Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Dion Cassius, Histoire romaine

Texte intégral

Dion Cassius (Cassius Dio Cocceianus, Δίων ὁ Κάσσιος, ca 160‑235) est né en Bithynie, à Nicée, dans une famille de rang sénatorial. À Rome, il mène une carrière politique sous différents empereurs : préteur en 194 sous Pertinax, consul suffect entre 203 et 207, consul ordinaire en 222 et 229, il fut successivement entre 223 et 227 proconsul d’Afrique, gouverneur de Dalmatie, puis de Pannonie supérieure, avant de terminer sa vie en disgrâce à Nicée, où il meurt entre 232 et 235.

  • 131 Pour davantage de détails, on se reportera avec grand profit à l’introduction de l’édition de l’His (...)

1Les quatre-vingts livres de son Histoire romaine (ωμαικὴ ἱστορία) couvrent toute l’histoire de Rome, depuis les origines jusqu’à son époque ; nous disposons du texte intégral des livres XXXVI à LX, qui traitent de la période 68 av. J.‑C. à 47 de notre ère et de fragments pour le reste de l’œuvre. Cependant, un certain nombre de livres manquants nous sont parvenus sous forme d’abrégés, rédigés par deux moines byzantins131. Le premier, Xiphilin (XIe s.), écrivit à la demande de l’empereur Michel VII Doukas un abrégé (Épitomè) des livres XXXVI à LXXX, abrégé jugé fiable car assez respectueux du texte original sur lequel l’abréviateur intervient le moins possible ; néanmoins, l’ouvrage ne suit pas la structure en livres de Dion Cassius, mais s’organise par règnes d’empereurs. Le second, Jean Zonaras (XIIe s.), utilise Dion comme source principale de son œuvre en dix-huit livres, Les Annales,’Επιτομὴ ἱστοριῶν, qui retracent l’histoire du monde, de sa création jusqu’à la mort d’Alexis Comnène en 1118 ; les livres I à XXI de Dion Cassius sont sa source principale pour ce qu’il retient de l’histoire de Rome dans les livres VII-IX de ses Annales, les livres XLIV à LXVIII de Dion Cassius fournissant la matière aux livres X-XI de ces mêmes Annales ; pour les livres XI-XII, Zonaras utilise l’Épitomè de Xiphilin correspondant aux livres LXIX-LXXX de l’Histoire romaine de Dion Cassius. À la différence de Xiphilin, Zonaras n’hésite pas à récrire le texte de Dion en y apportant des modifications parfois importantes.

2Le texte qui suit fait partie du récit des guerres civiles après la mort de César et constitue un document fondamental sur les origines de Lugdunum et son rapport avec Vienne. Nous sommes juste après la défaite subie par Antoine à Modène, le 21 avril 43 av. J.‑C., et ce dernier entreprend de se replier sur la Narbonnaise.

35. Des Viennois aux origines de Lugdunum

Οἱ γὰρ βουλευταὶ ἐπειδὴ ἐπύθοντο τὸν Σιλανὸν τὰ τοῦ Ἀντωνίου πράξαντα, ἐφοβήθησαν τόν τε Λέπιδον καὶ τὸν Πλάγκον [καὶ] τὸν Λούκιον, μὴ καὶ ἐκεῖνοι αὐτῷ συνάρωνται, καὶ πέμψαντες πρὸς αὐτοὺς οὐδὲν ἔτι δεῖσθαί σφων ἔφασαν. Ἵνα τε μηδὲν ὑποτοπήσωσι κἀκ τούτου τι κακουργήσωσιν, ἐκέλευσαν αὐτοῖς τοὺς ἐκ Οὐιέννης τῆς Ναρβωνησίας ὑπὸ τῶν Ἀλλοβρίγων ποτὲ ἐκπεσόντας καὶ ἐς τὸ μεταξὺ τοῦ τε Ῥοδανοῦ καὶ τοῦ Ἀράριδος, ᾗ συμμίγνυνται ἀλλήλοις, ἱδρυθέντας συνοικίσαι. Καὶ οὕτως ἐκεῖνοι ὑπομείναντες τὸ Λουγούδουνον μὲν ὀνομασθὲν νῦν δὲ Λούγδουνον καλούμενον ἔκτισαν, οὐχ ὅτι οὐ καὶ ἐς τὴν Ἰταλίαν σὺν τοῖς ὅπλοις ἠδυνήθησαν ἂν ἐλθεῖν, εἴπερ ἠθελήκεσαν (ἀσθενέστατα γὰρ ἤδη τὰ ψηφίσματα πρὸς τοὺς τὰς δυνάμεις ἔχοντας ἤγετο), ἀλλ᾿ ὅτι τὴν ἔκβασιν τοῦ Ἀντωνιείου πολέμου περισκοποῦντες τῇ τε βουλῇ πεπειθαρχηκέναι δόξαι καὶ τὰ σφέτερα ἅμα κρατύνασθαι ἐβούλοντο.

