Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Jean d’Antioche

p. 229-232


Texte intégral

On ne sait rien d’assuré concernant Jean d’Antioche (fin VIe - début VIIe s.) dont la chronique universelle a été très probablement écrite dans les années 610‑626 ; elle s’étendait de la Création à l’an 610 de notre ère ; nous n’en avons conservé que des fragments.

1La première édition de ces fragments est due à C. Müller et repose pour l’essentiel sur les passages fournis par les Excerpta de Constantin Porphyrogénète (réunis dans la première moitié du Xe s.) et d’autres fragments, en particulier ceux qui avaient été étudiés par Saumaise (Excerpta Salmasiana) et attribués à ce chroniqueur ; depuis cette édition de Müller, le dossier s’est enrichi d’autres fragments, mais les érudits, se fondant sur des critères stylistiques, sont divisés sur l’attribution ou non de certains fragments à Jean d’Antioche : grosso modo, les Excerpta Salmasiana traitant de la période impériale, et des fragments d’autres provenances sont d’une écriture moins élaborée, si bien que certains érudits pensent qu’il convient de les attribuer à un autre auteur, un « pseudo-Jean » ; on trouve un écho de cette controverse dans les éditions récentes d’U. Roberto et de S. Mariev qui adoptent un point de vue opposé. Jean d’Antioche a été longtemps délaissé ; pour reprendre les termes de Fr. Paschoud, jusqu’alors, Jean d’Antioche « est le laissé-pour-compte parmi les historiens de la période à cheval sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge byzantin. Les spécialistes de l’Antiquité considèrent qu’il se situe au-delà de la limite de leur domaine, les byzantinistes en deçà »357.

106. Arbogast le Franc

2Le texte qui suit fait partie des Excerpta historica iussu Imp. Constantini Porphyrogeneti confecta, et appartient au recueil thématique connu sous le titre Excerpta de insidiis.

