Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Orose, Contre les païens

Texte intégral

Orose (Paulus, le prénom n’est pas sûr, Orosius, ca 380‑390 - après 418), prêtre et historien, est d’origine espagnole. On sait peu de chose sur sa vie si ce n’est qu’il vint en Afrique vers 414, et fréquenta saint Augustin qui l’envoya en Palestine auprès de Jérôme qu’il soutint dans sa lutte contre l’hérésie de Pélage. De retour en Afrique vers 416, il commença à rédiger son œuvre ; on perd sa trace après 417.

1L’ouvrage connu sous le titre Contre les païens (Adversus Paganos, Libri historiarum aduersus Paganos) répond, à l’origine, à une demande formulée par Augustin en 414 pour les livres IV et V de la Cité de Dieu, mais Augustin publia son texte sans attendre la fin du travail d’Orose. Ainsi que l’explique Orose dans son prologue (9‑10), il s’agissait de répondre aux païens qui voient dans le christianisme la cause essentielle du déclin de Rome, qui vient d’être prise en 410 par Alaric ; Orose montre que cette assertion est fausse et que l’histoire du paganisme est une accumulation d’horreurs et d’atrocités ; toutefois, d’un point de vue personnel, il souligne que ces malheurs diminuent avec l’importance croissante de l’Église, et les invasions barbares sont replacées dans une perspective d’eschatologie millénariste. Son ouvrage retrace donc à grands traits une histoire du monde, des origines à 417, en sept livres ; elle prend beaucoup de libertés avec l’histoire et néglige totalement des épisodes importants, qui ne rentrent pas dans son objectif apologétique. L’ouvrage eut un énorme succès, attesté par l’existence de plus de deux cents manuscrits ; il deviendra une source où puiseront abondamment les chroniqueurs, et une sorte de manuel à l’époque médiévale.

66. Arbogast, un audacieux criminel

Igitur Valentinianus iunior regno restitutus, extincto Maximo eiusque filio Victore, quem imperatorem Gallis Maximus reliquerat, ipse in Galliam transiit ; ubi cum tranquilla republica in pace ageret, apud Viennam dolo Arbogastis comitis sui, ut ferunt, strangulatus atque, ut uoluntariam sibi consciuisse mortem putaretur, laqueo suspensus est.
Mortuo Valentiniano Augusto, Arbogastes Eugenium tyrannum mox creare ausus est legitque hominem cui titulum imperatoris inponeret, ipse acturus imperium : uir barbarus, animo, consilio, manu, audacia potentiaque nimius, contraxit indique innumeras inuictasque copias, uel Romanorum praesidiis, uel auxiliis barbarorum alibi potestate alibi cognatione subnixus.

Donc, Valentinien le Jeune, rétabli sur le trône après l’exécution de Maxime et de son fils Victor, que Maxime avait laissé comme empereur dans les Gaules, passa lui-même en Gaule ; là, alors qu’il vivait dans un état tranquille et dans la paix, il fut traîtreusement étranglé à Vienne par son comte Arbogast, dit-on, et, pour faire croire qu’il s’était résolu à se donner la mort, on le pendit avec un lacet.
Après la mort de Valentinien auguste, Arbogast entreprit bien vite de susciter comme tyran Eugène, c’est-à-dire qu’il choisit un homme à qui imposer le titre d’empereur, tout en se destinant à exercer le pouvoir lui-même : chef barbare, démesuré dans son âme, ses projets, sa violence, son audace, son pouvoir, il rassembla de partout des forces innombrables et invaincues, qu’il tira soit de garnisons romaines, soit de troupes auxiliaires de barbares, en s’appuyant ici sur son pouvoir officiel, là sur sa parenté.
(Orose, Histoires [Contre les Païens], VII, 35, 10‑11)

  • 202 Piganiol 1972, p. 280.

2Maxime, assiégé dans Aquilée par Théodose, se rend et est exécuté le 28 juin 388 ; selon Zosime (IV, 47), son fils Victor, alors en Gaule, est assassiné par Arbogast, sur l’ordre de Théodose202.

