Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Philostorge, Histoire ecclésiastique

Texte intégral

Philostorge, Φιλοστόργιος, est né vers 368 en Cappadoce et mort vers 433. Il a séjourné à Constantinople à la cour de Théodose II, mais a voyagé.

1Comme Socrate le Scholastique, Théodoret de Cyr et Sozomène de Gaza, Philostorge a écrit une Histoire ecclésiastique en 12 livres, qui prolonge celle d’Eusèbe de Césarée de 323 jusqu’à 425. Philostorge était partisan des thèses néoariennes d’Eunome de Cyzique, maintes fois explicitement condamnées et réprimées en même temps que d’autres hérésies dans le livre XVI du Code théodosien (en particulier XVI, 5, 59) ; aussi son histoire ecclésiastique adopte-t-elle un point de vue original puisqu’elle s’articule autour de l’histoire du combat de l’Église eunomienne et de ses héros contre les défenseurs de l’orthodoxie. Ces convictions ariennes expliquent peut-être pourquoi son œuvre n’a pas été mieux conservée. Car, à la différence des autres continuateurs d’Eusèbe, son œuvre ne nous est parvenue que par des fragments et par l’abrégé qu’en a livré Photius (ca 827‑893) ; d’ailleurs, ce dernier dans sa Bibliothèque (codex 40), émet un jugement particulièrement sévère :

  • 197 Photius, Bibliothèque, tome I, éd R. Henry, CUF, Paris, 1959, p. 23‑25.

Lu de l’Arien Philostorge l’ouvrage appelé Histoire de l’Église. Il relate le contraire de presque tous les historiens ecclésiastiques, exalte les arianisants et accable les orthodoxes d’injures, si bien que son récit est moins un récit qu’un éloge des hérétiques et un blâme direct et une mise en accusation des orthodoxes197.

2Un peu plus loin, Photius le qualifie de menteur (ψευδολόγος).

3Par ailleurs, il insiste davantage sur l’histoire profane et renoue avec la tradition classique de l’historiographie, n’hésitant pas à insérer dans son récit des digressions, scientifiques par exemple, à la manière d’Ammien Marcellin. On a pu relever sa dette envers Eunape (ca 345‑420).

65. L’assassinat de Valentinien

4Dans un récit haut en couleur, qui ménage le suspense et le monologue intérieur, Philostorge met en scène le meurtre de Valentinien II. Alors que beaucoup de textes traitant du même épisode donnent peu de détails, celui-ci présente une scène vécue révélatrice, presque théâtrale, qui dégage une impression de réalisme ; on peut le rapprocher des textes de Sozomène et de Zosime qui procèdent de la même manière (77, 89).

