Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Ausone

Texte intégral

Ausone, Decimus Magnus Ausonius (ca 310‑395), est né à Bordeaux aux environs de 310 ; professeur de rhétorique dans cette cité, il est appelé à Trèves comme précepteur de Gratien entre 367 et 375 ; sous le règne de ce dernier (375‑383), il accumule les charges et en particulier la préfecture des Gaules, d’Afrique et d’Italie en 378, le consulat en 379 avec Olybrius comme collègue. L’assassinat de Gratien à Lyon en 383 met un terme à son rôle politique et à sa carrière ; après avoir été pendant un an otage de l’usurpateur Maxime, il se retire à Bordeaux, où il meurt vers 394‑395.

1Dans les trois textes qui suivent, Vienne n’apparaît qu’à titre secondaire ; mais le point commun de ces extraits est d’associer la cité aux Alpes. On remarquera en outre que par deux fois tout se passe comme si elle était dans la dépendance d’Arles, sa rivale.

46. Hommage à son aïeul

  • 168 On trouvera un stemma de cette famille dans Étienne 1995, p. 441, ainsi que dans l’édition Loeb, vo (...)

2Dans les Parentalia, recueil composé entre 379 et 382, Ausone célèbre un par un les trente membres de sa famille les plus proches168.

Caecilius Argicius Arborius Auus.
Officiosa pium ne desere, pagina, munus :
maternum post hos commemoremus auum
Arborium, Haeduico ductum de stemmate nomen,
conplexum multas nobilitate domus,
qua Lugdunensis prouincia quaque potentes
Haedues Alpino quaque Vienna iugo.

Cécilius Argicius Arborius, mon aïeul.
Poursuis ton pieux devoir, serviable page. Après ceux que nous venons d’évoquer, rappelons mon aïeul maternel, Arborius, nom d’origine éduenne, qui a entouré de sa noblesse bien des familles, et dans la province de Lyonnaise, et chez les puissants Éduens, et dans le pays de Vienne aux sommets alpins.
(Ausone, Parentalia, IV, 1‑6)

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, no 256 ; Quasten 1987, p. 361‑364 ; Brill Online, s.v. « Ausonius, Decimus Magnus » [W.M. Liebermann]. R. Pichon, Les derniers écrivains profanes, Paris, 1906, p. 151‑216 ; Paschoud 1967, p. 23‑33 ; Étienne 1995.

Éditions

MGH AA V, 2, p. 43, éd. K. Schenkl, 1883. Trad. G. Lucas.

Voir également, avec traduction anglaise, l’édition d’H.G.E. White, en deux volumes, dans la collection Loeb classical library, Cambridge (Mass.)-Londres, 1919‑1921 (vol. I, p. 62). M. Jasinski a donné une édition avec traduction française en deux volumes également, Œuvres en vers et en prose, Paris, 1934‑1935 (vol. I, p. 56). M. Lolli a édité les Parentalla avec traduction et commentaire en italien, dans D. M. Ausonius. Parentalia, Latomus 232, Bruxelles, 1997. Pour la correspondance, on se référera aussi à l’édition (avec traduction et commentaire) que donne D. Amherdt (Amherdt 2004).

47. Vienne l’alpine

3La pièce qui suit est extraite de l’Ordo urbium nobilium, recueil probablement rédigé vers 388‑393, qui regroupe vingt pièces en vers, de longueurs diverses, consacrées à vingt-neuf cités de l’Empire ; il ne s’agit pas nécessairement de métropoles administratives et le choix fait par Ausone est très éclectique, mêlant de très grandes métropoles à des cités beaucoup plus modestes ; certaines sont regroupées dans un même poème. Rome ouvre le recueil, avec un seul vers, et c’est la cité sans doute la plus chère au cœur du poète qui clôt le recueil, puisque Burdigala en est le sujet et que c’est la pièce la plus longue avec 41 vers.

Arelas.
Pande, duplex Arelate, tuos blanda hospita portus,
Gallula Roma Arelas, quam Narbo Martius et quam
accolit Alpinis opulenta Vienna colonis,
praecipitis Rhodani sic intercisa fluentis,
ut mediam facias nauali ponte plateam,
per quem Romani conmercia suscipis orbis
nec cohibes populosque alios et moenia ditas,
Gallia quis fruitur gremioque Aquitania lato.

Arles.
Ouvre grand tes ports, Arles aux deux rives, aimable hôtesse, Arles, petite Rome gauloise, voisine de Narbonne et de Vienne que les paysans des Alpes rendent prospère ; les flots impétueux du Rhône te partagent en deux, si bien qu’avec ton pont de bateaux tu offres une plate-forme d’échange où tu reçois les marchandises du monde romain ; mais tu ne les gardes pas pour toi, tu enrichis les autres peuples et villes que renferment la Gaule et l’Aquitaine en son large sein.
(Ausone, Ordo urbium nobilium, 10)

  • 169 Chastagnol 1970, p. 284 et 289.

