Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Zosime, Histoire nouvelle

p. 196-201


Texte intégral

L’identité même du personnage n’est pas établie clairement, des renseignements donnés par la Souda et par Cédrénus sont contradictoires : s’agit-il de Zosime de Gaza, de Zosime d’Ascalon, voire d’un homonyme ? Par recoupements de renseignements internes, Fr. Paschoud place Zosime entre 425 et 518 ; il est assuré en tout cas qu’il est contemporain d’Anastase Ier (491‑518).

1Dans son introduction à l’édition de l’Histoire nouvelle, Fr. Paschoud dresse le bilan des maigres renseignements dont nous disposons sur Zosime300 ; ils sont tirés de son œuvre et d’une notice que lui consacre Photius dans sa Bibliothèque :

Ἀνεγνώσθη ἱστορικὸν λόγοις ἓξ Ζωσίμου κόμητος ἀπὸ φισκοσυνηγόρου. Ἔστι τὴν θρησκείαν ἀσεβὴς καὶ πολλάκις ἐν πολλοῖς ὑλακτῶν κατὰ τῶν εὐσεβῶν, σύντομος δὲ καὶ τὴν φράσιν εὐκρινής τε καὶ καθαρός, οὐδὲ τοῦ ἡδέος ἀπῳκισμένος.

Lu un ouvrage d’histoire en six livres du comte Zosime, ancien avocat du fisc ; en matière de religion, c’est un impie et souvent, sur de nombreux points, il aboie contre la vraie foi. Il est concis et, dans son style, il est net et pur ; il n’est pas dépourvu d’agrément301.

2Son œuvre, l’Histoire nouvelle, Νέα ἱστορία, en six livres, est inachevée. Après un préambule de quelques paragraphes qui traitent de l’histoire du monde depuis la guerre de Troie jusqu’à Auguste, les deux premiers livres sont un survol de l’histoire de l’Empire depuis Auguste jusqu’à la fin du règne de Dioclétien. Dans les quatre livres qui suivent, la narration se fait de plus en plus détaillée et se clôt de façon abrupte en été 410, peu avant la prise de Rome par Alaric. On s’accorde à considérer que le texte dont nous disposons n’est pas complet.

3Dernier historien païen d’envergure de l’Antiquité, dans son préambule il se réclame de Polybe qui exposait les causes de la grandeur de Rome ; à la façon de son prédécesseur, Zosime se propose de dégager les causes de la décadence de Rome et son Empire, qui trouve son origine, selon lui, dans la fin du régime sénatorial, l’abandon des traditions, la barbarisation de l’Empire ; Constantin et le christianisme sont désignés comme les principaux responsables de la déchéance romaine. Donc, une histoire de la fin du monde antique, comparable à celle d’Ammien Marcellin, avec un fort parti pris antichrétien ; on admet qu’il s’est inspiré très étroitement de deux sources principales. D’abord, Zosime suit Eunape de Sardes (ca 345‑420), sophiste dont la Chronique comporte quatorze livres, que Photius résume, en condamnant son parti pris antichrétien302 : elle « commence au règne de Claude où l’historien Dexippe avait fini et va jusqu’à l’époque d’Honorius et d’Arcadius, les fils de Théodose »303, en 404 ; ensuite après cette date, Zosime utilise essentiellement Olympiodore de Thèbes (ca 380-après 412), dont les Histoires prennent la suite de celle d’Eunape, en vingt-deux livres ; Photius en fait la présentation suivante : « Elles commencent par le septième consulat de l’empereur Honorius et le second de Théodose, et vont jusqu’à l’époque où Valentinien, fils de Placidia et Constantius, est proclamé empereur des Romains304. »

88. Rêve prémonitoire de Julien à Vienne

4Les onze premiers chapitres du livre III sont entièrement consacrés aux débuts du règne de Julien avant l’expédition contre les Perses (chap. 12‑34). D’après Zosime, Julien, proclamé empereur malgré lui par ses soldats, aurait envoyé une ambassade auprès de Constance, pour protester de sa bonne foi en renonçant au titre d’auguste tout en demandant à rester césar ; mais Constance l’aurait sommé de redevenir simple particulier, en lui promettant la vie sauve, ce que Julien aurait refusé en remettant sa vie entre les mains des dieux.

