Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Sozomène, Histoire ecclésiastique

Texte intégral

Sozomène (Σαλαμάνης Ἑρμείας Σωζομενός, selon Photius, ca 375‑450) est né à Béthéléa, près de Gaza en Palestine. Il termine des études de droit à Béryte vers 400‑402. Nous ignorons tout de sa vie jusque vers 443, si ce n’est qu’il voyagea, en particulier en Asie Mineure et en Palestine, vraisemblablement à Rome, en Sicile et en Égypte. On ignore la date de son arrivée à Constantinople. En 443, il y travaillait dans les tribunaux, en qualité de scholastikos, d’après son Histoire ecclésiastique (II, 3, 10) ; il connaît bien la ville, a dû fréquenter la cour ; la dédicace de son Histoire ecclésiastique à Théodose II (401‑450) laisse entrevoir une certaine familiarité avec le souverain ; un éloge de Pulchérie, sœur de Théodose, exprime sans doute la gratitude de l’écrivain à son égard. Il meurt un peu avant 450.

1Le projet initial de son œuvre historique, qui s’étendait de l’Ascension du Christ à 439, a été abandonné. Son Histoire ecclésiastique en neuf livres prend la suite de celle d’Eusèbe de Césarée, qui se termine sur la victoire de Constantin en 324, et elle devait se terminer en 439 (17e consulat de Théodose) ; un compendium de son projet initial, en deux livres, la précédait ; rien n’en est conservé. Quant au livre IX, il nous est parvenu incomplet (mort, maladie, censure ?) et se termine en 425. On s’accorde à dater la dédicace de l’ouvrage de fin 443 - début 444. Son Histoire ecclésiastique est une version orthodoxe de l’histoire de l’Église au IVe s. depuis Constantin, histoire marquée par la crise arienne qui fut profonde. Traditionnellement on tient l’Histoire ecclésiastique de Sozomène comme postérieure à celle de Théodoret, mais cette opinion est remise en question.

  • 236 Introduction à l’édition de B. Grillet (voir infra), p. 35.

2À la différence d’Eusèbe et de Socrate, il ne cite pas ses sources mais en résume le sens. « Sozomène est un laïc et il observe l’Église en profane ; l’économie interne de l’ouvrage en est déjà une preuve, car la chronologie des évêques n’y joue plus qu’un rôle secondaire et les chapitres sont ordonnés en fonction des règnes des empereurs et non plus par référence à la succession des évêques sur les sièges apostoliques. Mais surtout, la perspective dans laquelle Sozomène aborde les problèmes est différente ; il ne cherche à démontrer ni la permanence de Dieu parmi les hommes, ni la continuité du message évangélique dans son impact sur le monde, ainsi que le fait Eusèbe. Il conçoit son histoire de l’Église comme un historien l’histoire d’un État, se consacrant aux hommes et aux événements, relatant les péripéties des combats qu’ont livrés contre des hérésiarques des hommes défenseurs de la bonne cause, combats où s’affrontaient des doctrines, mais aussi des caractères et des passions236. »