Lorsque les sénateurs apprirent que Silanus embrassait la cause d’Antoine, ils craignirent que Lépide et Lucius Plancus eux aussi ne se joignent à lui, et ils leur firent savoir qu’ils n’avaient plus besoin d’eux. Et pour éviter qu’ils ne conçoivent quelque soupçon et de ce fait ne se montrent déloyaux, ils leur ordonnèrent de fonder une colonie au profit des gens qui depuis quelque temps avaient été chassés de Vienne en Narbonnaise par les Allobroges, et qui s’étaient installés au confluent, entre le Rhône et la Saône. Ils restèrent donc sur place et fondèrent ainsi la ville qui fut nommée Lugudunum, et qui s’appelle maintenant Lugdunum, non qu’il leur aurait été impossible de passer en Italie avec leurs armes, s’ils l’avaient voulu (car ceux qui commandaient les armées faisaient alors très peu de cas des décrets du Sénat), mais parce qu’ils voulaient, tout en surveillant attentivement l’issue de la guerre contre Antoine, paraître obéir aux ordres du Sénat et en même temps renforcer leurs propres positions.
(Dion Cassius, Histoire romaine, XLVI, 50)

3Non résumé par Xiphilin, ce texte est d’importance en raison de la mention de la fondation de Lyon, qui est replacée dans le contexte historique de la guerre civile qui sévit alors, au printemps 43 av. J.‑C. entre les trois futurs triumvirs, Marc Antoine, Lépide, et Octave. Ce dernier représente les pouvoirs réguliers de la République romaine, du Sénat en l’occurrence ; Marc Antoine, les Césariens. Antoine vient d’être défait à Modène par Octave et envisage de se replier sur la Narbonnaise, où le gouverneur, Lépide, ne lui est pas hostile ; quant à Lucius Munatius Plancus, futur fondateur de Lyon, il est gouverneur des Trois Gaules et consul désigné pour 42. Ainsi, Dion Cassius présente la fondation de Lyon comme voulue par le Sénat, une diversion destinée à éviter des tentations de trahisons chez les deux gouverneurs en charge de la Gaule. La date exacte de cette fondation, malgré les efforts d’A. Audin, qui proposait le 9 octobre 43, est en fait impossible à établir avec une absolue précision.

  • 132 Goudineau 1989, p. 25‑26.
  • 133 Suétone, Tibère, 4.

