Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Suétone, Vie des douze Césars

Texte intégral

Suétone (Caius Suetonius Tranquillus), né et mort à Rome (ca 70 - après 122), appartient à une famille de chevaliers. Protégé de Pline le Jeune, il fut un moment chargé auprès d’Hadrien de la correspondance impériale avant d’être disgracié, vers 119‑122 ; après quoi il se consacra à ses travaux d’érudition.

  • 120 Gascou 1984, p. 358.

1De l’œuvre de ce polygraphe, il ne nous reste que quelques fragments dispersés et ses Vies des douze Césars (De Vita Caesarum libri), en huit livres, publiés vers 120. Selon un procédé de composition littéraire particulièrement affectionné par Suétone, les deux textes qui suivent traitent d’un même événement qui a été fractionné en deux parties120.

29. Le coq viennois

Consentiente deinde etiam superioris prouinciae exercitu, qui prior a Galba ad senatum defecerat, cognomen Germanici delatum ab uniuersis cupide recepit, Augusti distulit, Caesaris in perpetuum recusauit.
Ac subinde caede Galbae adnuntiata, compositis Germanicis rebus, partitus est copias, quas aduersus Othonem praemitteret quasque ipse perduceret. Praemisso agmine laetum euenit auspicium, siquidem a parte dextra repente aquila aduolauit lustratisque signis ingressos uiam sensim antecessit. At contra ipso mouente statuae equestres, cum plurifariam ei ponerentur, fractis repente cruribus pariter corruerunt, et laurea, quam religiosissime circumdederat, in profluentem excidit ; mox Viennae pro tribunali iura reddenti gallinaceus supra umerum ac deinde in capite astitit. Quibus ostentis par respondit exitus ; nam confirmatum per legatos suos imperium per se retinere non potuit.

Ensuite, lorsque l’armée de Haute-Germanie, qui la première s’était détachée de Galba pour passer au Sénat, l’eut reconnu, Vitellius accepta avec enthousiasme le surnom de Germanicus qu’on lui décernait à l’unanimité, mais il remit à plus tard celui d’Auguste, et refusa toujours celui de César.
Tout de suite après avoir appris le meurtre de Galba, il [Vitellius] mit de l’ordre dans les affaires de Germanie et divisa ses troupes en deux corps d’armées : l’une prendrait les devants pour combattre Othon et lui-même conduirait l’autre. La première armée reçut un heureux présage : en effet, un aigle s’envola soudain de la droite dans sa direction et, après avoir plané au-dessus des enseignes, précéda de peu les troupes quand elles se mirent en route. Mais lors de son propre départ, les statues équestres qu’on lui avait dressées en divers endroits s’écroulèrent toutes à la fois, les jambes subitement brisées ; et la couronne de laurier, dont il avait ceint sa tête avec une extrême vénération, tomba dans un cours d’eau ; peu après, à Vienne, pendant qu’il rendait la justice du haut de son tribunal, un coq se percha sur son épaule et ensuite sur sa tête. Or la suite des événements correspondit à ces présages, car il ne put conserver par lui-même l’Empire que ses lieutenants lui avaient assuré.
(Suétone, Vie des douze Césars, Vitellius, 8‑9)

Références

Édition

Suétone, Vies des douze Césars, tome III, éd. H. Ailloud, CUF, Paris, 1964, p. 36‑37. Trad. revue.

30. La mort annoncée de Vitellius

Periit cum fratre et filio anno uitae septimo quinquagesimo ; nec fefellit coiectura eorum qui augurio, quod factum ei Viennae ostendimus, non aliud portendi praedixerant quam uenturum in alicuius Gallicani hominis potestatem, siquidem ab Antonio Primo aduersarum partium duce oppressus est, cui Tolosae nato cognomen in pueritia Becco fuerat : id ualet gallinacei rostrum.

Il périt avec son frère et son fils au cours de sa cinquante-septième année ; et il ne fit pas mentir l’interprétation que certains donnèrent au présage qui était survenu à Vienne et que nous avons rapporté ; selon eux, c’était la prédiction qu’il tomberait entre les mains d’un Gaulois ; or il fut écrasé par Antonius Primus, le général du parti adverse, natif de Toulouse, et qui était surnommé dans son enfance Beccus, ce qui veut dire « bec de coq ».
(Suétone, Vie des douze Césars, Vitellius, 18)

  • 121 Suétone, Vitellius, 10 ; de même, Dion Cassius, Histoire romaine, LXV, 2‑4.

