Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Ammien Marcellin, Histoires

Texte intégral

Ammien Marcellin (Ammianus Marcellinus, Μαρκελλῖνος, ca 330‑400) est né à Antioche : en 350, il est admis parmi les protectores domestici, troupes de la garde impériale, et envoyé en Orient auprès d’Ursinin qui commande l’armée romaine de l’Est. Ce dernier est rappelé en Gaule en 354 et Ammien le suit. C’est là qu’il rencontre le césar Julien pour qui il éprouvera une grande admiration. Il l’accompagne dans sa campagne contre les Parthes. Après la mort de Julien (26 juin 363), il se consacre essentiellement à son activité littéraire.

1Les Histoires (Historiae ou Res gestae), en 31 livres, sont censées continuer l’œuvre de Tacite, depuis Nerva (96) jusqu’à Valens (378), soit 282 ans. Il ne nous reste que les 18 derniers livres, qui traitent de la période 353‑378. L’œuvre fut rédigée entre 380 et 398. Elle est déséquilibrée : les 13 premiers livres couvraient 257 ans, les 18 restants 25 ans. On a supposé qu’Ammien avait fait deux parts dans son œuvre, la première étant consacrée aux temps antérieurs à l’auteur, la seconde à ceux qu’il avait personnellement connus. Les livres XIV-XVI auraient été composés en 385‑386, les livres XX à XXII entre 388 et 390. Julien occupe une place centrale dans ce récit : il apparaît au livre XV et le livre XVI est consacré à sa campagne contre les Alamans et à la victoire de Strasbourg (août 357). Il est de nouveau au centre du récit avec sa proclamation à Lutèce au livre XX (vers février 360) et occupe entièrement les livres XXI à XXV. Ammien bâtit son récit en faisant alterner les événements d’Orient et ceux d’Occident.

50. L’arrivée de Julien à Vienne

2Julien, Flauius Claudius Iulianus, surnommé l’Apostat, est nommé césar par l’empereur Constance II (337‑361) à la fin de l’année 355 ; il reçoit alors le commandement de la Gaule et se rend à Vienne, avec la mission de pacifier le pays ravagé par les incursions barbares. Ammien Marcellin, s’inspirant étroitement de César, glisse alors une longue digression sur l’origine des Gaulois (XV, 9), les routes des Alpes (XV, 10), une description des Gaules (XV, 11) passage connu sous le titre Breuis diuisio ac descriptio Galliarum, et cursus fluminis Rhodani. Il y rappelle rapidement l’histoire de l’organisation administrative de la Gaule, et s’arrête plus longuement sur l’état du pays en son temps. Il termine sa digression par un développement sur les mœurs des Gaulois (XV, 12) avant de conclure ce livre XV par un bref rappel de la situation en Orient.

Cumque Viennam uenisset, ingredientem optatum quidem et impetrabilem honorifice susceptura omnis aetas concurrebat et dignitas, proculque uisum plebs uniuersa, cum uicinitate finitima, imperatorem clementem appellans et faustum, praeuia consonis laudibus celebrabat, auidius pompam regiam in principe legitimo cernens : communiumque remedium aerumnarum in eius locabat aduentu, salutarem quendam genium adfulsisse conclamatis negotiis arbitrata. Tunc anus quaedam orba luminibus, cum percontando quinam esset ingressus Iulianum Caesarem comperisset, exclamauit hunc deorum templa reparaturum.

À son arrivée à Vienne, les habitants de tout âge et toute condition accoururent pour l’accueillir à son entrée avec honneur, comme un prince désiré et heureux dans ses entreprises. Quand on l’aperçut de loin, la population entière, ainsi que les gens des alentours, le salua des noms d’empereur clément et fortuné, et, le précédant, le célébrait dans un concert de louanges, tout en contemplant avidement la pompe royale qui entourait un prince légitime : elle voyait dans son arrivée le remède aux épreuves de tous et pensait que l’éclat d’un génie tutélaire venait d’apparaître dans une situation désespérée. C’est alors qu’une vieille femme aveugle demanda quel personnage avait fait son entrée, et quand elle eut appris que c’était le césar Julien, elle s’écria : « C’est lui qui restaurera les temples des dieux ! »
(Ammien Marcellin, Histoires, XV, 8, 21‑22)