4Alors que la correspondance entre Cicéron et Plancus oriente plutôt vers une fondation coloniale (à Lugdunum) en l’honneur de vétérans de Plancus, le texte de Dion a pour cadre la guerre civile et présente la fondation de Lyon comme une manœuvre de diversion politique. Ce texte pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses en raison de la périphrase vague employée par Dion Cassius, τοὺς ἐκ Οὐιέννης τῆς Ναρβωνησίας ὑπὸ τῶν Ἀλλοβρίγων ποτὲ ἐκπεσόντας (« pour les gens qui avaient alors été chassés de Vienne en Narbonnaise par les Allobroges ») pour d’une part désigner les bénéficiaires de la colonie de Lyon et d’autre part pour dater l’événement dont ils ont été victimes. Cet extrait a fait l’objet d’une multitude de commentaires qu’on peut ramener grosso modo à deux positions. D’abord en ce qui concerne la date pour laquelle Dion emploie un adverbe au sens très vague, ποτέ, qui peut renvoyer à un passé lointain ou proche, indifféremment, on a fait valoir deux propositions. Pour certains historiens (Hirschfeld, Mommsen, Jullian), les troubles qui ont contraint à la fuite les gens en question sont à mettre en rapport avec la révolte des Allobroges sous la conduite de Catugnat en 62‑61, et ces mêmes historiens en général émettent l’hypothèse que les gens chassés étaient des marchands italiens, des negotiatores. L’objection majeure à cette thèse est qu’on ne peut être que surpris par la lenteur de la réaction du Sénat romain, car il se serait écoulé dix-huit ans entre les événements et la décision de fonder une colonie en dédommagement, fait lui-même peu vraisemblable, car on ne connaît pas d’exemple de fondation de colonie pour des simples marchands. Pour d’autres, il s’agirait de troubles survenus en Gaule après la mort de César ; M. Rambaud en particulier met en rapport cet événement avec une allusion à des bruits sur des troubles éventuels en Gaule qu’il relève dans une lettre de Cicéron datée du début d’avril 44 (Ad Atticum, XIV, 1, 1) ; les gens chassés auraient été des colons antérieurement installés à Vienne entre 50 et 46. C’est É. Jullien qui émit le premier cette hypothèse qui a été reprise par d’autres, en particulier par M. Rambaud, lequel va jusqu’à avancer que les colons auraient été des vétérans de la 5e légion Alauda, et par Chr. Goudineau. Le statut de ces colons (colonie de droit italien ou romain ?) a donc été largement débattu ; selon Chr. Goudineau132, qui s’appuie sur Suétone, pour tenter de préciser la périphrase de Dion Cassius, il pourrait s’agir de colons établis vers 45 à Vienne par Tiberius Claudius Nero, père du futur Tibère, « qui fut chargé d’aller déduire en Gaule des colonies parmi lesquelles Narbonne et Arles »133 ; Chr. Goudineau suppose « qu’à Vienne fut déduite une colonie de droit latin pour des militaires qui n’étaient pas des vétérans d’une légion déterminée (des auxiliaires ? des soldats de divers corps ?). Ce sont eux qui furent chassés par les Allobroges ». L’absence de Vienne dans la liste de Suétone s’expliquerait par le fait que ne sont mentionnées que les colonies de droit romain, non celles de droit latin (voir index, s.v. « statut colonial de Vienne »). C’est peu après la mort de César que les Allobroges se seraient soulevés et auraient chassé les colons, pour des raisons qui ne nous sont pas connues par les textes, et qu’on peut simplement supposer.

  • 134 Gascou 1999, p. 162.
  • 135 Gascou 1999, p. 165.

5Plus récemment, J. Gascou est revenu sur cette thèse développée par Chr. Goudineau : pour lui, les gens chassés de Vienne seraient des citoyens romains victimes des troubles liés à la révolte de Catugnat en 62‑61134 ; l’auteur réfute toute hypothèse de fondation coloniale à Vienne à l’époque de César, et, en s’appuyant sur le monnayage, considère que la première et seule fondation coloniale latine est due à Octave, aux environs de 40‑36 av. J.‑C.135 ; l’hypothèse d’une perte, temporaire, du statut de colonie latine lors d’une révolte qui aurait suivi la mort de César, et qui aurait été restauré par Octave, lui paraît infondée.

  • 136 César, Guerre des Gaules, VII, 64‑65 ; Dion Cassius, XL, 39.
  • 137 César, Guerre civile, III, 59‑61.
  • 138 Jullien 1891, p. 64‑67.
  • 139 César, Guerre des Gaules, 1, 6.

