Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Ptolémée, Géographie

Texte intégral

Claude Ptolémée, Κλαύδιος Πτολεμαῖος (ca 90-168), est un Grec d’Alexandrie, philosophe, mathématicien, physicien, astronome et géographe, dont la vie nous est pratiquement inconnue. De son œuvre, qui exerça sur la science occidentale une influence immense, on retiendra d’abord son Traité d’astronomie, ou Syntaxe mathématique, appelé aussi, depuis les Arabes, l’Almageste, et sa Géographie.

  • 126 Aujac 1975, p. 17-24.

1Le Manuel de Géographie (Γεωγραφικὴ ὑφήγησις, ou tout simplement la Géographie, Γεωγραφία), en huit volumes, a vu son attribution à Ptolémée parfois contestée. Dans le livre I, Ptolémée expose son système géographique en se démarquant des travaux de son prédécesseur, Marin de Tyr (premier tiers du IIe s. ap. J.-C.). Dans les livres II-VII, il fait la description cartographique des trois continents en recensant et classant par régions plus de 8 000 toponymes, en les localisant d’après leur longitude et latitude. La latitude est calculée à partir de l’équateur, et la longitude d’après le méridien des Canaries (emprunt à Marin de Tyr), qui a l’avantage d’exprimer toutes les longitudes en degrés Est (sauf pour le livre VIII où le méridien de référence est celui d’Alexandrie). Il faut cependant se souvenir que les bases de calcul de Ptolémée pour les longitudes sont erronées, car il s’est fondé sur le calcul de la circonférence terrestre fait par Poséidonios (180 000 stades, soit ca 28 350 km) et non sur celui d’Ératosthène (252 000 stades, soit ca 39 690 km), beaucoup plus proche de notre évaluation moderne126. Cela rend le repérage parfois difficile, d’autant que les noms et les chiffres ont souvent subi des déformations importantes, soit par méconnaissance des sources par l’auteur, soit par des erreurs imputables à la transmission manuscrite.

  • 127 Pédech 1976, p. 188.
  • 128 Duval 1971, p. 342.

2Le huitième et dernier livre est destiné à établir un atlas de 26 cartes régionales (10 pour l’Europe, 4 pour l’Afrique, 12 pour l’Asie) avec 358 « villes remarquables ». Ptolémée n’aurait pas dessiné les cartes afférentes à ses recherches ; « celles qui accompagnent certains de ses manuscrits remonteraient à un atlas dressé par un certain Agathodaimon, ingénieur à Alexandrie et sans doute légèrement postérieur à Ptolémée » 127 ; et même, selon P.-M. Duval, les cartes attribuées à Ptolémée et qui accompagnent nombre de manuscrits « sont probablement de fabrication byzantine tardive »128.

31. Rivières de Narbonnaise

3Après avoir tracé les limites de la Narbonnaise, Ptolémée descend le cours du Rhône depuis sa source. Nous présentons ici la partie qui concerne la Narbonnaise.

Εἰς δὲ τὸ ἀπὸ μεσεμβρίας Οὐιέννης πόλεως μέρος ῥέουσιν ὁμοίως ἀπὸ τῶν Ἄλπεων ὅ τ᾿ Ἴσαρ ποταμὸς καὶ ὁ Δρουεντίας ποταμὸς·

καὶ τοῦ μὲν Ἴσαρος αἱ πηγαὶ ἐπέχουσι μοίρας

κη°

μδ°

τοῦ δὲ Δρουεντία ἡ κεφαλή

κη° (ʹ)

μγ° ∠δ'

Πάλιν δὲ ἡ μὲν τοῦ Ἴσαρος πρὸς τὸν Ῥοδανὸν συμβολὴ ἐπέχει μοίρας

κβ° γ' (γο')

μδ° ∠'

ἡ δὲ τους Δρουεντία μοίρας

κβ° γο'

μγ° ∠γ'

Pour la partie sud [du cours du Rhône] à partir de la ville de Vienne coulent de même, en provenance également des Alpes, l’Isère et la Durance :

Sources de l’Isère :

28° Long., 44° Lat.

Sources de la Durance :

28° (30’) Long., 43° 45’ Lat.

En remontant, confluent de l’Isère et du Rhône :

22° 20’ (40’) Long., 44° 30’ Lat.

Confluent de la Durance :

22° 40’ Long., 43° 50’ Lat.

(Ptolémée, Géographie, II, 10, 6-7)

4Puis Ptolémée aborde la côte qu’il va décrire en partant vers l’est.

Références

Édition

Klaudios Ptolemaios. Handbuch der Geographie, éd. A. Stückelberger et G. Grasshoff, tome I, Bâle, 2006, p. 216. Trad. G. Lucas.