3Ce texte qui marque le début du premier séjour de Julien à Vienne est datable avec une assez grande précision. Dans les paragraphes qui précèdent, Ammien rapporte en détail comment Julien a été choisi par Constance comme césar en présence de l’armée, l’année du consulat d’Arbition et de Lollianus, le huitième jour avant les ides de novembre (6 novembre 355) [XV, 8, 17] ; puis il mentionne son mariage avec Hélène, sœur de Constance et leur départ pour la Gaule aux calendes de décembre (1er décembre 355) [XV, 8, 18]. L’empereur accompagne Julien jusqu’à un relais situé entre Lumellum et Ticinium, probablement la mutatio Duriis signalée sur l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem ; Julien a donc emprunté la route décrite par l’Itinéraire d’Antonin, qui passe par Turin et emprunte le col du Mont-Genèvre ; car c’est à Turin qu’il apprend la nouvelle de la prise et de la destruction de Cologne par des barbares (XV, 8, 20). Puis, de Turin Julien a dû gagner Briançon et suivre l’itinéraire habituel (45). Ainsi, Julien a pu arriver à Vienne dans le courant de la première quinzaine de décembre. C’est le premier séjour impérial à Vienne explicitement signalé dans les sources littéraires. Dans la scène finale, Julien apparaît comme un restaurateur du paganisme ; ce qu’il fut, mais ce n’est pas encore ainsi qu’il agira lors de son second séjour à Vienne (55).

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, n258 ; Chevalier 1912. n30‑32 et 34‑36 ; Brill Online, s.v. « Ammianus Marcellinus » [K. Rosen] ; E.A. Thompson, The historical work of Ammianus Marcellinus, Cambridge, 1947 ; surtout, on se reportera à l’édition d’É. Galletier et J. Fontaine (voir infra), qui fait le point sur l’auteur et l’œuvre, à G. Sabbah, La méthode d’Ammien Marcellin : recherches sur la construction du discours historique dans les Res gestae, Collection d’études anciennes, Paris, 1978, et à J. Matthews, The Roman Empire of Ammianus, Londres, 1989.

Édition

Ammien Marcellin, Histoires, tome I, livres XIV-XVI, éd. É. Galletier et J. Fontaine, CUF, Paris, 1968, p. 134‑135. Trad. revue.

Texte

Sur la vie de Julien et son règne, voir le texte 48.

51. La Viennoise

A Phocaea uero Asiaticus populus, Harpali inclementiam uitans, Cyri regis praefecti, Italiam nauigio petit. Cuius pars in Lucania Veliam, alia condidit in Viennensi Massiliam : dein secutis aetatibus oppida, aucta uirium copia, instituere non pauca. Sed declinanda uarietas saepe satietati coniuncta.

Mais une population d’Asie originaire de Phocée, cherchant à éviter la rigueur d’Harpale, gouverneur du roi Cyrus, gagna l’Italie par mer. Une partie fonda Vélie, en Lucanie, une autre Marseille, dans la Viennoise ; puis, dans les âges qui suivirent, avec l’accroissement de la population, ils fondèrent bon nombre de villes. Mais il me faut renoncer à une énumération, qui va souvent de pair avec l’ennui. [Après quelques considérations sur la civilisation qui se répand en terre gauloise grâce aux druides, Ammien se lance dans une dissertation sur les passages des Alpes, que Julien vient de traverser.]

Regebantur autem Galliae omnes, iam inde uti crebritate bellorum urgenti cessere Iulio dictatori, potestate in partes diuisa quattuor, quarum Narbonensis una Viennensem intra se continebat et Lugdunensem ; altera Aquitanis praeerat uniuersis ; superiorem et inferiorem Germaniam Belgasque duae iurisdictiones isdem rexere temporibus. At nunc numerantur prouinciae per omnem ambitum Galliarum […]
Viennensis ciuitatum exultat decore multarum, quibus potiores sunt Vienna ipsa et Arelate et Valentia ; quibus Massilia iungitur, cuius societate et uiribus in discriminibus arduis fultam aliquotiens legimus Romam.
[…]
Vnde sine iactura rerum per Sapaudiam fertur et Sequanos, longeque progressus Viennensem latere sinistro praestringit, dextero Lugdunensem, et emensus spatia flexuosa, Ararim, quem Sauconnam appellant, inter Germaniam primam fluentem, suum in nomen adsciscit, qui locus exordium est Galliarum. Exindeque non millenis passibus, sed leugis itinera metiuntur.

