Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Jordanès, Histoire des Goths

Texte intégral

Jordanès (ou Jornandès) est un historien d’origine barbare, goth ou alain, dont la vie est très mal connue. Il vécut au VIe s. Ce qui est assuré, c’est sa présence à Constantinople autour de 550 ; c’est à cette époque qu’il rencontre Cassiodore, lequel séjourne dans cette même ville de 549 à 553.

1Jordanès obtient de Cassiodore l’autorisation de résumer son Histoire des Goths en douze livres, écrite autour de 530 à la demande de Théodoric. Cet ouvrage est perdu, et nous ne le connaissons qu’à travers cet abrégé de Jordanès, en latin, sous le titre De origine actibusque Getarum (ou De Rebus Geticis), histoire nationale des Goths, des origines à 550. Jordanès a usé d’une certaine liberté d’adaptation et en particulier il a prolongé jusqu’en 550 l’œuvre de Cassiodore, qui devait s’arrêter probablement à la mort de Théodoric en 526. Son ouvrage est achevé en 552‑553 ; on a souligné l’attraction exercée par Justinien et l’Empire byzantin, alors en pleine expansion, ne serait-ce que par l’éloge de l’empereur qui achève le récit. L’ouvrage comporte trois parties ; après une courte introduction (§ 1‑3), Jordanès traite de la période où les Goths étaient encore unis, c’est-à-dire jusqu’à l’arrivée d’Attila (§ 4‑130), puis il consacre une deuxième partie (§ 131‑245) aux Wisigoths (à partir de 376 de notre ère), pour terminer par l’histoire des Ostrogoths (§ 246‑314, essentiellement entre 453 et 540).

2Jordanès a composé en outre un abrégé d’histoire romaine (De summa temporum uel origine actibusque gentis romanorum), des origines de l’humanité à 551 (24e année du règne de Justinien), en s’inspirant des chroniques d’Eusèbe et Jérôme, mais aussi d’auteurs profanes tels Eutrope ou Florus.

98. Morts de Constantin et de son fils Constant

Eo namque tempore Constantinus quidam apud Gallias invadens imperium filium suum Constantem ex monacho fecerat Caesarem ; sed non diu tenens regno praesumpto mox foederatos Gothos Romanosque ipse occiditur Arelato, filius vero eius Vienna.

Précisément à cette époque, un certain Constantin s’était emparé du pouvoir dans les Gaules et avait promu son fils, Constant, de l’état de moine à celui de césar. Mais il ne garda pas longtemps le trône qu’il s’était approprié. Comme les Goths et les Romains s’étaient alliés, lui-même est bientôt tué à Arles, et son fils à Vienne.
(Jordanès, Histoire des Goths, XXXII, 165)

3Le sujet de Jordanès n’est pas l’histoire des usurpations, mais celle des Goths ; aussi cette usurpation n’est-elle qu’un épisode d’une négociation entre l’envoyé d’Honorius, Constance, et le roi des Goths installés en Espagne, Valia, qui retient en otage Placidia, la sœur de l’empereur. L’ambassade conclut à un accord, et Valia apporte son soutien pour réprimer l’usurpation de Constantin (pourtant reconnu par Honorius en 409) et de son fils.

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 20B ; Brunhölzl 1990, p. 37‑39 ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Jordanes » [R. Umberto] ; J.J. O’Donnell, « The aims of Jordanes », Historia 31, 1982, p. 223‑240 ; Goffart 1988, chapitre 2, p. 20‑111 ; Croke 1987 ; voir aussi l’introduction de l’édition d’O. Devillers (voir infra), p. IX-XXVI, ainsi que la bibliographie p. XXVII-XXX.

Éditions

MGH AA V, 1, éd. Th. Mommsen, 1882, p. 101. Trad. G. Lucas.

Voir également le résumé de Jordanès dans l’Appendice des œuvres de Cassiodore, PL 69, 1848, col. 1251‑1296 (col. 1274 pour l’extrait) ; en français, on trouvera le texte latin et sa traduction dans un volume d’historiens, publié sous la direction de Ch. Nisard : Jordanis de origine actibusque Getarum, Paris, 1869 ; Iordanis, De origine actibusque Getarum, éd. Fr. Giunta et A. Grillone, Fonti per la storia d’Italia 117, Rome, 1991 ; enfin, il faut signaler l’édition annotée d’O. Devillers, Jordanès, Histoire des Goths, La Roue à livres 27, Paris, 1995 (traduction seule, à partir du texte latin de l’édition de Fr. Giunta et A. Grillone).

99. Abrégé des chroniques

4C’est probablement le De summa temporum uel origine actibusque gentis romanorum que Jordanès appelle De breuiatione chronicorum dans sa préface à l’Histoire des Goths ; il apprend à son lecteur qu’il a interrompu la rédaction de cet ouvrage, à la demande de son ami Castalius, pour écrire son Histoire des Goths ; il le reprendra et le dédiera à un autre ami, Vigile. On retrouve dans les deux textes qui suivent la mention du meurtre de Valentinien à Vienne et celle de Constant.

317 Eugenium quoque tyrannum atque Arbogasten divino auxilio praeditus vicit, deletis eorum decem milibus pugnatorum. Hic etenim Eugenius confisus viribus Arbogasti, postquam apud Viennam Valentinianum extincxerat, regnum invasit, sed mox simul cum vita imperium perdidit. Nam occiso Arbogaste desperans sua se manu peremit.

Doté de l’aide divine, il [Théodose Ier] vainquit aussi le tyran Eugène et Arbogast, après avoir exterminé dix mille de leurs soldats. En effet, Eugène, confiant dans les forces d’Arbogast, après avoir fait périr Valentinien à Vienne, se jeta sur le pouvoir, mais peu après perdit à la fois l’Empire et la vie. Car, ne comptant plus sur Arbogast qui avait été tué, il se suicida de sa main.

324 Constantinus tunc quidam Gallias occupatas invasit imperio filiumque suum Constantem ex monacho Caesarem ordinauit. Sed mox ipse apud Arelatum, filius eius apud Viennam regnum cum vita amiserunt.

Un certain Constantin à cette époque s’empara du pouvoir dans les Gaules occupées et tira son fils Constant de l’état de moine pour l’instituer césar. Mais peu après, ils perdirent leur pouvoir et leur vie, lui à Arles, son fils à Vienne.
(Jordanès, De summa temporum uel origine actibusque gentis romanorum)

5Pour le commentaire, nous renvoyons au texte 67.

Références

Édition

MGH AA V, 1, éd. Th. Mommsen, 1882, p. 40‑41. Trad. G. Lucas.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search