32. Coordonnées des villes de Narbonnaise

5Après avoir délimité les extrémités de la Narbonnaise le long du rivage (II, 10, 1), Ptolémée examine en gros ce qui correspond à notre Languedoc-Rousillon (II, 10, 2) ; puis il donne les limites nord et nord-est avec le Rhône et les Alpes (II, 10, 3-5) et revient à la Narbonnaise en énumérant les villes du nord au sud.

Εἶτ᾿ ἀπ᾿ ἀνατολῶν τοῦ Ῥοδανοῦ (ποταμοῦ) ἀρκτικώτατοι μὲν Ἀλλόβρογες ( Ἀλλόβριγες) ὑπὸ Μεδούλλους (Μενδούλλους), ὧν πόλις μεσόγειος

Οὐίεννα

        

κγ°

με°

Ὑφ᾿ οὓς δυσμικώτεροι μὲν Σεγαλλαυνοί (Σεταλλανοί), ὧν πόλις

        

Οὐαλεντία κολωνία

        

кγ°

μδ° γ' (∠')

Puis à l’est du Rhône, tout à fait au nord, au-dessous des Médules sont les Allobroges, dont la capitale, située à l’intérieur des terres, est

Vienne :

23° Long., 45° Lat.

Au-dessous, plus à l’occident, sont les Ségovellaunes avec, comme capitale, la colonie de Valence :

23° Long., 44° 20’ (30’) Lat.

(Ptolémée, Géographie, II, 10, 7)

6Les éditeurs signalent entre parenthèses les variantes les plus importantes des manuscrits retenus, témoignages des hésitations de la transmission manuscrite, portant sur les noms propres et les mesures. Faut-il systématiquement entendre μητρόπολις pour πόλις dans une construction avec un génitif pluriel traduisant l’appartenance ? Nous préférons la traduction par le terme « capitale » plutôt que le simple « ville ».

Références

Auteur

Duval 1971, no 152 ; RE XXIII/2, 1959, s.v. « Ptolemaios », col. 1788-1867 [K. Ziegler et al.] ; RE suppl. X, 1965, s.v. « Ptolemaios », col. 680-831 [E. Polaschek] ; Brill Online, s.v. « Ptolemaeus 65 » [M. Folkerts].

Œuvre

À propos de l’histoire de la géographie et de la cartographie dans l’Antiquité, RE X, 1919, s.v. « Karten », col. 2022-2149 [W. Kubitschek] ; Pédech 1976, p. 178-190 ; Dilke 1985, p. 72-86 ; J.-B. Hartley et D. Woodward, The history of cartography I. Cartography in the prehistoric, ancient and medieval Europe and the Mediterranean, Chicago, 1987 ; Nicolet 1988, passim ; G. Lloyd, Une histoire de la science grecque, Paris, 1990, p. 307-331.

Éditions

Klaudios Ptolemaios. Handbuch der Geographie, éd. A. Stückelberger et G. Grasshoff, tome I, Bâle, 2006, p. 218. Cette édition, en deux volumes (vol. 1, livres I-IV ; vol. 2, livres V-VIII, avec cartes), est accompagnée d’un CD-ROM. Trad. G. Lucas.

Voir également, Claudii Ptolemaei Geographia, éd. K.Fr.A. Nobbe, Leipzig, 1843-1844 (réimpr., 1966) ; Ptolémée, Geographia, I, éd. K. Müller, Paris, 1883 (avec traduction latine en regard du texte grec) ; pour la partie astronomique, Ptolémée, Opera astronomica minora, éd. J.L. Heiberg, Leipzig, 1907. On trouvera une traduction anglaise des textes 31 et 32 dans J. Lennart Berggren et A. Jones, Ptolemy’s Geography, an annotated translation of the theoretical chapters, Princeton-Oxford, 2000, p. 104-107.

33. Éléments pour une cartographie de la Narbonnaise

7Ptolémée, après avoir réparti dans les livres II à VII le monde en 64 régions, opère un regroupement pour aboutir à 26 cartes ; il s’en explique ainsi :

  • 129 Cité d’après Aujac 1998, p. 15.

Avec un tel objectif en vue, concernant la répartition par pays, nous avons fait pour l’Europe dix cartes, pour la Libye quatre, pour l’Asie dans sa totalité douze. Pour chacune de ces cartes, nous donnons le schéma directeur : nous indiquons en premier lieu le continent dont la carte fait partie, les dimensions de la carte, les pays qu’elle contient, le rapport approximatif du parallèle médian au méridien, les limites de la carte sur tout le tour ; nous indiquons ensuite les villes principales de chaque région, avec leur latitude exprimée en durée du jour le plus long, et leur longitude par rapport au méridien d’Alexandrie, en précisant si c’est à l’est ou à l’ouest, exprimée en nombre d’heures équinoxiales, ce qui est un moyen de mesurer la distance. Pour les villes situées sous le zodiaque, on indiquera également si le soleil passe au zénith une ou deux fois l’an, et à quelle distance du solstice (VIII, 2, 1)129.

