Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Jérôme, Lettres

p. 139-140


Texte intégral

Né en Dalmatie, Jérôme, Hieronymus (ca 340‑350 - 419‑420), étudie à Rome où il se convertit vers 366. Après bien des voyages qui le mènent de la Germanie à l’Orient, il revient séjourner à Rome entre 382 et 384, et finit par se fixer à Bethléem. Il est chargé en 382 par le pape Damase de traduire la Bible en latin ; sa traduction, déclarée canonique par le concile de Trente, est connue sous le nom de Vulgate. De son œuvre abondante, retenons simplement que Jérôme traduit, vers 380 les Canons qui forment la seconde partie de la Chronique d’Eusèbe et y ajoute une Continuation de 326 à 378. Il meurt à Bethléem le 30 septembre 419 ou 420.

60. Valentinien assassiné et outragé

1En 396, Jérôme adresse cette lettre à son ami Héliodore, évêque d’Altinum, pour le consoler de la mort de son neveu Népotien, qui, alors qu’il était jeune prêtre, avait sollicité des conseils de Jérôme. Dans le texte qui suit, Jérôme passe en revue des malheurs du siècle, en particulier le destin malheureux de certains empereurs. Népotien doit être heureux de ne pas être le témoin de tous ces événements, justes châtiments des péchés des hommes.

Gratianus ab exercitu suo proditus et ab obuiis urbibus non receptus, ludibrio hosti fuit, cruentaeque manus uestigia parietes tui, Lugdune, testantur. Adulescens Valentinianus et paene puer post fugam, post exilia, post recuperatum multo sanguine imperium, haut procul ab urbe fraternae mortis conscia necatus est, et cadauer exanimis infamatum suspendio. Quid loquar de Procopio, Maximo, Eugenio, qui utique dum rerum potirentur terrori gentibus erant ? Omnes capti steterunt ante ora uictorum et, quod potentissimis quondam miserrimum est, prius ignominia seruitutis quam hostili mucrone confossi sunt.

Gratien, trahi par son armée, rejeté par les cités qu’il trouve sur son passage, devint un objet de risée pour son ennemi, et tes murs, ô Lyon, attestent des traces laissées par une main sanglante ! Le jeune Valentinien, presque un enfant, après sa fuite, après son exil, après avoir recouvré l’Empire au prix de beaucoup de sang, fut tué non loin de la ville complice de la mort de son frère ; et, cadavre inanimé, on le déshonora en le pendant ! Que dire de Procope, Maxime, Eugène, qui, quand ils détenaient le pouvoir, étaient la terreur des peuples ? Tous, une fois prisonniers, comparurent devant leurs vainqueurs, et – c’est ce qu’il y a de plus déplorable pour ceux qui ont connu un jour la toute-puissance – ils furent accablés sous l’ignominie de la servitude avant d’être transpercés par le fer de leur ennemi !
(Jérôme, Lettres, LX, 15)

2Contemporain des événements, mais retiré à Bethléem, Jérôme rapproche la mort de Gratien et celle de Valentinien en adoptant la thèse d’un assassinat, mais qui a été maquillé en suicide. La mort de Valentinien n’est pas consignée dans la Chronique de Jérôme puisqu’elle s’arrête en 378185. En revanche, tous ses continuateurs la mentionneront.

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, n° 279 ; Quasten 1987, p. 284‑321 ; Brill’s Enc MedChron Online, s.v. « Jerome » [R.W. Burgess] ; Paschoud 1967, p. 209‑221 ; Inglebert 1996, p. 205‑291 ; Jeanjean et Lançon 2004 : traduction de la Chronique (préface et années 326‑378) suivie d’articles dont celui de B. Jeanjean, « Saint Jérôme, patron des chroniqueurs en langue latine », p. 137‑178.

Édition

Saint Jérôme, Lettres, tome III, éd. J. Labourt, CUF, Paris, 1953, p. 105‑106. Trad. revue.

Notes de bas de page

185 Voir Eusèbe de Césarée (39), les extraits de la Chronique concernant Vienne.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.