Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Rufin d’Aquilée, Histoire ecclésiastique

Texte intégral

Connu sous le nom de Rufin d’Aquilée, Turannius Rufinus (ca 345 - 410‑411) est natif de la région d’Aquilée. Après des études à Rome où il se lie avec Jérôme, il se retire quelques années dans un monastère d’Aquilée. Puis il voyage et séjourne longuement en Orient, à partir de 377, y est ordonné prêtre, revient à Rome en 397 et finit par se retirer à Aquilée en 401. Il se livre alors à son activité de traducteur, essentiellement d’Origène, et se brouille avec Jérôme en prenant le parti d’Origène accusé d’hérésie. Il traduit aussi en latin l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe (vers 403) et la complète jusqu’à l’année 395. C’est le premier ouvrage du genre en Occident, et il sera une des sources de Socrate. Il meurt vers 410, en Sicile, où il a fui les Goths.

61. Hypothèses sur la mort de Valentinien II

Interea Valentinianus in occiduis partibus animis, quantum aetas patiebatur, ardentibus rem publicam gerens, causis etiam nunc latentibus laqueo uitam finiuit. Sed hoc quidam dolo ducis sui Arbogastis factum confirmabant, idque quam maxime publica tenebat opinio. Alii a conmissi [variante, alii commisso] quidem scelere ducem alienum dicebant, sed causas praestitisse, quibus in hoc adolescens animi indignatione cogeretur, quod minus ei tamquam per aetatem nondum ualido libera de omnibus indulgeret imperia. Fuere tamen nonnulli sacerdotum, qui pacis ab eo, qui post creatus est, legatione suscepta, immunem esse ducem a mortis scelere apud Theodosium testarentur.

Cependant, en Occident, Valentinien, qui dirigeait l’État, dans la mesure où son âge le permettait, avec un tempérament fougueux, trouva la mort pendu dans de mystérieuses conditions. Mais certains affirmaient que cet acte avait été commis à la suite d’un complot de son général, Arbogast, et c’est cela surtout que retenait l’opinion publique. D’autres disaient que le général était étranger au crime dans son exécution, mais qu’il était à l’origine des raisons qui avaient poussé le jeune homme à cet acte : c’est que Valentinien avait l’esprit indigné de ce qu’Arbogast ne lui accordait pas les pleins pouvoirs en tout, sous prétexte qu’il n’était pas encore capable du fait de son âge.
Cependant il y eut quelques prêtres qui, à l’occasion d’une ambassade de paix envoyée par l’usurpateur qui avait pris la place de Valentinien, témoignèrent auprès de Théodose que le général était innocent du forfait criminel.
(Rufin d’Aquilée, Histoire ecclésiastique, XI, 31)

1Nous avons signalé deux leçons dans le texte, commissi et commisso ; on peut comprendre commissi comme un génitif dépendant de scelere (Arbogast est étranger à l’intention criminelle de ce forfait) ; il en va de même pour commisso, participe (du crime qui a été commis).

2Cet extrait de Rufin, qui était encore en Orient au moment de l’événement, se fait l’écho des rumeurs et versions contradictoires qui coururent sur la mort de Valentinien, sans préciser le lieu du drame, qui ne doit guère l’intéresser. Sur l’événement, Rufin affiche une grande prudence et se garde de choisir ; mais dans tous les cas, c’est Arbogast qui est présenté comme la figure centrale, soit qu’il ait participé directement au crime, soit qu’il en ait été l’instigateur plus ou moins volontaire, soit qu’il ait été innocent. On relèvera aussi l’insistance que met Rufin à suggérer le caractère ardent de Valentinien et surtout le malaise qu’il éprouve à être sous tutelle, ce que souligne aussi Philostorge (64). Saint Augustin a puisé chez Rufin pour son éloge de Théodose.

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, n° 274 ; Quasten 1987, p. 322‑333 ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Rufinus of Aquileia » [J. Lössl].

Œuvre

Fr. Thélamon, Païens et chrétiens au IVe siècle, l’apport de l’« Histoire ecclésiastique » de Rufin d’Aquilée, Paris, 1981 ; Inglebert 1996, p. 325‑355.

Éditions

Texte latin, Eusebius, Die Kirchengeschichte II, 2, éd. Th. Mommsen, Berlin, 1908 (réimpr., 1999), p. 1036. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 21, 1849, col. 538.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search