6Quels sont les rapports des Allobroges avec les acteurs politiques romains entre 59 et 44 ? On sait que les Allobroges sont restés fidèles à César lors de la révolte générale menée par Vercingétorix, qui avait d’ailleurs prévu de les attaquer136. Lors de la guerre civile, on connaît par César lui-même la trahison de deux notables allobroges, Roucilius et Aecus, fils d’Abducillus, qui passent dans le camp de Pompée137, vers mai 50. Est-il plausible d’établir un lien entre cet épisode et une hypothétique révolte après la mort de César ? Cette défection de personnages importants aurait-elle eu des répercussions par la suite à Vienne et suscité des réactions partisanes qui auraient abouti à cette expulsion des colons de Vienne ? Peut-être n’y a-t-il aucun rapport et s’agit-il d’une simple affaire de clientélisme. Dans l’hypothèse d’une fondation coloniale sous César, hypothèse émise par É. Jullien, il n’est pas impossible que l’installation de colons entre 46 et 44, et donc probablement de confiscations de terres, ait pu être à l’origine d’une rébellion allobroge138. D’autant qu’il ne faut pas oublier non plus que César lui-même a souligné qu’à son arrivée en Gaule les Allobroges étaient encore mal disposés envers Rome139 ; la révolte de Catugnat était relativement récente, et s’ils n’étaient pas en position de force après leur défaite de 61, certains Allobroges ont pu conserver un ressentiment ; les troubles de la guerre civile naissante après la mort de César auraient pu être l’occasion pour ces Allobroges de se retourner contre ces colons ; il faut cependant admettre qu’il n’existe aucune source explicite sur ce soulèvement.

Références

Auteur

Duval 1971, no 191 et 346 ; Brill Online, s.v. « Cassius III 1 » [A.R. Birley] ; F. Millar, A study of Cassius Dio, Oxford, 1964.

Œuvre

T.D. Barnes, « The composition of Cassius Dio’s Roman history », Phoenix 38, 1984, p. 240‑255.

Éditions

Dion Cassius, Histoire romaine, tome VI, éd. É. Gros, Paris, 1863, p. 124‑127. Trad. revue.

La publication de l’ensemble de l’Histoire romaine, avec traduction française, a été entreprise par É. Gros, et continuée par V. Boissée, Paris, 1845‑1870.

Pour l’établissement du texte grec et la richesse de l’apparat critique, on consultera Dionis Cassii Cocceiani historia romana cum annotationibus, éd. L.A. Dindorf, Leipzig, 1863‑1865 ; Cassii Dionis Cocceiani historiarum romanarum quae supersunt, éd. U.Ph. Boissevain, Berlin, 1895‑1901 (index en 1931). Plus récemment depuis quelques années, les Belles Lettres ont entrepris de publier Dion Cassius : Dion Cassius, Histoire romaine, livres 45 et 46, éd. V. Fromentin et E. Bertrand, CUF, Paris, 2008 ; chez le même éditeur, J. Auberger a donné une traduction des livres 57‑59, sans le texte grec, coll. La Roue à Livres, Paris, 1995.

Texte

La bibliographie sur les origines de Lyon est abondante ; citons cependant Jullien 1891 ; Jullien 1892, p. 93‑125 ; M. Rambaud, « L’origine militaire de la colonie de Lugdunum », CRAI, 1964, p. 252‑277 ; R. Frei-Stolba, « Zum Stadtrecht von Vienna (Colonia Iulia Augusta Florentia Vienna) », MH 41, 1984, p. 81‑95 ; pour les positions les plus récentes, voir le commentaire de Goudineau 1989 sur le texte de Dion Cassius, auquel on ajoutera B. Mandy, M. Monin et S. Krausz, « L’hôpital Sainte-Croix à Lyon. Un quatrième fossé. Présentation », Gallia 47, 1990, p. 79‑96 ; Decourt et Lucas 1993, texte 34, p. 72 ; Gascou 1999, p. 157‑165 ; G. Lucas, « Histoire d’une fondation : Colonia Copia Felix Munatia », in Desbat 2005, p. 41‑45. Voir aussi sur le statut de Vienne les textes 9, 27, 28, 95.

