Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Sidoine Apollinaire, Lettres

Texte intégral

Sidoine Apollinaire (Caius Sollius Modestus Apollinaris Sidonius, ca 431‑486), né à Lyon, appartenait à une famille de grands aristocrates gallo-romains. Fils et petit-fils de préfets du prétoire des Gaules, gendre d’Avitus, qui fut un éphémère empereur (456), il mena lui-même une carrière politique active, fut préfet de Rome et patrice (468). En 470, il devient évêque de Clermont alors menacée par les Wisigoths, des ariens qui plus est, et il le demeure jusqu’à sa mort. Les premières années de son épiscopat sont marquées par son engagement dans la lutte contre Euric et la défense de Clermont devenue un enjeu entre les Wisigoths et le pouvoir romain. Il est très vite considéré comme un saint : le Martyrologe de Florus le mentionne au 20 août, les autres martyrologes (Usuard, Adon, Martyrologe hiéronymien) au 23 du mois ; le Martyrologe romain l’a récemment déplacé au 21 août ; mais il reste fêté à Clermont le 23.

  • 242 Introduction au tome II, CUF, p. VIII.

1Son œuvre, fortement liée à son action politique puis épiscopale, comporte deux volets : un recueil de Poèmes (Carmina) – qui contient entre autres les Panégyriques des trois empereurs, Auitus, Majorien et Anthémius –, publié en 469, et deux recueils de Lettres (Epistulae), rédigées sur le modèle de celles de Pline le Jeune et publiées entre 469 et 481. Ces lettres, au nombre de 146, réparties en 9 livres, n’ont pas été éditées en suivant l’ordre chronologique, mais en fonction d’un classement guidé par des préoccupations littéraires et artistiques ; A. Loyen souligne le caractère artistique de ces lettres, « que les anciens désignaient par les expressions accurate ou curatius scriptae litterae et que la critique moderne appelle “la lettre d’art” ». Peu importe que certaines d’entre elles aient été vraiment envoyées à des correspondants ; la discussion à ce sujet est vaine. L’essentiel est de savoir que toutes sans exception ont été écrites ou du moins revues et corrigées pour la publication, le nom de l’ami qui figure en tête étant plus une dédicace qu’une adresse ; Sidoine là-dessus est formel. Elles ont été rédigées « à un moment où les Barbares, établis à titre de “fédérés” sur le sol des Gaules, s’émancipaient et cherchaient à créer des royaumes indépendants, aux dépens d’un pouvoir central en pleine décrépitude » et sont « une peinture haute en couleur d’une époque émouvante et tragique »242.

  • 243 Chevalier 1912, no 138.

2La série de lettres qui suit s’étage entre 469 (VII, 15) et octobre 474 (V, 1). Quelques mots sont nécessaires pour préciser le contexte historique dans lequel elles s’insèrent : en avril 467, alors que l’Occident est depuis deux ans sous la coupe du patrice Ricimer, l’empereur d’Orient Léon Ier conclut un pacte d’alliance avec celui-ci et désigne Anthémius comme empereur d’Occident ; Sidoine est appelé à la cour par ce dernier et apporte au nouvel empereur les doléances de ses compatriotes. Il est chargé de faire le Panégyrique d’Anthémius, qu’il prononce le 1er janvier 468, et il en est récompensé par la charge de préfet de la Ville pour l’année 468 ; après quoi, il regagne la Gaule où la situation se tend avec les Wisigoths, dont le roi, Euric, après avoir assassiné son frère Théodoric en 466, rompt le fœdus qui le liait à l’Empire et entame son extension vers la Loire et le sud-est de la Gaule ; de telle sorte qu’en 470 l’Auvergne est encerclée et coupée de l’Italie. C’est à la fin de 470 que Sidoine devient évêque de Clermont et va se consacrer corps et âme à la défense de Rome contre Euric. Une première escarmouche des Wisigoths sur Clermont a lieu au printemps 471 ; la même année, une armée envoyée par Anthémius est repoussée par Euric qui occupe la rive gauche du Rhône, qu’il est contraint d’abandonner sous la pression des Burgondes venus appuyer Rome. Des pourparlers de paix avec Euric échouent et Patiens, l’évêque de Lyon, secourt par des vivres diverses cités, dont Clermont243. Cette ville est de nouveau mise à l’épreuve par les Wisigoths en 472 : c’est pendant l’accalmie de l’hiver 472‑473 que Sidoine introduit les Rogations de Mamert à Clermont (V, 14 ; VII, 1) ; en 473 Clermont est de nouveau assiégée et résiste, avec l’appui des forces burgondes de Chilpéric ; en 474, un quatrième siège, aggravé par des incendies et la famine, ne réussit pas à venir à bout de la cité. Entre-temps, Anthémius a été assassiné en juillet 472 ; Olybrius lui succède, sans être reconnu par l’empereur d’Orient, et meurt en novembre de la même année ; suit un interrègne de plusieurs mois, dominé par la personnalité du futur roi burgonde Gondebaud, période à l’issue de laquelle Glycère est nommé empereur en mars 473, sans être non plus reconnu par les empereurs d’Orient Léon Ier et son successeur Zénon, si bien qu’il doit céder la place à leur protégé, Julius Népos, le 25 juin 474. Ce dernier, décidé à soutenir Clermont, nomme le beau-frère de Sidoine, Ecdicius, patrice et chef des forces romaines en Auvergne, mais doit renoncer à son entreprise et ne peut négocier une paix avec Euric à l’automne 474. Pendant la suspension hivernale des hostilités (474‑475), Sidoine se rend à Vienne, puis à Lyon où réside Chilpéric, pour défendre la cause de ses oncles Apollinaris et Simplicius qui, en prenant parti pour le nouvel empereur, à Vaison, ont contrarié les projets d’extension des Burgondes (V, 6). C’est au printemps 475 qu’un traité est signé avec Euric ; il est stipulé que l’Auvergne est livrée en échange d’Arles et de Marseille. Sidoine, qui a été l’animateur de la résistance, est assigné à résidence non loin de Carcassonne ; en 476 ou 477, il est autorisé à reprendre ses activités épiscopales à Clermont où il mourra en 486.