Ὅτι ἐπὶ Θεοδοσίου τοῦ βασιλέως, Οὐαλεντινιανὸς ὁ νέος βασιλεὺς ἀγγέλλεται ἐξ ἐπιβουλῆς τοιᾶσδε τεθνηκέναι. Ὁ τούτου πατὴρ Οὐαλεντινιανὸς γυναιξὶ πλείοσιν ἐχρήσατο παρὰ τοὺς διατεταγμένους Ῥωμαίων νόμους. Ἡ τοίνυν τούτου δευτέρα γυνὴ θυγάτηρ μὲν ἐλέγετο γεγενῆσθαι Ἰούστου, Μαγνεντίου δὲ γυνὴ τοῦ τυραννήσαντος κατὰ τοὺς Κωνσταντίου χρόνους, διὰ νεότητά τε οὐ τυχοῦσα τέκνων ἐξ ἐκείνου χηρεύουσα καὶ ἐγκρατευομένη διετέλει.Ἧς διὰ κάλλους ὑπερβολὴν ἐρασθεὶς, ὁ βασιλεὺς ἄγεται ταύτην κατὰ δεύτερον γάμον· ἐξ ἧς Οὐαλεντινιανὸς ὁ νέος, ὁ Θεοδοσίῳ συμβασιλεύσας, ἐτέχθη, καὶ Γάλλα ἡ Θεοδοσίῳ συναφθεῖσα μετὰ τὴν Φλακίλλης τελευτὴν, καθ᾿ ὃν καιρὸν τόν τε Μάξιμον ἐνίκα καὶ τὸν Οὐαλεντινιανὸν ἔσωζεν· ὥστε ὑπῆρχεν αὐτῷ πρὸς τὰ κοινὰ τῆς βασιλείας καὶ ἡ τῆς κηδείας συνάφεια.
Τότε δὴ οὖν τῆς τοῦ Οὐαλεντινιανοῦ ἀναιρέσεως διαγγελθείσης, μέγιστον κατεῖχε πένθος αὐτόν τε τὸν βασιλέα τῆς ἕω καὶ τὴν ἀδελφὴν τοῦ τετελευτηκότος βασιλίδα Γάλλαν, μεγάλη τε ἐμελετᾶτο τοῦ πολέμου σπουδὴ κατὰ τοῦ τὸν φόνον ἐργασαμένου. Ἀρβωγάστης δὲ ἦν, ἐκ τοῦ Φράγκων γένους, Βαύδωνος τοῦ πρὸς Γρατιανοῦ τοῦ βασιλεύσαντος τὴν στρατοπεδαρχικὴν ἐξουσίαν ἐπιτραπέντος υἱὸς, φλογοειδής τε καὶ βάρβαρος τὴν ψυχήν, ὃς τὸν Οὐαλεντινιανὸν βιασάμενος εἰς τὴν τοῦ πατρὸς παρῆλθε στρατηλασίαν· οὐ γὰρ ἦν ἀντιλέγειν αὐτῷ διὰ τὴν ἐν τοῖς πολέμοις ῥώμην. Οὗτος γοῦν πολλοὺς τῶν ἐν ἀξιώμασι παρὰ τὴν τοῦ βασιλέως βουλὴν διεχειρίζετο, καὶ τούτους οὐ μόνον ἀγνοοῦντος τοῦ κρατοῦντος, ἀλλὰ καὶ κωλύοντος· ἐν οἷς καὶ τὸν Ἀρμόνιον, ὃς Ταύρου μὲν ἦν παῖς, τοῦ τὴν ὕπατον διέποντος, ἐπειδή τι τὸν Ἀρβωγάστην ἐλύττησεν, ὁ μὲν ἐπὶ τὸ ξίφος τὴν χεῖρα ἔτρεψεν, ὁ δὲ Ἀρμόνιος τῷ βασιλεῖ τὸ σῶμα παραδοὺς σὺν τῇ ἁλουργίδι κατετέμνετο· ἐκ τούτου τε πολλὴ πρὸς τὸν στρατοπεδάρχην καὶ τὸν βασιλέα γέγονεν ἡ ὑπόνοια. Καὶ ὁ μὲν Οὐαλεντινιανὸς τὴν Θεοδοσίου λάθρα μετεπέμπετο συμμαχίαν, ὡς μὴ δυνάμενος φέρειν τὴν τοῦ τυράννου θρασύτητα· πλὴν ὥς τι σοφὸν κατὰ τοῦ τυράννου πράττειν ἡγούμενος, γραμματεῖον αὐτῷ τῆς διαδοχῆς ἐπὶ τοῦ συνεδρίου δίδωσι. Ὅπερ δεξάμενος ὁ βάρβαρος καὶ ἀναγνοὺς παραχρῆμα τοῖς ὄνυξι διεσπάραξεν, λεοντώδει δὲ τῇ φωνῇ κατὰ τοῦ βασιλέως ὀργισθεὶς, ἀπῄει πρόκωπον ἔχων τὸ ξίφος. Πολέμιος τοίνυν ἀπεδείχθη φανερὸς τῇ Ῥωμαίων ἀρχῇ. Καὶ ὁ μὲν Οὐαλεντινιανὸς ἐβούλετο παραχρῆμα πρὸς τὸν Θεοδόσιον ἐξιππεύσασθαι, ὁ δὲ βάρβαρος τὴν κατ᾿ αὐτοῦ κίνησιν ἐπιτείνας πρός τι πολισμάτιον Ἰταλικὸν, Βέρναν λεγόμενον, διατρίβοντι καὶ ῥᾳθυμότερον περὶ τὴν τοῦ πολιχνίου φρουρὰν διαγενομένῳ προσπεσὼν καὶ ἀφύλακτον τοῦτον εὑρὼν, ξίφει διεχρήσατο. Οὕτω μὲν οὖν Οὐαλεντινιανὸς ὁ νέος βιώσας ἔτη κʹ, βασιλεύσας δὲ ἔτη ηʹ, καταστρέφει τὸν βίον.
Ὁ δὲ Ἀρβωγάστης […] Εὐγένιον αὐτῷ ἐπὶ σοφιστικὸν ἐγκαθήμενον θρόνον, καὶ ὑπὸ γλώττης εὐδοκιμοῦντα, ὁ θεῖος ἐπέστησε Ῥιχομήριος, ἡνίκα παρὰ τὸν Θεοδόσιον μετὰ τὴν Μαξίμου νίκην ἐν τοῖς ἑῴοις βασιλείοις ἀπήγετο. Καὶ ὁ μὲν Ῥιχομήριος τὸ σῶμα καμὼν ἐτελεύτα κατὰ τὴν Κωνσταντίνου· τὸν δὲ Εὐγένιον ὁ βάρβαρος βασιλέα τῶν ἑσπερίων ἀποδείξας, ἄκοντί γε περιτίθησι τὸ σχῆμα.Ὅστις εὐθέως πρεσβείαν πρὸς τὸν Θεοδόσιον ἔστειλε πειρώμενος, εἰ ὁμολογοίη φίλος εἶναι καὶ δέχοιτο αὐτὸν βασιλεύοντα. Οὓς δὴ ὁ Θεοδόσιος ποικίλοις διακρουσάμενος λόγοις καὶ φιλανθρώποις ἀποκρίσεσι δελεάσας ἀπετρέψατο.