36. Florilège autour de Valérius Asiaticus

36a. Après l’assassinat de Caligula

Γάιος μὲν δὴ ταῦτα ἐν ἔτεσι τρισὶ καὶ μησὶν ἐννέα ἡμέραις τε ὀκτὼ καὶ εἴκοσι πράξας τοῖς ἔργοις αὐτοῖς ὡς οὐκ ἦν θεὸς ἔμαθεν. Ἐμνημόνευόν τε οἱ παρόντες τοῦ λεχθέντος ποτὲ ὑπ᾿ αὐτοῦ πρὸς τὸν δῆμον « εἴθε ἕνα αὐχένα εἴχετε », ἐπιδεικνύντες αὐτῷ ὅτι ἐκεῖνος μὲν αὐχένα ἕνα, σφεῖς δὲ δὴ χεῖρας πολλὰς ἔχοιεν. Ἐπεὶ δὲ τὸ δορυφορικὸν ἐταράττετο καὶ διαθέοντες ἐπυνθάνοντο τίς Γάιον ἔσφαξεν, Οὐαλέριος Ἀσιατικὸς ἀνὴρ ὑπατευκὼς θαυμαστὸν δή τινα τρόπον αὐτοὺς ἡσύχασεν, ἀνελθὼν ἐς περιφανές τι χωρίον καὶ ἐκβοήσας « Εἴθε ἐγὼ αὐτὸν ἀπεκτόνειν. » Καταπλαγέντες γὰρ ἐπαύσαντο τοῦ θορύβου.

Caïus, après s’être comporté ainsi pendant trois ans, neuf mois et vingt-huit jours, apprit, par les faits mêmes, qu’il n’était pas dieu. Ceux qui étaient présents se rappelaient ce qu’il avait dit un jour devant le peuple : « Si seulement vous n’aviez qu’une seule tête », et ils lui prouvaient par là qu’il n’avait, lui, qu’une seule tête, mais qu’ils avaient, eux, bien des bras. Comme la garde prétorienne était agitée et que, courant partout, on cherchait à savoir qui avait assassiné Caïus, Valérius Asiaticus, un ancien consul, les calma de façon étonnante : il monta sur un emplacement où tous pouvaient le voir, et s’écria bien fort : « Ah, si seulement c’était moi qui l’avais tué ! » Et, frappés de stupeur, ils cessèrent le tumulte.
(Dion Cassius, Histoire romaine, LIX, 30 [Xiphilin, Épitomé, 172, 22‑31])

7Le même passage, avec quelques variantes dans le récit, a été recensé dans les Excerpta de Sententiis, et catalogué comme provenant de Pierre le Patrice (ca 500‑565) :

Ὅτι πολλοὶ τῶν συνασελγαινόντων καὶ συνεξημαρτηκότων αὐτῶ ἤχθοντο καὶ ἐταράττοντο καὶ τοὺς στρατιώτας πολλὰ πειραθέντες καταστῆσαι οὐκ ἠδύναντο, Βαλέριος δὲ Ἀσιατικὸς ἀνὴρ ὑπατευκὼς θαυμαστόν τινα τρόπον κατέπαυσεν· διατρεχόντων γὰρ αὐτῶν καὶ πυνθανομένων τίς Γάιον ἀπέσφαξεν, ἵνα δίκην παρ᾿ αὐτοῦ λάβωσιν, ἀνῆλθεν εἰς περιφανὲς χωρίον καὶ ἐβόησεν αὐτοῖς· « εἴθε ἐγὼ αὐτὸν ἀπέκτεινα· » καὶ ἐκ τούτου καταπλαγέντες καὶ τὸν ἄνδρα αἰδεσθέντες ἡσύχασαν.

  • 140 Dion Cassius, Histoire romaine, éd. L. Dindorf, Leipzig, 1865, vol. V, p. 189 ; éd. U.Ph. Boissevai (...)