8Extrait du livre VIII, qui fixe les points à faire figurer sur chacune des 26 cartes régionales, le passage énumère les « villes remarquables » à noter sur une page de l’atlas de Ptolémée ; la Narbonnaise fait partie de la troisième des dix cartes d’Europe prévues par Ptolémée, au même titre que les Gaules aquitaine, lugdunaise et belgique et les îles adjacentes ; cette carte est limitée à l’est par la grande Germanie, la Rhétie, l’Italie, au sud par la mer de Gaule (Méditerranée), à l’ouest par les monts Pyrénées et le golfe Aquitain, au nord par l’océan Britannique. Toutes les villes et rivières et montagnes qui figurent dans la chorographie détaillée avec leurs coordonnées en longitude et latitude ne sont pas citées dans ce récapitulatif, mais les planches comportent plus de cités que les quatre énumérées ici qui servent de références. On relèvera que les coordonnées utilisées ne sont pas de même nature que celles de la chorographie : aux latitudes sont substituées les durées du jour le plus long et les longitudes sont exprimées non plus par rapport au méridien des îles Fortunées, mais par rapport à celui d’Alexandrie, ce qui oblige à préciser, à l’est ou à l’ouest.

Τῆς δὲ Ναρβωνησίας Κελτογαλατίας
ἡ μὲν Μασσαλία τὴν μεγίστην ἡμέραν ἔχει ὡρῶν ιε̅ δ´ καὶ διέστηκεν Ἀλεξανδρείας πρὸς δύσεις ὥραις β̅ γιβ´ (β̅ γιε´),
ἡ δὲ Ναρβὼν καὶ αὐτη ἔχει τὴν μεγίστην ἡμέραν ἔχει ὡρῶν ιε̅ δ´ καὶ διέστηκεν Ἀλεξανδρείας πρὸς δύσεις ὥραις β̅
ιβ´ (β̅ ∠ʹ)
ἡ δὲ Οὐϊέννα τὴν μεγίστην ἡμέραν ἔχει ὡρῶν ιε̅
∠ʹ καὶ διέστηκεν Ἀλεξανδρείας πρὸς δύσεις ὥραις β̅ δ´ (β̅ ∠ʹ),
ἡ δὲ Νέμαυσος ἔχει τὴν μεγίστην ἡμέραν ὡρῶν ιε̅
∠ʹ ἔγγιστα (ιε̅ γιβ´) καὶ διέστηκεν Ἀλεξανδρείας πρὸς δύσεις ὥραις β̅ ∠ʹ.

Dans la Gaule narbonnaise, Marseille a comme jour le plus long 15 ¼ h ; distance d’Alexandrie, à l’ouest, 2 ⁵⁄₁₂ h (2 ⅖ h).
Narbonne elle aussi a comme plus long jour de 15 % h ; d’Alexandrie à cette ville à l’ouest, la distance est de 2 ⁷⁄₁₂ h (2 ½ h).
À Vienne, le jour le plus long est de 15 ½ h ; distance à l’ouest d’Alexandrie, 2 ¼ h (2 ½h).
Nîmes : durée du plus long jour, 15 ½ h (15 ⁵⁄₁₂ h) ; distance d’Alexandrie, à l’ouest, 2 ½ h.
(Ptolémée, Géographie, VIII, 5, 7)

9Si on consulte les planches représentées dans l’article de G. Aujac (1998), on peut constater que, outre les quatre villes de référence ci-dessus citées, figurent dans la Narbonnaise des cités comme Avignon, Valence, Orange, Aix, mais aussi d’autres moins prestigieuses telles Glanum, Ernaginum, Albaugusta et des noms de peuples gaulois. Le tome II de l’édition d’A. Stückelberger et G. Grasshoff (voir infra), comporte des planches cartographiques des régions déterminées par Ptolémée.

Références

Édition

Klaudios Ptolemaios. Handbuch der Geographie, éd. A. Stückelberger et G. Grasshoff, tome II, Bâle, 2006, p. 782. Trad. G. Lucas.

Textes 31-33

Sur la Gaule, P. Schmitt, « Les frontières de la Gaule d’après Ptolémée », Caesarodunum 16, 1981, p. 5-16. Sur la Narbonnaise selon Ptolémée, Thollard 2009, p. 83-99.

Notes

126 Aujac 1975, p. 17-24.

127 Pédech 1976, p. 188.

128 Duval 1971, p. 342.

129 Cité d’après Aujac 1998, p. 15.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search