77. Mort de Valentinien et tyrannie d’Eugène

Ἐν τούτῳ δὲ ἀγγέλλεται Οὐαλεντινιανὸς ὁ βασιλεὺς ἀγχόνῃ ἀπολωλέναι. Ἐλέγετο δε ταύτην αὐτῷ καττῦσαι τὴν τελευτὴν διὰ τῶν θαλαμηπόλων εὐνούχων ἄλλους τέ τινας τῶν ἀμφὶ τὰ βασίλεια καὶ Ἀρουαγάστην τὸν ἐπὶ τῶν αὐτοῦ στρατευμάτων τεταγμένον, καθότι πατρῴζοντα τὸν νέον εὗρον περὶ τὴν ἀρχὴν καὶ πρὸς πολλὰ τῶν ἐκείνοις δοκούντων χαλεπαίνοντα. Οἱ δὲ αὐτὸν ἡγοῦνται αὐτόχειρα ἑαυτοῦ γενέσθαι, ὡς ἐπιχειροῦντά τισιν οὐ δέον ἐν τῷ ζέοντι τῆς ἡλικίας καὶ κωλυόμενον καὶ τούτου χάριν οὐ καταξιώσαντα ζῆν, ὅτι βασιλεύων μὴ συγχωροῖτο ποιεῖν ἃ βούλεται. Φασί γε μὴν τοῦτο τὸ μειράκιον εὐγενείᾳ σώματος καὶ βασιλικῶν τρόπων ἀρετῇ ὑπερφυῶς δόξαι τῆς ἡγεμονίας ἄξιον καὶ οἷος μεγαλοψυχίᾳ καὶ δικαιοσύνῃ ὑπερβαλέσθαι τὸν αὐτοῦ πατέρα, εἰ παρῆλθεν εἰς ἄνδρας. Καὶ ὁ μὲν τοιοῦτος ὢν ὧδε τέθνηκεν· Εὐγένιος δέ τις οὐχ ὑγιῶς διακείμενος περὶ τὸ δόγμα τῶν Χριστιανῶν ἐπεισπηδᾷ τῇ ἀρχῇ καὶ τὰ σύμβολα τῆς βασιλείας ἀμφιέννυται· ᾤετο δὲ τοῦ ἐπιχειρήματος ἀσφαλῶς κρατήσειν ὑπαγόμενος λόγοις ἀνθρώπων εἰδέναι τὸ μέλλον ὑπισχνουμένων σφαγίοις τισὶ καὶ ἡπατοσκοπίαις καὶ καταλήψει ἀστέρων. Ἐσπούδαζον δὲ περὶ ταῦτα ἄλλοι τε τῶν ἐν τέλει Ῥωμαίων καὶ Φλαβιανὸς ὁ τότε ὕπαρχος, ἀνὴρ ἐλλόγιμος καὶ περὶ τὰ πολιτικὰ ἐχέφρων εἶναι δοκῶν, προσέτι δὲ καὶ τὰ μέλλοντα ἀκριβοῦν νομιζόμενος ἐπιστήμῃ παντοδαπῆς μαντείας. Ταύτῃ γὰρ μάλιστα τὸν Εὐγένιον ἔπεισεν εἰς πόλεμον παρασκευάσασθαι, μοιρίδιον εἶναι αὐτῷ τὴν βασιλείαν ἰσχυριζόμενος καὶ νίκην ἐπὶ τῇ μάχῃ ξυμβήσεσθαι καὶ μεταβολὴν τῆς τῶν Χριστιανῶν θρησκείας. Καὶ Εὐγένιος μὲν ταύταις ταῖς ἐλπίσι βουκολούμενος πλείστην ἤγειρε στρατιὰν […]

Cependant arrive la nouvelle que l’empereur Valentinien était mort, pendu. On disait que certains courtisans et particulièrement Arbogast, son maître des milices, avaient tramé contre lui cette fin par l’entremise des eunuques de la chambre impériale, parce qu’on trouvait que le jeune homme imitait son père dans l’exercice du pouvoir et était hostile à bon nombre de leurs décisions. D’autres pensent qu’il se donna lui-même la mort, parce que, dans le bouillonnement de sa jeunesse, il se lançait dans des entreprises inconsidérées, mais que comme il en avait été empêché, pour cette raison il n’avait plus jugé digne de vivre, puisque, bien qu’empereur, on ne consentait pas qu’il agît selon ses volontés. On dit en outre que ce jeune homme, par la beauté de son physique, la vertu royale de son caractère, semblait digne au plus haut point de l’Empire et aurait été capable de surpasser en grandeur d’âme et en justice son père, s’il avait atteint l’âge d’homme. Et malgré de telles qualités, c’est ainsi qu’il périt. Un certain Eugène, mal disposé à l’égard de la religion chrétienne, se rua sur le pouvoir et revêtit les insignes impériaux. Il pensait qu’il réussirait à coup sûr dans son entreprise ; c’est qu’il était entraîné par les propos de gens qui assuraient connaître l’avenir grâce à des sacrifices, des examens d’entrailles et l’observation des astres. Parmi les dignitaires romains qui s’occupaient avec zèle de ces pratiques, il y avait en particulier Flavius, qui était alors préfet, un homme influent, réputé pour sa prudence dans le domaine politique et dont on estimait en outre qu’il connaissait l’avenir grâce à sa connaissance de toutes sortes de formes de mantique. Et en effet, c’est ainsi qu’il persuada Eugène de se préparer à la guerre, en prétendant que l’Empire lui était réservé par le Destin, que la victoire lui échoirait lors de la bataille et que la religion chrétienne serait bouleversée. Eugène, trompé par ces espérances, leva une très grande armée […]
(Sozomène, Histoire ecclésiastique, VII, 22, 1‑7)

3Le nom de Vienne n’est pas mentionné dans ce texte ; et même, c’est le nom de Rome qui figure dans le sommaire rédigé postérieurement pour ce chapitre : Περὶ τῆς δι’ ἀγχόνης τελευτῆς Οὐαλεντινιανοῦ τοῦ νέου βασιλέως ἐν Ῥώμῃ καὶ περὶ τῆς τυραννίδος Εὐγενίου, c’est-à-dire, « La mort par pendaison de l’empereur Valentinien le jeune à Rome ; l’usurpation d’Eugène ».

