Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Concile de Turin

Texte intégral

Au IVe s., Vienne est une métropole religieuse florissante (fig. 16), soucieuse de ses prérogatives. Le concile de Turin est convoqué par Simplicianus, successeur d’Ambroise, sur la demande de l’épiscopat gaulois ; l’évêque de Vienne Simplides/Simplicius y participe.

1Au nombre des sujets traités lors de ce concile, la rivalité qui oppose l’évêque de Vienne et celui d’Arles pour l’exercice du pouvoir métropolitain dans une province qui est restée vaste : l’Église calquant le découpage de ses provinces ecclésiastiques sur celui des provinces civiles, les redécoupages successifs qui se sont faits dans le cours du IVe s. ont probablement contribué à aggraver les difficultés liées à une rivalité entre Vienne et Arles ; située tout au nord de la province. Vienne entend pourtant exercer son autorité sur la partie méridionale de la Viennoise où Arles occupe une position forte. Durant tout le Ve s., des conflits opposent les deux sièges.

Fig. 16 – Vienne aux premiers temps chrétiens, fin IVe s. - fin VIIe s. (Atlas topographique de Vienne).

76. Décision du concile de Turin dans la querelle qui oppose Vienne à Arles

Sancta Synodus quae conuenit in urbe Taurinatium die decimo kalendas octobris, fratribus dilectissimis per Gallias et quinque prouincias constitutis.
Cum ad postulationem prouinciarum Galliae sacerdotum conuenissemus ad Taurinatium ciuitatem atque in eiusdem urbis ecclesia, auctore uel medio Domino, sederemus, auditis allegationnibus episcoporum eorum uidelicet qui ad iudicium nostrum fuerant congregati, de singulis negotiis haec sententiae forma processit, ita ut pacis bonum et instituta canonum seruarentur et plurimorum intentionibus adhiberetur utilis medicina.
[…]
Illud deinde inter episcopos urbium Arelatensis et Viennensis qui de primatus apud nos honore certabant, a sancto synodo definitum est ut qui ex his approbauerit suam ciuitatem esse metropolim, is totius prouinciae honorem primatus obtineat, et ipse iuxta canonum praeceptum ordinationum habeat potestatem.
Certe ad pacis uinculum conseruandum hoc consilio utiliore decretum est ut, si placet memoratarum urbium episcopis, unaquaeque de his uiciniores sibi intra prouinciam uindicet ciuitates, atque eas ecclesias uisitet quas oppidis suis proximas magis esse constiterit, ita ut memores unanimitatis atque concordiae, non alter alterum longius sibi usurpando quod est alii proprius inquietet.

Le Saint Concile réuni en la ville de Turin le 10 des calendes d’octobre, à nos très chers frères établis dans les Gaules et les Cinq-Provinces.
Nous, étant assemblés en la cité de Turin à la demande des évêques des provinces de Gaule et siégeant en l’église de cette ville par l’autorité et en présence du Seigneur, nous avons écouté les allégations des évêques qui s’étaient réunis pour se soumettre à notre jugement. Sur chacune des affaires notre sentence a été rendue comme suit, de façon à sauvegarder le bien de la paix et les règles canoniques tout en apportant un remède salutaire aux prétentions de bien des gens. […]
Ensuite, entre les évêques des villes d’Arles et de Vienne qui se disputaient devant nous la dignité de primat, le saint concile a décidé que celui d’entre eux qui prouvera que sa cité est métropole possède la dignité de primat de la province tout entière et qu’il ait, conformément aux prescriptions canoniques, le pouvoir de procéder aux ordinations.
Cependant, en vue de conserver le lien de la paix, il a été décidé, par une résolution plus opportune, que si cela agrée aux évêques desdites villes, chacun s’attribue dans la province les cités les plus proches et qu’il visite les églises qui paraîtront les plus voisines de sa ville, de telle façon que, gardant en mémoire l’unité et la concorde, l’un ne gêne pas l’autre plus longtemps en empiétant à son profit sur ce qui appartient à l’autre.
(Concile de Turin [22 septembre 398])

  • 226 Chastagnol 1973.
  • 227 Mayeur et al. 2000, p. 837, n. 102.

