Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Étienne de Byzance, Les Ethniques

Texte intégral

Étienne de Byzance (Στέφανος, parfois dit Stéphane), est un grammairien du VIe s. dont on ne sait pratiquement rien et dont l’œuvre, probablement dédiée à Justinien, nous est partiellement parvenue par un abréviateur d’époque incertaine, Hermolaos ; telle est du moins la version admise, remise en cause par une étude récente de M. Bouiron.

1Son œuvre, destinée à un public de grammairiens, est un lexique géographique qui rassemble des géonymes et comportait vraisemblablement 60 livres. Elle est connue sous un titre abrégé, Les Villes, Περὶ πόλεων, ou Les Ethniques, Τὰ Ἐθνικά ; le titre complet était probablement Περὶ πόλεων νήσων τε καὶ ἐθνῶν, δήμων τε καὶ τόπων καὶ ὁμωνυμίας αὐτῶν και· μετονομασίας καὶ τῶν ἐντεύθεν παρηγμένων ἐθνικῶν τε καὶ τοπικῶν καὶ κτητικῶν ὁνομάτων, « Au sujet des villes et des îles, des peuples et des dèmes, et des lieux ; et, les concernant, des cas d’homonymie et de changement de nom, ainsi que des ethnonymes et des toponymes qui en sont dérivés, et des noms des ktétiques (issus de ces noms) ». Un de ses intérêts est de nous faire connaître les sources littéraires dans lesquelles il a puisé, sources dont il est parfois la seule attestation ; mais les ethniques et les adjectifs correspondants, parfois mentionnés, peuvent être des créations d’Étienne lui-même. Ainsi, certains termes ne sont connus que par son intermédiaire, et il faut toujours l’utiliser avec prudence du fait des déformations et des simplifications dont est peut-être responsable l’abréviateur autant qu’Étienne.

105. Vienne la Crétoise : mythe de fondation

Βίεννος, πόλις Κρήτης. Οἱ μὲν ἀπὸ Βιέννου τοῦ τῶν Κουρήτων ἑνός, οἱ δὲ ἀπὸ τῆς περὶ τὸν Ἄρη γενομένης βίας, ἣν ἐνταῦθα [uacat] φασὶν ὑπὸ Ὤτου καὶ Ἐφιάλτου τῶν παίδων Ποσειδῶνος, καὶ μέχρι καὶ νῦν τὰ καλούμενα ἑκατομφόνια θύεται τῷ Ἄρει. Ὁ πολίτης Βιέννιος « οἱ δὲ τιμὰς ἀποπέμπειν τῷ τε μιλίῳ Διὶ καὶ Βιεννίῳ ». Ἔστι καὶ ἑτέρα πόλις ἐν Γαλλίᾳ. Αὐχμοῦ γάρ ποτε τὴν σύμπασαν Κρήτην κατασχόντος εἰς ἑτέρους τόπους ἀπῳκίζοντο, οἰκῆσαι δέ τινας Ὑδροῦντα τῆς Ἰταλίας οὔπω πεπολισμένον. Χρησμοῦ δ᾿ αὐτοῖς δοθέντος ὅπου ἑλωδέστατον τόπον θεάσονται κατοικῆσαι, ἐλθόντες οὖν ἐπὶ τὸν Ῥόδανον ποταμὸν τῆς Γαλλίας ἑλώδη ὄντα οἰκῆσαι καὶ τὴν πόλιν οὕτως ὀνομάσαι, ἐπειδὴ μία τῶν σὺν αὐτοῖς παρθένων Βίαννα καλουμένη χορεύουσα ὑπό τινος χάσματος ἐλήφθη. Ἧς μνημονεύει πόλεως Εὐσέβιος ἐν τῇ ἐκκλησιαστικῇ ἱστορίᾳ. Τὸ ἐθνικὸν ὁμοίως Βιέννιος, εἰ μὴ κατὰ τὸν ἐγχώριον τύπον Βιεννήσιος ὡς Λουγδουνήσιος. Τῆς δὲ Βιέννης Βιενναῖος.