[…] εἰκοστὸν ἀπὸ γενέσεως διανύων ἔτος, ἀπεφθάρη. Ἦν δὲ καὶ τὸν θυμὸν ἀκράτωρ, ὃ καὶ μάλιστα τοῦ ζῆν αὐτὸν ἐξεδίσκευσεν. Διαλεγόμενος γάρ ποτε κατὰ τὸ παλάτιον τῷ Ἀρβαγάστῃ, ἐπείπερ αὐτὸν οἱ λόγοι πρὸς ὀργὴν ἀνέσειον, ξίφος ὥρμησε κατὰ τοῦ στρατηγοῦ σπάσασθαι· κωλυθεὶς δέ (ὁ γὰρ δορυφόρος ἐπέσχεν, οὗ τὸ ξίφος ἕλκειν ἐπεβάλλετο), κατὰ τὸ παρὸν λόγοις μὲν ἐπειρᾶτο τῆς ὑπονοίας τὸν Ἀρβαγάστην ἀπάγειν. Ὁ δὲ διὰ τῶν λόγων τὴν ὑπόνοιαν αὐτοῦ μᾶλλον εὗρεν εἰς ἀκρίβειαν μεθισταμένην γνώσεως. Καὶ γὰρ ἐπερωτήσαντι τῆς τοσαύτης ὁρμῆς τὴν αἰτίαν ἑαυτὸν διαχρήσασθαι Οὐαλεντινιανὸς ὑπεκρίνατο, διότι βασιλεύων οὐδὲν ὧν ἂν βούλοιτο πράττει. Ὁ δὲ Ἀρβαγάστης, οὐδὲν πλέον τότε πολυπραγμονήσας, ὕστερον ἐν Βιέννῃ τῆς Γαλλίας ἠριστηκότα τὸν βασιλέα καὶ μεσούσης ἡμέρας κατὰ τὰ ἔρημα τῶν βασιλείων † ἐπὶ τὸν ποταμὸν τὸ χεῖλος οἷς ἐματαιοσπούδει καλινδούμενον θεασάμενος, πέμπει τινὰς κατ᾿ αὐτοῦ τῶν ὑπασπιστῶν. οἱ δὲ τὸν δείλαιον χειρῶν ἰσχύϊ καὶ γνώμης ἀποπνίγουσιν ἀγριότησιν, οὐδὲ τῶν ὑπηρετουμένων τῷ βασιλεῖ τινος παρόντος. Ὁ γὰρ καιρὸς αὐτοὺς ἀριστᾶν μετεπέμπετο. Οἱ μέντοι γε τοῦτον ἀποπνίξαντες, ἵνα μὴ τὸ παραυτίκα πρὸς ζήτησίν τινες χωρήσωσι τῶν ἐργασαμένων, τὸ ἡμιτύβιον αὐτοῦ τῷ τραχήλῳ βρόχου τρόπον περιελίξαντες ἀναρτῶσιν, ὡς δι᾿ αὐτοῦ γε τῇ οἰκείᾳ γνώμῃ ἀπαγξαμένου.
Ὅτι Ἀρβαγάστης τὸν Οὐαλεντινιανὸν ἀνελών, ἐπεὶ τὸ γένος αὐτὸν <τῆς> βασιλείας ἀπεκώλυσεν (βάρβαρος γὰρ ἦν αὐτὸν ὁ φυσάμενος), Εὐγένιόν τινα, μάγιστρον τὴν ἀξίαν, Ἕλληνα δὲ τὸ σέβας, βασιλέα Ῥωμαίων καθίστησι. Μαθὼν δὲ ταῦτα Θεοδόσιος θατέρῳ μὲν τῶν παίδων Ὀνωρίῳ τὸν βασίλειον παρατίθησι στέφανον, ἐν ὅλῳ δὲ τῷ χειμῶνι τὰ πρὸς τὸν πόλεμον αὐτὸς ἐξαρτύεται. Ἦρος δὲ ὑποφαίνοντος, ἐκστρατεύει κατὰ τοῦ τυράννου· καὶ ταῖς Ἄλπεσι προσβαλὼν ἐκράτησεν αὐτῶν προδοσίᾳ. Συμπλακέντος δὲ τῷ τυράννῳ κατὰ τὸν ποταμόν (Ψυχρὸν ὕδωρ αὐτῷ τὴν ἐπωνυμίαν ποιοῦνται), καὶ μάχης καρτερᾶς γενομένης καὶ πολλῶν ἑκατέρωθεν ἀπολλυμένων, ὅμως ἡ νίκη τὸν τύραννον μυσαχθεῖσα τὴν ἔννομον βασιλείαν συνδιεκόσμει. Συλλαμβάνεται τοίνυν ὁ τύραννος καὶ τῆς κεφαλῆς ἀποτέμνεται. Ὁ μέντοι Ἀρβαγάστης τῆς σωτηρίας ἀπογνούς, ἐπιπεσὼν ἀναιρεῖ ἑαυτὸν τῷ ξίφει.

[…] il [Valentinien] périt alors qu’il achevait sa vingtième année. Il était impuissant aussi à maîtriser ses sentiments, ce qui fut la raison principale pour laquelle il perdit la vie. En effet, un jour qu’il s’entretenait au palais avec Arbogast, comme les propos de ce dernier soulevaient sa colère, il fit un geste pour tirer une épée contre son général. Mais il en fut empêché (car le garde dont il tentait de saisir l’épée, le retint), et il essaya par ses propos d’écarter sur le moment tout soupçon chez Arbogast. Mais ce dernier trouva bien plutôt matière dans ses paroles à changer ses soupçons en certitude précise. Car comme il lui demandait la raison d’un tel mouvement, Valentinien lui fit la réponse suivante : il avait cherché à se tuer, parce que, bien qu’empereur, il ne faisait rien de ce qu’il voulait. Arbogast ne chercha pas à en savoir davantage, mais plus tard, à Vienne en Gaule, ayant remarqué que l’empereur après son déjeuner, à la mi-journée, allait et venait dans des coins retirés du palais au bord du fleuve où il se livrait à des futilités, envoie contre lui quelques hommes de sa garde. Ces derniers étranglent le malheureux à la force de leurs mains et avec sauvagerie, à un moment où aucun des serviteurs de l’empereur n’était là. Car c’était l’heure où ils allaient déjeuner. Toutefois, après l’avoir étranglé, pour éviter qu’on ne parte aussitôt à la recherche des meurtriers, ils enroulèrent son écharpe autour du cou à la manière d’un lacet, comme s’il s’était pendu volontairement.
Arbogast, après l’assassinat de Valentinien, parce que sa naissance lui interdisait la dignité impériale (en effet, son père était un barbare), élève à l’Empire de Rome un certain Eugène, qui occupait le rang de maître des bureaux, et de religion païenne. À cette nouvelle. Théodose remet la couronne impériale au second de ses fils, Honorius, et lui-même pendant tout l’hiver se prépare à la guerre. Au début du printemps, il se met en campagne contre le tyran. Il se dirige sur les Alpes dont il se rend maître grâce à une trahison. Il rencontre le tyran auprès de la rivière qu’on appelle « l’eau Froide » ; un combat violent s’engage, beaucoup d’hommes périssent dans chaque camp ; mais, la Victoire, qui hait la tyrannie, honora l’Empire légitime. Le tyran est capturé, et décapité. Quant à Arbogast, désespérant de son salut, il se donne la mort en se jetant sur son épée.
(Philostorge, Histoire ecclésiastique, XI, 1‑2)

