œuvre de Bède constitué par les ouvrages propédeutiques et pédagogiques comporte des traités littéraires, techniques, scientifiques, au nombre desquels on classe le De natura rerum. Cet ouvrage a été composé avant 706 et est la première œuvre de Bède qui touche aux sciences naturelles. Divisée en 51 chapitres, elle traite de cosmologie. Bède se fonde sur l’ouvrage homonyme d’Isidore de Séville qu’il complète par des passages inspirés de la Naturalis Historia de Pline l’Ancien. En témoigne le texte qui suit, qu’on peut rapprocher de Pline, II, 121 (8). Présentant la rose des vents (Ordo uentorum), Bède reprend la classification des vents de Pline et aux quatre vents cardinaux principaux, il rappelle qu’il faut ajouter des vents « locaux ».

Sunt autem quidam peculiares quibusque gentibus uenti, non ultra certum procedentes terminum, ut Atheniensibus Sciron paulo ab Argeste deflexus, Narbonensibus Circius qui nec ad Viennam quidem eiusdem prouinciae peruenit urbem.

Mais il existe des vents particuliers chez certains peuples, qui ne soufflent pas au-delà d’une limite fixée, tel le Sciron chez les Athéniens, qui s’écarte légèrement de l’Argestes, et le Circius en Narbonnaise, qui ne parvient même pas jusqu’à la cité de Vienne dans la même province.
(Bède le Vénérable, De natura rerum, 27)

Références

Auteur et œuvre

Molinier 1901, no 629 et 632 ; Duval 1971, no 63B ; la bibliographie consacrée à Pline l’Ancien dans ANRW II.32.4 consacre un chapitre à son influence de la fin du IVe s. au XIIe s. ; H. Quentin, « Bède le Vénérable », DACL 2, p. 632‑648 ; F.J.E. Raby, « Bède le Vénérable », DHGE 7, col. 395‑402 ; Catholicisme 1, 1948, col. 1368‑1370 [G. Hocquard] ; Brunhölzl 1990, p. 201‑220 et 289‑290 (bibliographie) ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Bede » [Th. O’Loughlin] ; M.L.W. Laistner, The intellectual heritage of the early Middle Ages, New York, 1966 (en particulier chapitres 6 et 7, p. 93‑149) ; G. Sabbah, « Présence de Pline dans les œuvres de l’Antiquité tardive », in J. Pigeaud et J. Oroz (éd.), Pline l’Ancien, témoin de son temps. Actes du colloque de Nantes, 22‑26 octobre 1985, Bibliotheca salmanticensis. Estudios 87, Salamanque, 1987, p. 519‑537 ; Goffart 1988, chapitre 4, p. 235‑328 ; S. Lebecq, M. Perrin et O. Szerwiniack (éd.), Bède le vénérable entre tradition et postérité : colloque, Villeneuve d’Ascq et Amiens, du 3 au 6 juillet 2002, Histoire de l’Europe du Nord-Ouest 34, Lille, 2005.

Éditions

Opera Didascalica, pars I, éd. Ch.W. Jones, CCSL 123A, Turnhout, 1975, p. 218‑219. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 90, 1850, col. 248A-B ; C.B. Kendall et F. Wallis, Bede, On the nature of things and On times (introduction, traduction et commentaire), Translated texts for historians 56, Liverpool, 2010.

110. Commentaire sur Luc, 3, 1

3L’œuvre exégétique de Bède est destinée à la formation des moines. Parmi les nombreux commentaires de l’Ancien et du Nouveau Testament, son Commentaire sur l’Évangile de Luc en six livres est achevé avant 716.

« Anno autem quinto decimo imperii Tiberii Caesaris procurante Pontio Pilato Iudaeam tetrarcha autem Galileae Herode Philippo autem fratre eius tetrarcha Ituriae et Traconitidis regionis et Lysania Abilinae tetrarcha. » Herodes Philippus et Lysanias qui cum Pilato praeside Romano Iudaeam regebant filii sunt Herodis illius sub quo dominus natus est inter quos et ipsum Herodem Archelaus frater eorum decem annis regnauit qui a Iudaeis ob intolerabilem animi ferocitatem apud Augustum criminatus aeterno apud Viennam disperiit exilio. Regnum uero Iudaeae quominus ualidum fieret idem Augustus per tetrarchias discindere curauit.

