Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Polémius Silvius, Laterculus

Texte intégral

Polémius Silvius, peut-être d’origine gauloise, vécut au Ve s. ap. J.‑C. Il s’agit peut-être du même Silvius « qui est cité dans la biographie de l’évêque Hilaire d’Arles (403‑449), parmi les théologiens renommés du Ve siècle », selon Th. Mommsen.

  • 254 Th. Mommsen, trad. Picot, « Mémoires sur les provinces romaines et sur les listes qui nous en sont (...)

1Le Registre (Laterculus) est un calendrier, « rédigé par un certain Polémius Silvius en l’année 448 de notre ère, dédié à l’évêque Eucherius et suivi d’un certain nombre d’appendices ». Th. Mommsen propose d’identifier Eucherius à Eucher, évêque de Lyon de 441 à 450254. Le manuscrit du calendrier est accompagné de plusieurs autres documents. Le tout forme une somme : listes de quadrupèdes et insectes, une topographie romaine, une liste de poids et mesures, un Abrégé d’histoire (Breuiarium temporum) qui va du Déluge à 449.

  • 255 Chronica minora I, p. 537‑538.

2À cela s’ajoute une liste de provinces (Nomina Prouinciarum) groupées par régions, et pratiquement sans noms de villes. Après l’Italie vient la Gaule divisée en dix-sept provinces, dont une Viennensis (75b)255 ; Th. Mommsen considère que, dans son état originel, cette liste remonte probablement aux environs de 385, mais qu’elle a subi, à la fin du IVe s., des reprises et des compléments qui concernent visiblement plus l’Occident que l’Orient. Selon Th. Mommsen, ce catalogue était peut-être à l’origine un document officiel, une sorte d’extrait d’une forme du Registre des Dignités, dont l’original ne nous serait pas parvenu.

3Enfin, le manuscrit comporte une liste des empereurs romains (Nomina omnium principum romanorum), de César à Valentinien III (425‑455), où figurent les co-régents et les usurpateurs. L’auteur termine cette liste par une date de rédaction, l’année des consuls Zénon et Postumianus, 448 de notre ère.

83. Des empereurs romains et la Gaule

45. Sub quo Ingenuus Sirmii et Regalianus ibidem ; Viennae Postumus, Laelianus et Marius ex fabro ; Macrianus quoque, Quietus et Odaenathus in Oriente, uel Aureolus in Italia tyranni fuerunt. […]
73. Gratianus Valentiniani filius. Sub quo Maximus et Victor eius tyranni filius tyranni fuerunt. Lugduni occisus est. 74. Valentinianus praedicti frater Viennae laqueo uitam finiuit. 75. Theodosius a Gratiano factus Augustus. 76. Sub quo tyrannus Eugenius fuit.

45. Sous [Gallien] ; Ingenuus proclamé empereur à Sirmium, de même que Régalien ; à Vienne, il y eut Postumus, Lélien, et Marius, un ancien ouvrier ; furent tyrans également Macrien, Quiétus et Odenath en Orient, Aureolus en Italie. […]
73. Gratien, fils de Valentinien. Sous son règne, Maxime et Victor, son fils, furent tyrans. Il [Gratien] fut tué à Lyon. 74. Valentinien, frère du précédent [Gratien], mit fin à sa vie à Vienne, en se pendant. 75. Théodose, fait auguste par Gratien. 76. Sous son règne il y eut le tyran [usurpateur] Eugène.
(Polémius Silvius, Laterculus)

4Ce texte de Polémius est à rapprocher du Livre des Césars d’Aurélius Victor (XXXIII), de l’Abrégé d’histoire romaine d’Eutrope (IX, 9‑11) et de l’Histoire Auguste. Les trente tyrans (III-XV).

5Nous avons corrigé le texte en écrivant Macrianus, au lieu de Macrinus, ainsi que le propose le commentaire de Th. Mommsen en bas de page, immo Macrianus testibus nummis, nisi ipse auctor errauit.

  • 256 RE III/2, 1899, s.v. « Cassianius 1 », col. 1656‑1667 [E. Stein]; PLRE I, s.v. « M. Cassianius Lati (...)

6À propos de l’alinéa 45 : sub quo renvoie à l’alinéa 44, au règne de Gallien (Gallienus praedicti filius cum Salonino et Licinio filiis occisi). Gallien (253‑268) est fils aîné de Valérien (253‑260), dont la défaite et la mort chez les Perses de Sapor font l’objet de l’alinéa 43 ; il a été élevé dès octobre 253 par le Sénat à la dignité de co-empereur, alors qu’il avait 40 ans, et son père 58 ; l’alinéa 45 est consacré à l’énumération des tyrannies éphémères sur lesquelles nous ne nous attarderons pas, d’autant que la PLRE et la RE, disposent de notices auxquelles nous renvoyons, sub nomine ; la seule qui intéresse notre sujet est la mention de Postumus256.

  • 257 Eutrope, IX, 9.
  • 258 Duval 1971, no 334, 3, p. 769.
  • 259 Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, éd. J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1999, IX, 9, p. 118‑119.
  • 260 Les trente tyrans, Postumus, III, 1‑4.
  • 261 Zosime I, 38, 2 ; Zonaras XII. 24.
  • 262 Les trente tyrans, Postumus III, 11 ; commentaire d’A. Chastagnol. Histoire Auguste, coll. Bouquins (...)

