Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Paulin de Nole

Texte intégral

Paulin de Nole, Meropius Pontius Paulinus (ca 353‑431), est originaire d’une grande famille d’Aquitaine ; disciple et ami d’Ausone, il devient en 409 évêque de Nole, en Campanie, et le restera jusqu’en 431. Homme de lettres, il est particulièrement connu pour ses échanges épistolaires avec Ausone et pour ses poésies, qui le font considérer comme un des derniers grands poètes latins, au même titre que Prudence.

62. À propos de Martin de Tours

Beatissimo semper et uenerabili patri Victricio Paulinus
Meminisse enim credo dignaris, quia sanctitatem tuam olim Viennae apud beatum patrem nostrum Martinum uiderim, cui te dominus in aetate inpari parem fecit.

Au toujours bienheureux et vénérable père Victricius Paulinus
Car je crois que vous vous souvenez que j’ai eu l’honneur de voir votre Sainteté à Vienne, chez notre bienheureux Père Martin, à qui Dieu vous avait rendu égal, quoique vous fussiez bien moins âgé que lui.
(Paulin de Nole, Lettres, XVIII, 9)

  • 186 Biarne et al. 1986, p. 27.

1On date la lettre de 398 ; le destinataire, Victricius Paulinus (Victrice, ca 330‑417), fut évêque de Rouen de 393 à 417. Quant à la rencontre avec Martin de Tours, elle est antérieure à la conversion de Paulin à la vie ascétique en 390, et on s’accorde à la placer durant la période 386‑389 lors du séjour de Martin à Vienne186. Cette rencontre fut l’occasion d’un « miracle » de Martin qui guérit Paulin d’une ophtalmie, ainsi que le rappelle Sulpice Sévère dans sa Vie de saint Martin (19, 3) :

Paulinus uir magni postmodum futurus exempli, cum oculum grauiter dolere coepisset et iam pupillam eius crassior nubes superducta texisset, oculum ei Martinus penicillo contigit pristinamque ei sanitatem, sublato omni dolore, restituit.

  • 187 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, éd. J. Fontaine, SC 133, Paris, 1968, p. 292‑295.

Paulin, cet homme qui devait donner plus tard un si grand exemple, avait commencé à souffrir gravement d’un œil, et déjà un voile fort épais avait recouvert la pupille de son œil jusqu’à l’obturer entièrement, quand Martin lui toucha l’œil avec un pinceau et lui rendit la santé antérieure en supprimant toute espèce de douleur187.

2Cet épisode de la guérison est également rapporté par Venance Fortunat dans sa Vie de saint Martin (v. 38‑43) :

Paulini oculum tetra caligine mersum,
inpositis manibus, radius penetrauit acutus
atque serena dies detersa nube refulsit
lumen et emicuit facies non lusca gemellum.
Martini digitis oleo manante lucernae,
cuncta salutifero superans colliria tactu.

  • 188 Venance Fortunat, Œuvres, tome IV, Vie de saint Martin, éd. S. Quesnel, CUF, Paris, 1996, p. 31.

Comme Paulin avait un œil obscurci par une taie épaisse, Martin y appliqua la main : un rayon perçant le pénétra, le voile fut dissipé, le jour brilla à nouveau pour lui sans ombre, et son visage cessa d’être à demi-aveugle pour renvoyer le double éclat du regard. Des doigts de Martin coulait l’huile de la lumière dont le contact salutaire fut plus efficace que tous les collyres188.

  • 189 C. Jullian, « Notes gallo-romaines XCV. Remarques critiques sur les sources de la vie de saint Mart (...)
  • 190 Chevalier 1912, n° 84. Pour une étude détaillée de cette inscription et de la bibliographie afféren (...)

3Camille Jullian a conjecturé que Martin serait peut-être venu à Vienne pour accueillir les reliques de Gervais et Protais dont Ambroise venait de découvrir les tombes à Milan en 386189 ; Jullian propose cette datation en s’appuyant sur l’inscription funéraire de Foedula à Vienne, qui mentionne qu’elle a été baptisée par Martin, qu’elle associe à sa vénération pour les martyrs milanais190.

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, n° 294 et 100A ; Chevalier 1912, n° 42 ; Quasten 1987, p. 384‑397 ; Brill Online, s.v. « Paulinus 5 » [M. Günther] ; W.H.C. Frend, « Paulinus of Nola and the last century of the Western Empire », JRS 59, 1969, p. 1‑11 ; P.E. Trout, Paulinus of Nola : life, letters and poems, The transformation of the classical heritage 27, Berkeley, 1999.

Éditions

Paulin de Nole, Epistulae, éd. G. de Hartel, CSEL 29, Vienne, 1894 (rééd., 1999), p. 136. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 61, 1847, col. 242 ; P.G. Walsh, Letters of St. Paulinus of Nola, Londres, 1966‑1967, 2 tomes avec traduction anglaise et commentaire.

Texte

Sur Sulpice Sévère, voir Quasten 1987, p. 646‑651. Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, éd. J. Fontaine, SC 134, Paris, 1968, avec commentaire, tome II, p. 796 et 882 ; M. Cozic, « Martin de Tours et Paulin de Nole : une amitié paradoxale ? », in P.‑Gr. Delage (éd.), Martin de Tours et l’évangélisation des campagnes de l’Ouest. Actes de la première petite journée de patristique, 21 mars 2009, Saintes, Royan, 2009.

Notes

186 Biarne et al. 1986, p. 27.

187 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, éd. J. Fontaine, SC 133, Paris, 1968, p. 292‑295.

188 Venance Fortunat, Œuvres, tome IV, Vie de saint Martin, éd. S. Quesnel, CUF, Paris, 1996, p. 31.

189 C. Jullian, « Notes gallo-romaines XCV. Remarques critiques sur les sources de la vie de saint Martin », REA 24, 1922, p. 232 et « Notes gallo-romaines XCVII. Remarques critiques sur la vie et l’œuvre de saint Martin », REA 25, 1923, p. 52.

190 Chevalier 1912, n° 84. Pour une étude détaillée de cette inscription et de la bibliographie afférente, on consultera en priorité Descombes 1985, inscription XV, 39, p. 268‑273.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search