Toutes les Gaules, une fois qu’après des guerres multiples elles eurent capitulé face au dictateur Jules César, furent partagées en quatre juridictions : la première, la Narbonnaise, comprenait la Viennoise et la Lyonnaise, la seconde contrôlait tous les Aquitains. À la même époque, les Germanies, supérieure et inférieure, et les Belges furent rattachés aux deux autres juridictions. Mais aujourd’hui, voici les provinces qu’on dénombre sur toute l’étendue de la Gaule [Suit l’énumération des huit provinces qui constituent au nord le diocèse des Gaules à l’époque d’Ammien ; puis l’historien passe au diocèse méridional en commençant par l’Aquitaine, la Viennoise arrivant en quatrième position.]
La Viennoise s’enorgueillit de la beauté d’un grand nombre de cités, parmi lesquelles Vienne elle-même, Arles et Valence sont les plus remarquables ; à celles-ci se joint Marseille, sur l’alliance et les forces de laquelle nous savons que Rome s’appuya parfois dans les crises graves. [Suit l’évocation du cours du Rhône.]
De là [du lac Léman], sans avoir rien perdu de ses eaux, le Rhône coule entre la Savoie et le pays des Séquanes et, ensuite il poursuit son cours en longeant, sur une longue distance, la Viennoise sur sa gauche, la Lyonnaise sur sa droite ; après avoir décrit des méandres, il reçoit l’Arar, appelé aussi Sauconna [la Saône] dans la partie de son cours qui traverse la Germanie première, et il lui donne son nom. Ici commence la Gaule et, à partir de là, les distances se mesurent non point en milles, mais en lieues.
(Ammien Marcellin, Histoires, XV, 9, 7 ; XV, 11, 6 ; XV, 11, 14 et 17)

  • 175 Chastagnol 1970, p. 282.

4Le tableau de la Gaule que donne Ammien Marcellin correspond à la situation de la région à la fin du règne de Constance (ca 355). La Gaule, malgré les divisions traditionnelles mentionnées par César dans un passage bien connu de la Guerre des Gaules résumé par Ammien Marcellin (XV, 11, 1), fut en fait d’abord placée sous commandement unique ; puis la Provincia fut un temps mise à part. C’est Auguste qui fixa, entre 16 et 13, au moins pour un temps, les limites des Gaules : Province, Lyonnaise, Belgique et Aquitaine, mais les divisions administratives ne cesseront ensuite d’évoluer, essentiellement par partage des unités existantes : on passera ainsi progressivement d’une Provincia Narbonensis unique à quatre divisions administratives ; la Viennoise, centrée sur le couloir rhodanien, était flanquée de deux Narbonnaises, à l’est et à l’ouest. Le texte ci-dessus traduit, selon A. Chastagnol175 l’état de la Viennoise qui n’est qu’une composante du diocèse méridional des Gaules dont la métropole a déjà été déplacée de Vienne à Bordeaux (47).

5Sur les changements d’unités de mesure et le passage du mille romain à la lieue gauloise, à partir du moment où l’on quitte la Narbonnaise pour la Celtique, nous renvoyons aux textes 44‑45 et 147. On relèvera aussi que ce passage est précédé d’un long développement sur les routes qui traversent les Alpes (XV, 10) avec en particulier des notations très concrètes et descriptives sur la route du Mont-Genèvre (XV, 10, 3‑8).

Références

Édition

Ammien Marcellin, Histoires, tome I, livres XIV-XVI, éd. É. Galletier et J. Fontaine, CUF, Paris, 1968, p. 136, 140 et 142. Trad. revue.

Texte

Sur l’organisation de la Gaule en provinces d’Auguste à Dioclétien, J.‑P. Martin, Les provinces romaines d’Europe centrale et occidentale : évolution et administration du Norique, de la Rhétie, des provinces alpestres, des Gaules, des Germanies de la Bretagne et des provinces hispaniques de 31 av. J.‑C. à 235 ap. J.‑C., Paris 1990 ; Chr. Goudineau, « Les provinces de Gaule : problèmes d’histoire et de géographie », in M.‑M. Mactoux et É. Geny (éd.), Mélanges Pierre Lévêque 5. Anthropologie et société, Annales littéraires de l’université de Besançon 429, Paris, 1990, p. 161‑176 ; Ferdière 2005, p. 133‑161. Sur la réforme de Dioclétien, Ferdière 2005, p. 304‑315. Pour la fin du IVe s. ap. J.‑C., on se reportera aussi à la bibliographie donnée pour les textes 75 et 76.

