Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Pline le Jeune, Lettres

Texte intégral

Pline le Jeune, Caius Plinius Caecilius Secundus (ca 61 - 114 ?) né à Côme vers 61, mort après 113, fut adopté par son oncle, Pline l’Ancien. Avocat, ami de Tacite, il fut consul en 100, légat de l’empereur en mission extraordinaire à partir de 111 en Bithynie sous Trajan ; il eut en particulier, durant ce mandat, à s’occuper des chrétiens.

  • 118 Introduction, éd. A.‑M. Guillemin, CUF, Paris, 1967, p. xxvii ; éd. A. Zehnacker et N. Methy, CUF, (...)

1Ses Lettres (Epistulae), adressées le plus souvent à ses amis, sont au nombre de cent vingt-deux et furent regroupées en dix livres ; elles étaient dès l’origine destinées à un large public. Cette correspondance s’étire entre 96 et 109, voire un peu plus tard pour le dernier livre. Selon qu’on se réfère aux travaux de Mommsen, Syme ou Sherwin-White, on obtient les fourchettes suivantes : le livre III est datable d’entre 101 et 103 (ou 104 ?), le livre V d’entre 105 et 106 ; ainsi le livre IV, d’où est extraite la lettre ci‑dessous, est à situer dans la fourchette 103‑105118. En revanche, il est impossible de restituer un classement chronologique à l’intérieur de chaque livre, donc de dater plus précisément la lettre qui suit.

28. Des jeux à Vienne

C. PLINIVS SEMPRONIO RVFO SVO S.
Interfui principis optimi cognitioni in consilium adsumptus. Gymnicus agon apud Viennenses ex cuiusdam testamento celebratur, hunc Trebonius Rufinus, uir egregius nobisque amicus, in duumuiratu tollendum abolendumque curauit. Negabatur ex auctoritate publica fecisse. Egit ipse causam non minus feliciter quam diserte. Commendabat actionem quod tamquam homo Romanus et bonus ciuis in negotio suo mature et grauiter loquebatur. Cum sententiae perrogarentur, dixit Iunius Mauricus, quo uiro nihil firmius, nihil uerius, non esse restituendum Viennensibus agona ; adiecit : « Vellem etiam Romae tolli posset. »
[…]
Longius abii, libens tamen. Placuit agona tolli, qui mores Viennensium infecerat, ut noster hic omnium. Nam Viennensium uitia intra ipsos residunt, nostra late uagantur, utque in corporibus sic in imperio grauissimus est morbus, qui a capite diffunditur. Vale.

C. Pline, à son cher Sempronius Rufus, salut.
J’ai été appelé en conseil à donner mon avis lors d’un procès instruit par notre excellent prince. On avait coutume de célébrer à Vienne un concours d’athlétisme, fondation testamentaire d’un particulier. Ce concours, Trébonius Rufinus, homme éminent qui est mon ami, s’avisa, lors de son duumvirat, de le suspendre puis de le supprimer définitivement. On soutenait qu’il avait outrepassé les pouvoirs de sa charge. Il plaida lui-même sa cause avec autant de bonheur que d’éloquence. Ce qui donnait de la force à son plaidoyer, c’est qu’il parlait comme l’eût fait un Romain et, dans une affaire le concernant, en bon citoyen, avec pondération et autorité. Au moment où l’on prenait les avis, Junius Mauricus – rien de plus solide et de plus attaché à la vérité que cet homme – dit qu’il ne fallait pas laisser les Viennois rétablir leur concours et il ajouta : « Je voudrais qu’on pût supprimer aussi celui de Rome. » […]
Je me suis laissé entraîner, mais bien volontiers. On décida la suppression du concours, qui avait corrompu les mœurs des Viennois, comme le nôtre corrompt les mœurs de tout le monde. Car si les vices des Viennois ne sortent pas de chez eux, les nôtres se répandent partout et, comme pour le corps humain, la plus grave maladie pour un état est celle qui se propage à partir de la tête. Adieu.
(Pline le Jeune, Lettres, IV, 22, 1)

  • 119 A. Lebot-Helly, in Jospin 2002, p. 129‑131.