2La date du concile de Turin a fait couler beaucoup d’encre ; pour résumer les débats, on a proposé des dates allant de 398 à 417 ; on s’accorde généralement sur la datation haute proposée par J.‑R. Palanque qui liait cette date en partie au transfert de la préfecture des Gaules à Arles qu’il situait vers 395 ; date remise en cause désormais puisqu’on penche plutôt vers 407 pour le transfert de la préfecture des Gaules226, mais l’ascension administrative d’Arles au cours du IVe s. a pu justifier les prétentions de cette cité en matière ecclésiastique227.

3Le 1er décret du concile règle le cas de Proculus, évêque de Marseille qui prétendait être métropolitain de la Narbonnaise seconde ; le concile lui accorde ce droit à titre personnel et exceptionnel, non comme un droit de son siège ; son rival, l’évêque d’Aix, pourtant chef-lieu de la Narbonnaise II, est débouté au profit de l’église de Marseille, plus ancienne et plus prestigieuse. La querelle de primatie entre Simplides, évêque de Vienne, et l’évêque d’Arles n’est pas réglée de façon claire ; l’article du concile semble accorder la primatie au chef-lieu administratif de la province… Vienne a été métropole de la Viennoise, l’est-elle encore à l’époque du concile ? Mais le concile ne prend aucune décision impérative puisqu’il adoucit le principe de la primatie en recommandant aux deux prétendants de négocier en s’appuyant sur le critère de la proximité géographique. Mais la prétention d’Arles à l’ancienneté de son Église (saint Trophime aurait été l’initiateur de l’évangélisation de la Gaule) n’est pas retenue officiellement. La solution proposée est pragmatique et partage de fait la province ecclésiastique en deux : au nord. Vienne avec Valence, Grenoble et Genève sous son autorité ; au sud Arles avec Alba, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Vaison, Orange, Carpentras, Cavaillon, Avignon.

  • 228 Lettre Placuit apostolicae, Chevalier 1912, no 56 ; Mansi 1759-1798, vol. IV, col. 359‑360.
  • 229 Lettre Multa contra du 29 septembre 417, adressée aux évêques de Viennoise et de Narbonnaise, Cheva (...)
  • 230 Lettre Quali pertinacia du 6 janvier 450, Mansi 1759-1798, vol. VI, col. 431 ; Chevalier 1912, no 8 (...)
  • 231 Chevalier 1912, no 86.
  • 232 Lettre Lectis dilectionis du 5 mai 450, Mansi 1759-1798, vol. VI, col. 76 ; Chevalier 1912, no 87.
  • 233 Chevalier 1912, no 111‑114 ; 81.
  • 234 Lettre Sollicitis admodum du 25 février 464, Chevalier 1912, no 117‑118 ; Mansi 1759-1798, vol. VII (...)
  • 235 Lettre Sedis apostolicae de novembre 513, Chevalier 1912, no 236 ; Mansi 1759-1798, vol. VIII, col. (...)

