Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique

Texte intégral

De Socrate (Σωκράτης, dit le Scholastique ou parfois l’Historien, ca 380‑390 - 439‑450), on sait peu de chose, hors ce qu’il dit de lui dans son œuvre. Si l’on en croit son surnom, « le Scholastique », on pourrait penser qu’il s’agit d’un avocat, mais sa connaissance du droit paraît limitée. Cultivé (il connaît le latin), il s’intéresse aux questions doctrinales et à la théologie, mais il est difficile de savoir s’il fut clerc ou simple laïc. Il est né à Constantinople et semble n’avoir guère voyagé.

1Son Histoire ecclésiastique (Ἐκκλησιαστικὴ ἰστορία) a pu être achevée, voire publiée, vers 439‑440. Elle est postérieure à celle de Rufin et de Philostorge, mais précède celles de Sozomène et Théodoret et couvre en gros la même période. Socrate se donne comme objectif de reprendre en partie et surtout de continuer, en sept livres, l’œuvre homonyme d’Eusèbe de Césarée, pour les années 305 (avènement de Dioclétien) à 439 (concile de Chalcédoine et 17e consulat de Théodose II). Chaque livre correspond à la vie d’un empereur et, contrairement à Eusèbe, c’est la succession impériale qui forme le cadre général du récit. L’histoire profane est davantage prise en compte, dans la mesure où elle permet de mieux situer les événements ecclésiastiques ou de manifester la présence de la providence divine ; le système de datation utilisé est précis et s’appuie sur les olympiades et les consulats des empereurs. Enfin, en historien consciencieux, Socrate cite et critique ses sources, dont Rufin d’Aquilée.

68. Intrigue de palais et usurpation d’Eugène

Κατὰ τὰ ἑσπέρια μέρη γραμματικός τις ὀνόματι Εὐγένιος, Ῥωμαϊκοὺς παιδεύων λόγους, ἀφεὶς τὰ παιδευτήρια ἐν τοῖς βασιλείοις ἐστρατεύετο καὶ ἀντιγραφεὺς τοῦ βασιλέως καθίστατο. Διὰ δέ τὸ εἶναι ἐλλόγιμος πλέον τῶν ἄλλων τιμώμενος, τὴν τύχην μετρίως οὐκ ἔνεγκεν, ἀλλὰ συνεργὸν λαβὼν Ἀρβογάστην, ὃς ἐκ τῆς μικρᾶς Γαλατίας ὁρμώμενος στρατιωτικοῦ μὲν τάγματος ἡγεμὼν ἐτύγχανεν ὢν, τὸν δὲ τρόπον χαλεπὸς καὶ μιαιφονώτατος, εἰς τυραννίδα ἀπέκλινεν. Βουλεύουσιν οὖν ἄμφω φόνον κατὰ τοῦ βασιλέως Οὐαλεντινιανοῦ, τοὺς ἐπικοιτωνίτας εὐνούχους ὑπεισελθόντες. Οἳ δὲ ὑποσχέσεις μειζόνων ἢ εἶχον ἀξιωμάτων δεξάμενοι καθεύδοντα τὸν βασιλέα ἀπέπνιξαν. Ὁ εὐθὺς γνοὺς ὁ Εὐγένιος ἐγκρατὴς τῶν ἐν τοῖς ἑσπερίοις μέρεσι πραγμάτων γενόμενος ἔπραττεν ὅσα εἰκὸς ἦν ὑπὸ τυράννου γίνεσθαι ἄτοπα.

En Occident, un grammatikos appelé Eugène, qui enseignait les lettres latines, quitta les écoles et entra dans les services du palais impérial où il devint chef des bureaux de l’empereur. Du fait de sa culture, il était tenu en plus haute estime que les autres, et il ne sut pas garder la mesure dans sa réussite ; mais il s’associa à Arbogast, qui, originaire de petite Galatie, commandait un corps d’armée – c’était un homme d’un caractère grossier et très porté au meurtre –, et il se laissa entraîner vers la tyrannie. Tous deux complotent donc l’assassinat de l’empereur Valentinien, et s’entendent secrètement avec les eunuques de la chambre impériale. Ces derniers après avoir reçu la promesse d’accéder à des charges supérieures à celles qu’ils occupaient, étranglèrent l’empereur dans son sommeil. Sitôt qu’il fut informé, Eugène, devenu maître des affaires d’Occident, se mit à se comporter de manière absurde, comme il fallait s’y attendre de la part d’un tyran.
(Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique, V, 25, 1‑7)

2Le nom de Vienne n’apparaît pas chez Socrate, mais rappelons que les sources anciennes sont unanimes pour désigner Vienne. L’originalité de Socrate est de bien insister sur la responsabilité conjointe d’Eugène et d’Arbogast dans la mise en œuvre de l’assassinat, dont le scénario est différent tant de celui des autres historiens ecclésiastiques que de celui de Zosime ; il s’apparente davantage à une intrigue de palais oriental. Ce qui frappe dans cette présentation, c’est l’absence de Valentinien II. Comme Zosime, Socrate esquisse la carrière d’Eugène ; le terme ἀντιγραφεύς utilisé par Socrate est, selon R. Delmaire, la traduction de magister scrinii. On retrouve un écho de ce texte de Socrate dans la Chronographie de Théophane le Confesseur (ca 758‑818), qui prolongea la Chronique universelle de Georges le Syncelle (117).

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 305 ; Quasten 1963, p. 745‑748 ; IΙΙ/Α1, 1927, s.v. « Sokrates Scholasticus », col. 893‑901 [W. Eltester] ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Socrates Scholasticus » [P. Van Nuffelen] ; Gl. Downey, « The perspective of the early Church historians », GRBS 6, 1965, p. 57‑70 ; Gl.F. Chesnut, The first Christian histories, Eusebius, Socrates, Sozomen, Theodoret and Evagrius, Théologie historique 46, Paris, 1978 ; Th. Urbainczyk, Socrates of Constantinople : historian of Church and State, Ann Arbor (Mich.), 1997 ; P. Van Nuffelen, Un héritage de paix et de piété, étude sur les histoires ecclésiastiques de Socrate et Sozomène, Orientalia Lovaniensia analecta 142, Louvain-Paris-Dudley (Mass.), 2004.

Éditions

Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique, livres IV-VI, éd. P. Périchon et P. Maraval, SC 505, Paris, 2006, p. 246‑249. Trad. revue.

Voir également, PG 67, 1864, col. 649C-652A ; Sokrates, Kirchengeschichte, éd. G.Chr. Hansen, GCS NF 1, Berlin, 1995.

Texte

Sur Eugène chef des bureaux, B. Lançon, Le monde romain tardif, IIIe-VIIe siècle ap. J.‑C., Cursus. Série Histoire, Paris, 1992, p. 74 ; R. Delmaire, Les institutions du Bas-Empire romain de Constantin à Justinien. I, Les institutions civiles palatines, coll. Initiations au christianisme ancien, Paris, 1995, p. 18‑19, 55‑56, 58‑60 et 67‑68.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search