Ἐντεῦθεν ἅπασι φανερὰ γέγονεν ἡ πρὸς Ἰουλιανὸν Κωνσταντίου δυσμένεια, καὶ Κωνστάντιος μὲν πρὸς ἐμφύλιον παρεσκευάζετο πόλεμον, Ἰουλιανῷ δὲ δυσχεραίνειν ἐπὶ τοῖς συμβεβηκόσιν ἐπῄει, ὡς, εἰ μέλλοι τῷ τὴν ἀρχὴν αὐτῷ δεδωκότι τοῦ Καίσαρος πολεμεῖν, ἀχαρίστου παρὰ τοῖς πολλοῖς ἀποίσεται δόξαν· ὄντι δὲ περὶ ταῦτα καὶ πᾶσαν γνώμην ἀνακυκλοῦντι, σφόδρα τε ὀκνηρῶς ἔχοντι πρὸς ἐμφύλιον πόλεμον, ἔδειξε δι᾿ ἐνυπνίου τὸ θεῖον αὐτῷ τὸ ἐσόμενον. Ἐν Βιέννῃ γὰρ διατρίβοντι κατ᾿ ὄναρ ὁ Ἥλιος ἐδόκει δεικνύναι τοὺς ἀστέρας αὐτῷ, λέγειν τε ταῦτα τὰ ἔτη
       Ζεὺς ὅταν εἰς πλατὺ τέρμα πέλῃ κλυτοῦ ᾽Υδροχόοιο
       Παρθενικῆς δὲ Κρόνος μοίρῃ βαίνῃ ἐπὶ πέμπτῃ
       εἰκοστῇ, βασιλεὺς Κωνστάντιος Ἀσίδος αἴης
       τέρμα φίλου βιότου στυγερὸν καὶ ἐπώδυνον ἕξει.
Τούτῳ τῷ ἐνυπνίῳ θαρρήσας εἴχετο μὲν κατὰ τὸ σύνηθες αὐτῷ τῆς τῶν κοινῶν πραγμάτων ἐπιμελείας, ἐπεὶ δὲ ἦν ἔτι χειμών, τὰ μὲν ὅσα περὶ τοὺς βαρβάρους τῆς δεούσης ἠξιοῦτο προνοίας, ὥστε, εἰ δεήσει καὶ τῶν ἄλλων αὐτὸν άντιλαβέσθαι πραγμάτων, ἐν ἀσφαλείᾳ πάσῃ τὰ ἐν Κελτοῖς πράγματα μεῖναι, παρασκευάζετο δέ, Κωνσταντίου κατὰ τὴν ἑῴαν ὄντος, τὴν αὐτοῦ προκαταλαβεῖν ἐπιχείρησιν.

Dès lors l’animosité de Constance contre Julien devint évidente aux yeux de tous, et Constance se prépara à la guerre civile, tandis que Julien était très contrarié par la tournure qu’avait prise les événements, puisque, s’il devait entrer en guerre contre celui qui lui avait donné la dignité de césar, il acquerrait chez la plupart des gens une réputation d’ingrat ; alors qu’il était dans ces dispositions, qu’il retournait cette pensée dans tous les sens et était très hésitant à entreprendre une guerre civile, la divinité lui montra l’avenir dans un songe. Alors qu’il séjournait à Vienne, le Soleil parut en effet lui montrer dans un rêve les astres et lui adresser les mots suivants :
       « Lorsque Zeus marchera vers la borne massive de l’illustre Verseau,
       Que de la Vierge Cronos foulera le vingt-
       cinquième degré, Constance l’empereur sur la terre d’Asie
       Atteindra la borne odieuse et douloureuse de sa chère existence. »
Raffermi par ce songe, il consacra ses soins, conformément à son habitude, aux affaires publiques, et comme c’était encore l’hiver, il prit toutes les mesures de prévention jugées nécessaires contre les Barbares, de sorte que, s’il devait s’occuper également des autres affaires, la Gaule restât en sécurité, et par ailleurs, alors que Constance était en Orient, il se prépara à prévenir son attaque.
(Zosime, Histoire nouvelle, III, 9‑10)

5Le même épisode est rapporté par Ammien (57). On consultera sur le récit de Zosime les commentaires détaillés de Fr. Paschoud305.