Beaucoup de ses compagnons de débauche et de crimes étaient en colère et agités, et, malgré plusieurs tentatives, ne pouvaient apaiser les soldats ; mais Valérius Asiaticus, un ancien consul, les calma de façon étonnante : en effet, alors qu’ils parcouraient la ville en cherchant à savoir qui avait tué Caïus, pour le châtier, il monta sur un emplacement où tous pouvaient le voir et s’écria : « si seulement c’était moi qui l’avais tué ! » Alors, frappés de stupeur et pleins de respect, ils retrouvèrent le calme140.

8Il faut se reporter aussi au texte de Flavius Josèphe qui rapporte l’épisode (17).

36b. Un consul trop riche

Ταῦτα μὲν δὴ τοιαῦτά ἐστι, τοῦ δ᾿ ἐνιαυτοῦ ἐκείνου ἐξελθόντος Οὐαλέριός τε Ἀσιατικὸς τὸ δεύτερον καὶ Μᾶρκος Σιλανὸς ὑπάτευσαν. Καὶ οὗτος μὲν ἐφ᾿ ὅσον ᾑρέθη ἦρξεν, Ἀσιατικὸς δὲ ἀπεδείχθη μὲν ὡς καὶ δι᾿ ἔτους ὑπατεύσων, ὃ καὶ ἐπ᾿ ἄλλων ἐγίγνετο, οὐ μέντοι καὶ ἐποίησε τοῦτο, ἀλλ᾿ ἀφῆκε τὴν ἀρχὴν ἐθελούσιος, καὶ αὐτὸ καὶ ἕτεροί τινες ἔπραξαν· ἀλλ᾿ ἐκεῖνοι μὲν ὑπὸ πενίας, τὰ γὰρ ἀναλώματα τὰ ἐν ταῖς ἱπποδρομίαις γιγνόμενα ἐπὶ πολὺ ἐκεχωρήκει· τετράκις γὰρ καὶ εἰκοσάκις ὡς πλήθει ἡμιλλῶντο, ὁ δ᾿ Ἀσιατικὸς ὑπ᾿ αὐτοῦ τοῦ πλούτου, ὑφ᾿ οὗπερ καὶ ἀπέθανεν· ἐπεὶ γὰρ ἔν τε πολλῇ περιουσίᾳ ἦν καὶ ἐκ τοῦ δεύτερον ὑπατεύειν καὶ ἐπαχθὴς καὶ ἐπίφθονος πολλοῖς ἐγεγόνει, καταλῦσαι τρόπον τινὰ αὐτὸς ἑαυτὸν ἠθέλησεν ὡς καὶ ἧττόν τι παρὰ τοῦτο κινδυνεύσων.

Voilà ce qui s’était passé, et à la fin de l’année, Valérius Asiaticus devint consul pour la seconde fois, avec Marcus Silanus. Ce dernier exerça sa charge le temps pour lequel il avait été élu ; en revanche, Asiaticus, qui avait été pourtant élu pour l’année entière, ce qui était aussi le cas d’autres, n’accomplit pas son mandat, mais démissionna de son plein gré. Cela également d’autres aussi l’avaient fait ; mais ces derniers avaient agi ainsi en raison de leur pauvreté : c’est que les dépenses pour les jeux du cirque s’étaient considérablement accrues, car généralement, on disputait vingt-quatre courses de chevaux ; mais Asiaticus démissionna à cause de sa richesse même, qui causa aussi sa perte. C’est que ses grandes richesses et son second consulat suscitaient l’envie et la jalousie chez bien des gens et il voulut en quelque sorte se mettre en retrait lui-même pour moins s’exposer aux dangers.
(Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 27)

