Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Anonymes, Chronica gallica

Texte intégral

1Les Chronica gallica sont deux écrits anonymes datés par leur terminus de 452 et 511. La Chronique de 452 (141 rubriques), Chronicon imperiale, prend la suite d’Eusèbe et Jérôme à partir de 379 jusqu’en 452, de façon assez précise. Celle de 511 débute par un abrégé d’Eusèbe et Jérôme (pars Hieronymiana) depuis Adam jusqu’à la défaite de Valens devant les Goths (no 1‑511) et se poursuit jusqu’à la 19e année du règne d’Anastase (no 512‑695). Les deux chroniques ont donc en commun toute la période qui court entre la défaite de Valens à Andrinople et l’arrivée d’Attila sur le sol italien après sa défaite en Gaule. On admet généralement qu’elles ont probablement été écrites en Gaule méridionale. On y relève la brève mention de quelques événements qui se sont produits en Gaule avant 450. Alors que la chronique de 452 est connue par quatre manuscrits, celle de 511 n’est connue que par un seul manuscrit du XIIIe s. à Madrid.

90. Le règne de Théodose

2Ce texte constitue une sorte de préambule aux deux chroniques éditées par Th. Mommsen ; il figure sur un manuscrit de la chronique de 452 et sur celui de la chronique de 511. Il consiste en un aperçu des principaux événements des règnes de Valentinien, Valens, Gratien, Théodose Ier, Arcadius, Honorius.

Narratio de imperatoribus domus Valentinianae et Theodosianae
Theodosius regnauit ann. XI post Gratianum. Qui cum Orientis teneret imperium et ad eum Valentinianus Augustus occiso intra Gallias fratre Gratiano ipse pulsus Italia confugisset, motis Orientis uiribus et Gratianum fortiter ultus est et Valentinianum collocauit in regnum. Sed interiecto tempore cum idem Valentinianus apud Viennam Galliarum nobilem ciuitatem incertum utrum sua manu an Arbogastis magistri militum ui et impressione compulsus uitam laqueo terminasset et Eugenius quidam praesumpto male incubare coepisset imperio, Theodosius, postquam Arcadium filium suum Orienti praefecit, ipse aduersum Eugenium expeditione suscepta et tyrannum felicissime superauit et cum se morbo ultimo uideret urgeri, Honorium alterum filium Africae Italiae Galliisque ordinauit Augustum : atque ita inter duos filios Romani orbis possessione diuisa apud Mediolanum non inmatura morte defunctus est.

Histoire des empereurs de la Maison Valentinienne et théodosienne
Théodose régna pendant onze ans après Gratien. Comme il était maître de l’Empire en Orient et que Valentinien, auguste, après le meurtre de son frère Gratien en Gaule et après avoir été lui-même chassé d’Italie, s’était réfugié auprès de lui, Théodose se mit en campagne avec les armées d’Orient, vengea complètement Gratien et rétablit Valentinien sur son trône. Mais quelque temps après, comme le même Valentinien avait trouvé la mort à Vienne, illustre cité des Gaules, pendu – on ne sait si ce fut de son propre fait ou s’il y fut contraint sous la pression de son maître des milices Arbogast – et comme un certain Eugène avait jeté son dévolu sur le pouvoir impérial, qu’il espérait garder, à tort, Théodose donc, après avoir placé à la tête de l’Orient son fils Arcadius, se mit lui-même en campagne contre Eugène et eut la très grande félicité de vaincre le tyran ; et comme il sentait qu’il était atteint d’un mal mortel, il institua son second fils, Honorius, auguste pour l’Afrique, l’Italie et les Gaules : et c’est ainsi que, après avoir réparti entre ses deux fils la possession du monde romain, il mourut à Milan, d’une mort attendue.
(Anonymes, Chronica Gallica a. CCCCLII et DXI)

Références

Œuvre

Molinier 1901, no 616‑617 ; Duval 1971, no 4B ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Gallic Chronicle of 452 » et « Gallic Chronicle of 511 » [R.W. Burgess] ; Mühlberger 1990 ; Inglebert 1996, p. 623‑627 ; R. Burgess, « The Gallic Chronicle of 511 : a new critical edition with a brief introduction », in R.W. Mathisen et D. Shantzer (dir.), Society and culture in late antique Gaul : revisiting the sources, Aldershot, 2001, p. 85‑100.

Édition

Chronica minora I, éd. Th. Mommsen, p. 629. Trad. G. Lucas.

Texte

Maraval 2009, p. 261‑278.

91. Chronique de 511 : affaires de Judée

278. XLVIII Archelaus ab Augusto Herodi substituitur ann. IX et IIII tetrarchae fratres eius Herodes, Antipater, Lisias et Philippus.
279. LVI Iudaeae principatum tenet Herodes tetrarcha ann. XXIIII, nam Archelaus in Viennam urbem Galliae relegatur (religatur C).

278. Année 48. Archélaos est officiellement reconnu héritier d’Hérode par Auguste, pendant neuf ans, et ses quatre frères, Hérode, Antipater, Lisias et Philippe, sont institués tétrarques.
279. Année 56. Le tétrarque Hérode occupe le pouvoir en Judée pendant 24 ans, car Archélaos est exilé à Vienne, ville de Gaule.