3Les lettres qui suivent ont été classées dans l’ordre chronologique tel qu’il est proposé par l’éditeur, A. Loyen.

79. À la ville et aux champs

Sidonius Salonio suo salutem.
Quotiens Viennam uenio, emptum maximo uelim, ut te fratremque communem colonum ciuitatis habitatio plus haberet, qui mihi non amore solum uerum etiam professione sociamini. Sed et ille imputationem meam praetextu frequentatae suburbanitatis eludit, per quam efficitur, ut nobis nec praesens ipse nec reus sit, et tu habes quo te interim excuses, quod te diu possidet uix recepta possessio. Quicquid illud est, iam uenite, hac deinceps condicione discessum impetraturi, ut aut uicissim redeatis aut [ambo] serius. Nam quamlibet ruri positi strenuos impleatis agricolas, tum uere propriam terram fecundabitis, si ecclesiam, quam plurimum colitis, plus colatis. Vale.

Sidoine à son cher Salonius [Lyon, 469 ou début de 470].
Toutes les fois que je vais à Vienne, je paierais très cher pour que toi et ton frère séjourniez davantage dans votre maison en ville, vous qui m’êtes liés non seulement par des liens d’amitié, mais encore par la profession. Mais ton frère esquive mes reproches en alléguant ses fréquentes visites dans son domaine de banlieue, ce qui fait qu’il n’est pour moi ni présent quand je viens, ni blâmable ; et toi, tu trouves dans le même temps une excuse dans la propriété que tu viens de recouvrer et qui t’occupe longuement. Quoi qu’il en soit, venez tout de suite et vous n’obtiendrez la permission de retourner chez vous qu’à la condition suivante : c’est que vous reveniez l’un après l’autre ou tous les deux ensemble, plus tard. Car, même si dans votre retraite à la campagne vous vous comportez en agriculteurs actifs, vous ne fertiliserez vraiment votre propre terre que si vous cultivez davantage un champ que vous honorez au plus haut point, l’Église. Adieu.
(Sidoine Apollinaire, Lettres, VII, 15)

  • 244 Éd. A. Loyen (voir infra), au tome I dans l’introduction générale à l’œuvre de Sidoine, p. xxii, n. (...)

4Lettre écrite de Lyon, en 469 ou au début de 470. Salonius, le destinataire de la lettre, n’est pas identifié avec précision ; A. Loyen suppose qu’il est de la même famille que Salonius, fils de saint Eucher, devenu évêque de Genève vers 439. Ce personnage et son frère « doivent avoir une fonction cléricale à Vienne ». La première phrase de la lettre « interdit de penser que Sidoine est, à ce moment-là, évêque de Clermont. C’est donc l’époque où il est à Lyon, après sa “conversion”, exerçant peut-être lui aussi une fonction cléricale »244. On peut imaginer aussi que ces séjours fréquents à la campagne des habitants aisés de Vienne participent de la désertion des Viennois que mentionne Sidoine dans sa lettre sur les Rogations (81). L’éditeur suggère, en renvoyant à la lettre VIII, 9, 2, que la propriété recouvrée de Salonius est une restitution faite par les fédérés burgondes.