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 42B ; Brill Online, s.v. « Zosimus 5 » [M. Meier]. Consulter en priorité la bibliographie donnée par Fr. Paschoud, Zosime, Histoire nouvelle, tome I, CUF, Paris, 1971, p. XCVII-CII ; Z. Petre, « La pensée historique de Zosime », StudClas 7, 1965, p. 262‑273 ; A.D.E. Cameron, « The date of Zosimus’ New History », Philologus 113, 1969, p. 106‑110 ; W. Goffart, « Zosimus, the first historian of Rome’s fall », AHR 76, 1971, p. 412‑441 (repris dans Rome’s fall and after, Londres, 1989) ; R.T. Ridley, « Zosimus the historian », ByzZ 65, 1972, p. 277‑302 ; Fr. Paschoud, RE X/A, 1972, s.v. « Zosimos 8 », col. 795‑841, reprend l’introduction générale du tome I de l’édition parue dans la CUF ; Fr. Paschoud, Cinq études sur Zosime, Collection d’études anciennes 121, Paris, 1976 ; Paschoud 2006a, réunit une série d’études variées sur Eunape, Olympiodore et Zosime ; mais nous attirons particulièrement l’attention sur l’étude 18, « L’Empire romain chrétien vu par un païen : l’Histoire nouvelle de Zosime », p. 257‑272, sur l’étude 4 consacrée à Théodose et sur l’étude 37 réunissant des fragments d’Eunape, texte et traduction.

Édition

Zosime, Histoire nouvelle, tome II, 1re partie, livre III, éd. Fr. Paschoud, CUF, Paris, 1979, p. 22‑23. Trad. revue.