7Postumus, gouverneur de la Germanie inférieure, a été proclamé empereur par les légions du Rhin à l’automne 260 ; il rétablit la frontière du Rhin et ramène la paix en Gaule ; à la fin de 261, il est reconnu empereur en Gaule, en Bretagne et en Espagne ; c’est l’époque de « l’Empire gaulois » qui survit, avec quelques vicissitudes territoriales, comme état indépendant pendant 15 ans. Après la mort de Gallien en 268, il refuse de conduire ses troupes en Italie pour soutenir le tyran Auréolus. C’est sans doute ce refus qui a motivé la rébellion de Lélien, qu’il réprime ; il est assassiné en 269 par ses soldats après le siège de Mayence, ville dont il avait refusé qu’elle fût livrée au pillage257. Dans la notice qu’il consacre à Polémius Silvius, P.‑M. Duval signale : « I, 45 : Postume est tué à Vienne258. » Nous pensons qu’il s’agit d’une erreur d’interprétation et qu’il faut plutôt voir ici le lieu de proclamation de Postumus. Mais la prudence s’impose, car c’est la seule mention de Vienne comme lieu de proclamation ; Aurélius Victor dans son Livre des Césars ne donne aucune précision ; Eutrope situe la proclamation en Gaule : Postumius in Gallia, obscurissime natus, purpuram sumpsit, « Postumius, homme de très basse extraction, prend la pourpre en Gaule259 » ; l’Histoire Auguste est moins claire : il aurait revêtu la pourpre après avoir assassiné Salonin, le fils de Gallien que ce dernier aurait confié à la garde de Postumus ; selon d’autres, le meurtre aurait été perpétré par des Gaulois qui offrirent la pourpre à Postumus, et après la mort de Salonin, il aurait été plébiscité ab omni exercitu et ab omnibus Gallis, « par l’armée entière et tous les Gaulois »260, ce qui ne fournit aucune indication sur le lieu précis de la proclamation. Les autres sources, Zosime et Zonaras, diffèrent de l’Histoire Auguste sur les circonstances de la prise du pouvoir par Postumus, et le contexte amène à penser que ces événements se sont déroulés à Cologne261. Quant à l’endroit où est mort Postumus, aucune source n’indique Vienne, mais Mayence semble bien être le lieu de son assassinat. Concernant la mention de Vienne, Polémius aurait-il fait un amalgame avec un supposé Postumus le Jeune, inconnu par ailleurs, auquel l’empereur Valérien aurait confié la charge de préfet des Voconces, s’il fallait en croire l’Histoire Auguste ? Mention et personnage qu’A. Chastagnol juge tout à fait fantaisistes262.

  • 263 Voir index, s.v. « Gratien », « Maxime », « Postumus », « Valentinien II » et « Victor ».

8Les événements rapportés aux alinéas 73‑76 ont déjà fait l’objet de commentaires263.

Bibliographie

Références

Auteur

RE XXI/1, 1951, s.v. « Polémius Silvius 9 », col. 1260‑1263 [K. Ziegler] ; Duval 1971, no 334 ; Brill Online, s.v. « Polémius Silvius » [U. Eigler].

Œuvre

Th. Mommsen (traduction française d’E. Picot), « Mémoires sur les provinces romaines et sur les listes qui nous sont parvenues », RA 13, 1866, p. 377‑399 ; RA 14, 1866, p. 369‑395 ; RA 15, 1867, p. 1‑15, avec une étude de Th. Mommsen sur Polémius Silvius et des tableaux comparatifs des différentes listes de provinces ; pour un rapide panorama de la période, Chr. Scarre, Chronique des empereurs romains : histoire chronologique des souverains de la Rome impériale, traduction et adaptation de Fl. Maruéjol, coll. Archives du temps, Londres, 1995, p. 173‑179 ; Inglebert 1996.

Édition

Chronica minora I, éd. Th. Mommsen, p. 521 (45) et p. 522‑523 (73‑76). Trad. G. Lucas.

Notes

254 Th. Mommsen, trad. Picot, « Mémoires sur les provinces romaines et sur les listes qui nous en sont parvenues, depuis la division faite par Dioclétien jusqu’au commencement du Ve siècle », RA 13, 1866, p. 379.

255 Chronica minora I, p. 537‑538.

256 RE III/2, 1899, s.v. « Cassianius 1 », col. 1656‑1667 [E. Stein]; PLRE I, s.v. « M. Cassianius Latinius Postumus 2 », p. 720.

257 Eutrope, IX, 9.

258 Duval 1971, no 334, 3, p. 769.

259 Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, éd. J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1999, IX, 9, p. 118‑119.

260 Les trente tyrans, Postumus, III, 1‑4.

261 Zosime I, 38, 2 ; Zonaras XII. 24.

262 Les trente tyrans, Postumus III, 11 ; commentaire d’A. Chastagnol. Histoire Auguste, coll. Bouquins, Paris, 1994, p. 841.

263 Voir index, s.v. « Gratien », « Maxime », « Postumus », « Valentinien II » et « Victor ».

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search