3Orose fait son choix ; parmi les diverses versions de la mort de Valentinien, il adopte celle qui met en cause Arbogast, choix cependant tempéré par la formule ut ferunt, qui introduit une restriction. Mais le portrait d’Arbogast dressé par Orose et ses ambitions, le fait qu’il a suscité un tyran, et levé des armées pour faire la guerre à Théodose, l’empereur qui est la gloire de l’Église, alors que lui-même, Arbogast est païen, permet à Orose de montrer que la Providence veille sur l’Empire et châtie les impies et les traîtres. C’est ce qui apparaît dans les lignes qui suivent l’extrait ci-dessus cité (35, 12‑13), où Orose passe directement à la défaite finale d’Eugène face à un Théodose dépeint comme la main armée de Dieu.

4En fait, Eugène a été proclamé le 22 août, soit plus de trois mois après la mort de Valentinien II ; de plus Orose gomme toutes les tentatives de conciliation faites par Eugène auprès de Théodose, puisque, dès l’automne 392, Eugène envoie une ambassade à Théodose, frappe monnaie aux noms des fils de Théodose. Cependant, ni ce dernier ni Ambroise ne donnent suite à ses tentatives de conciliation ; mais le 10 janvier 393, Théodose proclame son fils Honorius auguste pour l’Occident, et ravale ipso facto Eugène au rang d’usurpateur, ce qui rend l’affrontement inévitable. Au printemps 393, celui-ci marche sur l’Italie où il entreprend d’exercer le pouvoir, en s’appuyant sur le parti païen. La défaite finale face à Théodose aura lieu près d’Aquilée, sur la rivière Froide, les 5‑6 septembre 394.

  • 203 MGH AA II, éd. H. Droysen, 1879, p. 190. Sur Paul Diacre, voir Duval 1971, no 29B.

5À titre d’exemple de l’influence d’Orose, nous renvoyons à un passage du livre XII, 3, de l’Historia romana de Paul Diacre (ca 720 - 787‑789)203, lequel compila son ouvrage en suivant le Bréviaire d’Eutrope, auquel il adjoignit deux livres pour couvrir la suite des événements de 364 jusqu’à la mort de Justinien en 565. Un simple coup d’œil sur ce texte permet de mesurer sa complète ressemblance avec celui d’Orose. Ce dernier a inspiré très probablement Fréculphe (119c), qui reformule certains passages.

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 319 ; Quasten 1987, p. 628‑634 ; Brill Online, s.v. « Orosius » [U. Eigler] ; G. Fink, « Recherches bibliographiques sur Paul Orose », Revista de Archives y Museos 58, 1952, p. 271‑322 ; Paschoud 1967, p. 276‑292 ; B. Lacroix, Orose et ses idées, Publications de l’Institut d’études médiévales, Montréal-Paris, 1965 ; E. Corsini, Introduzione alle « Storie » di Orosio, Filologia classica e glottologia 2, Turin, 1968 ; Inglebert 1996, p. 485‑494 et 507‑588.

Éditions

Orose, Contre les Païens, tome III, éd. M.‑P. Arnaud-Lindet, CUF, Paris, 1991, p. 98‑99. Trad. revue. Voir également, PL 31, 1846, col. 1151C-1152A ; Historiae adversus paganos, éd. C. Zangemeister, CSEL 5, Leipzig, 1882.

67. Géronce et Constant : siège de Vienne

Anno ab Vrbe condita MCLXV Honorius imperator, uidens tot oppositis tyrannis nihil aduersum barbaros agi posse, ipsos prius tyrannos deleri iubet. Constantio comiti huius belli summa commissa est. Sensit tunc demum respublica et quam utilitatem in Romano tandem duce receperit, et quam eatenus perniciem per longa tempora barbaris comitibus subiecta tolerarit. Igitur Constantius comes in Galliam cum exercitu profectus, Constantinum imperatorem apud Arelatem ciuitatem clausit, cepit, occidit.
Iam hinc, ut de catalogo tyrannorum quam breuissime loquar, Constantem Constantini filium Gerontius comes suus, uir nequam magis quam inprobus, apud Viennam interfecit atque in eius locum Maximum quendam substituit ; ipse uero Gerontius a suis militibus occisus est.