4Ce court poème illustre la prééminence d’Arles sur Vienne, aux yeux d’Ausone ; réalité historique ou sentiment personnel du poète ? Certes, il est significatif que Vienne soit présente dans l’esprit du poète, alors que Lugdunum est totalement absente du recueil ; cependant c’est Arles qui est au centre du poème et aucun autre poème du recueil n’est dédié à Vienne en propre. Comme l’observe A. Chastagnol, les seules cités de Gaule qui font l’objet d’un poème du recueil sont Trèves (VI), Arles (X), Toulouse (XVIII), Narbonne (XIX) et surtout Bordeaux (XX), ville natale du poète, qui bénéficie peut-être pour cette raison d’un traitement de faveur du fait de la longueur du poème ; mais c’est aussi, selon A. Chastagnol, l’expression d’une réalité, à savoir que Bordeaux a supplanté Vienne comme métropole du diocèse méridional des Gaules169. Et le fait que Vienne ne soit mentionnée que dans le poème consacré à Arles traduit sans doute aussi la rivalité entre les deux cités, et l’infériorité de Vienne.

Références

Éditions

MGH AA V, 2, éd. K. Schenkl, 1883, p. 100. Trad. G. Lucas.

Voir également, avec traduction anglaise, l’édition d’H.G.E. White, en deux volumes, dans la collection Loeb classical library, Cambridge (Mass.)-Londres, 1919‑1921 (vol. I, p. 277). M. Jasinski a donné une édition avec traduction française en deux volumes également. Œuvres en vers et en prose, Paris, 1934‑1935 (vol. I, p. 204).

Texte

On se reportera à la mise au point faite par J.‑P. Reboul sur ce texte, « L’Ordo urbium nobilium d’Ausone au regard des évolutions de la centralité politique dans l’Antiquité tardive. Approches historique et archéologique », Schedae, 2007, prépublication no 8, fascicule no 1, p. 107‑140.

48. Villes jumelles

5Ce passage est extrait de la dernière lettre, datée par D. Amherdt de 394, qu’Ausone adresse à son élève et ami bordelais, Paulin, qui a renoncé à ses biens et s’est d’abord retiré en Espagne avec son épouse, vers 390 ; quelques années plus tard, il quittera l’Espagne pour Nole, en Italie. Après avoir regretté dans les 58 premiers vers que Paulin ait rompu leur amitié et trahi leurs valeurs, Ausone exprime l’espoir que cette amitié pourra renaître un jour.

  • 170 Consulter le tableau des correspondances dans Amherdt 2004, p. 32.

6La numérotation des lettres varie selon les éditeurs170. L’allusion à Vienne n’offre guère d’intérêt que dans son qualificatif, alpinae, alpestre ou alpine, notation récurrente chez Ausone, comme il apparaît dans les deux autres textes.

Quod si interualli spatium tolerabile limes
poneret exiguus (quamuis longa omnia credant,
qui simul esse uolunt), faceret tamen ipsa propinquos
cura locos, mediis iungens distantia uerbis :
Santonus ut sibi Burdigalam, mox iungit Aginnum
illa sibi et populos Aquitanica rura colentes,
utque duplex Arelas Alpinae tecta Viennae,
Narbonemque pari spatio sibi conserit et mox
quinquiplicem socias tibi, Martie Narbo, Tolosam.
Hoc mihi si spatium uicinis moenibus esset,
tunc ego te ut nostris aptum conplecterer ulnis
adflaretque tuas aures nostrae aura loquellae.

Si le chemin à faire qui nous sépare était court et rendait notre séparation tolérable (même si pour ceux qui désirent être ensemble, tout éloignement est de trop), l’affection à elle seule abolirait la distance entre les lieux et la vaincrait par l’entremise des mots : ainsi Saintes est proche de Bordeaux et celle-ci d’Agen et des populations qui cultivent les campagnes d’Aquitaine ; de même, Arles la double est liée aux toits de Vienne l’alpestre et, à distance égale, à Narbonne, et toi, Narbonne tu t’associes avec Toulouse aux cinq bourgs. Si les remparts de ma ville étaient voisins des tiens, je t’embrasserais alors comme si tu étais dans mes bras, et le souffle doux de mes paroles flatterait tes oreilles.
(Ausone, Épître 25, v. 75‑86)

Références

Éditions

MGH AA V, 2, éd. K. Schenkl, 1883, p. 192. Trad. G. Lucas.

Voir également, avec traduction anglaise, l’édition d’H.G.E. White, en deux volumes, dans la collection Loeb classical library, Cambridge (Mass.)-Londres, 1919‑1921 (vol. II, lettre 27, p. 104). M. Jasinski a donné une édition avec traduction française en deux volumes également, Œuvres en vers et en prose, Paris, 1934‑1935 (vol. II, lettre 23, p. 113). Amherdt 2004, lettre 24, p. 165‑195.

Notes

168 On trouvera un stemma de cette famille dans Étienne 1995, p. 441, ainsi que dans l’édition Loeb, vol. II, hors texte, p. 58.

169 Chastagnol 1970, p. 284 et 289.

170 Consulter le tableau des correspondances dans Amherdt 2004, p. 32.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search