Références

Auteur et œuvre

Molinier 1901, no 136 ; Duval 1971, no 8B ; DACL 15/1, s.v. « Sidoine Apollinaire », col. 1423‑1427 [H. Leclercq] ; Brill Online, s.v. « Sidonius Apollinaris » [G. Krapinger]. Sur la situation en Gaule, Stein et Palanque 1968, p. 367‑396. Sur Sidoine et son temps, C.E. Stevens, Sidonius Apollinaris and his age, Oxford, 1933 ; J.D. Harries, « Sidonius Apollinaris, Rome and the barbarians : a climate of treason ? », in Drinkwater-Elton 1992, p. 298‑308 ; du même, Sidonius Apollinaris and the fall of Rome, AD 407‑485, Oxford, 1994 ; du même, « Sidonius Apollinaris and the frontiers of romanitas », in R.W. Mathisen et H.S. Sivan (dir.), Shifting frontiers in Late Antiquity, Collected studies series, Aldershot, 1996, p. 31‑44 ; Inglebert 1996, p. 671‑677 ; Fr. Prévot, « Sidoine Apollinaire et l’Auvergne », RHEF 79, 1993, p. 243‑259 (repris in Fizellier-Sauget 1999, p. 63‑80). Sur les lettres de Sidoine, les deux ouvrages d’A. Loyen : Recherches historiques sur les Panégyriques de Sidoine Apollinaire, Bibliothèque de l’École des Hautes études. Sciences historiques et philologiques 285, Paris, 1942, et Sidoine Apollinaire et l’esprit précieux en Gaule, Collection d’études latines. Série scientifique 20, Paris, 1943 ; du même auteur, on consultera les introductions détaillées données dans le tome I de la CUF (consacré à une biographie de Sidoine et à la société qu’il dépeint) et dans le tome II (où il est davantage question du contexte historique dans lequel sont élaborées les Lettres de Sidoine).

Éditions

Sidoine Apollinaire, tome III, Lettres, livres VI-IX, éd. A. Loyen, CUF, Paris, 1970, p. 74. Trad. revue.

Voir également, Gai Sollii Apollinaris Sidonii epistulae et carmina, éd. Chr. Luetjohann, MGH AA VIII, 1887 ; Caius Sollius Apollinaris Sidonius, éd. P. Mohr, Leipzig, 1895 ; Sidonius. Poems and letters, 1‑2, éd. W.B. Anderson, W.H. Semple et E.H. Warmington, Loeb classical library, Cambridge (Mass.)-Londres (vol. 1, 1936, vol. 2, 1965).

80. L’excellence des Rogations

Sidonius Apro suo salutem.
Calentes nunc te Baiæ et scabris cauernatim ructata pumicibus aqua sulpuris, atque iecorosis ac phthisiscentibus languidis medicabilis piscina delectat ? An fortasse montana sedes circum castella et in eligenda sede perfugii quandam pateris ex munitionum frequentia difficultatem ? Quidquid illud est, quod uel otio uel negotio uacas, in urbem tamen, nisi fallimur, rogationum contemplatione reuocabere. Quarum nobis sollemnitatem primus Mamertus pater et pontifex reuerentissimo exemplo, utilissimo experimento inuenit, instituit, inuexit. Erant quidem prius, quod salua fidei pace sit dictum, uagae tepentes infrequentesque, utque sic dixerim oscitabundæ supplicationes, quæ saepe interpellantum prandiorum obicibus hebetabantur, maxime aut imbres aut serenitatem deprecaturae ; ad quas, ut nil amplius dicam, figulo pariter atque hortuloni non oportuit conuenire. In his autem quas suprafatus summus sacerdos nobis et protulit pariter et contulit, ieiunatur, oratur, psallitur, fletur. Ad hæc te festa ceruicum humiliatarum et sternacium ciuium suspiriosa contubernia peto ; et, si spiritalem animum tuum bene metior, modo citius uenies, quando non ad epulas, sed ad lacrimas euocaris. Vale.

Sidoine à son cher Aper, salut [Clermont, début de 473].
Es-tu en train de faire tes délices d’une Baïes aux bains chauds et de son eau sulfureuse qui jaillit par les cavités de roches raboteuses, de sa piscine salutaire aux malades du foie et de la poitrine ? Ou peut-être fais-tu le tour de refuges fortifiés dans nos montagnes et éprouves-tu, dans le choix d’une résidence de retraite, quelque difficulté du fait de l’abondance de telles fortifications ? Quoi qu’il en soit, que tu te consacres au repos ou que tu aies à faire, les Rogations seront, si je ne me trompe, une raison suffisante pour que tu reviennes à la ville. Cette fête solennelle, c’est le vénérable évêque Mamert qui le premier, par son exemple digne du plus grand respect et son expérience éminemment utile, l’a imaginée, ordonnée, et introduite. Sans doute y avait-il auparavant des prières publiques, mais, soit dit sans vouloir offenser la foi, c’étaient des prières inconsistantes, tièdes, peu suivies et, si je puis ainsi m’exprimer, fertiles en bâillements : souvent troublées par la gêne de repas qui venaient les interrompre, elles avaient surtout pour objet de demander la pluie ou le beau temps et, pour ne pas en dire plus, elles pouvaient convenir autant au potier qu’au jardinier. Au contraire, dans celles qu’a instituées, et aussi répandues, l’éminent évêque dont nous venons de parler, on jeûne, on prie, on chante des psaumes, on pleure. C’est à cette fête des nuques baissées vers la terre, à ces assemblées de citoyens en soupirs et prosternés que je t’appelle ; et si je juge bien de la spiritualité de ton esprit, tu y viendras sur l’heure avec d’autant plus d’empressement que ce n’est pas à faire bonne chère mais à verser des larmes que tu es convié. Adieu.
(Sidoine Apollinaire, Lettres, V, 14)