« La quinzième année du règne de l’empereur Tibère césar, alors que Ponce Pilate était procurateur de Judée, Hérode [Antipas] tétrarque de Galilée, son frère Philippe tétrarque d’Iturée et du district de Tracônitide et Lysanias tétrarque du territoire d’Abila » : Hérode [Antipas], Philippe et Lysanias qui régnaient alors que Ponce Pilate était préfet de Judée sont les fils [descendants] de cet Hérode [le Grand] sous le règne duquel naquit Notre Seigneur ; dans l’intervalle de temps qui s’est écoulé entre eux et Hérode [le Grand] lui-même, leur frère Archélaos a régné dix ans ; ce dernier, accusé devant Auguste par les Juifs en raison de son insupportable cruauté, mourut à Vienne où il avait été exilé à perpétuité. Le même Auguste fit en sorte de diviser le puissant royaume de Judée en quatre tétrarchies.
(Bède le Vénérable, In Lucae euangelium expositio, I, 3)

4Le texte de l’Évangile de Luc (3, 1) est entre guillemets, suivi du commentaire de Bède. Pour les événements et les personnages cités, voir les textes 15 et 16.

Références

Éditions

Opera Exegetica, éd. Ch.W. Jones, CCSL 120, Turnhout, 1960. p. 74. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 92, 1851, col. 351A.

111. Librairies de Vienne

5Écrite après 716, la Vie des Abbés relève à la fois de l’hagiographie et de l’histoire locale ; à travers la vie de leurs abbés successifs Bède retrace l’histoire des monastères de Wearmouth et Jarrow. Le personnage évoqué ici, Benoît Biscop (ca 628‑690), qui fut moine à Lérins entre 665 et 667, n’est autre que le fondateur de ces deux abbayes bénédictines, Saint-Pierre de Wearmouth et Saint-Paul de Jarrow.

4. Quod ubi duobus annis monasterium rexit, tertium de Brittania Romam iter arripiens solita prosperitate compleuit, librosque omnis diuinae eruditioinis non paucos uel placito pretio emptos, uel amicorum dono largitos retulit. Rediens autem ubi Viennam peruenit, emptitios ibi quos apud amicos commendauerat, recepit.

4. Il dirigea deux ans le monastère, entreprit un troisième voyage de Bretagne à Rome, et le mena à bien, comme à l’accoutumée, rapporta des livres, tous destinés à enseigner la parole divine, en grand nombre, soit qu’il les eût achetés à un prix convenu, soit que des amis lui en eussent fait don. Sur le chemin du retour, quand il fut parvenu à Vienne, là il en récupéra d’autres qu’il avait achetés et confiés à des amis.
(Bède le Vénérable, Vita Sanctorum abbatum Monasterii
in Wiramutha et Giruum Benedicti, Ceolfridi, Easteruini,
Sigfridi atque Huaetbercti
)

  • 366 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, éd. A. Crépin, SC 489, Paris, 2005, p (...)

6Le voyage dont il est fait mention est daté d’avant 674 par Ch. Plummer, probablement de 671 selon P. Wilcock ; Biscop a fait cinq voyages à Rome, dont deux avant la fondation du monastère. Bède n’a jamais voyagé en dehors de sa région et insiste sur le fait que, si Benedict Biscop l’a fait, c’est pour rapporter « les fruits de la science salvatrice, qui nous permettent de rester dans la paix du cloître »366. Et sa notice du Martyrologe romain, au 12 janvier, met en valeur cet aspect du personnage qui fut le maître de Bède ; son importance est soulignée dans un chapitre de dans l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais (IV, 18). On peut rapprocher ce texte de celui de Martial (18) sur la vie culturelle à Vienne et l’existence probable de librairies ou bibliothèques.

Références

Éditions

PL 94, 1850, col. 716A. Trad. G. Lucas.

Voir également. Ch. Plummer (éd.), Venerabilis Baedae opera historica, t. 1, Oxford, 1896, p. 367 ; traduction anglaise : P. Wilcock, Lives of the first five abbots of Wearmouth and Jarrow : Benedict, Ceolfrid, Eosterwine, Sigfrid, and Huetbert, Sunderland, 1910, p. 52 (rééd., Monkwearmouth, 1979).

