Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Anonyme, Acta Sanctorum

Texte intégral

1Il eût été inconcevable de ne pas présenter les deux textes des Passions de Ferréol publiées dans les AASS, eu égard à l’importance de ce personnage dans la vie religieuse de la cité et aux problèmes que soulève l’emplacement des églises ayant renfermé ses reliques ainsi que celles de saint Julien. De façon générale, on se heurte déjà à bien des difficultés dès lors qu’il s’agit de confronter sources textuelles et données archéologiques. Dans le cas précis de cette Passion, qui est jugée comme étant peu fiable par H. Delehaye, l’entreprise est encore plus délicate. Ajoutons que, enfreignant notre principe d’un classement chronologique, nous avons choisi de présenter à la suite l’une de l’autre les deux Passions ; la première (BHL 2911) est datable de la période 450‑473 selon J.‑P. Reboul, la seconde (BHL 2912) d’entre 725‑806.

  • 289 Griffe 1964, p. 136, 161‑162.
  • 290 Reynaud 1978, p. 48; Cavard 1984, p. 12.

2De Ferréol lui-même, on ne sait rien d’autre que ce que nous en disent les récits hagiographiques, c’est-à-dire qu’il servait l’Empire, peut être en tant que militaire, si l’on interprète en ce sens la référence à la puissance tribunicienne dont il était détenteur. Il n’est pas originaire de Vienne, contrairement à son coreligionnaire, Julien, qui lui est associé dans les Passions et au tombeau (103). On est dans l’incertitude sur la date de la persécution dont il fut une victime. Le texte ne fournit aucun indice de datation interne ; le nom du gouverneur, Crispinus, n’est pas connu dans cette fonction ; il est simplement étrange de relever que Crispinus est précisément le nom du préfet du prétoire envoyé par Claude à Baies pour arrêter Valérius Asiaticus (21) ; simple coïncidence sans doute. On a donc proposé plusieurs dates pour le martyr de Ferréol : sous le règne de Dèce vers 250289 ? vers 287‑290, sous Maximien290 ? Lors de la grande persécution de 303‑304 sous Dioclétien, ainsi que le consigne le Martyrologe romain ? Pourtant, en Gaule, le césar Constance Chlore fut plein de mansuétude dans la mise en œuvre des mesures édictées. Cependant c’est généralement cette date qu’on a retenue. Enfin, on a même avancé la période 361‑363, sous Julien l’Apostat.