  • 245 Voir au texte 85, la discussion plus détaillée sur cette question de datation.

5L’éditeur date la lettre « probablement du début de 473 ». L’introduction des Rogations, ou Petites Litanies, à Clermont date certainement de l’hiver 472‑473, après le deuxième siège de la ville par les Wisigoths. Sidoine exhorte son destinataire, un certain Aper à quitter la station thermale où il séjourne pour rentrer à Clermont et prendre part aux Rogations. Cet Aper, éduen par son père, arverne par sa mère, devait être un personnage d’importance, si l’on en juge par les supplications dont il est l’objet dans la lettre IV, 21 que Sidoine lui adresse au nom des bons citoyens de Clermont. L’intérêt de la lettre V, 14 est, si on admet la datation de l’éditeur, d’être le premier texte à évoquer l’institution des Rogations ; donc de fournir un terminus ante quem à l’institution des Rogations à Vienne, qui peut s’accorder assez bien avec la datation établie par Sigebert de Gembloux (135), à savoir l’année 468 (en fait 471 ?) pour leur instauration245. Le début contient une allusion, assez générale, à la guerre ; l’intérêt de la lettre réside surtout dans l’image que Sidoine donne de l’originalité de ce que sont ces Rogations : il insiste sur leur caractère universel, l’authenticité de la ferveur qu’elles suscitent si on la compare à des rituels similaires ; cependant, récemment, certains chercheurs ont voulu trouver une forme de continuité entre les Rogations et des cérémonies païennes préexistante. L’insistance que Sidoine met à les caractériser permet de penser que leur institution à Clermont est toute récente, ou que c’est une nouveauté sur le point d’advenir.

Références

Édition

Sidoine Apollinaire, Lettres, tome II, livres I-V, éd. A. Loyen. CUF, Paris, 1970, p. 196‑197. Trad. revue.

Texte

Sur ces Litanies, nous renvoyons aux textes qui en traitent plus en détail (index, s.v. « Rogations »). Sur l’identification de la station thermale calentes Baiae, voir n. 43 de l’édition d’A. Loyen (supra). Sur les rapports entre le paganisme et les Rogations, A. Guillerme, Les temps de l’eau : la cité, l’eau et les techniques, coll. Milieux, Seyssel, 1983, p. 27‑32 (la traduction française utilisée pour citer certains passages de l’Homélie d’Avit est une « belle très infidèle ») ; A. Morelli, « La réinterprétation chrétienne des fêtes antérieures au christianisme », in G. Ménard (dir.), Religiologiques 8. Le métissage des dieux, Montréal, 1993 ; les Rogations pourraient être un substitut aux Ambarualia, fêtes en l’honneur de Cérès. Sur les castella, J.L. Boudartchouk, « Un exemple de “castellum” auvergnat ; le site de hauteur de Chastel-sur-Murat (Cantal) », in Fizellier-Sauget 1999, p. 83‑108. Voir aussi les textes 81 et 85.

