Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Anonyme, Itinéraire d’Antonin

Texte intégral

L’Itinéraire d’Antonin (Itinerarium Provinciarum Antonini Augusti, fin IIIe s.-IVe s.) est, selon P.‑M. Duval, un ensemble anonyme « d’itinéraires chiffrés, routiers (Itinerarium Provinciarum) compilé vers la fin du IIIe s. à l’aide de documents cartographiques remontant probablement à Caracalla », Marcus Aurelius Antoninus, d’où le nom Itinéraire d’Antonin, peut-être même beaucoup plus haut à Auguste et à la carte d’Agrippa représentée sous le portique du même nom. Quoi qu’il en soit, « le texte qui nous est parvenu ne peut être antérieur au milieu du IVe s., car il comporte les noms des villes Dioclétianopolis et Constantinopolis, mais il doit s’agir d’ultimes remaniements, et la partie essentielle de cette œuvre collective et impersonnelle pouvait être constituée à la fin du IIIe s., vers 280‑290. C’est une sorte de livret indicateur donnant, pour chaque route, une liste de stations avec les distances de l’une à l’autre ». Il couvre les provinces d’Europe, d’Asie et d’Afrique. La seconde partie de l’ouvrage, Itinerarium maritimum, présente sur le même modèle une liste de ports, d’Arles vers l’Italie et de la côte océanique. En raison de bon nombre d’incohérences, d’erreurs, l’ouvrage doit être utilisé avec précaution et confronté avec d’autres documents, itinéraires ou corpus de milliaires en particulier ; parmi ces documents, citons en particulier les quatre gobelets de Vicarello (époque d’Auguste), l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem (IVe s.), la Cosmographie du Ravennate, compilation du IXe s., et la Table de Peutinger.

1Les villes sont groupées le long de toute une série d’itinéraires qui comportent parfois des bifurcations. Chaque itinéraire a un point de départ et un point d’arrivée bien mis en valeur ; les distances indiquées en regard de chaque station sont celles qui étaient calculées par rapport à la station précédente, les distances totales étant précisées elles aussi.

2Les deux extraits de l’Itinéraire où Vienne apparaît font partie de la présentation des routes intérieures de la Gaule en liaison avec l’Italie (De Italia in Gallias, § 339‑387). Les distances sont approximatives, comme en témoignent les indications mpm = x millia plus minus, « plus ou moins tant de milliers de pas » (1 pas équivaut à 1,479 m) ; c’est du moins l’explication qui a été donnée de cette abréviation utilisée par l’édition de G. Parthey et M. Pinder, et que nous avons gardée, alors que l’édition d’O. Cuntz privilégie la leçon mp (milia passim) qui figure sur d’autres manuscrits. On écrit souvent IIII pour IV. À noter que la lieue, une mesure gauloise (2 222 m environ), est utilisée à partir du moment où l’on quitte la Prouincia pour entrer dans la Gallia Comata, c’est-à-dire à partir de Lyon (51, 147).

44. De Milan à Vienne par le col du Saint-Bernard

Item a Mediolano per Alpes Graias Vienna       mpm cccviii sic

De même, depuis Milan, en passant par les Alpes grées, jusqu’à Vienne environ 308 milles [458 km], de la manière que voici :
[Suit la mention de quatre stations en Italie, Novaria, Vercellas, Eporedia, Vitricium, non reportées dans la liste qui suit, que nous avons fait commencer à la dernière station connue sur le sol italien actuel.]

Augusta praetoria

mpm XXV

Aoste [en Italie]

ca 25 milles [37 km]

Arebrigium

mpm XXV

Pré-Saint-Didier [par le col du Petit-Saint-Bernard]

ca 25 milles [37 km]

Bergintrum

mpm XXIIII

Bourg-Saint-Maurice

ca 24 milles [36 km]

Darantasia

mpm XVIIII

Moûtiers-en-Tarantaise

ca 19 milles [28 km]

Obilinnum

mpm XIII

Arbine, hameau de La Bâthie

ca 13 milles [19 km]

Ad Publicanos

mpm III

Albertville-Conflans [passage de l’Arly]

ca 3 milles [4 km]

Montala

mpm XVI

Saint-Pierre d’Albigny [près de Saint-Jean-de-la-Porte]

ca 16 milles [24 km]