89. Arbogast et Eugène, deux intrigants contre un empereur

Ἐν δὲ τῷ ταῦτα πράττεσθαι Οὐαλεντινιανὸς ὁ βασιλεὺς ἀγγέλλεται τελευτήσας· ὁ δὲ τῆς τελευτῆς τρόπος ἐγένετο τοιόσδε· Ἀρβογάστης ἐκ τοῦ Φράγκων ὁρμώμενος ἔθνους, Βαύδωνι δὲ ὑποστρατηγεῖν ὑπὸ Γρατιανοῦ βασιλεύοντος τεταγμένος, ἐκείνου τελευτήσαντος τῷ δραστηρίῳ τεθαρρηκὼς τὴν στρατιωτικὴν ἀρχὴν εἰς ἑαυτὸν περιέστησε βασιλέως οὐ δεδωκότος, κατάλληλος δὲ τοῖς ὑποτεταγμένοις αὐτῷ στρατιώταις ὀφθεὶς διά τε ἀνδρείαν καὶ πολεμικὴν ἐπιστήμην καὶ χρημάτων ὑπεροψίαν ἐπὶ μέγα προῆλθε δυνάμεως, καὶ τοσοῦτος ἦν ὥστε καὶ πρὸς τὸν βασιλέα παρρησιάζεσθαι, καὶ ὅσα μὴ καλῶς αὐτῷ μηδὲ προσηκόντως ἔχειν ἐδόκει κωλύειν. Πρὸς ταῦτα δυσανασχετῶν ὁ Οὐαλεντινιανὸς ἀντέτεινε μὲν πολλάκις, ἤνυε δὲ οὐδέν· ὠχύρωτο γὰρ ὁ Ἀρβογάστης τῇ τῶν στρατιωτῶν ἁπάντων εὐνοίᾳ· ὑποτετάχθαι δὲ τούτῳ περαιτέρω μὴ φέρων, ἐπειδὴ καθήμενος ἐπὶ τοῦ βασιλείου θρόνου τὸν Ἀρβογάστην ἐθεάσατο προσιόντα, δριμύτερον ὑποβλέπων δέδωκεν αὐτῷ γράμματα τῆς ἀρχῆς παραλύοντα. Ο δὲ ἀναγνοὺς « οὔτε δέδωκάς μοι, φησί, τὴν ἀρχὴν οὔτε ἀφελέσθαι δυνήσῃ »· καὶ ταῦτα εἰπών, διαρρήξας τε τὸ γραμμάτιον καὶ ἐπὶ τῆς γῆς ἀφείς, ἀπιὼν ᾤχετο· τότε δὴ λοιπὸν οὐκ ἐν ἀπορρήτῳ τὰ τῆς ὑποψίας ἐτρέφετο, φανερὰ δὲ παρὰ πᾶσι τὰ τῆς πρὸς ἀλλήλους αὐτοῖς ἐγίνετο δυσμενείας. Καὶ ὁ μὲν Οὐαλεντινιανὸς συνεχέσι πρὸς τὸν βασιλέα Θεοδόσιον γράμμασιν ἐχρῆτο, τὴν κατὰ τῆς βασιλείας ἀλαζονείαν τἀνδρὸς ἐξαγγέλλων, καὶ βοηθεῖν παρεκάλει, δραμεῖσθαι πρὸς αὐτόν, εἰ μὴ τάχιστα τοῦτο ποιήσειεν, ἐπομνύμενος· Ἀρβογάστῃ δὲ τὸ πρακτέον ἀνασκοποῦντι γνώμη τις ἐπῄει τοιαύτη.
Ἦν τις ἐν τοῖς βασιλείοις ἀναστρεφόμενος Εὐγένιος ὄνομα, παιδείᾳ προήκων ἐπὶ τοσοῦτον ὥστε καὶ ῥητορικὸν ἐπανελέσθαι βίον καὶ προεστάναι διδασκαλείου· πρὸς τοῦτον ὁ Ῥιχομήρης οἷα σφόδρα χαρίεντα καὶ ἀστεῖον ἔχων οἰκείως Ἀρβογάστῃ συνίστησιν, ἔχειν ἐν τοῖς συνήθεσι καὶ φίλοις αἰτήσας ὡς οὐκ ἐσόμενον ἄχρηστον, εἴ ποτε πρᾶγμα φιλίας ἀληθοῦς δεόμενον ἀνακύψειε. Ῥιχομήρους τοιγαροῦν ὡς τὸν βασιλέα Θεοδόσιον ἐκδημήσαντος, ἡ συνεχὴς συνουσία φίλον Ἀρβογάστῃ τὸν Εὐγένιον ἐς τὰ μάλιστα πεποίηκε, καὶ οὐδὲν ἦν ὃ μὴ ἐθάρρει τῶν σπουδαίων αὐτῷ· τότε δὴ τὸν Εὐγένιον τοῦτον λαβὼν κατὰ νοῦν, καὶ ὅτι διὰ παιδείας ὑπερβολὴν καὶ τὴν ἄλλην τοῦ βίου σεμνότητα πρὸς ἀγαθὴν βασιλείαν ἁρμοδιώτατος ἔσται, κοινοῦται μὲν αὐτῷ τὰ βεβουλευμένα, δυσαρεστοῦντα δὲ τοῖς λεγομένοις ἰδὼν ἐπέμενε θεραπεύων καὶ μὴ ἀποσείσασθαι τὰ δωρούμενα παρὰ τῆς τύχης αἰτῶν. Ἐπεὶ δὲ ἔπεισεν, ἄμεινον ἔχειν ᾠήθη Οὐαλεντινιανὸν ἐκποδὼν πρότερον καταστῆσαι καὶ οὕτως Εὐγενίῳ παραδοῦναι τὴν μοναρχίαν· τῷ βασιλεῖ τοίνυν ἐν Βιέννῃ Κελτικῇ πόλει τὰς διατριβὰς ποιουμένῳ καὶ περὶ τὸ ταύτης τεῖχος ἅμα τισὶ τῶν στρατιωτῶν παιδιαῖς ἐνασχολουμένῳ καὶ μηδὲν τοιοῦτον ἔχοντι κατὰ νοῦν ἐμπεσὼν παίει καιρίαν καὶ διαφθείρει. Πάντων δὲ σιωπῇ τὸ τολμηθὲν ἐνεγκόντων διά τε τοῦ ἀνδρὸς τὸ ἀξίωμα καὶ τὴν ἐν πολέμοις ἀνδρείαν, καὶ προσέτι γε ὅτι πολλὴν αὐτῷ διὰ τὸ χρημάτων ὑπερορᾶν οἱ στρατιῶται συνεισέφερον εὔ́νοιαν, ἀναδείκνυσιν Εὐγένιον βασιλέα, πᾶσιν ἐπ᾿ αὐτῷ χρηστὰς ἔχειν δεδωκὼς ἐλπίδας διὰ τὰ τῷ ἀνδρὶ προσόντα πλεονεκτήματα.
Τούτων τῷ βασιλεῖ Θεοδοσίῳ συναγγελθέντων συνετάραξεν ἡ τούτου γαμετὴ Γάλλα τὰ βασίλεια, τὸν ἀδελφὸν ὀλοφυρομένη· πολλῇ δὲ καὶ ὁ βασιλεὺς λύπῃ τε ἅμα καὶ φροντίδι κατείχετο, κοινωνοῦ μὲν τῆς ἀρχῆς ἐκπεσὼν καὶ νέου καὶ ἀγχιστείᾳ συναπτομένου, περιπεσὼν δὲ ἀνδράσιν ἀλλοτρίως τε πρὸς αὐτὸν ἔχουσι καὶ ἄλλως οὖσιν ἀμάχοις διά τε τὴν Ἀρβογάστου θρασύτητι μεμιγμένην ἀνδρείαν καὶ τὰς Εὐγενίῳ προσούσας μετὰ παιδεύσεως ἀρετάς. Καίπερ οὖν ταῦτα λέγων τε καὶ ἀνακινῶν τῷ λογισμῷ πολλάκις, ἀναρρῖψαι τὸν ὑπὲρ πάντων ὁμοῦ τῶν πραγμάτων κύβον ἐγνώκει, παντοίαις παρασκευαῖς εἰς τὸν πόλεμον χρώμενος.