2Cette lettre laisse entendre qu’il y avait à Vienne un édifice capable d’accueillir une manifestation sportive. On connaît des monuments susceptibles de remplir cette fonction, et Vienne était dotée d’une parure monumentale digne d’une capitale de province (fig. 6‑7). Si l’on exclut le théâtre, agrandi au milieu du Ier s. ap. J.‑C., mais peu apte à ce type de spectacle, il reste les vestiges du cirque et de thermes monumentaux avec palestre. Concernant le cirque, son emplacement est connu, au sud de la ville ; la « Pyramide », après avoir suscité bien des interprétations romanesques, a été identifiée prosaïquement comme un obélisque décoratif marquant l’emplacement central de la spina du second état de ce monument (fig. 8‑9). En fait, si le cirque a servi à accueillir le concours dont il est question ici, ce ne peut être que dans son premier état, qui date l’établissement du monument, des années postérieures à 80 ; le second état, daté par les archéologues de la seconde moitié du IIe s., est de toute façon postérieur à la lettre de Pline119, et la Pyramide semble encore plus tardive.

3On trouve en outre à Vienne deux ensembles thermaux. Un premier, qu’on appelle thermes des Lutteurs, en référence à des décors peints datés du IIIe s. et représentant des sportifs, apparaît vers 65 et sera restructuré au cours du IIe s. Cet ensemble en jouxte un autre, connu sous le nom de Palais du Miroir, d’orientation légèrement différente, dont la construction est difficile à dater avec précision (on penche plutôt pour le courant du IIe s.) ; les deux ensembles ouvrent sur une vaste esplanade de plus de 5 hectares ; cependant, il est peu probable, ne serait-ce que pour une raison chronologique, que cette esplanade ait pu servir de lieu pour le concours en question chez Pline ; en revanche, de lieu d’entraînement, c’est chose plausible.

4Enfin, reste l’hypothèse de l’existence d’un stade, monument qu’il n’est pas impensable d’imaginer dans une ville si dotée en édifices de prestige que Vienne, et qui conviendrait parfaitement comme cadre pour ce concours. C’est en ce sens que B. Helly interprète des vestiges, enfouis au lieu-dit « cimetière du Pipet » situé dans le vallon entre le Pipet et Sainte-Blandine, comme pouvant être ceux d’un stade, avec des éléments de gradins retrouvés en place ; il aurait été construit autour de 100 ap. J.‑C. (fig. 10). Mais ces vestiges donnent lieu aussi à une autre interprétation, celle d’un sanctuaire avec des jardins en terrasses.

Références

Auteur

Duval 1971, no 138 ; Brill Online, s.v. « Plinius 2 » [H. Krasser] ; Th. Mommsen, Étude sur Pline le Jeune, Bibliothèque de l’École des hautes études. Sciences philologiques et historiques 15, Paris, 1873 ; A.‑M. Guillemin, Pline et la vie littéraire de son temps, Collection d’études latines 4, Paris, 1929.

Œuvre

A.N. Sherwin-White, The Letters of Pliny, Oxford, 1966 ; É. Aubrion, « La correspondance de Pline le Jeune. Problèmes et orientations actuelles de la recherche », ANRW II.33.1, 1989, p. 304‑374.

Éditions

Pline le Jeune, Lettres, tome II, livres IV-VI, éd. A.‑M. Guillemin, CUF, Paris, 1927 (réimpr., 1967), p. 22‑23. Trad. revue.

Outre l’édition d’A.‑M. Guillemin, nous avons pu consulter aussi celle, plus récente, d’A. Zehnacker et N. Methy, CUF, Paris, 2011 ; sur cette lettre précisément, p. 32‑33 pour le texte et la traduction et p. 152‑154 pour la bibliographie.

Texte

W.C. Mc Dermott, « Pliny, Epistulae IV, 22 », Antichthon 12, 1978, p. 78‑82 ; l’article de J.W. Tellegen, « Placuit agona tolli », RHD 52, 1984, p. 389‑397, porte davantage sur le rôle et la composition du consilium principis que sur l’affaire de Vienne elle-même.

Parmi les personnages cités, deux, connus par d’autres sources, font l’objet d’une notice détaillée dans la RE : Trébonius Rufìnus, RE VI/A2, 1937, s.v. « Trebonius 17 », col. 2283 [E. Stein] ; Junius Mauricus, RE X/1, 1918, s.v. « Iunius 94 », col. 1051‑1053 [E. Groag]. Le dernier, destinataire de la lettre, Sempronius Rufus, RE II/A2, 1923, s.v. « Sempronius 77 », col. 1435 [E. Stein], n’est mentionné que par ce texte de Pline.