36c. Une victime de Messaline

Μηνυθέντων δέ τινων ὡς ἐπιβουλεύοιεν αὐτῷ, τοὺς μὲν ἄλλους ἐν οὐδενὶ λόγῳ ἐποιήσατο, εἰπὼν ὅτι οὐ τὸν αὐτὸν χρὴ τρόπον ψύλλαν τε καὶ θηρίον ἀμύνεσθαι, ὁ δὲ Ἀσιατικὸς ἐκρίθη μὲν παρ᾿ αὐτῷ καὶ ὀλίγου δὲ δεῖν ἀπέφυγεν. Ἀρνουμένου γὰρ αὐτοῦ καὶ λέγοντος ὅτι οὐκ οἶδα οὐδὲ γνωρίζω τῶν καταμαρτυρούντων μου τούτων οὐδένα, ἐρωτηθεὶς ὁ στρατιώτης ὁ φάσκων αὐτῷ συγγεγονέναι ὅστις ὁ Ἀσιατικὸς εἴη, φαλακρόν τινα προσεστῶτα κατὰ τύχην ἔδειξε· τοῦτο γὰρ αὐτοῦ τὸ σύμβολον μόνον ἠπίστατο. Γέλωτος οὖν ἐπὶ τούτῳ πολλοῦ γενομένου, καὶ τοῦ Κλαυδίου ἀπολύειν αὐτὸν μέλλοντος, ὁ Οὐιτέλλιος τῇ Μεσσαλίνῃ χαριζόμενος παρακεκλῆσθαι ἔφη ὑπ᾿ αὐτοῦ ἵν᾿ ὅπως ἂν βουληθῇ ἀποθάνῃ. Ἀκούσας δὲ τοῦτ᾿ ἐκεῖνος ἐπίστευσέ τε αὐτὸν ὄντως ἑαυτοῦ διὰ τὸ συνειδὸς κατεγνωκέναι, καὶ κατεχρήσατο. […]
Ἅμα τε τοῦτ᾿ ἐγίγνετο καὶ αὐτὸς ἐς τὴν πόλιν ἠπείχθη, καὶ ὥσπερ εἶχεν ἐσελθὼν ἄλλους τε πολλοὺς καὶ τὸν Μνηcτῆρα ἐθανάτωcε, καὶ μετὰ τοῦτο καὶ αὐτὴν τὴν Μεσσαλῖναν ἐς τοὺς τοῦ Ἀσιατικοῦ κήπους, δι᾿ οὕσπερ οὐχ ἥκιστα ἀπωλώλει, ἀναχωρήσασαν ἀπέσφαξεν.

Alors que certains avaient été dénoncés et accusés de complot contre lui [Claude], il ne fit aucun cas d’eux, en disant qu’il ne fallait pas se défendre contre une puce de la même manière que contre une bête sauvage, mais c’est dans son cabinet qu’il jugea Asiaticus, et peu s’en fallut qu’Asiaticus en réchappât. Car, comme il niait le crime et ne faisait que répéter : « Je ne sais pas et je ne reconnais aucun de ces gens qui témoignent contre moi », le soldat qui prétendait avoir été son complice, et à qui on avait demandé de désigner Asiaticus, montra au hasard un homme chauve qui se tenait debout à côté de l’accusé ; c’était, en effet, le seul signe distinctif qu’il connaissait de sa personne. Il s’ensuivit un grand éclat de rire, et Claude était sur le point de libérer Asiaticus, quand Vitellius, désireux de complaire à Messaline, dit qu’Asiaticus l’avait appelé à son aide pour avoir la possibilité de choisir sa mort. À ces mots, Claude crut qu’Asiaticus s’était vraiment condamné lui-même dans sa conscience, et il se rangea à cette demande. […]
Par suite de ces révélations, Claude se hâta de revenir à Rome, et, à peine arrivé, il fit exécuter un grand nombre de suspects, parmi lesquels Mnester, et ensuite il fit égorger Messaline elle-même, qui s’était retirée dans les jardins d’Asiaticus, jardins qui avaient causé sa perte.
(Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 29 et 31)