  • 237 Rufin d’Aquilée, Histoire ecclésiastique, II, 33.
  • 238 Paulin, Vita Ambrosii, 30.
  • 239 Szidat 1979, p. 498‑508.

4Dans ce texte, outre l’éloge funèbre du jeune empereur, Sozomène met l’accent sur l’ambition personnelle d’Eugène et sa politique religieuse ; il est le seul à insister sur le fait qu’Eugène est un renégat, qui a trahi sa religion et s’est appuyé sur le clan païen de Rome et l’aristocratie sénatoriale. Cette présentation des événements est à nuancer quand on la compare aux autres textes qui montrent un Eugène hésitant, créature poussée au pouvoir par Arbogast, dont il est le jouet. Reconnu dans un premier temps comme auguste par Ambroise, il a refusé de recevoir deux délégations païennes venues réclamer le rétablissement de leurs cultes, et c’est seulement en janvier 393, quand Théodose a proclamé auguste d’Occident son fils Honorius, que la rupture a été consommée. Mais déjà à la fin de 392, une troisième délégation païenne avait obtenu gain de cause auprès d’Eugène. Nicomaque Flavien, un proche de Symmaque, est le préfet du prétoire qui avait été mis en place par Théodose en 390 ; il a été très actif et s’est suicidé après la défaite d’Eugène (59). Comme Rufin237, Sozomène souligne son engagement pour la cause païenne ; Arbogast et Eugène lui auraient promis de bouleverser l’Église238. En fait, il semblerait qu’Eugène visait plutôt à rétablir une forme de tolérance religieuse239.

Références

Auteur et œuvre

Une partie de la bibliographie recoupe celle que nous avons donnée pour Socrate de Constantinople (68) ; nous rajoutons Duval 1971, no 306 ; Quasten 1963, p. 748‑750 ; RE III/A1, 1927, s.v. « Sozomenos 2 », col. 1240‑1248 [W. Eltester] ; Brill Online, s.v. « Sozomen » [P. van Nuffelen] ; on consultera les notes des différents volumes de l’Histoire ecclésiastique éditée par les Sources Chrétiennes, en particulier dans la préface du volume 1 les pages 59‑87, « Sozomène et Socrate » [G. Sabbah] ; H. Leppin, « The Church Historians (1) : Socrates, Sozomenus, and Theodoretus », in Marasco 2003, p. 219‑256.

Éditions

Sozomène, Histoire ecclésiastique, tome IV, livres VII-IX, éd. G. Sabbah, L. Angliviel de la Beaumelle, A.J. Festugière et B. Grillet, SC 516, Paris, 2008, p. 184‑187. Trad. revue.

Voir également PG 67, 1864, col. 1485‑1488 (312) ; Sozomène, Kirchengeschichte, éd. J. Bidez et G.Chr. Hansen, GCS 50, Berlin, 1960, p. 334‑335.

Texte

Sur Eugène, Szidat 1979. Sur les rapports entre Eugène et Ambroise, M. Salzman, « Ambrose and the usurpation of Arbogastes and Eugenius : reflections on pagan-Christian conflict narratives », JECS 18/2, 2010, p. 191‑223.