112. Le parallèle de Vienne

7Dès 703, Bède avait écrit un court traité en 16 chapitres, De temporibus, où il traitait de notions de chronologie ; ce traité était suivi d’un très bref condensé des événements de l’histoire universelle, postérieurement nommé Chronica minora. Sur la demande de ses confrères, Bède a repris en le développant le sujet de ce traité et vers 725‑726 paraît le De temporum ratione, composé de 71 chapitres répartis en deux parties : un exposé théorique occupe les 65 premiers chapitres qui sont suivis d’une chronique universelle développée ; cette chronique (Chronicon siue de sex huius sæculi ætatibus), connue sous le titre de Chronica maiora, est découpée en six âges selon le schéma d’Augustin et d’Isidore de Séville, l’ensemble constituant le chapitre 66 de l’ouvrage. Bède puise aux sources des chroniques antérieures, d’Eusèbe à Marius d’Avenches, et aussi à des abréviateurs tels Eutrope, Rufin Orose, Gildas. Le cadre chronologique se fonde, avec bien des problèmes de concordance, sur les années depuis la Création du monde et la date de la naissance du Christ. Bède est le premier à utiliser systématiquement le comput dionysien, c’est-à-dire le système de datation mis au point au VIe s. par le moine Denys le Petit, qui a commis une erreur de six années dans l’établissement de la date de naissance du Christ ; cette partie du De temporum ratione sera largement diffusée de façon autonome au Moyen Âge et, utilisée comme source et modèle, contribuera à imposer ce système de datation. Mais aux six âges (de la création du monde à 725), Bède en rajoute deux, celui du repos pour les défunts et celui de la béatitude éternelle (chapitres 67‑71), où il est question de la venue du Christ, de l’Antéchrist et du Jugement dernier. Les deux textes qui suivent illustrent bien les deux premiers aspects de cette œuvre à visée pédagogique.

Quibus in locis pares sint umbrae uel dies. […] Gnomoni pedes viiii umbrae viii. Longissima spatia horarum aequinoctialia xv addita nona parte unius horae aut, ut Nigidio placuit, quinta. Septima diuisio ab altera Caspii Maris ora incipit, uadit super Callatim, Bosphorum, Borysthenem, Stomos, Thraciae auersa, Triuallos, Illyrici reliqua, Adriaticum Mare, Aquileiam, Altinum, Venetiam, Nicetiam, Patauiam, Veronam, Cremonam, Rauennam, Anconam, Picenum, Marsos, Peligros, Sabinos, Vmbriam, Ariminum, Bononiam, Placentiam, Mediolanum omnia que ab Appennino, transque Alpis Galliam, Aquitaniam, Viennam, Pyrenaeum, Celtiberiam. Vmbilico xxxv, umbrae xxxvi, ut tamen in parte Venetiae exaequetur umbra gnomoni. Amplissima dies horarum aequinoctialium xv et quintarum partium horae trium.

En quels lieux les ombres, ou les jours, sont égaux. […] Un gnomon de 9 pieds projette une ombre de huit pieds. Le jour le plus long est de 15 heures et un neuvième, ou, d’après Nigidius, de 15 heures et un cinquième. La septième division commence sur l’autre rive de la mer Caspienne, et recouvre Callatis, le Bosphore, le Borysthène [l’actuel Dniepr], Tomis, l’arrière-pays de la Thrace, les Triballes, le reste de l’Illyrie, la mer Adriatique, Aquilée, Altinum, Venise, Vicence, Padoue, Vérone, Crémone, Ravenne, Ancône, le Picénum, le pays des Marses, des Péligniens des Sabins, l’Ombrie, Rimini, Bologne, Plaisance, Milan et toute la contrée qui s’étend depuis les Apennins, et, au-delà des Alpes, la Gaule, l’Aquitaine, Vienne, les Pyrénées, la Celtibérie. À un gnomon de 35 pieds correspond une ombre de 36, sauf dans la région de Venise où l’ombre est équivalente au gnomon. Le jour le plus long est de 15 heures équinoxiales et trois cinquièmes.
(Bède le Vénérable, De temporum ratione, 33)

8Ce texte est la reprise pratiquement mot pour mot d’un passage de l’Histoire naturelle (VI, 218), de Pline l’Ancien (10) auquel nous renvoyons pour le commentaire ; d’ailleurs, Bède cite sa source au début du chapitre 33.

