Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Épiphane de Salamine, Traité des poids et mesures

Texte intégral

Épiphane de Salamine (ou Épiphane de Chypre), Sanctus Epiphanius Constantiensis (Salamiensis, Cypriota), vers 315‑403, est né en Palestine. D’abord moine en Égypte, puis en Judée, il devient évêque de Constantia-Salamine de Chypre vers 365‑367. Il périt dans un naufrage. Son activité d’écriture est essentiellement axée sur la lutte contre les hérésies, surtout l’arianisme.

  • 192 Quasten 1963, p. 547‑548.

1Le Traité sur les poids et mesures (Περὶ μέτρων καὶ σταθμῶν, De mensuris et ponderibus) ne nous est pas parvenu en entier. Le titre de cet ouvrage rend mal compte de son contenu. Il a été composé à Constantinople vers 392, pour un prêtre persan. Il est un dictionnaire de la Bible en trois parties ; « il traite dans sa première partie du Canon et des traductions de l’Ancien Testament, dans la seconde, des mesures et des poids bibliques, et dans la troisième de la géographie de la Palestine192. » L’ouvrage est intégralement conservé dans une version syriaque, mais en grec seuls subsistent la première partie et un extrait de la deuxième.

64. Le jour de la mort de Valentinien

Ὧν τὰ ἔτη μέχρι τῆς Ἀρκαδίου ὑπατείας τὸ δεύτερον καὶ Ῥουφίνου ἀριθμοῦνται νζʹ. Ἐφ’ ὧν ἐτελεύτησεν ὁ Οὐαλεντινιανὸς ὁ νεώτερος, υἱὸς Οὐαλεντινιανοῦ τοῦ μεγάλου, εὑρεθεὶς ἄφνω ἐν τῷ παλατίῳ Τιβέρεως πεπνιγμένος, ὡς λόγος, ἐν εἰδοῖς Μαΐαις, πρὸ μιᾶς ἡμέρας τῆς Πεντηκοστῆς, ἐν ἡμέρᾳ Σαββάτου. Αὐτῇ δὲ τῇ ἡμέρᾳ τῆς Πεντηκοστῆς ἐξεκομίσθη. Ἦν δὲ κατ᾿ Αἰγυπτίους τότε μηνὸς Παχὼν μία καὶ εἰκάς, κατὰ δὲ Ἕλληνας Ἀρτεμισίου τρίτη καὶ εἰκάς, κατὰ Ῥωμαίους δὲ πρὸ δεκαἑπτὰ καλανδῶν Ἰουνίων.

Cinquante-sept années jusqu’au second consulat d’Arcadius et à celui de Rufinius. Sous leur consulat, Valentinien le Jeune, fils de Valentinien le Grand, mourut ; il fut découvert étranglé à l’improviste, dit-on, dans le palais de Tibère, aux ides de mai, la veille de la Pentecôte, le jour du sabbat. Et le jour même de la Pentecôte, on l’enleva. C’était, le 21e jour du mois de pachôn pour les Égyptiens, le 23e d’Artémision pour les Grecs, et le 17e jour avant les calendes de juin pour les Romains.
(Épiphane de Salamine, Traité sur les poids et mesures, 20)

2Le texte établit avec précision, grâce à une série de concordances, la date de l’événement ; on admet actuellement le 15 mai 392 comme date de la mort de Valentinien II. On note une divergence avec la date proposée par les Fasti Vindobonenses priores (72).

  • 193 Édition numérisée dans le TLG, « Τὸ Περὶ μέτρων καὶ σταθμῶν” ἔργον Ἐπιφανίου τοῦ Σαλαμῖνος », Θεολ (...)
  • 194 Rey et Vietty 1831, p. 43‑46.
  • 195 Schneyder et Savigné 1880, p. 107.
  • 196 Gallia Informations. L’archéologie et ses régions. Rhône-Alpes, 1996, p. 130 ; CAG 38/3, p. 244.