52. Julien apprend à Vienne la nouvelle de son consulat

Iuliani Caesaris laus.
Haec per orbem Romanorum fatorum ordine contexto uersante, Caesar apud Viennam in collegium fastorum a consule octiens Augusto adscitus, urgente genuino uigore pugnarum fragores caedesque barbaricas somniabat, colligere prouinciae fragmenta iam parans si adfuisset fortuna flatu tandem secundo.

Éloge du césar Julien.
Tandis que l’enchaînement des destins déroulait ces événements à travers le monde romain, César, alors à Vienne, fut admis par Auguste, consul pour la huitième fois, dans le collège des fastes consulaires. Poussé par son énergie native, il ne rêvait que fracas de batailles et massacres de barbares, et se préparait déjà à rassembler les fragments de la province si la fortune l’assistait enfin d’un souffle favorable.
(Ammien Marcellin, Histoires, XVI, 1, 1)

6C’est par un éloge appuyé de Julien que se poursuit l’exorde de ce livre XVI, lequel reprend ensuite le fil des événements en Occident. Ce passage est très précisément daté par la mention des deux consulats : le 8e consulat de Constance et le 1er de Julien, ce qui correspond à l’année 356. Ammien rappelle en quelques mots le motif officiel pour lequel Julien a été envoyé en Gaule par Constance, la protéger des incursions barbares et les repousser au-delà de la frontière (XV, 8, 13‑14). La durée du séjour de Julien à Vienne est calculable par recoupement avec d’autres indices : arrivé dans la première quinzaine de décembre 355, Julien passe l’hiver à Vienne où il apprend la prise d’Autun par des barbares (XV, 2, 1) :

Agens itaque negotiosam hiemem apud oppidum ante dictum, inter rumores qui uolitabant adsidui comperit Augustoduni ciuitatis antiquae muros, spatium quidem ambitus sed carie uetustatis inualidos, barbarorum impetu repentino insessos…

C’est ainsi qu’il passait un hiver fort occupé dans la ville mentionnée ci-dessus, au milieu des rumeurs qui ne cessaient de courir, quand il apprit que les murs de l’antique cité d’Autun, enceinte spacieuse mais affaiblie par les dégradations du temps, avaient été occupés par surprise suite à un assaut barbare…

7Un peu plus loin (XVI, 2, 2), Ammien nous apprend que Julien se met en route pour Autun où il arrive le huitième jour avant les calendes de juillet, soit le 24 juin. Ainsi, le premier séjour à Vienne aura duré environ six mois.

Références

Édition

Ammien Marcellin, Histoires, tome I, livres XIV-XVI, éd. É. Galletier et J. Fontaine, CUF, Paris, 1968, p. 147. Trad. revue.

53. Le préfet Florentius à Vienne

8À la fin de 359, selon Ammien (XX, 4, 1), Constance, piqué au vif par les marques de valeur de Julien et par ses succès militaires, intime à ce dernier l’ordre de se séparer d’une partie de ses troupes qu’il veut envoyer sur le front d’Orient contre les Parthes, où lui. Constance, a subi bien des revers ; en agissant ainsi, il met en danger la Gaule, puisqu’il fait retirer la moitié des troupes qui y sont affectées. Il semblerait que ce soit le préfet du prétoire des Gaules, Florentius, qui ait poussé Constance à cette décision. Constance dépêche donc un messager, Décentius, pour faire exécuter ses ordres, sans passer par Julien, mais en s’adressant à deux de ses subordonnés, le général Lupicin et le grand écuyer Sintula. Cependant, en l’absence de Lupicin, qui a été envoyé en Bretagne combattre les Pictes et les Scots, Décentius est contraint de négocier avec Julien ; ce dernier fait valoir qu’étant donné la gravité de la situation, il doit consulter son préfet, Florentius.

Et quia sollicitus Caesar, quid de residuis mitti praeceptis agi deberet, perque uarias curas animum uersans, adtente negotium tractari oportere censebat, cum hinc barbara feritas, inde iussorum urgueret auctoritas, maximeque absentia magistri equitum augente dubietatem, redire ad se praefectum hortatus est, olim Viennam specie annonae parandae digressum ut se militari eximeret turba.

Et comme le césar Julien, préoccupé de ce qu’il devait faire pour le reste des troupes qu’il avait reçu l’ordre de transférer, l’esprit agité entre des soucis divers, estimait que l’affaire demandait à être traitée avec le plus grand soin, du fait qu’il se trouvait pris entre la sauvagerie des barbares et le caractère péremptoire des ordres reçus, et comme l’absence du maître de la cavalerie augmentait au plus haut point sa perplexité, il manda donc la présence du préfet qui était récemment parti pour Vienne, soi-disant pour y organiser le ravitaillement, en fait pour se soustraire à des troubles dans l’armée.
(Ammien Marcellin, Histoires, XX, 4, 6)

Références

Édition

Ammien Marcellin, Histoires, tome III, livres XX-XXII, éd. J. Fontaine, E. Frézouls et J.‑D. Berger, CUF, Paris, 1996, p. 9. Trad. revue.

