Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Julien, Lettres

Texte intégral

Julien II, dit l’Apostat (331‑363), Ἰουλιανός, Flauius Claudius Iulianus Augustus, empereur d’Orient et d’Occident, est né à Constantinople. Il doit son surnom à son reniement du christianisme dans lequel il a été élevé (dès 351 semble-t-il, si on se place du point de vue de ses convictions intimes), reniement qui va de pair avec une pleine adhésion à la culture grecque classique à laquelle il voue une admiration sans borne ; c’est d’ailleurs en grec qu’il écrit. En novembre 355, il est nommé césar par Constance II (337‑361) et envoyé en Gaule, qu’il est chargé de défendre contre les incursions barbares, essentiellement les Alamans. En février 360, il est acclamé empereur à Lutèce par ses soldats. Après l’échec de pourparlers avec Constance II, il entre en campagne contre lui ; mais ce dernier meurt le 3 novembre 361 après l’avoir finalement désigné comme successeur. Julien désormais empereur légitime met en place une politique ouvertement favorable aux païens, dès décembre 361. Il entre en campagne contre les Parthes au printemps 363 et meurt d’une blessure au combat le 27 juin.

  • 171 Bidez 1930, p. 197‑198.
  • 172 Zosime, Histoire nouvelle, III, 10, 3‑4.

1Alors que nous savons par Ammien que Julien a résidé par deux fois à Vienne, nous n’avons qu’une seule mention de cette cité dans l’œuvre même de l’empereur, et c’est dans la Lettre aux Athéniens. Selon J. Bidez, lorsque Julien se lance dans sa campagne contre Constance, « en hâte, il rédigeait des manifestes, qu’il lançait vers les villes de l’Illyrie, de l’Hellade, et jusqu’à Rome même. Pour mieux gagner les sympathies, il racontait ses premiers malheurs, sa triste jeunesse, ses efforts, ses exploits. Il apitoyait, faisait valoir son esprit de conciliation ; il s’excusait ; il promettait. Surtout, il accablait Constance de reproches et d’invectives. Il faisait lire des lettres – authentiques ou fausses – par lesquelles son rival aurait incité les barbares à envahir nos provinces. Il s’en prenait aux innovations de Constantin lui-même. Dans un de ces pamphlets, qui fut adressé au Sénat de Rome, il alla si loin que les pères conscrits s’exclamèrent, outrés de son manque de convenances. Quand on lit le manifeste aux Athéniens – le seul de ses écrits politiques qui nous ait été conservé – on y trouve en effet un tissu d’incriminations où perce trop de malveillance intéressée »171. Ce manifeste est adressé de Sirmium en 361172.

49. Julien, un césar maltraité

Ἀθηναίων τῇ βουλῇ καὶ τῷ δῃμῷ
[…]
Καὶ μικρὸν ὕστερον καὶ Φλωρέντιος ἦν ἐχθρὸς ἐμοὶ διὰ τὰς πλεονεξίας αἷς ἠναντιούμην. Πείθουσιν οὗτοι τὸν Κωνστάντιον ἀφελέσθαι με τῶν στρατοπέδων ἁπάντων, ἴσως τι καὶ ὑπὸ τῆς ζηλοτυπίας τῶν κατορθωμάτων κνιζόμενον, καὶ γράφει γράμματα πολλῆς μὲν ἀτιμίας εἰς ἐμὲ πλήρη, Κελτοῖς δὲ ἀνάστασιν ἀπειλοῦντα· μικροῦ γὰρ δέω φάναι τὸ στρατιωτικὸν ἅπαν ἀδιακρίτως τὸ μαχιμώτατον ἀπαγαγεῖν τῆς Γαλατίας ἐκέλευσεν, ἐπιτάξας τοῦτο τὸ ἔργον Λουππικίνῳ τε καὶ Γιντωνίῳ, ἐμοὶ δὲ ὡς ἂν πρὸς μηδὲν ἐναντιωθείην αὐτοῖς ἐπέστειλεν. Ἐνταῦθα μέντοι τίνα τρόπον τὰ τῶν θεῶν εἴποιμ’ ἂν ἔργα πρὸς ὑμᾶς ; διενοούμην (μάρτυρες δὲ αὐτοί) πᾶσαν ἀπορρίψας τὴν βασιλικὴν πολυτέλειαν καὶ παρασκευὴν ἡσυχάζειν, πράττειν δὲ οὐδὲν ὅλως. Ἀνέμενον δὲ Φλωρέντιον παραγενέσθαι καὶ τὸν Λουππικῖνον· Ἦν γὰρ ὁ μὲν περὶ τὴν Βίενναν, ὁ δὲ ἐν ταῖς Βρεττανίαις. Ἐν τούτῳ θόρυβος πολὺς ἦν περὶ πάντας τοὺς ἰδιώτας καὶ τοὺς στρατιώτας […]