Pendant que se déroulaient ces événements, on annonce la mort de l’empereur Valentinien ; voici en quelles circonstances : Arbogast, d’origine franque, avait été chargé par l’empereur Gratien de commander en second sous les ordres de Baudo et, après la mort de ce dernier, se fiant à ses capacités, il s’était emparé du commandement militaire sans que l’empereur le lui ait proposé ; considéré par les soldats qui étaient placés sous ses ordres comme le chef qu’il leur fallait en raison de son courage, de son expérience de la guerre et de son mépris des richesses, il acquit une grande puissance et une position telle qu’il parlait en toute liberté même à l’empereur et s’opposait à tout ce qui lui semblait ni bien ni correct. Valentinien, qui ne pouvait tolérer cette situation, manifestait souvent son opposition, mais en vain ; la position d’Arbogast était en effet confortée par la bienveillance dont il jouissait auprès de tous les soldats ; comme Valentinien ne supportait pas de lui être plus longtemps assujetti, un jour que, assis sur le trône impérial, il vit s’approcher Arbogast, il le regarda d’un air défiant et irrité et lui remit une lettre qui le destituait de son commandement ; ce dernier la lut et lui dit : « Tu ne m’as pas donné mon commandement, tu ne pourras pas non plus me l’enlever » ; sur ces mots, il déchira le document, le jeta par terre, se retira et partit ; dès lors, ce n’était plus en secret que leur suspicion s’accroissait, mais leur animosité mutuelle éclatait aux yeux de tous. Et Valentinien écrivait lettre sur lettre à l’empereur Théodose : il lui faisait savoir l’insolence du personnage envers la majesté impériale, et le suppliait de lui venir en aide, tout en faisant serment de le rejoindre en toute hâte s’il n’intervenait pas au plus vite ; quant à Arbogast, qui se demandait ce qu’il fallait faire, il lui vint l’idée suivante.
On voyait fréquemment au palais impérial un personnage nommé Eugène, si remarquablement cultivé qu’il avait embrassé la profession de rhéteur et dirigeait une école ; Richomer, qui avait des relations étroites avec lui, en raison de son charme et de son bon goût, le présente à Arbogast et lui demande de le compter au nombre de ses familiers et de ses amis, comme un homme qui ne lui serait pas inutile s’il se présentait un jour une situation qui réclamât une amitié véritable. Or donc une fois que Richomer fut parti rejoindre l’empereur Théodose, des contacts continuels créèrent une amitié très forte entre Arbogast et Eugène, et il n’y avait rien d’important que celui-là ne confiât à celui-ci ; c’est alors qu’Arbogast après s’être forgé une opinion sur ce personnage d’Eugène, pensant qu’il avait toutes les qualités pour devenir un bon empereur, étant donné l’excellence de sa culture et surtout la dignité de son mode de vie, lui fit part de son dessein ; le voyant contrarié par ces propos, il persista néanmoins à le courtiser et à lui demander de ne pas rejeter ce que la fortune lui offrait. Une fois qu’il l’eut convaincu, il pensa qu’il valait mieux commencer par se débarrasser de Valentinien puis, cela fait, donner le pouvoir suprême à Eugène ; et ainsi, alors que l’empereur séjournait dans la ville gauloise de Vienne et qu’il était occupé à jouer avec quelques soldats près du rempart sans rien soupçonner de ce qui allait se passer, Arbogast se jette sur lui, lui porte un coup mortel. Comme tous acceptaient sans protester cet acte d’audace à cause de l’estime dont jouissait son auteur et de son courage à la guerre, et en outre comme il bénéficiait d’une grande considération auprès des troupes en raison de son mépris des richesses, Arbogast proclame empereur Eugène et donne à chacun des motifs de fonder sur lui d’excellents espoirs à cause des qualités prééminentes dont cet homme était doué.
Lorsque ces événements furent annoncés à l’empereur Théodose, son épouse Galla bouleversa le palais impérial en pleurant son frère ; l’empereur lui aussi fut saisi d’une grande tristesse et en même temps d’inquiétude, car il perdait un associé au pouvoir, quelqu’un de jeune et avec lequel il avait des liens de parenté étroits, et il tombait sur des hommes qui lui étaient hostiles, et invincibles tant en raison du mélange de courage et d’audace qui caractérisait Arbogast que de des vertus d’Eugène et de sa culture. Bien qu’il vît clairement tout cela et pesât souvent le pour et le contre, il décida de risquer sur un coup de dés le sort de tout l’Empire et se mit à faire toutes sortes de préparatifs pour la guerre.
(Zosime, Histoire nouvelle, IV, 53‑55)