L’année 1165 depuis la fondation de Rome, l’empereur Honorius, voyant qu’il était impossible de rien faire contre les barbares, en raison de la présence de tant de tyrans, ordonne qu’on commence par exterminer les tyrans eux-mêmes. Le commandement suprême de cette guerre est confié au comte Constance. C’est alors que l’État sentit quel profit il retirait enfin d’avoir pour chef un Romain, et quel fléau il avait enduré en s’étant assujetti jusque-là, de longues années durant, à des comtes barbares. Donc, le comte Constance partit en Gaule avec son armée, assiégea l’empereur Constantin dans la cité d’Arles, le fit prisonnier et le mit à mort.
À partir d’ici, pour présenter le plus brièvement possible la succession de tyrans, Constant, le fils de Constantin est tué à Vienne par Géronce, son comte, un homme vil plus qu’un traître, qui mit à sa place un certain Maxime ; quant à lui, Géronce, il fut mis à mort par ses troupes.
(Orose, Histoires [Contre les Païens], VII, 42, 1‑4)

6Orose simplifie à l’extrême la complexité des événements, afin de mettre en valeur le légitime et orthodoxe Honorius. La période, troublée, mérite une mise au point plus détaillée ; nous tirons de l’ouvrage d’E. Stein et J.‑R. Palanque (1968), les éléments de la présentation qui suit. Théodose le Grand meurt à Milan le 17 janvier 395 et laisse ses fils Arcadius empereur d’Orient et Honorius empereur d’Occident ; ce dernier est âgé de 11 ans lorsqu’il accède au trône impérial, sous la tutelle, voulue par Théodose, du Vandale Stilicon, patrice romain ; il s’installe à Ravenne. Occupé à guerroyer contre Alaric et ses Wisigoths, Stilicon délaisse la Gaule et la Bretagne qui ne sont pour lui que des réservoirs de soldats.

  • 204 Constantin : RE IV/1, 1900, s.v. « Constantinus 5 », col. 1028‑1031 [Th. Mommsen] ; Brill Online, s (...)
  • 205 Constant : RE IV/1, 1900, s.v. « Constans 6 », col. 952 [O. Seeck] ; Brill Online, s.v. « Constans (...)

7C’est pourquoi, à la fin de 406, l’armée de Bretagne fait sécession et donne les pleins pouvoirs successivement à trois généraux ; les deux premiers, Marc et Gratien (à ne pas confondre avec son homonyme, empereur de 367 à 383) sont vite dépassés par la situation et remplacés dès le printemps de 407 par le général Constantin204 ; ce dernier passe en Gaule où il est proclamé empereur des Gaules, sous le nom de Constantin III, dit « l’usurpateur » (407‑411) ; il combat victorieusement contre les Vandales, les Alains et les Suèves qu’il est contraint d’installer dans l’ouest de la Gaule, et il traite avec les Burgondes et les Alamans ; puis il gagne le sud-est de la Gaule qui a jusqu’alors été épargné par les barbares. Dans le courant du printemps 408, il repousse au-delà des Alpes les forces romaines envoyées par Stilicon sous le commandement du Goth Sarus et fait d’Arles sa capitale ; il élève au rang de césar son fils Constant, qui était moine205.

  • 206 Gérance: RE VII/1, 1910, s.v. « Gerontius 6 », col. 1270 [O. Seeck] ; Brill Online, s.v. « Gerontiu (...)

8Avec le général breton Géronce206, Constant est envoyé pour conquérir l’Espagne, alors aux mains de parents de la dynastie théodosienne ; c’est chose faite au cours de l’année 408 ; une partie de la parentèle d’Honorius est mise à mort. Ce même été 408, en août, Stilicon est exécuté sur ordre de l’empereur Honorius. À l’automne 408, Alaric envahit l’Italie et met le siège devant Rome cependant que l’empereur Honorius et sa cour restent à Ravenne. Au cours de l’hiver 408‑409, devant la menace d’Alaric, dans l’espoir de nouer une alliance, Honorius accepte de reconnaître les usurpateurs Constantin III et Constant, devenu auguste en 409. Quant à Alaric, dont la pression est de plus en plus vive, le 24 août 410 il prendra et pillera Rome, après plusieurs tentatives infructueuses en 408‑409.

  • 207 Maxime : RE suppl. V, 1931, s.v. « Maximus 81 », col. 673‑674 [W. Enblin] ; Brill Online, s.v. « Ma (...)
  • 208 Constance : RE IV/1, 1900, s.v. « Constantius 9 », col. 1099‑1102 [O. Seeck] ; Brill Online, s.v. « (...)