54. Florentius quitte Vienne

9Les exigences de Constance aboutissent à une mutinerie qui débouche sur la proclamation de Julien à Lutèce, vers la fin de février 360 ou au début de mars. Julien, devant la situation délicate qui l’oppose à Constance, tente de négocier et finit par lui envoyer deux lettres et des messagers, Pentadius et Euthérius, pour lui proposer un partage du pouvoir ; c’est un refus de Constance (XX, 8 et 9).

Auxerat inter haec coeptorum inuidiam Florenti fuga praefecti, qui uelut praesagiens concitandos motus ob militem, ut sermone tenus iactabatur, accitum, consulto discesserat Viennam, alimentariae rei gratia diuelli causatus a Caesare, quem saepe tractatum asperius formidabat.

Entre-temps, la fuite du préfet Florentius avait aggravé la suspicion envers cette démarche ; comme s’il présageait que le rappel des soldats, sujet dont on débattait dans les conversations, devait provoquer des troubles, il avait quitté Vienne de propos délibéré en prétextant des désaccords avec le césar sur des questions de ravitaillement, alors qu’il le redoutait pour l’avoir souvent traité sans aucun ménagement.
(Ammien Marcellin, Histoires, XX, 8, 20‑21)

  • 176 CAG 38/3, p. 462 et 464.

10L’attitude de Florentius et son refus d’obtempérer à Julien s’expliquent du fait qu’il serait à l’origine de la machination de Constance, qu’il va s’empresser de rejoindre ; mais plus intéressant est le prétexte allégué par deux fois, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que de justifier son séjour à Vienne en raison d’un problème d’annone ; on sait que depuis le Ier s. Vienne est un point de ravitaillement important pour les armées et que des grands entrepôts, dont la conception et les débuts de la construction peuvent remonter au règne de Tibère et à l’époque de Valérius Asiaticus, y ont été installés ; ce texte semble indiquer que Vienne était toujours à cette époque un grand centre ; cependant on relèvera que les fouilles des horrea ont livré des indices autorisant à conclure à un abandon progressif dès la seconde moitié du IIe s. ap. J.‑C.176.

Références

Édition

Ammien Marcellin, Histoires, tome III, livres XX-XXII, éd. J. Fontaine, E. Frézouls et J.‑D. Berger, CUF, Paris, 1996, p. 29. Trad. revue.

Texte

Sur les entrepôts, voir A. Le Bot-Helly, in Jospin 2002, p. 107 ; Le Bot-Helly et al. 1999 ; CAG 38/3, p. 143 et notices 231‑233, p. 460‑465 ; Atlas topographique de Vienne, feuilles 49, 50-A (à paraître).

55. Seconde entrée de Julien à Vienne

11Après l’échec de négociations avec Constance, durant l’été 360, Julien, fidèle à la mission que Constance lui avait confiée de protéger la Gaule, lance une expédition punitive outre-Rhin dans le pays des Francs Attuaires qui razzient les zones frontalières. Victorieux, il leur impose la paix et s’en retourne en Gaule, à Vienne, pour y hiverner ; ainsi commence le second séjour impérial de Julien dans Vienne.

Vnde reuersus pari celeritate per flumen, praesidiaque limitis explorans diligenter et corrigens, ad usque Rauracos uenit, locisque recuperatis quae olim barbari intercepta retinebant ut propria, isdemque pleniore cura firmatis, per Besantionem Viennam hiematurus abscessit.

Revenu de là aussi vite par voie fluviale, tout en inspectant minutieusement les défenses frontalières et en les remettant en état, il poussa jusque chez les Rauraques, et après avoir recouvré les places dont les barbares s’étaient naguère emparés et qu’ils regardaient comme les leurs, il veilla avec grand soin à les consolider, puis repartit par Besançon à Vienne, avec l’intention d’y hiverner.
(Ammien Marcellin, Histoires, XX, 10, 3)

Références

Édition

Ammien Marcellin, Histoires, tome III, livres XX-XXII, éd. J. Fontaine, E. Frézouls et J.‑D. Berger, CUF, Paris, 1996, p. 32‑33. Trad. revue.

