Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Paulin de Milan

Texte intégral

Paulin le Diacre ou Paulin de Milan, Paulus Diaconus Mediolanensis (ca 370‑429) fut le secrétaire d’Ambroise, puis, après la mort de celui-ci, diacre en Afrique ; c’est là, vers 412‑413 ou vers 422, qu’il écrivit sur la demande de saint Augustin une Vie d’Ambroise (Vita Sancii Ambrosii) en latin, vie qui fut traduite en grec dès le haut Moyen Âge. Selon P. de Labriolle, il s’agit plus d’un récit hagiographique destiné à l’édification que d’une œuvre soucieuse de la vérité des faits, y compris dans la chronologie.

59. L’Autel de la Victoire

Sed egresso Theodosio de Italia et Constantinopoli constituto, Valentiniano augusto intra Gallias posito, directa legatio est sub nomine senatus a Symmacho tunc praefecto urbis de repetenda ara Victoriae et sumptibus caerimoniarum. Sed ubi comperit sacerdos, misso libello ad imperatorem postulauit ut ad se relationis exemplaria dirigerentur, quibus ipse pro partibus suis responsurus esset. Qua relatione adcepta praeclarissimum libellum conscripsit, ut contra nihil umquam auderet Symmachus uir eloquentissimus respondere. Sed postquam augustae memoriae Valentinianus in Viennensi ciuitate, quae est Gallorum ciuitas, uitam finiuit, Eugenius suscepit imperium. Qui ubi imperare coepit, non multum post, petentibus Flauiano tunc praefecto et Arbogaste comite, aram Victoriae et sumptus caerimoniarum, quod Valentinianus augustae memoriae adhuc in iunioribus annis constitutus petentibus denegauerat, oblitus fidei suae concessit.

Mais, alors que Théodose avait quitté l’Italie et s’était installé à Constantinople, que l’auguste Valentinien résidait en Gaule, Symmaque, alors préfet de la Ville, conduisit une délégation, au nom du Sénat, pour demander le rétablissement de l’Autel de la Victoire et réclamer des subsides pour les cérémonies du culte. Mais lorsque l’évêque apprit l’affaire, il envoya à l’empereur une lettre et demanda que des copies du discours lui fussent envoyées : lui-même y répondrait au nom de sa cause. Après réception du discours, il composa une épître si remarquable que l’excellent orateur qu’était Symmaque n’osa jamais rien répliquer. Mais après que Valentinien, d’auguste mémoire, eut trouvé la mort à Vienne, une cité des Gaules, Eugène assuma le pouvoir impérial. Peu de temps après le début de son règne, à la demande de Flavien, alors préfet, et du comte Arbogast, Eugène, oublieux de sa foi, céda sur l’Autel de la Victoire et accorda des fonds pour le culte, chose que Valentinien d’auguste mémoire, alors qu’il était encore tout jeune, avait toujours refusée à qui le lui demandait.
(Paulin de Milan, Vie de saint Ambroise, 26)

  • 184 Lettre 18, PL 16, 1845, col. 971‑982.

1Ce texte a pour intérêt de rappeler brièvement le contexte religieux dans lequel évoluait Valentinien II. L’affaire de l’Autel de la Victoire, qui était placé dans la Curie, est éminemment symbolique des luttes opposant chrétiens et païens ; retiré par Constance II en 357, il est rétabli par Julien en 361, à nouveau retiré par Gratien en 382 ; à cette occasion, l’empereur supprime les revenus accordés pour la célébration du culte. L’ambassade de Symmaque à laquelle le texte fait allusion s’est déroulée en 384, mais Valentinien II, alors âgé de 13 ans, sous la pression d’Ambroise, refuse d’accorder satisfaction aux partisans du paganisme ; il est vrai que la réplique d’Ambroise184 ne laisse guère le choix au jeune empereur qui est sommé de choisir son camp sous peine d’être taxé d’apostasie. Enfin, cet autel est rétabli pour la dernière fois en 393 par l’usurpateur Eugène, pourtant chrétien, mais qui cherche un appui chez les sénateurs païens ; sa défaite militaire en 394 et les mesures religieuses de Théodose sonnent le glas des espérances des païens. Quant à Arbogast, il était Franc et païen. Il existe deux « Flavien » ; le père, un tenant du paganisme de l’aristocratie romaine, fut préfet du prétoire en 393‑394 et consul en 394 ; il se suicida après la défaite d’Eugène et d’Arbogast en septembre 394. Son fils fut préfet de la Ville en 393‑394, sous Eugène, mais se rallia par la suite et se convertit au christianisme. L’imprécision de Paulin sur la préfecture en question peut laisser planer le doute, mais il s’agit plus vraisemblablement de Flauianus senior, alors chef de file de la réaction païenne à Rome, particulièrement actif sous Eugène.

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, n° 249 ; Brill Online, s.v. « Paulinus 3 » [J. Gruber] ; P. de Labriolle, Histoire de la littérature chrétienne, Paris, 1920 (augmentée et revue en 1924, puis en 1947 par G. Bardy ; sur Paulin, voir tome I, p. 385, n. 1).

Œuvre

J.‑R. Palanque, « La Vita Ambrosii de Paulin de Milan. Étude critique », RSR 4, 1924, p. 26‑42 et 401‑420 ; É. Lamirande. « La datation de la Vita Ambrosii de Paulin de Milan », REAug 27, vol. 1‑2, p. 44‑55, 1981 ; É. Lamirande, Paulin de Milan et la Vita Ambrosii. Aspects de la religion sous le Bas-Empire, Recherches en Théologie 30, Paris-Tournai-Montréal, 1983, traduction française et commentaire sans le texte latin en regard ; éd. A.A.R. Bastiaensen (voir infra), p. 14.

Éditions

Texte latin de la Vita di Ambrogio, éd. A.A.R. Bastiaensen, introduction de Chr. Mohrmann, traduction (en italien) de L. Canali et C. Carena, Vite dei Santi III, Milan, 1975, p. 86‑87. Trad. G. Lucas.

Voir également : PL 14, col. 36A-B.

Texte

Sur l’affaire de l’Autel de la Victoire, Piganiol 1972, p. 270‑271. Sur Symmaque (Q. Aurelius Symmachus Eusebius), RE IV/A1, 1931, s.v. « Symmacchus 18 », col. 1146‑1158 [O. Seeck] ; Brill Online, s.v. « Symmachus II 4 » [M. Zelzer] ; PLRE I, s.v. « Symmacchus 4 », p. 865‑870 ; Paschoud 1967, p. 71‑109 (surtout p. 75‑88). Sur Flavien (Virius Nicomachus Flauianus), RE VI/2, 1909, s.v. « Flauianus 14 et 15 », col. 2506‑2511 [O. Seeck] ; Brill Online, s.v. « Flauianus 2 » [W. Portmann] et « Flauianus 3 » [K.‑P. Johne] ; PLRE I, p. 347‑349 et 345‑347.

Notes

184 Lettre 18, PL 16, 1845, col. 971‑982.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search