Lemincum

mpm XVI

Le Lemenc, à Chambéry

ca 16 milles [24 km]

Labiscone

mpm XIIII

Les Échelles ou Lépin-le-Lac ?

ca 14 milles [21 km]

Augustum

mpm XIIII

Aoste

ca 14 milles [21 km]

Bergusia

mpm XVI

Bourgoin

ca 16 milles [24 km]

Vienna

mpm XX

Vienne

ca 20 milles [30 km]

(Anonyme, Itinéraire d’Antonin, 344, 3-346, 9)

  • 161 Löhberg 2006, p. 263‑264 (vol. 1) et cartes 39.1 et 17.2 (vol. 2) ; Barruol 1969, p. 78.
  • 162 Bertrandy 2001, p. 25‑41 et 41‑53.

3Nous renvoyons au commentaire et aux cartes de B. Löhberg, ainsi qu’à G. Barruol, qui donne un tableau récapitulatif et comparatif des stations de la route de Vienne à Aoste dans les différents itinéraires connus161. Outre les variantes des toponymes, la comparaison permet de mettre en valeur d’autres stations non nommées dans l’Itinéraire d’Antonin : ainsi entre Arebrigium et Bergintrum, la Table de Peutinger (147) mentionne In Alpe Graia (le col du Petit-Saint-Bernard) et entre Bergintrum et Darantasia, Aximam (Aime). Fr. Bertrandy fait le point détaillé sur les voies principales qui traversent le territoire de la cité de Vienne, ainsi que sur les itinéraires secondaires162 (fig. 11).

Fig. 11 – Les voies principales du réseau routier de la cité de Vienne (Y. Montmessin, UMR 5138).

Références

Œuvre

Duval 1971, no 211 ; Daremberg et Saglio, II/2, s.v. « forma », p. 1249‑1253 ; Desjardins 1893, p. 36‑71 ; Grenier 1934, p. 133‑134 ; Barruol 1969, p. 47‑80 ; Chevallier 1972 ; Dilke 1985, p. 123‑128 ; Cl. Nicolet, « De Vérone au Champs de Mars. Chorographia et Carte d’Agrippa », MEFRA 100, 1988, p. 127‑138.

Éditions

Itinerarium Antonini Augusti et Hierosolymitanum, ex libris manuscriptis, éd. G. Parthey et M. Pinder, Berlin, 1848, p. 164‑165. Trad. G. Lucas.

Voir également O. Cunz, Itineraria Romana 1, Stuttgart, éd. révisée, 1990, p. 52.

Il n’existe malheureusement pas d’édition satisfaisante de ce texte, dont les manuscrits, en particulier lorsqu’ils donnent des distances chiffrées, sont souvent très corrompus, ce qui explique certaines absurdités. Les variantes orthographiques des noms sont multiples ; ainsi, E. Desjardins signale dix-sept variantes pour la seule ville de Chalon-sur-Saône ; en ce qui concerne Vienne, nous avons relevé dans les apparats critiques des éditions consultées les variantes uienda, uiena, uiennia. Pour les toponymes, nous avons suivi les identifications retenues par B. Löhberg, que nous avons complétées parfois, entre crochets, par celles de Barruol 1969, quand elles différaient.

Texte

Sur la lieue gauloise on pourra confronter les points de vue de J. Dassié, « La grande lieue gauloise. Approche méthodologique de la métrique des voies », Gallia 56, 1999, p. 285‑311, et celui de Chr. Goudineau, « Les mystères de la lieue gauloise », in L. Rivet et M. Sciallano (dir.), Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens. Mélanges offerts à Bernard Liou, Archéologie et histoire romaine 8, Montagnac, 2002, p. 473‑478.

Sur les itinéraires, G. Walser, CIL, XVII/2, 1986, publie les milliaires des Gaules et donne les correspondances avec les villes ou stations mentionnées dans les Itinéraires importants, les noms modernes, des cartes schématiques et une très abondante bibliographie ; les déplacements impériaux ont fait l’objet d’une étude de H. Helmut, Itinera Principum : Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich, Stuttgart, 1986 ; le texte est étudié par В. Löhberg (Löhberg 2006) ; P. Herrmann, Itinéraires des voies romaines : de l’Antiquité au Moyen Âge, Paris, 2007. Deux articles sont à consulter dans Ph. Leveau et B. Rémy, La ville des Alpes occidentales à l’époque romaine. Actes du colloque international de Grenoble, 6, 7 et 8 octobre 2006, Les Cahiers du CRHIPA 13, Grenoble, 2008, celui de S. Crogiez-Pétrequin, « Villes et agglomérations alpines dans les Itinéraires antiques », p. 183‑195, ainsi que celui de B. Rémy et H. Barthélemy « Villes, agglomérations et itinéraires dans les Alpes Graies », p. 273-302.