Références

Œuvre

F. Wallis, Bede : the reckoning of time, Liverpool, 1999, introduction, traduction et commentaire, p. 95 et 195.

Éditions

Opera Didascalica 2, pars VI, éd. Ch.W. Jones, CCSL 123B, Turnhout, 1977, p. 381 et 385. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 90, 1850, col. 450 ; pour la chronique seulement, Chronica minora III, éd. Th. Mommsen.

113. Les déboires des souverains juifs

9Dans l’extrait qui suit, avec la datation [A.M. 3952. Chr. 1.] Bède inaugure le sixième âge (sexta aetas) de sa chronique, dont la naissance du Christ donne le point de départ.

269. [A.M. 3952. Chr. 1.] Anno imperii Augusti xlvii Herodes, morbo intercutis aquae et scatentibus toto corpore uermibus, miserabiliter et digne moritur, pro quo substitutus ab Augusto filius eius Archelaus regnat an- viiii, id est usque ad ipsius Augusti finem. Tunc enim non ferentibus ultra, sed accusantibus apud Augustum ferocitatem eius Iudaeis in Viennam urbem Galliae relegatur et ad minuendam Iudaici regni potentiam insolentiamque domandam iiii fratres eius pro eo sunt tetrarchae creati Herodes, Antipater, Lysias et Philippus : quorum Philippus et Herodes, qui Antipas prius nuncupabatur, etiam uiuente Archelao tetrarchae fuerant ordinati.

[Année du Monde 3952. An 1 de J.‑C.] La 47e année du règne d’Auguste. Hérode meurt d’une mort misérable et méritée, atteint d’hydropisie, le corps entier purulent de vermine. Auguste le remplace par son fils Archélaos, qui règne neuf ans, c’est-à-dire jusqu’à la fin d’Auguste lui-même. Car, à cette période, comme les Juifs ne le supportaient plus et incriminaient sa cruauté auprès d’Auguste, il est banni à Vienne, une cité de Gaule, et, pour amoindrir la puissance du royaume de Judée et en subjuguer son arrogance, il est remplacé par ses quatre frères, Hérode, Antipater, Lysias et Philippe, qu’Auguste institue tétrarques. Mais parmi eux, Philippe, et Hérode qui auparavant portait le nom d’Antipas, avaient déjà été institués tétrarques, du vivant d’Archélaos.

10On notera des incohérences, probablement dues à l’utilisation de plusieurs computs dont le comput dionysien (112) ; mais, d’après notre comput, Hérode meurt en l’an 4 av. J.‑C. ; Archélaos lui succède avec l’accord d’Auguste qui lui concède le titre d’ethnarque de Judée et il règne 9 ans, jusqu’en 6 de notre ère, date de son exil à Vienne ; en tout cas, bien avant la mort d’Auguste en 14 de notre ère. L’édition de Th. Mommsen renvoie à la Chronique de Jérôme à l’année 2020 (datation depuis Abraham) pour la mort d’Hérode, ce qui correspond à l’an 3 de notre ère ; à l’année 2021, c’est-à-dire 5 ap. J.‑C., pour l’accession d’Archélaos au pouvoir et la création des tétrarques, ainsi qu’à Josèphe, Antiquités juives (17, 13), à Rufin (I, 10) et à Hégésippe (2, 1, 4. c. 5, 3) ; enfin, à l’année 2029, soit 13 ap. J.‑C., pour l’accusation portée contre Archélaos par les Juifs et son exil.

278. [A.M. 3993. Chr. 42.] Herodes tetrarcha et ipse Gai amicitiam petens cogente Herodiade Romam uenit, sed accusatus ab Agrippa etiam tetrarchiam perdidit, fugiensque in Hispaniam cum Herodiadae merore periit.
279. Pilatus qui sententiam damnationis in Christum dixerat, tantis inrogante Gaio angoribus coartatus est, ut sua se manu peremerit.

[Année du Monde 3993. An 42 de J.‑C.] Hérode [Antipas] le tétrarque, cherchant à gagner lui aussi l’amitié de Gaïus [Caligula], vint à Rome sur l’insistance d’Hérodiade ; mais, accusé par Hérode Agrippa, il perdit même sa tétrarchie et, s’enfuyant en Hispanie avec Hérodiade, il mourut de douleur.
Pilate, qui avait prononcé la condamnation du Christ, fut accablé de si grands tourments infligés par Caligula qu’il se donna la mort.
(Bède le Vénérable, De temporum ratione, 66)

11Dans aucun des deux derniers textes Vienne n’est mentionnée comme lieu d’exil d’Hérode Antipas ou de suicide de Pilate, contrairement à d’autres textes (40, 122 [col. 77C], 145).