86. La Passion de Ferréol (BHL 2911) : De S. Ferreolo Martyre Viennensi in Gallia

1. Cum per uniuersas prouincias genus Christianorum, Deo carum, inuisum diabolo, deseruire sacrilegis ritibus cogeretur, Crispinus quidam, temporis illius praeses, in Viennensi ciuitate iuxta imperatorum praeceptum coepit ad sacrificandum cogere Christianos. Sedens ergo pro tribunali, cum detestabili consilio honorare obtemperantes, contradicentes autem punire decreuit. Quique dum acerbissime in cunctos Dei seruos per ministrum furoris sui grasseretur officium, contigit, ut inter alios etiam beatissimum martyrem Ferreolum, habitu solo, non officio militantem, quod esset proditus Christianus, sacrificare compelleret, dicens : Parere te ante omnes necesse est, Ferreole, inuictissimorum principum legibus, quibus et pro militiae stipendiis fidem debes, et pro maiestate reuerentiam, et pro honoris augmento parendi irreprehensibilem deuotionem. Quamobrem oportet te obtemperare consilio, ne dissimulationem poena castiget. Sacrificare ergo diis iussus es, quid moraris ? Sanctus Ferreolus dixit : Christianus sum, sacrificare diis non debeo. Imperatoribus, quamdiu salua religione licuit, militaui. Opera mea, cum tibi parui, iustis legibus debui : sacrilegis numquam seruiui, aduersus noxios, non aduersus Christianos militare proposui. Stipendia, quae commemoras, non requiro. Pascat sacrilegum militem sacrilegus imperator. Temporalis uitae lucra non requiro : mihi sufficit, si salua religione liceat uiuere Christianum. Quod si id non liceat, paratus sum mori.
2. Praeses dixit : Unde tibi, Ferreole, isthaec tanta moriendi fiducia ? Fortassis post iniuriam legum, post contumeliam principum, uenit ex desperatione uiuendi. Sed patitur hoc plane abolitum fieri humanitas nostra, quod uel in deos, uel in principes contumaciter protulisti ; modo dictorum tuorum te poeniteat, et legibus satisfacias repudiando sectam Christianorum, et numinibus sacrificando. Ferreolus respondit : Humanitatem tuam, et indulgentiam, quam promittis, tibi uel imperatoribus tuis deinceps militaturus exspectet : quorum legibus iniuriam non facit, qui legem Dei eis anteponit. Ille potius reus est, qui Diuinitati detrahit, qui insensibilia et caduca ueneratur. Ego Creatorem, non creaturam adoro. Deum non in manufactis quaerendum ipse loquitur, qui cuncta formauit, cuius testes sunt caelum, terra et quaecumque uel deorsum iacet, uel desuper fulgent. Omnia ista illi seruiunt, quae propter nos creans, in omnibus Deus profutura nobis, non dominatura constituit. Vos potius recte ordinata perturbatis, praeponendo temporalia aeternis, mortua uiuentibus, scientibus bruta, mendacium ueritati : et propterea in superbiam lapsi, atque in perpetuum damnati estis cum spiritibus malignis. Deus uero, qui uniuersorum Dominus est, et aeternus Imperator, dedit seruis suis per Iesum Christum Filium suum fiduciam moriendi. Per quem etiam donat nobis resurgendi spem, ut ad amplioris uitae incrementa, praesentis uitae detrimenta nobis profutura credamus.
3. Praeses ait : Vt uideo, iacturam uitae iam fecisti. At dignum est tamen, ut etiam tormenta contemnat, qui consilii humanitate non flectitur. Quae nisi sacrificando praeueneris, quam sint acerba cognosces. Sed cum minis cerneret haudquaquam permoueri beatissimum Ferreolum, sisti eum praecepit, et acrius uerberari. Cumque nec sic, succedentibus sibi ex more tortoribus, eum flecti posse uideret, iussit eum oneratum ferro includi in carcere, dicens : Rebellem hunc squalidus et omnem poenam excedens carcer includat. Reum se sentiat maiestatis : careat luce contemptor deorum. Compedito stare non liceat, sedentem quoque ferri deprimant pondera : iacentem etiam ipsa, quae adstringit, uastior catenarum colligatio consumat, donec ad ualidiorem praeparatus quaestionem, omnia, quae in criminosos constituta sunt, tormenta percurrat.
Quibus dictis, statim ministri praesidis beatissimum Ferreolum, oneratum ferro, in carcerem coniecerunt, adhibitisque custodibus, eum seruare coeperunt denuo praesentandum.
4. Illic uero biduo exacto, tertia die mane <quam> ut fit artiori somno oppressis custodibus, sponte solutis uinculis, liberum se Dei Seruus agnouit, et lento gradu accedens ad ostium, illud patere sibi cernit. Itaque secundum Euangelium persecutionem fugiens, ad extraneam properabat regionem. Egressus foras portam Lugdunensem, anticipiti defixus consilio constitit, quaerens secum, cui potissimum uiae insisteret, et ut nulla posset relinquere indicia ipsum insecuturis.
Praemissa itaque oratione, difficili natatu Rhodanum transmittere instituit. Sed quaenam seruis Dei elementa non seruiant ? aut quando Martyris precibus non quaelibet aduersa mitescant ? Armatus igitur fide et de Domini promissione securus, amnem fidus ingreditur. Quem sibi incumbentem, deductis blande uorticibus, leni tergo solidior unda suspendit : atque eum ita beatus Martyr natandi conatu paucis traiicit impulsibus, et in ulteriorem ripam securus exit. Dehinc concito gradu ingressus aggerem publicum, usque ad Iarem fluuium percucurrit ; ubi cum a persecutoribus comprehenderetur, et reuinctis post tergum manibus duceretur in eum locum, in quo sepulcrum sancti corporis eius ueneramur, subito instinctu crudelitatis percussus occubuit. Quem fidelis religiosorum ciuium deuotio ad praesidium ciuitatis non longe a Rhodano cum summa ueneratione tumulauit. Cuius beneficia per ciuitates, sicut expetuntur uotis, ita beneficiis frequentibus approbantur, praestante Domino nostro Iesu Christo, cui est uirtus in saecula saeculorum. Amen.

  • 291 Voir Actes des Apôtres, 12, 6‑11.