6Le texte de Zosime est un des rares textes à donner des précisions sur les mauvaises relations entre Valentinien et Arbogast, par la narration d’une scène dramatique ; Philostorge (65) et Jean d’Antioche (106) font de même. Chez Philostorge, c’est un mouvement d’humeur meurtrière de Valentinien qui est décrit ; Jean d’Antioche rapporte, et une scène de meurtre d’un proche de Valentinien, et la scène où Arbogast déchire la lettre de Valentinien. Ces trois versions désignent sans ambiguïté Arbogast comme l’auteur du meurtre de Valentinien. Les textes de Zosime et de Jean d’Antioche tracent en outre un rapide portrait du comte ; les deux versions utilisent des termes communs qui peuvent indiquer qu’elles dérivent de la même source, très certainement Eunape, dont il nous reste précisément un portrait d’Arbogast ; le passage qui suit, tiré de la Souda, mérite d’être comparé au texte de Zosime :

Ἀβρογάστης, Φράγγος, ὃς κατὰ ἀλκὴν σώματος καὶ θυμοῦ τραχύτητα φλογοειδὴς ἦν, δευτεραγωνιcτὴς τυγχάνων Βαύδωνος. Ἄλλως τε ἦν καὶ πρὸς σωφροσύνην πεπηγώς τε καὶ διηρθρωμένος, καὶ πρὸς χρήματα πόλεμον πολεμῶν ἄσπονδον. Διέφερε γοῦν τῶν εὐτελῶν στρατιωτῶν ὅσον γε ἐς πλοῦτον οὐδέν· καὶ διὰ τοῦτο ἐδόκει τῷ βασιλεῖ Θεοδοσίῳ χρήσιμος, ὅς γε πρὸς τὸν Οὐαλεντινιανοῦ τρόπον, ἀρρενωπὸν ὄντα καὶ δίκαιον, καὶ τὸ παρ᾿ ἑαυτοῦ βάρος ἐπετίθει, καθάπερ ὀρθὸν καὶ ἀστραβῆ τινα κανόνα τοῖς βασιλείοις, πρὸς τὸ μηδὲν τῶν περὶ τὴν αὐλὴν παραβλάπτεσθαι ἢ ἁμαρτάνεσθαι.

Abrogasi [sic], un Franc, dont la vigueur physique et l’audace du caractère étaient comparables au feu ; il était le lieutenant de Baudo. Par ailleurs, il était imprégné de sagesse, bien bâti, livrait une guerre sans merci à l’argent. Aussi ne différait-il en rien des simples soldats sous le rapport de la richesse. Et c’est pour cela qu’il sembla à l’empereur Théodose être l’homme qu’il fallait pour compléter par son poids le tempérament de Valentinien, qui était empreint de mâle vigueur et du sens de l’équité, pour lui servir de modèle de droiture et de rectitude dans l’exercice du pouvoir impérial, et éviter qu’à la cour il ne soit victime d’actes répréhensibles ou n’en commette306.

