Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Laterculus Veronensis, Laterculus Polemii Silvii, Notitia Galliarum, Notitia dignitatum

Texte intégral

75. La Viennoise au Bas-Empire

75a. Le Laterculus Veronensis

  • 215 Chorier 1661, p. 147.

1Une opinion assez répandue, et encore parfois affirmée, voulait que Vienne eût été capitale d’une province dès le Haut-Empire ; par exemple, N. Chorier présente la ville comme « Chef d’une Province sous Adrien »215. Mais c’est plus tard que Vienne acquit ce rang. Sous le règne de Dioclétien (284‑305), l’Empire est restructuré en quatre préfectures du prétoire, subdivisées en diocèses ; tel est du moins le schéma général qui ne cesse d’évoluer au cours des IVe et Ve siècles.

2Le Laterculus Veronensis (Registre de Vérone), qui aurait été rédigé au début du IVe siècle (entre 297 et 342 selon Th. Mommsen, mais on s’accorde actuellement à le dater de 314 environ), et qui est le plus ancien document administratif connu, livre un état des lieux en fournissant une liste des provinces de l’Empire réorganisé : en Occident, l’autorité de la préfecture des Gaules s’étend sur la Bretagne, les Gaules et l’Espagne. Les Gaules elles-mêmes comportent deux diocèses ; au nord de la Loire et du Rhône, le diocèse des Gaules proprement dit (huit provinces placées directement sous l’autorité du préfet dont Trèves est le siège) ; au sud, le diocèse de Viennoise, comprenant sept provinces, avec Vienne pour métropole, placé sous l’autorité d’un vicaire, lui-même dépendant du préfet de Trèves.

  • 216 O. Seeck, Notitia dignitatum, Berlin, 1876, p. 297.

X. Diocensis Biennensis habet prouincias numero VII :
2. Biennensis
216

75b. Laterculus Polemii Silvii

3Plus tardifs, le Laterculus de Polémius Silvius, la Notice des Gaules, Registre des provinces et des villes des Gaules (Notitia Galliarum ou plus exactement Notitia prouinciarum et ciuitatum Galliarum), ainsi que la Notitia dignitatum fournissent un nouvel état des lieux de l’organisation administrative de la Gaule à la fin du IVe s. et au début du Ve s., et on y relève des changements par rapport au Laterculus Veronensis. Le Laterculus Polemii Siluii (Registre de Polémius Silvius) mentionne, dans une liste de provinces intitulée Nomina prouinciarum, une province de Viennoise, en ouverture d’un ensemble composé par les dix-sept provinces des Gaules (fig15). L’ouvrage, dans l’état où il nous est parvenu (83), est dédié à Eucher, évêque de Lyon de 435 à 449 ; mais Th. Mommsen considère que, dans son état originel, cette liste remonte probablement aux environs de 385, et qu’elle a subi, à la fin du IVe s., des reprises et des compléments qui concernent visiblement plus l’Occident que l’Orient. Selon le savant allemand, le catalogue était peut-être à l’origine un document officiel, une sorte d’extrait d’une forme du Registre des Dignités, dont l’original ne nous serait pas parvenu.

75c. La Notitia Galliarum

  • 217 Notons qu’au cours du IVe s. il est aussi question d’un diocèse des Cinq-Provinces, ce qui suggère (...)
  • 218 Chastagnol 1970 et Chastagnol 1973.

4L’auteur de la Notitia Galliarum est inconnu ; selon P.‑M. Duval, il écrivit entre 386 et 450, peut-être sous l’empereur d’Occident Honorius (395‑423) et des ajouts auraient été faits à l’époque franque ; plus précis, A. Chastagnol date la Notitia Galliarum d’avant 407. Ce document énumère les villes des dix-sept provinces des deux diocèses qui constituent la Gaule. Le diocèse des Gaules proprement dit regroupe ainsi un ensemble de dix provinces, encore sous l’autorité de Trèves ; il n’est plus question d’un Diocensis Biennensis, mais d’un diocèse des Sept-Provinces217, composé de l’ancienne Prouincia et de l’Aquitaine ; c’est l’indice, selon A. Chastagnol, que Vienne n’est plus métropole du diocèse méridional de Gaule, mais qu’elle a perdu ce rang, depuis la moitié du IVe s. déjà, au profit de Bordeaux, puis d’Arles218. L’extrait qui suit constitue la première notice du groupe des Sept-Provinces.