1. Alors que dans toutes les provinces le peuple des Chrétiens, chéri de Dieu, haï du diable, était contraint à se soumettre aux cultes païens, un nommé Crispinus, gouverneur à cette époque, entreprit dans la cité de Vienne de forcer les chrétiens à sacrifier, conformément à l’ordre impérial. Il siégea donc et, du haut de son tribunal, il décida, avec l’appui de son abominable conseil, d’honorer celui qui obéissait, mais de châtier celui qui refusait. Alors que, par l’entremise du bourreau ministre de sa folie, il remplissait son office avec une extrême violence contre tous les serviteurs de Dieu, il advint entre autres qu’il pressa de sacrifier aussi le bienheureux martyr Ferréol, qui servait l’empereur seulement parce que son état l’y obligeait et non avec un assentiment intime : il avait été dénoncé comme chrétien : « Ferréol, lui dit-il, il faut que tu obéisses avant tous les autres aux lois de nos empereurs invincibles, à qui tu dois fidélité pour ta solde de serviteur impérial, respect pour leur majesté, dévouement irréprochable dans l’obéissance pour accroître ton honneur. C’est pourquoi il faut te soumettre au conseil afin de ne pas être châtié pour dissimulation. Il t’est donc enjoint de sacrifier aux dieux ; qu’attends-tu ? » Saint Ferréol répondit : « Je suis chrétien et ne dois pas sacrifier aux dieux. J’ai servi nos empereurs, aussi longtemps qu’il m’était possible de le faire sans manquer à ma religion. Quand je t’obéissais, c’est que je servais par mon activité des lois justes : mais jamais je n’ai été au service de lois sacrilèges, et c’est contre des criminels, non contre des chrétiens que j’ai accepté de servir. Quant à la solde que tu évoques, je ne la réclame pas ; qu’un empereur sacrilège rémunère un soldat sacrilège. Je ne réclame pas de salaire dans la vie temporelle ; il me suffit de vivre en chrétien, en complet accord avec ma religion. Et si c’est impossible, je suis prêt à mourir. »
2. Le gouverneur dit : « D’où te vient, Ferréol, cette si grande assurance devant la mort ? Peut-être que, après avoir injurié les lois, insulté l’empereur, elle te vient d’un dégoût de la vie. Mais, par amour de l’humanité, nous acceptons d’oublier complètement tes manifestations de rébellion contre les dieux comme contre les empereurs ; repens-toi seulement de tes paroles, et satisfais aux lois en répudiant la secte des chrétiens et en sacrifiant aux dieux. » Ferréol répondit : « L’humanité et l’indulgence que tu promets, que l’espère celui qui s’apprête à te servir de nouveau, toi et tes empereurs ; mais il ne fait pas injure aux lois, celui qui leur préfère la loi de Dieu. Le coupable est bien plutôt celui qui rabaisse la Divinité et qui vénère des objets insensibles et éphémères. Pour moi, j’adore le Créateur, non ce qui est créé. C’est qu’il ne faut pas chercher Dieu dans des objets faits de main d’homme, dit-il lui-même qui a tout façonné ; en sont témoins le ciel, la terre, tout ce qui se trouve ici-bas ou resplendit là-haut. Tout cela lui est soumis ; en les créant pour nous, Dieu a voulu qu’elles nous soient utiles, non qu’elles nous commandent. C’est plutôt vous qui bouleversez ce qui a été justement ordonné, en mettant ce qui est temporel au-dessus de ce qui est éternel, ce qui meurt au-dessus de ce qui vit, la stupidité au-dessus de la connaissance, le mensonge au-dessus de la vérité ; et pour cette raison, vous avez sombré dans l’orgueil et vous êtes damné pour l’éternité avec les esprits malins. Mais Dieu, qui est le Seigneur de tous les hommes et l’empereur éternel, a donné à ses serviteurs, par l’entremise de son fils Jésus-Christ, l’assurance devant la mort. Par son intermédiaire en effet il nous donne l’espoir de la résurrection, pour que nous croyions que les épreuves subies dans notre vie présente nous permettront d’atteindre une vie plus longue. »
3. Le gouverneur dit : « À ce que je vois, tu as déjà fait sacrifice de ta vie. Mais il convient toutefois qu’il méprise aussi les tortures, celui que l’humanité du conseil n’a pas fléchi. Si tu refuses de sacrifier pour les éviter, tu sauras bientôt combien elles sont dures. » Mais comprenant que le bienheureux Lerréol n’était en aucune façon affecté par les menaces, il ordonna qu’on l’arrêtât et qu’on le flagellât avec la plus grande dureté. En voyant que même dans ces conditions, alors que les bourreaux se succédaient comme à l’accoutumée, on ne pouvait le fléchir, il ordonna de le charger de fers et de l’enfermer dans un cachot, et il dit : « Qu’on enferme ce rebelle dans un cachot immonde, comble de châtiment. Qu’il comprenne qu’il est coupable du crime de lèse-majesté ; que ce contempteur des dieux soit privé de la lumière. Que des entraves l’empêchent de se tenir debout, et que des poids de fer le maintiennent courbé, même assis ; que ce lourd appareil de chaînes qui l’enserre l’épuise, même quand il est couché, jusqu’à ce qu’il soit prêt à subir un interrogatoire plus rude, et qu’il passe par toutes les tortures réservées aux criminels. » Cela dit, aussitôt les sbires du gouverneur jetèrent en prison le bienheureux Ferréol chargé de fers, et on posta des gardes qui commencèrent à le surveiller en attendant sa seconde comparution.
4. Or, deux jours passèrent et au matin du troisième, alors que les gardes avaient sombré dans un sommeil plus profond que d’habitude, ses liens se détachèrent d’eux-mêmes, et le serviteur de Dieu s’aperçut qu’il était libre291 ; et s’approchant de la porte d’un pas lent, il vit qu’elle était grande ouverte devant lui. Et donc, fuyant la persécution, suivant la prescription de l’Évangile, il se hâta pour gagner l’extérieur de la ville. Il sortit par la porte de Lyon et s’arrêta, hésitant sur la décision à prendre ; il se demandait quelle route il valait mieux emprunter, de manière à ne laisser aucun indice à ceux qui le poursuivraient. Après avoir prié, il décida de traverser le Rhône à la nage, ce qu’il est difficile de faire. Mais quels sont les éléments de la nature qui refuseraient leur secours aux serviteurs de Dieu ? Est-il des circonstances où leur hostilité ne s’adoucirait pas devant les prières d’un martyr ? Ainsi, armé de sa foi et confiant dans la promesse du Seigneur, il entre dans le fleuve avec assurance. Quand il entra dans l’eau, les tourbillons s’apaisèrent et Fonde, raffermie, le maintint doucement à sa surface : et ainsi le bienheureux martyr, nageant de toutes ses forces, traverse le fleuve en quelques brasses, et aborde sain et sauf sur la rive opposée. De là, il s’engagea d’un pas rapide sur la voie publique qu’il suivit jusqu’au Gier ; c’est là qu’il fut repris par ses persécuteurs, il fut ramené, mains liées derrière le dos, à l’endroit où nous vénérons le sépulcre de son saint corps et il périt, victime d’un mouvement impulsif de cruauté. Grâce à la foi et la dévotion de pieux concitoyens il fut enseveli avec une très grande vénération, non loin du Rhône, pour veiller sur la cité. Et, dans toutes les cités, ses bienfaits quand ils sont sollicités par des prières sont attestés par de nombreuses manifestations, avec l’aide de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui détient la toute-puissance pour les siècles des siècles. Amen.
(Anonyme, Acta Sanctorum. Ex editione Ruinartii, cum Surii editione collata)