4Par la suite, le pape Zosime, élu en 417, reconnut les prétentions à la primatie de l’évêque d’Arles, Patrocle, et le fit savoir quelques jours après son élection par la lettre Placuit apostolicae, destinée à tous les évêques de Gaule, où il lui confie le soin des provinces de Viennoise, de Narbonnaise I et II228 ; malgré les protestations émises par les évêques des deux Narbonnaises, le pape maintient sa décision et reconnaît la prééminence de l’évêque d’Arles et « son pouvoir qu’il possède depuis Trophime »229. Il faudra attendre 450 et deux décisions du pape Léon pour que la situation évolue ; la première accorde à Vienne la prééminence en destituant l’évêque d’Arles Hilaire de ses prérogatives230, mais cette décision est corrigée après la supplique adressée par les suffragants d’Arles231 ; à Vienne la préséance sur Valence, la Tarentaise, Genève et Grenoble ; à Arles la préséance sur les autres cités de la même province, mais pas sur celles des provinces de Narbonnaise, ni Embrun232. Ce partage fut respecté par la suite, excepté en 463 lors de l’affaire de Die qui donna lieu à la tenue d’un concile233 ; Mamert fut condamné234, avec des égards, puisque le pape entérinait malgré tout l’ordination illégale de l’évêque de Die sous réserve de l’accord de l’évêque d’Arles, ce qui fut fait. Le pape Symmaque confirma ce partage235.

Bibliographie

Références

Œuvre

Duval 1971, no 232 ; Chevalier 1912, no 47 ; Mansi 1759-1798 ; Hefele 1908, p. 85‑86. Sur les conciles gaulois et le contexte, on consultera avec profit l’introduction générale de l’édition de J. Gaudemet (voir infra), p. 9‑26, ainsi que la bibliographie détaillée aux pages 27‑32 ; Biarne et al. 1986, p. 14 ; Mayeur et al. 1995, p. 832‑840. Sur l’organisation de l’Église en Gaule, Griffe 1966, p. 125‑130, 157‑164 et 185‑189. Sur le concile de Turin, Griffe 1964, p. 336‑340 et 331‑336 ; sur la date du concile de Turin, J.‑R. Palanque, « Les dissensions des Églises des Gaules à la fin du IVe s. et la date du concile de Turin », Revue d’histoire de l’Église de France 93, 1935, p. 481‑501 ; J. Gaudemet (édition infra), p. 133‑135. Sur la rivalité Vienne-Arles, résumés de la question dans Pelletier 1974, p. 179‑184 ; Pelletier 2001, p. 165‑167 ; Nimmegeers 2014, p. 35‑38 et 46‑47. Sur la date du transfert de la préfecture des Gaules, voir J.‑R. Palanque, « La date du transfert de la préfecture des Gaules de Trèves à Arles », REA 36, 1934, p. 359‑365 et Chastagnol 1973.

Éditions

J. Gaudemet, Conciles gaulois du IVe siècle, SC 241, Paris, 1977, p. 138‑141. Trad. de l’éditeur.

Voir également, Concilia Galliae. A. 314-A. 506, éd. Ch. Munier, CCSL 148, Turnhout, 1963 (réimpr., 2001).

Notes

226 Chastagnol 1973.

227 Mayeur et al. 2000, p. 837, n. 102.

228 Lettre Placuit apostolicae, Chevalier 1912, no 56 ; Mansi 1759-1798, vol. IV, col. 359‑360.

229 Lettre Multa contra du 29 septembre 417, adressée aux évêques de Viennoise et de Narbonnaise, Chevalier 1912, no 60 ; Mansi 1759-1798, vol. IV, col. 363‑364.

230 Lettre Quali pertinacia du 6 janvier 450, Mansi 1759-1798, vol. VI, col. 431 ; Chevalier 1912, no 85.

231 Chevalier 1912, no 86.

232 Lettre Lectis dilectionis du 5 mai 450, Mansi 1759-1798, vol. VI, col. 76 ; Chevalier 1912, no 87.

233 Chevalier 1912, no 111‑114 ; 81.

234 Lettre Sollicitis admodum du 25 février 464, Chevalier 1912, no 117‑118 ; Mansi 1759-1798, vol. VII, col. 938‑940.

235 Lettre Sedis apostolicae de novembre 513, Chevalier 1912, no 236 ; Mansi 1759-1798, vol. VIII, col. 226.

Table des illustrations

Légende Fig. 16 – Vienne aux premiers temps chrétiens, fin IVe s. - fin VIIe s. (Atlas topographique de Vienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search