In prouincia Viennensi ciuitates numero XIIII : Metropolis ciuitas Viennensium Ciuitas Genauensium Ciuitas Gratianopolitana Ciuitas Albensium Ciuitas Deensium Ciuitas Valentinorum Ciuitas Tricastinorum Ciuitas Vasensium Ciuitas Arausicorum <Ciuitas Carpentoratensium> Ciuitas Cabellicorum Ciuitas Auennicorum Ciuitas Arelatensium Ciuitas Massiliensium.

Dans la province de Viennoise, quatorze cités : Métropole, la cité de Vienne ; cité de Genève ; cité de Grenoble ; cité d’Alba ; cité de Die ; cité de Valence ; cité des Tricastins [Saint-Paul-Trois-Châteaux] ; cité de Vaison ; cité d’Orange ; <cité de Carpentras> ; cité de Cavaillon ; cité d’Avignon ; cité d’Arles ; cité de Marseille.
(Notitia Galliarum)

Fig. 15 – Les Gaules au Bas-Empire sous Théodose (Y. Montmessin, UMR 5138).

  • 219 Chronica minora I, p. 600‑603 pour la Viennoise.

5L’édition que donne O. Seeck est un peu différente de celle de Riese que nous donnons : un ajout postérieur précise pour la cité d’Alba, nunc Viuarium ; d’autre part, la mention de la Ciuitas Carpentoratensium, nunc Vindausca, est également considérée comme un ajout à la liste initiale qui ne devait comporter que treize cités. Le texte que donne Mommsen est beaucoup plus détaillé en ce sens qu’il livre toutes les variantes des manuscrits, y compris les variantes orthographiques219.

6Ainsi, la Notitia Galliarum s’accorde avec le Laterculus Polemii Siluii pour mentionner une province de Viennoise, en ouverture de la liste des dix-sept provinces des Gaules.

75d. La Notitia dignitatum

  • 220 Demougeot 1975 ; Chastagnol 1970, p. 279.

7Dernier document à peu près contemporain, la Notitia dignitatum tam ciuilium quam militarium in partibus Orientis et Occidentis (Registre des Dignités, tant civiles que militaires, dans les parties orientale et occidentale de l’Empire) apporte des renseignements complémentaires. Il s’agit aussi d’un ouvrage anonyme dont l’élaboration remonterait entre 379 et 437, et plus précisément entre 400 et 406 pour l’Occident ; mais, selon A. Chastagnol, la Notitia dignitatum serait à dater d’après 407220.

8L’ensemble de la Gaule y est divisé en dix-sept provinces, comme dans le Laterculus de Polémius Silvius et la Notitia Galliarum. L’originalité de la Notitia dignitatum est de proposer un récapitulatif des divisions administratives de l’Empire assorti d’un catalogue des fonctions officielles, civiles et militaires, classées par région et par catégorie. Les villes n’apparaissent pas, mais les provinces. Ainsi, pour la Viennoise, on relève dans l’édition d’O. Seeck (section suivie du numéro d’ordre, page) les renvois suivants :

  • un des six consulaires (consularis) affectés per Gallias, ici uiennensis (I, 69, p. 105) ;

  • la mention la province Viennensis (III, 15, p. 111) dans le diocèse des Sept-Provinces (Septem prouinciarum XVII, III, 14, p. 111), sous les ordres de l’illustre préfet du prétoire des Gaules (sub dispositione uiri illustris praefecti praetorio Galliarum dioceses infrascriptae, III 1, p. 110) ;