Références

Œuvre

Sur l’hagiographie, H. Delehaye, Les légendes hagiographiques (3e éd.), Subsidia hagiographica 18, Bruxelles, 1927 ; R. Aigrain, L’hagiographie : ses sources, ses méthodes, son histoire, Paris, 1953, en particulier p. 276 et 365 sur Ruinart ; sur saint Ferréol et ses lieux de culte, Molinier 1901, no 103 ; Duval 1971, no 309 et 1B ; Pelletier 1974, p. 165‑167 ; Reynaud 1978 ; Jannet-Vallat, Lauxerois et Reynaud 1986, p. 61‑66 ; Lauxerois 2004 ; J.‑Fr. Reynaud, CAG 69/1, sur Saint-Romain-en-Gal, notice 16, p. 412‑415 ; Reboul 2015.

Édition

AASS Septembre V, 1755, p. 764‑765. Trad. G. Lucas.

87. La Passion de Ferréol (BHL 2912)

3Nous n’avons pas jugé utile de reproduire la traduction du début de la seconde version de la Passio, interpolée ; mais nous avons gardé le texte complet en utilisant jusqu’au § 5 des caractères gras pour signaler, par rapport à la première version, les passages contenant des changements lexicaux ou stylistiques.

1. Dum per uniuersas prouincias Christianorum genus carum Deo, inuisum diabolo, deseruire sacrilegis ritibus cogeretur, sicut est proditum, Crispinus quidam, temporis illius praeses, in Viennensi Ciuitate, iuxta imperatorum praeceptum, coepit ad sacrificandum cogere Christianos. Et sedens pro tribunali detestabili consilio coepit honorare obtemperantes, contradicentes autem punire, quique dum acerbissime in cunctos Dei seruos per ministrum furoris sui grasseretur officium ; contigit, ut beatissimum martyrem Ferreolum, habitu sibi, non corde, specie tenus, non officio militantem, quia esset proditus Christianus, sacrificare compelleret, dicens : Parere te primitus necesse est inuictissimorum principum legibus, quibus et pro militiae stipendiis fidem debes ; et pro maiestate reuerentiam, pro honoris augmento parendi inreprehensibilem deuotionem. Quamobrem oportet te obtemperare consilio, ne dissimulationem poena castiget. Sacrificare ergo diis iussus es ; quid moraris ? Ferreolus dixit : Christianus sum, sacrificare non debeo : imperatoribus, quamdiu salua religione licuit, militaui. Operam meam, cum tibi parui, iustis legibus debui, sacrilegis nunquam promisi. Aduersus noxios, non aduersus Christianos militare proposui. Stipendia, quae commemoras, non requiro. Pascat sacrilegum militem sacrilegus imperator. Temporalis uitae lucra non requiro. Mihi sufficit, si salua religione liceat uiuere Christianum. Certe, si id non licet, sufficit mori. 2. Praeses dixit : Quae in te tanta est, Ferreole, moriendi fiducia ? An forsitan post iniuriam regum, et contumeliam principum uenit ex desperatione uiuendi ? Patitur hoc abolitum fieri humanitas nostra, quod uel in deos, uel in principes contumaciter protulisti, si dictorum tuorum gerens poenitentiam satisfeceris, repudiando sectam Christianorum, legibus nostris consenseris, uel sacrificaueris numinibus. Ferreolus dixit : Humanitatem tuam, uel indulgentiam, quam promittis, tibi uel imperatoribus tuis deinceps militaturus exspectet. Quorum legibus iniuriam non facit, qui Dei legem praeponit. Ille potius reus est Diuinitati, qui insensibilia, et caduca ueneratur. Ego Creatorem, non creaturam adorare proposui : mihi Deum non manufactum quaerendum, ipse loquitur, qui cuncta formauit ; cuius testes sunt caelum, et terra, et quaecumque uel deorsum iacent, uel desuper fulgent. Omnia ista illi deseruiunt, quae propter nos creans, in omnibus Deus profutura nobis, non dominatura constituit. Vos potius recte ordinata turbatis, praeponendo temporalia aeternis, mortua uiuentibus, sentientibus bruta, mendacium ueritati, et propter superbiam lapsos, atque in perpetuum damnatos spiritus Deo, qui uniuersorum Dominus est, et Imperator aeternus, quique dedit seruis suis per Iesum Christum Filium suum fiduciam moriendi, per quem certa spe resurgendi in ampliorem uitae modum, uitae praesentis damna nos prouehunt. 