Vienne [Biennos], ville de Crète ; certains disent que le nom vient de Viennos un des Kourêtes, d’autres de l’agression commise contre Arès, qui [fut], dit-on, [exercée ?] par Otos et Éphialte, les fils de Poséidon, et jusqu à présent on offre à Arès des sacrifices appelés hécatomphonies. Ethnique, Viennios ; « ceux qui envoient des offrandes à Zeus Milios [?] de Vienne ». Il existe aussi une autre cité [de ce nom] en Gaule. En effet, alors qu’une sécheresse sévissait sur l’ensemble de la Crète, ses habitants partirent fonder des colonies dans d’autres contrées, et certains s’établirent en un lieu d’Italie Hydrounta [Otrante ?] qui n’était pas encore construit. Mais comme un oracle leur fut rendu de s’installer là où ils verraient un emplacement très marécageux, ils partirent et s’établirent aux bords du Rhône, un fleuve de Gaule aux rives marécageuses, et baptisèrent ainsi leur cité parce qu’une des jeunes filles qui les accompagnaient, répondant au nom de Bianna, fut engloutie dans un gouffre alors qu’elle dansait. Eusèbe fait mention de cette ville dans son Histoire ecclésiastique. L’ethnique est aussi Viennios, quand il ne suit pas un modèle local, Βιεννήσιος [Viennois], comme Λουγδουνήσιος [Lyonnais]. À partir de Vienna, Βιενναῖος.
(Étienne de Byzance, Les Ethniques)

  • 349 Chorier 1658, p. X-XI.
  • 350 A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, 1963, s.v.(...)

2L’édition d’A. Meineke donne le texte ὃν ἐνταῦθα [δεδέσθαι] φασίν, ce qui n’altère pas le sens global de la phrase, puisque cela implique qu’Arès aurait été enchaîné. Ce texte est un récit censé éclaircir la fondation de la cité et l’étymologie de son nom ; il doit être mis en parallèle pour l’étymologie avec le texte d’Hérodien (37, 38), une des sources essentielles d’Étienne de Byzance ; pour d’autres versions concernant l’étymologie, voir Adon (120) et Voragine (149). Toutes les étymologies proposées ou élaborées tardivement sont suspectes… N. Chorier avait déjà mis en doute l’origine grecque ou latine du nom de la ville comme celle d’autres cités de la région alpine349 ; A. Dauzat et Ch. Rostaing attribuent une origine probablement gauloise au nom de la cité, à cause du suffixe -enna350. Le doute reste de mise. Le renvoi à Eusèbe de Césarée à la fin de la notice est assez inattendu ; dans ses notices. Étienne n’a pas habituellement recours à cet auteur, ni même aux auteurs chrétiens de manière générale ; ces lignes sont très probablement une interpolation tirée de la lettre des martyrs de 177 (42), seul texte où Eusèbe mentionne Vienne, pour ce qui nous est parvenu de son œuvre.

  • 351 Le Lièvre 1623, p. 1‑4.
  • 352 Chorier 1658, « Dissertation I », p. V‑XI.
  • 353 Charvet et Savigné 1869, p. 18‑25.

3Quant à la fondation de la ville, deux versions s’affrontent ; celle d’Étienne, de source inconnue, et celle d’Adon (120), bien postérieure et entièrement fictive. Mais toutes deux ont inspiré les érudits. Parmi eux, signalons les développements de J. Le Lièvre, qui n’accorde pas créance à la version de la fondation de Vienne selon Étienne à laquelle il oppose celle d’Adon351 ; pour des raisons différentes, N. Chorier récuse aussi ce récit qu’il critique en détail et lui oppose l’opinion de Strabon qui fait des Allobroges les vrais fondateurs de Vienne ; il discute ensuite de l’étymologie du nom de la cité352. Le volume de Cl. Charvet et E.‑J. Savigné, sans refuser complètement la possibilité d’une fondation grecque, rapporte les propos argumentés de N. Chorier, et rappelle ainsi les diverses versions de la fondation de Vienne et de l’étymologie de son nom ; il conclut en une prudente réserve par l’impossibilité de se prononcer sur les origines de la ville353.

  • 354 Falc’hun 1982, p. 149.
  • 355 Falc’hun 1982, p. 151‑152.