45. De Milan à Vienne par le col de Mont-Genèvre

A Mediolano per Alpes Cottias      Vienna      mpm ccccviiii
De Milan à Vienne, en passant par les Alpes cottiennes, environ 408 milles.

Inde Durocortoro      mp cccxxxii, quae fiunt leugae ccxxi
De là à Reims, environ 332 milles, soit 221 lieues

Inde Gesoriaco      mp clxxiiii, quae fiunt leugae cxvi sic
De là à Boulogne, environ 174 milles, soit 126 lieues, ainsi que suit :
[L’itinéraire commence par la mention de six stations en Italie, Ticinum, Laumello, Rigomago, Quadratis, Taurinis (Turin), Ad Fines, non reportées dans la liste qui suit, que nous avons fait débuter à la dernière station connue sur le sol italien actuel.]

Segusione

mpm XXIIII

Suse

ca 24 milles [36 km]

Ad Martis

mpm XVI

Ulzio [Oulx selon Barruol]

ca 16 milles [24 km]

Brigandone

mpm XVIIII

Briançon

ca 19 milles [28 km]

Ramae

mpm XVIII

La Roche-de-Rame

ca 18 milles [27 km]

Ebreduno

mpm XVII

Embrun

ca 17 milles [25 km]

Caturricas

mpm XVI

Chorges

ca 16 milles [24 km]

Vapinquo

mpm XII

Gap

ca 12 milles [18 km]

Monte Seleuco

mpm XXIII

La Bâtie-Montsaléon

ca 23 milles [34 km]

Luco

mpm XXVI

Luc-en-Diois

ca 26 milles [39 km]

Dea Bocontiorum

mpm XII

Die

ca 12 milles [18 km]

Augusta

mpm XXIII

Aouste-sur-Sye

ca 23 milles [34 km]

Valentia

mpm XXII

Valence

ca 22 milles [33 km]

Vrsinis/Ursolis

mpm XXII

Saint-Vallier

ca 22 milles [33 km]

Vienna

mpm XXVI

Vienne

ca 26 milles [39 km]

Lugdunum

mpm XXII

Lyon

ca 23 milles [34 km]

aut per compendium

mpm XVII

ou par le raccourci

ca 16 milles [24 km]

(Anonyme, Itinéraire d’Antonin, 356‑358)

4Cet itinéraire est celui qu’emprunte Julien quand il se rend à Vienne sur l’ordre de Constance, en décembre 356 ; Ammien Marcellin donne des précisions concrètes sur lui (XV, 8, 18 et XV, 10, 3‑8).

  • 163 Löhberg 2006, p. 269‑270 (vol. 1) ; cartes 39.1, 17.2, 17.4 et 17.1 (vol. 2).
  • 164 Barruol 1969, tableau III, p. 74‑75.

5Nous renvoyons au commentaire et cartes de B. Löhberg163. Toutes ces stations sont mentionnées dans deux itinéraires reconstitués par G. Barruol : une première partie de l’itinéraire est récapitulée dans l’itinéraire de Tarascon à Turin par le col du Mont-Genèvre164 : entre Segusio et Ad Martis, Strabon (IV, 1, 3) place Scindomagus (Exilles selon Barruol) ; entre Ad Martis et Brigando, on trouve aussi, mentionné sous diverses formes un toponyme que G. Barruol propose d’identifier à Cézanne (sur les quatre gobelets de Vicarello, Gaesaone [Vic. III], Goesao [Vic. II], Tyrio [Vic. IV], Gadaone sur la Table de Peutinger, Gesdaone sur l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem), ainsi que la mention du col du Mont-Genèvre (Summas Alpes [Vic. III], Gruentia [Vic. II], Druantium [Vic. I], Druantio [Vic. IV], In Alpe Cottia sur la Table de Peutinger). Enfin, sur le même itinéraire, entre Caturigas et Vapinco la Table de Peutinger note Ictoduru (à 2 km de l’actuelle Bâtie-Neuve).