5Le texte que nous avons retenu est précédé de quelques mots qui mettent manifestement en valeur les mérites de Valentinien II, en particulier les efforts qu’il a faits pour se détacher des spectacles sanglants du cirque, jugés dégradants pour un vrai chrétien, et des plaisirs comme la chasse ; ce à quoi Ambroise fait allusion dans son oraison funèbre (§ 15).

  • 198 Sur ce sujet, voir le commentaire du texte d’Épiphane de Salamine (64).

6L’intérêt de ce texte est double ; d’une part Philostorge prend clairement parti sur la nature de la mort de Valentinien, et sur le mobile du crime ; Valentinien est victime de la rancune d’Arbogast qui n’admet aucune contestation de son pouvoir ; d’autre part, l’expression κατὰ τὰ ἔρημα τῶν βασιλείων † ἐπὶ τὸν ποταμὸν τὸ χεῖλος ne laisse guère planer de doute sur l’existence d’une demeure impériale à Vienne, qui serait située à proximité du Rhône ou de la Gère (fig. 12‑13) ; la présence d’une crux indique que le texte grec est incorrect et qu’on attendrait ἐπὶ τοῦ ποταμοῦ τὸ χεῖλος, mais le passage exclut de toute façon la possibilité de situer ladite demeure au sommet du Pipet198. Rappelons cependant que le Palais du Miroir, situé sur la rive droite du Rhône, n’a rien à voir avec une résidence impériale : A. Pelletier rapporte que la découverte en ce lieu d’une bulle de Valentinien II en 1858 avait amené un érudit dauphinois, R. Géry, à mettre en rapport cet objet avec l’assassinat et plus précisément avec l’algarade entre le jeune empereur et Arbogast, telle que la rapporte Sozomène (77) ;

  • 199 Cité dans Pelletier 1974, p. 30 ; voir fig. 682 dans CAG 69/1, p. 496.

L’examen des lieux où cette bulle a été trouvée porte à croire que les ruines du Palais du Miroir peuvent bien être celles de ce palais, situé près de Vienne, sur le bord du Rhône, où suivant Zosime et Philostorge, Valentinien se divertissait, lorsqu’il fut tué. Les bulles portant le nom et l’effigie des empereurs ne devaient sceller que des actes de haute importance. Rien n’empêche de supposer que la bulle que je possède ne soit le sceau impérial jeté par Arbogast aux pieds de Valentinien, et retrouvée quinze siècles plus tard, dans les ruines du palais de ce prince199 (fig. 14).

7Le temps a fait justice de cette interprétation puisque nous savons à présent que le Palais du Miroir est un bâtiment d’un complexe thermal ; l’étymologie même de ce nom, si poétique et qui invite à laisser libre cours à l’imagination, a été étudiée par Ch. Jaillet, qui montre comment on est passé d’un toponyme du lieu-dit « Les Muriaulx », c’est-à-dire « les murailles » à l’appellation Palais du Miroir. Signalons enfin une curiosité littéraire, signée A. Marchandon : dans le Moniteur Viennois du 20 août 1886, sur deux colonnes, dans la rubrique Variétés, sous le titre « Le Palais du Miroir. Légende dauphinoise », on peut lire un court récit romantico-dramatique, inspiré de Philostorge et Zosime, de l’assassinat de l’empereur. Reste toutefois qu’on peut se demander comment Philostorge a pu connaître l’emplacement de cette demeure impériale.

  • 200 G. Elmer, « Eugenius. Ein historisch-numismatische Studie », NZ 29, 1936, p. 29‑51 ; en dernier lie (...)