3. Praeses dixit : Iacturam uitae, ut uideo, iam fecisti. Dignum est tamen, ut etiam tormenta contemnat, qui consilii humanitate non flectitur. Quae, nisi sacrificando praeueneris, quam sint acerba cognosces. Et cum his minis non promoueri cerneret beatissimum Ferreolum, sibi eum praecepit, et acrius uerberari. Quem cum succedentibus sibi ex more tortoribus flecti non posse sentiret ; iussit eum oneratum ferro recludi in carcerem, dicens : Rebellem hunc squalidus, et omnem poenam excedens carcer includat, reum se sentiat maiestatis, careat luce contemptor deorum. Compedito stare non liceat, sedentem quoque ferri deprimant pondera, iacentem etiam ipsa, quae adstringit, uastior catenarum iunctura sustineat, donec ad ualidiorem praeparatus quaestionem, omnia, quae in criminosos constituta sunt, tormenta percurrat. Quibus dictis, statim ministri praesidis beatissimum Ferreolum oneratum ferro in carcerem concludentes, praeordinatis custodibus seruare coeperunt denuo praesentandum. 4. Vbi transacto biduo, die tertia diluculo, altius, ut fit, depressis sopore custodibus, resolutis sponte uinculis, liberatum se Dei seruus agnouit. Et lento accedens gressu ad ostium carceris, patere sibi liberum sentit egressum. Secundum Euangelium fugere persecutionem ad extraneam praeparat regionem. Egressus foras portam Lugdunensem, anticipiti defixus consilio constitit, quaerens secum, cui potissimum uiae insisteret, uel quemadmodum non posset praebere indicia secuturis.
Praemissa itaque oratione,
transire Rhodanum difficili parat natatu ; qui muros Viennensis urbis alluens, ipso eam, quo percurrit, tramite ornat, ac munit, utilem praebens ciuibus commeatum, praecipiti autem profundo hostem repellens. Sed quae Dei seruis elementa non seruiant ? aut quando Martyris precibus non quaelibet turbida et aduersa mitescant ? Armatus ergo fide, et de Domini promissione securus, amnem fidus ingreditur : quem superiectum sibi deductis blande uorticibus leni tergo solidior unda suspendit : atque eum beatus Martyr nisu natantis paucis transmisit impulsibus, et in ulteriorem ripam securus egreditur.
5. Dehinc concito
gressu ingressus aggerem publicum usque ad Iarem fluuium percucurrit ; ubi a persecutoribus comprehensus, et tentus, uinctis post tergum manibus ductus est, donec ad uicum, qui uocatur Briuate, peruenisset, ubi eum sibi offerri una cum sancto martyre Iuliano praeses praecepit. Quos non cognita nobis interlocutione discutiens, plecti capite ex lege constituit. Ibi utriusque beatum sanguinem terra suscepit, et claro basilicae extante monumento, hodieque a circumiectis religionibus frequentatur. Quae in honorem sancti Iuliani martyris constructa est, quia inibi esset caesus et conditus : ubi euidentibus hodieque uirtutibus meritum martyris, et diaboli persequentis confusio perdocetur. Illo uero regioni illi per dispensationem diuinam donato, beatissimum martyrum Ferreolum fideles, quique de Vienna sequuti fuerant, ad ciuitatis suae praesidium fide probabili retulerunt ; condentes eum in ripa ulteriori Rhodani, quae ciuitatem spectat, haud procul a flumine.
6. Vbi ne inhonoro diu clarus Martyr lateret sepulchro, Castalius uir praecipui nominis de primoribus Viennensis urbis, illustris semper familiae in patres ac posteros, uel quae ab ipso quaquauersum deducitur linea optimae admodum nobilitatis, cathecuminus adhuc, et necdum baptismi gratiam consecutus, basilicam in honorem Martyris fecit, fundans eam tanto opere, quanta et fide ; praemittens hoc munus Deo, ut ad baptismi consummationem cum patrocinio Martyris perueniret. Ubi hodie fusis Domino orationibus plebs laetatur de martyre, plebis deuotionem domino beatus Ferreolus insinuat.