7Le texte de Zosime trace un portrait assez flatteur d’Arbogast et d’Eugène ; ce n’est pas très étonnant dans la mesure où ces personnages ont été les derniers véritables hérauts du paganisme à qui ils ont offert une dernière chance officielle d’existence. Signe des temps, que Zosime dénonce comme une des causes de la décadence de Rome, on relève l’omniprésence, dans les sphères du pouvoir, de chefs barbares hautement romanisés, ici trois Francs ayant des liens de parenté : Baudo, Richomer, Arbogast. Baudo, mort en 388, était magister militum et fut consul en 385 ; Richomer, qui est au service de l’Empire depuis le règne de Gratien, exerça les mêmes fonctions que Baudo et fut consul en 384 ; il meurt en 393 ; Arbogast, neveu de Richomer, reprit après la mort de Baudo les fonctions de celui-ci, apparemment en dehors de la procédure habituelle, ce qui explique la scène de la lettre déchirée rapportée par Zosime et Jean d’Antioche. Il ne figure pas dans les listes consulaires. Comme Richomer et Baudo, il sert l’Empire depuis le règne de Gratien ; Théodose lui confie en 388 le soin d’aller porter en Gaule le coup de grâce à Victor, le fils de l’usurpateur Maxime. Et, ainsi que le développe Eunape, Théodose lui laisse le soin de servir de guide et d’appui à Valentinien IL dès cette année 388, tandis que lui-même séjourne à Milan avant de retourner en Orient (388‑391) ; les historiens peinent à fixer avec précision les dates de séjour en Gaule de Valentinien (388 ? - 392), a fortiori à Vienne, où il était avec certitude au début de 392 (58). Quant au lieu du crime, d’autres textes (65 et 85) précisent qu’il s’agit d’un palais, dont on ne sait rien de sûr ; Zosime est plus vague, il ne mentionne que le rempart de la ville où séjourne Valentinien II (fig. 12‑13).

8Le paragraphe final est un « raccourci chronologique audacieux », pour reprendre l’expression de Fr. Paschoud, car il s’est écoulé presque deux ans entre la nouvelle de la mort de Valentinien à Constantinople (juin 392), suivie de la proclamation d’Eugène en août 392, et le départ en campagne de Théodose (avril 394).

Références

Édition

Zosime, Histoire nouvelle, tome II, 2e partie, livre IV, éd. Fr. Paschoud, CUF, Paris, 1979, p. 322‑324. Trad. revue.

Texte

Sur le texte lui-même et ses protagonistes, se reporter aux notes très détaillées de Fr. Paschoud dans le tome II de son édition (n. 200‑205, p. 452‑460). Sur Baudo, RE III/l, 1897, s.v. « Bauto », col. 176 [O. Seeck] ; PLRE I, p. 159. Sur Richomer, RE I/Al, 1914, s.v. « Richomeres 1 », col. 796‑797 [O. Seeck] ; PLRE I, p. 765‑766. Sur Arbogast, voir le texte 65 ; sur Eunape et Olympiodore, on pourra consulter les études réunies dans Paschoud 2006a et en particulier celle qui réunit les fragments d’Eunape correspondant aux livres III et IV de l’Histoire nouvelle de Zosime, p. 473‑493. Sur Eunape et son œuvre, R. Goulet, « Sur la chronologie de la vie et des œuvres d’Eunape de Sardes », JHS 100, 1980, p. 60‑72.

Notes de bas de page

300 Zosime, Histoire nouvelle, tome I, livres I et II, éd. Fr. Paschoud, CUF, Paris, 1971.

301 Photius, Bibliothèque, tome II, codex 98, éd. R. Henry, CUF, Paris, 1960, p. 65.

302 Photius, Bibliothèque, tome I, codices 1‑83, éd. R. Henry, CUF, Paris, 1959, codex 77.

303 Ibid., codex 77, p. 158.

304 Ibid., codex 80, p. 166.

305 Éd. Fr. Paschoud (voir infra), n. 22‑23, p. 88‑91.

306 Lexicographi Graeci. I, Suidae lexicon, éd. A. Adler, Leipzig, 1928, pars 1, A 81, p. 12, 3‑11 ; recueilli dans C. Müller, FHG IV, 1851, p. 37, frg. 53. Texte repris et traduit par Fr. Paschoud (2006a). p. 485 et 542‑545 (frg. 53). Trad. revue.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.