9En Gaule, pendant l’automne 409, les barbares quittent l’ouest du pays, où Constantin leur avait laissé le champ libre dès 407, pour déferler sur l’Espagne. À cette époque, Gérance, qui commandait au nom des deux usurpateurs, les trahit en proclamant empereur en 409 un certain Maxime207. Constant, le fils de Constantin III, devenu auguste en 410, est envoyé combattre Gérance qui a conclu un pacte avec les barbares. Battu, Constant regagne la Gaule où il est traqué par Gérance et trouve la mort près de Vienne, au début de 411. Constantin est enfermé par Gérance dans Arles, mais est provisoirement sorti d’affaire par une armée venue d’Italie et commandée par Constance, général d’Honorius. Gérance est trahi par ses troupes et fuit en Espagne où il se suicide. Constantin III est de nouveau assiégé au cours de l’été 411 par le général d’Honorius, Constance208 ; il capitule après trois mois de siège. Il est envoyé à Ravenne avec son autre fils, Julien, et assassiné en cours de route, malgré les promesses de vie sauve : c’est qu’Honorius ne lui a pas pardonné le meurtre de ses parents espagnols.

10Paul Diacre (Historia romana, XIII, 1), réécrit le passage de la manière suivante :

Igitur imperator Honorius, dum uires rei publicae cotidianis cerneret labefactari incommodis, uirum strenuum et bellicosum Constantium comitem ad Gallias cum exercitu mittit. Is mox Galliam ingressus est, continuo Constantinum tyrannum apud Arelatem extinxit, Constans uero eius filius a Gerontio suo comite Viennae peremptus est. In cuius locum Gerontius Maximum quendam substituens, ipse a suis militibus iugulatus est.

  • 209 MGH AA II, éd. H. Droysen, 1879, p. 196. Trad. G. Lucas.

Aussi l’empereur Honorius, en voyant que les forces de l’État étaient ébranlées chaque jour sous des désastres, dépêche dans les Gaules un homme de guerre énergique et vaillant, le comte Constance. Sitôt arrivé en Gaule, ce dernier élimina immédiatement le tyran Constantin à Arles, et Constant son fils fut tué par Gérance, son propre comte, à Vienne. À sa place, Gérance mit un certain Maxime, et lui-même fut égorgé par ses soldats209.

11Les mêmes événements sont rapportés par Sozomène (78), avec davantage de précisions sur le déroulement des opérations, par Grégoire de Tours (Histoire des Francs, II, 9) et Bède (114). Il n’y a pas de mention de Vienne dans les fragments d’Olympiodore de Thèbes relatifs aux événements, confus, qui sont rapportés par Photius (codex 80).

Références

Éditions

Orose, Contre les Païens, tome III, éd. M.‑P. Arnaud-Lindet, CUF, Paris, 1991, p. 123‑124. Trad. revue. Voir également, PL 31, 1846, col. 1169A-B.

Texte

Chevalier 1912, no 48 et 50 ; Gibbon 1983, p. 940‑941 ; Stein et Palanque 1968, p. 251‑264.

Notes

202 Piganiol 1972, p. 280.

203 MGH AA II, éd. H. Droysen, 1879, p. 190. Sur Paul Diacre, voir Duval 1971, no 29B.

204 Constantin : RE IV/1, 1900, s.v. « Constantinus 5 », col. 1028‑1031 [Th. Mommsen] ; Brill Online, s.v. « Constantinus 3 » [H. Leppin] ; PLRE II, s.v. « Flauius Claudius Constantinus 21 », p. 316.

205 Constant : RE IV/1, 1900, s.v. « Constans 6 », col. 952 [O. Seeck] ; Brill Online, s.v. « Constans 4 » [H. Leppin] ; PLRE II, s.v. « Constans 1 », p. 310.

206 Gérance: RE VII/1, 1910, s.v. « Gerontius 6 », col. 1270 [O. Seeck] ; Brill Online, s.v. « Gerontius 3 » [K.‑P. Johne] ; PLRE II, s.v. « Gerontius 5 », p. 508.

207 Maxime : RE suppl. V, 1931, s.v. « Maximus 81 », col. 673‑674 [W. Enblin] ; Brill Online, s.v. « Maximus II, 11 » [H. Leppin] ; PLRE II, s.v. « Maximus 4 », p. 744‑745.

208 Constance : RE IV/1, 1900, s.v. « Constantius 9 », col. 1099‑1102 [O. Seeck] ; Brill Online, s.v. « Constantius 6 » [H. Leppin] ; PLRE II, s.v. « Fl. Constantius 17 », p. 321.

209 MGH AA II, éd. H. Droysen, 1879, p. 196. Trad. G. Lucas.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search