81. Les Rogations : un recours contre les malheurs des temps

Sidonius domino Papae Mamerto salutem.
Rumor est Gothos in Romanum solum castra mouisse : huic semper irruptioni nos miseri Aruerni ianua sumus. Namque odiis inimicorum hinc peculiaria fomenta subministramus, quia, quod necdum terminos suos ab Oceano in Rhodanum Ligeris alueo limitauerunt, solam sub ope Christi moram de nostra tantum obice patiuntur. Circumiectarum uero spatia tractumque regionum iam pridem regni minacis importuna deuorauit impressio. Sed animositati nostrae tam temerariae tamque periculosae non nos aut ambustam murorum faciem aut putrem sudium cratem aut propugnacula uigilum trita pectoribus confidimus opitulatura ; solo tamen inuectarum te auctore rogationum palpamur auxilio, quibus inchoandis instituendisque populus Aruernus, etsi non effectu pari, affectu certe non impari coepit initiari, et ob hoc circumfusis necdum dat terga terroribus. Non enim latet nostram sciscitationem, quod primis temporibus harumce supplicationum institutarum ciuitas caelitus tibi credita per cuiusque modi prodigiorum terriculamenta uacuabatur. Nam modo scaenae moenium publicorum crebris terrae motibus concutiebantur ; nunc ignes saepe flammati caducas culminum cristas superiecto fauillarum monte tumulabant ; nunc stupenda foro cubilia collocabat audacium pauenda mansuetudo ceruorum : cum tu inter ista discessu primorum populariumque statu urbis exinanito ad noua celer ueterum Niniuitarum exempla decurristi, ne diuinae admonitioni tua quoque desperatio conuiciaretur.
Et uere iam de deo tu minime poteras absque peccato post uirtutum experimenta diffidere. Nam cum uice quadam ciuitas conflagare coepisset, fides tua in illo ardore plus caluit ; et cum in conspectu pauidae plebis obiectu solo corporis tui ignis recussus in tergum fugitiuis flexibus sinuaretur, miraculo terribili, nouo, inusitato affuit flammae cedere per reuerentiam, cui sentire defuit per naturam. Igitur primum nostri ordinis uiris et his paucis indicis ieiunia, interdicis flagitia, supplicia praedicis, remedia promittis ; exponis omnibus nec poenam longinquam esse nec ueniam ; doces denuntiatae solitudinis minas orationum frequentia esse amoliendas ; mones assiduitatem furentis incendii aqua potius oculorum quam fluminum posse restingui ; mones minacem terrae motuum conflictationem fidei stabilitate firmandam. Cuius confestim sequax humilis turba consilii maioribus quoque suis fuit incitamento, quos cum non piguisset fugere, redire non puduit. Qua deuotione placatus inspector pectorum deus fecit esse obsecrationem uestram uobis saluti, ceteris imitationi, utrisque praesidio. Denique illic deinceps non fuere uel damna calamitati uel ostenta formidini. Quae omnia sciens populus iste Viennensibus tuis et accidisse prius et non accessisse posterius uestigia tam sacrosanctae informationis amplectitur, sedulo petens, ut conscientiae tuae beatitudo mittat orationum suarum suffragia quibus exempla transmisit. Et quia tibi soli concessa est, post auorum memoriam uel confessorem Ambrosium duorum martyrum repertorem, in partibus orbis occidui martyris Ferreoli solida translatio adiecto nostri capite Iuliani, quod istinc turbulento quondam persecutori manus rettulit cruenta carnificis, non iniurium est, quod pro compensatione deposcimus, ut nobis inde ueniat pars patrocinii, quia uobis hinc rediit pars patroni. Memor nostri esse dignare, domine papa.