Sous le règne de l’empereur Théodose, est annoncée la mort de Valentinien le Jeune à la suite d’un complot que je vais rapporter. Son père Valentinien avait eu plusieurs épouses, contrairement aux lois romaines. Sa seconde épouse était, dit-on, fille de Justus et avait été épouse de Magnence, l’usurpateur sous le règne de Constance ; en raison de son jeune âge, elle ne put avoir d’enfant de lui et après son veuvage mena une vie chaste. En raison de son exceptionnelle beauté, l’empereur en tomba amoureux et l’épousa en secondes noces. Elle donna le jour à Valentinien le Jeune, qui partagea l’Empire avec Théodose, ainsi qu’à Galla, qui devint l’épouse de Théodose après la mort de Flacilla, à l’époque où ce dernier était victorieux de Maxime et devenait le sauveur de Valentinien. Ainsi il fut son associé aux affaires de l’Empire et lui fut uni par des liens de parenté.
Aussi, à l’annonce du meurtre de Valentinien, une très vive douleur s’empara de l’empereur d’Orient lui-même et de la sœur du défunt, l’impératrice Galla. On déploya une grande ardeur pour entrer en guerre contre l’auteur du meurtre. C’était Arbogast, d’origine franque, le fils de Baudo, qui avait exercé la charge de magister militum sous l’empereur Gratien, et c’était un personnage tout feu tout flamme, à l’âme barbare. C’est en forçant la main à Valentinien qu’il avait succédé à son père dans ses fonctions militaires. Car il était difficile de s’opposer à lui en raison de ses qualités militaires. Ce personnage fit périr bien des dignitaires du Conseil impérial, non seulement à l’insu de l’empereur, mais même quand ce dernier signifiait son opposition. Parmi eux, Arbogast alla jusqu’à tuer Harmonios, le fils de l’ancien consul Taurus ; un jour qu’il avait contrarié quelque peu Arbogast, ce dernier porta la main à l’épée, et Harmonios, bien qu’il se fût réfugié sous la protection de l’empereur, fut transpercé avec la toge de pourpre. De ce jour, une grande défiance s’installa entre le magister militum et l’empereur. Valentinien manda en secret l’appui militaire de Théodose, parce qu’il ne pouvait plus supporter l’arrogance du tyran. Au reste, pensant agir de manière avisée, il lui remit lors d’un conseil une lettre dans laquelle il lui signifiait son congé. Le barbare la prit, la lut et aussitôt la lacéra ; puis, il déversa sa colère contre l’empereur en rugissant comme un lion et s’éloigna l’épée dégainée. Il s’était comporté ouvertement en ennemi de l’Empire romain. Valentinien avait l’intention de s’enfuir à cheval sur le champ pour se réfugier auprès de Théodose. Mais le barbare, au comble de l’emportement contre l’empereur, tomba sur lui alors qu’il se trouvait dans une petite ville d’Italie du nom de Verne [sic !], à un moment où il passait son temps avec insouciance à proximité de la garnison de la ville ; il le trouva sans gardes et le tua d’un coup d’épée. Et c’est ainsi que périt Valentinien le Jeune, à l’âge de vingt ans, après huit années de règne.
Arbogast [avait remarqué ?] Eugène qui occupait une chaire de rhétorique et était un lettré reconnu : c’est son oncle Richomer qui l’avait placé à ce poste, à l’époque où il suivit Théodose en Orient, après sa victoire sur Maxime. Richomer, malade, mourut à Constantinople. Le barbare [Arbogast] proclama Eugène empereur d’Occident, et lui octroya les insignes du pouvoir impérial à son corps défendant. Celui-ci envoya aussitôt une ambassade à Théodose, pour tenter de gagner son amitié et être reconnu comme empereur. Théodose esquiva l’affaire par des propos artificieux et renvoya les ambassadeurs après les avoir séduits par des réponses bienveillantes.
(Jean d’Antioche, Fragments)

3Dans son analyse du passage, Fr. Paschoud montre la parenté étroite qui unit ce texte à quelques passages de Socrate de Constantinople, mais surtout à Zosime (89) ; l’ensemble a été réécrit de manière personnelle par Jean d’Antioche ; des traces d’emprunt affleurent, par exemple dans le portrait d’Arbogast, avec l’emploi du terme rare φλογοειδής, qui trahit un emprunt à Zosime et à sa source, Eunape. Fr. Paschoud pointe une erreur de Jean d’Antioche, la filiation entre Baudo et Arbogast, erreur qu’il propose d’expliquer comme une mauvaise lecture de Zosime358. Deux ans environ après le désastre romain d’Andrinople (août 378), les deux hommes ont été envoyés par Gratien en Orient pour aider Théodose et Richomer dans leur combat contre les Wisigoths ; ensuite, Arbogast, remarqué par Théodose, occupe une place de plus en plus importante à ses côtés, jusqu’à devenir son bras droit, à qui il confie une « tutelle » sur Valentinien359.