4. Donc, après avoir prononcé une prière, il s’apprête à une difficile traversée du Rhône à la nage ; ce fleuve, en baignant les murs de la cité de Vienne, traverse de son cours la ville et la fortifie du côté où il coule, procure à ses habitants une voie de communication utile et repousse l’ennemi par sa profondeur et son impétuosité. Mais quels sont les éléments naturels qui refuseraient leur secours aux serviteurs de Dieu ? Quels éléments en furie et quels obstacles ne fléchiraient-ils pas devant les prières d’un martyr ? Ainsi, armé de sa foi et confiant dans la promesse du Seigneur, il entre dans le fleuve avec assurance. Quand il se fut jeté à l’eau, les tourbillons s’apaisèrent et l’onde raffermie le maintint doucement à sa surface : et ainsi le bienheureux martyr, nageant de toutes ses forces, traversa le fleuve en quelques brasses, et atteint sain et sauf la rive opposée.
5. De là, marchant rapidement, il s’engagea sur la voie publique qu’il suivit jusqu’au Gier ; c’est là qu’il fut repris par ses persécuteurs, fait prisonnier et emmené, les mains liées derrière le dos, jusqu’à un bourg appelé Brioude, où le gouverneur ordonna qu’il comparût en même temps que le saint martyr, Julien. Il les interrogea, mais nous ignorons ce que fut la séance d’interrogatoire, et, conformément à la loi, il les condamna à la décapitation. À l’endroit où la terre recueillit leur bienheureux sang, s’élève un tombeau réputé avec une basilique, qui est aujourd’hui fréquentée par les gens venus des régions voisines. Elle a été bâtie en l’honneur du martyr saint Julien, parce que c’est là qu’il a été mis à mort et enseveli : et l’éclat des miracles qui s’y passent encore aujourd’hui révèle le mérite du martyr et confond son persécuteur diabolique. Mais, si Julien a été confié par la volonté divine à cette région, en revanche, tous les fidèles qui étaient venus de Vienne, pleins d’une foi louable, ramenèrent le bienheureux martyr Ferréol, pour la protection de la cité ; ils l’ensevelirent sur la rive opposée du Rhône, celle qui regarde la cité, non loin du fleuve.
6. À cet endroit, afin que l’illustre martyr ne reste pas dans le secret d’un tombeau sans honneur, Castalius, un homme au nom respecté, qui faisait partie des notables de la cité de Vienne, d’une famille toujours illustre, par ses ancêtres comme par sa postérité, qui lui-même fut à l’origine d’une lignée d’une noblesse absolument remarquable, donc, ce Castalius qui était encore catéchumène et n’avait pas encore obtenu la grâce du baptême, fit élever une basilique en l’honneur du martyr, et la fonda avec une énergie aussi grande que sa foi ; et il offre ce présent à Dieu pour accomplir pleinement son baptême sous le patronage du martyr. Et ici, de nos jours, après avoir adressé ses prières à Notre Seigneur, le peuple célèbre avec allégresse le martyr, et le bienheureux Ferréol recommande à Notre Seigneur la dévotion du peuple.
(Anonyme, Acta altera. Aut eadem potius ex Mss.)