  • un procurator gynaecii Arelatensis, prouinciae viennensis (XI, 54, p. 151), un procurateur de l’atelier de confection de luxe d’Arles, en Viennoise, sous les ordres de l’illustre comte des largesses (comes sacrarum largitionum) ;

  • un procurator linysii Viennensis, c’est-à-dire un procurateur du tissage du lin en Gaule (XI, 62, p. 151), sous les ordres de l’illustre comte des largesses sacrées (sub dispositione uiri illustris comitis sacrarum largitionum, XI, 3, p. 148) ; il en existe en Occident un seul autre, à Ravenne ;

  • un préfet de la flotte du Rhône, à Vienne ou à Arles in prouincia [Gallia] Riparensi : praefectus classis fluminis Rhodani, Viennae siue Arelati (XLII, 12‑14, p. 215), sous le commandement du maître des soldats chargé de l’infanterie (item praepositurae magistri militum praesentalis a parte peditum, XLII, p. 215) ;

    • 221 Pelletier 1974, p. 18‑21 ; plus nuancé Pelletier 2001, p. 136‑137 ; Chastagnol 1970.

    le vicaire des Sept-Provinces (Vicarius Septem provinciarum), dont fait partie la Viennoise (Biennensis) [XLII, 1‑3] et, sous les ordres du respectable vicaire des Sept-provinces, les consulaires (consulares), dont celui qui est affecté à la Viennoise (Viennensis) [XXII, 21‑22, p. 170]. A. Pelletier n’exclut pas le maintien d’un vicaire à Vienne. Toutefois, selon A. Chastagnol, ce vicaire ne réside probablement plus à Vienne depuis le milieu des années 350, mais à Bordeaux, jusque vers 407221.

  • 222 Pelletier 1974, p. 15‑25 et Pelletier 2001, p. 135‑138.

9Si Vienne a perdu le vicariat du diocèse méridional des Gaules, elle est restée cependant durant tout le IVe s. la métropole de la province de Viennoise, dont l’étendue a connu des fluctuations. A. Pelletier, en s’appuyant sur les travaux d’A.H.M. Jones, propose de reconstituer l’évolution administrative de la province de la manière suivante : la Viennoise n’aurait pas existé à l’origine dans la réforme de Dioclétien, qui avait créé simplement deux Narbonnaises de part et d’autre du Rhône. Dans un second temps, la Viennoise, attestée dès 314, et à laquelle l’empereur Constantin a accordé son gentilice (Flauia), aurait été détachée de la Narbonnaise II par Constantin. Cette Narbonnaise II est rattachée à la Viennoise avant 357. Enfin, dans le dernier quart du IVe s., la Narbonnaise II a été de nouveau détachée de la Viennoise, à une date mal connue, après 369 et avant 381222.

  • 223 Pelletier 2001, p. 138‑139.
  • 224 Chastagnol 1973.
  • 225 Pelletier 1974, p. 25.

10Cependant, modification majeure qui ampute le territoire de la Viennoise, les cités de Genève et Grenoble furent séparées de Vienne à une date mal connue, qu’on peut cependant fixer dans une fourchette entre 375 et 381223 ; c’est l’époque où Grenoble change de nom et devient Gratianopolis, manière de rendre hommage à l’empereur Gratien ; pour Genève, on a moins de certitude, mais quelques éléments d’ordre ecclésiastique font pencher la balance en faveur d’un détachement à la même époque. Ainsi, Vienne, ville toute puissante au début du IVe s. semble avoir perdu un peu de son poids à la fin du même siècle. Et au début du Ve s., probablement en 407 selon A. Chastagnol224, le transfert de la préfecture des Gaules de Trèves à Arles consacre une perte de prestige, surtout face à sa rivale Arles… Faut-il y voir une conséquence de l’assassinat de Valentinien II à Vienne, qui aurait suscité méfiance de la part du pouvoir impérial ? Il est plus probable que ce furent des considérations militaires et géopolitiques qui motivèrent cette décision225.