  • 165 Barruol 1969, tableau IV, p. 76.

6La seconde partie de l’itinéraire est reprise par G. Barruol dans son tableau récapitulatif de la route de Valence à Gap et au col du Mont-Genèvre165. Si la Table de Peutinger est plus succincte, en revanche l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem mentionne davantage de haltes ; ainsi, entre Vapinquo et Monte Seleuco deux étapes, d’abord ad Finem (le Clot aux Fins) puis Dauiano (Veyne) ; entre Monte Seleuco et Luco, d’abord Cambono (La Beguë ou Font-Vineuse), puis Vologatis (Les Bouligons, près de Beaurières) ; entre Dea Bocontiorum et Augusta, Darentiaca (Saillans) ; entre Augusta et Valentia, Cerebelliaca (Sainte-Cerbelle).

  • 166 Barruol 1969, tableau I (route d’Arles à Lyon), p. 72.
  • 167 Fr. Dory, « Une voie romaine de la croisée de Vienne : la via d'Agrippa, de Vienne à Saint-Vallier  (...)

7Enfin, la partie finale de notre itinéraire, compilée par G. Barruol166, comparée à la Table de Peutinger fait apparaître deux autres stations : la première, Tegna (Tain), entre Valentia et Ursinis, la seconde Figlinis (près de Saint-Rambert-d’Albon), entre Ursinis et Vienna. Pour toutes ces stations, nous renvoyons en priorité à la consultation des CAG des départements correspondants aux localités citées, quand elles sont déjà éditées. Fr. Dory fait le point sur la partie finale de cet itinéraire167. La mention de deux itinéraires pour aller à Lyon, un sur chaque rive du Rhône, est spécifique de l’Itinéraire d’Antonin.

Références

Éditions

Itinerarium Antonini Augusti et Hierosolymitanum, ex libris manuscriptis, éd. G. Parthey et M. Pinder, Berlin, 1848, p. 170‑171. Trad. G. Lucas.

Voir également O. Cuntz, Itineraria Romana 1, Stuttgart, éd. révisée, 1990, p. 53‑54.

Textes 44‑45

Chevalier 1912, no 18 ; Grenier 1934, p. 126‑141. Sur Vienne, on se reportera aux hypothèses de G. Chapotat, « La croisée de Vienne », Évocations, bulletin mensuel du Groupe d’études historiques et géographiques du Bas-Dauphiné, IIe série, 1 (janvier 1955) p. 1371‑1380 et 2 (octobre 1955) p. 1454‑1463. Sur le compendium, Bertrandy 2001, p. 28‑31 et 52 ; CAG 69/1, p. 77‑78, avec carte et voir le texte 2 ; P. Broise, « Les uici viennois d’après l’épigraphie lapidaire », Caesarodunum 11, 1976 (réimpr., 1986), p. 205‑210 ; plus récent et portant sur l’époque romaine, Bertrandy 2001 ; Ph. Leveau, « Agglomérations secondaires et territoires en Gaule Narbonnaise », RAN 26, 1993, p. 277‑299 ; la RAN 38, 2005, regroupe douze articles dans un dossier intitulé « Les agglomérations urbaines de la cité antique de Vienne », p. 7‑169, dont certains traitent en détail de quelques stations de l’Itinéraire d’Antonin.

Notes

161 Löhberg 2006, p. 263‑264 (vol. 1) et cartes 39.1 et 17.2 (vol. 2) ; Barruol 1969, p. 78.

162 Bertrandy 2001, p. 25‑41 et 41‑53.

163 Löhberg 2006, p. 269‑270 (vol. 1) ; cartes 39.1, 17.2, 17.4 et 17.1 (vol. 2).

164 Barruol 1969, tableau III, p. 74‑75.

165 Barruol 1969, tableau IV, p. 76.

166 Barruol 1969, tableau I (route d’Arles à Lyon), p. 72.

167 Fr. Dory, « Une voie romaine de la croisée de Vienne : la via d'Agrippa, de Vienne à Saint-Vallier », BSAV 103, 2008, p. 11‑24 et BSAV 104, 2009, p. 31‑42.

Table des illustrations

Légende Fig. 11 – Les voies principales du réseau routier de la cité de Vienne (Y. Montmessin, UMR 5138).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search