Sidoine à Monseigneur l’évêque Mamert [Clermont, printemps 473].
Le bruit court que les Goths ont installé leur camp en sol romain : c’est toujours nous, malheureux Arvernes, qui sommes la porte ouverte à de telles invasions. Si en effet nous fournissons des aliments particuliers à la haine de nos ennemis, c’est que, comme ils n’ont pas encore étendu leurs frontières de l’Océan au Rhône et au cours de la Loire, ils trouvent en nous le seul obstacle qui, avec l’appui du Christ, les retarde. Il y a bien longtemps que les régions limitrophes et leurs recoins ont été dévorés sous la pression brutale d’une royauté menaçante. Mais notre ardeur, si téméraire et si périlleuse, ne peut pas compter sur le secours d’une muraille noircie par le feu, ni sur des palissades de pieux pourries, ni sur les avant-postes où veillent nos sentinelles épuisées ; cependant, le seul secours que nous attendons, ce sont les Rogations dont vous êtes l’instigateur et que nous avons introduites ici ; la population arverne, en les adoptant et en les instituant, commence à s’y initier, sinon avec de pareils effets, du moins avec le même zèle que vous, et pour cette raison elle ne tourne pas encore le dos devant les malheurs terrifiants qui l’environnent. En effet, cela ne nous a pas échappé, nous savons qu’aux premiers temps de l’institution de ces prières publiques la cité, confiée par le ciel à vos soins, se vidait en raison d’épouvantables prodiges de toutes sortes. Tantôt les façades des édifices publics étaient secouées par des tremblements de terre répétés, tantôt les flammes de fréquents incendies ensevelissaient sous des monceaux de cendres le faîte des édifices effondrés ; et voilà que les cerfs pleins d’audace, eux d’habitude doux et craintifs, semaient la consternation en installant leurs tanières sur la place publique. Et c’est alors que vous, au milieu de ces événements, tandis que la ville se trouvait dans un état où elle était vidée parce que les notables et le peuple la désertaient, vous avez promptement suivi l’exemple de l’ancienne Ninive, en le renouvelant, de crainte que votre désespoir aussi ne fût une insulte aux avertissements divins. Et en vérité vous pouviez moins que personne perdre, sans péché, votre confiance en Dieu, après avoir fait l’expérience de sa toute-puissance. En effet, un jour que la ville avait commencé à s’embraser, votre foi devint plus ardente dans cet embrasement ; et quand, aux yeux de la multitude éperdue, devant le seul obstacle que constituait votre corps, le feu fut repoussé et se mit à se replier en ondes sinueuses, miracle étonnant, singulier, extraordinaire, il fut permis à la flamme, qui est par nature dépourvue de sentiment, de se retirer avec respect. Donc, pour commencer, vous ordonnez le jeûne aux hommes de notre ordre [mais ils sont en petit nombre], vous leur interdisez les plaisirs honteux, vous prônez des supplications, vous leur promettez des remèdes ; à tous, vous exposez que le châtiment n’est pas loin, mais le pardon non plus ; vous enseignez qu’il faut écarter par de fréquentes prières les menaces d’une destruction annoncée ; vous leur rappelez qu’un incendie persistant et déchaîné peut être éteint par les larmes plutôt que par l’eau des fleuves ; vous leur rappelez que c’est par la solidité de la foi qu’il faut apaiser les secousses menaçantes des tremblements de terre. Aussitôt, la foule des humbles suit vos conseils et stimule les grands par son exemple, eux qui n’avaient pas été mécontents de s’enfuir, mais n’eurent pas de honte à revenir. Apaisé par ces marques de dévotion, Dieu, qui scrute les cœurs, a fait que vos supplications ont été pour vous une voie de salut, pour les autres une attitude à imiter, pour tous une protection. Et, depuis ce jour, les dommages subis ne furent plus tenus pour des fléaux, ni les phénomènes insolites pour des motifs d’épouvante. Notre population, sachant que tous ces maux dont souffraient auparavant vos fidèles de Vienne ne s’étaient plus reproduits ensuite, suit vos traces et embrasse votre sainte institution, demandant de tout cœur que votre bienheureuse conscience soutienne par ses prières ceux qui ont déjà bénéficié de ses exemples. Et puisqu’à vous seul, depuis le temps de nos aïeux, plus précisément depuis le confesseur Ambroise, qui découvrit deux martyrs, a été accordée la grâce, dans la partie occidentale de l’Empire, de procéder à la translation du corps entier du martyr Ferréol et de la tête de notre Julien, que la main sanglante du bourreau avait autrefois rapportée de notre pays à son cruel persécuteur, il n’est pas injuste que nous demandions en compensation qu’il nous vienne de chez vous une part de « patronage », puisqu’il vous est venu de chez nous une partie de notre patron. Daignez vous souvenir de nous. Monseigneur.
(Sidoine Apollinaire, Lettres, VII, 1)

  • 246 Éd. A. Loyen (voir infra), p. 214, n. 1.

6L’éditeur, A. Loyen, indique dans la présentation du texte que la lettre est de Clermont, au printemps 473, mais il est moins catégorique dans les notes sur la chronologie de la correspondance où il introduit une fourchette, 473 ou 474246.

7La cité de Clermont est devenue depuis 469 une sorte d’enclave dans le royaume wisigoth. le seul îlot de résistance à Euric ; la première tentative d’Euric contre la cité a eu lieu en 469, mais a été rapidement repoussée par le beau-frère de Sidoine, Ecdicius ; en revanche, un véritable siège qui a fortement éprouvé la ville et ses habitants a eu lieu en 472 : c’est probablement ce siège dont il est question dans les premières lignes du texte et c’est après ce siège que Sidoine a dû instituer les Rogations. Ensuite, le texte présente les circonstances dramatiques dans lesquelles sont nées les Rogations à Vienne, dans une ville presque abandonnée de sa population, une ville où les secousses sismiques font s’écrouler des bâtiments, ce que passera sous silence Avit (85). On y trouve tous les éléments que reprendront Avit, Grégoire de Tours et toute la tradition postérieure : les séismes, l’invasion des bêtes sauvages ; dans le texte de Grégoire de Tours (102), il est question non de cerfs, mais de loups qui errent dans les rues de la cité, dans des textes postérieurs, ce sont des ours (130), ou des sangliers (146). On peut se demander s’il s’agit de la réalité ou si Sidoine joue avec le topos littéraire de l’intrusion du monde sauvage dans la cité civilisée pour mieux traduire les malheurs et angoisses de son temps. Puis vient l’évocation de l’incendie de la cité par la foudre divine, la référence au châtiment des Ninivites, et l’intercession efficace de Mamert qui calme l’incendie ; enfin l’institution des Rogations, leur forme, leur sens, leur succès et leur efficacité (voir index, s.v. « Rogations »).

  • 247 Duchesne 1894, p. 127-129 ; Nimmegeers 2014, p. 46-47.