4Fr. Paschoud souligne aussi que Jean d’Antioche donne un détail inconnu par ailleurs, le meurtre d’Harmonios en 392, puisé à une source que nous ignorons ; il faut rapprocher cette scène de celle que rapporte Philostorge (65) dans laquelle la situation est inversée, où c’est Valentinien qui, excédé par le comportement d’Arbogast, retient son geste malgré son envie de tirer l’épée contre son maître des milices. Fr. Paschoud remarque aussi l’erreur qui consiste à situer le meurtre de Valentinien en Italie, dans une ville nommée Verne, inconnue par ailleurs. La déformation du toponyme est intéressante, car on peut la rapprocher de ce qui est probablement aussi une mélecture dans le texte d’Épiphane de Salamine (64) qui situe la mort de Valentinien dans le palais de Tibère… Il y a peut-être là matière à réfléchir sur une transmission manuscrite qui aurait dans chaque cas estropié le nom de Vienne… ἐν τῷ παλατίῳ Τιβέρεως, τῆς Βιέννας, τῆς Βιέννης, τῆς Βέρνας ; hypothèse qu’il faudrait pouvoir vérifier. Enfin, Jean d’Antioche est le seul à donner l’âge de Valentinien à sa mort. L’œuvre de Jean d’Antioche, selon Fr. Paschoud, « est caractérisée par son intérêt pour les problèmes politiques, par son hostilité envers les barbares, sa tonalité laïque, sa langue très correcte, l’utilisation qu’elle fait d’une multiplicité de sources parfois copiées presque mot à mot, parfois synthétisées et résumées »360. Ce texte offre une belle illustration de cette appréciation ; Jean d’Antioche accable Arbogast qu’il noircit à dessein et rend responsable de tout, et nuance son propos quand il s’agit d’Eugène ; la délégation envoyée par ce dernier auprès de Théodose est présentée comme son initiative, et il faut noter que la mention de ces pourparlers et la recherche d’un accord sont loin d’être toujours signalées dans les histoires ecclésiastiques, plutôt soucieuses de discréditer Eugène.

Bibliographie

Références

Œuvre

Duval 1971, no 41B. Outre les introductions aux deux dernières éditions du texte, voir les comptes rendus synthétiques auxquels elles ont donné lieu : en particulier celui de l’édition d’U. Roberto dans Paschoud 2006b, p. 330‑337 ; A. Cameron, dans BMCRev 2006.07.37 ; pour l’édition de S. Mariev, M. Whittow, BMCRev 2009.12.06. La thèse de P. Sotiroudis, Untersuchungen zum Geschichtswerk des Johannes von Antiocheia, Ἐπιστημονηκὴ Ἐπετηρὶς τῆς Φιλοσοφικῆς Σχολῆς τοῦ Ἀριστοτελείου Πανεπιστημίου Θησσαλονίκης 67, Thessalonique, 1989 (compte rendu par M. Whitby, CR 40, 1990, p. 255‑256) a guidé les principes de l’édition de S. Mariev.

Éditions

Ioannis Antiocheni Fragmenta ex Historia chronica, introduzione, edizione critica e traduzione a cura di Umberto Roberto, Berlin, 2005, p. 468‑472. Trad. G. Lucas.

Voir également les deux éditions anciennes : C. Müller, FHG IV, 1851, frg. 187, p. 608‑609 et U.Ph. Boissevain, C. de Boor et Th. Büttner-Wobst dans les Excerpta historica iussu Imp. Constantini Porphyrogeniti confecta. Excerpta de insidiis, Berlin, 1905 (réimpr., Hildesheim, 2003), frg. 79, p. 117‑119. Les deux éditions récentes sont accompagnées d’une traduction : la première, celle d’U. Roberto (éd. supra), avec traduction en italien ; la seconde édition, Ioannis Antiocheni fragmenta quae supersunt omnia, éd. S. Mariev, CFHB 47, Berlin, 2008, frg. 212, p. 381‑385, donne le texte et une traduction en anglais.

Notes de bas de page

357 Paschoud 2006b, p. 330.

358 Paschoud 2006b, p. 335‑337.

359 Voir le commentaire de Zosime, 89.

360 Paschoud 2006b, p. 331.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.