56. Second séjour de Julien à Vienne

  • 177 Ce sommaire, comme tous ceux des Histoires, n’est pas de la plume d’Ammien ; G. Sabbah, que nous re (...)

Iulianus Augustus Viennae quinquennalia celebrat ; quomodo Constantium Augustum breui moriturum praenouerit ; et de uariis artibus futura praenoscendi177.

Intercluso hac bellorum difficili sorte Constantio trans flumen Euphraten, Iulianus, agens apud Viennam, formandis in futura consiliis dies inpendebat et noctes, quantum opes patiebantur angustae altius semet adtollens semperque ambigens utrum Constantium modis omnibus alliceret in concordiam, an terroris incutiendi gratia lacesseret prior. Quae sollicite reputans, utrumque formidabat, et amicum cruentum, et in aerumnis ciuilibus saepe uictorem, maximeque Galli fratris exemplum mentem eius anxiam suspendebat, quem inertia mixtaeque periuriis fraudes prodidere quorundam. Erigebat tamen aliquotiens animum ad multa et urgentia, tutissimum ratus inimicum se ex confesso monstrare ei cuius ex praeteritis motus coniectabat ut prudens, ne per amicitias fictas insidiis falleretur occultis. Parui igitur habitis quae per Leonam Constantius scripserat, nulloque arbitrio eius promotorum suscepto praeter Nebridium, quinquennalia Augustus iam edidit : et ambitioso diademate utebatur, lapidum fulgore distincto, cum inter exordia principatus adsumpti uili corona circumdatus erat, xystarchae similis purpurato. Inter quae Helenae coniugis defunctae suprema miserat Romam, in suburbano uiae Nomentanae condenda, ubi uxor quoque Galli quondam, soror eius, sepulta est Constantina.

Julien, auguste, célèbre à Vienne ses cinq années de règne ; comment il connut par avance la mort prochaine de l’empereur Constance ; et des diverses techniques pour connaître l’avenir.

Tandis que Constance était bloqué au-delà de l’Euphrate par les pénibles aléas de ce conflit, Julien, à Vienne, consacrait ses jours et ses nuits à former des plans pour l’avenir, en visant aussi haut que ses ressources limitées le lui permettaient, et en se demandant toujours s’il devait amener Constance à un accord par tous les moyens, ou prendre l’initiative de l’attaquer pour le terroriser. En y réfléchissant avec inquiétude, il redoutait tout à la fois un homme à l’amitié sanglante et un homme qui l’avait souvent emporté dans les troubles civils. Mais surtout, le précédent de son frère Gallus maintenait son esprit dans l’hésitation et l’anxiété, car ce prince avait été trahi par son inaction, mais aussi par un mélange de fourberies et de parjures commis par certaines personnes. Pourtant il retrouvait parfois sa vigueur pour affronter nombre d’urgences, dans l’idée que le plus sûr était de déclarer ouvertement son hostilité envers celui dont il conjecturait les réactions en se fondant sur sa conduite passée ; ainsi dans sa prévoyance éviterait-il de se laisser duper par des intrigues cachées sous le couvert d’une amitié mensongère. Aussi fit-il peu de cas des instructions écrites que Constance lui avait fait parvenir par l’intermédiaire de Léonas, il n’appliqua aucune des promotions décidées par lui – sauf celle de Nébridius –, et ce fut déjà en qualité d’auguste qu’il célébra ses fêtes quinquennales. Il portait même un diadème fastueux, remarquable par ses pierreries éclatantes, alors que dans les débuts de sa prise de pouvoir, il ne ceignait qu’une couronne sans valeur, et ressemblait ainsi à un organisateur de compétitions affublé de la pourpre. Sur ces entrefaites, il fit envoyer à Rome la dépouille de sa défunte épouse Hélène, pour la faire ensevelir dans le domaine suburbain de la voie Nomentane où jadis sa sœur Constantina, la femme de Gallus, avait également reçu sa sépulture.
(Ammien Marcellin, Histoires, XXI, 1, 1‑5)

12C’est le 6 novembre 355, à Milan, que Julien avait été choisi comme césar (XV, 8, 17). Ainsi l’anniversaire quinquennal de son élévation à la dignité de césar fut célébré le 6 novembre 360 à Vienne, où Julien était arrivé après sa campagne contre les Francs Attuaires, mais nous ne savons quand avec précision. Ammien insiste sur le fait que lors de son séjour à Vienne Julien assume complètement le fait d’avoir été acclamé auguste. C’est lors de cet hivernage que Julien a franchi le pas de manière irrévocable ; la preuve en est son refus d’exécuter les ordres transmis par Léonas. Il est renforcé dans son attitude par la conviction que le trépas de Constance est proche, se fiant pour cela à des présages et des songes prophétiques qu’il a eus (XXI, 1, 6 ; voir le texte 57).