8On relèvera aussi avec intérêt que Philostorge est d’accord avec Rufin (60), pour insister sur l’impuissance dans laquelle Valentinien se sent maintenu par Arbogast ; toutefois, dans son ouvrage sur Philostorge, G. Marasco insiste sur l’immaturité et la futilité dont fait preuve Valentinien II. Philostorge donne aussi quelques renseignements sur la raison pour laquelle Arbogast pousse Eugène sur le trône ; son origine barbare le retient de briguer l’Empire, mais Eugène est son homme de paille. Sozomène et surtout Zosime (89) complètent le portrait de ces deux personnages. À noter que Philostorge met en exergue le paganisme d’Eugène ; en fait ce dernier était sans doute chrétien, mais il s’est appuyé ultérieurement sur le parti sénatorial païen conduit par Nicomachus Flauianus pour conforter son pouvoir contre les partisans de Théodose et d’Ambroise (59, 77). Il a été le dernier recours du paganisme ; après Eugène, c’en est définitivement fini dans les sphères du pouvoir de l’influence des païens. Les sources anciennes sont unanimes pour situer la mort de Valentinien II à Vienne, mais sont muettes sur le lieu de proclamation d’Eugène ; généralement, les historiens modernes supposent que l’événement s’est déroulé à Lyon, sans fournir de témoignages convaincants200. Mais rien n’interdit de penser que l’événement se soit déroulé à Vienne même plutôt qu’à Lyon, qui ne jouissait pas d’une autorité particulière à cette époque.

Fig. 13 – « Restes de murs Romains soutenant les terres le long de la Rivière Gère à Vienne » (lithographie de Jacottet d’après un dessin de C. Stillière, XIXe s. Musées de Vienne).

Fig. 14 – « Le Miroir. Ruines romaines à Ste Colombe lez Vienne » (lithographie de J. Timon, XIXe s. Musées de Vienne).

  • 201 Histoire ecclésiastique en 18 livres, au livre XIV, chapitre 38 (PG 148, 1865, col. 877B‑879A).

9Cette version de la mort de Valentinien a été reprise par Nicéphore Calliste Xanthopoulos (ca 1256‑1335), au livre XIV de son Histoire ecclésiastique201, qui s’inspire fortement du texte de Philostorge.

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 284 ; Quasten 1963, p. 742‑745 ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Philostorgios » [M.R. Lootens] ; J. Bidez, « L’historien Philostorge », in Mélanges d’histoire offerts à Henri Pirenne, Bruxelles, 1926, p. 23‑30 ; Marasco 2005, en particulier p. 199‑201 et 236‑240 ; D. Meyer, « Débat cosmologique et discours historique dans l’Histoire ecclésiastique de Philostorge », in Ph. Blaudeau et P. Van Nuffelen, L’historiographie tardo-antique et la transmission des savoirs, Millennium-Studien 55, Berlin, 2015, p. 191‑208.

Éditions

Philostorgius Kirchengeschichte, éd. J. Bidez, GCS 21, Berlin, 1913 (réimpr., 1981), p. 132‑133. Trad. G. Lucas.

Voir également, PG 65, 1864, col. 593‑596 ; Philostorge, Histoire ecclésiastique, éd. J. Bidez et É. Des Places (traduction) avec la collaboration de Br. Bleckmann, D. Meyer et J.‑M. Prieur, SC 564, Paris, 2013.

Texte

Gibbon 1983, p. 824‑829. Sur Arbogast, RE II/l, 1895, s.v. « Arbogastes », col. 415‑419 [O. Seeck] ; PLRE I, s.v. « Arbogastes », p. 95‑97. Sur la présence franque dans l’Empire, L. Musset, Les Invasions : les vagues germaniques, Nouvelle Clio 12, Paris, 1969, p. 117‑132. Sur Eugène, RE VI/1, 1907, s.v. « Eugenius 6 », col. 986, renvoie à RE II/l, citée plus haut ; PLRE I, s.v. « Eugenius 6 », p. 293. Sur la mort de Valentinien II, Solari 1932 et Croke 1976. Sur l’étymologie de « Palais du Miroir », Ch. Jaillet, « Le Palais du Miroir à Saint-Romain-en-Gal, anciens thermes de Vienne gallo-romaine. Mémoire sur l’étymologie du nom », BSAV 27‑28. 1931‑1932, p. 47‑141.

Notes

197 Photius, Bibliothèque, tome I, éd R. Henry, CUF, Paris, 1959, p. 23‑25.

198 Sur ce sujet, voir le commentaire du texte d’Épiphane de Salamine (64).

199 Cité dans Pelletier 1974, p. 30 ; voir fig. 682 dans CAG 69/1, p. 496.

200 G. Elmer, « Eugenius. Ein historisch-numismatische Studie », NZ 29, 1936, p. 29‑51 ; en dernier lieu, Pelletier 1999, p. 235 ; EU en ligne, s.v. « Arbogast » [P. Riché].

201 Histoire ecclésiastique en 18 livres, au livre XIV, chapitre 38 (PG 148, 1865, col. 877B‑879A).

Table des illustrations

Légende Fig. 13 – « Restes de murs Romains soutenant les terres le long de la Rivière Gère à Vienne » (lithographie de Jacottet d’après un dessin de C. Stillière, XIXe s. Musées de Vienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 14 – « Le Miroir. Ruines romaines à Ste Colombe lez Vienne » (lithographie de J. Timon, XIXe s. Musées de Vienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search