9Dans la version ci-dessus, Dion présente la condamnation d’Asiaticus comme plutôt contraire à l’indulgence habituelle de Claude vis-à-vis de ses proches, dont il vient de donner quelques exemples. Il revient sur le sort d’Asiaticus un peu plus loin dans le texte, lorsque Narcisse, l’affranchi de Claude, dénonce les menées et le comportement scandaleux de Messaline. U.Ph. Boissevain recense dans la section de son édition de Dion Cassius, Joannis Antiocheni excerpta e Dione derivata, un extrait relatif au même épisode :

Ἐνταῦθα καταμηνυθεῖσα τῷ Κλαυδίῳ πρὸς Ναρκίσσου τινὸς ἀπελευθέρου τοῦ βασιλέως ἀναιρεῖται, τῶν μὲν βασιλείων ἐξωθεῖσα, περὶ δὲ τοὺς Ἀσιατικοὺς κήπους πλανωμένη, ὧν ἕνεκα τὸν δείλαιον Ἀσιατικὸν μικρῷ πρόσθεν ἀπολωλέκει.

  • 141 Éd. U.Ph. Boissevain, Berlin, 1901, vol. III, p. 754. Fragment qui est repris dans les deux récente (...)

Dénoncée auprès de Claude par Narcisse, un affranchi de l’empereur, elle [Messaline] est mise à mort, alors que, après avoir été chassée du palais, elle errait dans les jardins d’Asiaticus, pour lesquels, peu de temps auparavant, elle avait fait périr le malheureux en question141.

10Pour le commentaire des textes 36b et 36c, on se reportera au texte de Tacite (21). On consultera aussi la version donnée par Zonaras (139).

Références

Éditions

36a

Dion Cassius, Histoire romaine, éd. L. Dindorf, Leipzig, 1864, vol. III, p. 334 et 1865, vol. V, p. 172 ; éd. U.Ph. Boissevain, Berlin, 1898. vol. II, p. 659‑660 et 1901, vol. III. p. 574‑575. Trad. G. Lucas.

36b

Dion Cassius, Histoire romaine, éd. L. Dindorf, Leipzig, 1864, vol. III, p. 363‑364 ; éd. U.Ph. Boissevain, Berlin, 1898, vol. II, p. 687‑688. Trad. G. Lucas.

36c

Dion Cassius, Histoire romaine, éd. L. Dindorf, Leipzig, 1864, vol. III, p. 366 et 369 ; éd. U.Ph. Boissevain, Berlin, 1901, vol. III, p. 2 et 579‑580 et pour le second extrait, vol. III, p. 6.

Pour le second extrait, voir aussi A.G. Roos, Excerpta historica iussu Imp. Constantini Porphyrogeniti confecta, Berlin, 1910, vol. II/2, p. 341, n. 225. Trad. G. Lucas.

Notes

131 Pour davantage de détails, on se reportera avec grand profit à l’introduction de l’édition de l’Histoire romaine (livres 45‑46), CUF, Paris, 2008, rédigée par V. Fromentin, qui fait le point sur la tradition manuscrite, p. LXXV-CVI.

132 Goudineau 1989, p. 25‑26.

133 Suétone, Tibère, 4.

134 Gascou 1999, p. 162.

135 Gascou 1999, p. 165.

136 César, Guerre des Gaules, VII, 64‑65 ; Dion Cassius, XL, 39.

137 César, Guerre civile, III, 59‑61.

138 Jullien 1891, p. 64‑67.

139 César, Guerre des Gaules, 1, 6.

140 Dion Cassius, Histoire romaine, éd. L. Dindorf, Leipzig, 1865, vol. V, p. 189 ; éd. U.Ph. Boissevain, Berlin, 1898, vol. II, p. 660 ; le même, Excerpta historica iussu Imp. Constantini Porphyrogeniti confecta, Berlin, 1906, vol. IV, p. 246, E Petro Patricio, n. 36. Trad. G. Lucas.

141 Éd. U.Ph. Boissevain, Berlin, 1901, vol. III, p. 754. Fragment qui est repris dans les deux récentes éditions de Jean d’Antioche (106), celle d’U. Roberto, frg. 168, p. 293‑294 et celle de S. Mariev, frg. 115, p. 196‑197. Trad. G. Lucas.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search