Bibliographie

Références

Œuvres

Duval 1971, no 267 (Notitia dignitatum), no 285 (Notitia Galliarum) ; Chevalier 1912, no 46 ; Brill Online, s.v. « Notitia Galliarum », « Notitia Dignitatum » [K.‑P. Johne] et s.v. « Laterculus Veronensis » [Br. Bleckmann]. Sur la réforme en général, W. Seston, Dioclétien et la tétrarchie : guerres et réformes (284‑300), BEFAR 162, Paris, 1946, p. 322‑348. Sur la Gaule et Vienne, A. Pelletier, « Vienne et la réorganisation provinciale de la Gaule au Bas-Empire », Latomus 26, 1967, p. 491‑500 ; Chastagnol 1970 ; A.H.M. Jones, The later Roman Empire 284‑602 : a social economic and administrative survey, Oxford, 1973 (voir en particulier les appendices 2 et 3 consacrés à une étude de la Notitia dignitatum, p. 1419‑1450, et à l’organisation des diocèses et provinces, p. 1451‑1461) ; Pelletier 1974, s’appuyant sur Jones, fait de nouveau le point sur les divers documents administratifs concernant Vienne au Bas-Empire et sur les vicissitudes de la place de Vienne dans les diverses réorganisations des provinces, p. 11‑26 ; Demougeot 1975, avec une bibliographie qui met à jour Molinier 1901, no 27 et Duval 1971, no 267 ; A. Rivet, « The Notitia Galliarum : some questions », in R. Goodburn et Ph. Bartholomew (éd.), Aspects of the Notitia Dignitatum, BAR supplementary series 15, Oxford, 1976, p. 119‑135 ; P. Brennan, « The Notitia dignitatum », in Cl. Nicolet (éd.). Les littératures techniques dans l’Antiquité romaine. Statut, public et destination, tradition. Vandœuvres-Genève, 21‑25 août 1995, Entretiens sur l’Antiquité classique 42, Genève, 1997, p. 147‑158 ; M.E. Kulikowski, « The Notitia dignitatum as a historical source », Historia 49, 2000, p. 358‑377 ; Ferdière 2005, p. 315‑324.

Éditions

75c : GLM, éd. A. Riese, 1964, p. 143. Trad. G. Lucas.

Voir également, O. Seeck, Notitia dignitatum : accedunt notitia urbis Constantinopolitanae et Latercula Provinciarum, Francfort, 1962 (réimpr. de l’éd. de 1876), p. 254‑260 pour le Laterculus Polemii Silvi ; p. 261‑274 pour la Notitia Galliarum ; Th. Mommsen, Chronica minora I, p. 511‑551 (Laterculus de Polémius Silvius, plus particulièrement, p. 524‑542 pour la liste des provinces) et p. 552‑612 (Notitia Galliarum).

Notes

215 Chorier 1661, p. 147.

216 O. Seeck, Notitia dignitatum, Berlin, 1876, p. 297.

217 Notons qu’au cours du IVe s. il est aussi question d’un diocèse des Cinq-Provinces, ce qui suggère des modifications administratives.

218 Chastagnol 1970 et Chastagnol 1973.

219 Chronica minora I, p. 600‑603 pour la Viennoise.

220 Demougeot 1975 ; Chastagnol 1970, p. 279.

221 Pelletier 1974, p. 18‑21 ; plus nuancé Pelletier 2001, p. 136‑137 ; Chastagnol 1970.

222 Pelletier 1974, p. 15‑25 et Pelletier 2001, p. 135‑138.

223 Pelletier 2001, p. 138‑139.

224 Chastagnol 1973.

225 Pelletier 1974, p. 25.

Table des illustrations

Légende Fig. 15 – Les Gaules au Bas-Empire sous Théodose (Y. Montmessin, UMR 5138).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search