Références

Éditions

Chronica minora III, éd. Th. Mommsen, notice 269, p. 282 et notices 278‑279, p. 283. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 90, 1850, col. 545‑546 ; Opera Didascalica 2, pars VI, éd. Ch.W. Jones, CCSL 123B, Turnouht, 1977, p. 495.

114. Usurpateurs sous Honorius

12Comme l’indique le titre de l’ouvrage, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, Bède s’inscrit dans la continuité du fondateur de l’histoire ecclésiastique, Eusèbe de Césarée (260‑340), mais il revendique son originalité en enracinant son Histoire dans un terroir et son peuple. Publiée après 731, cette histoire couvre, en cinq livres, toute la période qui s’étend du débarquement de César en Bretagne en 55‑54 à l’installation des Angles, en 731. Le livre I trace un tableau géographique et ethnographique de la Bretagne et se termine à l’arrivée du moine Augustin envoyé par le pape Grégoire Ier pour évangéliser l’île. Cette histoire, considérée comme fondamentale, sera traduite en saxon sous le roi Alfred (871‑901).

Vt regnante Honorio Gratianus et Constantinus in Brittania tyranni creati, et mox prior in Brittania, secundus in Gallia sint interemti.
Anno ab incarnatione Domini CCCCVII (quadringentesimi septimo), tenente imperium Honorio Augusto,
filio Theodosii minore, loco ab Augusto quadragesimo quarto, ante biennum Romanae irruptionis, quae per Halaricum Regem Gothorum facta est, cum gentes Halanorum Sueuorum Vandalorum multaeque cum his aliae, protritis Francis, transito Hreno, totas per Gallias saeuirent, apud Brittanias Gratianus municeps tyrannus creatur et occiditur. Huius loco Constantinus ex infima militia propter solam spem nominis sine merito uirtutis eligitur ; qui continuo ut inuasit imperium, in Gallias transiit. Ibi saepe a barbaris incertis foederibus illusus detrimento magis reipublicae fuit. Vnde mox iubente Honorio Constantius comes in Galliam cum exercitu profectus apud Arelatem ciuitatem eum clausit cepit occidit, Constantemque filium eius, quem ex monacho Caesarem fecerat, Gerontius comes suus apud Viennam interfecit.

Comment, sous le règne d’Honorius, Gratien et Constantin furent institués tyrans en Bretagne, puis tués peu de temps après, le premier en Bretagne, le second en Gaule.
La 407e année de l’Incarnation du Seigneur, alors que, quarante-quatrième empereur depuis Auguste, régnait Honorius auguste, fils cadet de Théodose – deux ans avant que Rome ne fût envahie par Alaric, roi des Goths, à l’époque où les Alains, les Suèves, les Vandales et de nombreux autres peuples, après avoir écrasé les Francs et passé le Rhin, exerçaient leur cruauté à travers toutes les Gaules –, voici que dans les Bretagnes, Gratien, citoyen d’un municipe, est institué tyran puis tué. Pour le remplacer, on choisit Constantin, un soldat de bas étage, simplement à cause de l’espoir suscité par son nom, mais sans qu’il eût aucun mérite ; aussitôt qu’il eut pris le pouvoir, celui-ci passa en Gaule. Là, souvent joué par les barbares, qui concluaient des alliances incertaines, il causa beaucoup de préjudices à l’État. De ce fait, assez vite, sur l’ordre d’Honorius, le comte Constance partit en Gaule avec une armée, cerna Constantin près de la cité d’Arles, le fit prisonnier et le tua ; quant au fils de ce dernier. Constant, que, de moine il avait fait césar, c’est son propre comte Gérance qui le tua à Vienne.
(Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, I, 11, 1)

13Les manuscrits portent deux leçons : minoris ou minore. Contrairement à l’édition des Sources Chrétiennes, nous avons retenu ici la forme adoptée dans la PL de Migne, d’autant que l’édition elle-même des Sources Chrétiennes spécifie en note : « il faut corriger “Honorius, fils de Théodose le Jeune” en “Honorius, fils cadet de Théodose” ».