8On ne doit pas perdre de vue que cette lettre est une requête adressée à Mamert, et indirectement un éloge : Sidoine lui demande son patronage. Et pour cela il n’hésite pas à se placer en disciple de Mamert qui est dépeint comme le véritable guide spirituel de Vienne. Que savons-nous du destinataire de la lettre, l’évêque de Vienne, Mamert ? Peu de chose, malgré sa célébrité. Deux dates sont assurées : vers 463, il est mis en cause dans l’affaire de l’élection de l’évêque de Die, et il meurt probablement après 475, car sa présence est mentionnée au concile d’Arles de cette même année. C’est par la vita Marcelli que nous sommes renseignés sur l’affaire de Die : dans cette affaire, en 461 ou 462, Mamert est intervenu dans un diocèse qui ne relevait pas de son autorité, mais de celle de l’évêque d’Arles (76), Léonce, lequel ne manifesta pas beaucoup d’empressement à faire valoir ses prérogatives ; mais en nommant évêque Marcel, Mamert s’opposait de fait en cette circonstance au roi burgonde Gondioc qui souhaitait voir sur le siège épiscopal un évêque plus dévoué à sa cause, étant donné l’importance et l’influence de ce personnage dans la société de l’époque. L’affaire fut donc portée par le roi devant le pape Hilaire, qui écrivit à Léonce le 10 octobre 463, le sommant de convoquer un concile pour régler l’affaire. Ce qui fut fait, en l’absence de Mamert, qui ne se manifesta pas. Cependant, le choix de Mamert fut avalisé sous réserve que ce genre d’incident ne se reproduisît plus247.

  • 248 Le Nain de Tillemont 1712, p. 118.
  • 249 AASS Mai II, 1680, p. 630,7.
  • 250 Chorier 1658, p. 290.
  • 251 Chevalier 1912, no 139 ; A. de Terrebasse, Notice sur le tombeau de saint Mamert, instituteur des R (...)

9Sidoine est le premier à attester l’institution des Rogations, qui allaient ensuite s’étendre rapidement dans toute la Gaule et à rappeler aussi que Mamert a fait transférer les reliques de saint Ferréol dans une nouvelle église à l’abri des inondations (103), à une date que nous ignorons, mais qui peut précéder cette institution, si l’on en croit cette lettre ; et, c’est plus douteux, on lui attribue la construction de la basilique des Saints-Apôtres (qui deviendra Saint-Pierre), où il fut inhumé, « hors des murs de Vienne, à droite de l’autel, où l’on voit encore son tombeau et son épitaphe en vers »248. Une autre tradition veut que ses restes aient été transférés dans l’église Sainte-Croix d’Orléans249. Mais N. Chorier rapporte son épitaphe au livre III, chapitre 19 de ses Antiquités de la ville de Vienne250 et on a retrouvé son sarcophage en 1860, dans une arcade de Saint-Pierre, qui avait été murée251 ; le tombeau a été profané, comme l’atteste un trou pratiqué à hauteur de la tête, et les ossements transférés probablement à Orléans où les reliques sont mentionnées dans un inventaire de l’église Sainte-Croix, en 1562.

Références

Édition

Sidoine Apollinaire, tome III, Lettres, livres VI-IX, éd. A. Loyen, CUF, Paris, 1970, p. 31‑33. Trad. revue.

Texte

Chevalier 1912, no 133‑135. Sur cette lettre, voir l’article de S. Reinach (Reinach 1890) ; surtout, commentaire détaillé de J.A. van Waarden, Writing to survive. A commentary on Sidonius Apollinaris, Letters, book 7, t. 1, Late antique history and religion 2, Louvain, 2010, p. 61‑107. Sur Mamert, qui est célébré le 11 mai (voir à cette date AASS Mai II, 1680, p. 629‑632) il n’est pas sans intérêt de consulter Le Nain de Tillemont 1712, p. 104‑126 et 741‑742 ; Duchesne 1894, p. 185 ; RE XIV/1, 1928, s.v. « Mamertus 2 », col. 952‑953 [W. Enblin] ; Griffe 1966, p. 163, 188, 268‑270 et Griffe 1965, p. 54, 209‑213, 233‑234. Sur l’épitaphe de Mamert, qui est médiévale, CIFM 15, no 129, p. 131‑132 et pl. XLIX, fig. 103. Voir aussi les textes 80 et 85. Sur l’invasion des bêtes sauvages dans Vienne, voir J. Trinquier, « Les loups sont entrés dans la ville », in M.‑Cl. Charpentier (éd.), Les espaces du sauvage dans le monde antique : approches et définitions. Colloque de Besançon, 4‑5 mai 2000, Besançon, 2004, p. 85‑118.

82. Escale à Vienne

  • 252 Éd. A. Loyen (voir infra), p. 255, n. 6.