78. Mort de Constant à Vienne

Ἐν τούτῳ δὲ Γερόντιος ὁ τῶν Κωνσταντίνου στρατηγῶν ἄριστος δυσμενὴς αὐτῷ γέγονεν· ἐπιτήδειόν τε εἰς τυραννίδα Μάξιμον τὸν αὐτοῦ οἰκεῖον νομίσας βασιλικὴν ἐνέδυσεν ἐσθῆτα καὶ ἐν Ταρακόνῃ διάγειν εἴασεν. Αὐτὸς δὲ Κωνσταντίνῳ ἐπεστράτευσεν, ἐν παρόδῳ Κώνσταντα τὸν υἱὸν αὐτοῦ ἐν Βιέννῃ ὄντα ἀναιρεθῆναι παρασκευάσας. Ἐπεὶ δὲ ἔμαθε Κωνσταντῖνος τὰ κατὰ Μάξιμον, Ἐδόβιχον μὲν τὸν αὐτοῦ στρατηγὸν πέραν τοῦ Ῥήνου πέπομφε Φράγκων τε καὶ Ἀλαμανῶν συμμαχίαν προτρεψόμενον, Κώνσταντι δὲ τῷ αὐτοῦ παιδὶ Βιέννης καὶ τῶν τῇδε πόλεων τὴν φυλακὴν ἐπέτρεψε. Καὶ Γερόντιος μὲν ἐπὶ τὴν Ἀρήλατον ἐλάσας ἐπολιόρκει τὴν πόλιν, μετ’ οὐ πολὺ δὲ στρατιᾶς Ὀνωρίου κατὰ τοῦ τυράννου παραγενομένης, ἧς ἡγεῖτο Κωνστάντιος ὁ τοῦ Οὐαλεντινιανοῦ τοῦ βασιλέως πατήρ, φεύγει παραχρῆμα μετ’ ὀλίγων στρατιωτῶν· οἱ γὰρ πλείους τοῖς ἀμφὶ τὸν Κωνστάντιον προσεχώρησαν.

À ce moment, Gérance, le meilleur des généraux de Constantin [III, l’usurpateur], devint son ennemi. Croyant que Maxime, un de ses proches, était propre à faire un tyran, il le revêtit de la pourpre et le laissa résider à Tarragone. Quant à lui, il marcha en personne contre Constantin et fit en sorte, sur sa route, de faire périr le fils de ce dernier, Constant, alors qu’il se trouvait à Vienne. Quand Constantin avait appris l’entreprise de Maxime, il avait envoyé son général Edobich au-delà du Rhin chercher du secours auprès des Francs et des Alamans, et confié à son fils Constant la garde de Vienne et des villes de la région. Cependant Gérance, s’étant porté contre Arles, assiégeait la ville. Mais comme, peu après, était survenue l’armée envoyée par Honorius contre l’usurpateur sous le commandement de Constance, le père de l’empereur Valentinien, Gérance prend aussitôt la fuite avec un petit nombre de soldats ; la plupart en effet étaient passés du côté de Constance.
(Sozomène, Histoire ecclésiastique, IX, 13, 1‑3)

  • 240 Photius, Bibliothèque, tome I, codex 80, éd. R. Henry, CUF, Paris, 1959, p. 171 (= C. Müller, FHG I (...)
  • 241 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, II, 9.

5Pour une présentation plus détaillée du contexte, nous renvoyons au commentaire du texte d’Orose (67) et à sa bibliographie. Sur l’identité de Maxime, on n’a aucune certitude ; le terme employé par Sozomène laisse penser que ce peut être un parent ; mais un fragment d’Olympiodore (frg. 16), Μάξιμον τὸν ἑαυτοῦ παῖδα, εἰς τὴν τῶν δομεστίκων τάξιν τελοῦντα, βασιλέα ἀναγορεύει, c’est-à-dire, « il proclame empereur Maxime, son propre fils, qui avait rang de “domestique” »240, et le terme employé par Grégoire de Tours, cliens241, laissent planer le doute, il pourrait s’agir simplement d’un membre de son entourage.

Références

Éditions

Sozomène, Histoire ecclésiastique, tome IV, livres VII-IX, éd. A.‑J. Festugière, B. Grillet et G. Sabbah, SC 516, Paris, 2008, p. 432‑435. Trad. revue.

Voir également, PG 67, 1864, col. 1621‑1622 (378) ; Sozomène, Kirchengeschichte, éd. J. Bidez et G.Chr. Hansen, GCS 50, Berlin, 1960, p. 434.

Texte

Sur Edobich, voir PLRE II, s.v. « Edobichus », p. 386.

Notes

236 Introduction à l’édition de B. Grillet (voir infra), p. 35.

237 Rufin d’Aquilée, Histoire ecclésiastique, II, 33.

238 Paulin, Vita Ambrosii, 30.

239 Szidat 1979, p. 498‑508.

240 Photius, Bibliothèque, tome I, codex 80, éd. R. Henry, CUF, Paris, 1959, p. 171 (= C. Müller, FHG IV, Paris, 1851, frg. 16, p. 60‑61).

241 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, II, 9.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search