Références

Édition

Ammien Marcellin, Histoires, tome III, livres XX-XXII, éd. J. Fontaine, E. Frézouls et J.‑D. Berger, CUF, Paris, 1996, p. 44‑45. Trad. revue.

57. Événements du séjour viennois

13Au début du livre XXI, Ammien fait une longue digression sur la divination (XXI, 1, 6‑14) ; la confiance que Julien accorde à cette discipline joue un rôle dans l’attitude qu’il adopte vis-à-vis de Constance dont la mort semble annoncée ; au début du chapitre 2 de ce même livre, Ammien rapporte deux présages concernant Julien lui-même, le premier à Lutèce, le second à Vienne. Ce passage est repris par Zosime (88).

Iulianus Augustus Viennae christianum se simulat illiciendae mutitudinis causa, et die festo in ecclesia inter christianos Deum precatur.

[…] Item cum apud Viennam postea quiesceret sobrius, horrore medio noctis imago quaedam uisa splendidior hos ei uersus heroos modo non uigilanti aperte edixit, eadem saepius replicando, quibus fretus nihil asperum sibi superesse existimabat :

Ζεὺς ὅταν εἰς πλατὺ τέρμα μόλῃ κλυτοῦ ὑδροχόοιο,
Παρθενικῆς δὲ Κρόνος μοίρῃ βαίνῃ ἐπὶ πέμπτῃ
εἰκοστῇ, βασιλεὺς Κωνστάντιος Ἀσίδος αἴης
τέρμα φίλου βιοτοῦ στυγερὸν καὶ ἐπώδυνον ἕξει.

Agebat itaque nihil interim de statu rerum praesentium mutans, sed animo tranquillo et quieto incidentia cuncta disponens, paulatimque sese conroborans, ut dignitatis augmento uirium quoque congruerent incrementa. Vtque omnes nullo inpediente ad sui fauorem inliceret, adhaerere cultui Christiano fingebat, a quo iam pridem occulte desciuerat, arcanorum participibus paucis haruspicinae auguriisque intentus, et ceteris quae deorum semper fecere cultores. Et ut haec interim celarentur, feriarum die quem celebrantes mense Ianuario Christiani Epiphania dictitant, progressus in eorum ecclesiam, solemniter numine orato discessit.

Julien auguste, à Vienne, feint d’être chrétien pour séduire la foule ; et un jour de fête, il prie Dieu à l’église au milieu des chrétiens.

[…] De même à Vienne, par la suite, à un moment où il dormait à jeun, il vit lui apparaître avec horreur au milieu de la nuit une sorte de spectre tout brillant qui déclama des vers épiques en les lui répétant à plusieurs reprises, alors qu’il était presque éveillé, et il y puisa l’assurance qu’il ne lui restait plus aucune difficulté à surmonter :

« Lorsque Zeus marchera vers la borne massive de l’illustre Verseau,
Que de la Vierge Cronos foulera le vingt
cinquième degré, Constance l’empereur sur la terre d’Asie
Atteindra la borne odieuse et douloureuse de sa chère existence. »

Aussi se comportait-il de manière à ne rien changer, en attendant, à l’état de choses du moment, mais à régler tranquillement et paisiblement toutes les affaires courantes, et à consolider peu à peu sa position pour augmenter aussi ses forces en proportion de l’accroissement de sa dignité. Et pour attirer à sa personne la sympathie générale sans que rien y fît obstacle, il feignait d’adhérer encore à la religion chrétienne dont il s’était depuis longtemps détaché sans rien dire, tout en s’adonnant, avec quelques complices de ses secrets, à l’haruspicine, à l’art augurai et aux autres rites auxquels se sont toujours livrés les adorateurs des dieux. Et, pendant ce temps, pour dissimuler de telles pratiques, le jour de fête que les chrétiens appellent Épiphanie et qu’ils célèbrent au mois de janvier, il se rendit à leur église, puis se retira après avoir officiellement prié la divinité.
(Ammien Marcellin, Histoires, XXI, 2, 2‑3)

  • 178 Adon, Chronique, PL 123, 1852, col. 120C ; voir le texte 121, col. 64D.