Sur le complexe du « Palais du Miroir », J.‑L. Prisset et H. Savay-Guerraz, « Le portique de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) et son contexte. État des recherches », RAN 25, 1992, p. 105‑124. Sur les bâtiments à vocation sportive : A. Bouet, « Complexes sportifs et centres monumentaux en Occident romain : les exemples d’Orange et Vienne », RA 1, 1998, p. 33‑105. Sur les thermes des Lutteurs, voir Grenier 1960, p. 265‑276 ; A. Le Bot-Helly et B. Helly, « Les édifices de spectacles de la Vienne romaine », in Jospin 2002, p. 124‑131 ; J.‑L. Prisset, « Les bains d’un gymnase viennois : les thermes des Lutteurs à Saint-Romain-en-Gal », Les Dossiers d’Archéologie 323, 2007, p. 86‑95 ; CAG 69/1, p. 441‑448 (un ensemble monumental) ; Prisset 2015. Sur les édifices de spectacles à Vienne, voir Grenier 1958 (en cours de révision), p. 773‑783 (théâtre), p. 989‑993 (cirque) ; pour le théâtre, CAG 38/3, notice 137, p. 349‑362 et pour le cirque et la Pyramide, notices 314‑315, p. 520‑523 ; Lauxerois 2003, p. 38‑39 ; pour le stade, voir Atlas topographique de Vienne antique, rapport 2004 (restitutions, plan et élévation) ; vue du stade de Vienne, Bouchard, Helly et Martin 2011, p. 24‑25 ; CAG 38/3, p. 131 ; sur l’interprétation des vestiges du mont Pipet, notices 159/6‑7, p. 378‑379 ; et sur tous les édifices, la mise au point de B. Helly dans la refonte du Manuel d’archéologie gallo-romaine de Grenier, à paraître aux DAF.

Sur le statut de Vienne et le fonctionnement de ses institutions, Gascou 1991a, p. 555‑557 ; Gascou 1997, p. 90‑101 et 120‑122 ; Chastagnol 1997, p. 54‑61 ; B. Rémy, « Cartographie des notables », in Jospin 2002, p. 58‑63 ; J. Gascou et B. Rémy, « Magistratures, sacerdoces et évergétisme dans la cité de Vienne », in Jospin 2002, p. 64‑67. Voir aussi sur le statut de Vienne les textes 9, 27, 35, 95.

Fig. 6 – Vienne au IIe siècle ap. J.‑C. (Atlas topographique de Vienne).

Fig. 7 – « Vienne antique », dit aussi « Vue de Vienne à l’époque romaine » (Étienne Rey, huile sur toile, I860. Photo G. Rénaux. Musées de Vienne).

Fig. 8 – « Pyramid near Vienna in Dauphiny » (gravure de C. Apostool, d’après un dessin d’A. Beaumont, 1794. Musées de Vienne).

Fig. 9 – « Vienne. Pyramide appelée tombeau de Pilate » (gravure de Martens d’après un dessin de Bourgeois fils, XIXe s. Musées de Vienne).

Fig. 10 – Le stade de Vienne : proposition de reconstitution (Bouchard, Helly et Martin 2011, p. 24‑25).

Notes

118 Introduction, éd. A.‑M. Guillemin, CUF, Paris, 1967, p. xxvii ; éd. A. Zehnacker et N. Methy, CUF, Paris, 2011, p. xxii-xxiv.

119 A. Lebot-Helly, in Jospin 2002, p. 129‑131.

Table des illustrations

Légende Fig. 6 – Vienne au IIe siècle ap. J.‑C. (Atlas topographique de Vienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 7 – « Vienne antique », dit aussi « Vue de Vienne à l’époque romaine » (Étienne Rey, huile sur toile, I860. Photo G. Rénaux. Musées de Vienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1006/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 8 – « Pyramid near Vienna in Dauphiny » (gravure de C. Apostool, d’après un dessin d’A. Beaumont, 1794. Musées de Vienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1006/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 9 – « Vienne. Pyramide appelée tombeau de Pilate » (gravure de Martens d’après un dessin de Bourgeois fils, XIXe s. Musées de Vienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1006/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 10 – Le stade de Vienne : proposition de reconstitution (Bouchard, Helly et Martin 2011, p. 24‑25).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/1006/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search