3Le texte de la version grecque diffère de celui de la version syriaque que nous signalons dans les références ; dans cette dernière il est précisé que Valentinien II trouve la mort dans le palais de Tibère (« Valentinian the Younger died, being found surprisingly hanged in the palace of Tiberius »). L’éditeur de la version syriaque remarque dans une note que le texte grec ne comporte pas la mention de Tibère ; seule l’édition d’E. Moutsoulas donne le texte ἐν τῷ παλατίῳ Τιβέρεως193. Donc, rien de moins assuré qu’un « palais de Tibère » à Vienne, mais ce texte et d’autres, ceux de Philostorge (65) et Zosime (89) par exemple, suggèrent cependant l’existence d’une résidence impériale à Vienne, qui a beaucoup focalisé les spéculations des érudits depuis N. Chorier ; mais les vestiges archéologiques n’apportent pas encore une réponse véritablement assurée. É. Rey et J.‑B. Vietty discutent de l’emplacement et donnent deux gravures (V et VI) de murs qu’ils interprètent comme des substructions du palais (fig. 12)194. La localisation, voire l’existence d’un palais ou d’une résidence impériale, reste encore énigmatique, même si des érudits comme P. Schneyder s’accordent à le situer sous les « Capucins et le collège »195. La dernière mise au point sur ce problème est due à J.‑P. Reboul, qui examine les diverses hypothèses et considère comme le plus probable que les empereurs résidaient dans le palais des gouverneurs, qu’il faut peut-être situer sous le palais de justice actuel de Vienne où des fouilles de M. Zannettacci-Stéphanopoli ont révélé des éléments susceptibles d’avoir appartenu à un ensemble architectural important196. Néanmoins il est encore trop tôt pour convertir cette hypothèse en une certitude.

Fig. 12 – « Vue des substructions qui soutenaient les jardins du Palais des Empereurs » (lithographie de C. Constans, d’après un dessin d’Étienne Rey in Rey et Vietty 1831, 2e partie, pl. VI).

4Pour en revenir au « palais de Tibère », bien évidemment, on songe, comme le souligne J.‑P. Reboul, au palais impérial installé sur le Palatin à Rome ; néanmoins, on peut se demander s’il n’y a pas eu une erreur de transmission manuscrite sur le nom de Vienne, comme c’est le cas dans le texte de Jean d’Antioche (106) au commentaire duquel nous renvoyons. Enfin, même si Tibère est intervenu dans les affaires de Vienne (4), il est peu probable qu’il faille établir un lien avec un palais de Tibère à Vienne.

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Quasten 1963, p. 540‑558 ; E. Moutsoulas, « La tradition manuscrite de l’œuvre d’Épiphane de Salamine “De mensuris et ponderibus” », in J. Dummer (éd.), Texte und Textkritik. Eine Aufsatzsammlung, Texte und Untersuchungen zur Geschichte der Altchristlichen Literatur 133, Berlin, 1987, p. 429‑440.

Éditions

Epiphanii Opera, vol. IV, pars I. De mensuris et ponderibus, éd. G. Dindorf, Leipzig, 1859‑1861. p. 25. Trad. G. Lucas.

Voir également, Epiphanius’ treatise on weights and measures. The Syriac version, éd. J.E. Dean, Studies in ancient oriental civilization 11, Chicago, 1935, p. 38‑39.

Texte

Sur le palais impérial, J.‑P. Reboul, « Les capitales impériales en Occident dans l’Antiquité tardive : éléments de définition et étude de cas », in O. Brunet, Ch.‑É. Sauvin et T. Al Halabi (éd.), Les marqueurs archéologiques du pouvoir. Actes de la 4e Journée doctorale d’archéologie, Paris, 27 mai 2009, Archeo.doct 4, Paris, 2013, p. 259‑286.

Notes

192 Quasten 1963, p. 547‑548.

193 Édition numérisée dans le TLG, « Τὸ Περὶ μέτρων καὶ σταθμῶν” ἔργον Ἐπιφανίου τοῦ Σαλαμῖνος », Θεολογία 44, 1973, p. 157‑198.

194 Rey et Vietty 1831, p. 43‑46.

195 Schneyder et Savigné 1880, p. 107.

196 Gallia Informations. L’archéologie et ses régions. Rhône-Alpes, 1996, p. 130 ; CAG 38/3, p. 244.

Table des illustrations

Légende Fig. 12 – « Vue des substructions qui soutenaient les jardins du Palais des Empereurs » (lithographie de C. Constans, d’après un dessin d’Étienne Rey in Rey et Vietty 1831, 2e partie, pl. VI).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search