14Sur ce passage, nous renvoyons pour plus de détails à la note 246 de l’édition publiée dans la CUF, dont nous présentons la substance. Le texte est précisément daté avec la mention de la fête de l’Épiphanie, soit le 6 janvier 361 ; nous y lisons la première mention de la messe de l’Épiphanie en Occident, jusque-là propre à l’Église d’Orient. L’attitude de Julien est un calcul politique : en assistant à la cérémonie, et en s’opposant à l’arianisme soutenu par Constance, Julien songe à s’assurer au moins provisoirement l’appui des chrétiens tenants de l’orthodoxie nicéenne ; il autorise d’ailleurs la tenue de conciles antiariens, en particulier à Lutèce, au cours de ce même hiver. Certes Julien n’est pas chrétien, mais il ne se présente pas encore comme le champion d’un paganisme restauré (contrairement à ce qui est prédit lors de son entrée à Vienne, voir 50). Quant à l’ecclesia où se déroule la cérémonie de l’Épiphanie, on peut supposer qu’il s’agit de la Maior domus in honore septem martyrum Macchabaeorum, titre qu’avait ex antiquo l’église de Vienne, d’après Adon ; c’est cette église qui fut placée postérieurement sous le patronage de saint Maurice178.

  • 179 Zosime, Histoire nouvelle, III, 10, 1.

15Le séjour de Julien à Vienne se prolonge au moins jusqu’au printemps, à l’approche duquel des Alamans conduits par Vadomaire (lequel est manipulé par Constance II) lancent un raid aux confins des Rhéties, à l’approche du printemps 361 (propinquante iam uere) selon Ammien (XXI, 3, 1). Julien envoie des troupes sous le commandement de Libinon, qui est vaincu et tué. Peu après, Julien, qui a les preuves de la duplicité de Vadomaire, le fera prisonnier, l’exilera et vaincra ses Alamans (XXI, 4) ; c’est alors qu’il informe son armée, dont il obtient l’appui, de sa décision de marcher contre Constance II (XXI, 5) ; Ammien ne précise pas où se déroule la scène, mais, ceci fait, il évoque le retour de Julien au palais (reuersus in regiam, ce qui peut impliquer l’existence d’un palais ou d’une demeure royale à Vienne), où il attend de partir pour la Pannonie (XXI, 5, 12 et XXI, 5, 13). Le récit des opérations de Julien est interrompu et reprend un peu plus loin, quand nous apprenons qu’il s’apprête à quitter Augst (discedens inter haec Iulianus a Rauracis [XXI, 8, I]), sans que ce départ soit daté. On peut rapprocher cependant de la version de Zosime179, où l’historien date le départ de Julien par l’expression ἀκμάζοντος δὲ ἤδη τοῦ θέρους, donc au cœur de l’été, sans précision de lieu. Ainsi la chronologie est-elle floue et on ne peut dire avec certitude jusqu’à quelle date Julien est resté à Vienne.

Références

Édition

Ammien Marcellin, Histoires, tome III, livres XX-XXII, éd. J. Fontaine, E. Frézouls et J.‑D. Berger, CUF, Paris, 1996, p. 48‑49. Trad. revue.

Texte

Sur l’ecclesia, on se reportera à Biarne et al. 1986, p. 25, et Prévot, Gaillard et Gauthier 2014, p. 317 ; Descombes 1978, p. 268‑270 ; J.‑Fr. Reynaud et N. Nimmegeers, CAG 38/3, p. 181‑182 et notice 18, p. 222. Sur la chronologie de cette période voir Piganiol 1972, p. 138, n. 5 ; Fr. Paschoud dans les notes de l’édition de l’Histoire nouvelle de Zosime (CUF, Paris, 1979) à propos du passage cité ci-dessus, note 25. Sur les séjours de Julien à Vienne, Pelletier 2001, p. 149‑142.

Notes

175 Chastagnol 1970, p. 282.

176 CAG 38/3, p. 462 et 464.

177 Ce sommaire, comme tous ceux des Histoires, n’est pas de la plume d’Ammien ; G. Sabbah, que nous remercions, nous indique que leur première apparition remonte à l’édition d’Hadrien Valois en 1681, et c’est donc lui qu’on peut créditer de l’invention de ces titres, que toutes les éditions postérieures ont repris.

178 Adon, Chronique, PL 123, 1852, col. 120C ; voir le texte 121, col. 64D.

179 Zosime, Histoire nouvelle, III, 10, 1.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search