300. Ann. VII fugiente Herode in Ispanias ibique maerore consumpto (cum sumpto C) cum incesta fratris uxore, pro qua Iohannes occiditur.
301. IIII Cai Pilatus in multas calamitates incidens propria se manu occidit.

300. Année 7, exil d’Hérode dans les Hispanie où il se consume de chagrin, avec l’épouse incestueuse de son frère, celle devant qui Jean Baptiste est exécuté.
301. Année 4 de Caïus [Caligula], Pilate, sombrant dans toutes sortes de malheurs, se donne la mort de sa propre main.
(Anonymes, Chronicorum a. DXI, pars Hieronymiana)

  • 307 Voir index, s.v. « Archélaos », « Hérode Antipas », « Hérodiade » et « Pilate ».
  • 308 Sartre 1991, p. 31‑32.
  • 309 Flavius Josèphe, Antiquités, XVIII, 240‑245.

3Tous ces événements ont fait l’objet de commentaires dans d’autres textes307. On relèvera cependant quelques points. En ce qui concerne le partage du royaume d’Hérode par Auguste, Lisias (Lysanias) n’est pas un membre de la lignée hérodienne ; il est le maître de la principauté d’Abila308. On remarquera que l’exil d’Hérode Antipas par Caligula est localisé en Hispanie, et non à Vienne (40), ni à Lyon309. Enfin, reprenant Eusèbe, la Chronique de 511 mentionne le suicide de Pilate, mais sans préciser le lieu (41).

Références

Édition

Chronica minora I, éd. Th. Mommsen, p. 638 (278‑279) et p. 639 (300‑301). Trad. G. Lucas.

92. Chronique de 452 : l’invention des martyrs Gervais et Protais

OL. CCXCI. Reliquiae Geruasi et Protasii martyrum ab Ambrosio primum Mediolani repertae.

291e olympiade. Les reliques des martyrs Gervais et Protais sont découvertes par Ambroise à Milan.
(Anonymes, Chronicorum, a. CCCCLII, pars posterior)

  • 310 Biarne et al. 1986, p. 26 et 27, qui renvoie à la Vie de saint Clair, I, 1 ; Descombes 1978, p. 271

4La Vita Ambrosii de Paulin mentionne cette découverte au chapitre 14. Des reliques de ces saints martyrs ont été apportées à Vienne au moment où saint Martin se trouvait présent dans la cité (62). Ces deux saints furent honorés d’une basilique cimétériale, la Sanctorum Geruasii et Protasii uenerabilis memoria, apparemment la plus ancienne des basiliques suburbaines de Vienne, datable de la fin du IVe s. ou du tout début du Ve s., au sud-est de la ville, hors des murailles du Haut-Empire310.

Références

Édition

Chronica minora I, éd. Th. Mommsen, p. 646 (14). Trad. G. Lucas.

93. Chroniques de 452 et 511 : les événements de 392 et 395

OL. CCXCIII. 29. X. Valentinianus Viennae ab Arbogaste comite suo extinguitur, in cuius locum tyrannidem Eugenius inuadit [a. 392].
30. XI. Ad uindicandum Valentiniani interitum et opprimendam Eugenii tyrannidem Theodosius in Italiam transgreditur aperto dei fauore conspirantibus in id ipsum elementis.
31. Eugenio superato Theodosius XVII regni sui anno diem obiit. [a. 395]

293e olympiade. 29. X. Valentinien est éliminé à Vienne par le comte Arbogast ; à sa place, Eugène s’empare de la tyrannie.
30. XI. Pour venger la mort de Valentinien et réprimer la tyrannie d’Eugène, Théodose passe en Italie, avec l’aide évidente de Dieu jointe à la conspiration des éléments.
31. Après avoir vaincu Eugène, Théodose meurt le jour de la dix-septième année de son règne.
(Anonymes, Chronicorum, a. CCCCLII, pars posterior)

[Valentinianus apud Viennam strangulatus dolo Arbogastis comitis : Eugenius fit tyrannus].

[Valentinien est étranglé à Vienne, victime d’un complot de son comte Arbogast : Eugène est fait tyran],
(Anonymes, Chronicorum a. DXI, pars posterior)

5Nous avons présenté successivement ces rubriques en nous inspirant de celle de Th. Mommsen qui met en regard sur double page les 141 notices de la Chronique de 452 et les notices 512‑619 de la Chronique de 511, afin de faciliter la comparaison. On voit que la chronique de 511 est beaucoup plus succincte que celle de 452 sur les événements concernant Théodose, Valentinien, Arbogast et Eugène. La dernière notice est un renvoi à Orose (VII, 35, 10), à qui l’éditeur emprunte le texte placé entre crochets.

Références

Édition

Chronica minora I, éd. Th. Mommsen, p. 650 (29‑31) et p. 651 (529). Trad. G. Lucas.

Notes

307 Voir index, s.v. « Archélaos », « Hérode Antipas », « Hérodiade » et « Pilate ».

308 Sartre 1991, p. 31‑32.

309 Flavius Josèphe, Antiquités, XVIII, 240‑245.

310 Biarne et al. 1986, p. 26 et 27, qui renvoie à la Vie de saint Clair, I, 1 ; Descombes 1978, p. 271.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search