Au Sénat et au Peuple d’Athènes
[…]
Peu après, Florentius se déclare mon ennemi à cause de ses rapacités auxquelles je m’étais opposé. Ils [des membres de l’entourage de Julien] persuadent Constance de me retirer toutes mes troupes et c’est peut-être aussi parce qu’il était piqué par la jalousie que lui causaient mes succès ; il écrit des lettres pleines d’invectives contre moi et menace les Celtes d’une ruine totale. Car il ordonne de retirer de la Gaule la presque totalité de l’armée, y compris les troupes les plus aguerries. Il charge de cette besogne Lupicinus et Gintonius, et il m’ordonne par écrit de ne m’opposer en rien à eux. Et maintenant, comment vous dire la manière dont les dieux ont agi ? J’étais déterminé, ils en sont témoins, à rejeter loin de moi tout le luxe et l’appareil impérial, et à vivre dans le repos, sans m’occuper des affaires. Pour cela j’attendais le retour de Florentius et de Lupicinus. Le premier était à Vienne et l’autre en Bretagne. Sur ces entrefaites, des troubles éclatent parmi les civils et les soldats [La suite de la phrase détaille le contenu d’un libelle dirigé contre Constance, distribué dans la ville voisine de celle où réside Julien.]
(Julien, Épître au Sénat et au Peuple d’Athènes, 10, 282c-283a)

  • 173 Pour plus de détails, voir Ammien Marcellin (53‑54).

2Dans les lignes précédant cet extrait, Julien déplore l’hostilité de son entourage à la solde de Constance II ; le passage qui suit fait allusion au comportement du préfet Florentius173. C’est la seule mention explicite de Vienne dans l’œuvre de Julien. Tout au plus peut-on supposer que l’empereur songe à Vienne lorsqu’il évoque son envoi en Gaule en décembre 355, au chapitre 8 (278b) :

Τριακοσίους ἑξήκοντά μοι δοὺς στρατιώτας εἰς τὸ τῶν Κελτῶν ἔθνος ἀνατετραμμένον ἔστειλε, μεσοῦντος ἤδη τοῦ χειμῶνος.

  • 174 Éd. J. Bidez (voir infra).

Il me donna trois cents soldats et, en plein hiver, m’envoya chez la nation des Celtes, qui s’était soulevée174.

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 239 ; Brill Online, s.v. « Iulianus 11 » [K. Rosen]. Bidez 1930 (sert d’introduction à l’édition qu’il a publié dans la CUF, voir infra), essentiellement p. 134‑142, 183‑190 et 289‑290 ; Gl.W. Bowersock, Julian the Apostate, Londres, 1978 ; L. Jerphagnon, Julien, dit l’Apostat : histoire naturelle d’une famille sous le Bas-Empire, Paris, 1986. Sur son règne, Piganiol 1972, p. 123‑166. On consultera avec intérêt les deux volumes d’études réunies par P. Braun et J. Richer sous les titres suivants : tome I, L’empereur Julien. De l’histoire à la légende (331‑1715) ; tome II, L’empereur Julien. De la légende au mythe (de Voltaire à nos jours), Paris, 1978 et 1981.

Édition

Julien, Œuvres complètes. Tome I, 1re partie. Discours de Julien César, éd. J. Bidez, CUF, 1932, p. 229‑230. Trad. revue.

Texte

Le texte de la Lettre aux Athéniens a fait l’objet d’une traduction et d’un commentaire récent par J.‑P. Martin, in L’empereur Julien et son temps, AntTard 17, 2009, p. 27‑42.

Notes

171 Bidez 1930, p. 197‑198.

172 Zosime, Histoire nouvelle, III, 10, 3‑4.

173 Pour plus de détails, voir Ammien Marcellin (53‑54).

174 Éd. J. Bidez (voir infra).

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search