10« Sidoine profite de la suspension hivernale des hostilités pour aller plaider à Lyon, auprès de Chilpéric, la cause de son oncle Apollinaris qui s’est compromis à Vaison en 474. Il passe d’abord à Vienne pour se renseigner auprès de Thaumastus, frère d’Apollinaris. L’automne vient de commencer252. »

Sidonius Apollinari suo salutem.
Cum primum aestas decessit autumno et Aruenorum timor potuit aliquantisper ratione temporis temperari, Viennam ueni, ubi Thaumastum, germanum tuum, quem pro iure uel sanguinis uel aetatis reueranda familiaritate complector, maestissimum inueni. Qui quamquam recenti caelibatu granditer afficiebatur, pro te tamen parum minus anxius erat : timebat enim uerebaturque, ne quam tibi calumniam turbo barbaricus aut militaris concinnaret improbitas. Namque confirmat magistro militum Chilperico, uictoriosissimo uiro, relatu uenenato quorumpiam sceleratorum fuisse secreto insusurratum tuo praecipue machinatu oppidum Vasionense partibus noui principis applicari. Si quid hinc tibi tuisque suscipionis incutitur, raptim doce recursu familiarium paginarum, ne uobis sollicitudinis aut praesentiae meae opportunitas pereat. Curae mihi peculiariter erit, si quid tamen cauendum existimabis, ut te faciat aut gratia impetrata securum aut explorata iracundia cautiorem. Vale.

Sidoine à son cher Apollinaris [Vienne, octobre 474].
Aussitôt que l’été fit place à l’automne et que les craintes de mes Arvernes purent être modérées en raison de la saison, je me suis rendu à Vienne, où j’ai trouvé Thaumastus, ton frère pour qui j’éprouve infiniment d’amitié et de respect tant en considération des liens du sang que de son âge, plongé dans une très grande tristesse. Bien qu’il fût grandement affecté par la perte récente de son épouse, il n’était guère moins inquiet sur ton compte : car il craignait et appréhendait que le cercle des barbares ou la perversité des officiers ne s’accordent pour lancer contre toi quelque calomnie. Il me confirme en effet que, sur le rapport venimeux de quelques scélérats, on aurait laissé entendre secrètement au toujours victorieux Chilpéric, maître de la milice, que c’était surtout à cause de tes machinations que la ville de Vaison s’était ralliée au parti du nouveau prince. Si vous êtes de ce fait, les tiens et toi-même, l’objet de quelque suspicion, fais-le moi vite savoir par une lettre amicale en retour, afin de ne pas laisser échapper une chance que peut te fournir ma sollicitude ou ma présence. J’aurai particulièrement à cœur, si toutefois tu estimes avoir quelque chose à craindre, de te rassurer en obtenant ta grâce, ou de t’inciter à la prudence si la colère du roi est avérée. Adieu.
(Sidoine Apollinaire, Lettres, V, 6)

  • 253 Voir l’introduction au texte 79.

11Chilpéric a succédé à son frère Gondioc après 468, et c’est à lui que la lettre fait allusion et aux événements de l’année 474. où le nouvel empereur, Julius Népos, tente de s’opposer à Euric253. La présence « amicale » des Burgondes aux côtés des Romains ne faisait pas oublier leur volonté d’expansion à laquelle se sont trouvés confrontés Apollinaris et Thaumastus. Vaison s’est ralliée à l’automne 474 à Julius Népos, se soustrayant ainsi à la domination de Chilpéric. Apollinaris est accusé d’avoir été l’instigateur de cette défection temporaire. Sidoine apprend par la lettre V, 7, adressée à « son cher Thaumastus », que ses démarches auprès de Chilpéric ont été couronnées de succès grâce à l’appui bienveillant de l’épouse de Chilpéric.

Références

Édition

Sidoine Apollinaire, tome II, Lettres, livres 1-V, éd. A. Loyen, CUF, Paris, 1970, p. 182. Trad. revue.

Texte

Chevalier 1912, no 127. Sur l’affaire de Vaison, voir Ecker 2006, p. 98‑99.

Notes

242 Introduction au tome II, CUF, p. VIII.

243 Chevalier 1912, no 138.

244 Éd. A. Loyen (voir infra), au tome I dans l’introduction générale à l’œuvre de Sidoine, p. xxii, n. 4 et au tome III la note 82, p. 194.

245 Voir au texte 85, la discussion plus détaillée sur cette question de datation.

246 Éd. A. Loyen (voir infra), p. 214, n. 1.

247 Duchesne 1894, p. 127-129 ; Nimmegeers 2014, p. 46-47.

248 Le Nain de Tillemont 1712, p. 118.

249 AASS Mai II, 1680, p. 630,7.

250 Chorier 1658, p. 290.

251 Chevalier 1912, no 139 ; A. de Terrebasse, Notice sur le tombeau de saint Mamert, instituteur des Rogations, récemment découvert dans l’ancienne église de Saint-Pierre, à Vienne, Vienne-Paris, 1861 et Allmer et Terrebasse 1875, p. 37-52.

252 Éd. A. Loyen (voir infra), p. 255, n. 6.

253 Voir l’introduction au texte 79.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search