  • 292 Fol. ccclxxvii et suivant. Le martyre des deux saints a donné lieu à plusieurs versions et à des in (...)

4Ces deux Passions ont été publiées en 1755 par le bollandiste Stilling, la première d’après Surius (1575), rééditée par Ruinard (1629), la seconde d’après une collation de plusieurs manuscrits. Les deux textes sont très proches, la seconde version diffère à partir du moment où Ferréol est repris par ses persécuteurs près du Gier. Dans la première version, Ferréol est mis à mort tout de suite aux portes de Vienne, sur la rive droite ; dans la seconde, il est mené à Brioude, exécuté avec Julien et son corps rapporté à Vienne pour y être inhumé ; et cette version se termine sur le rôle joué par Castalius dans la construction d’une basilique funéraire. Cette seconde version est reprise fréquemment, en particulier par le Martyrologe d’Adon, à la date du 18 septembre, et par le Bréviaire de Vienne de 1522292.

  • 293 Les légendes hagiographiques (2e éd.), Bruxelles, 1906, p. 129 et 136 ; Griffe 1964, p. 155, n. 68.
  • 294 Voir les références du texte 86.

5Il n’entre pas dans notre propos de nous livrer à une étude détaillée des textes de ces deux Passions ; H. Delehaye considère, d’après la classification qu’il propose, que cette passion est une légende hagiographique dont il faut peu attendre de renseignements véridiques, « où l’élément historique est presque toujours réduit à une quantité infinitésimale »293. J.‑P. Reboul donne une étude détaillée de ces deux textes et conclut que la Passio Ferreoli BHL 2911 est datable de la période vers 450‑473, la seconde, BHL 2912 de la période 725 (?) - 806294.

  • 295 Chorier 1658, p. 143‑148.
  • 296 Le Bot-Helly 1987, p. 54.

6Dans les deux textes, on relève quelques allusions à la topographie de Vienne. Dans BHL 2911 et 2912 : la prison et le cachot de saint Ferréol, qui n’ont bien sûr pas été identifiés ; mais l’imagination populaire a su les localiser dans les ruines du Palais du Miroir295. Il est question aussi dans les deux versions de la portam Lugdunensem, et de l’aggerem publicum ; allusion claire à la porte de Lyon (située au pied du mont Salomon à proximité de la Tour de Pilate296) d’où partait la voie vers Lyon. Le texte de BHL 2912 fait une allusion aux remparts de la cité (muros Viennensis urbis alluens), désignant ainsi très probablement l’enceinte du Haut-Empire ; cette mention de l’enceinte est assortie d’une parenthèse sur le Rhône qui permet d’insister sur la difficulté de franchissement de ce fleuve au cours impétueux ; aucun pont n’est mentionné (mais Ferréol devait fuir discrètement !). Quant à la localisation de la basilique de Castalius, personnage énigmatique, nous renvoyons au texte de Grégoire de Tours (103) qui rapporte comment s’est déroulée la translation des reliques de Ferréol et Julien par Mamert.

  • 297 Grospellier 1900, p. 31‑33 ; Reboul 2015 propose une synthèse sur le personnage, p. 551‑552.

7Le personnage de Castalius n’est pas connu par ailleurs ; il est nommé Castulus dans le Martyrologe du même Adon, à la date du 18 septembre, et ferait partie de l’aristocratie viennoise (124). On a tenté de mieux identifier le personnage, sans obtenir de certitude297.

  • 298 Molinier 1901, no 604 ; BHL 1825, p. 274‑275.