  • 367 Olympiodore, frg. 16, in FHG IV, 60 ; Zosime, Histoire, VI 3 - V 2 ; Grégoire de Tours (qui cite Re (...)

14Sur ces personnages et ces événements, on se reportera aux commentaires de l’extrait d’Orose, Ad paganos, VII, 36, 40 et surtout 42 (67), dont Bède semble s’être inspiré, selon les éditeurs. Sozomène (78) rapporte aussi cette lutte ainsi que les chroniques de Marcellin à l’année 411 (97), et de Jordanès (98). De nombreux autres auteurs mentionnent aussi les événements sans citer l’épisode de Vienne367.

Références

Œuvre

Outre les introductions aux éditions du texte ci-dessous citées, voir Brunhölzl 1990, p. 211‑213.

Éditions

Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, livres I-II, tome I, éd. A. Crepin, M. Lapidge, P. Monat et Ph. Robin, SC 489, Paris, 2005, p. 148‑149. Texte et traduction revus.

Voir également, PL 95, 1851, col. 37‑38 ; O. Szerwiniack, Fl. Bourgne, J. Elfassi, M. Lescuyer et A. Molinier, dans la collection « La Roue à livres », Paris, 1999, p. 149 (traduction seule). Signalons aussi l’édition anglaise dans la collection Loeb classical library (texte et traduction), Ecclesiastical history of the English nation, vol. I, books I‑III, éd. J.E. King, Cambridge (Mass.)-Londres, 1962, p. 52‑53.

Texte

Sur les événements, Stein et Palanque 1968, p. 251 et 262.

115. Martyrologe

15Composé entre 725 et 731, le Martyrologe de Bède constitue une petite révolution : en effet, jusqu’alors les martyrologes, dont le plus ancien, le Martyrologe hiéronymien, composé dans la région d’Aquilée en Italie du Nord au milieu du Ve s., n’étaient guère que des listes répertoires de fêtes, associant une date, un lieu, un nom ; Bède, en mentionnant sur les saints évoqués des détails importants puisés dans les Vies de saints ou Passions, ouvre la voie à ce qu’H. Quentin appelle les « martyrologes historiques », dont l’apogée sera la période IXe-Xe s. ; le Martyrologe de Bède sera une source essentielle pour tous les martyrologes postérieurs.

16Bède mentionne Vienne plusieurs fois dans son Martyrologe, mais, afin d’éviter des redites, nous avons fait le choix de nous reporter pour ce genre d’ouvrage au Martyrologe d’Adon (124), évêque viennois, dont le martyrologe, via le Martyrologe d’Usuard, sera amplement à la source du Martyrologe romain qui fut le martyrologe officiel de l’Église catholique. Qui plus est, eu égard aux nombreuses modifications dont il a fait l’objet, c’est une gageure de vouloir restaurer avec une certitude absolue la version d’origine du Martyrologe de Bède.

17L’édition de Dom J. Dubois et G. Renaud (1976), qui regroupe donc les couches successives de trois martyrologes, mentionne des saints viennois aux huit dates suivantes : 5 février (Avit) ; 5 mai (l’évêque Nicétas) ; 11 mai (l’évêque Mamert) ; 2 juin (le diacre Sanctus parmi les martyrs de 177) ; 8 août (saint Sévère, prêtre viennois) ; 18 septembre (Ferréol) ; 18 et 19 novembre (translatio et inventio d’Exupère, Félicien et Séverin). C’est peu, si l’on compare avec le Martyrologe d’Adon, lequel compte 24 notices pour la même période.

Références

Œuvre

Sur l’historique des martyrologes, voir Quentin 1908 ; Dubois 1978, en particulier p. 29‑39.

Éditions

Le Martyrologe de Bède a été édité, avec toutes les additions postérieures, dans PL 94, 1850, col. 797‑1148 ; mais mieux vaut se reporter à Dubois et Renaud 1976, qui est l’édition de référence.

Notes

366 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, éd. A. Crépin, SC 489, Paris, 2005, p. 11.

367 Olympiodore, frg. 16, in FHG IV, 60 ; Zosime, Histoire, VI 3 - V 2 ; Grégoire de Tours (qui cite Renatus Profuturus Frigeridus), Histoire des Francs, II, 9 ; Prosper Tiro, 243.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search