4Il n’est pas sans intérêt de rapprocher ce texte d’une hypothèse émise par le chanoine Er. Falc’hun à propos de l’étymologie du nom de Vienne. Selon ce linguiste spécialiste des langues celtiques, le nom de Vienne (celui de la rivière comme celui de la cité), serait à rapprocher du nom très usuel du « marais » en gallois, « mign » et son dérivé « mignen » : « Ce sont des féminins. Cela veut dire que, précédés de l’article y (= œ), leur m initial devient v (qui s’écrit f en gallois) : y fign (œ vig-n), y figmen (= œ vignen). Avec une prononciation à la française du groupe gn, et une variante gauloise de l’article identique à celle du breton an, nos deux expressions deviendrait Anvigne et Envignen354. » Suit une analyse de toponymes qui procédent de cette racine. Mais il existe des variantes et en particulier, « le gallois se prononce souvent avec une voyelle de résonance entre le g et le n (d’où mig(e)n), voyelle qu’on trouve occasionnellement écrite dans les noms de lieux ». Les noms de Migennes, la rivière Méjeanne en sont des exemples ; avec une mutation consonantique initiale, Méjeanne devient Vigeanne ou Vingeanne selon les cartes ; et « il se trouve que la Vienne, au cours non moins marécageux, a pour formes anciennes Vingenna chez Grégoire de Tours (vers 538‑594) et Vigenna chez Fortunat (vers 530‑600), vraisemblablement formes mutées de Migenna. Et la ville de Vienne (Isère), entre le Rhône et les marais de Pont-l’Évêque, a aussi une forme ancienne Vigenna (Table de Peutinger, IIIe ou IVe s.) à côté de la forme ailleurs universelle Vienna. Nous voici donc amenés, pour les noms de la ville de Vienne et des rivières la Vienne et la Vingeanne, à une étymologie celtique parfaitement claire. Elle s’appuie à la fois sur des formes anciennes, une variante celtique moderne (galloise), la nature des sites, et les lois de la grammaire celtique (la mutation consonantique initiale, qui garantit l’équivalence de Méjeanne et de Vigeanne, comme en gallois de mign et de figyn) »355.

  • 356 BSAV 89, 1994, p. 54.

5G. Tuaillon, qui rend compte de l’hypothèse de l’auteur, conclut : « La parenté de vig-nen et de VIGENNA ne doit pas être difficile à admettre. Or ce qui est écrit y fignen en gallois signifie “le marais”. VIGENNA, devenu Vienne, signifierait donc “lieu humide” ou du moins “inondable”356. » On relèvera toutefois la confusion de Fr. Falc’hun qui confond Pont-l’Évêque en Normandie, où existent encore des marais, avec Pont-Évêque et ses prairies humides…

Bibliographie

Références

Œuvre

Duval 1971, no 32B ; Pelletier 1982 (p. 7, note 4) renvoie à propos de la légende de fondation à F. Benoît, « La légende d’Héraklès et la colonisation grecque dans le delta du Rhône », Lettres d’humanité VIII, 1949, p. 128 ; du même F. Benoît, Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule, Aix-en-Provence, 1965, p. 13 ; P. Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque (7e éd.), Paris, 1982, s.v. « Bianna », p. 65, tire de ce texte toute la matière de sa notice, qui ne mentionne aucune autre source et fait de la jeune fille l’éponyme de la ville. Sur la transmission de l’œuvre de Stéphane de Byzance, M. Bouiron, « Du texte d’origine à l’Épitomé des Ethnika : les différentes phases de réduction et la transmission du lexique géographique de Stéphane de Byzance », Rursus 8. Les épitomés scientifiques et historiques, 2012 (http://rursus.revues.org/1027).

Éditions

Stephani Byzantii Ethnika, vol. I, A-Г, éd. M. Billerbeck, Corpus fontium historiae byzantinae 43/1, Berlin-New York, 2006. p. 348‑349. Trad. G. Lucas.

Voir également, J. Gronovius, Stephanus de Urbibus, Amsterdam, 1725 (texte grec et traduction latine en regard) ; A. Meineke (éd.), Ethnikon : a geographical lexicon on ancient cities, peoples, tribes and toponyms (Stephani Byzantinii ethnicorum quae supersunt), Berlin, 1849 (réimpr., Chicago, 1992).

Texte

Falc’hun 1982 ; compte rendu par G. Tuaillon, « L’étymologie du nom de la ville de Vienne », BSAV 89, 1994, p. 53‑54.

Notes

349 Chorier 1658, p. X-XI.

350 A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, 1963, s.v. « Vienne », p. 713. Voir aussi Pelletier 2001, p. 9.

351 Le Lièvre 1623, p. 1‑4.

352 Chorier 1658, « Dissertation I », p. V‑XI.

353 Charvet et Savigné 1869, p. 18‑25.

354 Falc’hun 1982, p. 149.

355 Falc’hun 1982, p. 151‑152.

356 BSAV 89, 1994, p. 54.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search