8Au VIe s. saint Clair aurait été le bénéficiaire d’un miracle de saint Ferréol ; miracle accompli alors qu’il se trouvait à proximité de l’église et qui réitère un épisode de la fuite de saint Ferréol, le moment où le Rhône furieux s’apaise lorsque Ferréol le traverse. Voici le récit tel qu’il est fourni par la tardive (fin du Xe s. ?) Vita Clari298 :

Clarus a puero sanctus precibus tempestatem sedat. § 2. Hanc cum pro more quadam die ad orationem Clarus sequeretur, uenerunt ad sanctissimum cœnobium ultra Rhodanum : ubi tunc temporis ossa Beatissimi Ferreoli Martyris quiescebant. Cumque ibi mulier cum Claro suo puero in compunctione posita, longioresque horas protraxisset, iamque uespere ad hospitium suum reuerti cuperet, Rhodanus agitantibus uentis in undas periculosissimas surgere coepit. Iam mater cum Claro puero nauim intrauerat : desperatisque nautis, pene undis submersa naui, Clarus puer extensis manibus contra ecclesiam beati Martyris Ferreoli lacrymis fusis exclamasse dicitur : Deus pro cuius nomine Martyr Ferreolus mortem suscepit, subueni nobis in periculo positis : mox Rhodanus blandior redditus, nauim breui impulsu ad littora sua transposuit. De periculo erepti, mirantes pueri fidem, Deo gratias reddiderunt.

  • 299 AASS Janvier I, 1643, De Sancto Claro Abbate Viennensi, chap. 1, p. 55. Trad. G. Lucas.

Un jour, comme à l’accoutumée Clair suivait sa mère pour aller prier, ils s’en vinrent au très saint monastère situé outre-Rhône : c’est là qu’à cette époque reposaient les restes du bienheureux martyr Ferréol. Et la femme avait passé ici d’assez longues heures en prières avec son fils Clair et c’était déjà le soir quand elle désira retourner au foyer ; c’est alors que le Rhône commença à s’agiter en formant sous le souffle du vent des vagues très dangereuses. La mère et son fils Clair étaient déjà sur l’embarcation ; les marins étaient au désespoir, l’embarcation presque submergée par les flots, et Clair, à ce qu’on raconte, étendit les bras en direction de l’église du bienheureux martyr Ferréol et s’exclama en versant des larmes : « Dieu, au nom de qui le Martyr Ferréol a affronté la mort, viens à notre aide, nous qui sommes au milieu du péril. » Aussitôt
le Rhône s’adoucit et en une brève impulsion transporta l’embarcation sur sa rive. Une fois hors de danger,
pleins d’émerveillement pour la foi de l’enfant, ils rendirent grâce à Dieu299.

9La dernière phrase de la seconde Passion laisse penser que la basilique de Castalius est devenue un lieu de pèlerinage et de dévotion populaire ; peut-on également en déduire que la procession des Rogations se rendait à la basilique Saint-Ferréol ? Rappelons que les reliques de saint Ferréol et saint Julien seront transférées à l’intérieur de la ville par l’évêque Wilicaire vers 731‑734 (103).

Références

Édition

AASS Septembre V, 1755, p. 766‑767. Trad. G. Lucas.

Texte

Chorier 1658, p. 101‑107, 143‑148 et 174 ; Fayard 1982, se livre à une comparaison de la fin des deux versions de la Passio de saint Ferréol (à utiliser avec précaution) ; Cavard 1984, p. 9‑23 ; Lauxerois 2004 ; CAG 69/1, p. 412‑415 ; Prisset et Brissaud 2012.

Notes

289 Griffe 1964, p. 136, 161‑162.

290 Reynaud 1978, p. 48; Cavard 1984, p. 12.

291 Voir Actes des Apôtres, 12, 6‑11.

292 Fol. ccclxxvii et suivant. Le martyre des deux saints a donné lieu à plusieurs versions et à des interpolations, voir 103 et Reboul 2015.

293 Les légendes hagiographiques (2e éd.), Bruxelles, 1906, p. 129 et 136 ; Griffe 1964, p. 155, n. 68.

294 Voir les références du texte 86.

295 Chorier 1658, p. 143‑148.

296 Le Bot-Helly 1987, p. 54.

297 Grospellier 1900, p. 31‑33 ; Reboul 2015 propose une synthèse sur le personnage, p. 551‑552.

298 Molinier 1901, no 604 ; BHL 1825, p. 274‑275.

299 AASS Janvier I, 1643, De Sancto Claro Abbate Viennensi, chap. 1, p. 55. Trad. G. Lucas.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search