Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars

Texte intégral

L’auteur de l’Abrégé des Césars, Epitome de Caesaribus, est inconnu ; il pourrait être un sénateur (fin IVe - début Ve s. ?). On lui attribue aussi un De Viris illustribus Vrbis Romae.

1L’Abrégé des Césars a été longtemps attribué à Aurélius Victor du fait qu’il était systématiquement associé au Livre des Césars de ce dernier ; il se présente sous la même forme que le De Caesaribus de celui-ci, qu’il prolonge chronologiquement en incluant les règnes de Julien et Théodose ; néanmoins on y relève des différences importantes avec l’ouvrage d’Aurélius Victor. L’œuvre se termine sur un panégyrique de Théodose, ce qui implique qu’elle est postérieure à 395.

74. Eugène et Théodose

Eugenium quoque tyrannum atque Arbogasten superauit, deletis eorum decem milibus pugnatorum. Hic etenim Eugenius, confisus uiribus Arbogastis, postquam apud Viennam Valentinianum exstinxerat, regnum inuasit, sed mox simul cum uita imperium perdidit.

Il [Théodose] vainquit aussi le tyran Eugène et Arbogast en anéantissant dix mille de leurs combattants. Le fait est qu’Eugène, confiant dans les forces d’Arbogast, avait fait périr Valentinien à Vienne et s’était jeté sur le pouvoir impérial ; mais il eut tôt fait de perdre à la fois le pouvoir et la vie.
(Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars, 48, 7)

  • 214 Orose, VII, 35, 19 ; Zosime, IV, 58, 2‑3 ; Socrate, HE, V, 25.

2La victoire de Théodose est présentée comme incontestable ; c’est peut-être dû aux lois du genre de l’abrégé ; mais rappelons qu’il a fallu deux jours à Théodose pour remporter le combat (5 et 6 septembre 394) et, à l’issue de la première journée, l’empereur était en bien mauvaise posture après le massacre de ses Goths ; curieusement, l’Épitomé maltraite les faits en inversant les rôles, puisque nous savons par d’autres sources qu’il s’agit de 10 000 Goths commandés par Gainas et envoyés en avant-garde par Théodose contre l’usurpateur qui ont été exterminés214. L’Épitomé charge Eugène en le présentant comme l’acteur principal de la disparition de Valentinien II.

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 244 ; Brill Online, s.v. « Victor 7 » [U. Eigler] ; Fr. Paschoud, « Deux ouvrages récents sur l’Épitomé De Caesaribus et Aurélius Victor », REL 53, 1975, p. 86‑98 ; T.D. Barnes, « The Epitome de Caesaribus and its sources », CPh 71, 1976, p. 258‑268 ; A.R. Birley, « Fiction in the Epitome ? », in G. Bonamente et M. Mayer (éd.), Historiae Augustae colloquium Barcinonense IV. Actes du colloque de Barcelone, 28‑30 mai 1993, Munera 7, Bari, 1996, p. 67‑82 ; Arnaud-Lindet 2005, p. 280‑282.

Édition

Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars, éd. M. Festy, CUF, Paris, 1999, p. 55. Trad. revue.

Notes

214 Orose, VII, 35, 19 ; Zosime, IV, 58, 2‑3 ; Socrate, HE, V, 25.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search