2Né en septembre 12 ap. J.‑C., Aulus Vitellius est le fils de Lucius Vitellius dont Suétone rapporte qu’il avait l’esprit doué d’un merveilleux penchant à la flatterie (miri in adulando ingenii) ; courtisan éprouvé de Caligula, Claude et Messaline, il joua un rôle essentiel dans la condamnation de Valérius Asiaticus (21). De son fils, les historiens nous ont laissé l’image d’un homme glouton, cupide et violent. Nommé par Galba en 68 à la tête des légions de Germanie inférieure, il est acclamé par ces légions le 2 janvier 69, obtient un certain nombre de ralliements (23) et décide de marcher sur Rome après l’assassinat de Galba le 15 janvier. Il se fait précéder de ses deux légats, Valens et Caecina (26) qui mettent Vienne à mal. Lui-même, après un séjour à Lyon, où il fit accueillir et saluer son fils du nom de Germanicus, se rend à Vienne, à la mi-mai. C’est à cette occasion que Suétone signale cet épisode du présage du coq, que Tacite ne mentionne pas. Les relations des Viennois avec les Vitellii sont pour le moins marquées par une mauvaise étoile et Vitellius lui-même se méfie des Viennois (27). La marche de Vitellius vers Rome à travers la Gaule est décrite par Suétone comme un triomphe sans cesse recommencé, au milieu des fêtes et des rapines121.

  • 122 Suétone, Vitellius, 16‑17 ; Tacite, Histoires, III, 84‑85.
  • 123 Dion Cassius, Histoire romaine, LXV, 20‑21.
  • 124 Tacite, Histoires, III, 49.
  • 125 Tacite, Histoires, IV, 11.

3Quant à Beccus, surnom du général de Vespasien, Antonius Primus, grand organisateur de la victoire sur les troupes de Vitellius, il ne tira guère bénéfice de son dévouement à Vespasien, alors que c’est sous son commandement que les troupes vitelliennes furent battues en Italie, entre autres à la bataille de Crémone le 24 octobre 69 et dans les quelques jours de combats à Rome autour du Capitole, à partir du 19 décembre. C’est au cours de ces combats, probablement le 22 décembre, que Vitellius est mis à mort de façon ignominieuse122 ; selon Dion Cassius, c’est un soldat gaulois qui aurait tué l’empereur, pour lui éviter une humiliation totale123. Quant à Antonius Primus, dont Tacite trace un portrait-charge124, d’une part Vespasien reconnaît mal ses services, d’autre part il est définitivement éclipsé et écarté par Mucien lorsque celui-ci arrive à Rome ; Tacite emploie l’expression très forte de potentia fracta, pour qualifier la ruine politique d’Antonius Primus et d’autres personnages125. On ignore tout de ce qu’il devint, si ce n’est que Martial (IX, 100) lui fait une dédicace vers l’année 96.

Références

Auteur

Duval 1971, no 149 ; Sallmann 2000, p. 14‑58 (§ 404) ; Brill Online, s.v. « Suetonius 2 » [K. Sallmann].

Œuvre

E. Cizek, Structures et idéologie dans « Les vies des douze Césars » de Suétone, Bucarest-Paris, 1977 ; du même auteur, Histoire et historiens à Rome dans l’Antiquité, Lyon, 1995, p. 256‑264 ; Gascou 1984 ; L. de Coninck, « Les sources documentaires de Suétone, Les XII Césars : 1900‑1990 », ANRW II.35.5, 1991, p. 3675‑3700.

Édition

Suétone, Vies des douze Césars, tome III, éd. H. Ailloud, CUF, Paris, 1964, p. 45. Trad. revue.

Texte

Sur le séjour de Vitellius à Lyon, Ph. Fabia, « Vitellius à Lyon », Revue d’histoire de Lyon 2, 1903, p. 89‑105. Sur les prodiges, R. Bloch, Les prodiges dans l’Antiquité classique, Mythes et religions 46, Paris, 1963.

Notes

120 Gascou 1984, p. 358.

121 Suétone, Vitellius, 10 ; de même, Dion Cassius, Histoire romaine, LXV, 2‑4.

122 Suétone, Vitellius, 16‑17 ; Tacite, Histoires, III, 84‑85.

123 Dion Cassius, Histoire romaine, LXV, 20‑21.

124 Tacite, Histoires, III, 49.

125 Tacite, Histoires, IV, 11.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search